Navigation – Plan du site
Varia

Les pratiques d’affiliation dans les Auberges du cœur au Québec : partir de soi pour s’inscrire dans le monde

Supporting young adults who are experiencing difficulties in integrating mainstream society: the affiliation practice of the Auberges du Coeur network in Quebec
Las prácticas de la afiliación en los Albergues de Quebec: comenzar por uno mismo para insertarse en el mundo
Jean-François René et Michelle Duval

Résumés

Cet article a pour objectif de rendre compte d’une pratique sociale innovante auprès des jeunes en difficulté au Québec, celle des Auberges du cœur du Québec. Au nombre de 29, réparties dans onze régions du Québec, les Auberges du cœur accueillent chaque année près de 2500 jeunes sans abri ou en difficulté ayant entre 12 et 30 ans. Ouvertes 7 jours par semaine, 24 heures par jour, elles offrent, en plus du gîte et du couvert, un soutien aux jeunes qui ont choisi librement d’entreprendre une démarche afin d’améliorer leur situation. Centrée sur la notion d’affiliation à la société, cette pratique se distingue de celles qui ont cours dans les institutions du réseau étatique. L’objectif de notre étude était de mieux décrire et comprendre la nature et la spécificité de cette pratique dite d’affiliation. Optant pour une approche qualitative, nous avons étudié en profondeur cinq Auberges dont les pratiques d’affiliation semblaient intéressantes. Dans le cadre de cet article, nous préciserons d’abord ce qui qualifie l’affiliation/désaffiliation aujourd’hui pour certains jeunes Québécois en difficulté, que ce soit en regard de leur rapport à la famille, à l’école ou au marché du travail. Puis nous présenterons ce qui, dans la pratique des Auberges, participe d’un processus de soutien à l’affiliation, et ce qui peut limiter ces pratiques. Quatre dimensions ont été explorées : le rapport à soi, aux autres, à la communauté et au monde.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plus de deux décennies, les Auberges du cœur travaillent avec des jeunes vivant des situations de vie difficiles qui tendent à les exclure de la société. Au nombre de 29, réparties dans onze régions du Québec, ces Auberges accueillent chaque année près de 2500 jeunes sans abri ou en difficulté ayant entre 12 et 30 ans. Ouvertes 7 jours par semaine, 24 heures par jour, elles offrent, en plus du gîte et du couvert, un soutien aux jeunes qui ont choisi librement d’entreprendre une démarche pour améliorer leur situation. Afin de favoriser leur insertion professionnelle ou scolaire, les Auberges accompagnent les jeunes dans leurs démarches de recherche d’emploi, de retour aux études ou de développement de compétences sur des plateaux de travail. Quant aux multiples besoins personnels, le soutien prend différentes formes : références vers des ressources spécialisées (désintoxication, suivi psychologique, etc.), médiation familiale, défense de droits. Certaines Auberges effectuent en outre un travail d’éducation populaire favorisant l’exercice d’une citoyenneté responsable1.

  • 2  Ibid.

2L’ensemble de ces interventions se situe à l’intérieur d’une approche d’affiliation sociale qui se veut alternative et globale. La pratique est fondée sur l’importance d’offrir un milieu de vie adéquat. On valorise des démarches librement consenties, qui s’inscrivent dans une dynamique locale, avec pour objectif ultime de favoriser le développement de liens entre les jeunes et leur communauté dans un esprit d’engagement volontaire et constructif2. Les pratiques développées au fil des ans attestent de l’évolution des situations de vie difficiles des jeunes qui demandent à être hébergés dans les Auberges du cœur.

  • 3  Voir le rapport de recherche : Des pratiques d’affiliation dans des Auberges du cœur, Jean-Françoi (...)
  • 4  Regroupement des Auberges du cœur du Québec-RACQ, 2007, op. cit.

