Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique d’Axel Honneth

Dominique Youf

Texte intégral

1Encore peu connu en France, Axel Honneth, philosophe et sociologue allemand, est professeur à l’université de Francfort où il a succédé à Jürgen Habermas. Comme son prestigieux prédécesseur, il se veut le continuateur de la célèbre école de Francfort fondée au début des années 1930 par Max Horkheimer et Theodor Adorno. Axel Honneth renouvelle avec force la Théorie critique initiée par les fondateurs de cette école. La société du mépris est un recueil d’articles et d’interviews parus ces cinq dernières années. Ces textes portent sur le renouveau de la Théorie critique, mais aussi sur l’apport fondamental d’Axel Honneth à la philosophie sociale : La lutte pour la reconnaissance, titre de son ouvrage majeur qui fut traduit en France en 2000 et publié aux éditions du Cerf.

2A la différence des théories de la justice sociale qui ont dominé depuis Théorie de la justice de John Rawls (1971) et qui privilégient le juste sur le bien, Axel Honneth, dans le prolongement de la Théorie critique, réfléchit à une société assurant à ses membres les conditions d’une « vie bonne ». A l’heure de la mondialisation, où l’évolution des sociétés modernes s’oriente dans une direction où les conditions du respect et de l’estime de soi risquent d’être considérablement compromises, le philosophe allemand insiste sur l’importance de la reconnaissance sociale. Le point de départ de Honneth se trouve chez le jeune Hegel qui avait élevé au rang de concept philosophique la notion de reconnaissance. Mais, au-delà de Hegel, il s’appuie sur la psychologie sociale de George Herbert Mead et la psychanalyse de Donald Winnicott. Il distingue trois sphères de reconnaissance nécessaires pour la réalisation de soi.

3La première est la sphère de l’amour qui se rapporte aux liens affectifs unissant une personne à un groupe restreint. S’appuyant sur les travaux de Winnicott, Honneth insiste sur l’importance de ces liens affectifs dans l’acquisition de la confiance en soi, indispensable à la participation à la vie sociale. La deuxième sphère est juridico-politique : c’est parce qu’un individu est reconnu comme sujet de droits et de devoirs qu’il peut comprendre ses actes comme une manifestation, respectée par tous, de sa propre autonomie. En cela, la reconnaissance juridique est indispensable à l’acquisition du respect de soi. Enfin, la troisième sphère est celle de la reconnaissance sociale, qui permet aux individus de se rapporter positivement à leurs qualités particulières, à leurs capacités concrètes. L’estime sociale, propre à cette sphère, est indispensable à l’acquisition de l’estime de soi.

4On comprend tout l’intérêt de la théorie de la reconnaissance pour la compréhension de phénomènes sociaux comme la crise des banlieues. La révolte des jeunes peut être interprétée comme un refus de la société du mépris et une lutte pour la reconnaissance sociale. Mais là ne s’arrête pas l’intérêt des travaux d’Axel Honneth. En quoi consiste l’action éducative et sociale auprès des jeunes en difficulté, si ce n’est à travailler autour de la construction ou de la reconstruction des trois sphères de reconnaissance ?

5La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique.
Axel Honneth,
Paris, la Découverte, 2006, 360 pages, 25 €.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Youf, « La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique d’Axel Honneth », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°3 | Printemps 2007, mis en ligne le 04 mai 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://sejed.revues.org/344

Haut de page

Auteur

Dominique Youf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org