Navigation – Plan du site
Varia

Le soutien à la parentalité : entre émancipation et contrôle

David Pioli

Résumés

L’aide à la fonction parentale s’est structurée à partir de la fin des années 1980 autour des réseaux administratifs ayant en charge la gestion de « l’opération pouponnières » et elle constitue aujourd’hui une catégorie de l’action des pouvoirs publics. Pour autant, elle ne renvoie pas à un référentiel univoque car elle est traversée par deux logiques contradictoires. Dans un cas, il s’agit de valoriser les compétences des parents, même lorsque ceux-ci sont « défaillants », afin qu’ils puissent effectivement assurer leurs droits et obligations. L’aide à la fonction parentale est ainsi mobilisée dans le cadre de projets visant à construire autour de l’enfant et de ses besoins une harmonie dont chacun pourrait tirer profit en terme de sécurité et d’épanouissement. Dans le second cas, le soutien à la fonction parentale est rattaché à une conception disciplinaire de l’action publique qui se nourrit de la problématique de l’insécurité, et qui repose sur la menace et la répression. L’action sur la parentalité est un moyen de sécurité publique et la prévention vise alors moins la sécurité de l’enfant que celle des tiers. Entre l’émancipation et le contrôle, nous observons ainsi deux manières opposées de concevoir les rapports entre la sphère du privé et celle du public, mais une même focalisation sur l’enfant que traduit l’affirmation répétée de l’ordre familial comme composante de l’ordre social global.

Parental assistance: between emancipation and control            

At the end of the 80’s, parenting assistance started getting structured based on administrative networks in charge of managing nursery projects. Today, it is part of the action of public authorities. But parenting assistance follows contradictory logics and therefore does not refer to an univocal frame of reference. On the one hand, the issue is to promote parenting skills so that parents can fulfil their rights and obligations even when they are "failing". Parenting assistance focuses on projects aiming at building around the child and the child’s needs a sense of harmony everyone can benefit from in terms of security and personal development. On the other hand, parenting assistance is linked to a disciplinary view of public action fuelled by insecurity and prevention as well as threat and repression. Parenting action is thus a means of assuring public safety and prevention focuses less on the safety of children than on that of others. Between emancipation and control, the relationship between the private and the public spheres can be viewed in two opposite ways but with the same focus on the child that shows in the repeated assertion that family order is a component of global social order.

El apoyo a la parentalidad : entre emancipación y control               

La ayuda a la función parental se estructuró a partir de finales de los años 80 en torno a redes administrativas encargadas de la gestión de la operación guardería infantil y constituye actualmente una categoría de la acción de los poderes públicos. Sin embargo, no remite a un referencial unívoco ya que se basa en dos lógicas contradictorias. En un caso, se trata de valorizar las competencias de los padres, incluso cuando estos « fallan », para que puedan efectivamente asegurar sus derechos y obligaciones. Así pues, la ayuda a la función parental se moviliza en el marco de proyectos que tienen como objetivo construir en torno al menor y a sus necesidades una armonía de la que cada uno podría sacar provecho en términos de seguridad y de pleno desarrollo. En el segundo caso, el apoyo a la función parental está vinculado con una concepción disciplinaria de la acción pública que se nutre de la problemática de la inseguridad y que se basa en la amenaza y la represión. La acción sobre la parentalidad es un medio de seguridad pública y la prevención está entonces menos dirigida a la seguridad del menor que a la de los demás. Entre la emancipación y el control, observamos dos maneras opuestas de concebir las relaciones entre la esfera de lo privado y la de lo público, pero una misma focalización sobre el menor que refleja la afirmación repetida del orden familiar como componente del orden social global.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Alain Bénisti (coord.), Sur la prévention de la délinquance, rapport préliminaire de la com(...)

1Chose assez singulière pour être notée, un rapport préliminaire de la commission prévention du Groupe d’études parlementaire sur la sécurité intérieure mettait récemment l’accent sur l’importance de la période de la petite enfance (1-3 ans) dans le domaine de la prévention de la délinquance1. Les parents y étaient placés au cœur du dispositif de prévention. « Informés et responsables », ils se devaient d’être « soutenus » par les structures éducatives ou sociales les entourant ; a fortiori dans le cas des familles recomposées ou monoparentales.    

  • 2  La rédaction de cet article repose sur un travail doctoral ayant comme principal corpus les archive(...)

2Cette question du soutien à la parentalité semble constituer aujourd’hui un élément structurant dans les réflexions et l’intervention des administrations ayant en charge les domaines de la justice, de la santé, du social et du familial. Pour autant, le soutien à la parentalité ne renvoie pas à un référentiel d’action stable et strictement défini. Ainsi, la logique même du rapport évoqué précédemment est en totale contradiction avec l’esprit du soutien à la parentalité tel qu’il fut conceptualisé à partir de la fin des années 1980 par l’administration du social dans le domaine, précisément, de l’accueil de la petite enfance2.

3Dans le premier cas, le soutien à la parentalité se présente, selon notre analyse, comme outil de contrôle social. Destiné à conformer les pratiques individuelles à des exigences comportementales et morales collectivement déterminées, il repose sur une logique sécuritaire qui articule, autour de la responsabilité parentale, des dispositifs de surveillance, de catégorisation, et de répression.

  • 3  Jacques Chevallier, L’État post-moderne, Paris, lgdj, collection Droit et société, 2003, p. 48 et 1(...)

4Dans le second cas, il participe, au contraire, d’une transformation de l’intervention sociale portée par le respect de la personne et l’idéal des droits de l’homme. Il se présente comme l’outil d’une émancipation des individus que présuppose l’avènement d’une organisation sociale marquée par « la fin du protectorat exercé par l’État sur la vie sociale » et « les progrès d’une démocratie participative qui tend à impliquer directement des citoyens dans l’élaboration des choix3 ».

5Dès lors, nous voudrions montrer ici qu’il semble difficile d’appréhender la question du soutien à la parentalité dans un registre unique, relevant du simple contrôle social ou, au contraire, d’une pure logique d’émancipation. Si bien que les dispositifs institutionnels paraissent traversés par des contradictions qui nuisent à la lisibilité de l’action publique et à sa compréhension.

L’enfant, entre ressources et risques

6Depuis la fin du XIXe siècle, les politiques à l’égard de la petite enfance ont été profondément marquées par la question de la sauvegarde du « capital humain4 ». Au début des années 1970, dans un contexte politique et socioculturel nouveau, et à une époque où la mortalité infantile est en passe d’être vaincue5, ces mêmes politiques vont être travaillées par une dynamique nouvelle. Le petit enfant est assimilé à un « capital d’humanité6 » - élément porteur d’un projet politique de modernisation et d’émancipation qui va progressivement émerger des référentiels de la communauté de politique publique7 de la Direction générale de l’action sociale du ministère de la Santé et des Affaires sociales (dgas)8.