3Dans le cadre d’une recherche réalisée en 2005-20073 auprès de cinq Auberges du cœur, nous avons tenté de comprendre comment, par leurs pratiques, les Auberges peuvent « favoriser le développement de lieux d'appartenance et d’affiliation pour les jeunes4 ». Rendant compte des résultats de cette démarche, le présent article comprendra trois parties : dans un premier temps, nous présenterons la problématique et définirons le concept d’affiliation  ; les résultats de l’étude en regard des pratiques d’affiliation des Auberges occuperont la seconde partie  ; enfin, dans une troisième section, nous analyserons la portée et les limites de ces pratiques.

Mise en contexte : problématique et méthodologie

La désaffiliation aujourd’hui et les jeunes en difficulté

  • 5  Robert Castel, « De l'indigence à l'exclusion, la désaffiliation », dans Face à l'exclusion le mod (...)
  • 6  Ibid.

4S’intéressant à la crise de la société salariale, Robert Castel définit la désaffiliation comme la résultante d’un double décrochage : l’exclusion du marché du travail et la perte d’insertion relationnelle5. Une vulnérabilité plus ou moins importante dans un des deux types de lien, ou les deux à la fois, peut mener la personne à la désaffiliation. Comme le souligne Jacques Donzelot, il est possible de noter, sur un axe ou sur l’autre, des positions multiples. Sur l’axe travail, les positions vont de l’emploi stable à l’absence complète de travail ; sur l’axe relationnel, on oscille entre « l’inscription dans des réseaux solides de sociabilité et l’isolement social total6 ».

  • 7  Bertrand Ravon., « Pour une clinique du lien défait », dans Travail social et « souffrance psychiq (...)
  • 8  Jean Furtos, « Les dimensions psychiques de la précarité ». Sciences Humaines, no 168, février 200 (...)
  • 9  Viviane Châtel, « Agir en situation de vulnérabilité. Un essai de problématisation », dans Agir en (...)

5En ce début du 21ème siècle, la désaffiliation apparaît, pour certaines personnes, tributaire des obstacles multiples et répétés qui se présentent à elles : précarité du parcours d’emploi, instabilités relationnelles, conditions de vie difficiles, etc. Bertrand Ravon souligne que la désaffiliation est assujettie à « une perte d’objets sociaux (emploi, argent, logement, formation, diplôme)7 ». Pour Jean Furtos, elle génère une souffrance qui « se traduit par des difficultés en regard de son estime personnelle, de la confiance en ses moyens, de l’équilibre psychique, qui entraînent une rupture avec soi et les autres8 ». Cette rupture, ou absence de liens, de relations, d’ancrages, engendre également la désinscription des rapports sociaux existants, ce que Viviane Châtel nomme la « non-appartenance au monde9 ».

  • 10  Johanne Charbonneau, Marc Molgat, M. et Hélène Van Nieuwenhuyse, Le réseau des petites avenues, Ra (...)
  • 11  David Le Breton, En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie, Paris, Éditions Métaillé, 2007, (...)
  • 12  Frédéric Le Goff, Christoper McAll, C. et Catherine Montgomery, Transformation du communautaire (L (...)

6Pour les adolescents et les jeunes adultes en difficulté, le risque de désaffiliation est d’autant plus élevé que se transforme l’entrée dans la vie adulte, estiment Johanne Charbonneau et ses collaborateurs : « les axes de transition vers la vie adulte se sont allongés et complexifiés (…) ce qui accentue la pluralité et le flou des visages de la jeunesse actuelle10 ». De plus, comme le souligne David Le Breton, « il n’y a plus guère de certitudes transmises de manière claire et référentielle, de chemins d’existence tracés à l’avance11 ». Dans ce contexte, la précarité vécue par certains de ces jeunes adultes n’en sera que plus souffrante, car elle sera perçue comme sans issue12. Les facteurs à prendre en considération pour expliquer la désaffiliation sont multiples.

