Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Daniel Verba, Échec scolaire : travailler avec les familles

Paris, éditions Dunod, 2006, 176 p, 21,50 €
Françoise Hickel
Référence(s) :

Daniel Verba, Échec scolaire : travailler avec les familles, Paris, éditions Dunod, 2006, 176 p, 21,50 €

Texte intégral

1L’échec scolaire est devenu un phénomène suffisamment ample pour être considéré comme révélateur d’un processus éducatif fondamentalement en crise : c’est l’institution scolaire en tant que telle, et ceux qui la rprésentent, qui est remise en cause par les jeunes et les familles.

2C’est à travers la connaissance que les professionnels des services sociaux scolaires peuvent avoir des familles et des enfants les plus fragiles que cette question est traitée dans l’ouvrage de Daniel Verba Échec scolaire : travailler avec les familles. Au premier plan pour observer les phénomènes d’échec scolaire et être confrontés à leurs effets, ces travailleurs sociaux disposent en effet d’un matériel empirique paradoxalement peu ou mal exploité. Les familles sont loin d’avoir démissionné mais les parents mis en cause se braquent parfois sur des positions « dures » ou des stratégies d’évitement.

Une recherche qui se définit dans un champ en pleine expansion

3Le travail présenté cherche à mesurer l’écart social qui sépare familles et institutions scolaires (capital culturel, économique, social,…) et à examiner les politiques que les unes et les autres mettent en oeuvre de leur propre initiative pour lutter contre l’expression des déviances. C’est l’interaction éducative parents/école qui est à étudier.

4Le postulat de base est que l’appartenance à un même collège ou à un même quartier, ou à une même culture, ne produit pas automatiquement des individus et des pratiques identiques. Il existe une diversité de postures et de réponses de la part des familles et des jeunes. Tout d’abord, la socialisation/éducation d’un enfant est le produit de multiples influences (famille, école, religion, groupe de pairs, partenaires de loisirs, internat, …) qui constituent un « mille feuilles » complexe avec lequel chaque enfant va se « bricoler » une identité. Ensuite, on observe un affaiblissement généralisé des institutions traditionnelles et de l’idée de société comme totalité cohérente. Les enfants sont, en conséquence, soumis à la tyrannie de la majorité, que ce soit par le conformisme ou la délinquance, ce qui contribue à la déliaison parents/enfants.

5Pour les chercheurs, le rôle des adultes demeure d’introduire les enfants dans un monde qu’ils n’ont pas forcément construit mais auquel ils doivent initier les nouveaux venus, y compris de façon critique. L’histoire de l’école est marquée par une coupure structurelle entre espace scolaire et espace familial, source de tension entre familles et institutions scolaires, et les difficultés des enfants sont moins le produit exclusif d’une socialisation familiale mal adaptée aux contraintes scolaires, que celui d’une inadéquation des pratiques scolaires aux usages familiaux. S’ajoutent à cela les facteurs subjectifs : l’échec scolaire est source de souffrance, individuelle et collective, manifestée par la délinquance, les incivilités, le vandalisme, la dépression, etc. En produisant de la disqualification, l’école fabrique de la violence symbolique, à l’origine de nombreux passages à l’acte.

Des interactions parents/école différenciées

6Pour comprendre l’attitude des parents à l’égard de l’institution scolaire, un groupe de recherche a été monté avec six assistants sociaux. Des entretiens semi-directifs avec ces professionnels ont été menés dans le cadre des activités habituelles du service social où chacun intervient, et leur contenu croisés avec l’observation des pratiques. Une typologie des relations que les familles identifiées entretiennent avec le collège a été construite à partir de la perspective ouverte par Bernard Lahire, selon laquelle « les familles sont des acteurs pluriels dont les actions doivent être mises sur le compte d’un ensemble de dispositions en interaction dont on peut dessiner les configurations ». Ont ainsi été distingués les parents « éloignés » de l’institution scolaire, « fuyants » ou « désabusés », et les parents « impliqués », coopérants actifs ou passifs, ou critiques : autant de modes de relation à l’école et à ses acteurs, se déclinant singulièrement. Tous les assistants sociaux, cependant, relèvent le manque de respect des équipes pédagogiques à l’égard des élèves et des parents, et posent la question de la « représentation » des familles populaires chez les professeurs. Certains d’entre eux renvoient à l’institution la qualification de « démissionnaires » dont les parents font l’objet, tous soulignent que la responsabilité de l’échec scolaire leur est imputée à eux seuls.

Le service social scolaire au collège : un espace de médiation

7Inscrit au départ dans une dynamique de protection de santé de l’enfant, puis dans une dynamique de service social, reprises toutes deux dans certains projets d’établissements, le service social au collège a une double mission d’aide globale et de soutien aux familles et aux enfants en difficulté. Ses principaux axes d’intervention : l’accueil, le partenariat et le rapport à la loi, ont été dégagés à partir de récits proposés par chacun et suivis de débats avec le reste de l’équipe des assistants sociaux.