  • 4  Alain Norvez, De la naissance à l'école. Santé, modes de garde et préscolarité dans la France c(...)
  • 5  Le taux de mortalité infantile, de 52 pour 1 000 en 1950, est descendu à moins de 20 pour 1 000 en(...)
  • 6  David Pioli, « L’action publique à l’égard de la petite enfance : entre protection du capital humai(...)
  • 7  Une communauté de politique publique est un réseau qui se caractérise par sa forte capacité de rési(...)
  • 8  La Direction des affaires sociales (DAS) est devenue en 2000 Direction générale des affaires social(...)
  • 9  Marie-José Chombart de Lauwe, « Liens entre les représentations véhiculées sur l’enfant et les repr(...)

7Cette nouvelle forme de focalisation sur le petit enfant n’exclut pas la référence à la protection du capital humain. Mais celui-ci est davantage considéré par les pouvoirs publics comme le dépositaire naturel de valeurs positives - telles que la pureté et le dynamisme - par opposition à l’adulte dont l’état de personne accomplie, jusqu’alors valorisé, évoque désormais un immobilisme négatif, sorte de pendant d’une société globalement perçue comme sclérosée9.

  • 10  Dupont-Fauville, Pour une réforme de l'aide sociale à l'enfance demain, Paris, ESF, 1972 ;(...)
  • 11  Philippe Warin (dir.), Quelle modernisation des services publics ? Les usagers au cœur des réformes(...)
  • 12  A ce titre, la loi n° 84-422 du 6 juin 1984, relative aux droits des familles dans leurs rapports a(...)
  • 13  Les transformations des pratiques furent néanmoins plus ou moins rapides selon les secteurs d’inter(...)

8À une époque où les responsables de la dgas eux-mêmes condamnent l’omnipotence de leur administration, en particulier dans le domaine de la protection de l’enfance10, le petit enfant tend à devenir ce « capital d’humanité » dans lequel il est possible d’investir afin d’obtenir une société composée d’individus plus libres, émancipés et solidaires. L’émancipation de l’enfant et le respect de sa personne participent d’un processus démocratique, et la transformation des politiques publiques à l’égard du petit enfant devient le moyen d’une modernisation du service public qui passe, ainsi que l’ont évoqué certains spécialistes des politiques publiques11, par une modification des rapports entre l’administration et ses usagers12. Les pratiques professionnelles et institutionnelles qui évoluent alors progressivement au contact de cette nouvelle figure du plus petit en témoignent13.

9La décennie des années 1980 voit cette logique s’affirmer à une plus large échelle dans le cadre des politiques de décentralisation, alors qu’en parallèle certains effets du libéralisme culturel et économique semblent fragiliser des catégories d’individus que l’administration du social qualifie habituellement d’individus « à risque ». Sous l’impulsion du ministère, le secteur de l’Aide sociale à l’enfance (ase) est ainsi invité à abandonner la logique d’assistance qui le caractérise et le rapport tutélaire qu’il entretient auprès des familles, dans un contexte où les ressources nécessaires à l’exercice d’une pleine citoyenneté se raréfient pour nombre « d’usagers », qu’ils soient enfants ou adultes.

  • 14  Raymond Aron, Essai sur les libertés, Paris, Calmann-Levy, 1965.
  • 15  Jacques Commaille a démontré comment le retrait progressif des règles juridiques civilistes univers(...)
  • 16  Cette action s’inscrit dans le cadre d’une dynamique globale. Ainsi, les travaux de François Isambe(...)

10Durant les années 1970 et 1980, les libertés formelles définies par les textes relatifs à la famille et à l’aide sociale s’accroissent alors sans toujours s’accompagner de libertés réelles14, ce qui entraîne une croissance paradoxale de la protection sociale15. Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, le jeu de tensions entre la volonté de liberté des individus, la fragilisation des plus faibles et l’intérêt collectif se trouve ainsi renforcé. La communauté de politique publique est alors conduite à s’interroger sur ces évolutions et à recourir à des règles et à des principes supérieurs prenant la figure de normes centrales élaborées autour d’un retour à l’éthique et au droit16.

  • 17  David Pioli, Le petit enfant dans les politiques publiques…, op. cit.

11La transformation récente de l’axe préventif du référentiel de protection de l’enfance s’inscrit dans cette dynamique. Elle s’articule autour d’une logique que nous qualifions de « logique d’institution », en ce sens qu’elle vise à instituer, par le dialogue et la négociation, un certain nombre de références et de principes partagés susceptibles de concilier les droits et libertés individuels avec l’intérêt général17.

12Concrètement, cette logique se structure essentiellement autour des initiatives visant à établir et à renforcer les liens entre les parents et leurs enfants. Ses origines sont donc anciennes et diverses et elles doivent être recherchées, pour ce qui est de ces trente dernières années, dans une multitude de politiques sectorielles qui s’étendent de la conciliation des tâches familiales et de l’activité professionnelle, à la question de la maternité en milieu pénitentiaire. Toutefois, c’est autour de « l’opération pouponnières » et de sa communauté de politique publique que la question du soutien à la parentalité se cristallise. Pour saisir le sens et la portée des dispositifs de soutien à la parentalité il convient donc d’expliciter les fondements logiques et idéologiques qui ont animé et qui animent encore les acteurs de cette politique.

Le processus d’institutionnalisation

13La volonté politique d’améliorer l’accueil en pouponnière18 date du milieu des années 1970, ce que traduit l’évolution réglementaire et législative d’alors. Prenant appui sur une initiative associative19 et un faisceau d’expertises allant dans le sens d’une nécessaire remise en cause du fonctionnement des pouponnières, une politique publique sectorielle va se dessiner en 1977, et prendre forme l’année suivante, dans un contexte plus large où les responsables de la dgas cherchent à limiter le nombre de placements d’enfants : il s’agit de « l’opération pouponnières20 ».

  • 18  Les pouponnières ont pour objet de garder jour et nuit les enfants de moins de 3 ans accomplis qui(...)
  • 19  Les 8 et 9 avril 1976, l’Association nationale des personnels des établissements et services éducat(...)
  • 20  À l’origine, seules les pouponnières à caractère social sont concernées.
  • 21  Note du 4 juillet 1978 de la mission du Service unifié de l’enfance, archive dgas, cac 940424, art.(...)
  • 22  Jenny Aubry, « Erreurs ou carences éducatives de la première enfance », Sauvegarde de l’enfance, 19(...)
  • 23  L’opposition substitution/suppléance proposée par Paul Durning est ici reprise. Voir : Paul Durning(...)
  • 24  Sur ce point, voir : Jeanine Noël, Michel Soulé, « Le grand renfermement des enfants dits sociaux o(...)

14Basée sur des interventions locales d’une durée de six mois et sur la base du volontariat, celle-ci est conçue comme une action d’animation et de pilotage dont la finalité est l’amélioration des conditions de vie des enfants au sein de structures hyper-médicalisées qui semblent jusqu’alors totalement négliger le développement psychomoteur et affectif du jeune enfant au profit d’une simple « mise en courbe » de la vie de l’enfant21. Concrètement, il s’agit de sensibiliser les professionnels et les gestionnaires et de remédier aux carences supposées, grâce à une action d’information et de formation basée sur des stages, la diffusion de films, et une action de terrain destinée à aménager les espaces et les temps de vie des plus petits. La participation de chercheurs déjà engagés dans cette voie, tels que Myriam David, Geneviève Appell, Danièle Rapoport et Janine Lévy, est alors sollicitée par la dgas. Le but est d’élaborer les référentiels d’une action qui peut être perçue comme un combat contre les troubles de l’attachement - lesquels furent décrits initialement par René Spitz, John Bowlby, puis Jenny Aubry et son équipe en France22 -, mais aussi comme une réaction face à des pratiques administratives et professionnelles ancrées dans une logique de « substitution parentale23 », et jugées excessivement tutélaires24.

