Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

L’enfant acteur et/ou sujet au sein de sa famille coordonné par Geneviève Bergonnier-Dupuy

Dominique Youf

Texte intégral

1La place de l’enfant dans la société et la famille a profondément changé ces dernières décennies. Longtemps objet d’interventions, il est de plus en plus reconnu comme acteur, voire sujet de son existence. C’est à cette perspective qu’ont été consacrées les journées de rencontre du réseau pluridisciplinaire d’équipes de recherche, « L’éducation des enfants : entre familles et autres institutions éducatives » (reefi), qui se sont déroulées les 28 et 29 juin 2004 à l’université Paris X-Nanterre, et dont ce livre est issu.

2Comme le souligne Geneviève Bergonnier-Dupuy, l’enfant a été longtemps pensé par rapport à l’adulte. Il était alors considéré comme un être inachevé, un adulte en devenir. La psychologie du développement, dont Piaget a été la figure centrale, ne s’intéressait à l’enfant que pour montrer la genèse de la construction psychologique de l’adulte. Aujourd’hui, l’enfant est considéré comme une personne à part entière possédant des capacités réelles du point de vue tant cognitif, que social et affectif. Cette évolution du regard porté sur l’enfant trouve ses sources dans la montée de l’idéal démocratique dans les relations privées, de la psychologisation des relations et de la réalisation identitaire par la consommation (G. Neyrand).

3Ainsi que l’a montré Irène Théry, la dynamique individualiste démocratique a affaibli le mariage-institution et lui a substitué l’arrivée de l’enfant comme évènement constitutif du fait familial. La psychanalyse a également joué un rôle décisif. Spitz a montré que le bébé n’était pas un tube digestif mais possédait une affectivité. En France, Françoise Dolto a contribué fortement à l’évolution de la conception contemporaine de l’enfance. À la suite de la psychanalyse, la psychologie du développement a montré, ces dernières années, les capacités cognitives importantes du bébé.

4L’enfant n’est donc plus considéré comme l’objet passif de son développement. Pour autant, peut-on le considérer dès sa naissance comme un sujet ? Ne doit-on pas faire la distinction conceptuelle entre acteur et sujet ? (Beaumatin, Espiau, Troupel). Les deux notions font appel aux idées d’action, de cause, de productions d’effets. L’enfant, dès son plus jeune âge, peut être considéré comme acteur dans la mesure où il produit des actions sur autrui, lui-même et son environnement. Le concept de sujet est plus complexe. Le sujet est un lieu d’élaboration psychique, un lieu de réflexivité. Le sujet se saisit lui-même comme cause. Sans les citer, les auteurs reprennent le concept moderne de sujet tel qu’il fut développé, notamment, par Descartes et Kant.

5L’enfant n’est pas encore ce sujet. Aussi, les auteurs utilisent-ils plutôt la notion de « subjectivation », processus par lequel l’enfant se constitue comme sujet. Certes, le lien social préexiste à l’enfant et le détermine en partie. Cependant, dans une relation dialectique aux autres, l’enfant va s’y inscrire activement en transformant ce lien et en lui donnant une signification qui lui est propre. L’enfant participe activement à son développement.

6Si les recherches en sciences humaines et sociales ont contribué à ce changement de regard sur l’enfant, il faut souligner l’absence de la parole de l’enfant dans les recherches sur l’enfance (Guillotte, Boutanquoi). Dans une recherche sur le vécu des jeunes placés à l’Aide sociale à l’enfance, les auteurs ont fait l’effort d’écouter les discours des jeunes et de les confronter à ceux des équipes éducatives. Cette étude a mis à jour le décalage entre les propos des enfants et celui des professionnels. Les travailleurs sociaux considèrent l’enfant comme un objet de connaissance, comme le produit d’une histoire. Ils se focalisent plus sur le passé du jeune au détriment de l’accompagnement quotidien, de sorte que les jeunes ont le sentiment de ne pas être écoutés. La parole de l’enfant n’est pas entendue pour ce qu’elle dit ici et maintenant, mais pour ce qu’elle cache. Le propre de la professionnalité se situe dans un travail d’interprétation savant mais engendre chez les jeunes un sentiment de ne pas être écoutés, entendus comme sujets.

7Le paradoxe, souligné par les auteurs qui se sont pourtant efforcé d’écouter la parole des jeunes, est qu’ils ne sont pas allés au bout de leur démarche. Alors qu’ils ont restitué les résultats de leur recherche aux professionnels, ils ne l’ont pas fait à l’endroit des jeunes qui en étaient pourtant demandeurs. Cela souligne que la prise en compte de la subjectivité de l’enfant n’en est qu’à ses débuts et nécessite un véritable effort de la part du monde adulte. Il reste qu’une dynamique est en cours. Les différentes contributions de L’enfant acteur et/ou sujet tentent de faire une place à l’enfant dans la vision de la famille recomposée (Mietkiewicz, Schneider), à son point de vue sur l’accompagnement de ses parents dans sa scolarité (Féchant, de Léonardis, Préteur), etc.

8Il faut saluer les auteurs de cet ouvrage pour leur participation à la promotion de l’enfant-sujet. Deux regrets pourtant : le premier est l’absence de contribution sur l’évolution du droit de l’enfance et de la famille, alors que celui-ci tente malaisément de faire une place à l’enfant sujet depuis la ratification par la France de la Convention internationale des droits de l’enfant en 1990. Rien non plus sur la loi du 2 janvier 2002 sur la rénovation de l’action sociale et médico-sociale qui peut faire de l’enfant un acteur de sa prise en charge. Le deuxième est que la citation « chaque âge de la vie a sa perfection convenable » ait été attribuée à Ajuriaguerra (1976), alors qu’elle appartient à Rousseau, auteur qui, dans l’Emile (1762), a pensé avant tout autre la subjectivité propre de l’enfant.

9L’enfant acteur et/ou sujet au sein de sa famille.
Geneviève Bergonnier-Dupuy (coord.),
Ramonville-Saint-Agne, Éres, 2005, 211 pages, 23 €.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Youf, « L’enfant acteur et/ou sujet au sein de sa famille coordonné par Geneviève Bergonnier-Dupuy », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°3 | Printemps 2007, mis en ligne le 04 mai 2007, consulté le 23 avril 2017. URL : http://sejed.revues.org/340

Haut de page

Auteur

Dominique Youf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org