Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Pratiques, langues et discours dans le travail social. Ecrits formatés, oral débridé sous la direction de Isabelle Léglise

Françoise Hickel

Texte intégral

1Pratiques, langues et discours dans le travail social. Ecrits formatés, oral débridé

2Isabelle Léglise (dir.)

3Collection Espaces discursifs, Paris, l’Harmattan, 2004, 135 pages. 13 €

4Quel(s) rôle(s) les langues jouent-elles dans l’insertion sociale ? Quel est l‘intérêt pour les travailleurs sociaux d’une approche sociolinguistique en la matière ? C’est l’objet de cet ouvrage, rédigé à plusieurs voix, que de traiter ces questions en en montrant différentes facettes.

5Le travailleur social face aux écrits et à l’écriture professionnelle 

6La rédaction d’un rapport professionnel au service mandataire (juge des enfants ou mandataire administratif) place les travailleurs sociaux au cœur du paradoxe constitutif de leur travail : aide aux usagers et contrôle plus ou moins répressif. Ce paradoxe trouve sa traduction dans la manière dont ces rapports sont produits : alors que l’éducateur est à la fois acteur et observateur, qu’il est partie prenante de son observation et de sa retransmission, ce sont au final toutes les marques subjectives et circonstancielles, pouvant donner lieu à discussion, qui disparaissent. Problème bien connu. L’intérêt de la démarche présentée par Patrick Rousseau est qu’elle montre comment des glissements successifs s’opèrent dans la rédaction et le jeu des interprétations. Cette analyse fine désigne alors du même coup où les choses peuvent être mises au travail, transformées, lorsqu’on ne néglige pas les cadres complexes (plusieurs destinataires, droit d’accès au dossier, sources d’informations multiples, effets du discours rapporté et des catégorisations,…) dans lesquels ces écrits sont produits.

7Le travailleur social face à ses propres pratiques orales et à celles des usagers

8Quels rapports avec un français normé les travailleurs sociaux entretiennent-ils et quels jugements de valeurs portent-ils sur les productions langagières des usagers qu’ils rencontrent ? Quelle influence le statut professionnel exerce-t-il là-dessus ? Deux articles d’Isabelle Léglise et de Laurent Boutonné traitent de ces questions. Tout d’abord, une enquête auprès de travailleurs sociaux et une recherche-action-formation auprès de médiateurs urbains à Tours  soulignent différents types de difficultés, tant du point de vue de la recherche que de celui des pratiques et discours analysés. Les médiateurs urbains, issus des quartiers sensibles, doivent jouer à la fois de leur proximité et d’une distanciation suffisante pour traiter les conflits dans les zones publiques. Cela les place en situation sociale et  linguistique fragile et complexe. Les langues du quartier deviennent-elles outils de travail ? Quelles façons de parler utilisent-ils ? Comment vont-ils marquer leur différence et leur légitimité, y compris vis-à-vis des chercheurs ? Par ailleurs, les aides-éducateurs en milieu scolaire se trouvent eux aussi fragilisés par une situation paradoxale. Ils sont eux-mêmes en quête de légitimité, dans un métier « émergent », dont la nécessité est reconnue, mais dont la mort est annoncée. Leur rapport à la norme linguistique scolaire et la façon dont ils l’entretiennent auprès des élèves - ou non - se révèle variable et complexe et peut se décrire autour de trois profils-types. Ce rapport dépend avant tout de la trajectoire sociale des aides-éducateurs, de leurs représentations de  l’école et de leur projet professionnel.

9Les actions de formation dans le travail social 

10Quelle peut être la pratique d’intervention du linguiste en formation initiale et continue des travailleurs sociaux ? Travailler la socialisation par la parole, la gestion de l’interaction verbale des éducateurs spécialisés face aux parlers des jeunes, analyser les discours professionnels oraux et écrits, voilà autant de pistes mises en œuvre et à continuer d’explorer. L’approche sociolinguistique peut amener à une véritable méthodologie d’analyse des pratiques et de conceptualisation des expériences. Enfin, Michelle Van Hooland nous présente les éléments d’une démarche interactionniste combinant clinique de l’activité langagière et clinique du sujet parlant. Cette démarche traite ainsi de la place de la parole dans la maltraitance et ouvre des pistes de travail pour une posture éducative qui favorise la résilience.     

11Quelle approche sociolinguistique dans le travail social ?

12La sociolinguistique s’est développée dans deux directions : l’analyse du discours sur les langues, leurs variétés et leur « économie » dans une société ;  l’analyse des pratiques langagières enchâssées dans les activités quotidiennes. Que faut-il analyser ? La parole sur les pratiques ou la parole dans les pratiques ? Les discours sur l’action, ou les discours dans l’action ? Patrick Renaud souligne les limites d’une approche socio-linguistique variationniste, procédurale, s’efforçant de corréler deux objets distincts, langue et société. Il  montre la nécessité d’une sociolinguistique qui s’intéresse aux pratiques concrètes des membres d’un groupe et aux raisons de faire ce qu’ils font, comme ils le font, dans un contexte où, en matière d’intelligibilité, tout est à co-construire. Il plaide pour une intégration de ces deux démarches, socio-linguistique des langues et sociolinguistique des pratiques, qui fonderait une « linguistique des pratiques ». L’enquête sociale au service de la justice des mineurs serait un objet d’analyse particulièrement pertinent en ce qu’il rend visible l’articulation de ces deux ordres d’analyse.

13Linguistes, formateurs et travailleurs sociaux se fréquentent depuis quelques  années. C’est tout l’intérêt de cet ouvrage à plusieurs que de montrer les pistes de travail possibles, les études menées, leurs difficultés aussi. La confrontation de ces univers sociaux peut mener à des résistances. On peut regretter qu’elles n’aient pas toujours été bien perçues ou analysées. Mais ce numéro ne peut qu’encourager à développer ce dialogue chercheurs/praticiens qui font de la parole leur principal objet/outil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Hickel, « Pratiques, langues et discours dans le travail social. Ecrits formatés, oral débridé sous la direction de Isabelle Léglise », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°1 | Printemps 2006, mis en ligne le 03 juillet 2006, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/127

Haut de page

Auteur

Françoise Hickel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org