15En 1985, les acquis de l’opération pouponnières sont déjà conséquents. Dans le cadre de la décentralisation, les services de la dgas vont chercher à valoriser ces acquis en proposant aux conseils généraux une offre d’aide et de formation. Dès lors, il ne s’agit plus seulement d’alerter les gestionnaires locaux et les responsables des institutions sur les carences affectives dont souffrent certains enfants, mais aussi de montrer la manière dont l’action des professionnels peut améliorer les choses.

  • 25  Le thème retenu pour ces journées techniques de septembre 1988 sera « Pouponnière et parentalité ».(...)

16À cette fin, se déroulent en 1987 les premières journées techniques nationales de l’opération pouponnières, regroupant chercheurs, médecins, professionnels du secteur et responsables administratifs. L’année suivante, le travail de réflexion élaboré lors de ces rencontres se poursuit, mais sur une nouvelle thématique : celle des parents25. Il s’agit alors de réfléchir aux conditions possibles d’un maintien des fonctions parentales dans une situation de rupture. Parallèlement à l’organisation de cette journée technique nationale de 1988, un groupe de travail sur « Les parents et les jeunes enfants en situation de rupture et d’isolement » est créé par la sous-direction Enfance et famille de la dgas. Les travaux engagés alors vont se poursuivre durant plusieurs années et intégrer les acquis de différentes politiques sectorielles.

  • 26  Pascale Donati, Suzanne Mollo, Alain Norvez, Catherine Rollet, Les centres maternels. Réalités et e(...)
  • 27  S’appuyant sur les expériences réalisées à Bogota au début des années 1980, la création à l’hôpital(...)
  • 28  Circulaire n° 83-24 du 1er août 1983 relative à l’hospitalisation des enfants, Loi n° 2002-303 du 4(...)
  • 29  Gérard Neyrand, Sur les pas de la Maison verte. Des lieux d’accueil pour les enfants et leurs paren(...)
  • 30  Pour un historique des crèches collectives, voir : Catherine Bouve, Les crèches collectives : usage(...)
  • 31  Cf. Circulaires des 18 et 21 mars 1983 (proposant entre autres la création de lieux de rencontre et(...)
  • 32  Circulaire nor : juse 9940062C du 16 août 1999 relative aux conditions d’accueil des enfants laissé(...)

17Au-delà des réflexions propres au secteur de l’Aide sociale à l’enfance, la question du soutien à la parentalité, qui s’institutionnalise autour de l’opération pouponnières depuis la fin des années 1980, se nourrit ainsi des réflexions, expériences et réglementations acquises dans de nombreux domaines : les centres et maisons maternelles26, les maternités27 et l’hospitalisation des enfants28, les lieux d’accueil enfants-parents29, les crèches et autres équipements ou services d’accueil journaliers30, la protection maternelle et infantile (pmi)31 et l’administration pénitentiaire32.

  • 33  René Clément, Parents en souffrance, Paris, Stock-Laurence Pernoud, 1993.
  • 34  Nous nous appuyons ici sur la définition donnée par l’Office de la naissance et de l’enfance. Voir(...)

18Cette dynamique suscitée par l’intérêt et le bien-être de l’enfant va s’accompagner d’une modification importante des représentations à l’égard des parents. Ceux-ci n’apparaissent plus comme des fautifs, dont les défaillances légitiment une mesure de substitution parentale, mais comme des victimes ayant comme difficulté particulière de devoir se construire une identité de parent malgré les souffrances de l’enfant. Le parent devient ainsi un « parent en souffrance » qui demande à être aidé et écouté33, et l’action des professionnels s’en trouve elle-même bouleversée : il ne s’agit plus de limiter les pratiques pathogènes mais de promouvoir une « bientraitance », c’est-à-dire une approche participative reposant sur l’égalité et le respect des individus, et ayant comme objectif de « favoriser l’émergence des capacités de résilience des individus »34.

  • 35  Comité de l’opération pouponnière, L’enfant en pouponnière et ses parents. Conditions et propositio(...)

19En 1997, les acquis de ces journées nationales et des réflexions conduites dans le cadre des réseaux de l’opération pouponnières vont être capitalisés dans un ouvrage intitulé L’enfant en pouponnière et ses parents. Conditions et propositions pour une étape constructive35, lequel consacre en France cette notion de bientraitance de l’enfant, ainsi que l’importance de la prise en compte des parents afin précisément d’y aboutir.

  • 36  Paul Durning, Éducation et suppléance familiale…, op. cit.    
  • 37  Marie-Pierre Mackiewicz, Suppléance précoce et parentalité : une étude de la coopération entre pare(...)
  • 38  « Le terme de suppléance réfère simultanément à une absence - au moins partielle - de la famille et(...)
  • 39  Marie-Pierre Mackiewicz, Suppléance précoce et parentalité…, op. cit.

20Ce processus affecte alors l’ensemble du domaine dit de la « suppléance familiale36 », en en modifiant les pratiques et les représentations. De la sorte, dans la relation tripartite qui unit l'enfant, le (ou les) parent(s) et les professionnels, le terme de « coopération » permet de désigner aujourd’hui avantageusement la relation entre parent(s) et professionnels37, et celui de « suppléance », la relation entre l'enfant et les professionnels38. Cette notion de coopération souligne ainsi cette transformation du rapport aux parents, de même qu’elle met l’accent sur le fait que ceux-ci ne sont jamais totalement assujettis au dispositif institutionnel, qu’ils restent capables de mobiliser leurs ressources, même réduites, afin d'élaborer de véritables stratégies39.

  • 40  Didier Houzel (dir.), Les enjeux de la parentalité, ministère de l’Emploi et la Solidarité, Ramonvi(...)
  • 41  Circulaire interministérielle n° 2001/150 du 20 mars 2001, relative au développement des réseaux d&(...)
  • 42  Caisse nationale d’allocations familiales, Union nationale des associations familiales, Union natio(...)

21En marge du processus engagé dans le cadre de l’opération pouponnières, la dgas crée, le 3 mars 1994, un groupe de travail pluridisciplinaire et pluri-institutionnel dirigé par le professeur Didier Houzel afin de travailler plus spécifiquement sur la parentalité. Les travaux de ce groupe de recherche vont conduire à la publication, en 1999, d’un nouvel ouvrage intitulé Les enjeux de la parentalité, et nourrir la réflexion du gouvernement d’alors40. Le 9 mars de cette même année sont institués les réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents (reaap)41, lesquels résultent d’une action interministérielle s’appuyant sur un large partenariat regroupant l’essentiel des acteurs institutionnels et des associations concernées (cnaf, unaf, uniopss, fcpe, acepp 42, etc.).

