Navigation – Plan du site
Circulations juvéniles et usages adolescents de l'espace

Jeunesse périphérique en centre-ville : l’exemple de Lyon

Penser la ville comme ressource et la mobilité comme apprentissage
Jean-Marc Berthet

Résumés

L’article présente sous un éclairage nouveau un travail de recherche consacré aux pratiques du centre-ville des « jeunes de banlieue » de l’agglomération lyonnaise, en l’occurrence la rue de la République, principale artère piétonne de la presqu’île lyonnaise et le centre commercial de la Part-Dieu. Que font donc les adolescents des quartiers dits difficiles de l’agglomération lyonnaise lorsqu’ils ne sont pris en charge ni par l’école ni par les structures de loisir ou sportives ? Lorsqu’ils sont à la fois dehors (dans la rue, dans l’espace public) et dedans (dans le centre commercial, dans le flux de la foule) ? Pour y répondre, une méthode originale a été employée : des observations et des suivis de parcours déambulatoires les mercredis après-midi et les samedis après-midi sur plus d’une année. Il en ressort la vision d’une pratique de l’espace faite d’épreuves pour lesquelles la déambulation fait figure de ressource (faculté à ce mouvoir à sa guise pour les uns, capacité à contrôler les conduites pour les autres) et d’enjeu (rapprochements, drague, mise à distance) tant pour les filles que pour les garçons. Vus sous cet angle, les deux espaces étudiés présentent des formes relativement opposées de régulation.

Haut de page

Texte intégral

1L’article ici proposé vise à présenter sous un nouvel éclairage et une nouvelle lecture un travail de recherche1 consacré aux pratiques du centre-ville des « jeunes de banlieue » de l’agglomération lyonnaise, en l’occurrence la rue de la République, principale artère piétonne de la presqu’île lyonnaise et le centre commercial de la Part-Dieu. Ce travail partait du constat souvent posé dans le cadre des politiques publiques consacrées à la jeunesse : la difficulté croissante à proposer des activités pour les adolescents, une certaine panne de l’action dans les démarches d’animation existantes pour les publics des quartiers de la politique de la ville. Les professionnels de la jeunesse sont en effet de plus en plus confrontés à l’émergence de nouveaux problèmes qu’ils aiment à dénoncer : logiques consuméristes des adolescents, zapping dans les activités, difficultés croissantes à proposer des activités pour les adolescents passé treize ans. Pourtant émergent sous nos yeux de nouveaux territoires d’apprentissage qu’il faudrait peut-être mieux comprendre pour mieux adapter les actions.

2Que font donc les adolescents des quartiers dits difficiles de l’agglomération lyonnaise lorsqu’ils ne sont pris en charge ni par l’école ni par les structures de loisir ou sportives ? Ils cherchent de nouveaux terrains d’aventure qui les aident à se construire et à construire leurs identités et en particulier leurs identités sexuelles à l’extérieur de leur quartier d’habitation : ils se déplacent en centre-ville.

3Dans cet article, nous reviendrons sur la spécificité de la méthode employée et ses limites : seules des observations et des suivis de parcours déambulatoires dans ces deux espaces ont été menées les mercredis après-midi et les samedis après-midi sur plus d’une année. Aucun entretien n’a donc été réalisé avec les publics observés. Ensuite, nous présenterons les lieux de ces observations et de ces suivis, dans leurs différences et ressemblances. Enfin, nous présenterons les résultats de ces observations qui s’articulent autour de l’apprentissage de la ville, l’importance des effets de drague que ces espaces permettent de déployer à l’écart des tutelles territoriales, et enfin les contraintes fortes que les systèmes de sécurité déploient dans la gestion de ces espaces (vidéosurveillance, vigiles, etc.).

Une pratique : l’observation. Comment la dire ?

Un choix méthodologique : l’observation

4Voir les « jeunes des quartiers » au centre-ville plutôt que d’insister sur leurs pratiques territoriales en périphérie, voir et non pas s’entretenir avec eux. Les regarder comme des urbains en devenir plutôt que comme des « jeunes de banlieues », décrire l’apprentissage à la circulation plutôt que la rouille dans le quartier, ré-articuler le dehors de la ville au dedans du quartier et montrer que les deux coexistent, se nourrissent, favorisent la naissance d’un espace potentiel où la mobilité constitue le passage entre le dedans et le dehors. Là où la question de l’expérience et de l’expérimentation reste essentielle.

5La méthode employée n’est pas forcément très orthodoxe : il s’agit d’une méthode par observation, que je ne qualifierai pas de participante, puisque j’étais couvert, c’est-à-dire non repéré (même si je ne peux totalement le garantir) comme sociologue. L’idée était d’être au plus près de situations sociales et de tenter de les interpréter sans que ma présence comme observateur ne vienne parasiter l’observation. Bref, reproblématiser un principe d’incertitude classique dans les sciences de la nature et en science physique. Cette expérience n’était pas prévue au départ, mais, de fil en aiguille, elle s’est imposée à moi. J’étais parti sur une observation préalable des deux lieux pour mieux les comprendre et je pensais dans un second temps mener des entretiens. Cette observation était basée sur un triptyque progressif d’observation des espaces, puis des populations dans l’espace, puis des mobilités des populations entre espaces. Peu à peu, j’ai décidé de ne pas mener d’entretiens mais de pousser jusqu’au bout le principe d’observation. Le matériau ainsi constitué résidait dans l’accumulation de notes prises sur des petits carnets où je tentais chaque fois de retranscrire ce que j’avais pu voir et entendre.

6Pour le sociologue urbain, le sens le plus approprié serait la vue. D’une certaine façon, le travail de la sociologie urbaine, dans sa version goffmanienne serait un travail d’observation des observateurs. Comment écrire alors le silence, ce travail muet d’observation des observateurs qui engage les regards ? Rappelons rapidement les termes de la sociologie goffmanienne relative aux interactions non focalisées, tels qu’ils sont reformulés par Isaac Joseph2, tout ce qui constitue l’ordinaire des situations de co-présence d’individus qui ne se parlent pas, au sens où ils ne verbalisent rien entre eux, mais qui pourtant échangent beaucoup : regards, adaptation des déplacements à ceux de l’autre. Ce qui est caractéristique des interactions non focalisées, c'est qu'elles mettent en scène un principe d'observabilité mutuelle et qu'elles permettent des inattentions civiles. L'observabilité mutuelle, c'est tout le jeu des regards qui président à une rencontre entre individu qui ne vont pas se parler. En ce sens, il faut toujours penser que voir c'est aussi être vu, que s'il y a de l'acteur, il y a aussi du spectateur, et que l'acteur peut devenir spectateur et le spectateur, acteur. L'inattention civile, c'est cet ensemble de traits de civilité (politesse, manières de faire et d'être dans les espaces et les lieux publics). L'inattention civile, c'est montrer à autrui qu'on l'a bien vu et que l'on espère que lui aussi nous a vu dans ces espaces que l’on pratique mais c'est un peu plus, c'est aussi lui signifier qu'il ne fait pas l'objet d'un regard ou d'une intention particulière, et que l'on en attend autant de lui. Pour parler comme Goffman, à fixer trop longtemps du regard un ou une inconnue, vous risquez de créer un petit malaise dans l’interaction.