7Au premier chef, il faut regarder du côté des relations familiales, entre autres marquées par des mutations au niveau de la structure, des rôles parentaux et des modèles éducatifs valorisés. Dans un tel contexte, il n’est guère étonnant qu’une large majorité de jeunes en difficulté soient touchés par différents types de problèmes familiaux. Ainsi, neuf résidants sur dix qui ont séjourné dans une Auberge du cœur décrivent leur famille d’origine comme un lieu de conflits et de difficultés de toutes sortes13. Ces données recoupent celles obtenues lors d’autres travaux sur les jeunes en difficulté qui se retrouvent en besoin d’hébergement. Certains de ces jeunes ont vécu des situations de violence, de négligence, voire même le rejet et l’abandon. Pour d’autres, c’est le modèle parental qui fait défaut, obligeant les jeunes à jouer un « rôle d’adulte à la place de leurs parents14 ». Enfin, bon nombre de ces jeunes rencontrent des problèmes de communication non résolus aboutissant à des conflits sans issue avec leurs parents. Difficile de s’étonner, comme le note Thollet, que la vulnérabilité soit grande si cette étape « a été construite sur des bases relationnelles peu fiables, fragiles, insécurisantes15 ». Ce qui frappe également, c’est que les liens familiaux conservent une place importante pour bon nombre de ces jeunes, et ce, même lorsqu’ils ont quitté le domicile familial, voire lorsqu’ils se retrouvent dans la rue et qu’ils ont développé des liens dans d’autres contextes relationnels16.

  • 17  Michel Vuille et Franz Schultheis, Entre flexibilité et précarité, regards croisés sur la jeunesse(...)
  • 18  Mircea Vultur, « Les jeunes défavorisés et le système institutionnel étatique. Entre confiance et (...)
  • 19  Johanne Charbonneau et al. op. cit., p. 43.

8Être désaffilié, c’est aussi avoir un parcours ardu pour ce qui est de l’école et du marché du travail. Ainsi, les jeunes en difficulté qui sont susceptibles d’avoir besoin d’un hébergement ont manifesté souvent des problèmes de comportement ou d’apprentissage à l’école, entraînant très tôt le décrochage scolaire. La précarité polymorphe oblige alors bien des jeunes, en l’absence de soutien familial et de travail, à « recourir à une forme de bricolage biographique et à développer en permanence des stratégies de débrouillardise17 ». Faisant référence à une étude sur des jeunes fréquentant un organisme communautaire voué à l’insertion socio-économique, Mircea Vultur souligne que « les jeunes qui ont été marginalisés dans le processus de sélection scolaire et empêchés d’accéder à un diplôme ont souvent développé une aversion pour tout ce qui est organisé et institutionnel18 ». Faiblement scolarisés, ces jeunes ont un rapport au travail dominé par des petits boulots et des échecs en emploi19.

  • 20  Vincent De Gaulejac, La construction du sujet entre sociologie et psychanalyse, dans Récits de vie (...)
  • 21  Robert Castel, « La précarité de l’individu par défaut. Entretien avec Robert Castel », dans L’Ind (...)

9Ils sont donc mal équipés pour se faire une place dans la société. Comme le rappelle Vincent De Gaulejac, « toutes les places ne se valent pas et les ressources nécessaires pour les convoiter puis les obtenir ne sont pas également réparties. Certains sont plus dotés que d’autres dans cette guerre de positions qui conditionne l’accès à une véritable autonomie individuelle20 ». Il peut donc être difficile de répondre à l’appel de la prise en charge si l’on ne dispose pas des supports sociaux nécessaires pour développer ses forces et ses capacités21.

  • 22  Laurence Roulleau-Berger, « La production d’espaces intermédiaires » , Hermes, 2003, p. 150.

