Navigation – Plan du site
Circulations juvéniles et usages adolescents de l'espace

Investir de nouveaux territoires à l’adolescence

Investing new territories when adolescent
Otorgar nuevos territorios a la adolescencia
Julie Deville

Résumés

Le lieu de résidence, souvent dépendant d’une position sociale particulière, induit une expérience sociale elle aussi spécifique. Mais si une partie des jeunes résidents des « cités » investit le quartier comme un territoire, beaucoup sont en retrait ou s’aventurent au-delà, et leurs pratiques sont appelées à se modifier avec l’âge et la multiplication des expériences sociales.
Cet article traite de l’entrée progressive d’adolescents sur de nouveaux territoires où, selon les circonstances et leur propre trajectoire, ils se sentiront plus ou moins légitimes. La scolarité, le groupe de pairs et les loisirs juvéniles, la famille, le genre, interviennent dans cette réélaboration du rapport au territoire.
Ce rapport dynamique au territoire est mis en évidence à partir d’une enquête auprès d’adolescents de 15 à 20 ans. Le quartier constitue pour eux un point d’ancrage territorial, qui reste cependant difficile à investir pour les filles. École et loisirs offrent des occasions de se déplacer dans d’autres espaces urbains, mais l’accès à la ville se limite souvent aux quartiers commerciaux, tant du fait du manque de motivation d’une partie des jeunes à s’aventurer plus loin que de leur appréhension d’y être considérés comme des intrus.

Haut de page

Texte intégral

1Le lieu de résidence est fréquemment lié à une position sociale particulière, et induit une expérience sociale elle aussi spécifique. Il est donc courant qu’il serve à désigner certains groupes, en particulier les jeunes habitants des quartiers populaires, des « cités », au risque du simplisme, que ce soit en tombant dans la confusion du social et du spatial, ou en ignorant la diversité des attitudes que les jeunes adoptent envers leur quartier. Si le lieu où des enfants et adolescents grandissent, se socialisent et acquièrent leurs premiers repères tient indiscutablement un rôle important dans leur expérience sociale, leur rapport au quartier et à l’espace urbain évolue et se diversifie au fil de ce processus.

  • 1 Noms fictifs. Villevernay est une commune de la proche banlieue parisienne, les Prairies l’un de se (...)

2Nous avons étudié ce rapport dynamique au territoire à partir d’une enquête auprès d’adolescents fréquentant le service d’accompagnement scolaire mis en place par une association du quartier des Prairies, à Villevernay1. Nous avons essentiellement procédé par observation participante, en contribuant bénévolement au soutien scolaire destiné aux lycéens, qui regroupe des élèves des filières générales et technologiques et de bep, garçons et filles, âgés de 15 à 20 ans. Ces jeunes sont encadrés en grande partie par de jeunes adultes, étudiants, pour beaucoup issus de quartiers similaires à celui sur lequel porte ce travail. Nous avons aussi pratiqué des observations dans la rue, lors de nos trajets, et dans le cadre d’autres activités prenant place dans le quartier (pratique sportive, présence aux événements organisés par les associations locales). Les données ont été complétées par des entretiens auprès de jeunes et d’adultes.

3Si les lycéens constituent un sous-ensemble particulier de la jeunesse, ils ne sont plus, même dans les quartiers défavorisés, une quantité négligeable. Un peu plus de la moitié des élèves de troisième du quartier considéré accèdent à la seconde générale. Leur choix de recourir au système du soutien scolaire les distingue davantage, mais ce n’est que la continuation d’une pratique relativement fréquente chez les élèves d’école primaire ou de collège.

4Cet environnement spécifique présentait pour nous deux avantages : il donnait accès à autant de filles que de garçons, et à des jeunes entretenant des rapports variés à « la rue ». En effet, si des jeunes sont présents dans l’espace public des quartiers hlm, tous n’y stationnent pas, loin de là, il suffit de considérer la démographie du quartier pour s’en convaincre. Certains sont en retrait par rapport au quartier ou tendent à se tourner vers l’extérieur de celui-ci.

5Il n’y a pas nécessairement opposition entre la scolarisation, voire la fréquentation volontaire de structures périscolaires et la participation aux formes de culture juvéniles des cités, parmi lesquelles figurent en bonne place les activités menées dans la rue. Par contre, il est manifeste que les filles, dans leur grande majorité, restent à l’écart de ces loisirs « de rue » ; leur présence y est beaucoup plus furtive que celle des garçons. Leur rapport à cet espace met en valeur l’ambivalence du lien à ce territoire qu’est le quartier. À la fois apprécié et rejeté, protecteur et familier, mais aussi lieu de perdition potentiel avec lequel il faut garder ses distances, où cohabitent le légitime et l’illégitime, nul n’y n’échappe aux regards et aux jugements.

  • 2 Bernard Lahire, Tableaux de familles, Paris, Gallimard, 1995, p. 270-273, et le « portrait 14 », p. (...)

