Navigation – Plan du site
Circulations juvéniles et usages adolescents de l'espace

« Micro lieux » appropriés sur le territoire du cercle familial

Un passage entre le « dedans » et le « dehors »
« Micro territories » appropriated in the family circle's territory. A transition between « inside » and « outside »
« Micro lugares » apropiados en el territorio del círculo familiar. Un pasaje entre el « adentro » y el « afuera »
Gilles Henry

Résumés

L’article s’intéresse au phénomène d’appropriation – par une très faible minorité de jeunes gens de 13 à 25 ans – de « micro lieux » situés sur le territoire de leur cercle familial. Il s’appuie sur une recherche effectuée en Moselle, mais le phénomène n’est pas spécifique à ce département. L’approche méthodologique fait référence au paradigme du « situationnisme méthodologique ».
Ces « micro lieux » sont très divers, à la ville comme à la campagne : une barrière de cour d’école, un lavoir, un « abribus », un ancien fort désaffecté, un coin de galerie marchande, un pied d’immeuble, un hall d’entrée, etc. Le processus d’appropriation par les jeunes se traduit par un marquage territorial qui témoigne d’une vie sociale embryonnaire, faite de rencontres quotidiennes pendant quelques mois ou plusieurs années, selon les individus et les groupes. Le phénomène étudié se trouve amplifié et souvent plus complexe à réguler sur les quartiers urbains d’habitat social.
Quelles que soient par ailleurs les perturbations qu’ils occasionnent pour le voisinage, ces « micro lieux », à la fois « aire intermédiaire d’expérience » et « lieu de repos » entre « cosmos et chaos », constituent pour ceux qui se les approprient un passage entre le « dedans » et le « dehors », résultat d’une dynamique complexe comportant de multiples oscillations entre « sociabilité interne » et « sociabilité externe », « territorialisation et déterritorialisation ».

Haut de page

Texte intégral

1Cet article présente les principaux résultats d’une recherche sur le phénomène d’appropriation – par des jeunes gens de 13 à 25 ans – de « micro lieux » situés à proximité de leur résidence familiale. Elle a été réalisée en Moselle, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, mais le phénomène n’est pas spécifique à ce département.

2Qu’il s’agisse d’une barrière de cour d’école, d’un ancien lavoir, d’un abribus, d’un fort désaffecté à la lisière d’un quartier urbain, d’un porche entre deux cours d’immeubles, d’un coin de galerie marchande, d’un hall d’entrée… ces « micro lieux » apparaissent comme autant de passages entre le « dedans » de l’univers familial et le « dehors » d’une vie sociale plus autonome pour les jeunes gens qui s’y retrouvent quotidiennement.

3Une fois précisé le cadre de la recherche, nous développerons d’abord cette question du « passage », pour traiter ensuite de la double problématique – sociabilité et territorialité – que le phénomène met en jeu. Enfin, nous tenterons de montrer que ce « passage » est le résultat d’une dynamique complexe comportant de multiples oscillations entre « sociabilité interne » et « sociabilité externe ».

Le cadre de la recherche

4Avant de présenter le contexte et la méthodologie de ce travail, quelques précisions sémantiques vont nous permettre d’en spécifier l’objet.

Précisions sémantiques

5Tout d’abord, nous appellerons « micro lieux » des portions ou des parcelles de territoires de quelques mètres carrés, situées un peu partout et qui présentent la caractéristique d’être appropriées à un moment donné par des jeunes gens sur des périodes plus ou moins longues. Ils peuvent être situés dans des espaces publics ou privés. Par ailleurs, ils peuvent être physiquement délimités du fait de leur usage habituel ou de leur construction (hall d’entrée, abribus, lavoir, etc.), comme ils peuvent ne pas l’être (pied d’immeuble, parcelle de rue ou de trottoir, etc.). Leur caractère géographique est une évidence.

  • 1  Gustave-Nicolas Fischer., Psychologie des espaces de travail, Paris, Armand Collin, 1989, p. 46.

6L’adjectif « approprié » qualifie le résultat d‘une appropriation consistant à faire sien, s’attribuer la propriété de quelque chose, même si elle ne nous appartient pas légalement1, et non d’une adaptation consistant à rendre un objet propre à une destination ou à un usage déterminé (solution appropriée à un problème donné, outil approprié à tel ou tel usage, etc.).

7Le terme de « cercle », emprunté à la géométrie (figure fermée et ronde), est utilisé pour désigner le regroupement de personnes dont une partie des caractéristiques permet de les classer sous le même registre. Associé à l’adjectif « familial », il désigne la famille comme ensemble des personnes ayant un lien de parenté, que celles-ci co-résident sous le même toit ou non. Le lien de parenté constitue la caractéristique commune aux personnes appartenant au même cercle familial. Dans le cadre de notre recherche, le « cercle familial » est constitué du ou des parents des jeunes gens auteurs de l’appropriation d’un « micro lieux », ainsi que des personnes ayant un lien de parenté avec eux : grands-parents, oncles, tantes, cousins, cousines, résidant sur le même territoire, à savoir le village ou le quartier urbain.

8La notion de « territoire » est celle utilisée en éthologie, extrapolée et appliquée au comportement humain : il s’agit d’une aire géographique occupée par une personne ou un groupe de personnes.

9Celle de « passage » est à comprendre dans une double dimension : géographique, en tant que parcelle de territoire empruntée par des « passants » pour simplement « passer », et a-géographique, en tant que période de passage d’un statut à un autre, d’un stade de développement personnel à un autre. Nous verrons comment cette double signification prend sens dans le cadre de ce phénomène d’appropriation de « micro lieux » par des jeunes.

Contexte

  • 2  http//www.insee.fr/insee_region/lor/publi_elect/Moselle/organisation/moselle.

10Cette recherche a principalement été effectuée dans le département de la Moselle2 où le phénomène observé touche la presque totalité des villes et villages. Situé au nord-est de la région lorraine, il s’étend sur 6 200 km2. Délimité à l’ouest par la Meurthe-et-Moselle et à l’est par le Bas-Rhin, il est bordé au nord par les frontières de l’Allemagne et du Luxembourg.

  • 3  Habitat et vie sociale (hvs), développement social des quartiers (dsq), contrats de ville, contrat (...)

11Il compte 688 communes rurales de moins de 4 500 habitants, dont 564 de moins de 1 000 habitants, et 42 communes urbaines de plus de 4 500 habitants dont la plus importante est la ville de Metz, sa préfecture, avec 123 776 habitants. Certaines de ces villes comptent des quartiers d’habitat social qui relèvent, depuis plus de vingt ans déjà, d’une prise en charge au titre de la politique de la ville3.

  • 4  32 000 habitants de la zone d’emploi de Thionville (commune urbaine de 40 000 habitants située au (...)

12Attractivité économique oblige, la croissance démographique s’y diffuse dans les petites communes rurales proches des frontières luxembourgeoise4 et allemande, ainsi que dans celles situées à proximité de villes constituant le « centre » d’agglomérations ayant développé des zones d’activité économique et disposant d’un minimum de services publics. Ces communes rurales se trouvent confrontées à des phénomènes de regroupement de jeunes gens au sein de « niches » que leur offre l’espace public disponible, là où ils résident. L’abribus se trouve être la plus emblématique de ces niches, puisqu’il est le lieu de rendez-vous matinal de près de 50 000 jeunes collégiens et lycéens, acheminés par 900 bus réalisant 40 000 km par jour, vers les 96 collèges et la quarantaine de lycées que compte ce département. Ce phénomène n’est d’ailleurs pas spécifique au département de la Moselle : il est bien évidemment observable sur l’ensemble du territoire national, à la campagne comme à la ville, sous des formes variables.

13Qui n’a pas déjà vu en déambulant dans sa ville, son quartier ou son village, un de ces « micro lieu » – abribus, hall d’entrée, pied d’immeuble, coin de galerie marchande ou de rue, barrière d’école, etc. – approprié par des jeunes ? Chacun peut très facilement se le représenter : un « micro lieu », des jeunes gens qui s’y regroupent et, c’est souvent le cas, des résidents qui habitent à proximité, soit dans des appartements, soit dans des maisons. Ces « micro lieux » appropriés sont en effet situés sur des territoires que plusieurs catégories de personnes se partagent. Le fait qu’ils soient momentanément appropriés par quelques uns, a bien évidemment pour conséquence de mettre à l’épreuve le lien social. La thématique des civilités constitue un élément central de notre objet d’étude, à partir duquel nous abordons la manière dont ce phénomène est pris en compte dans le cadre des politiques publiques de la « jeunesse » et de « la ville ».

Approche méthodologique

  • 5  Erving Goffman., op. cit., p. 23.
  • 6  Erving Goffman., op. cit., p. 23. Par interaction, Erving Goffman entend « l’influence réciproque (...)
  • 7  Isaac Joseph., Erving Goffman et la microsociologie, Paris, puf, 1998, p. 10 : « À côté des entité (...)
  • 8  Isaac Joseph., op. cit. p. 10 : le « situationnisme méthodologique » se distingue de deux autres p (...)

14Le « décor » est planté. C’est dans cette configuration scénique, au sens théâtral ou cinématographique du terme, que nous déclinons notre méthodologie d’observation. Nous empruntons à Erving Goffman la métaphore de la « mise en scène5 »pour décrire ce qui s’offre à notre regard et l’approche dramaturgique que nous retenons pour l’étude des interactions6 nées des conflits d’usages engendrés par l’existence des « micro lieux » : nous sommes bien dans le champ de la microsociologie telle qu’elle est définie par Isaac Joseph7, en référence à Erving Goffman, face à des « situations d’interaction », et tous les paramètres nous permettant de nous référer au paradigme du « situationisme méthodologique 8», nous semblent ici rassemblés.

15Plusieurs catégories d’acteurs se trouvant en situation d’interaction dans ce que nous avons appelé un « micro lieu »approprié, nous faisons le choix de les classer en trois cercles : le cercle des acteurs à l’origine du phénomène, le cercle des résidents qui cohabitent à proximité, parmi lesquels les familles de ces jeunes gens, et le cercle des acteurs que nous qualifions de périphériques (élus locaux, travailleurs sociaux, bailleurs sociaux, représentants des forces de l’ordre, etc.) qui sont en charge de la gestion et de la régulation des effets induits par ce phénomène, sur le plan politique, économique et social.

