Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Ruptures scolaires. L'école à l'épreuve de la question sociale de Mathias Millet et Daniel Thin

Jean-Jacques Yvorel

Texte intégral

1Mathias Millet, Daniel Thin

2Ruptures scolaires. L'école à l'épreuve de la question sociale

3Paris, puf, 2005, 318 pages. 25 €

4L'ouvrage que nous proposent Mathias Millet et Daniel Thin repose sur l'étude intensive (terme utilisé par les auteurs) d'une vingtaine de situations de rupture scolaire. Par étude intensive, il faut entendre une méthode d'investigation qui confronte les discours et les informations disponibles sur le parcours d'un individu en incluant le discours « autobiographique ». La vingtaine de collégiens dont les parcours scolaires ont été étudiés en détail sont âgés de 13 à 15 ans et sont délibérément tous issus des catégories populaires les plus démunies et les plus dominées. Ils ont été contactés par l'intermédiaire des dispositifs relais qui les prenaient en charge en moment de l'enquête. Le livre est organisé en cinq chapitres où les auteurs déclinent un ensemble de « conditions sociales de possibilité des parcours de rupture scolaires ».

5Le premier chapitre se penche sur les conditions familiales d'existence des collégiens. Les familles où vivent les enfants sont économiquement vulnérables : leurs revenus reposent sur un travail précaire et peu qualifié et/ou diverses allocations. Les contraintes matérielles qui découlent d'une telle situation pèsent sur la scolarité laquelle, pour être pleinement investie, présuppose « des dispositions au désintéressement et à la déréalisation scolastique » incompatibles avec des préoccupations matérielles immédiates. Les familles sont de plus faiblement dotées scolairement et culturellement (les parents ont rarement dépassé le niveau du cap). Les « accidents de la vie » comme les séparations, décès, accidents, maladie, invalidité, exil, conflits, etc., se rencontrent fréquemment comme éléments biographiques des familles étudiées. De plus, si l'isolement de ces familles est grand et leur réseau de sociabilité et de solidarité réduit, elles sont socialement surencadrées. Ces conditions d'existence entraînent des « ratés » en matière de socialisation. Les temporalités familiales s'accordent mal avec les exigences du suivi scolaire parental. Surtout, les modes d'autorité mis en œuvre au sein des familles (surveillance directe, contraintes immédiates et contextualisées) sont en contradiction avec les formes d'autorité valorisées par l'école (contraintes intériorisées, « universelles » et impersonnelles). De surcroît, plus l'enfant grandit, plus ce contrôle parental qui réclame une proximité physique parents/enfants s'affaiblit et plus l'action régulatrice perd de sa consistance. Les élèves des classes relais sur lesquels Mathias Millet et Daniel Thin se sont penchés sont issus de familles minées par la question sociale (titre du chapitre premier), mais, comme l'écrivent les auteurs dans la conclusion de leur chapitre, « pas plus que chacune de ces dimensions familiales prise isolément ne suffit à caractériser en propre les familles des collégiens en ruptures scolaires, l'articulation des différentes caractéristiques familiales ne saurait rendre compte, si on les isole des autres dimensions de la vie sociale des collégiens (école, groupes de pairs, etc.), des parcours de ruptures scolaires. » (p.102.)

6Les difficultés d'apprentissage scolaire sont le lot commun des élèves qui interrompent précocement leur scolarité ; en cela la rupture n'est qu'un avatar de l'échec scolaire. Dans un second chapitre, particulièrement dense, Mathias Millet et Daniel Thin étudient donc les liens entre lesdits apprentissages scolaires et les ruptures scolaires (Les apprentissages scolaires au cœur des ruptures scolaires). Ils analysent et déconstruisent notamment les discours qui attribuent aux collégiens des « capacités » que différents « problèmes » ne permettent pas de potentialiser et rappellent que « ce sont moins les qualités immanentes des collégiens qui sont en jeu que les conditions de la rencontre entre logiques scolaires et logiques de socialisation primaire » (p. 149). Le décalage entre ces logiques est ensuite étudié dans de courts mais éclairants développements consacrés aux pratiques langagières, aux attitudes corporelles, au rapport au temps, etc. Reste que, scolairement, ces collégiens sont en rupture.