6Divers facteurs déterminent ces attitudes : les parents, loin d’être démissionnaires, contrôlent parfois étroitement les sorties de leurs enfants2. Les filles semblent être plus exposées à ce contrôle et, pour certaines, conduites à intégrer l’idée qu’elles sont effectivement en danger à l’extérieur et à restreindre d’elles-mêmes leurs sorties. Sortir à la nuit tombée, s’écarter des chemins les plus fréquentés, prendre les transports en commun en fin de soirée constituent pour beaucoup d’entre elles des expériences angoissantes. Si le milieu associatif, surtout quand il se donne pour objectif la « prévention », peut se fixer l’objectif d’éloigner certains jeunes de la rue, parfois, l’ambition est également de faire sortir enfants et adolescents du logement familial, en particulier en ce qui concerne les filles, d’élargir leurs perspectives et de les faire accéder à de nouvelles expériences, dans des conditions acceptables pour les parents.

Un rapport multiforme au territoire

Un quartier, des jeunesses

7Certains jeunes gens investissent le quartier où ils vivent comme un territoire, en se l’appropriant, que ce soit dans leurs usages de l’espace ou leurs discours et, à l’extrême, peuvent en venir à revendiquer un droit de contrôle ou une exclusivité sur certains lieux, certaines activités. D’autres sont en retrait ou s’aventurent au-delà des limites du quartier. Plus qu’une opposition entre ces deux pôles, il existe un continuum d’attitudes.

  • 3 Comme le montre en particulier Nicole Mosconi dans ses travaux sur la mixité scolaire : Nicole Mosc (...)
  • 4 Jacqueline Coutras, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 1996.

8En effet, même une population juvénile réduite, choisie sur une base locale et caractérisée par une importante homogénéité sociale, présente des variations dans ses pratiques. Les facteurs de l’âge et du temps interviennent également, puisque les « jeunes » sont par définition dans une position intermédiaire, entre enfance et maturité, donc en devenir. Enfin, le terme « jeunes » ne porte pas de marque grammaticale de genre. La neutralité du terme conduit négliger les effets induits par les statuts masculins et féminins, et à faire inconsciemment du cas masculin la norme3. Elle devrait au contraire, puisqu’elle implique la mixité, inviter à considérer les interactions entre rapports sociaux de sexe et rapports à l’espace4.

  • 5 Eric Marlière, Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, l’Harmattan, 2 (...)

9Les jeunes résidents des « cités », qui constituent une catégorie construite (et à déconstruire5), ne sont pas nécessairement liés à un territoire qui se limiterait à leur cité ; on doit envisager la façon dont ils trouveront leur place dans d’autres lieux, renvoyant à d’autres identités sociales, puisque spatial et social sont intimement liés. Ne pas parvenir à sortir de la cité (ou en être empêché), c’est ne pas pouvoir se défaire du statut social dégradé qui y est lié, rester en marge de la société, « galérer », « rouiller », rester à « tenir les murs ». Si la manière dont certains jeunes prennent possession d’espaces urbains ou résidentiels collectifs pose question, il est également important de comprendre comment ils peuvent échapper au confinement spatial qui génère ce désir d’appropriation.

10Si l’identité est à considérer dans une dimension dynamique, comme toujours en construction, et plus encore durant la jeunesse, ce processus « d’identification » est à double sens : on s’identifie, de façon plus ou moins étroite, à une catégorie, à un personnage, mais on est également « identifié » par autrui, selon ses représentations. C’est l’un des enjeux de la sortie du quartier : peut-on se reconnaître mais aussi obtenir d’autrui une légitimité dans d’autres espaces ?

Le quartier, un point d’ancrage territorial ?

11Le quartier des Prairies présente visiblement une unité. Les limites administratives correspondent à celles que déterminent les usages quotidiens. Il constitue un territoire sur le plan formel, diverses structures y assurant des fonctions de contrôle et de souveraineté (de nombreuses institutions, mairie, école, etc., sont représentées au niveau du quartier), mais les résidents, jeunes et moins jeunes, se l’approprient également par des pratiques plus informelles mais prégnantes de contrôle des allers et venues, pratiques d’autant plus marquées qu’il existe peu de raison, pour des personnes extérieures, de venir dans le quartier. Les jeunes habitants s’y sentent « chez eux », impression qu’ils n’ont plus quand ils en dépassent les frontières, et rappellent parfois aux visiteurs leur extériorité, voire leur position d’intrus. Tags et graffs, qui reprennent souvent des noms ou surnoms de lieux, participent également de cette revendication territoriale.

12Le paysage, ici les formes de l’urbanisation locale, constitue un élément matériel significatif permettant aux habitants de se sentir appartenir à un territoire spécifique. L’homogénéité des immeubles du quartier des Prairies confère à son paysage un caractère nettement reconnaissable. Une observation effectuée lors d’une projection-débat du film Mémoires d’immigrés au cinéma de Villevernay, à laquelle assistaient de nombreux habitants de ce quartier conviés par les associations locales, en témoigne : une image montrant quelques unes des tours du quartier provoque leurs exclamations, signe de leur émotion et de leur fierté qu’on parle d’eux, qu’on les montre, à travers le lieu où ils vivent.