16L’approche méthodologique adoptée est qualitative et les matériaux collectés sont constitués de données verbales et non verbales. Les données verbales comprennent des interviews d’acteurs des trois cercles, et des retranscriptions d’échanges entre acteurs d’au moins deux des trois cercles, auxquels nous avons assisté en situation d’observation participante, aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain ; une analyse des conversations a été effectuée à partir des retranscriptions. Les données non verbales comprennent des descriptions de « micro lieux » explorés en l’absence de leurs « habitants » : inscriptions sur les murs, contenus de poubelles, détritus jonchant le sol, et tous autres indices susceptibles d‘informer sur les usages qui s’y développent et sur la nature des messages envoyés par leur intermédiaire aux acteurs des deux autres cercles. Tous ces indices semblent concourir à alimenter la logique d’un « système d’activités situées », le contenu de la poubelle débordant de détritus que l’usager découvre le matin en attendant le bus, comme les dégradations que constituent des inscriptions à la bombe de peinture, au feutre ou à l’aide d’un objet contondant, voire des destructions de boîtes aux lettres, de serrures de porte d’entrée, etc.

17Une fois ce cadre posé, les personnes rencontrées le sont de manière aléatoire au sens où c’est bien l’existence d’un « micro lieu » approprié sur un territoire donné qui motive notre démarche à l’égard des acteurs des premier, second et troisième cercles.

Le passage entre le « dedans » et le « dehors »

18A partir du cadre posé, tout un chacun peut avoir le sentiment en les observant, que les membres des groupes constitués au sein de ces « micro lieux » ne font rien de concret, voire qu’ils s’y ennuient à mourir. Qu’y a-t-il donc derrière les apparences ?

Derrière l’immobilisme apparent, un processus du passage

19La métaphore du passage entre le « dedans » et du « dehors », comme son évidente géométrie y invite, aurait pu nous conduire à traiter ces deux notions comme des oppositions. Il n’en est rien, bien au contraire. Si la question de l’appropriation de « micro lieux » sur le territoire du cercle familial, peut en première lecture, renvoyer l’observateur à immobilité, celle de jeunes gens que l’on voit debout durant des heures sous un abribus ou dans un hall d’entrée, c’est paradoxalement bien de mouvements permanents, de dynamique et de processus dont nous traiterons ici. Nous formulons l’hypothèse que ces « micro lieux » appropriés sur le territoire du cercle familial, constituent pour ceux qui se les approprient un passage entre le « dedans » et le « dehors ».

  • 9  Gaston Bachelard, op.cit., p. 191.
  • 10  Ibid., p. 206.

20Selon Gaston Bachelard, « dehors et dedans forment une dialectique d’écartèlement, et la géométrie évidente de cette dialectique nous aveugle dès que nous la faisons jouer dans des domaines métaphoriques9 ». En effet, il nous est impossible de cerner avec une précision géométrique où commence et où finit le « dedans », comme il ne nous vient pas à l’esprit de considérer le commencement du « dehors » à partir d’une hypothétique sortie du « dedans ». L’opposition du « dedans » et du « dehors » ne nous paraît pas non plus « coefficientée par son évidence géométrique10 ». Le « dedans » et le « dehors » ne sont pas séparés par un milieu qui les rendrait équivalents l’un à l’autre. Nous sommes dans la complexité et dans l’asymétrie totale, où sociabilité et territorialité sont très étroitement intriquées. Le « micro lieu », s’il constitue un passage au sens propre comme au sens figuré, n’est en aucun cas le milieu entre « dedans » et « dehors », et encore moins un « seuil » qui les délimiterait.

  • 11  Alain Vulbeau, Les inscriptions de la jeunesse, Paris, l’Harmattan, 2002, p. 175 : « C’est sous le (...)

21La question du « micro lieu » approprié sur le territoire du cercle familial, comme passage entre « dedans » et « dehors », nous renvoie à la réciprocité des échanges, souvent « contrariée » mais nécessaire au processus de socialisation, comme le souligne Alain Vulbeau11. Même si ce n’est pas toujours le cas en milieu rural, ni en milieu urbain, le phénomène des « micro lieux » est souvent vécu comme une nuisance, voire une source importante d’insécurité, par les résidents qui le fréquentent quotidiennement, de jour comme de nuit. En tant que « mise à l’épreuve du lien social », ce rejet a une incidence certaine sur les processus auxquels s’intéresse ce travail.

  • 12  Joëlle Bordet, op. cit., p. 82

22L’existence des « micro lieux » interroge aussi la complexité des liens qu’entretiennent des jeunes gens de 13 à 25 ans au sein de leur groupe familial et de leur groupe de pairs, passant de l’un à l’autre par l’entremise d’un « micro lieu » qu’ils s’approprient. Elle est également symbolique d’un passage entre le « dedans » et le « dehors » au sens où les jeunes gens de cette classe d’âge vivent une période où sont en jeu des choix de vie sur le plan familial, scolaire et professionnel. Joëlle Bordet parle de « lieux intermédiaires entre le logement familial et la place, lieu de la vie publique et de la reconnaissance sociale […] entre la vie personnelle intime et la vie sociale12». Ce temps de passage peut durer de quelques mois à plusieurs années, selon les individus.

Le « micro lieu » comme « aire intermédiaire d’expérience »

  • 13  « Chaque fois que des parties se rassemblent, que des gens se rejoignent pour la réalisation d’une (...)

23En tant qu’emprise territoriale appropriée, le « micro lieu » constitue pour ses occupants un lieu de développement d’expériences entre soi. Les membres du groupe font, selon les termes de Georg Simmel, l’expérience de « plus de société13 » qu’auparavant : ils sont réunis pour la réalisation d’une tâche commune, ne serait-ce que celle de parler entre eux ; ils partagent un même sentiment, ne serait-ce que celui d’appartenance au même groupe d’amis, ou une même manière de penser, peut-être même seulement le sentiment d’avoir le même point de vue sur tel ou tel sujet de discussion ; ils partagent des moments de convivialité, tout simplement.

  • 14  Donald W. Winnicott, Jeu et réalité : l’espace potentiel, Paris, 1975, p. 28-33.

24Il nous semble possible de faire une lecture pertinente de cette expérience entre soi, située à un moment donné du processus de socialisation, et vécue sur une emprise territoriale appropriée, par analogie avec la théorie de Donald W. Winnicott14 concernant l’« aire intermédiaire d’expérience », observée chez l’enfant du 4e au 12e mois, bien que l’âge des sujets ne soit pas comparable.

25Cet auteur définit en effet une « aire intermédiaire d’expérience » à laquelle contribuent simultanément la « réalité intérieure » et la « vie extérieure » et où se développent des « phénomènes transitionnels », qui apparaissent chez l’enfant du 4e au 12e mois. Il la présente comme un « état intermédiaire » entre l’incapacité du petit enfant à reconnaître la réalité et la capacité qu’il acquerra progressivement pour le faire, par l’entremise d’un « objet transitionnel », le plus emblématique étant l’ours en peluche : cet objet est considéré comme la première possession « non moi » de l’enfant, c’est-à-dire, extérieure à son corps ; il présente une grande importance, les parents en reconnaissent la valeur, à tel point qu’ils l’emportent partout. Cette « aire intermédiaire d’expérience » n’est pas contestée au jeune enfant par son entourage. Sa fonction est d’exister en tant que « lieu de repos pour l’individu engagé dans cette tâche humaine interminable qui consiste à maintenir à la fois séparées et reliées l’une et l’autre, réalité intérieure et réalité extérieure ». Chez le jeune enfant, Donald W. Winnicott situe cette « aire intermédiaire d’expérience » entre le pouce et l’ours en peluche, entre l’érotisme oral et la véritable relation à l’objet, entre l’activité créatrice primaire et la projection de ce qui a été introjecté, entre l’ignorance primaire de la dette et la reconnaissance de celle-ci. Cette aire est a-géographique.

  • 15  Pour Donald W. Winnicott, tout individu ayant atteint un stade où il constitue une unité, avec une (...)
  • 16  Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, 2. Les relations en public, Paris, édition (...)

26Pour ce qui concerne notre objet de recherche, le « dedans » du cercle familial peut être considéré comme analogue à cette « réalité intérieure » à laquelle il est fait référence15, et le « dehors » du groupe des pairs comme analogue à la « vie extérieure ». Le passage entre le « dedans et le dehors » est à la fois matérialisé par ces aires géographiques que sont les « micro lieux » en tant qu’emprises territoriales appropriées, et constitué par cet « état intermédiaire » dans lequel se situent les « 13-25 ans » qui cherchent leur voie en développant leurs propres expériences avec leurs pairs. On peut alors considérer que ce « micro lieu » est approprié par l’adolescent comme « objet transitionnel », extérieur au cercle familial dont il est amené à se détacher un jour, tout en se situant dans sa proximité. Il est assimilable à l’ours en peluche, « première possession » du nourrisson, qui appartient à la « réalité extérieure » bien qu’il ne le reconnaisse pas encore comme tel. Le « micro lieu » approprié est une « possession » pour les jeunes gens concernés. Tous les critères d’une telle situation sont observables. Celle-ci se manifeste notamment par le marquage territorial, au sens où Erving Goffman le définit16, avec notamment les « marqueurs centraux » qui témoignent du processus d’appropriation (mégots de cigarettes jonchant le sol et papiers d’emballages divers placés au centre du « micro lieu », installation de mobiliers divers tels que canapé, table, chaises et tapis dans des caves, par exemple), les « marqueurs frontières » qui marquent la ligne qui sépare le « micro lieu » approprié des territoires qui lui sont adjacents (porte d’entrée du hall d’immeuble, premières marches accédant au palier du 1e étage, limites intérieures et extérieures du porche accédant à une cour intérieur d’immeuble, parois de l’abribus, marqueurs olfactifs tels qu’odeurs d’urine, notamment à la proximité des abribus et des entrées d’immeuble, de tabac, voire de shit, par exemple), et les « marqueurs signets » qui se traduisent par l’apposition de signatures. En marquant les sols, les murs ou tout autre élément de circonscription d’un « micro lieu » (barrières métalliques, lattes de bancs publics, poutrelles de charpente d’un abribus, murs d’un hall d’entrée, par exemple), les auteurs le revendiquent comme une véritable possession (multiples brûlures de cigarettes sur le sol d’un local utilisé par des fumeurs de shit, signatures et messages inscrits au feutre ou gravés, tags, etc.).

27Tous ces marqueurs sont aussi le témoin d’une vie sociale embryonnaire. Cependant, bien que situé en dehors du domicile familial et partagé par d’autres, le « micro lieu » n’appartient pas à la « réalité extérieure », et ce que les jeunes y vivent n’est pas représentatif de la « vie extérieure », celle-ci se déroulant en dehors du territoire du cercle familial. Le « micro lieu » reste donc un « lieu intermédiaire » au sens où Joëlle Bordet le définit, où se développent des expériences collectives « entre soi », analogues aux « phénomènes transitionnels » de Donald W. Winnicott, faits des premières expériences de découverte de la « vie extérieure » par le nourrisson.