22À travers ces approches théoriques, techniques et politiques, la fin des années 1990 marque une nouvelle étape. Conceptualisé essentiellement autour de l’opération pouponnières dès la deuxième partie des années 1980, le soutien à la parentalité est désormais au centre d’un processus plus large. Il s’agit de poser des jalons et des repères sur lesquels doit se construire l’exercice de la responsabilité et de l’autonomie individuelle, dans un contexte d’émancipation et de pluralité culturelle qui semble déconstruire partiellement les repères antérieurs. L’objectif est de permettre à chaque citoyen d’exercer ses droits et ses prérogatives, indépendamment des contraintes matérielles qui pèsent sur lui, mais en référence à certaines règles ou principes globalement partagés et ayant vocation à définir l’espace des possibles en matière de parentalité.

Les voies de l’institutionnalisation

23Face à l’incertitude provoquée par les transformations de la famille et la dégradation des droits et des sécurités sur le marché de l’emploi, il s’agit pour les pouvoirs publics de construire une démarche proposant la définition de « nouveaux repères » à partir de ce que Jean-Claude Quentel nomme des « principes anthropologiques qui fondent la parentalité43 », mais sans remettre en cause les acquis de la démocratisation de la famille. Les actions destinées à soutenir la parentalité visent ainsi à instituer les rôles des différents membres de la famille, quelle que soit la structure de celle-ci, et à favoriser le dialogue et les échanges entre les membres d’une même famille, entre les familles, et entre les familles et les professionnels.

  • 43  Jean-Claude Quentel, Le parent. Responsabilité et culpabilité en question, De Boeck-Wesmael, coll.(...)
  • 44  Frédérique Leprince (CNAF), intervention au colloque « Institutions, famille, autorité parentale »,(...)

24Il s’agit donc, au sens large, d’intégrer au sein de l’action préventive tous les moyens « d’aider les parents dans leur métier de parents44 », dans une logique qui se veut respectueuse des individus, et en valorisant les compétences parentales. Ce sont donc tous les parents qui sont potentiellement concernés, même si certains parents peuvent apparaître comme ayant davantage besoin d’aide. En effet, la fonction de ces actions n’est pas univoque. Le soutien à la parentalité renvoie à deux axes. Le premier est un axe horizontal qui propose une action globale à destination de toutes les familles. Le second axe est un axe vertical qui correspond à une perspective s’appuyant sur des populations cibles.

  • 45  Ségolène Royal, ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées, « Famille(...)
  • 46  Irène Théry, Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, 2001 (1ère édition 1993).(...)

25L’objectif est de garantir tout d'abord à l’enfant une sécurité matérielle et affective par-delà les aléas du lien conjugal, et indépendamment des aspirations individuelles et des libertés dont chaque parent peut se prévaloir. On affirme pour exemple que si les adultes « bénéficient de libertés nouvelles […] les enfants ont toujours autant besoin d’être élevés par leurs deux parents, besoin de cette sécurité45 ». Le transfert de l’idéal d’indissolubilité du mariage vers l’idéal d’indissolubilité de la filiation tel qu’il est proposé par la loi du 8 janvier 1993 va bien sûr dans ce sens46. Depuis, plusieurs mesures s’inscrivent dans cette perspective.

  • 47  Le projet de livret paternel fut présenté pour la première fois lors d’une conférence de presse de(...)
  • 48  Les experts réunis sous la direction de Didier Houzel proposent de distinguer, dans la parentalité,(...)
  • 49  Ibid, p. 115.   

26La création d’un livret de paternité fourni théoriquement à l’ensemble des nouveaux pères est une action qui s’inscrit notamment sur cet axe horizontal47. Elle vise à rappeler certains principes essentiels auxquels chaque père doit se référer dans l’intérêt de la famille et de l’enfant, indépendamment du lien conjugal. Une telle disposition se positionne ainsi au niveau de « l’exercice », mais aussi au niveau de « l’expérience » de la parentalité48, parce qu’il s’agit de travailler non seulement sur un niveau symbolique auquel renvoie la question des droits et devoirs liés à la fonction parentale, mais aussi sur la dimension de la subjectivité et des représentations ; c’est-à-dire au niveau de « l’expérience affective et imaginaire de tout individu impliqué dans un processus de parentification49 ».

  • 50  C’est aussi le cas des initiatives visant à intégrer les parents au fonctionnement des structures d(...)
  • 51  Didier Houzel, Les enjeux de la parentalité, op. cit.    

27Enfin, d’autres approches, telles que celles visant à concilier les tâches familiales et professionnelles50, s’inscrivent elles aussi sur cet axe. Il s’agit dans ce cas d’actions qui se portent globalement sur le versant de la « pratique de la parentalité » – c’est-à-dire au niveau des tâches quotidiennes que les parents ont à effectuer à l’égard des enfants51.

28Si on se réfère à la conceptualisation proposée par les experts réunis autour de Didier Houzel, on notera que ce qui se crée sur cet axe horizontal englobe toutes les dimensions de la parentalité, renforçant ainsi plus largement les mesures qui se placent sur un axe vertical, à destination des populations les plus touchées par la précarité matérielle et affective.

  • 52  Cette centration des REAAP sur les populations cibles est manifeste depuis 2002. Cf. Circulaire du(...)

29Dans un second temps, la réflexion part du principe que ce qui est difficile pour toutes les familles l’est encore davantage pour celles qui sont les plus touchées par les aléas de la vie, et en particulier par la précarité matérielle. Le soutien à la parentalité se manifeste alors par des actions visant des populations cibles : les familles dites « monoparentales », les jeunes couples fragilisés par des ruptures familiales, les familles précarisées par la dégradation de leur situation professionnelle, etc. Bien que destinés initialement à toutes les familles, les réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents viennent progressivement s’inscrire dans cette démarche déjà investie, par exemple, par les services de la pmi 52.

  • 53  M. Remy, délégué interministériel à la Famille, colloque « Institutions, famille, autorité parental(...)

30Dans les cas les plus sensibles de maltraitance ou de négligence grave, l’objectif est alors de rapprocher les professionnels des familles et, malgré tout, « d’aider à valoriser la famille comme lieu de compétence53 ». Il s’agit, pour exemple, d’une des caractéristiques communes aux projets soutenus par le programme Enfance de la Fondation de France depuis 1999 à destination des familles en grande difficulté psychosociale.

31C’est aussi dans cette perspective que doit être pensé le recours à la notion déjà évoquée de bientraitance. Dans cette optique, les parents ne sont plus abordés comme étant « démissionnaires » ou pathogènes par nature, mais simplement comme des individus accablés par le poids des contraintes matérielles, financières, et par les aléas de la vie (handicap, chômage, surendettement, etc.). Pour les membres de la communauté de politique publique de la dgas qui a promu et suivi l’opération pouponnières, la notion de bientraitance vise ainsi à modifier les composantes et les représentations d’une politique de protection qui renvoie très souvent à des mesures strictes et culpabilisantes, en engageant la mise en place d’une action plus respectueuse des familles, et qu’on espère être finalement plus constructive.

