Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

« L’affaire Clichy. Morts pour rien » de Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman

Élisabeth Zucker-Rouvillois

Texte intégral

1Il est quelquefois de simples témoignages qui en disent plus long sur une réalité sociale que beaucoup d’analyses savantes sur cette réalité. L’affaire Clichy est à mettre au nombre de ces récits sans les fioritures et les références académiques qui peuvent parfois pourrir une lecture.

2Ce récit ne s’autorise pas non plus de lui-même puisqu’il s’appuie sur de nombreux témoignages dont il montre la complexité. La narration est celle des deux avocats des victimes.

3Cet ouvrage est fondamental pour la compréhension des émeutes de novembre 2005 et pour approcher ses rebonds à Montfermeil. Il complète ce qui avait déjà été mis en évidence dans le numéro de la revue Vacarme1 consacré aux différentes tragédies à l’origine d’émeutes survenues à Dammarie-les-Lys. C’est de plus un livre très émouvant.

4Le 27 octobre 2005, à Clichy-sous-Bois, trois jeunes garçons affolés, parce que poursuivis par la police, se réfugient dans le périmètre interdit d'un transformateur électrique. Deux vont mourir, brûlés vifs, un troisième va survivre à ses blessures. Les jeunes garçons ont couru pour échapper à un contrôle policier car ils n'avaient pas leurs papiers d'identité sur eux après une séance de sport. Les deux avocats qui ont été contactés par la famille ont effectué une enquête sur les lieux où s’est produit l’électrocution des adolescents et ils ont suivi de quelle façon les policiers ont interrogé le jeune survivant brûlé dès le lendemain du drame, à l’hôpital Beaujon. Leur enquête confirme que l’attente des familles et de la population de Clichy à l’égard de la justice de l’État a été laissée sans réponse et s’est même soldée dans l’immédiat par l’envoi d’une grenade lacrymogène dans une mosquée.

5Les deux avocats décrivent avec humour, mais non sans tristesse, le racisme ordinaire qui conduit les hommes politiques et les policiers à prendre le plus jeune d’entre eux, un peu basané, pour un des jeunes du quartier. Ils exposent aussi comment cette affaire leur a fait découvrir  la vie des habitants des quartiers relégués (ban-lieue) dont leur résidence dans les beaux quartiers les tenait à distance.

6L’ouvrage est une bonne illustration de ce que Fabien Jobard décrit dans l’ouvrage collectif Emeutes urbaines et protestations, une singularité française2. On trouve en effet dans cette affaire l’exemple d’une politisation qui se crée dans le rapport à la police et le recours au droit. Pendant que se déroulent les émeutes, un travail d’enquête et de mobilisation est entrepris et les jeunes de Clichy  trouvent  une importante ressource sociale et politique avec l’aide de leurs avocats qui écrivent un livre puis saisissent la Commission nationale de déontologie de la sécurité. Celle-ci a confirmé leur récit  en juillet 2006 par un avis  qui considère que le jeune Muhittin Altun a été traité en personne mise en cause et non en victime comme il aurait dû l’être. Sa minorité n’a pas non plus été prise en compte. Dans cet  avis, la commission conclut à un manquement à la déontologie et recommande au ministère de l’Intérieur de rappeler solennellement aux fonctionnaires de police le respect des dispositions en faveur des mineurs.

7Si réellement les émeutes ont trouvé leur source dans l’injustice vécue quotidiennement par les jeunes émeutiers, cristallisée dans le drame où deux adolescents ont trouvé la mort, on se prend à espérer que l’épilogue encore à venir de l’affaire Clichy  répondra à  la demande de justice adressée à l’État. Si le discours des politiques  vient  encore une fois briser les acquis  de la politisation des jeunes de Clichy, il ne faudra pas s’étonner et encore moins s’indigner de la reprise des  émeutes.

8L’affaire Clichy. Morts pour rien
Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman
Stock, février 2006, Paris, 14,5 euros.

Haut de page

Notes

1 Vacarme n°21, octobre 2002.
2 Emeutes urbaines et protestations, une singularité française, Hugues Lagrange et Marc Oberti, les Presses de Sciences Po, coll. Nouveaux débats, Paris, 2006.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Zucker-Rouvillois, « « L’affaire Clichy. Morts pour rien » de Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°2 | Automne 2006, mis en ligne le 20 octobre 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/297

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org