Un « lieu de repos » entre « cosmos » et « chaos »

  • 17  François Maspéro., Les passagers du Roissy-Express, Paris, le Seuil, 1982.
  • 18  Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, puf, 2004, p. 24.
  • 19  Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, Galimard, 1965, p. 26.

28Cette « aire intermédiaire d’expériences » constitue pour ses occupants un « lieu de repos », au sens où Donald W. Winnicott le définit : il leur permet de respirer un peu avant de s’engager « dans cette tâche humaine interminable qui consiste à maintenir, à la fois séparées et reliées l’une et l’autre, réalité intérieure et réalité extérieure ». Il est vécu comme un lieu protecteur car chacun se sait « sous l’œil collectif17 ». Malgré les apparences, ces jeunes gens y développent des pratiques de convivialité et de partage qui répondent à des besoins momentanés de réconfort et de protection, exprimés et recherchés. En tant qu’emprise territoriale appropriée, le « micro lieu » constitue d’une certaine manière un « coin du monde18 », voire le « centre du monde 19», car les jeunes y passent l’essentiel de leur temps à y « refaire le monde » à chaque fois qu’il s’y retrouvent, y compris les jeunes gens coutumiers de passages à l’acte violents (insultes, coups, dégradations volontaires et autres).

  • 20  Mircea Eliade, op. cit., p. 27.
  • 21  Mircea Eliade, op. cit., p. 32.

29Les analyses de Mircea Eliade apparaissent particulièrement éclairantes pour comprendre leur rapport à ce « monde ». Selon cet auteur, quel que soit le degré de désacralisation du monde auquel l’homme est arrivé en optant pour une vie profane, il conserve des traces d’une valorisation religieuse de celui-ci20. Le « dehors » est insécurisant. Il représente le « chaos » en tant qu’« autre monde21 », espace étranger peuplé d’« étrangers » auxquels il va bien falloir se confronter un jour. Cette rupture dans l’espace semble due à l’opposition entre un territoire habité, organisé et rassurant, le « cosmos », et un espace inconnu qui s’étend au-delà de ses frontières, le « chaos », même si cet « autre monde » peut être vécu comme rassurant par ceux qui l’habitent. Le territoire du cercle familial, habité et organisé, donc « cosmisé », rassure et protège ses habitants du « chaos ».

  • 22  « Qu’il s’agisse de défricher une terre inculte ou de conquérir et d’occuper un territoire déjà ha (...)
  • 23  Ensemble des récits mythiques qui expliquent l’origine de l’univers et ses évolutions.

30Le « micro lieu » approprié sur le territoire du cercle familial, est « consacré », au sens religieux du terme, par ses occupants, en tant qu’« habité ». En s’y « installant », ses occupants le transforment symboliquement en « cosmos » par une répétition rituelle22 de la cosmogonie23 qui consiste à transformer à l’échelle microcosmique du « micro lieu », en se l’appropriant, le « chaos » en « cosmos ». Ils ne font que reproduire ce que leurs parents ont eux-mêmes fait en s’appropriant le domicile familial, logement qu’ils ont « consacrés » pour se protéger eux-mêmes du « chaos ». Ils se préservent en quelque sorte provisoirement de ce « chaos » qui les attend, hors des frontières de ce territoire :

C’est un lieu où l’on peut parler tranquillement où on délire […] On y rigole, on parle de tout et de rien, on se confie, on est un groupe solide. (Laura, 14 ans, rencontrée dans un square de Montigny-lès-Metz, commune de 23 000 habitants.)

On se retrouve, intimement pour délirer et discuter calmement […] Je me confie et avec tout notre petit groupe, on refait le monde. (Déborah, 15 ans, du même groupe.)

Nous nous retrouvons, pour discuter de tout et de rien, ne pas être seuls, passer du bon temps avec des amies. On décompresse. (Stéphanie, 14 ans, du même groupe)

31Le symbolisme du « centre du monde » auquel nous faisons référence est présent dans la manière dont ces jeunes gens disent qu’ils « refont le monde » quand nous leur demandons ce qu’ils font dans ces « micro lieux ».

Des « micro lieux » sans nom, mais pas des « non-lieux »

  • 24  Pascale Lègue, « Promenade au Val-Fourré », Information sociales, n° 130, p. 64-65.

32Les « micro lieux » appropriés n’ont pas de noms particuliers. Ils sont souvent désignés par celui de l’endroit où ceux qui se les approprient se retrouvent. « Devant le bloc » ou « dans le hall d’entrée », nous ont répondu de concert Michaël et Grégory, âgés de 19 et 21 ans. Quant à Geoffrey (15 ans et demi), il se retrouve « à l’abribus, au stade et à des endroits cachés ». Pour Alex (15 ans), c’est « au lavoir » de son village qu’il va retrouver ses amis. Laura (14 ans), l’appelle « le quartier ».Jonathan et Jean-Maxime, respectivement âgés de 17 ans et 14 ans, dénomment quant à eux « la cité des peupliers » un endroitqui n’est rien d’autre qu’un petit square arboré de peupliers. Mathieu (17 ans) se retrouve « à la cloche », petit espace arboré avec un banc où une cloche a été installée pour sonner le glas lorsque survient un décès dans son village. Cédric (18 ans) et Gwenaëlle (13 ans) rejoignent leurs amis « au pont », etc. Imaginant l’inventaire « à la Prévert » de plusieurs pages que constituerait la liste de ces lieux de retrouvailles, notre regard croise celui de Pascale Lègue24 : en suivant un groupe de jeunes collégiens du Val-Fourré ayant accepté de lui montrer « leurs lieux de vie quotidienne » cette anthropologue évoque Prévert tant les haltes balisant le chemin du domicile au collège (et celui du retour) sont nombreuses. Le « dehors » élargit l’espace de vie et le « devant » de l’immeuble est investi, nous dit-elle.

On fréquentait trois lieux où on était presque scotché, tous les jours et aux mêmes heures. Il y avait la « barrière d’école », derrière l’immeuble, quand il faisait beau et avant que la nuit tombe, puis le « hall d’entrée », le week-end et la nuit quand il flottait, et enfin le « fort » [vieil ouvrage de la ligne Maginot laissé à l’abandon et ouvert à tout vent], situé à l’entrée de notre quartier […] Et aujourd’hui, rien n’a changé ! (Momo, 21 ans).

33Les dizaines de jeunes que nous avons rencontrés ont tous en commun le besoin de se retrouver avec d’autres dans des « micro lieux » sans nom particulier, si ce n’est celui qui correspond à l’usage pour lequel ils ont été conçus, comme en témoignent ces quelques exemples. Ces « micro lieux » sans nom sont-ils pour autant des « non-lieux » ?

  • 25  Jean Claude Chamboredon et Marc Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ens (...)
  • 26  Marc Augé, Non-lieux : introduction à une anthropologie de la modernité, Paris, Editions du Seuil, (...)
  • 27  Néologisme utilisé pour désigner les inscriptions gravées sur des vitres d’abribus, de bus ou de w (...)

34Le terme de « non-lieu » a en effet été utilisé à plusieurs reprises, pour désigner des lieux présentant certains des caractères des « micro lieux » étudiés ici. Il est notamment employé en 1970, par Jean-Claude Chamboredon et Marc Lemaire25, qui dénoncent le fait qu’à vouloir faire des quartiers, des sociétés en miniature avec des espaces plurifonctionnels, nous entrons de plain-pied dans une société complexe, mobile, où les « non-lieux » prolifèrent. Marc Augé26, quant à lui, utilise ce terme en 1992 pour qualifier ce qu’il présente comme une des conséquences de la « surmodernité » : des espaces d’anonymat accueillant chaque jour des individus toujours plus nombreux qui y cohabitent sans y vivre ensemble. Concédés aux rassemblements éphémères, on y trouve les espaces résiduels et de transit tels que les voies aériennes et ferroviaires, les autoroutes, les grands hôtels, les chaînes hôtelières aux chambres interchangeables, les supermarchés, les parcs, les halls de gare et d’aéroport, etc. Ces « non-lieux » ne sont pas appropriés au sens où le sont les « micro lieux » de nos investigations. Leurs usagers ne s’y attardent pas, n’y font que passer, même si certains peuvent y laisser trace de leur passage : tags sur les parois des wagons et autres « gravages27 » sur les vitres, réalisés par des usagers et observables sur certaines lignes de métro parisiens, par exemple, ou bien détritus, emballages divers, journaux ou revues lus en attendant ou pendant le transport en commun.

35Les « micro lieux » appropriés sur le territoire du cercle familial, ne sont pas des « non-lieux » au sens de Marc Augé : bien que non reconnus par les autorités locales (mairie, direction départementale de la Jeunesse et des Sports, etc.) comme des espaces susceptibles d’accueillir les jeunes gens du quartier ou du village, ils sont bel et bien appropriés et vécus, quasiment habités pour ceux qui sont fermés sur l’extérieur (cave ou garage en sous-sol d’immeuble, par exemple) :

Le « fort » était le seul endroit qu’on pouvait aménager avec des vieux canapés que les gens jetaient. On y avait aménagé un petit studio. C’était ça ou les caves ! Alors, sans trop s’éloigner du quartier, on avait un espace. (Momo, déjà cité.).

36Le « sans trop s’éloigner du quartier » est bien révélateur du souci de rester dans la proximité  protectrice du territoire du cercle familial, beaucoup plus rassurant.

  • 28  Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, puf, 2004, p. 24.
  • 29  Ibid., p. 24.

37Ces lieux représentent un « coin du monde28 »pour leurs occupants, qui se connaissent et trouvent toujours plaisir à s’y retrouver, car ils s’y trouvent « en paix » pour « refaire le monde » nous ont dit un certain nombre d’entre eux. Ce « coin » leur assure ce que Bachelard définit comme étant « une première valeur de l’être : l’immobilité29 », et cette immobilité contraste avec la mobilité associée aux « non-lieux ». Ceux qui investissent ces « non-lieux » de la « surmodernité », sont mus par la nécessité de se rendre d’un endroit à un autre, alors que les jeunes gens rencontrés dans ces « micro lieux » appropriés sur le territoire du cercle familial, se trouvent très bien là où ils se trouvent, à ce stade de leur vie. Cette immobilité n’est cependant qu’une apparence, comme nous le verrons par la suite.