13L’histoire du peuplement de ce quartier constitue d’ailleurs un important facteur d’identification. Les descendants d’immigrés algériens y sont nombreux et, du fait des réseaux familiaux et locaux de migrations, beaucoup sont parents et originaires d’une même région. Les adolescents issus de parents migrants font également fréquemment référence au pays et à la région d’où provient leur famille. Pourtant, pour certains, les vacances « au bled » sont une occasion de constater qu’en réalité, là-bas, ils ne peuvent guère se sentir « chez eux ». À la limite, dans certains récits de vacances, la référence s’inverse : un groupe de jeunes d’origine marocaine peut ainsi dresser, lors d’une discussion, la caricature des Marocains des Pays-Bas, de Belgique, du Nord de la France, des banlieues de Paris ou d’ailleurs, et de ceux du « bled », desquels ils se sentent manifestement très éloignés. Chaque sous-groupe se voit reprocher des défauts spécifiques : intérêt exclusif pour le commerce, « frime » et « drague », arriération. La référence identitaire centrale est alors manifestement le quartier des Prairies.

14Ce quartier est également un espace dont les limites correspondent à des coupures nettes dans l’espace urbain (voies ferrées et fluviales, autoroutes, zones industrielles) ; cet enclavement, qui n’exclut pas une assez bonne desserte par les transports en commun, fait de la gare, par laquelle on passe également pour aller à pied dans le centre ville, le principal point de rencontre du quartier, prolongé par une rue concentrant commerces et services et desservant, plus loin, une proportion importante des logements du quartier. C’est le long de cet axe que s’exprime la vie du quartier ; on y trouve la plupart des points de rassemblements de jeunes hommes et d’adultes, le contraste avec les rues excentrées, le plus souvent désertes, est sensible.

Sous l’identité de quartier, une identité sociale

  • 6 Parmi les personnes rencontrées durant mon enquête, l’envie de distinguer « positivement » le quart (...)

15Le sentiment d’appartenance sociale semble aujourd’hui se fonder largement sur les références spatiales et ethniques. L’appartenance à un quartier aux caractéristiques équivalentes, même lointain, crée une proximité, au moins par le sentiment commun de vivre dans des conditions similaires, et différentes de celles des quartiers plus aisés. Mais pour ces adolescents qui parlent davantage en termes de classe d’âge que de classe sociale, les cités sont surtout le lieu où les sous-cultures dont ils participent, de même que les codes qu’elles génèrent, s’expriment avec le plus de force, sont le moins contredites par l’influence de la culture dominante. Dans le cadre de l’accompagnement scolaire, les intervenants ayant grandi dans des cités, y compris hors de la région parisienne, maîtrisent mieux les codes du quartier que certains natifs de Villevernay ou de villes voisines. Cette connivence facilitée s’exprime notamment avec Omar, l’un de ces intervenants, originaire de Marseille : certains jeunes le chahutent volontiers à propos de son identité marseillaise revendiquée, mais d’autant plus facilement qu’ils trouvent dans leurs références habituelles (football, réputation des quartiers...) des éléments pour se livrer à ce petit jeu. Les jeunes comparent ainsi, sur le mode humoristique ou avec sérieux, des quartiers qu’ils considèrent appartenir à une catégorie commune, mais entre lesquels ils relèvent des différences, sur lesquelles ils appuient un discours visant à distinguer leur propre lieu de résidence. Ainsi, beaucoup d’habitants des Prairies ont une vision relativement positive de leur quartier6 : ils sont conscients qu’il s’agit d’un espace marqué négativement, mais ce sentiment est doublé d’une comparaison avec d’autres quartiers de Villevernay, de la banlieue parisienne ou d’autres villes, moins bien équipés, moins bien desservis.

  • 7 À l’instar des adolescents de la Courneuve décrits par David Lepoutre, qui se sentent vite mal à l’ (...)

16Les ambiguïtés et les problèmes sociaux pouvant découler de cette identification au quartier sont connus. Que les jeunes affirment eux-mêmes, ou que le sens commun affirme pour eux, que leur quartier est leur territoire, fait de celui-ci un élément constitutif de leur identité, dans un sens potentiellement exclusif et excluant. Certains habitants admettent parfois explicitement que les espaces extérieurs à leur quartier ne sont pas leur territoire et qu’ils n’ont aucune chance d’y trouver leur place7. Ils sont d’ailleurs effectivement parfois vus comme des indésirables quand ils s’aventurent hors de leur quartier en restant porteurs de signes (vestimentaires, langagiers) qui les y rattachent et même, dans certains cas, quand ils ne cherchent en rien à manifester leurs origines sociales. Aïcha, élève de terminale littéraire qui se refuse à porter des survêtements et valorise la culture classique, a ainsi pu entendre, en visitant seule et de sa propre initiative le musée du Louvre (ce qu’elle dit faire régulièrement), deux hommes s’exclamer : « Une bronzée, ici ! ». C’est en tant qu’« arabe » qu’elle était visée mais aussi, vraisemblablement, parce que son origine supposait une position sociale incompatible – aux yeux de ces deux visiteurs – avec sa présence dans ce lieu dont le passé, le cadre (un ancien lieu de pouvoir) et la dimension symbolique « nationale » – malgré l’origine variée des œuvres – le constituent en emblème de la culture « classique » et « dominante ».