7Finalement, il s'agissait de réactualiser le vieux principe de Berkeley qui postule qu'« exister, c'est être perçu » (esse est percipi) en se demandant ce que pourrait être l'être de ce paraître, alors que le paraître suppose par définition quelqu'un à qui paraître. Puisque le travail principal tourne autour de l'être de ce paraître, il a semblé préférable de ne pas apparaître comme enquêteur, mais bien de se rendre anonyme dans la foule et donc d'apparaître comme quelqu'un de neutre parmi d'autres à qui paraître. Puisque ces espaces favorisent l’anonymat ou la possibilité de l’anonymat, il fallait se rendre anonyme, un passant circulant.

8Il s'agissait donc, dans la mesure du possible, de recueillir pêle-mêle : bribes de récits urbains, textes des gens, arabesques des parcours, farandoles des regroupements, de leur composition, recomposition, décomposition, détournements vestimentaires… Le minimalisme de la ville, sa banalité, sa quotidienneté ; comprendre ce faire encore lorsqu'il n'y a, en apparence, pas grand-chose à faire. Il s'agissait aussi de revenir sur ce qu'il en est de la consommation et de la dépense dans ces lieux marchands, pas simplement sous l'angle de la marchandise mais sous l'angle des regards éclatés, nouveaux, intrigués, dépités, ironiques, amusés, tristes qu'ils peuvent permettre. L'hypothèse faite ici, et l'option méthodologique qui va avec, a consisté à très peu s'intéresser aux pratiques consuméristes des jeunes observés mais à quasiment tout le reste de leurs pratiques dans ces espaces. Pourquoi ? Pour une raison assez simple, l’acte de consommation dans ces espaces pour ces populations reste assez marginal. Ce travail est donc le fruit d'un double parti pris méthodologique : ne réaliser que des observations sans entretiens dans les espaces et « mimétiser » le caractère a priori anonyme de ces espaces pour mieux les comprendre.

Les limites de la méthode

9Cette méthode par observation présente des limites assez évidentes. Quatre peuvent au moins être signalées. Tout d’abord, il est impossible de tout voir et il serait bien présomptueux de le penser. En même temps, il me semble à peu près certain que l’on voit des choses que j’aurais eu bien du mal à saisir avec des entretiens. Bref, parfois, il est important de recueillir des discours sur des pratiques, mais parfois c’est encore mieux de saisir les pratiques in situ. Il y a un paradoxe propre à la perception qui est que le voir, le sentir, ce n’est pas l’écrire mais essayer de l’écrire ; tenter de conceptualiser ce qui, par définition et dans un premier temps, n’est que de la perception. « Voir et entendre appartiennent au monde du sensible alors que l’écriture relève du conceptuel, telle est la grande déchirure de la recherche3. »

10Seconde limite : ces observations ne nous disent rien de ce qui peut se jouer dans d’autres espaces de la ville. Arpenter et glaner, tels pourraient être les mots traduisant un travail du regard, c’est peu évidemment mais ce n’est pas rien. Les observations centrées sur ces deux lieux ne peuvent pas permettre de répondre à certaines questions. Elles ne nous disent rien sur les perceptions des jeunes quant à ces espaces. Elles ne nous disent rien quant aux perceptions des autres passants…

11On ne peut ensuite éviter le risque de l’ethnocentrisme qui est la grande leçon des ethnologues lors de leur retour sur pratique de l’observation : il reste difficile d’oublier le lieu de production de ce regard sur. Donc, j’ai essayé d’écrire sur l’oralité de l’autre mais aussi sur la corporéité de l’autre. Ecrire l’autre, c’est le perdre et, tout en le sachant, tenter de continuer à l’écrire.

12On ne peut enfin éviter le risque du gender-centrisme : ce travail est bien le fruit d’un regard masculin et il semblerait, nous disent les féministes américaines, que la pulsion scopique soit un trait typique de l’obsessionnalité masculine, de son voyeurisme et de sa volonté de domination. Dont acte.

La nécessité de la flânerie

Description des espaces

13On pourrait commencer par pointer la logique très structurale qui sous-tendrait le choix des deux lieux d'enquête. A les observer en effet, on y verrait la mise au point très saillante d'un couple d'oppositions ou de contraires. Ainsi, on dirait que rue de la République, on se sent dehors, l'espace est ouvert. L'air est pur (autant qu'il peut l'être dans un lieu proche de la vallée du Rhône et de son industrie pétrochimique), la luminosité en pleine journée y est vive. Le lieu est non indiqué (la rue de la République comme panneau d'indication n'existe pas), l'espace est étalé et dégage une impression de profondeur que la foule rend parfois compacte, une horizontalité se dégage, les conditions climatiques importent (il y faut un parapluie lorsqu'il pleut…). Les façades des magasins donnant sur la rue sont réelles. La perspective et la profondeur sont horizontales. Il n'y a qu'un niveau, celui du sol.

rue de la République

Part-Dieu

dehors

dedans

espace ouvert

espace fermé

air naturel

air conditionné

espace public

espace privé

luminosité

obscurité

profondeur

hauteur

horizontalité

verticalité

façades réelles

façades fictives

14A la Part-Dieu, on se sent dedans, l'espace est fermé, l'air est conditionné (on ne répétera jamais assez comment l'air conditionné modifie la question même de l'espace public…), la luminosité faible (même si des travaux ont été fait ultérieurement pour l’améliorer), le lieu indiqué. L'espace est ramassé sur lui-même et ne donne pas une impression de profondeur, c'est une impression de verticalité qui se dégage, que la foule rend parfois oppressante (surtout les premiers jours de solde). Les conditions climatiques n'importent pas (il n'y faut pas de parapluie lorsqu'il pleut…). Les façades des magasins donnant sur la rue sont factices. La perspective et la profondeur sont verticales. Il y a plusieurs niveaux, que les escalators aident à franchir. On peut y voir autant en plongée vers le bas que vers le haut.