10Doublement fragilisés par une trajectoire de vie difficile et par l’absence de repères confortant leur identité en devenir, ces jeunes en difficulté ressentent les pertes, les refus ou les blocages comme un déni de reconnaissance. Ils en viennent à douter d’eux-mêmes et de leurs capacités. Grandissant dans un monde teinté d’incertitudes, certains semblent donc avoir beaucoup de difficulté à s’intégrer, du moins au sein du modèle social dominant. Cette difficulté à trouver sa voie et sa place refoule ces jeunes en dehors de la cité, dans une société où la reconnaissance apparaît essentielle : « Plus les situations à gérer apparaissent contrastées et disjointes, plus on a de pertes rétrospectives qui participent activement à fragmenter les identités sociales et à provoquer des risques de disqualification sociale et de mépris. Le risque d'être méprisé publiquement, d'être refoulé parmi les moins compétitifs au nom de la logique économique est alors devenu de plus en plus important pour tous ceux qui paraissent invisibles socialement22. »

  • 23  Laurence Roulleau-Berger, « Jeunes, travail et insécurité salariale », Empan, 2003, p. 60.
  • 24  Nancy Haley, Élise Roy, Pascale Leclerc, Eva Nonn et Jean-François Boivin, « Les jeunes de la rue  (...)
  • 25  Gilles Bibeau et Marc Perreault, « Les gangs chez les néo-québécois : des espaces de vie pour quoi (...)

11Afin de combler ces manques, une minorité cherche dans des formes d’appartenance plus marginales, voire illégales, cette place qui leur fait défaut, quand ce n’est pas tout simplement un désengagement vis-à-vis de soi-même. Ces cheminements « produisent des désaffiliations qui donnent lieu à des cultures de l'errance, des cultures de la rue, voire des cultures du risque23 ». On pense ici à des problèmes fréquents de consommation d’alcool et de drogues, des comportements sexuels à risques et une souffrance psychologique marquée chez certains par la dépression ou des tentatives suicidaires24: « L’impossibilité de s’autoréaliser n’engendre ni résignation ni revendication ; elle a plutôt tendance à produire, chez certains, un sentiment d’incompétence et de l’autoculpabilisation qui entraînent des troubles divers, identitaires, relationnels et comportementaux. Et ces troubles engendrent toutes sortes de conséquences : la recherche de compensations (drogue, alcool, jeux), l’autodestruction, la déviance, la colère, la provocation, la rage25. »

12Entrer dans la vie adulte en ce début de 21ème siècle comporte donc des écueils majeurs pour bien des jeunes. Franchir les divers obstacles rencontrés exige souvent du temps et différentes formes de supports, qui se révèlent nécessaires à l’affiliation sociale dans une société où être autonome apparaît comme incontournable.

Affiliation et autonomie: les dimensions à l’étude

  • 26  David Le Breton, op. cit., p. 33.
  • 27  Vincenzo Cicchelli, « L’éternel retour des défauts de la socialisation parentale pendant l’adolesc (...)
  • 28  Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975, p. 143.
  • 29  Ronan Le Coadic,« L’autonomie, illusion ou projet de société ? », Cahiers internationaux de sociol (...)

13La quête d’autonomie pourrait représenter, pour certains, un poids dans la société d’aujourd’hui. David Le Breton rappelle que si « longtemps, le principe de socialisation relevait de l’hétéronomie, l’autonomie est désormais revendiquée26 ». L’autonomie renvoie à cet impondérable de devoir faire ses choix et ses projets, d’avoir à décider par soi-même afin de se faire une place et pouvoir s’affilier. Si l’hétéronomie signifiait que le poids des autres et de la tradition orientait la vie, l’autonomie se fonde sur la capacité que l’on a d’être en interaction avec ses pairs, de participer à des espaces de discussions voire de médiations entre autres entre parents et jeunes27, ou avec des institutions telles que l’école et le marché du travail. Mais le développement de l’autonomie ne se fait pas en-dehors du monde, bien au contraire. D’une part, pour devenir autonome, on a besoin des autres, ne serait-ce que pour apprendre à s’en distinguer, à s’approprier sa destinée. Sur ce plan Castoriadis affirme : « l’autonomie n’est pas élucidation sans résidu et élimination totale du discours de l’autre non su comme tel. Elle est instauration d’un autre rapport entre le discours de l’autre et le discours du sujet28 ». D’autre part, devenir plus autonome participe d’une démarche qui implique le respect de l’autre, de sa différence et de ses droits29.