17S’ils se laissent décourager par de telles réactions, s’ils admettent que certains lieux, certaines pratiques culturelles ne sont pas « pour eux » ou si, par retournement du stigmate, ils éprouvent le besoin de manifester constamment qu’ils viennent « des quartiers » (signant par exemple leur passage dans des lieux où leur présence n’est que transitoire – transports en commun, autre quartier, autre ville – par l’inscription du nom du leur ou du code postal de leur ville), les jeunes courent donc le risque de se laisser enfermer dans cette identité restreinte. Leur accession à une position sociale satisfaisante nécessite qu’ils puissent ressentir et faire reconnaître leur présence comme légitime dans des espaces extérieurs au quartier.

Investir d’autres territoires

L’école, un lieu de référence…

  • 8 Agnès van Zanten, L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, puf, 2001.

18Pour la plupart des jeunes d’âge scolaire, quelle que soit leur implication dans leur carrière scolaire, l’école fréquentée est un lieu de référence8. C’est essentiellement là que se forment les relations avec les autres enfants. De plus, un établissement scolaire peut apparaître comme un micro-territoire, un espace défini où se déroulent des activités spécifiques suivant des règles qui lui sont propres.

19Chaque étape du parcours scolaire offre de nouveaux supports dans l’élaboration d’une position sociale ; à l’inverse, ceux qui connaissent une fin de scolarité précoce et sans diplôme doivent composer avec cette trajectoire, aujourd’hui considérée comme une anomalie y compris par les jeunes eux-mêmes, et souvent avec une stagnation dans une position définie essentiellement par défaut (sans diplôme, sans emploi, sans revenu). La fréquentation quotidienne d’un établissement scolaire peut faciliter l’élaboration d’un sentiment d’identité commune : un groupe stable partage activités et objectifs au sein d’un lieu réservé aux jeunes ayant un statut spécifique d’élèves, les autres n’étant théoriquement pas autorisés à y pénétrer. Un sentiment d’appartenance à un établissement précis peut naître, parfois sous une forme ambivalente, entre la conscience d’être cantonné à un environnement spatial, social, scolaire, dévalorisé – des élèves de seconde affirment que leur lycée est le plus mauvais du département –, et l’attachement à la dimension protectrice de l’entre-soi. Ces deux aspects expliquent que Nour, élève de première stt qui a choisi de changer de lycée pour des raisons de stratégie scolaire, dise regretter l’ambiance de l’établissement qu’elle fréquentait en seconde, et où sont scolarisés la plupart de ses amis.

  • 9 Dominique Pasquier, Adolescents, la tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005.

20Le lycée est également un lieu de différenciation et de constat des différences sociales préexistantes. Tandis que s’accentuent les écarts en matière de consommation courante (vêtements, loisirs, ou matériel scolaire, par exemple), dont les adolescents, voire les enfants, sont très tôt conscients9, les options, les résultats obtenus, les orientations, préfigurent une position sociale qui reproduira souvent celle des parents.

21Les jeunes insistent peu sur les différences proprement sociales et la manière dont elles peuvent se manifester dans le niveau de vie ou les références culturelles ; ils se réfèrent davantage aux différences d’attitude envers l’école, et quelques-uns remettent en cause la légitimité de la présence de certains de leurs camarades, jugés immatures, au lycée. Eux-mêmes peuvent faire de leur condition de lycéen un élément plus ou moins central de leur identité, ce qui se traduit non seulement par une attitude de participation ou de retrait, mais dans certains cas par une présence inférieure à la norme (pour ceux qui « sèchent ») ou plus fréquente et dépassant le strict cadre scolaire (pour ceux qui y participent à des activités culturelles ou sont représentants des élèves aux conseils de classe).

… et un mode d’accès à de nouveaux territoires

22Mais l’école peut également fournir des ressources pour mener à bien le processus d’accession à d’autres espaces. Elle est supposée accompagner l’enfant puis l’adolescent dans son évolution, lui offrir une ouverture sur le monde et une possibilité de mobilité sociale, même si elle semble souvent remplir imparfaitement cette mission, voire favoriser la reproduction des inégalités sociales.

23Aller à l’une ou l’autre des écoles primaires du quartier, de même qu’habiter tel ou tel groupe d’immeuble, conditionne la formation du groupe d’amis et la perception de l’environnement. C’est lors du passage des enfants au seul collège du quartier des Prairies, situé dans une zone pavillonnaire, donc non spécifiquement lié aux sous-ensembles que forment les divers regroupements de hlm, que peut se développer chez eux le sentiment d’appartenir tous à un même quartier. L’emprise du milieu scolaire est renforcée par les activités extrascolaires (sport, informatique) que propose cet établissement. Le groupe de pairs gagne en importance, les trajets ne se faisant plus sous la surveillance des parents mais entre voisins et camarades de classe. C’est l’occasion de s’attarder à discuter avant la séparation, la sociabilité des coins de rue et des cages d’escalier peut donc naître de cette routine collégienne.