  • 30  Il s’agit de témoignages d’acteurs du « cercle périphérique » (élus, travailleurs sociaux, respons (...)

38De nombreux témoignages recueillis au cours de l’enquête30 montrent que l’existence même de salles construites spécifiquement pour l’accueil des jeunes gens, ainsi que la présence d’équipements socioculturels et sportifs animés par des professionnels, n’empêchent pas le phénomène de se produire, voire de se reproduire.

Les jeunes sont accueillis tous les soirs jusqu’à 22 h 30 au « local jeunes » de la commune, pour ceux qui le souhaitent. Certains habitués de l’abribus viennent, restent en fonction de l’intérêt qu’ils y trouvent ou s’en vont. Chaque soir, je ferme le local à 22 h 30/23 h et je rentre chez moi. En repartant, je traverse le village et je retrouve sous l’abribus, une partie de ces mêmes jeunes. (Laurent, 21 ans, animateur.)

39De même, tous les maires qui prennent la décision de faire démonter l’abribus ou le banc public appropriés, de murer le porche facilitant le passage entre deux cours d’immeuble et servant de refuge à un groupe de jeunes gens qui s’y retrouvent tous les soirs, font le constat que le phénomène ne s’éteint pas de lui-même : il ne fait que se déplacer.

  • 31  Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1965, p. 26-28.

40Les « micro lieux » observés dans notre recherche, tels les abribus, les coins de galerie marchande, les halls d’entrée, les barrières d’école, les lavoirs, et autres niches de l’espace public, pourraient être considérés comme des « non-lieux » au sens de Marc Augé, dans la mesure où leur destination essentielle est de faciliter le cheminement de passants qui les traversent, les franchissent ou s’y abritent le temps de l’arrivée du bus, sans pour autant s’y installer. Seuls, celles et ceux qui se les approprient les font passer du statut de « non-lieu », où rien ne se passe entre ceux qui s’y croisent, à celui de « micro lieu » approprié où une vie sociale embryonnaire prend forme. Cette démarche d’appropriation donne un caractère sacré au « micro lieu » devenu pour ses occupants le « centre du monde 31», « cosmisé » au sens défini par Mircéa Eliade.

Une double problématique : sociabilité et territorialité

  • 32  Alain Vulbeau, Les inscriptions de la jeunesse, Paris, l’Harmattan, 2002.

41Les jeunes gens qui occupent des « micro lieux » sont à la fois « insérés et exclus, dedans et dehors, périls et ressources32 ». Le phénomène d’appropriation de « micro lieux » sur le territoire du cercle familial, met en jeu une double problématique de sociabilité et de territorialité, ces deux dimensions étant très étroitement intriquées dans des systèmes de relations symbolisés par le double sens que nous attribuons à la notion de « passage », entre le « dedans » et le « dehors ».

42La sociabilité ne s’entend pas ici comme la qualité intrinsèque d’un individu que l’usage courant qualifierait de « sociable » et qui le distinguerait de ceux qui le seraient moins. Cette notion renvoie ici à l’ensemble des relations qu’un individu ou un groupe, entretient avec d’autres. Dans notre propos, elle concerne le rapport à l’autre, d’une part au sein du groupe familial et, d’autre part, en dehors de celui-ci, à savoir au sein du groupe de pairs et de toutes les autres sphères d’influence (école, lycée, association, université, entreprise, etc.) qui participent au processus de socialisation.

  • 33  Gustave-Nicolas Fischer, op. cit., p. 22.
  • 34  Marguerite Michelle Côté, Les jeunes de la rue, Montréal, Liber, 1991.
  • 35  Gaston Bachelard, op. cit. p. 17.
  • 36  Françoise Moncomble, op. cit., p. 138.

43La territorialité s’entend comme la propension des individus à s’approprier des territoires, de quelque taille qu’ils soient. Elle se traduit, comme nous venons de le décrire, par l’établissement de frontières, symbolisées par des « marqueurs » et permettant de contrôler et d’affirmer la possession d’un lieu. Elle met en jeu la capacité de partager ce lieu avec d’autres quand celui-ci doit l’être à un moment donné (hall d’entrée, palier, pied d’immeuble, porche), cette capacité relevant de la sociabilité et impliquant une réciprocité dans les échanges entre ces jeunes gens et les résidents du voisinage. Selon Gustave-Nicolas Fischer, le fait de partager un même territoire permet à ses occupants d’acquérir des connaissances et des expériences communes, de développer une confiance mutuelle et une cohésion de groupe33. Les constats établis par notre recherche montrent que ces jeunes gens utilisent et investissent ces « micro lieux » comme des « espaces privés temporaires34 ». Comme Gaston Bachelard, nous disons que ce sont des « espaces de possession, des espaces défendus contre des forces adverses, des espaces aimés35 ». À ce titre, nous pouvons y voir une extension de l’espace privé et un prolongement des pratiques qui s’y développent – voire une excroissance du groupe familial – dans la mesure où les jeunes gens concernés vont rechercher temporairement dans ces « micro lieux » ce qu’ils ne trouvent pas ou plus au sein de ce groupe, à un moment où ils en éprouvent le besoin, à savoir : écoute, réconfort, soutien, affection, protection, chaleur, etc. « Le bas des tours, les halls, c’est aussi la chaleur des palabres qui n’en finissent pas, le chez soi dedans dehors, en fait une portion de territoire-peau que chacun est prêt à défendre contre l’ennemi36. »

44Le phénomène d’appropriation de « micro lieux » sur le territoire du cercle familial, qu’il se développe en milieu rural ou en milieu urbain, est généré par les mêmes causes, même si les « effets de lieu » combinés aux effets de contexte du milieu urbain, lui donnent un autre éclairage et rendent plus complexe encore la régulation du rapport entre le « dedans » et le « dehors » et la sortie du « passage ».

Une sociabilité de « groupe restreint »

45Ces groupes comprennent entre 5 et 10 individus, âgés de 13 à 25 ans et résidents à part entière du territoire où se situent les « micro lieux » qu’ils s’approprient. Le territoire en question est celui de la résidence du cercle familial. En fait, quand ils ne s’y retrouvent pas, les jeunes sont soit chez eux, soit à l’école (collège, lycée) pour les plus jeunes. Les plus âgés qui ne sont plus scolarisés ne font que poursuivre ce qu’ils faisaient déjà pendant leur scolarité. La variable « chômage » ne peut, à elle seule, expliquer leur présence du début de l’après-midi jusque très tard dans la nuit. Ils sont encore sous la dépendance d’adultes qui se trouvent être, pour la plupart d’entre eux, leur(s) parent(s), ces derniers leur assurant au minimum le gîte et le couvert.

  • 37  L’expérience vise à vérifier si les jeunes gens qui s’approprient habituellement les halls d’entré (...)

46Ils représentent quantitativement une part infime des « 13-25 ans », variable d’un village ou d’une ville à l’autre. Ils ont la caractéristique d’être visibles dans l’espace public, notamment quand les beaux jours font leur apparition et, dans certains cas, de faire parler d’eux dans les médias, soit via des faits divers focalisant leur propos sur la jeunesse des quartiers urbains, soit par le biais d’opérations de communication, telle celle de la ville du Havre à propos de l’expérience d’un « hall sans immeuble »37.

  • 38  Cf. par exemple François Dubet, op. cit., p. 129-130 : « La bande possède une organisation interne (...)
  • 39  Didier Anzieu et Jacques-Yves Martin, La dynamique des groupes restreints, Paris, puf, 1968, p. 36 (...)

47Pour désigner ces agglomérats de jeunes gens, nous préférons ici parler de « groupes » plutôt que de « bandes » : la définition sociologique38 de ce dernier terme – parfois utilisé par les journalistes, élus locaux, habitants, gardiens d’immeubles, voire travailleurs sociaux – étant assez éloignée de la réalité des interactions et des fonctionnements collectifs observés. Les concepts de « groupe restreint » et de « groupe primaire » utilisés par Didier Anzieu et Jacques-Yves Martin39, d’une part, et par Charles H. Cooley, d’autre part,nous semblent plus adaptés.

48En effet, comme l’observent ces auteurs à propos des groupes restreints, le nombre limité des membres des groupes qui s’approprient les « micro lieux » permet à chacun d’eux de percevoir individuellement les autres, développant ainsi de nombreux échanges interindividuels. Ces échanges constituent l’essentiel de l’activité qui se développe au sein de ces groupes. De même, les relations affectives entre les membres sont relativement intenses dans certains groupes, allant jusqu’à susciter le départ volontaire de certains membres qui n’y trouvent plus leur compte. C’est bien l’affinité entre les membres qui fait la cohésion de ces groupes, par ailleurs sans hiérarchie ritualisée ni dénomination particulière.

  • 40  Charles H. Cooley, Social Organisation, 1909, p. 23-38 : « Le moyen le plus simple de décrire cet (...)

49Sur le plan de la sociabilité, c’est le concept de « groupe primaire » qui qualifie le mieux ces groupes de jeunes gens. La définition que nous en donne le sociologue américain Charles H. Cooley40, évoque un « nous » qui permet de compléter notre analyse. C’est ce « nous » que nous rencontrons à chacune de nos déambulations. Entre tous les membres, les liens personnels sont intimes, chaleureux et chargés d’émotion. Il ne nous a pas semblé y voir des calculs ou des stratégies mis en place par certains membres afin d’obtenir des avantages quelconques.

  • 41  David Lepoutre, Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 105.
  • 42  Michel Kokoreff, La Force des quartiers, de la délinquance à l’engagement politique, Paris, Payot, (...)
  • 43  Joëlle Bordet, op. cit., p. 85.

50Les groupes de jeunes gens rencontrés dans les « micro lieux » qu’ils s’approprient sont pour la plupart homosexués. En milieu urbain, la plupart sont composés de garçons ou bien de filles, mais rarement d’un mixte des deux. Seules quelques exceptions en milieu rural nous permettent de constater que la mixité sexuelle peut exister au sein de ces groupes. Cette homogénéité des groupes est relevée par d’autres chercheurs sur l’ensemble des territoires urbains concernés par ce phénomène : « La plupart des groupes de rue sont des garçons, mais il existe aussi quelques groupes de filles […] Il n’existe en revanche aucun groupe de garçons41. » ; « Je n’ai jamais rencontré de femmes dans les espaces semi-publics, lieux de regroupement habituel de jeunes et de moins jeunes, qu’il s’agisse des halls, des escaliers, des pieds de cité42. » ; « Les filles sont la plupart du temps absentes43. »

Une forte référence au territoire de résidence familiale

  • 44  Cf. François Dubet., op. cit., p. 130 : « Le "nous" des jeunes est celui du quartier, plus que cel (...)