Le soutien à la parentalité comme contrôle social ?

32La notion même de parentalité suggère par son aspect fonctionnel une dimension normative. Cela est particulièrement visible sur l’axe horizontal du soutien à la parentalité. Elle ne renvoie cependant pas systématiquement à des logiques d’action tutélaires et répressives, même lorsqu’on se situe sur l’axe vertical de la parentalité, c’est-à-dire lorsqu’on bascule du registre de la norme vers celui du contrôle. Le soutien à la parentalité relève d’un large éventail de logiques qui engagent des pratiques très variées, pour ne pas dire contraires. Le discours moralisateur et sécuritaire relatif à la « démission parentale » et son cortège de mesures répressives ne doivent pas occulter d’autres conceptions du soutien à la parentalité, moins médiatisées, mais qui ont eu pourtant davantage d’impact sur les transformations sociales, tant au niveau des relations entre les familles et les pouvoirs publics, qu’au niveau des relations intrafamiliales.

  • 54  Charte du Comité national de pilotage des réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents(...)
  • 55  Voir Jacques Commaille, L’esprit sociologique des lois, Paris, puf, 1994.

33La modernisation du secteur des pouponnières en témoigne. Elle participe du développement d’une politique de protection inédite qui se veut respectueuse des individus, de leurs droits et de leurs libertés, en concédant notamment à chacun un rôle et une importance propres. Autour de ce projet, se manifeste en fait la volonté de créer un « cadre éthique favorisant l'équilibre des relations familiales et ouvert à toutes formes de familles54 ». Implicitement, il s’agit de promouvoir des principes et des pratiques visant à institutionnaliser autour de la personne de l’enfant une parentalité moderne, mais aussi une citoyenneté moderne. Dans cette perspective, le petit enfant et ses besoins, ainsi qu’ils furent définis par la Direction générale de l’action sociale, sont à l’origine d’un processus visant à structurer les relations entre parents, enfants et professionnels sur la base d’un exercice réel des droits et prérogatives de chacun, et autour de valeurs qu’on souhaite être partagées. La problématique soulevée ici par la question du soutien à la parentalité est donc celle de la construction du lien social dans un environnement démocratique complexe, fluctuant, et perçu comme incertain. L’enjeu se situe au niveau de l’articulation des sphères du privé et du public : c’est celui de l’instauration d’un système de régulation plurivoque actif - c’est-à-dire organisé « par le bas », mais référé activement à quelques règles et valeurs supérieures55.

  • 56  Voir Jacques Donzelot, La police des familles, éditions de Minuit, 1977.
  • 57  David Pioli, Le petit enfant dans les politiques publiques…, op. cit.    

34Quel que soit l’axe sur lequel nous situons notre réflexion, le soutien à la parentalité n’apparaît donc pas comme un simple redéploiement de la « police des familles56 » que traduirait le simple exercice d’un pouvoir et d’une surveillance au profit d’un groupe déterminé. En particulier, la fonction du contrôle a changé. Il s’agit à présent d’assurer à la fois l’ordre et le changement social dans une perspective particulière qui cherche à concilier l’émancipation des parents, la libération de l’enfant, et le maintien, au moins temporaire, de certaines sécurités et solidarités collectives antérieures57.

35Les logiques d’action publiques sont donc complexes car elles sont travaillées par deux approches différentes de la parentalité. Nous proposons ainsi de distinguer les questions spécifiques du soutien à la parentalité et de la bientraitance, telles qu’elles furent élaborées dans le champ du social, d’une part, et certains discours politiques relatifs à la parentalité dans son ensemble, et à l’autorité parentale et aux carences éducatives en particulier, d’autre part.

  • 58  Geneviève Appell, Myriam David, « Étude des facteurs de carence affective dans une pouponnière », P(...)

36Dans le premier cas, la notion d’intérêt de l’enfant est centrale, et la parentalité est mobilisée dans le cadre de projets visant à construire autour de l’enfant et de ses besoins une harmonie dont chacune des parties (enfants, parents, professionnels) pourrait tirer profit, in fine, en terme de sécurité et d’épanouissement. Sur le terrain, cette approche de la parentalité se traduit par la mise en œuvre de pratiques et de dispositifs divers ayant tous en commun de chercher à rompre avec les pratiques antérieures, qu’elles soient considérées comme disciplinaires, substitutives ou pathogènes. Il s’agit à présent de généraliser des pratiques respectueuses des individualités, dénuées de toute injonction, et préservées du contrôle direct des services administratifs ou judiciaires ayant la charge des publics accueillis par les professionnels. Ainsi, et pour ce qui est de l’exemple des pouponnières, les professionnels ont progressivement été conduits à soigner l’accueil des parents, à personnaliser et contractualiser la relation, et à assurer un dialogue permanent qui se traduit notamment par la transmission des informations relatives à la vie quotidienne des enfants. Autant de mesures qui prennent le contre-pied des pratiques observées précédemment, durant les années 1960 et 197058.

  • 59  W.  Ryan, Blaming the Victim, New York, Vintage Books, 1971.
  • 60  Pour un aperçu de cette conception du « soutien » à la parentalité, voir Jacques Alain Bénisti, Sur(...)

37Dans le second cas, la parentalité est au coeur d’une conception disciplinaire de l’action publique qui se nourrit de la problématique de l’insécurité et des « vertus » supposées de la culpabilisation59, de la menace et de la répression. La prévention vise alors moins la sécurité de l’enfant que celle des tiers. L’objectif premier est la réduction de la délinquance des enfants et de celle des adultes qu’ils seront bientôt. De la sorte, le soutien à la parentalité s’apparente avant tout à un moyen de sécurité publique60.

  • 61  Jacques Commaille, Claude Martin, Les enjeux politiques de la famille, Paris, Bayard, 1998 ; Jacque(...)
  • 62  Voir Alain Renaut, La libération des enfants. Contribution philosophique à une histoire de l’enfanc(...)

38Il est intéressant de noter que si ces deux approches de la parentalité viennent parfois se brouiller au sein de mêmes analyses, c’est parce que l’une et l’autre restent liées effectivement à une forme de focalisation sur l’enfant que traduit l’affirmation répétée de l’ordre familial comme composante de l’ordre social global61. Cependant, on oublie alors que les politiques publiques à l’égard du petit enfant ne sont plus seulement animées par une logique nataliste et une protection du capital humain, auxquelles renvoyaient la représentation commune d’un petit enfant comme « bien national » et la défense d’un ordre social univoque. Elles participent aussi aujourd’hui, et de manière croissante depuis les années 1970, de la promotion d’une nouvelle figure du petit enfant qui est placée, au moins dans le discours, au coeur d’un projet politique centré sur un idéal d’émancipation et une valorisation de l’individu et des libertés individuelles. On notera à ce titre que les « nouveaux droits de l’enfant » proclamés par la convention de New York de 1989 ont, durant ces quinze dernières années, largement influé sur ces politiques. Celles-ci étant même devenues les vecteurs privilégiés d’une libération de l’enfant62 qui s’inscrit dans un processus démocratique difficilement saisissable à partir des approches critiques du contrôle social - qu’elles soient pluralistes, marxistes ou foucaldiennes.