24Le passage au lycée constitue une première occasion d’investir, toujours collectivement mais de façon relativement autonome, des lieux extérieurs au quartier : l’établissement scolaire lui-même, mais aussi les environs, la bibliothèque voisine, le trajet, le bus. Ces déplacements plus longs, l’accès aux transports en commun, le développement d’amitiés hors du quartier accroissent les possibilités de découverte de la ville. Le contrôle social s’exerce encore. Certains – et surtout certaines – doivent rendre compte de tout retour jugé trop tardif et les écarts au trajet habituel sont commentés par les autres jeunes, mais les échappatoires (« je vais à la bibliothèque », « je travaille chez une amie ») sont plus nombreuses, et certains élèves donnent l’exemple d’une prise d’autonomie plus forte.

  • 10 Dominique Pasquier, op. cit.
  • 11 Stéphane Beaud, 80 % au bac, et après ?, Paris, La Découverte, 2001.

25Enfin, l’accès aux études supérieures ou à l’emploi impose le plus souvent de s’éloigner du quartier, une perspective que les adolescents n’appréhendent pas sans angoisse. Lors de la formulation des vœux d’inscription à l’université ou en bts, bon nombre d’entre eux hésitent à franchir le pas qui les conduirait vers un établissement situé hors de leur ville et des communes limitrophes, se demandant s’il ne vaut pas mieux choisir une filière existant dans un lycée voisin ou à l’université la plus proche, dont certains disent qu’elle est « loin », alors qu’ils peuvent la rejoindre en quelques minutes. Samira, élève de terminale L, s’étant rendue aux journées portes ouvertes de la Sorbonne, pense que si elle est amenée à s’y inscrire, elle devra changer de style vestimentaire, alors même que les adolescents affirment qu’à travers leurs choix vestimentaires, c’est leur personnalité qu’ils expriment10. Les établissements parisiens paraissent donc appartenir à un autre monde auquel on ne peut s’intégrer qu’au prix d’une modification profonde de sa façon d’être. Stéphane Beaud a d’ailleurs montré le rôle du maintien de certains usages sociaux, notamment concernant le rapport au temps, dans les difficultés rencontrées à l’université par des jeunes issus d’une cité11. S’ils parlent de distance géographique, les jeunes s’inquiètent manifestement de la distance sociale qu’ils pressentent entre eux et le monde universitaire, et plus généralement, pour ceux qui suivent d’autres parcours, entre les connaissances et les usages qu’ils ont acquis dans leur environnement social et ceux qui peuvent être exigés d’eux hors du contexte sécurisant du quartier.

Des limites à l’investissement du quartier par les filles

26Le sentiment d’être du quartier n’aboutit pas au même usage de ce territoire pour tous. Certains pensent, sous la forte influence de leurs parents ou des institutions scolaires, que seul le retrait leur permettra de garder le contrôle de leur existence. Il s’agit le plus souvent, mais pas uniquement, de filles, chez qui le contrôle de la famille ou l’intériorisation des normes qu’elle porte conduit à un mode de vie centré sur l’espace domestique. Ces enfants, puis ces adolescent-e-s, ont des occasions de fréquenter d’autres espaces, mais rarement de manière autonome, et le plus souvent sans avoir la possibilité de considérer que ces lieux extérieurs peuvent aussi constituer leur territoire. Certaines filles évoquent les visites familiales, qui occupent parfois presque tous leurs week-ends. Il ne s’agit pas là de « sortir » vraiment, mais plutôt de se rendre dans une extension bien délimitée de l’espace familial. De même, les sorties scolaires ou les compétitions sportives impliquent le déplacement de tout un cadre lié au quartier. La perception du monde extérieur est alors parcellaire et contrôlée.

  • 12 Dominique Pasquier, op. cit.

27Mais les jeunes plus libres de leurs mouvements ont eux aussi des loisirs essentiellement centrés sur le quartier, souvent en intérieur, voire au domicile. La pratique sportive en club a essentiellement lieu dans des espaces clos. La circulation de cassettes vidéos, dvd ou Divx (film sur cd pouvant être lu sur un ordinateur) est intense ; elle semble surtout masculine, les filles parlant plus des émissions proposées par la télévision12.

28Les adolescents ont, s’ils sont autorisés à sortir, la possibilité de s’occuper dans les limites du quartier, qui offre en particulier de nombreux équipements sportifs en libre accès (terrains de mini foot, hand-ball et basket, ou de tennis). Ces espaces sont utilisés par les garçons, mais non par les filles. Quelques unes peuvent éventuellement se trouver au bord du terrain si de jeunes enfants y jouent sous leur surveillance, mais elles n’en font pas usage elles-mêmes. On remarque d’ailleurs que des équipements permettant de se livrer à divers sports collectifs sont en fait exclusivement utilisés pour jouer au football, sport le plus unanimement apprécié, y compris par de nombreuses filles, mais qu’elles pratiquent rarement.