51En revanche, sur les territoires urbains où plusieurs catégories de résidents issues de plusieurs ethnies cohabitent souvent, nous n’avons jamais rencontré de groupes formés selon une référence ethnique donnée. Nous constatons que les relations sociales ne s’organisent pas sur cette base et rejoignons en cela le constat de François Dubet44. C’est la référence au territoire de résidence du cercle familial, et par conséquent au village ou au quartier, qui est un des constituants de la cohésion de ces groupes :

Le Quartier du Roi, c’était notre secteur. On le défendait, on était fier d’appartenir à ce quartier. […] Ouais, moi je viens du qdr [Quartier-du-Roi, situé sur la commune de Woippy qui compte 13 755 habitants] ! […] Même aujourd’hui, les jeunes le disent. Et pourtant, cela fait vingt ans que je l’ai moi-même vécu, et ça continue ! (Momo 2, aujourd’hui âgé de 38 ans et toujours résidant de ce quartier.)

Moi, je viens du hdv [Hauts-de-Vallières, situé sur la commune de Metz qui compte 123 776 habitants]. (Gaël, 16 ans.)

Et moi de hbf [Hanneaux-Barral-Frécot, situé sur cette même commune de Metz]. (Hocine, 17 ans.)

  • 45  Nom que nous avons donné par commodité aux jeunes gens qui se sont approprié des abribus.

52Dans les villages, la référence au territoire est également une constante pour les « abribussiens »45. Les inscriptions nous ont, sur ce point, interpellé. C’est par des initiales que les jeunes de certains villages revendiquent leur appartenance, à l’instar de leurs pairs des quartiers urbains auxquels nous venons de faire référence. Trois exemples parmi des dizaines de communes mosellanes visitées : les jeunes gens du seul abribus approprié de Luttange (752 habitants), se rallient sous le sigle de « LTG », ceux de celui de Kédange-sur-Canner (1 183 habitants), sous celui de « KSC » et ceux de celui Retonfey (1 372 habitants) sous celui de « rtf ». Quand ils sont en dehors du département de la Moselle (57), ils s’en revendiquent en parlant du « 5-7 », à l’instar de leur pairs du département de Seine-Saint-Denis avec le « 9-3 », beaucoup plus médiatisé.

  • 46  David Lepoutre, op. cit., p. 104.

53Le quartier, comme le village, fait figure de « support d’identité essentiel46 », pour tous ces jeunes gens qui s’approprient les abribus ou d’autres « micro-lieux ».

Marquage territorial et inscription sociale

  • 47  Erving Goffman, op. cit., p. 55. Il nous indique qu’un des premiers emplois sociologiques du terme (...)
  • 48  Erving Goffman, op. cit, p. 62.

54La première observation que tout un chacun peut effectuer, c’est que ces « micro lieux », sont « marqués ». Ce marquage territorial participe du processus d’appropriation. Les « marqueurs »47 qui symbolisent ce processus révèlent aussi l’existence d’une vie sociale embryonnaire au sein de ces « micro lieux »48, entre les membres du groupe mais aussi avec l’extérieur.

55Le marquage territorial est une constante en ville comme à la campagne, mais la forme qu’il prend présente des variables, d’un « micro lieu » approprié à un autre. Les trois catégories de marqueurs référencés par Erving Goffman, ne se retrouvent pas systématiquement réunies. Cette différence d’un lieu à l’autre est révélatrice de la composition du groupe qui s’est approprié le « micro lieu », de son histoire, du territoire de résidence de ses membres. Elle renvoie aussi aux rapports qu’entretiennent ces derniers avec le reste des résidents et les éventuels autres groupes du secteur. Elle dépend enfin des caractéristiques physiques propres au « micro lieu » en question (existence ou non de murs, barrières ou autre support permettant de graver ou d’écrire des messages).

  • 49  Cette appellation fait référence à la méthodologie qui postule que trois cercles d’acteurs sont en (...)
  • 50  Erving Goffman, op.cit, p. 62.

56La fonction du marquage territorial a bien évidemment pour objectif la communication avec les autres, ceux qui ne sont pas membres du groupe, à savoir les acteurs du cercle des résidents et de celui des acteurs périphériques49, aux fins de prévenir les éventuelles « offenses territoriales50 ». Par exemple, quand les rapports avec le voisinage du « micro lieu » sont tendus, le marquage peut être agressif à l’égard du ou des résidents, qui s’en plaignent, ou bien des forces de l’ordre qui interviennent à la demande de résidents : « Enculés de vieux » (inscription à la peinture blanche, en lettre d’au moins 20 centimètres de hauteur, observée sur la palissade d’un jardin jouxtant un « micro lieu » approprié dans un lotissement d’un village), ou bien « Nique la police » (inscription observée sur bon nombre de « micro lieux » appropriés dans des quartiers urbains d’habitat social de grandes villes).

57Ces marqueurs nous renseignent également sur le fait que le « micro lieu » en question n’est plus approprié depuis un certain temps, voire depuis fort longtemps. Ils nous indiquent par voie de conséquence que ces phénomènes d’appropriation ont pu concerner plusieurs générations de jeunes gens, notamment quand certaines inscriptions sont datées. Le lieu est redevenu l’objet pour lequel il a été initialement conçu, un abribus pour attendre son bus le matin et en redescendre le soir, un hall d’entrée pour passer de l’intérieur à l’extérieur d’un immeuble, un ancien lavoir qui fait la joie de photographes amateurs de vieux monuments, etc. Notre posture de chercheur devant ces « micro lieux » appropriés à un moment donné de leur histoire est semblable à celle du découvreur d’une grotte habitée pendant l’époque préhistorique, « lieu de vie » ayant fait en son temps l’objet d’une appropriation par des hommes.

  • 51  Konrad Lorenz., L’agression, Champs/Flammarion, 1977, p. 228- 229.

58Ces marquages nous renvoient enfin à la question centrale des territoires, même s’il s’agit de « micro lieux », et à ce qui est le propre de toute espèce vivante : se les approprier. Nous avons fait référence à Erving Goffman pour éclairer la question du marquage territorial, mais cette question a d’abord été abordée par les éthologues dont la notion de territoire a été extrapolée et appliquée au comportement humain. Quelques chercheurs s’y réfèrent en transposant à l’espèce humaine les résultats de leurs observations sur les animaux. Konrad Lorenz51, pour ne citer que lui, établit un rapport direct entre le comportement animal et le comportement humain.

  • 52  Cf. Erving Goffman, op. cit. , p. 22 à 24 : il existe un code de circulation. Celui-ci est composé (...)

59Pour ces chercheurs, chez l’homme, comme chez l’animal, le marquage territorial remplit une fonction, celle d’informer autrui ou un éventuel intrus de sa présence, aussi éphémère soit-elle. Le processus de marquage est par conséquent étroitement lié à la communication avec autrui et à la régulation de l’intimité entre soi et les autres. Prenons l’exemple de la simple présence statique d’un groupe de cinq jeunes gens sur l’espace public. Elle constitue en tant que telle une emprise territoriale. Elle invite implicitement le passant qui se trouverait sur la trajectoire de ce groupe à faire un léger écart pour poursuivre son chemin, respectant ainsi des « accords informels52 » régissant la circulation pédestre, permettant aux individus de se déplacer d’un endroit à un autre en évitant des collisions et des obstructions avec d’autres individus. Les inscriptions sur les murs des abribus et des halls d’entrée, indépendamment de leur contenu, renseignent tout passant ou tout usager habituel de cet espace que celui-ci est bien approprié par quelqu’un à un moment donné de la journée, ou qu’il s’y développe des pratiques peu conformes aux usages habituels de tels espaces.

Un phénomène amplifié en milieu urbain

  • 53  Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale, Paris, Hachette Littérature, (...)

60Ces quartiers urbains, à forte densité de population, voient le phénomène d’appropriation de « micro lieux » se démultiplier par rapport à ce qu’il peut représenter en milieu rural, du fait de la forte densité de population qui caractérise ces sites urbains. En effet, chaque tour ou barre d’immeuble comptant à elles seules plusieurs centaines d’habitants, la présence de plusieurs dizaines de groupes de 5 à 10 jeunes gens, ici ou là, donne pendant les beaux jours « une impression de sur - occupation de l’espace public53 ». Les « micro lieux » sont les halls d’entrée, les pieds d’immeuble, les galeries extérieures de centres commerciaux, quand il en existe. Plusieurs dizaines de jeunes gens peuvent se les approprier sur un territoire relativement restreint du fait de la hauteur des ensembles d’habitations et de leur concentration.

  • 54  Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 159-167 : « Le rapport à autrui (...)

61A cette amplification s’ajoute un « effet de lieu54 » qui rend beaucoup plus complexe une régulation spontanée des conséquences de cette appropriation, dans ces quartiers qui cumulent souvent plusieurs types de difficultés : absence de mixité sociale, taux de chômage deux à trois fois supérieur à celui des autres territoires (celui des 16-25 ans se situant souvent entre 30 et 40 % de la population active), sentiment d’enfermement, voire de rejet de la part des habitants des autres territoires, etc.

Entre délinquance et problèmes de régulation des conflits

62Un certains nombre de transgressions du Code civil, du Code pénal ou du Code de la construction et de l’habitation (articles 126-1 à L.126-3) peuvent être imputables à celles et ceux qui s’approprient ces « micro lieux » situés sur le territoire du cercle familial. Graver ou écrire des messages sur les murs ou sur le mobilier urbain constitue une infraction pour dégradation de biens publics et privés. Faire du bruit en réunion peut constituer un trouble à la « jouissance paisible » des lieux à usage d’habitation. Fumer du cannabis constitue également une infraction, à la législation des stupéfiants, cette fois. En effet, rappelons que ces lieux sont des lieux de convivialité et que  les « joints » circulent au sein de certains groupes, à la ville comme à la campagne, au même titre que des cigarettes, des boissons, alcoolisées ou non, des friandises et des gâteaux (les poubelles de certains abribus appropriés sont éloquentes sur ce point).

  • 55  Isaac Joseph, op. cit., p. 10.
  • 56  Joëlle Bordet, op. cit., p. 85.