39A cette nouvelle figure de l’enfant, et bien que ce projet soit inégalement partagé selon les administrations et les gouvernements qui se succèdent, correspondent ainsi un nouvel âge des politiques publiques et une nouvelle image de la parentalité, une parentalité transfigurée qu’il s’agirait de soutenir, dans l’intérêt de l’enfant et du projet démocratique auquel sont censées participer ces « nouvelles » politiques publiques sociales et familiales.

  • 63  Sur la relation entre l’idéalisation d’un groupe et sa domination, voir pour exemple : Francine Mue(...)
  • 64  Laurence Gavarini, La passion de l’enfant…, op. cit., p. 20.

40Il nous semble alors qu’une des principales problématiques posées par le soutien à la parentalité est celle du statut de l’enfant, lequel est censé être un des bénéficiaires privilégiés de cette dynamique démocratique. Or, on observe très clairement que la libération de l’enfant n’est pas seulement un objectif. C’est aussi le moyen de ce projet politique. De la sorte, et quand bien même ce projet serait démocratique, l’enfant est fortement idéalisé et instrumentalisé. Suivant un schéma classique63, cette idéalisation de l’enfant s’accompagne ainsi, aussi bien au niveau sociétal qu’à l’échelle des parents, de nouvelles attentes et de nouveaux déterminismes qui sont ici les contreparties d’une « passion » dont Laurence Gavarini souligne les excès, voire même les abus64. Peut-être l’attention particulière portée à la parentalité traduit-elle alors en grande partie une prise de conscience de ces nouveaux risques, qui seraient moins le fait d’un désintérêt pour l’enfant que d’une forme de surinvestissement (narcissique, affectif, etc.) pouvant se traduire, in fine, par des pratiques extrêmes, et parfois complètement contradictoires, qu’engagent la réification de l’enfant.

Haut de page

Bibliographie

Bénisti (Jacques Alain) [coord.], Sur la prévention de la délinquance, rapport préliminaire de la commission prévention du Groupe d’études parlementaire sur la sécurité intérieure, Paris, octobre 2004.

Bowlby (John), « Soins maternels et santé mentale », Revue des monographies n° 2, Genève, oms, 1954.

Chevallier (Jacques), L’État post-moderne, Paris, lgdj, collection Droit et société, 2003.

Chombart de Lauwe (Marie-José), « Liens entre les représentations véhiculées sur l’enfant et les représentations intériorisées par les enfants », dans Doise W., Palmonari A. [dir.], L’étude des représentations sociales, Neuchâtel-Paris, Delachaux et Niestlé, 1986, p. 96-117.

Clément (René), Parents en souffrance, Paris, Stock – Laurence Pernoud, 1993.

Comité de l’opération pouponnières, L’enfant en pouponnière et ses parents. Conditions et propositions pour une étape constructive, ministère de l’Emploi et la Solidarité, Paris, la Documentation française, 1997.

Commaille (Jacques), Misère de la famille, question d’État, Paris, pfnsp, 1996.

Commaille (Jacques), L’esprit sociologique des lois, Paris, puf, 1994.

Commaille (Jacques), Martin (Claude), Les enjeux politiques de la famille, Paris, Bayard, 1998.

Daguerre (Anne), La protection de l'enfance en France et en Angleterre, 1980-1989, Paris, l'Harmattan, 1999, 286 p.

Donati (Pascale), Mollo (Suzanne), Norvez (Alain), Rollet (Catherine), Les centres maternels. Réalités et enjeux éducatifs, Paris, l'Harmattan, 1999.

Durning (Paul), Éducation et suppléance familiale en internat. Psycho-sociologie de l’internat spécialisé, Paris, ctnerhi/puf, 1986.

Durning (Paul), Éducation familiale, acteurs et processus en jeux, Paris, puf, 1995.

Fassin (Didier), Des maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, Paris, la Découverte, 2004.

Gavarini (Laurence), La passion de l’enfant. Filiation, procréation et éducation à l’aube du XXIe siècle, Paris, Denöel, 2001.

Houzel (Didier) [dir.], Les enjeux de la parentalité, ministère de l’Emploi et la Solidarité, Ramonville Saint-Agne, Érès, 1999.

Lenoir (Rémi), « La notion de contrôle social », Sociétés et représentations, n° 5, CREDHESS, décembre 1997, p. 295-310.

Mackiewicz (Marie-Pierre), Suppléance précoce et parentalité : une étude de la coopération entre parents et professionnels dans les pouponnières à caractère social, thèse de doctorat en Sciences humaines, sous la direction de Paul Durning, Paris X - Nanterre, avril 1998, 730 p.

Martin (Claude), La parentalité en question. Perspectives sociologiques, rapport pour le Haut conseil de la Population et de la Famille, Paris, avril 2003.

Muel-Dreyfus (Francine), Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Seuil, 1996.

Noël (Janine), Soulé (Michel), « Le grand renfermement des enfants dits sociaux ou malaise dans la bienfaisance », Psychiatrie de l’enfant, vol. XIV, 2e fascicule, 1971.

Quentel (Jean-Claude), Le parent. Responsabilité et culpabilité en question, De Boeck-Wesmael, coll. Raisonnances, 2001.

Pioli (David), Le petit enfant dans les politiques publiques : enjeu de la régulation sociale, thèse de sociologie sous la codirection de Régine Sirota et Catherine Rollet, université de Paris V - René Descartes, 2003.

Renaut (Alain), La libération des enfants. Contribution philosophique à une histoire de l’enfance, Paris, Bayard/Calmann-Levy, 2002.

Table ronde, « Pourquoi le travail social », Esprit, n° 4-5, avril-mai 1972.

Théry (Irène), Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, 2001 (1993).

Warin (Philippe) [dir.], Quelle modernisation des services publics ? Les usagers au cœur des réformes, Paris, la Découverte, coll. Recherches, 1997.

Youf (Dominique), Penser les droits de l’enfant, Paris, puf, 2002.