15Ces deux espaces ont au moins trois points communs : ce sont des plates-formes commerciales qui favorisent le shopping, la principale activité urbaine aujourd'hui diraient certains (les deux plus grosses centralités commerciales de la ville de Lyon, parmi les cinq plus grosses de l'agglomération lyonnaise), ce sont donc de très gros attracteurs de populations. Ce sont deux lieux sous vidéosurveillance. Ce sont deux lieux centraux (tels que les définit le pouvoir local) avec la rue de la République sur la presqu'île qui est le centre de Lyon et la Part-Dieu qui est le centre directionnel de l'agglomération. Ces trois points communs n'en constituent finalement qu'un seul, qui pourrait se résoudre dans le grand attracteur de populations impliquant nécessairement du shopping, de la centralité, de l'espace public, un espace public dont il faut au moins recomposer et discuter les formes, et évidemment celles de l'espace sous contrôle, au principe des deux autres…

16Continuons, pour un temps encore, un peu plus avant sur ce mode d'opposition binaire afin de mieux comprendre ce qui se joue dans ces différences. A la Part-Dieu, le dispositif spatial oblige à cheminer dans l’oblique, on a du mal à y tracer un chemin tout droit alors même que le dispositif spatial de la rue de la République entraîne plus de rectitude (une rue piétonne de plus d'un kilomètre, bien droite). Rue de la République, le couple voir/être vu n'est pas disjoint. À la Part-Dieu, dans les allées, certains vigiles entraînent avec eux des jeunes derrière des portes. Distorsion du couple voir/être vu. À la Part-Dieu, l'espace commercial réserve et dévoile des couloirs interdits au public où peuvent donc se régler quelques altercations entre jeunes et vigiles. Rue de la République, les altercations entre forces de l'ordre et jeunes sont visibles de tous.

Dilemme du flâneur

17Il y a un principe d'incertitude à la base des observations, la difficulté à saisir le mouvant dans l'immobilité et inversement, ce qui est statique lorsque l'on se déplace. Comment observer dans le flux de populations, dans la foule ? Pour commencer, on peut y flâner. Le rapport aux espaces urbains, c'est aussi le rapport à la flânerie (Walter Benjamin), à la marche, à la nécessité de la bousculade et des corps à corps. Le flâneur, nous dit Isaac Joseph4, a pour principale qualité de présenter une atrophie du sens de l'orientation pour une hypertrophie de l'œil. Mais, comme en même temps, rue de la République, le lieu du flâneur est devenu un lieu du savoir, le flâneur qui veut tout voir en étant le plus discret possible ne peut finalement que regarder ses pieds et les crottes de chiens, ou en l'air et les caméras de vidéosurveillance, pour échapper aux sollicitations répétées, protéiformes des instituts de sondages, des militants de Greenpeace, des vendeurs de journaux ou de cartes postales pour l'insertion des sans-logis, des signataires contre les mines anti-personnels, des mendiants, des distributeurs de publicité… Un mercredi après-midi, rue de la République, du Mac Donald’s à la place de la République, au moins dix personnes peuvent vous interpeller sur quelques centaines de mètres.

18Le flâneur favorise son « alpaguage » par le sondeur. Bref, le flâneur de la rue de la République est condamné à flâner au bar, sur les terrasses, à l'écart de la foule. Le flâneur, s'il veut flâner, est obligé de réintroduire un dispositif scénique propre à la flânerie, un dispositif très foucaldien de nouvelle distorsion du couple voir/être vu. Le flâneur peut de moins en moins flâner en semaine rue de la République, il est constamment sollicité non pas par la foule, mais par les perturbateurs de la foule, ceux qui stationnent, ceux qui instituent le lieu comme lieu de savoir. Savoir, rue de la République, c'est stationner. Circuler, c'est ne pas savoir, au sens où savoir ce serait s'arrêter pour interroger des populations...

19Beau dilemme pour le sociologue à qui l'on a appris l'importance de mimétiser l'objet. Comment peut-il circuler rue de la République et savoir quelque chose ? Du coup, plus il y a de foule, plus on peut flâner, car les perturbateurs de la flânerie gênent moins dans le flux important. La foule protégerait la flânerie. Mais en même temps, plus il y a de foule et moins on peut flâner car on est happé dans la masse de la foule et sa vitesse. Le flâneur et la lenteur qu'il présuppose font obstacle aux mouvements de la foule. Pour comprendre ce qui se jouait dans ces espaces, à partir du moment où les mobilités constituaient une part importante des pratiques des jeunes, il m’a fallu suivre ces mobilités, les répéter, en bref, mimétiser l’objet et me trouver comme les jeunes à déambuler tant à la Part-Dieu que rue de la République. L’observation, en soi, ne suffit pas si ne s’y rajoute pas un principe de mimétisation de ce qui est observé. Et là, on se rend compte de quoi ? Que les jeunes observés, eux, flânent car ils ne se font que très exceptionnellement alpaguer par les sondeurs…

20Observer, ce serait donc accepter de se laisser faire flotter par l’objet, accepter la déambulation théorique qu’imposent les parcours urbains. Comprendre en définitive que ce qui se jouait là n’a strictement rien à voir avec la société de consommation mais à bien à voir pourtant avec les conditions de l’échange, comprendre que cette scène immense permet aux uns et aux autres de se réassurer, comprendre encore… Bref, s’intéresser au quotidien non pas comme quotidienneté et comme aliénation, qui est souvent la part prise dans une certaine tradition marxiste et hégélienne, mais au quotidien en tant qu’il est aussi résistance et compétence des acteurs.

Les territoires urbains de la jeunesse

Le quartier dans la ville

21On vient d’abord en ville en groupe, pour mieux se protéger de l’inconnu et de l’anonymat urbain. Filles et garçons naviguent groupés, soudés à mesure de leur jeunesse. Plus ils sont jeunes et plus les groupes sont constitués d’un nombre important de personnes (jusqu’à une dizaine). Lorsque les groupes constitués sur la base du quartier d’habitation croisent d’autres groupes issus de leur même quartier, les échanges sont brefs, on n’est pas venu ici pour croiser ceux qu’on côtoie tous les jours. On est venu ici pour regarder les nouveautés. Si on consomme peu, on se dépense en marches et regards des autres et des objets, de l’actualité de la mode en matière de chaussures, vêtements, lunettes de soleil, etc. Ce moment de transport du quartier dans la ville est limité dans le temps : celui de l’adolescence. Lorsque les jeunes adolescents parcourent pour la première fois ces deux espaces du centre, leur déception est grande : « Ce n’était que ça, ces lieux dont j’entends parler par les aînés dans mon quartier. » La ville n’est pas encore une ressource, tout au plus un décor. La part ludique que ces espaces permettent de déployer n’est pas encore appréhendée. Pour les plus âgés, à la sortie de l’adolescence, ces espaces sont beaucoup moins investis, leur apprentissage a permis de découvrir d’autres lieux, d’autres intérêts, d’autres pratiques. Tout fonctionne comme si ces deux espaces servaient de transition entre le quartier et la ville, à la condition d’un temps intermédiaire d’apprentissage sécurisant où le quartier est déplacé dans la ville.