8Il existe rarement des lieux d’accueil des parents dans les collèges. Les réunions collectives sont souvent le cadre d’une censure sociale entre parents. Aménager l’espace, concevoir et animer différemment les réunions de parents d’élèves, ouvrir le collège aux familles à diverses occasions (petites conférences-débats, fêtes, réunions d’information, travail avec des associations locales) constituent autant de pistes d’intervention.

9Depuis la création des zep, la lutte contre l’échec scolaire prévoit la coopération des parents et une mise en réseau de partenaires divers, débordant le cadre institutionnel classique. Mais ces projets, mal accompagnés, échouent. Les assistants sociaux ont amorcé un travail partenarial, poussés par le fait que les jeunes passent et repassent d‘une prise en charge sanitaire à un suivi social, de l’action éducative aux interventions répressives, bousculant les logiques institutionnelles. Mais le partenariat institutionnel se heurte souvent à des confrontations de légitimités et de cultures professionnelles et/ou familiales se méconnaissant les unes les autres. Les structures censées organiser globalement les diverses formes de partenariats locaux, les cesc (comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté), ont rarement été créées. Et demeure une question cruciale : comment faire des familles des coéducateurs ? Les représentants de parents d’élèves ont peu de liens avec les parents d’origine populaire et ne représentent souvent qu’eux-mêmes, dans une culture proche de celle des enseignants. De plus, la collaboration des parents est imposée lorsqu’il s’agit des élèves décrocheurs. Le service social se situe dans cet espace, soutenant les parents comme premiers éducateurs de leurs enfants, par la médiation sociale.

10La compréhension du fonctionnement de l’institution scolaire, de la loi générale, et du règlement intérieur propre à un établissement sont des clés à donner aux parents et aux élèves. Mais d’autres questions se posent : le règlement intérieur s’applique-t-il aux seuls élèves et à leurs familles ou s’étend-il à l’ensemble des personnels de l’établissement ? Les critères de décisions de sanction sont-ils régulièrement appliqués ? Le conseil de discipline ne devient-il pas une « audience judiciaire » où parents et familles sont dépourvus de droits ?

Quelques pistes de travail

11L’ouvrage se termine sur des orientations pour l’action : une meilleure connaissance mutuelle entre institutions et familles et leurs politiques éducatives respectives, le débat sur la question des pouvoirs éducatifs des uns et des autres, la professionnalisation de l’accompagnement scolaire (aide aux devoirs, relations avec l’école, etc.), le soutien à l’autorité parentale, la prise en compte de la peur des élèves, une cohérence plus grande dans l’action des institutions éducatives. Voilà quelques pistes ouvertes pour tenter de rapprocher parents et école et inscrire cette dernière dans un territoire local et des réseaux d’intervention, sans confondre ce mouvement intégrateur avec une libéralisation du service public.

Pour conclure

12Avec son parti pris d’une focalisation sur les savoirs portés par les travailleurs sociaux dans les écoles et collèges, cet ouvrage se caractérise par sa grande clarté, tant du point de vue de la recherche (méthodologie, définitions, références), que du point de vue de la formulation des questions, traitées avec soin et respect des acteurs concernés. À ce titre, il peut intéresser tous les chercheurs (en herbe ou non), et les praticiens qui y reconnaîtront beaucoup de leurs préoccupations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Hickel, « Daniel Verba, Échec scolaire : travailler avec les familles », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°5 | Printemps 2008, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/2672

Haut de page

Auteur

Françoise Hickel

Educatrice à la PJJ de 1975 à 1998, puis formatrice et chargée d'études au CNFE-PJJ de 1998 à 2008, Françoise Hickel vient de reprendre un travail d'éducatrice en milieu ouvert en choisissant un secteur où la diversité linguistique et culturelle est importante. Cela lui permet de retrouver pratiquement ses objets de recherche dans un mouvement de va et vient permanent entre théorie et pratique. Au cours de ses études en sciences du langage, elle a participé pendant 5 ans à des recherches sur les apprentissages linguistiques des migrants au cours des interactions de la vie quotidienne, et sur ce que cela peut transformer dans la conception de l'enseignement/apprentissage à l'école. De 1984 à 1998, elle a conçu et animé avec un collègue l'atelier pédagogique de Créteil, axé sur la reprise des connaissances de base pour des jeunes descolarisés ou peu scolarisés relevant de la PJJ. Docteure en sciences du langage, sa thèse a porté sur les interactions verbales jeunes déférés/éducateurs au tribunal pour enfants, sur tout ce qui peut intervenir dans les interprétations, et les positionnements dynamiques des uns et des autres, ainsi que sur la façon dont cela affecte l'issue de ces situations à enjeux forts.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org