  • 30  Emmanuel Renault, L’expérience de l’injustice, Paris, La Découverte, 2006, p. 236.

14En ce sens, l’affiliation aujourd’hui ne correspond plus nécessairement à l’insertion dans un collectif prédéterminé, comme l’entrée dans la société salariale. Elle s’en distingue dans la mesure où s’affilier exige présentement de pouvoir choisir, de pouvoir montrer ce que l’on peut apporter à sa communauté, et de développer les atouts qui permettent de faire ces choix. S’il y a une demande de reconnaissance de la part des jeunes, il faut aussi que la société puisse reconnaître l’apport de ces derniers. Dans ce contexte, comment penser et définir l’affiliation aujourd’hui ? Au premier abord, l’affiliation apparaît participer d’un processus de réappropriation de qui l’on est, d’où l’on vient, de ce que l’on a fait. S’affilier c’est donc reconnaître sa propre histoire, la sienne et celle de sa communauté, non pas comme une figure du mépris, du rejet ou de la honte, mais comme quelque chose qui nous appartient, qui fait partie de notre parcours de vie. L’affiliation participe également d’un processus de mise en lien, de recherche « de nouvelles formes de socialité et, par là même, de nouveaux appuis sociaux de l’existence30 ». Mais, au-delà des rapports relationnels, l’affiliation est une inscription ou réinscription dans les rapports sociaux, dans la vie sociale, comme jeune, travailleur, étudiant, parent. En ce sens, elle est ouverture sur le monde, sur la société, sur le droit d’être acteur dans la cité.

La méthodologie de l’étude

15Notre étude a été menée sur une période d’un an et demi, de septembre 2005 à février 2007. Afin de sélectionner les Auberges qui participeraient à la recherche, nous avons pris connaissance d’un certain nombre de données concernant 20 des 29 Auberges existantes à travers le Québec (bilan national, rapports annuels, etc.). Cela a permis de faire ressortir celles qui semblaient avoir développé des pratiques intéressantes ou novatrices en termes d’affiliation sociale. Puis, nous avons ciblé des critères permettant de construire un échantillonnage diversifié. Nous recherchions des Auberges situées à Montréal, mais aussi des Auberges en région. Nous voulions également recruter des Auberges qui recevaient des jeunes avec différents profils. Il s’agit d’un processus d’échantillonnage typique ou intentionnel puisque les Auberges participantes ont été choisies parce qu’elles correspondaient à un « type idéal » par rapport aux objectifs de la recherche (pratiques d’affiliation intéressantes). Deux sont situées à Montréal, les trois autres en région dans des villes de taille moyenne. Deux accueillent des mineurs pour un séjour ne dépassant pas 30 jours alors que le séjour maximal dans les Auberges pour majeurs varie entre six et douze mois. Une seule Auberge est réservée aux garçons, toutes les autres sont mixtes. La capacité d’accueil va de huit à vingt places.

16Dans chacune des Auberges, nous avons recueilli différents types de données : consultation de documents écrits, observation de réunions, participation à des activités, entrevues avec des jeunes (5-6 par cas), des intervenants et coordonnateurs, ainsi que des partenaires et bénévoles. Nous avons fait de nombreuses observations participantes : repas, rencontres de jeunes, activités diverses, discussions informelles ; une grille d’observation standardisée a permis de colliger les informations. Quatre chercheurs ont participé activement à ce recueil de données. Ils ont été présents à tour de rôle sur le terrain, seul ou en équipe. Les données recueillies ont fait l’objet d’une validation par le biais d’un accord inter-juge.