Mise en scène des corps

22D'étranges pèlerins en uniforme arpentent régulièrement deux espaces de la ville et y construisent leurs rites. Les jeunes garçons, relativement indifférenciés dans leurs costumes, ont leur uniforme : baskets, pantalon de sport, tee-shirt de sport, éventuellement casquette Lacoste ou autre, baladeur accroché aux oreilles. Les spécialistes diraient qu'on est plus dans le style hip-hop que le style baggy (avec jeans et tee-shirts très larges). Les filles sont au contraire très différenciées. Ou plutôt, les jeunes filles jusqu'à 12-14 ans sont souvent habillées comme les garçons, baskets, survêtement, voire casquette. Ensuite, changement radical, il est très rare de voir une fille plus âgée en survêtement dans ces deux espaces. Plus, tout trait de masculinisation peut y être dénoncé par les autres. Les filles, même les plus jeunes, ne donnent jamais le même sentiment d'indifférenciation, elles sont fortement différenciées… sauf pour les rares qui s'habillent et qui parlent comme les garçons, baskets et pantalons de survêtement.

23Le corps se transforme en corps apparence où les garçons présentent une forte identité vestimentaire, une uniformisation des tenues alors mêmes que les filles sont dans la différenciation. Cette mise en scène des apparences corporelles constitue une sorte de nouveau capital : le capital apparence5. Celui-ci est d'autant moins neutre ici qu'il est socialement déterminé et parfois inversé suivant les positions sociales. On retrouve, à travers les modes du vêtir, les différences identitaires entre les jeunes de milieux populaires et les autres milieux sociaux. Pascal Duret6 en pointe bien les écarts. Du côté des classes populaires, les différences de genre seraient accrues pour conforter un rapport d'inégalité entre sexes. Du côté des autres classes sociales, la construction d'un monde des égaux aboutirait à un gommage des identités sexuelles. D'un côté, c'est le rapport à l'autre sexe qui deviendrait problématique. De l'autre côté, c'est le rapport à la différenciation qui serait un problème. D'un côté, la survalorisation, via la virilité de l'identité masculine, rejaillirait sur l'univers féminin. De l'autre, cette identité masculine se dissoudrait au profit de sa féminisation. À travers les deux espaces observés se donne à voir une reconfiguration des univers féminin et masculin pour les jeunes de quartier, de nouvelles négociations et arrangements qui permettent à chacun de ces deux univers de se transformer7.

La ville comme espace de drague

24Manifestement l’on vient dans ces lieux pour constituer un nouveau terrain d’aventure urbaine et pour draguer. Lorsqu’on est jeune ou adolescent, regarder, c’est souvent regarder et chercher du regard (pour les garçons) ou de la posture (pour les filles) l’autre et l’attention de l’autre. L'une des principales activités qui permet aussi les rencontres dans ces espaces est celle de la drague et de son économie. Les deux espaces étudiés présentent une caractéristique forte : les jeunes filles ne peuvent y être isolées. Leur isolement induit les rencontres avec les groupes de garçons. Assise seule sur un banc rue de la République, passante isolée dans la foule, jeune fille attendant seule dans un coin à la Part-Dieu, elles seront très rapidement abordées par les groupes de jeunes. La question de la rue de la République comme lieu de rencontre entre filles et garçons, rue que l'on monte et que l'on descend en s'observant mutuellement, n'est pas nouvelle à Lyon. Les plus anciens se souviennent de ces jeux dans les années 1950 ou 1960. Les modes opératoires des rencontres et les échanges verbaux qui s'y jouent ont par contre, eux, sans doute changé. Le marquage collectif de l'espace qu'impriment les garçons rejaillit sur les relations aux filles. Celles-ci sont toujours prises entre de multiples injonctions, qui ne sont que des épreuves urbaines sexuées qu'elles apprennent à négocier pour que ces rencontres informelles se finissent bien, même si elles sont parfois verbalement violentes. Inversement, les rencontres que les garçons testent individuellement sont souvent pour eux des épreuves que leur imposent les jeunes filles regroupées. La première impression violente, c’est le verbe masculin ordurier dans sa tentative d’accroche et d’approche des jeunes filles. Que faire de cette violence verbale ? Qu’en font les jeunes filles ? Elles travaillent à l’atténuer. Elles pacifient, par la douceur des réponses et l’humour, les échanges. Jamais je n’ai observé dans ces lieux un glissement de la violence verbale à la violence physique. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas mais plutôt qu’il y a là un dispositif scénique propre à la ville qui l’empêche. A la force verbale masculine initiale, les jeunes filles répondent par d’autres formes de forces : le contrôle de l’accès à leur faveur. Il n’est qu’à observer ce qui ne peut que très mal se dire : la tête des jeunes garçons lorsqu’ils sortent de leur groupe de pairs pour aller aborder seuls une jeune fille, et comment ces mêmes jeunes filles les obligent à en rabattre. Ces situations, multipliées, égalisent peu à peu les modes du faire et du dire.

Garantir l’hospitalité du lieu : l’ordre public

25C'est à la Part-Dieu que le travail de régulation de l'ordre public est le plus important, cette régulation est à la fois fragile, car toujours recommencée, et en même temps constante, répétitive. Elle prend quatre formes différentes qui renvoient à quatre types de régulateurs de ces espaces. Première forme, celle des nombreux vigiles ou personnels à l'intérieur ou à l'entrée des magasins.