7Plus ou moins rapidement, les difficultés scolaires génèrent des comportements « a-scolaires » (Des difficultés scolaires aux comportements « a-scolaires »). Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les collégiens en rupture scolaire ne sont pas indifférents aux évaluations très négatives de leur travail : Celles-ci produisent un effet de stigmatisation et de dévalorisation de soi qui forme un socle sur lequel les « problèmes de comportement » se développent. Certains de ces comportements a-scolaires relèvent de l'évitement, de « l'esquive des contraintes scolaires », dont la forme la plus « achevée » est l'absentéisme. D'autres perturbent activement l'ordre scolaire et finissent par faire entrer les élèves dans un conflit direct avec les enseignants et le personnel éducatif. L'articulation entre la question des comportements et celle des difficultés d'apprentissage dessine un volet spécifiquement scolaire de disqualification du collégien, maillon important du processus de rupture scolaire.

8Les processus de ruptures scolaires se construisent aussi à travers des parcours de relégation dans l'institution scolaire. Toutes les « carrières scolaires » étudiées sont hachées, segmentées, erratiques. Parfois dès l'école élémentaire, les élèves en question connaissent des trajets irréguliers marqués par les redoublements, les changements d'établissements, les évictions temporaires, les affectations tardives. Ces coupures, loin de permettre un « nouveau départ », accélèrent et renforcent le désinvestissement. L'accumulation de sanctions fabrique un « casier scolaire » plus ineffaçable encore que le casier judiciaire. Les collégiens en difficulté, à force de relégations, de redoublements, d'exclusions, de changements finissent par éprouver une forte indétermination quant à leur avenir… alors que l'école est un investissement sur le futur.

9Dans un dernier chapitre (Entre scolarisation et sociabilité juvénile), Mathias Millet et Daniel Thin, après Stéphane Beaud1, analysent la dialectique entre pôle de scolarisation et pôle des pairs et du quartier. Ils montrent que « plus les stigmates scolaires se multiplient, et plus la disqualification symbolique à l'école s'accroît, plus les collégiens sont aspirés par la sociabilité juvénile des pairs les moins soumis aux logique scolaires » (p. 289), mais jamais « la relation au groupe de pair n'explique tout ».

10Dans leur conclusion générale, les auteurs insistent sur le fait qu'aucun des éléments rencontrés dans les ruptures scolaires n'explique à lui seul le processus. Ni les conditions familiales d'existence, ni les difficultés scolaires ou les logiques institutionnelles, ni les relations juvéniles des collégiens, prises isolément, ne permettent de comprendre le divorce entre ces enfants et l'école. C'est la combinaison de ces différentes instances de la vie sociale des collégiens qui explique les situations de ruptures scolaires.

11Les conséquences pratiques de cette recherche qui, adossée à un matériel empirique important, est tout à fait convaincante, sont claires : il n'existe pas de solutions simples. Celle qui consiste à agiter menaces et sanctions habillées d'un appel à la « responsabilité » à l'égard des parents ne peut que contribuer à leur disqualification. Les réponses purement pédagogiques ne prenant pas en compte les conditions d'existence sociale des élèves sont, elles aussi, un leurre. Quant à l'édification de filières spéciales pour élèves en ruptures, elles ne peuvent que nourrir cette modalité à peine particulière de l'échec scolaire.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Beaud, 80 % au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, la Découverte, 2002, p. 135.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « Ruptures scolaires. L'école à l'épreuve de la question sociale de Mathias Millet et Daniel Thin », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°1 | Printemps 2006, mis en ligne le 20 juin 2006, consulté le 29 novembre 2014. URL : http://sejed.revues.org/116

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org