17En ce qui a trait aux jeunes, nous avons interviewé au total 24 résidants ou ex-résidants, âgés entre 13 et 28 ans, 17 garçons et 7 filles. La moitié (12 jeunes) résidait à l’Auberge au moment de l’entrevue. Leur temps de séjour variait de six jours à un an. Cinq d’entre eux en étaient à leur deuxième séjour, ayant pour la plupart été expulsés une première fois après avoir enfreint les règlements. Les douze autres jeunes n’habitent plus dans les Auberges depuis une période de temps variant entre quelques jours et cinq ans. La durée de leur séjour est également variable, allant de un mois et demi à un an, et certains ont effectué plus d’un séjour. Ils continuent à fréquenter l’Auberge pour différentes raisons : venir saluer les intervenants, participer à des activités organisées pour les anciens, etc.

18Les jeunes rencontrés ont tous vécu de grosses difficultés. Les jeunes d’âge mineur (7 garçons, une fille) affirment avoir vécu des conflits ou des difficultés importantes dans leur famille, plus précisément avec le père pour presque tous les garçons. Ces conflits se sont soldés par le départ du jeune, en fugue ou expulsé du domicile familial. La seule mineure rencontrée était pour sa part victime de sévices physiques. Dans certains cas, les difficultés des parents sont mentionnées : alcoolisme, violence conjugale, démission de la mère. Les conflits familiaux ont laissé des séquelles chez les jeunes : idées suicidaires, faible estime de soi. Certains d’entre eux ont fait des séjours en centre d’accueil alors que plusieurs ont été suivis par des intervenants : psychologues, travailleurs sociaux, éducatrices.

19Chez les jeunes ayant 18 ans ou plus, l’accent est davantage mis sur les difficultés personnelles. La consommation de drogue représente un problème pour un grand nombre d’entre eux et sert de toile de fond à une panoplie d’autres difficultés : problèmes de santé mentale, idées suicidaires, faible estime de soi, dépendance affective, dépression. Ces jeunes ont un parcours antérieur varié : centre d’accueil, hôpital psychiatrique, refuges, familles d’accueil, rue, prison.

20La recension des écrits a permis d’élaborer un cadre conceptuel qui a servi de guide à notre démarche de recherche. Ce cadre conceptuel distingue quatre dimensions à l’affiliation : 1. Le rapport à soi, qui vise à être en mesure de prendre ou de reprendre confiance en soi, en développant ses forces et ses capacités ; 2. Le rapport aux autres, soit communiquer, interagir et entrer en relation avec d’autres de manière à développer des liens significatifs, continus et approfondis ; 3. Le rapport à la communauté, soit être en mesure d’apporter une contribution à sa communauté ou à la société en général ; 4. Le rapport au monde, soit pouvoir participer à la vie de la cité et faire en sorte que la société reconnaisse les jeunes comme des citoyens à part entière.

21Bien sûr, une telle étude comporte certaines limites. Le choix de cinq Auberges ne permet pas de généraliser tous nos résultats à l’ensemble des Auberges. Soulignons également que les jeunes que nous avons rencontrés étaient ceux qui avaient gardé un lien avec l’Auberge. Les autres qui ont décroché et pour qui le séjour à l’Auberge n’a pas été significatif sont évidemment absents de notre corpus. Examinons les résultats de cette étude et voyons quelles pratiques d’affiliation les Auberges du cœur ont développées.

Résultats de l’étude : les pratiques d’affiliation

Le rapport à soi : un moteur pour la poursuite de la démarche

22Les problèmes rencontrés par plusieurs jeunes en difficulté, nous l’avons souligné, témoignent d’une perte ou d’une absence de place et de reconnaissance à différents moments de leur vie, dans la famille, à l’école ou sur le marché du travail. Le renforcement de la confiance et de l’estime de soi se révèle dès lors un outil nécessaire à toute démarche visant à favoriser l’affiliation sociale. Voyons maintenant comment le travail sur soi se concrétise dans des pratiques qui varient selon les Auberges.