63S’agissant d’une activité située, celle-ci implique forcément l’émergence de conflits d’usage : des usagers de ces « micro lieux » s’instituent en « entrepreneur de moralité 55» en disant le droit et en dénonçant sous des formes diverses le caractère scandaleux du phénomène. De plus, la présence nocturne parfois tardive de jeunes gens peut cristalliser les tensions entre eux et les résidents du voisinage et, par voie de conséquence, entretenir un climat d’insécurité et renforcer les fantasmes56. Enfin, les médias contribuent au renforcement d’un sentiment d’insécurité diffus, en montrant régulièrement des groupes de jeunes gens (au pied de tours ou de barres, sur un banc public, dans un petit square, etc.), lors de reportages télévisuels ou d’articles traitant de la délinquance et des banlieues. Ces regroupements sont ainsi montrés comme emblématiques du mal-être de jeunes gens désignés comme responsables du sentiment d’insécurité ambiant.

  • 57  François Dubet, op. cit., p. 230.
  • 58  Ibid., p. 232.
  • 59  Joëlle Bordet, op. cit., p.86-87.

64Les tensions qui naissent et finissent par se transformer en conflit d’intérêt, puis en passages à l’acte - insultes ou dégradation de bien public et privé - sont à mettre sur le compte d’un lien social en état de plus ou moins grande déliquescence selon les territoires, urbains ou ruraux. Les solidarités et les régulations se sont défaites au fil des mutations socio-économiques de ces trente dernières années, provoquant « un vide de la socialisation et une absence de communication57 » entre ces jeunes gens et les adultes du voisinage. Par régulation, nous entendons les réajustements réciproques qui doivent permettre à un groupe social donné, de préserver son intégration et son unité58. Celle-ci doit pouvoir prendre un caractère spontané. Pour ce faire, elle doit nécessairement résulter d’une certaine densité d’interactions censées régler une foule de petits problèmes au quotidien. Or, comme l’a montré Joëlle Bordet : « La situation actuelle tend à renforcer le mode d’opposition défensif et exclusif et ne permet pas de créer des espaces négociés59. » Force est en effet de constater que ces interactions qui favorisent et renforcent les interconnaissances et les intercompréhensions entre les habitants, et facilitent l’acceptation des différences, n’existent plus en quantité suffisante. La régulation spontanée qui est censée en résulter a plus ou moins disparu. Son absence sur certains territoires, aussi bien ruraux qu’urbains, est source de peur et d’exaspération :

Les résidents du rez-de-chaussée et premier étage ont peur des jeunes de l’entrée. (Un agent de médiation sociale, au détour de nos déambulations.)

  • 60  Cf. Jean Rémy, Liliane Voyé, Émile Servais, Produire ou reproduire. Sociologie de la vie quotidien (...)

65Quand la régulation spontanée est possible, le phénomène est mieux accepté et des « transactions sociales60 » peuvent naître entre les différents protagonistes. C’est encore le cas dans certains villages de moins de 500 habitants où tout le monde se connaît. Les résidents du voisinage de l’abribus ou du lavoir appropriés connaissent les jeunes gens qui s’y retrouvent. Ils s’autorisent à leur faire part de leur mécontentement quand par exemple, les nuisances sonores ne sont plus acceptables pour eux. C’est en revanche de moins en moins le cas pour les villages qui grossissent à vue d’œil avec l’arrivée massive de zones pavillonnaires sans âme, construites bout à bout. Ce peut-être encore le cas dans certains quartiers urbains, à l’échelle d’une entrée d’immeuble. De nombreux témoignages nous l’ont montré, dont cet échange saisi sur le vif :

Madame R., habite l’immeuble qui se situe juste en face du « coin » de la galerie marchande du quartier urbain de Metz-Bellecroix (5 400 habitants), « micro lieu » approprié par un groupe de jeunes gens âgés d’une vingtaine d’années. Il est près de minuit. Prenant son courage à deux mains, elle va voir ces jeunes gens.

Madame R. : « Excusez moi, est-ce que vous pouvez faire moins de bruit ? Je suis Madame R.., j’habite juste en face et je garde la petite fille d’une de mes voisines. Elle n’arrive pas à dormir à cause du bruit que vous faites ! »
Un des jeunes gens (sur un ton relativement agressif) : « Vous êtes qui, vous, d’abord ? On ne vous connaît pas ! »
Madame R. « Moi, en tout cas, je vous connais depuis que êtes tout petits ! Vous ne vous rappelez peut-être pas mais moi, je me rappelle bien de toi F., de toi R., de toi A. et de toi S. Vous faisiez du foot au com Bellecroix et c’est moi qui lavais vos maillots. »
Un autre de ces jeunes gens : « Ah oui ! Je me rappelle bien maintenant. Excusez-nous Madame, on ne savait pas ! On fera moins de bruit pour ce soir. »

Après avoir remercié ces jeunes gens, Madame R. est remontée chez elle. Les jeunes gens se sont effectivement exécutés. Ils ont parlé moins fort et surtout ont baissé le niveau sonore de l’auto-radio de la voiture d’un des jeunes gens présents ce soir-là.

66En revanche, cet autre témoignage nous montre que l’absence totale d’échanges peut être génératrice de violence :

Dès qu’on est en groupe et qu’il y un adulte qui passe à côté de nous et qu’il répond à notre « bonjour », on est content ! Si cet adulte ne nous répond pas, c’est tout de suite des insultes de notre part ! Ne pas nous répondre, c’est nier notre existence. Les trois-quarts du temps, quand les gens ne nous répondent pas, c’est nous qui allons les agresser. Soit on leur crache dessus, soit on leur tape carrément dessus ! En fin de compte, ne pas nous répondre, c’est nous mépriser, surtout de la part de gens du voisinage qui nous connaissent très bien et qui font le tour du quartier pour éviter de nous rencontrer. Pour nous, c’est comme une agression ! (Momo, habitant un quartier de Woippy, commune de 14 000 habitants.)

67Dans les situations où ce type de régulation spontanée n’est plus possible, c’est l’intervention d’un tiers qui est sollicitée et c’est souvent la police ou la gendarmerie nationale qui sont mobilisées.

Entre « territorialisation » et « déterritorialisation »

68La durée de l’appropriation est proportionnelle à la durée de vie du groupe et toutes nos observations montrent que c’est bien la dynamique du groupe de pairs qui déclenche le processus d’appropriation, et non l’existence de « micro lieux » susceptibles d’être appropriés. En effet, nous avons constaté qu’il y a des « micro lieux » qui, appropriés à un moment donné, cessent ensuite de l’être, tout comme, il y en a potentiellement d’autres qui ne le sont jamais, faute de jeunes gens susceptibles de se les approprier.

69Quel rapport existe-t-il entre le cercle familial, le « micro lieu » approprié, et le passage entre le « dedans » et le « dehors » ? Et pourquoi y a-t-il pour certains, blocage au sein de ce passage, au sens propre comme au sens figuré ?

70Tout un chacun est amené à un moment donné, dans le cadre du processus de socialisation, à se séparer physiquement du « milieu » familial, pour se rendre quotidiennement à l’extérieur, afin de vaquer à ses occupations d’enfants, de collégien, de lycéen, de jeune adulte en quête d’une insertion dans le monde du travail. En reproduisant quotidiennement ce rituel de séparation, on se prépare petit à petit à quitter définitivement un jour ou l’autre ce milieu familial. Ce processus s’accomplit à deux niveaux : spatial et social. La mise à distance se fait progressivement, facilitée par les différents « milieux » de socialisation extra familiaux (école, groupe de pairs, collège, lycées, associations, etc.), à l’intérieur du territoire du cercle familial pour une partie d’entre eux et à l’extérieur pour une autre.

  • 61  Gilles Deleuze, Félix Guatari, Capitalisme et Schizophrénie - Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980, (...)

71Nous inspirant des propos61 de Gilles Deleuze et Félix Guatari, nous postulons que ces « milieux » glissent les uns par rapport aux autres, et les uns sur les autres, chacun étant défini par une composante et constituant un « bloc d’espace-temps » structuré par la répétition de la composante. De plus, la notion de « milieu » n’étant pas unitaire, si chaque individu passe d’un « milieu » un autre, les « milieux » passent également l’un dans l’autre. Toujours selon ces auteurs, le territoire – qui n’est pas un « milieu » – affecte les « milieux » en les « territorialisant ». Il emprunte à tous les « milieux ».

  • 62  Michel Forse, Alain Degenne, Les réseaux sociaux, Armand Colin, Paris, 1994. p. 48.
  • 63  Liane Mozère, Michel Peraldi, Henri Rey, L’intelligence des banlieues, Paris, édition de l’Aube, 1 (...)

72Sont mises alors en tension deux formes de sociabilité : la « sociabilité interne », tournée vers le « milieu » de la famille et la « sociabilité externe 62» orientée vers les autres « milieux », ceux des pairs et, bien au-delà, vers les tiers socialisateurs qui sont amenés à faciliter le passage de tout un chacun, d’un « milieu » de socialisation à un autre. Comme nous le postulons, sociabilité et territorialité sont indissociables. S’il y a oscillation permanente entre « sociabilité interne » et « sociabilité externe », il y a concomitamment oscillation entre « territorialisation » et « déterritorialisation63».

Processus dynamique ou impasse ?

73Entre les multiples « va et vient » entre le « dedans » et le « dehors », plus ou moins bien vécus selon les individus, le « micro lieu » est investi comme un « passage », une parenthèse pour souffler et se ressourcer, pour se protéger, pour être écouté, pour parler, pour délirer  pour « s’éclater », pour exister autrement. Il est l’« entre deux milieux ». Les apparences peuvent nous faire associer l’immobilité à cette posture qui consiste à trouver refuge auprès de ses pairs dans un « micro lieu » approprié, mais il ne s’agit que d’apparences. Rester dans un passage ne signifie pas pour autant refuser de passer. À partir du moment où ces jeunes gens se sont engagés dans le passage, c’est qu’ils ont, à un moment donné, le souci de le franchir. Tous les « micro lieux » que nous explorons, et qui ne sont plus appropriés depuis bien des années, en sont la preuve visible. Le mouvement auquel nous faisons référence est bien réel et il faut laisser le temps au temps.

74Il se trouve cependant que, dans bon nombre de quartiers urbains d’habitat social parmi ceux qui sont désignés comme les plus en difficulté, les jeunes gens ne sortent quasiment pas de leur quartier, de l’école maternelle au collège. Pour une partie de ceux, âgés de vingt ans et plus, et qui continuent à « tenir les murs », nous pouvons sans hésiter utiliser la métaphore du « blocage ». On ne retrouve pas cette situation chez les jeunes gens des villages ou d’autres quartiers urbains d’habitat hétérogène : l’entrée au collège, où la mixité sociale est une réalité, leur permet de se doter d’un réseau de relations extra-territoriales qui favorisera petit à petit la mise à distance à la fois du groupe familial et du territoire de résidence de celui-ci.