Haut de page

Notes

1 Jacques Alain Bénisti (coord.), Sur la prévention de la délinquance, rapport préliminaire de la commission prévention du Groupe d’études parlementaire sur la sécurité intérieure, Paris, octobre 2004.
2 La rédaction de cet article repose sur un travail doctoral ayant comme principal corpus les archives de la Direction générale de l’action sociale du ministère chargé des Affaires sociales : David Pioli, Le petit enfant dans les politiques publiques : enjeu de la régulation sociale, thèse de sociologie sous la codirection de Régine Sirota et de Catherine Rollet, université de Paris V - René Descartes, 2003.
3 Jacques Chevallier, L’État post-moderne, Paris, lgdj, collection Droit et société, 2003, p. 48 et 198.
4 Alain Norvez, De la naissance à l'école. Santé, modes de garde et préscolarité dans la France contemporaine, Travaux et documents, cahier n° 126, Paris, ined/puf, 1990 ; Catherine Rollet, La politique à l'égard de la petite enfance sous la IIIe République, Travaux et documents, cahier n° 127 INED/PUF, 1990.
5 Le taux de mortalité infantile, de 52 pour 1 000 en 1950, est descendu à moins de 20 pour 1 000 en 1970 et il sera de 10 pour 1 000 en 1980.
6 David Pioli, « L’action publique à l’égard de la petite enfance : entre protection du capital humain et promotion du capital d’humanité », journée de l’école doctorale de la faculté des Sciences humaines et sociales de la Sorbonne, université de Paris V - René Descartes, 30 novembre 2004.
7 Une communauté de politique publique est un réseau qui se caractérise par sa forte capacité de résistance aux pressions exogènes, la stabilité de ses membres, le faible nombre de ses participants, et le fait que ceux-ci partagent une même vision du monde. La notion, définie par David Marsh et R. A. W. Rhodes, rend ainsi bien compte de l’administration centrale du social en France. Voir Anne Daguerre, La protection de l'enfance en France et en Angleterre, 1980-1989, Paris, l'Harmattan, 1999.
8 La Direction des affaires sociales (DAS) est devenue en 2000 Direction générale des affaires sociales (dgas). Par souci de clarté, nous emploierons dans ce texte la seule dénomination de dgas.
9 Marie-José Chombart de Lauwe, « Liens entre les représentations véhiculées sur l’enfant et les représentations intériorisées par les enfants », in L’étude des représentations sociales, Neuchâtel-Paris, Delachaux et Niestlé, 1986, p. 96-117 ; et Laurence Gavarini, La passion de l’enfant. Filiation, procréation et éducation à l’aube du XXIe siècle, Paris, Denöel, 2001.
10 Dupont-Fauville, Pour une réforme de l'aide sociale à l'enfance demain, Paris, ESF, 1972 ; Jean-Louis Bianco, Bertrand Lamy, L'aide sociale à l'enfance demain. Contribution à une politique de réduction des inégalités (titre original : Étude rcb 1979), ministère de la Santé et de la Sécurité sociale, Paris, la Documentation française, 1980 ; Circulaire du 23 janvier 1981, dite « circulaire Barrot ».
11 Philippe Warin (dir.), Quelle modernisation des services publics ? Les usagers au cœur des réformes, Paris, la Découverte, coll. Recherches, 1997.
12 A ce titre, la loi n° 84-422 du 6 juin 1984, relative aux droits des familles dans leurs rapports avec les services chargés de la protection de la famille et de l’enfance, et au statut des pupilles de l’État, est particulièrement révélatrice. Elle témoigne, selon nous, de la manière dont les transformations de la législation dans le domaine de la protection de l’enfance ont pu participer d’une modification plus générale du rapport entre l’État et le citoyen.  
13 Les transformations des pratiques furent néanmoins plus ou moins rapides selon les secteurs d’intervention et les structures d’accueil. Ainsi les pratiques ont-elles évolué, par exemple, beaucoup plus rapidement au sein des crèches collectives qu’au sein des pouponnières, ce qui s’explique en premier lieu par les caractéristiques sociales différenciées des populations accueillies dans l’une et l’autre de ces structures.
14 Raymond Aron, Essai sur les libertés, Paris, Calmann-Levy, 1965.
15 Jacques Commaille a démontré comment le retrait progressif des règles juridiques civilistes universelles s’était accompagné d’une expansion du droit social, lequel se caractérise par la multiplication de règles catégorielles. Ainsi, dans le domaine de la famille, la croissance du nombre d’allocations sous conditions de ressources versées par les caisses d’allocations familiales témoigne-t-elle d’une transformation de la régulation étatique, aujourd’hui davantage organisée autour des conséquences de l’autonomisation des personnes, et notamment des risques qui peuvent en découler, qu’autour de la promotion d’une configuration familiale de référence. Voir notamment Jacques Commaille, Misères de la famille, question d'État, Paris, pfnsp, 1996.
16 Cette action s’inscrit dans le cadre d’une dynamique globale. Ainsi, les travaux de François Isambert nous semblent illustrer assez bien l’idée selon laquelle le recours à l’éthique renvoie à une interrogation plus générale sur la nature du progrès. Voir notamment, François-André Isambert, « Révolution biologique, ou réveil éthique ? », in Éthique et biologie, Cahiers sts n° 11, Paris, CNRS, 1986, p. 9-41. On notera en outre que les questions entourant l’éducation et la procréation sont particulièrement révélatrices de ce jeu de tensions. Voir Laurence Gavarini, La passion de l’enfant…, op. cit.
17 David Pioli, Le petit enfant dans les politiques publiques…, op. cit.
18 Les pouponnières ont pour objet de garder jour et nuit les enfants de moins de 3 ans accomplis qui ne peuvent ni rester au sein de leur famille, ni bénéficier d’un placement familial surveillé. Les pouponnières à caractère social reçoivent les enfants dont l’état de santé ne nécessite pas de soins médicaux particuliers, les pouponnières à caractère sanitaire, ceux dont la santé exige des soins que leur famille ne peut leur donner.
19 Les 8 et 9 avril 1976, l’Association nationale des personnels des établissements et services éducatifs de l’aide sociale à l’enfance (anpase) organise un séminaire national durant lequel vont être exposés et réfléchis les contours de nouvelles pratiques à l’égard des plus petits accueillis en pouponnières et de leurs parents.  
20 À l’origine, seules les pouponnières à caractère social sont concernées.
21 Note du 4 juillet 1978 de la mission du Service unifié de l’enfance, archive dgas, cac 940424, art. 5.
22 Jenny Aubry, « Erreurs ou carences éducatives de la première enfance », Sauvegarde de l’enfance, 1956 ; Jenny Aubry, Geneviève Appell, Les effets de la carence affective : Monique, film 16 mm, Association pour la santé mentale, 1952 ; Jenny Aubry, Geneviève Appell, Les effets de la carence affective et de la stabulation hospitalière, film 16 mm sonore, 1961.
23 L’opposition substitution/suppléance proposée par Paul Durning est ici reprise. Voir : Paul Durning, Éducation et suppléance familiale en internat. Psycho-sociologie de l’internat spécialisé, Paris, ctnerhi/puf, 1986.
24 Sur ce point, voir : Jeanine Noël, Michel Soulé, « Le grand renfermement des enfants dits sociaux ou malaise dans la bienfaisance », Psychiatrie de l’enfant, vol. XIV, 2e fascicule, 1971.
25 Le thème retenu pour ces journées techniques de septembre 1988 sera « Pouponnière et parentalité ».
26 Pascale Donati, Suzanne Mollo, Alain Norvez, Catherine Rollet, Les centres maternels. Réalités et enjeux éducatifs, Paris, l'Harmattan, 1999.