  • 31  Un prénom fictif a été attribué aux jeunes dont les propos sont rapportés.

23Lorsqu’ils arrivent dans une Auberge, les jeunes hébergés ont souvent une très mauvaise estime d’eux-mêmes et une faible confiance en leurs capacités. Ils ont essuyé des échecs répétés et ils ont souvent été dénigrés plutôt qu’encouragés, ils connaissent généralement mal leur valeur, leurs forces, leurs potentialités. Le passage dans une Auberge représente pour ces jeunes une occasion de faire un temps d’arrêt, qui permet de prendre contact avec eux-mêmes : « C’est un temps de répit. C’est un endroit pour espérer, pour se retrouver. Évaluer tes affaires. Essayer d’être en contact » (intervenant dans une auberge du coeur). Ce temps de pause donne aux jeunes l’occasion de mieux se connaître, de découvrir qui ils sont, de prendre conscience de l’importance de réfléchir sur leur parcours : «Tu arrives ici, tu es toute déboussolée, tu ne sais plus trop. Puis, quand tu ne vas pas bien, tu ne vaux rien… à un moment donné tu n’as comme pas le choix de travailler sur toi là, tant qu’à brailler tout le temps, je vais me laisser le temps. J’ai le temps de penser à moi. » (Nathalie)31.

24Afin de favoriser le renforcement de cette dimension de l’affiliation, les Auberges valorisent divers moyens. Par exemple, n’étant pas un lieu spécialisé sur le plan thérapeutique, on soutient activement les démarches des résidants : «Ça fait un mois et demi là vraiment que je travaille sur moi… Eux autres, ils étaient là pour m’aider, ils savaient que je ne faisais pas mes démarches (de recherche d’emploi) mais que je travaillais sur moi, que j’allais faire ma thérapie»(François). Pour d’autres, tout particulièrement dans les Auberges pour mineurs, le travail sur soi peut être centré sur les difficultés vécues dans les relations entre le jeune et ses parents. En rencontre individuelle ou familiale, on essaie de baliser ce qui pourrait faciliter un rapprochement mutuel.

25Les jeunes sont parfois amenés à se questionner sur eux-mêmes à l’aide d’outils d’introspection (questionnaires, imagerie mentale, examen d’autoréflexion, etc.) : « Ils nous prenaient en photo puis ils nous découpaient la tête  ; on se trouvait un super héros puis on mettait notre tête sur la tête du super héros, puis on disait pourquoi on l’aime et pourquoi on l’a choisi »(Antoine). Parfois, la confiance grandit à la suite d’un succès, comme ce jeune fier d’avoir réussi à composer un poème qui a paru dans le journal de l’Auberge.

  • 32  Environ 10% des jeunes mineurs sont intégrés dans un « programme » d’autonomie ou d’intégration so (...)

26Selon les intervenants, le travail sur soi est intimement lié dans le langage des Auberges au développement de l’autonomie des jeunes. Ce fut particulièrement souligné par les intervenants des Auberges pour jeunes d’âge majeur32. En effet, la plupart des résidants de ces Auberges ont comme objectif de trouver un logement et d’être capables de répondre aux exigences qui y sont liées (faire le ménage, payer le loyer, se nourrir, etc.). Les intervenants aident les jeunes à cibler leurs forces et les points à améliorer, comme le sens de l’organisation ou la ponctualité, afin de développer leur autonomie. Parallèlement, les intervenants tentent d’éveiller ou d’accroître chez les jeunes le sens des responsabilités. Cela passe par le respect de ses objectifs, du code de vie et des tâches à faire ainsi que par le progrès de ses démarches. Nos observations ont permis de constater que pour les intervenants, le développement du sens des responsabilités se traduit entre autres par la capacité à reconnaître ses erreurs et à accepter les conséquences de ses actes.