29Or ces terrains de sport sont destinés à une pratique en amateur dans laquelle les retrouvailles entre copains, les discussions qui se tiennent autour de la barrière délimitant le terrain, les aspects relevant de la sociabilité sont essentiels. Ces équipements passent le plus souvent pour avoir été conçus afin « d’occuper » les jeunes, mais ils leur procurent également un espace où ils peuvent stationner sans encourir de critiques, puisque, à l’inverse des halls ou des murets, ces lieux sont faits « pour eux ». Il est d’autant plus problématique que les filles ne s’y sentent le plus souvent pas les bienvenues. C’est moins d’une occupation ou d’une activité physique qu’elles sont privées que d’un droit à occuper elles aussi l’espace de leur cité.

  • 13 Horia Kebabza, «  La ségrégation dans les quartiers populaires », vei Diversité, n° 138, septembre (...)
  • 14 J’en ai moi-même fait l’expérience : entendre un groupe d’adolescents constater qu’on est une femme (...)

30Le cas des terrains de sport est un symptôme de la position des filles dans l’espace public. Les filles ne sont pas absentes des rues mais, contrairement aux garçons, elles ne font que passer, elles ne s’arrêtent jamais. Ce déséquilibre devrait susciter autant d’intérêt que le stationnement prolongé de certains garçons dans l’espace public, qui ne présente pas nécessairement, en lui-même, un caractère problématique. De plus, les garçons ont souvent des possibilités de mobilité plus développées, certains d’entre eux effectuant, à vélo ou en scooter, des allées et venues entre divers lieux de rassemblement, en transportant à l’occasion un ami. Les filles ne disposent presque jamais de ces moyens de transport. La voiture peut aussi devenir pour les jeunes hommes un centre d’intérêt, et les petits groupes d’amis se réunissent parfois sur les parkings autour d’un véhicule. Les hommes plus âgés ont eux aussi de multiples lieux de rassemblement. Du côté des femmes, ce n’est qu’au-delà d’un certain âge, généralement quand elles sont mères de famille, qu’elles s’arrêtent et s’assoient dans la zone proche des commerces où elles sont venues faire leurs courses, souvent avec leurs enfants. Si les jeunes femmes ne s’autorisent pas ce type d’occupation de l’espace, c’est en partie du fait l’intériorisation de longue date de l’idée que leur présence dans la rue ne serait pas justifiée, en partie par crainte des interprétations et des réactions auxquelles elles pourraient se trouver confrontées : ragots, agressions verbales voire physiques. De plus, elles savent que le fait même que les garçons occupent un lieu rend leur propre présence « déplacée », préjudiciable à leur réputation, et affirment ne pas souhaiter parler à ces jeunes hommes13. Une partie d’entre elles a pu se trouver dans des situations où des garçons avaient effectivement des attitudes agressives ou inquiétantes à leur égard14, et elles savent que les écarts à la norme amènent fréquemment, de la part des hommes comme des femmes, des jeunes comme des adultes, des remarques mettant en cause la moralité de celles qui les commettent. Mais surtout, cette crainte est régulièrement réactivée par le stéréotype, porté par les médias, qui fait des jeunes hommes des quartiers populaires des agresseurs potentiels et, en prétendant soutenir les filles, les cantonne à une position de victime potentielle.

Consommation et territoire

31Une partie des adolescents du quartier des Prairies, comme d’autres quartiers populaires urbains, font de leur lieu de résidence un élément identitaire fort. Ils cherchent alors souvent à afficher une apparence conforme à cette image de « jeunes des cités », même si cet affichage de signes identitaires comporte une part de jeu.

32Quand ils accèdent à une certaine autonomie dans l’achat de leurs vêtements, ce qui se produit généralement à partir d’une quinzaine d’années, les jeunes prennent l’habitude de sorties vers des lieux tels que le grand centre commercial le plus proche ou, pour certains, les Champs-Élysées et le quartier des Halles. Il s’agit essentiellement d’aller visiter les magasins de vêtements tournés vers une clientèle « jeune », donc de s’identifier à une classe d’âge (et éventuellement à un groupe social) et non plus au quartier. Cette extension des zones fréquentées relève certainement d’une identification largement induite par la publicité et la mode, même si les enjeux (pouvoir porter les vêtements qu’on souhaite et non plus ceux choisis par les parents, ou au moins pouvoir en parler si on ne peut pas les acheter) sont liés à la position de l’adolescent dans le groupe de pairs.