26La deuxième forme, c'est celle des vigiles qui sont toujours au nombre d'une dizaine à l'intérieur du centre. Ils sont habillés de manière similaire, pull rouge avec « sécurité » imprimé dessus, pantalon bleu marine, rangers et talkie-walkie. Leur tenue va d’ailleurs changer entre les deux périodes d’observations. Ils sont aujourd’hui en uniforme plus banalisé : pantalon bleu marine, chemise blanche et badge indiquant leur fonction… Les altercations entre ces vigiles et les jeunes sont fréquentes. Les vigiles régulent principalement les formes les plus visibles et surtout les plus audibles de comportements qu'ils estiment répréhensibles : sifflets d'interpellation entre jeunes d'étages à étages, bousculades, voix qui portent trop fort, bref tout ce qui, a priori, peut nuire au centre comme espace maternant et confortable. Les jeunes des quartiers périphériques ne sont pas interdits dans le centre commercial mais tous leurs gestes sont épiés, contrôlés, les garçons étant les principaux visés. Il faut nuancer cependant ces formes de contrôle. D'une part, elles restent circonscrites au champ de vision des vigiles qui, même s'ils sont régulièrement une dizaine dans le centre, ne peuvent couvrir tout l'espace du centre. D'autre part, ces modes de régulation ou de contrôle n'empêchent pas d'autres types d'échanges entre jeunes et vigiles qui peuvent très bien se connaître, être issus des mêmes quartiers et donc se saluer fréquemment. Cependant dans leurs interpellations des jeunes autour de leurs comportements et non pas des problèmes qu'ils pourraient directement causer aux autres clients, les offres ou les sommations de réparation restent souvent sans réponses, exaspérant un peu plus les vigiles qui concluent souvent ces échanges par des dénégations fatiguées de la tête comme si décidément, il n'y avait rien à tirer des civilités de ces jeunes…

27La troisième forme prise par ces régulateurs de l'ordre public, c'est celle des vigiles en costumes, cravatés et banalisés d'une certaine façon. J’en ai repéré deux, puis centré mes observations sur seulement l’un d’entre eux. Ils interviennent pour des modes de régulation plus informelles : jeunes avec packs de bières qui stationnent dans le centre commercial à qui on demande de circuler, jeunes qui jouent au foot à l'extérieur du centre à qui on demande de stopper le jeu… Remarque importante : ces médiateurs civils, qu'il faut un peu de temps à repérer tant ils se confondent dans la masse de la clientèle, parlent arabe et peuvent, dans les conversations avec les jeunes et suivant leurs interlocuteurs, passer du français à l'arabe sans problèmes. Contrairement aux autres vigiles, qui sont dans le rappel à l’ordre « viril » des jeunes et plus particulièrement des jeunes garçons, le vigile banalisé se trouve placé dans une fonction de maternage, de mise en protection des lieux qu’il accompagne par ses gestes calmes, sa voix douce, sa manière de toucher les jeunes dans le centre, de les prendre par l’épaule, manière de faire qualifiée de « gentille » par ces mêmes jeunes. Manière de signifier que les débordements ou excès (il ne s’agit quasi exclusivement que d’excès de paroles ou de comportements, jamais d’actes délictueux en tant que tels), sont compris mais accompagnés en vue de les adoucir ; manière de trouver un juste milieu entre la violence verbale des autres vigiles, qui répond à celle des jeunes, et le laisser-faire… Manière de redonner confiance dans la figure du vigile… De la bienveillance à la surveillance, la marge est mince. Là, le vigile qui exerce une véritable fonction de médiateur ne commande pas vraiment, il ne pose donc pas la question de l’obéissance en tant que base d’un pouvoir à venir. Le pouvoir qu’il possède est plutôt peu coercitif, quasi métaphorique, il ne se concrétise par aucune effectivité. Il est donc encore plus redoutable puisque je ne l’ai jamais vu remis en cause. Je n’ai ainsi jamais repéré d’altercations entre ce vigile et les jeunes auprès de qui il intervient.

28Quatrième type évidemment, ce sont les forces de l’ordre officielles : la police. Rue de la République, on croise parfois des îlotiers, mais c’est rare. Par contre, c’est caractéristique pour ces deux espaces, on note une présence importante de cars de crs au moment du ramadan, qui stationnent à proximité, prêts à intervenir. Des échauffourées à la Part-Dieu, en période de ramadan en 1998, avaient fortement marqué les esprits. De la même manière, on note beaucoup plus souvent des patrouilles de la police nationale à la Part-Dieu que rue de la République.

29Les systèmes de contrôle à la Part-Dieu sont omniprésents, toujours visibles et massifs alors que parallèlement, rue de la République, le cadre de gestion sécuritaire est beaucoup moins présent, beaucoup moins visible, comme s’il se suffisait à lui-même. Et la mise en place de la vidéosurveillance, rue de la République, semble encore avoir peu d’effets : elle n’est pas encore vraiment appropriée par les passants. Ces derniers n’ont pas toujours intégré sa présence…8

30La différence principale entre les deux espaces est donc bien dans la manière dont les contrôles s’exercent. Rue de la République, les écarts à la norme (parler fort, se bousculer) ne sont l’objet d’aucune admonestation des passants, les seuls à porter et exercer le poids d’un contrôle sont alors les pairs. À la Part-Dieu, ce travail de l’admonestation est porté par les vigiles, il est délégué et tous les passants de la Part-Dieu entendent bien, d’une certaine façon, déléguer ce travail-là à ces professionnels-là. Sinon, à quoi serviraient-ils ? Du coup, la logique institutionnelle, la toile institutionnelle produit, par son intervention même, la nécessité de l’accroissement de son intervention… Plus le niveau de sécurité augmente, plus le risque que cette sécurité défaille s’accroît. Autant, il est très rare de voir des altercations entre vigiles des magasins et jeunes rue de la République ou à la Part-Dieu, autant les relations avec les vigiles du centre commercial à la Part-Dieu sont fréquentes et obligent les garçons à des échanges verbaux avec ces derniers. Pour une phrase criée, pour trop de bruit dans les espaces, pour une bousculade, c’est le rappel à l’ordre immédiat. Et il y a tout un jeu de forces et de formes ou de coups verbaux qui se développe entre jeunes et vigiles.

31Comment mieux qualifier ces systèmes de contrôle ? On pourrait dire qu’il y a le contrôle inspecteur et le contrôle correcteur9. Le contrôle inspecteur présuppose un anonymat et une répétition qui n’a rien à faire de la préconnaissance des personnes contrôlées. Ainsi en est-il des contrôleurs tcl (transports en commun lyonnais), ou encore des contrôles des vigiles des magasins qui demandent l’ouverture des sacs. Le contrôle correcteur est basé sur la proximité sociale. C’est toute la difficulté du travail des vigiles de la Part-Dieu, non pas ceux des magasins mais ceux qui patrouillent dans le centre. Ils tendraient à exercer un contrôle correcteur qui est vu par les jeunes comme un contrôle inspecteur. Les catégories traditionnelles de contrôle sont brouillées. Il ne peut y avoir que hiatus entre jeunes et vigiles. C’est le vigile banalisé qui résout à sa manière ce hiatus. Il n’inspecte rien, il favorise le redressement des comportements par la façon dont il construit une proximité avec les jeunes. Dans cette construction, le toucher tient une part importante.