  • 64  Cf. Brigitte Moulin (dir.), La ville et ses frontières - De la ségrégation sociale à l’ethnicisati (...)
  • 65 Françoise Moncomble, op. cit., p. 118.

75L’oscillation entre « territorialisation » et « déterritorialisation » constitue en effet un processus dynamique, qui ne peut être effectif que si les conditions de sa mise en œuvre sont réunies sur le plan de la mixité sociale. Ces conditions impliquent, entre autres, que les « frontières sociale urbaines64 » tombent un jour, pour que « l’apprentissage expérimental et nomade de la société ne soit pas réduit aux acquêts d’un groupe sédentaire65 ».

  • 66  Gilles Deleuze, Félix Guatari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 381-430.
  • 67  Françoise Moncomble, La déliaison - La politique de la ville en question, Paris, l’Harmattan, 2001
  • 68  Ibid., p. 118.

76La territorialisation est liée, selon Liane Mozère, en référence à Gilles Deleuze et Félix Guatari66, à un mouvement de déterritorialisation qui porte le territoire hors de lui-même. Le territoire ne prend sens, que par ce qui lui est irrémédiablement extérieur. Le processus de « déterritorialisation » se traduit par la mise à distance progressive du territoire du cercle familial. Il ne peut se mettre en oeuvre que par le biais des réseaux de sociabilité extra-territoriaux. Ceux-ci font souvent défaut à ces jeunes gens des quartiers d’habitat social, du fait qu’ils n’ont pas eu la possibilité de vivre des expériences en dehors du territoire de résidence du cercle familial, si ce n’est quelques courtes escapades ou « virées » en ville ou ailleurs. Nous avons constaté que, même avec un permis de conduire et un véhicule en état de marche, c’est-à-dire les moyens d’être physiquement mobiles, une partie des jeunes gens que nous considérons comme « bloqués » dans le « passage » entre le « dedans » et le « dehors », ne sont pas prêts à quitter le territoire de résidence du cercle familial, aussi facilement qu’il y paraît. L’attachement au territoire reste le plus fort. « C’est là que se fixe un déracinement enraciné, immobilisé dans l’attente et le passage qui ne se fait pas […] Le groupe de palabre devient le lieu d’une fixation forte, d’une sociabilité primaire ancrée dans une territorialité d’incrustation67. » Quand elle a lieu, l’escapade ne dure guère plus de deux heures et, au retour, les jeunes passent leur temps « à tourner sur le quartier », nous dit un éducateur spécialisé. Ce constat est fait dans d’autres quartiers que ceux que nous avons investis. Les « virées » en ville, toute sortie, tout séjour ailleurs, se terminent par un retour des plus rapides dans le quartier68.

  • 69  François Maspéro, Les Passagers du Roissy-Express, Paris, le Seuil, 1982.
  • 70  Liane Mozère, Michel Péraldi, Henri Rey, op. cit.

77Pour s’engager dans ce processus de « déterritorialisation », les jeunes gens du milieu rural, ainsi que ceux de certains quartiers d’habitat hétérogènes où la mixité sociale est une réalité, sont mieux équipés que ceux des quartiers urbains d’habitat social, dans la mesure où les contacts extra territoriaux ont lieu – pour la plupart d’entre eux – dès leur entrée en sixième, voire déjà à l’école primaire. Leur périmètre résidentiel reste le village ou le quartier jusqu’à la fin du primaire. Il est vécu comme un lieu protecteur car chacun se sait « sous l’œil collectif69 ». C’est à partir de la classe de sixième qu’un jeune tend à élargir progressivement son réseau, du fait des rencontres avec d’autres jeunes issus d’autres quartiers ou villages. Le réseau de sociabilité extraterritoriale trop étroit dont souffrent certains jeunes gens des quartiers urbains d’habitat social, ne peut contribuer à défaire petit à petit les « appartenances identitaires » et ne permet pas le « décrochage territorial ». Des « voies de sortie » restent à imaginer. Les travailleurs sociaux ont à les mettre en œuvre pour déjouer le « piège toujours menaçant de la refermeture territoriale70 ».

78Des personnes aujourd’hui âgées de 30 à 40 ans, ayant pratiqué dans leur jeunesse ce type d’appropriation, habitent toujours le quartier de leur adolescence, souvent, à quelques portes d’entrée seulement de celle de leur (s) parent(s). Nous en avons rencontré quelques-uns dans le cadre de notre recherche ; pour eux, l’attachement au territoire reste le plus fort, l’extraterritorialité constituant le chaos, l’inconnu, l’insécurité.

Conclusion

79Le processus d’appropriation de « micro lieux » sur le territoire du cercle familial met en jeu la capacité des individus à accepter de partager avec d’autres des lieux de passage et à s’accepter tout simplement. Plus que sa dimension proprement délictuelle, il semble toutefois évident que c’est principalement la non acceptation de ce phénomène dans son ensemble, et sa dénonciation comme source d’insécurité par les résidents qui le côtoient, qui fait de lui un enjeu de sécurité publique.

80La lecture des « micro lieux » appropriés sur le territoire du cercle familial, comme passage entre le « dedans » et le « dehors » nous renvoie au-delà des apparences, à une dynamique complexe mêlant les multiples oscillations entre « sociabilité interne » et « sociabilité externe », « territorialisation » et « déterritorialisation ». Ce double mouvement est permanent, même si certains individus semblent marquer le pas dans des « micro lieux » qu’ils s‘approprient avec d’autres, nous donnant l’impression de contempler celles et ceux qui les ont momentanément dépassés. Il s’agit d’un processus qui s’accomplit avec le temps. Le blocage, dont seraient victimes certains, n’est que provisoire, même si les apparences peuvent nous donner l’impression du contraire. Le processus est engagé et doit s’accomplir. Ils sont dans le passage, dans l’attente d’une « voie de sortie ».

Haut de page

Bibliographie

Code de la construction et de l’habitation, Paris, Dalloz, 2005.

Anzieu (Didier) et Martin (Jacques-Yves), La dynamique des groupes restreints, Paris, puf, 1968.

Bachelard (Gaston), La poétique de l’espace, Paris, puf, 2004.

Beaud (Stéphane), Pialoux (Michel), Violences urbaines, violences sociales, Paris, Hachette, 2005.

Bordet (Joëlle), Les jeunes de la cité, Paris, puf, 1998.

Bourdieu (Pierre) [dir.], La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

Chamboredon (Jean-Claude) et Lemaire (Marc), « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, xi-1, 1970.

Cooley (Charles H.), Social organisation, 1909.

Deleuze (Gilles), Guatari (Félix), Capitalisme et Schizophrénie - Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

Dubet (François), La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987.

Eliade (Mircea), Le sacré et le profane, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 1965.

Fischer (Gustave-Nicolas), Psychologie de l’environnement social, Paris, Dunod, 1989.

Forse (Michel), Degenne (Alain), Les réseaux sociaux, Paris, Armand Collin, 1994.

Goffman (Erving), La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

Haumont (Nicolas), « Habitats et modèles culturels », Revue française de sociologie, ix, 1968.

Joseph (Isaac), Le passant considérable - Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Librairie des Méridiens, 1984.

Joseph (Isaac), Erving Goffman et la microsociologie, Paris, puf, 1998.

Kokoreff (Michel), La force des quartiers, de la délinquance à l’engagement politique, Paris, Payot, 2003.

Le Chevalier (Louis), Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, 2e édition, Paris, Hachette, 1984.

Le Goaziou (Véronique), Mucchielli (Laurent) [dir.], Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, la Découverte, 2006.

Lègue (Pascale), « Promenade au Val Fourré », Informations sociales, n° 130.

Lepoutre (David), Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997.

Lorenz (Konrad), L’agression, Paris, Champ/Flammarion, 1977.

Maspéro (François), Les passagers du Roissy - Express, Paris, le Seuil, 1982.

Moulin (Brigitte) [dir.], La ville et ses frontières - De la ségrégation sociale à l’ethnicisation des rapports sociaux, Paris, éditions Karthala, 2001.

Mozère (Liane), Peraldi (Michel), Rey (Henri), L’intelligence des banlieues, Paris, édition de l’Aube, 1999.

Moncomble (Françoise), La déliaison - La politique de la ville en question, Paris, l’Harmattan, 2001.

Rémy (Jean), Voyé (Liliane), Servais (Emile), Produire ou reproduire. Sociologie de la vie quotidienne, Bruxelles, evo, tome 1 : 1978, tome 2 : 1980.

Rouleau-Berger (Laurence), La Ville intervalle - Jeunes entre centre et banlieue, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1991.

Simmel (Georg), Le problème de la sociologie, 1908, in Wolf (Kurt) [ed], Georg Simmel 1858-1918, Ohio University Press, 1959.

Vulbeau (Alain), Les inscriptions de la jeunesse, Paris, l’Harmattan, 2002.

Winnicott (Donald W.), Jeu et réalité : l’espace potentiel, Paris, Folio essais, 1975.

Haut de page

Notes

1  Gustave-Nicolas Fischer., Psychologie des espaces de travail, Paris, Armand Collin, 1989, p. 46.

2  http//www.insee.fr/insee_region/lor/publi_elect/Moselle/organisation/moselle.

3  Habitat et vie sociale (hvs), développement social des quartiers (dsq), contrats de ville, contrats urbains de cohésion sociale.

4  32 000 habitants de la zone d’emploi de Thionville (commune urbaine de 40 000 habitants située au nord du département) se rendent chaque jour au Luxembourg, contre 8 000 en 1990 et 23 000 en 1999.

5  Erving Goffman., op. cit., p. 23.

6  Erving Goffman., op. cit., p. 23. Par interaction, Erving Goffman entend « l’influence réciproque que les partenaires exercent sur leurs actions respectives lorsqu’ils sont en présence physique immédiate les uns des autres ».

7  Isaac Joseph., Erving Goffman et la microsociologie, Paris, puf, 1998, p. 10 : « À côté des entités constitutives de la sociologie que sont le collectif (groupe, classe, population) et l’individu (acteur, agent, sujet), la microsociologie introduit un objet nouveau, la situation d’interaction. »

8  Isaac Joseph., op. cit. p. 10 : le « situationnisme méthodologique » se distingue de deux autres paradigmes dominant dans les sciences sociales : « holisme » (i.e. structuralisme, matérialisme historique) ou « individualisme méthodologique ».