33Grâce à des nuances dans le choix des couleurs ou le port de bijoux, un garçon peut se donner une allure de « caillera » (certains fabricants de vêtements jouent sur la volonté d’afficher ce type d’attitude) ou rester à distance de ce stéréotype sans renoncer pour autant à être à la mode et à porter des vêtements de marque. Les filles, bien qu’elles se doivent de contrôler leur apparence pour préserver leur réputation, adoptent des styles vestimentaires variés et s’éloignent des modèles de leur adolescence dès l’âge de 16 ou 17 ans, gommant alors volontiers certaines marques de leur origine sociale et urbaine, en particulier le survêtement. Notons que les discussions sur les choix vestimentaires sont parmi les plus mixtes. De plus, si on explore les magasins entre amis du même sexe, les sorties orientées vers la mode ne sont pas l’apanage des filles et sont largement pratiquées par les garçons.

  • 15 On peut le constater en observant le comportement d’adolescents en sortie encadrée : ils affichent (...)
  • 16 Caroline de Saint-Pierre, La fabrication plurielle de la ville. Décideurs et citoyens de Cergy-Pont (...)

34Le rapport aux espaces extérieurs semble largement dominé par leur fonction commerciale, les jeunes ne fréquentant que rarement des quartiers qui ne comportent pas une concentration importante de magasins de vêtements et de disques tournés vers leur classe d’âge15. Ainsi, ces adolescents deviennent familiers de certaines zones assez restreintes qui, dans le cas des jeunes de Villevernay, sont directement accessibles par les transports en commun et ne nécessitent pas de trajets dans les rues parisiennes ; celles-ci restent donc largement un terrain inconnu ou inhabituel. De plus, le regard des adolescents se porte essentiellement sur les vitrines et éventuellement les espaces de détente. Les immeubles sont le plus souvent simplement considérés comme « vieux », ce qui prend parfois une dimension péjorative dans le discours adolescent, et la géographie de l’espace urbain, connue dans ses grandes lignes, est ainsi réduite à une opposition entre le « vieux » et les cités, qui constituent le modèle de référence16. Ainsi, pour Mansour, élève de terminale s, le vieux Villevernay, classique centre-ville de banlieue qui porte encore les traces du village qu’il fut, ressemble à « Paris ».

  • 17 David Lepoutre, op. cit., p. 61.
  • 18 Caroline de Saint-Pierre, op. cit., p. 184.

35L’occasion de fréquenter la ville plus librement ne semble pas saisie, et les adolescents restent peu familiers de celle-ci. Pour David Lepoutre, si les adolescents des cités fréquentent Paris, la coupure entre les villes d’où ils viennent et la capitale reste forte, celle-ci ne leur offrant pas la possibilité d’exprimer la « culture des rues » et leur rappelant constamment leur position de dominés17. On doit donc contester l’affirmation selon laquelle l’urbain permet aux jeunes « dans certaines circonstances, de (se) sentir à égalité avec tout un chacun, à travers la fréquentation de lieux d’animation et de consommation où s’efface provisoirement la hiérarchisation et la désignation18 » puisqu’ils recherchent particulièrement en ville des territoires dévolus à l’expression d’une identité juvénile marquée socialement, et qu’eux même savent dominée. Ceux d’entre eux qui voient en Paris un possible lieu d’émancipation et de rupture avec la cité n’échappent pas toujours, eux non plus, à la désignation, tant il semble difficile de cesser de transporter, volontairement ou non, la cité avec soi. Ils restent surtout rares, car si beaucoup de jeunes finissent par se déplacer relativement librement dans l’espace, peu d’entre eux se sentent près à franchir les frontières sociales et culturelles qui leur permettrait d’être plus que des « jeunes de cité » de passage dans les centres-villes.

Conclusion

  • 19 Catherine Neveu, « Habitat et citoyens, citoyenneté et territoire dans les quartiers de Roubaix. Le (...)

36La possibilité ou l’obligation de pénétrer sur un nouveau territoire implique d’y définir sa place, y compris dans certains cas pour aboutir à la conclusion qu’on ne la trouve pas, ou que, l’ayant trouvée, celle qu’on occupait ailleurs s’en trouve modifiée. Cette exploration peut créer un malaise, un ressentiment, pour l’adolescent qui se sent indésirable, que ce soit en bas de son immeuble ou dans les rues de Paris. Mais ne pas pouvoir dépasser l’usage adolescent du quartier, c’est devoir se contenter d’un territoire imposé sur lequel se construit une identité par défaut, reposant sur une base restreinte et peut-être insuffisante pour accéder pleinement à la citoyenneté, ou même à l’âge adulte19.

37La phase où le quartier apparaît comme un territoire n’est selon nous qu’un moment dans le parcours de certains adolescents, d’autres ayant davantage tendance au repli domestique, avant d’élargir leur espace urbain (il s’agit là d’un modèle surtout mis en évidence chez les filles, mais qui peut aussi être suivi par certains garçons). De même, se définir principalement comme habitant d’un quartier n’est en principe qu’une identité transitoire, avant que les identifications professionnelles, culturelles, sociales naissent ou se cristallisent.