Les épreuves

32Pour les garçons, ces espaces constituent des épreuves à deux titres : d’une part, ils y apprennent le passage difficile du groupe à l’individu, et c’est douloureux, on le voit bien dans les modes individuels de drague. La deuxième épreuve, tout aussi douloureuse mais qui alimente les récits et la valorisation d’une identité masculine, c’est celle des interactions avec les gardiens des espaces, ceux qui en font respecter l’ordre public puisque ces jeunes sont très souvent en butte avec ces gardiens. Du côté des filles aussi, c’est le mot épreuve qui me paraît résumer les observations. Pour elles, l’épreuve principale, c’est une épreuve dans les relations à l’autre sexe. Qu’entendre par épreuve ? L’épreuve, nous dit Luc Boltanski, est une tension entre la puissance et l’acte10. L’acte en lui-même compte peu tant que la puissance qui peut s’exprimer à travers d’autres actes n’est pas apparue. L’épreuve ici importe, tant elle permet de « rendre possible la remontée de l’acte à la puissance11 », tant elle permet de comprendre comment les actes éprouvants permettent de conférer, par leur multiplication, des formes de puissance à venir.

33Je me retrouve dans un jeu à trois (garçons, filles et vigiles) où s’échangent des forces et des coups verbaux, où l’art oratoire tient lieu de bataille rangée. Dans les jeux verbaux, tout est occasion. D’un côté, les garçons mesurent leur force, et en particulier leur force verbale avec les vigiles et, de l’autre côté, les filles mesurent leur capacité à résister aux épreuves de force verbale que leur imposent les garçons. Enfin, il n’est pas rare de voir les vigiles eux aussi pris dans les jeux de séduction avec les jeunes filles, et donc s’exercer à d’autres formes de relations.

34Les modes d’intervention des vigiles différent selon qu’il s’agisse de jeunes filles ou de jeunes garçons. Avec les jeunes filles, les interventions sont toujours empreintes de douceur, tension entre le rappel à l’ordre et le début d’une accroche aguicheuse. Avec les jeunes garçons, un choc de virilité se joue. Les vigiles ont plus de mal à contrôler leur impatience. Alors, on se dit deux choses, que les petits désordres urbains sont de fantastiques ressorts des récits urbains et qu’il faut donc toujours en réalimenter la matière : les vigiles participent à leur manière de cette construction, mais on se dit aussi que les vigiles de la Part-Dieu devraient être formés par les jeunes filles qui fréquentent le centre…

35Ce sont les jeunes filles qui ont le pouvoir de faire durer ou d’abréger l’interaction et la violence verbale des garçons n’est que l’envers du dépit d’un arrêt trop rapide à leurs coups dans l’échange. Car ce sont bien des coups qui s’échangent, mais des coups métaphoriques qui ne dévient jamais, où chacun reste sur sa ligne de force : les filles ont le pouvoir de tenir la relation et déplacent les coups verbaux reçus, les garçons ont celui de verbaliser leur puissance dont ils ne font pourtant quasiment jamais état en public. Elle reste toujours potentielle, latente, métaphorique… Mieux, il y a une forte capacité des jeunes femmes à canaliser cette violence, à la détourner ou à la transformer en la mettant à distance. L’humour et le calme y participent puissamment12 .

La ville comme médiation

36Les lieux étudiés sont donc bien deux lieux qui reproblématisent la question de l’accessibilité sous deux formes spécifiques : genre et sécurité, dispositif de cour et dispositif de contrôle. De fait, les jeunes garçons qui fréquentent ces espaces afin d'affirmer une identité sexuelle masculine se trouvent confrontés à deux types de personnes qui limitent l’expression de cette identité ou qui la troublent, à tout le moins. À la violence verbale masculine répond un pouvoir féminin : celui de maîtriser ou non les interactions, celui de les faire durer ou de les abréger. Il en va de l’apprentissage masculin d’une vulnérabilité. Le principe goffmanien de la vie publique implique une limitation de la vulnérabilité, la construction de son atténuation. Les garçons sont ici confrontés à leur vulnérabilité alors même que la construction sociale des identités sexuelles présuppose une vulnérabilité féminine.

37Ces deux espaces permettent alors une relative « mise en égalisation » des jeunes des classes populaires et ne constituent donc pas des espaces qui renforceraient les inégalités entre genres. C’est loin d’être évident, c’est conflictuel et toujours problématique. En même temps, cette mise en égalisation des deux sexes n’induit pas une unisexualisation ou encore une indifférenciation des deux sexes. L’enjeu est au contraire une différenciation forte des deux sexes et de apprentissage de ces différenciations. Il n’est qu’à suivre un groupe de jeunes filles pour comprendre la nécessité de cet apprentissage. Les observations relatives à la drague montrent bien des différenciations et des modes d’égalisation. Les garçons, dans leurs interactions avec les filles inconnues, tentent d’imposer un rapport de force. En revanche, les filles ont la force de le négocier. Si les échanges peuvent devenir verbalement violents, je ne les ai jamais vus dégénérer. Inversement, lorsque les garçons s’essaient individuellement à aborder les filles, le rapport de force s’inverse et le garçon a du mal à le négocier, il abandonne sans avoir la force de vraiment clôturer calmement l’interaction pour retourner penaud vers son groupe de pairs. Toutefois, lorsqu’une conversation s’engage et dure, lorsqu’on passe de l’immédiateté à la médiation, que la situation a permis un accord réciproque entre les deux jeunes : garçon et fille, se met en place une véritable scène d’un échange équitable. Mais, le passage de l’immédiateté à des formes de médiation pèse sur les épaules des jeunes filles.

38Ce sont donc des dispositifs de médiation qui permettent de faire le deuil de l’immédiateté et qui, du coup, redonnent de la confiance aux uns et autres. Plus que d’égalisation alors, il faudrait parler de mise en confiance réciproque des jeunes garçons et des jeunes filles. Pour les jeunes garçons, la drague dans ces espaces est l’apprentissage d’une forme d’obstacle, de limite. Elle oblige à l’apprentissage de la mise à distance. Ce sont donc des systèmes de médiation dispositive qui permettent de jouer avec l’angoisse et l’ennui, angoisse de la rencontre de l’autre, ennui de la pratique répétitive. Cette construction des identités sexuelles est encore avérée à travers l’épreuve des contacts. Ces lieux sont aussi des lieux où se donnent à voir les épreuves du contact. Il est extrêmement rare de voir un couple de jeunes maghrébins s’embrasser dans ces espaces, ou alors, c’est à l’écart de la foule, dans un recoin, de manière très furtive. Par comparaison, les jeunes couples d’adolescents de la classe moyenne se tiennent de façon très ostentatoire en ne cessant de s’embrasser. Il faut là revenir sur tout le jeu des proximités et des distances lors des rencontres, sur le soin pris à se mettre à distance lorsqu’un jeune, fille ou garçon, circule avec un pair du même sexe et rencontre une personne du sexe opposé.