27 S’appuyant sur les expériences réalisées à Bogota au début des années 1980, la création à l’hôpital Antoine-Beclère de la première unité dite « Kangourou » en 1987 s’inscrit par exemple dans cette dynamique. Il s’agit de mener à bien l’objectif d’amélioration de la santé de l’enfant (élimination des bradycardies, diminution du nombre d’apnées du nourrisson, prise de poids plus rapide, etc.) en intégrant la relation entre les parents et le petit enfant comme un élément structurant du dispositif de soins en maternité, notamment dans les services de néonatologie.
28 Circulaire n° 83-24 du 1er août 1983 relative à l’hospitalisation des enfants, Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, et Charte de l’Enfant hospitalisé, préparée par plusieurs associations européennes à Leiden en 1988.
29 Gérard Neyrand, Sur les pas de la Maison verte. Des lieux d’accueil pour les enfants et leurs parents, Paris, Syros, 1995.
30 Pour un historique des crèches collectives, voir : Catherine Bouve, Les crèches collectives : usagers et représentations sociales. Contribution à une sociologie de la petite enfance, Paris, l’Harmattan, 2001.
31 Cf. Circulaires des 18 et 21 mars 1983 (proposant entre autres la création de lieux de rencontre et d'écoute de la parole des parents en difficulté) ; Loi n° 89-899 du 18 décembre 1989 sur la « promotion et la protection de la santé, de la famille et de l'enfance » (JO du 19 décembre 1989, rectificatif JO du 25 janvier 1990) ; Décret n° 92‑785 du 6 août 1992, relatif à la protection maternelle et infantile, (JO du 12 août).
32 Circulaire nor : juse 9940062C du 16 août 1999 relative aux conditions d’accueil des enfants laissés auprès de leur mère incarcérée. En amont, voir les conclusions du groupe de travail sur les conditions d’accueil des enfants laissés auprès de leur mère détenue, ministère de la Justice, ministère des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, 1992.
33 René Clément, Parents en souffrance, Paris, Stock-Laurence Pernoud, 1993.
34 Nous nous appuyons ici sur la définition donnée par l’Office de la naissance et de l’enfance. Voir notamment : Marie-Christine Mauroy, « Protection de l’enfance, prévention de la maltraitance, résilience, bientraitance dans le cadre de l’ONE et du fonds Houtman en communauté française de Belgique », Bulletin d’information de l’action enfance maltraitée (direm), n° 61, 2004.
35 Comité de l’opération pouponnière, L’enfant en pouponnière et ses parents. Conditions et propositions pour une étape constructive, ministère de l’Emploi et la Solidarité, Paris, la Documentation française, 1997.
36 Paul Durning, Éducation et suppléance familiale…, op. cit.    
37 Marie-Pierre Mackiewicz, Suppléance précoce et parentalité : une étude de la coopération entre parents et professionnels dans les pouponnières à caractère social, thèse de doctorat en Sciences humaines, sous la direction de Paul Durning, Paris X - Nanterre, avril 1998, 730 p.
38 « Le terme de suppléance réfère simultanément à une absence - au moins partielle - de la famille et à un supplément apporté par l’organisation éducative qui ne vient pas recouvrir strictement le manque (Derrida, 1967). » Paul Durning, Éducation familiale, acteurs et processus en jeux, Paris, puf, 1995, p. 227.
39 Marie-Pierre Mackiewicz, Suppléance précoce et parentalité…, op. cit.
40 Didier Houzel (dir.), Les enjeux de la parentalité, ministère de l’Emploi et la Solidarité, Ramonville Saint-Agne, Érès, 1999. Le professeur Houzel est psychanalyste et psychiatre de l’enfant et de l’adolescent à l’université de Caen.
41 Circulaire interministérielle n° 2001/150 du 20 mars 2001, relative au développement des réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents.
42 Caisse nationale d’allocations familiales, Union nationale des associations familiales, Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux, Fédération des conseils de parents d’élèves, Association des collectifs enfants parents professionnels.
43 Jean-Claude Quentel, Le parent. Responsabilité et culpabilité en question, De Boeck-Wesmael, coll. Raisonnances, 2001.
44 Frédérique Leprince (CNAF), intervention au colloque « Institutions, famille, autorité parentale », École nationale de la magistrature, 18 janvier 2000.
45 Ségolène Royal, ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées, « Famille-Enfance : six chantiers prioritaires », conférence de presse du 11 mai 2000.
46 Irène Théry, Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, 2001 (1ère édition 1993).
47 Le projet de livret paternel fut présenté pour la première fois lors d’une conférence de presse de Ségolène Royal en septembre 2001.
48 Les experts réunis sous la direction de Didier Houzel proposent de distinguer, dans la parentalité, « l’exercice » (les droits et les devoirs), « l’expérience » (la dimension subjective) et « la pratique » (les tâches quotidiennes). Voir Didier Houzel, Les enjeux de la parentalité, op. cit., p. 115.
49 Ibid, p. 115.   
50 C’est aussi le cas des initiatives visant à intégrer les parents au fonctionnement des structures d’accueil ; de la Circulaire n° 83-22 du 30 juin 1983 relative à la participation des parents à la vie quotidienne des crèches ; du Décret n° 2000-762 du 1er août 2000 relatif aux établissements et services d'accueil des enfants de moins de 6 ans.
51 Didier Houzel, Les enjeux de la parentalité, op. cit.    
52 Cette centration des REAAP sur les populations cibles est manifeste depuis 2002. Cf. Circulaire du cabinet délégué à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées/dif/men n° 231–2002.
53 M. Remy, délégué interministériel à la Famille, colloque « Institutions, famille, autorité parentale », École nationale de la magistrature, 18 janvier 2000.
54 Charte du Comité national de pilotage des réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents.
55 Voir Jacques Commaille, L’esprit sociologique des lois, Paris, puf, 1994.
56 Voir Jacques Donzelot, La police des familles, éditions de Minuit, 1977.
57 David Pioli, Le petit enfant dans les politiques publiques…, op. cit.    
58 Geneviève Appell, Myriam David, « Étude des facteurs de carence affective dans une pouponnière », Psychiatrie de l’enfant, IV-2, 1962, p. 407-442 ; Janine Levy, Danielle Rapoport, « Les conditions de vie du nourrisson sans famille : possibilités et limites d’une recherche en pouponnière », Rev. Neuropsychiatrie. Infant., n° 25-2, 1977, p. 103-116.
59 W.  Ryan, Blaming the Victim, New York, Vintage Books, 1971.
60 Pour un aperçu de cette conception du « soutien » à la parentalité, voir Jacques Alain Bénisti, Sur la prévention de la délinquance, op. cit.    
61 Jacques Commaille, Claude Martin, Les enjeux politiques de la famille, Paris, Bayard, 1998 ; Jacques Commaille, L’esprit sociologique des lois, Paris, puf, 1994. Voir aussi : Claude Martin, La parentalité en question. Perspectives sociologiques, rapport pour le Haut conseil de la population et de la famille, Paris, avril 2003.
62 Voir Alain Renaut, La libération des enfants. Contribution philosophique à une histoire de l’enfance, Paris, Bayard/Calmann-Levy, 2002.
63 Sur la relation entre l’idéalisation d’un groupe et sa domination, voir pour exemple : Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Seuil, 1996.
64 Laurence Gavarini, La passion de l’enfant…, op. cit., p. 20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Pioli , « Le soutien à la parentalité : entre émancipation et contrôle », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°1 | printemps 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, Consulté le 21 avril 2014. URL : http://sejed.revues.org/106

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page