38Être issu d’un quartier populaire, y vivre, n’est en aucun cas un stigmate qu’on devrait dissimuler, et en sortir temporairement ou définitivement ne constitue pas une fin en soi. Cependant, le plus souvent, la fixation sur une identité « de quartier » est le fait des « laissés pour compte » qui n’ont pas pu accéder à d’autres facteurs d’identification. La carrière scolaire et professionnelle, le développement de goûts et de loisirs personnels aboutissent à la fin du rôle prépondérant de cette identification restreinte. Elles donnent la possibilité, quelque soit le lieu où l’on vit, de la dépasser.

Haut de page

Bibliographie

Beaud (Stéphane), 80 % au bac, et après ?, Paris, la Découverte, 2001, 330 p.

Coutras (Jacqueline), Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 1996, 156 p.

Kebabza (Horia), « La ségrégation dans les quartiers populaires », vei Diversité, n° 138, septembre 2004, p. 129-136.

Lahire (Bernard), Tableaux de familles, Paris, Gallimard, 1995, 304 p.

Lepoutre (David), Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1999, 362 p.

Marlière (Eric), Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, l’Harmattan, 2005, 280 p.

Mosconi (Nicole), La mixité dans l’enseignement secondaire. Un faux-semblant ? Paris, puf, 1989, 281 p.

Neveu (Catherine), « Habitat et citoyens, citoyenneté et territoire dans les quartiers de Roubaix. Les discours identitaires autour du territoire », in Bonnemaison (Joël), Cambrezy (Luc), Quinty Bourgeois (Laurence) [eds.], Le territoire, lien ou frontière ? : 1. Les territoires de l’identité, Paris, l’Harmattan, 1999, p. 191-203.

Pasquier (Dominique), Adolescents : la tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005, 182 p.

De Saint-Pierre (Caroline), La fabrication plurielle de la ville. Décideurs et citoyens de Cergy-Pontoise, 1990-2000, Paris, Creaphis, 2002, 311 p.

Van Zanten (Agnès), L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, puf, 2001, 424 p.

Haut de page

Notes

1 Noms fictifs. Villevernay est une commune de la proche banlieue parisienne, les Prairies l’un de ses quartiers, où dominent les grands ensembles hlm.

2 Bernard Lahire, Tableaux de familles, Paris, Gallimard, 1995, p. 270-273, et le « portrait 14 », p. 167-175.

3 Comme le montre en particulier Nicole Mosconi dans ses travaux sur la mixité scolaire : Nicole Mosconi, La mixité dans l’enseignement secondaire. Un faux-semblant ? Paris, puf, 1989, p. 24, p. 263-267.

4 Jacqueline Coutras, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 1996.

5 Eric Marlière, Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, l’Harmattan, 2005.

6 Parmi les personnes rencontrées durant mon enquête, l’envie de distinguer « positivement » le quartier domine, mais parfois, dans une logique d’inversion du stigmate, ce sont les dimensions négatives qu’on accentue : David Lepoutre, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 39-49.

7 À l’instar des adolescents de la Courneuve décrits par David Lepoutre, qui se sentent vite mal à l’aise hors de leur quartier ; David Lepoutre, op. cit., p. 57-63.

8 Agnès van Zanten, L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, puf, 2001.

9 Dominique Pasquier, Adolescents, la tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005.

10 Dominique Pasquier, op. cit.

11 Stéphane Beaud, 80 % au bac, et après ?, Paris, La Découverte, 2001.

12 Dominique Pasquier, op. cit.

13 Horia Kebabza, «  La ségrégation dans les quartiers populaires », vei Diversité, n° 138, septembre 2004, p. 129-136.

14 J’en ai moi-même fait l’expérience : entendre un groupe d’adolescents constater qu’on est une femme, puis vous suivre en passant par les chemins détournés que permet la configuration du quartier n’a rien de plaisant, et on comprend que des jeunes filles préfèrent éviter de telles situations.

15 On peut le constater en observant le comportement d’adolescents en sortie encadrée : ils affichent volontiers leur dédain de quartiers anciens préservés et se montrent satisfaits, non sans une touche de provocation ironique envers leurs accompagnateurs, quand ils reviennent dans des zones où de grandes vitrines proposent à la vue une abondance de biens de consommation.

16 Caroline de Saint-Pierre, La fabrication plurielle de la ville. Décideurs et citoyens de Cergy-Pontoise, 1990-2000, Paris, Creaphis, 2002, p. 168.

17 David Lepoutre, op. cit., p. 61.

18 Caroline de Saint-Pierre, op. cit., p. 184.

19 Catherine Neveu, « Habitat et citoyens, citoyenneté et territoire dans les quartiers de Roubaix. Les discours identitaires autour du territoire », dans Les territoires de l’identité, Paris, l’Harmattan, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Deville, « Investir de nouveaux territoires à l’adolescence », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°4 | Automne 2007, mis en ligne le 27 mars 2008, consulté le 23 avril 2017. URL : http://sejed.revues.org/1633

Haut de page

Auteur

Julie Deville

Ipraus, umr 7136 Architecture urbanisme société/cnrs

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org