39Phobie du contact de l’autre sexe ? Alors même que les filles circulent souvent de façon beaucoup plus resserrée que les garçons, qu’elles se tiennent souvent par la main, que les garçons n’hésitent pas à s’embrasser entre eux de façon ostentatoire, les rencontres entre personnes de genre différent sont toujours caractérisées par la brièveté des moments où les corps se touchent. Seules les joues et les lèvres s’effleurent ; jamais un bras n’entourera le corps d’une personne de sexe opposée. La figure du vigile banalisé prend tout son sens ici. Il est le plus souvent dans le contact et le toucher. Médiation dans le rapprochement des corps.

40Dernière forme de ces dispositifs de médiation : le rapport à la surprise. L’expérience de la surprise est surprenante : on s’attend à la surprise sinon, on ne déambulerait pas dans ces lieux. Et pourtant, cette attente de surprise nous surprend encore tant elle peut s’avérer décevante. Mais si cela avait été la rencontre de l’autre, en question, tant désiré, la surprise n’aurait-elle pas cédé la place à l’angoisse ? Cette oscillation constante entre angoisse et surprise caractérise encore la pratique de ces lieux, de même que celle entre confiance et méfiance.

Scène, public et expressivité

41Pourquoi la capacité ludique me paraissait-elle plus importante à la Part-Dieu que rue de la République ? Pour une raison simple, liée aux systèmes de contrôle et à la capacité expressive. Le monde attire du monde parce qu'il y a du monde, la masse attire la masse pour faire encore masse. La foule est profusion de désirs possibles, multiplication des possibles. Il y a très peu de possibilité expressive à la Part-Dieu. Il n’y a pas de possibilité de constituer spontanément un public à la Part-Dieu, un public au sens où une scène peut se former et se déformer aussi rapidement, un public au sens d’une séparation entre des acteurs et des spectateurs. À la Part-Dieu, soit l’évènement est pré-cadré dans un contexte d’animation du centre commercial (et les occurrences sont nombreuses), soit l’attroupement spontané dans le centre est rendu impossible. À l’extrême limite, il signifierait un incident grave entre vigiles, forces de l’ordre et passants.

42Rue de la République, il y a une expressivité possible. Elle « prend » ou pas, elle est toujours potentielle mais elle peut permettre que s’agglutinent en quelques instants des centaines de personnes autour d’une animation. Animation spontanée qui est impossible à la Part-Dieu.

43Les possibilités de créativité sont beaucoup plus ténues mais aussi paradoxales. Ainsi, la force du ludique qui m’apparaissait plus importante à la Part-Dieu n’était que l’envers des modes de gestion sécuritaire. Ou, pour le dire autrement, le cadre sécuritaire étant beaucoup plus contraignant à la Part-Dieu, les détournements du cadre apparaissent beaucoup plus rapidement : la conduite ludique est toujours un débord du cadre prévu. Ce qui m’apparaissait comme ludique à la Part-Dieu était bien cette manière de jouer avec la prégnance de ce cadre que les vigiles tentent toujours de réactiver mais qui leur échappe toujours pour partie, tant les possibilités sont nombreuses dans un centre commercial.

44A la Part-Dieu, tout est fait pour limiter les risques de tous ordres. La part d’incertitude et d’aléas devient insupportable à ceux qui ont la charge de la diminuer voir de l’annihiler. Il faut alors pour le public jeune réenclencher tout un travail imaginaire pour redonner sens à l’aléa. La drague comme risque est particulièrement valorisée mais ce n’est pas le seul mode. En bref, lorsque tout est fait pour protéger de la surprise, trouver les moyens surprenants de la faire émerger à nouveau.

Conclusion

Préserver l’espace public

45Si l’hypothèse de la ville à trois vitesses13 est juste, la question de la rencontre et des lieux de rencontre possible des trois types de population qu’elle favorise devient déterminante. Une des conclusions de ce travail est de réfléchir sur les conditions de préservation de l’espace public comme lieu inappropriable, comme lieu de la rencontre d’inconnus, comme lieu de la mixité de populations. Partir des lieux de drague implique de revenir sur les lieux de mise en scène, sur les lieux de médiation, sur les lieux d’expérience. Un lieu d'expérience est un lieu dans lequel des personnes acquièrent plus de grandeur. Un lieu de la rencontre et des hasards, de la suspension des déterminismes et des contraintes, suspension est le bon mot, le temps se suspend dans la foule. Mais aussi un lieu de contrôle. La rue de la République est inscrite au patrimoine (on préserve l'existant : le caractère initiatique du lieu pour les jeunes de banlieues). Et dans ce travail de préservation de l'existant, ce que les jeunes préservent, c'est le caractère déambulatoire, qu'ils préservent en le réinventant. Préserver les espaces publics, c'est les constituer en patrimoine de quelque chose qui disparaît. Ce qui disparaît, il n'est qu'à regarder les passants, rue de la République, c'est le lieu comme espace de déambulation et de flânerie… La rue de la République est le lieu de toutes les visibilités lyonnaises. Tous les week-ends, un nouvel événement : du folklore portugais organisé par les associations de la ville aux klaxons des Turcs lorsqu'ils se qualifient pour la demi-finale de la coupe du monde de football, en passant par les jeunes en scooters qui remontent la « rue de la Ré » en hurlant et en tenant un drapeau algérien, l'après-midi du match à venir France-Algérie ou encore lors de la victoire de l'Olympique lyonnais de football dans le championnat, tout est bon pour encore et toujours affluer au centre ou à son image. La Part-Dieu est plus tournée vers le commerce, plus introvertie, plus sécurisée même si ces allées restent animées toute l’année par des expositions, des salons, des spectacles, etc. Pourtant, elle permet tout un jeu d’aventure pour les jeunes qui la fréquentent. À la Part-Dieu, les magasins sont ouverts sans vitrine mais cela reste intimidant d'y rentrer ; même si les jeunes rentrent plus facilement dans les magasins à la Part-Dieu que rue de la République. Il y a un tel travail de pacification à la Part-Dieu que, finalement, la seule chose qu’il reste à faire vraiment, hormis acheter, c’est regarder sans se parler ou jouer. Et lorsqu’on est jeune ou adolescent, regarder sans se parler, c’est souvent regarder et chercher du regard l’autre sexe, jauger, juger, hiérarchiser les corps vus en corps sus et jouer à apprendre la rencontre de l’autre.