9  Gaston Bachelard, op.cit., p. 191.

10  Ibid., p. 206.

11  Alain Vulbeau, Les inscriptions de la jeunesse, Paris, l’Harmattan, 2002, p. 175 : « C’est sous le mode d’une réciprocité contrariée et d’un échange souvent impossible que nous apparaissent les configurations réglant les inscriptions de la jeunesse. La réciprocité qui apparaît comme une dynamique des expérimentations sociales, tout autant que dans une part des relations intergénérationnelles, est contrariée par une autre dynamique, empreinte de rejet sécuritaire et de phobie. »

12  Joëlle Bordet, op. cit., p. 82

13  « Chaque fois que des parties se rassemblent, que des gens se rejoignent pour la réalisation d’une tâche commune, qu’ils partagent un même sentiment ou une même manière de penser, chaque fois que la distribution des positions de domination ou de subordination s’exprime clairement, chaque fois que nous prenons un repas ensemble ou que nous nous apprêtons pour d’autres, à chacune de ces poussées des phénomènes de synthèse, le même groupe fait l’expérience de "plus de société" qu’auparavant. », Georg Simmel, Le problème de la sociologie, 1908, in Kurt Wolf (éd.), Georg Simmel 1858-1918, Ohio University Press, 1959, p. 320.

14  Donald W. Winnicott, Jeu et réalité : l’espace potentiel, Paris, 1975, p. 28-33.

15  Pour Donald W. Winnicott, tout individu ayant atteint un stade où il constitue une unité, avec une membrane délimitant un dehors et un dedans, dispose d’une « réalité intérieure », un monde intérieur, riche ou pauvre, où règne la paix ou la guerre, qui ouvre sur la perspective de l’« aire intermédiaire d’expérience », Donald W. Winnicott, op. cit, p. 29.

16  Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, 2. Les relations en public, Paris, éditions de Minuit, 1973, p. 55-60.

17  François Maspéro., Les passagers du Roissy-Express, Paris, le Seuil, 1982.

18  Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, puf, 2004, p. 24.

19  Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, Galimard, 1965, p. 26.

20  Mircea Eliade, op. cit., p. 27.

21  Mircea Eliade, op. cit., p. 32.

22  « Qu’il s’agisse de défricher une terre inculte ou de conquérir et d’occuper un territoire déjà habité par d’"autres" êtres humains, la prise de possession rituelle doit de toute façon répéter la cosmogonie. Dans la perspective des sociétés archaïques, tout ce qui n’est pas "notre monde" n’est pas encore un "monde". On ne fait "sien" un territoire qu’en le créant de nouveau, c’est-à-dire en le "consacrant" ». Mircea Eliade, op. cit., p. 34.

23  Ensemble des récits mythiques qui expliquent l’origine de l’univers et ses évolutions.

24  Pascale Lègue, « Promenade au Val-Fourré », Information sociales, n° 130, p. 64-65.

25  Jean Claude Chamboredon et Marc Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, XI (1), 1970, p. 3-33.

26  Marc Augé, Non-lieux : introduction à une anthropologie de la modernité, Paris, Editions du Seuil, 1992.

27  Néologisme utilisé pour désigner les inscriptions gravées sur des vitres d’abribus, de bus ou de wagons de train ou de métro, avec des objets contondants tels des bougies de voiture, tournevis...

28  Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, puf, 2004, p. 24.

29  Ibid., p. 24.

30  Il s’agit de témoignages d’acteurs du « cercle périphérique » (élus, travailleurs sociaux, responsables associatifs, forces de l’ordre, etc.) ou émanant du « cercle des résidents », qui se plaignent en faisant référence à l’existence de ces réponses institutionnelles.

31  Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1965, p. 26-28.

32  Alain Vulbeau, Les inscriptions de la jeunesse, Paris, l’Harmattan, 2002.

33  Gustave-Nicolas Fischer, op. cit., p. 22.

34  Marguerite Michelle Côté, Les jeunes de la rue, Montréal, Liber, 1991.

35  Gaston Bachelard, op. cit. p. 17.

36  Françoise Moncomble, op. cit., p. 138.

37  L’expérience vise à vérifier si les jeunes gens qui s’approprient habituellement les halls d’entrée du quartier de Graville-la-Vallée où logent 1 500 habitants, vont s’approprier ce faux hall, et laisser libre d’accès les vrais.

38  Cf. par exemple François Dubet, op. cit., p. 129-130 : « La bande possède une organisation interne avec des leaders et des épreuves d’entrée. La bande est organisée sur la base d’un territoire qui possède généralement une unité ethnique ou sociale assez forte. Cette unité communautaire de la bande se traduit par des affrontements avec d’autres bandes afin de contrôler des territoires, comme un quartier, des cafés ou des espaces de jeux et, afin de renforcer la cohésion interne, la bande possède une unité de style et, souvent, distribue des pseudonymes […] Le malentendu n’est pas seulement linguistique, il arrive qu’on appelle bande trois jeunes assis dans une cage d’escalier. La bande est une création du voisinage. »

39  Didier Anzieu et Jacques-Yves Martin, La dynamique des groupes restreints, Paris, puf, 1968, p. 36-44.

40  Charles H. Cooley, Social Organisation, 1909, p. 23-38 : « Le moyen le plus simple de décrire cet ensemble est peut-être de dire que c’est un « nous ». Il contient cette sorte de sympathie et d’identification mutuelle pour lesquelles « nous » est l’expression naturelle. »

41  David Lepoutre, Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 105.

42  Michel Kokoreff, La Force des quartiers, de la délinquance à l’engagement politique, Paris, Payot, 2003, p. 221-222.

43  Joëlle Bordet, op. cit., p. 85.

44  Cf. François Dubet., op. cit., p. 130 : « Le "nous" des jeunes est celui du quartier, plus que celui de la nationalité. »

45  Nom que nous avons donné par commodité aux jeunes gens qui se sont approprié des abribus.

46  David Lepoutre, op. cit., p. 104.

47  Erving Goffman, op. cit., p. 55. Il nous indique qu’un des premiers emplois sociologiques du terme « marqueur », emprunté à l’éthologie, se trouve dans Robert Summer, « Sociofugal Space », American Journal of Sociology, DXXII, n° 6, 1967, p.°654-660.

48  Erving Goffman, op. cit, p. 62.

49  Cette appellation fait référence à la méthodologie qui postule que trois cercles d’acteurs sont en interaction, à savoir : le cercle des jeunes à l’origine du phénomène, celui des résidents qui habitent dans la proximité du « micro lieu » approprié, et celui des acteurs périphériques, en charge de la gestions politique, économique et sociale des conséquences du phénomène en question.

50  Erving Goffman, op.cit, p. 62.

51  Konrad Lorenz., L’agression, Champs/Flammarion, 1977, p. 228- 229.

52  Cf. Erving Goffman, op. cit. , p. 22 à 24 : il existe un code de circulation. Celui-ci est composé de règles dont le maintien permet aux unités véhiculaires d’utiliser indépendamment un ensemble de voies dans le but de se déplacer d’un point à un autre. L’accord consiste à éviter systématiquement les collisions et les obstructions mutuelles au moyen de certaines restrictions consenties et imposées au mouvement. Par unité véhiculaire, E. Goffman entend une coque d’un certain type, contrôlée (habituellement de l’intérieur) par un pilote ou un navigateur humain. Ces unités véhiculaires varient en fonction de l’épaisseur de leur enveloppe (bateaux, sous-marins, trains, voitures d’enfants, décapotables, conduites intérieures, pousse-pousse, bicyclettes, engins de sport, etc.). Vu sous cet angle, précise-t-il, l’individu lui-même, en tant que piéton, peut être considéré comme une unité véhiculaire, en tant que pilote enfilé dans une coque molle et peu protégée. A ce titre, il respecte des accords informels, copie relâchée des règles formelles qui prévalent sur la route.

53  Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale, Paris, Hachette Littérature, 2005, p. 338.

54  Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 159-167 : « Le rapport à autrui y est médiatisé par un "effet de lieu", qui condense des significations diverses. Le grand ensemble, même s’il est un espace de forte concentration de propriétés négatives, est l’objet de différents investissements symboliques. »

55  Isaac Joseph, op. cit., p. 10.

56  Joëlle Bordet, op. cit., p. 85.

57  François Dubet, op. cit., p. 230.

58  Ibid., p. 232.

59  Joëlle Bordet, op. cit., p.86-87.

60  Cf. Jean Rémy, Liliane Voyé, Émile Servais, Produire ou reproduire. Sociologie de la vie quotidienne, tome I, Bruxelles, evo, p. 90 : « Phénomène diffus et continu, non nécessairement explicite dans ses objectifs et procédures, et non pleinement conscient chez ses acteurs, la transaction est une modalité du rapport social par laquelle des acteurs concernés par un enjeu médiatisé par un objet commun, développent des intérêts qui sont partiellement complémentaires mais aussi partiellement opposés, chacun s’efforçant de faire valoir son point de vue et d’atteindre ses objectifs : pour ce faire, ils opèrent, la plupart du temps implicitement, une sorte de calcul coûts/bénéfices qui intègre l’appréciation de celles de leurs propres ressources qu’ils considèrent comme des atouts dans la relation concernée, la prise en compte des ressources-atouts supputés des partenaires, et l’évaluation des effets attendus des diverses issues possibles de la relation qu’ils sont aptes à imaginer. »

61  Gilles Deleuze, Félix Guatari, Capitalisme et Schizophrénie - Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 384.

62  Michel Forse, Alain Degenne, Les réseaux sociaux, Armand Colin, Paris, 1994. p. 48.

63  Liane Mozère, Michel Peraldi, Henri Rey, L’intelligence des banlieues, Paris, édition de l’Aube, 1999, p. 12-29.

64  Cf. Brigitte Moulin (dir.), La ville et ses frontières - De la ségrégation sociale à l’ethnicisation des rapports sociaux, Paris, éditions Karthala, 2001, p. 38-52 : « Ces frontières émergent avec ou en réaction à d’autres, s’inscrivent dans l’espace urbain, traversent l’école, le lieu de travail, les générations. »

65 Françoise Moncomble, op. cit., p. 118.

66  Gilles Deleuze, Félix Guatari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 381-430.

67  Françoise Moncomble, La déliaison - La politique de la ville en question, Paris, l’Harmattan, 2001.

68  Ibid., p. 118.

69  François Maspéro, Les Passagers du Roissy-Express, Paris, le Seuil, 1982.

70  Liane Mozère, Michel Péraldi, Henri Rey, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Henry, « « Micro lieux » appropriés sur le territoire du cercle familial », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°4 | Automne 2007, mis en ligne le 18 février 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://sejed.revues.org/1423

Haut de page

Auteur

Gilles Henry

Centre de recherche universitaire lorrain d’Histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org