Valoriser la culture de la rue

46Ces territoires urbains, les scènes et échanges qu’ils déploient participent d’une valorisation d’une culture de la rue même si elle reste sécurisée, d’une construction vers l’autonomie alors que beaucoup incite aux enfermements, la famille, l’école, les structures socioéducatives, le quartier... Les usages des espaces des quartiers dont ces jeunes sont issus font l’objet d’un très fort sériage et striage des parcours, d’un travail important d’évitement des rencontres des jeunes de l’autre sexe pour échapper aux poids des désignations locales portées par les pairs, à la pesanteur des regards parentaux. Lorsque les tutelles territoriales s’estompent, d’autres épreuves commencent : capacité expressive (danser devant un public de deux cents personnes), capacité ludique, capacité de détournement (saisir le bon moment)… Bref tenter encore et toujours de réinventer les usages de la ville, à travers la culture de la rue. Trouver des modes ludiques dans les lieux de la consommation, se voir contraint à beaucoup de sérieux dans des lieux de simulacre (la drague à la Part-Dieu), réinventer la figure du promeneur dans les lieux de passages où accélèrent beaucoup de passants. Pratiquer un centre commercial ou la rue de la République à Lyon, c’est encore travailler à œuvrer à une culture de la rue. De ce point de vue-là, le centre commercial n’est pas un dedans mais bien un dehors à apprivoiser.

Dedans, dehors, dedans-dehors

47La différence entre ces deux espaces tient aussi dans la manière dont on confie son corps à une institution. Comment s'y inscrire pour être, comment avoir confiance dans l'institution… C’est qu’il nous faut beaucoup travailler pour permettre que ceux qui nous entourent dans ces espaces puissent se déplacer aussi. Il nous faut beaucoup travailler pour maintenir un cadre de bienveillance dans ces espaces, même si d’autres tentent à leur manière d’y contribuer (les vigiles). Ce travail de préservation d’une institution contenante est d’autant plus important qu’il se réalise dans ces lieux-là. Cette nouvelle lecture des matériaux déjà publiés sous différentes formes14 permet d’insister sur la notion de dispositifs de l’ordinaire, de lieux de l’expérience bienveillante qui travaillent à éviter qu’un jour, tout ne soit pas dehors. Il s’agissait de montrer comment se conjuguent différents jeux et enjeux du dedans et du dehors, entre le quartier d’origine et le centre-ville, entre le dedans du centre commercial et le dehors de la rue, entre enfermement et ouverture. Trop de dedans crée l’ennui. Trop de dehors l’anxiété. Et, du coup, faire du centre commercial une réinvention de la culture de la rue, c’est tenter les moyens de construire encore des dehors lorsque beaucoup nous incite à nous contenter de dedans sécurisants et maternants. Mais, inversement, trop de dehors sans médiation favorise immédiateté et passage à l’acte, insupportabilité du réel. Il ne s’agit pas simplement de penser le dedans des quartiers et des banlieues pour déboucher sur le dehors de la ville, mais bien tenir ensemble les dedans et les dehors de la ville en tant qu’ils favorisent d’autres dehors à venir. En ce sens, ces espaces, en permettant de construire un dedans-dehors ne sont que des moments ritualisés et nécessaires vers d’autres lieux urbains à découvrir. Construire une bienveillance de la rencontre de l’autre implique la construction d’une vigilance pour continuer à rendre les situations sociales « agissables » et apaisées.

Haut de page

Notes

1 Lyon, la banlieue et leur centre. Jeunes entre la rue de la République et la Part-Dieu, recherche financée par le fasild dans le cadre du programme interministériel de recherche Culture, ville et dynamiques sociales, juillet 2002.
2 Cf. Erwin Goffman et la micro-sociologie, Paris, puf, 1998.
3 Jean-François Laé, Numa Murard, Les récits du malheur, Paris, Descartes et cie, 1995, p. 167.
4 Cf. Le passant considérable, Paris, librairie des Méridiens, 1984, p. 43.
5 Cf. David Le Breton, La sociologie du corps, Paris, puf, 1992, p.  98.
6 Cf. Les jeunes et l'identité masculine, Paris, puf, 1999, p. 159.
7 Je pense ici, en particulier, aux stratégies de relookage souvent évoquées par des jeunes dans le cadre d'autres travaux. Ainsi cet extrait d'entretien parmi d'autres : « J’en ai connu des copines qui dès qu’on revenait au quartier se débarbouillaient vite fait pour pas que les frères voient qu’elles s’étaient maquillées. Ou même quand on se baladait en ville, elles étaient angoissées des fois qu’elles voient quelqu’un de la famille. » (fille, 23 ans.)
8 Cf. article du Progrès du 10 juillet 2002.
9 Pour cette distinction, voir Michalis Lianos, Le nouveau contrôle social, Paris, l’Harmattan, 2001, p. 39.
10 Cf. L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métaillié, 1990, p. 105.
11 Ibid, p. 107.
12 Je retrouve ici des observations similaires à celles de Livia Scheller qui, dans un travail sur les conductrices de bus insiste sur la « stratégie de l’art du répondant » mis en place par ces femmes lorsqu’elles se trouvent confrontées sur des lignes difficiles à la violence de jeunes garçons. Stratégies d’autant plus subtiles et efficaces qu’elles sont bien souvent non dites car difficilement intégrables par les hommes dans la reconnaissance d’une qualification au métier. Cf. Livia Scheller, « Les bus ont-ils un sexe ? Les femmes machinistes », département du Développement Prospective et recherches sociétales, n° 108, ratp, 1996.
13 Ville de la relégation, ville de la périurbanisation et ville de la gentrification, pour reprendre la formule de Jacques Donzelot.
14 Cf. la synthèse du travail publiée dans André Bruston, Des cultures et des villes, La Tour d’Aigues, Aube, 2005 ; « Les territoires urbains de la jeunesse », Rhizome, juillet 2004 ; « Décrire l’histoire : relecture d’observations à partir de Michel de Certeau », in Demandes d’histoire et temps de l’urgence, Lyon, éditions du Collège coopératif Rhône-Alpes, 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Berthet, « Jeunesse périphérique en centre-ville : l’exemple de Lyon », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°4 | Automne 2007, mis en ligne le 28 février 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/2153

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Berthet

Sociologue indépendant

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org