Le rapport aux autres

27Les liens sociorelationnels, nous l’avons souligné, sont plus que jamais essentiels à l’affiliation. Les données de notre étude en précisent la grande pertinence : « Le plus grand impact qu’a l’Auberge, ce n’est pas avec les objectifs qu’ils sont venus [travailler] mais c’est le lien. Le lien avec l’Auberge, entre les jeunes, le fait qu’ils se réfèrent à quelqu’un quand ils vont bien ou quand ils ne vont pas bien » (Intervenant dans une auberge du coeur). Vivre dans un tel milieu de vie permet donc de briser l’isolement, tant au contact des intervenants que des autres résidants : « Ici il y a toujours au moins 5, 6 personnes dans la maison. Pouvoir échanger avec les gens, c’est ce qui fait que je suis un peu moins malade. Vu qu’il y a du monde, je me force pour ne pas paraître malade... et je suis capable d’avoir des conversations ! » (Patrick).

Les liens entre les jeunes

28Dans toutes les Auberges étudiées, un certain nombre de situations permettent aux résidants d’interagir entre eux dans un contexte plus ou moins structuré. Comme nous avons été en mesure de l’observer à de nombreuses occasions, les moments de vie commune sont propices à cette mise en relation. Parfois, l’espace physique (terrasse, cour arrière) facilite les rencontres. Les contacts physiques amicaux, tels les chamailleries, jeux et marques de tendresse entre les jeunes, sont tantôt tolérés, tantôt interdits. D’une Auberge à l’autre, on note une variation dans les activités plus structurées en groupe. On pense à des activités sportives ou culturelles, présentes à un rythme variable selon l’Auberge étudiée.

29Vivant à plusieurs dans un même milieu, les jeunes semblent conscients de la nécessité de se rendre la vie supportable : « Tout le monde sait qu’on est tous ici parce qu’il y a quelque chose qui va mal alors on va se donner un break. Tout le monde est dans la même situation, ça aide à développer de la compassion » (Sébastien). Cette tolérance mutuelle est fort goûtée lorsqu’elle contribue à créer un climat sans tension, expérience nouvelle pour certains : « À chaque fois qu’on mangeait, c’était toujours de la chicane chez nous. Moi j’aime bien ça ici  ! C’est calme, il n’y a pas de chicane, tout le monde se respecte » (Olivier). Le fait de partager une même situation favorise parfois l’émergence d’une certaine solidarité : « De savoir qu’on était plusieurs dans le trouble, on se supporte mutuellement » (Antoine). Dans une Auberge pour mineurs, un jeune de 17 ans avait pris sous son aile un résidant de 12 ans afin de le conseiller, le protéger et devenir comme un grand frère.

30Bien que les interrelations entre les jeunes fassent partie de leur expérience de séjour dans une Auberge, rares sont ceux qui s’y sont fait des amitiés importantes et à long terme. Après le séjour, c’est un petit nombre de jeunes qui restent en contact de manière durable avec d’autres rencontrés à l’Auberge. Bien des jeunes ne cherchent pas a priori à développer des amitiés : « Je suis avec eux, ils sont bien cool avec moi, mais ce sont juste des connaissances » (Olivier). Néanmoins, ils se reconnaissent entre eux à l’extérieur de l’Auberge, ce qui fait en sorte que le passage dans une Auberge agit parfois comme élément d’identification à un vécu commun ou à une appartenance partagée.

31Certains facteurs objectifs limitent le développement de liens plus étroits entre les résidants, comme la durée trop courte des séjours ou l’entrée continue des jeunes. Nos observations permettent toutefois de constater que ce sont parfois les principaux acteurs en présence, les jeunes et les intervenants, qui tendent à limiter la nature et la durée des liens. Par exemple, certains jeunes se sentent trop fragiles pour nouer des amitiés solides. Leur énergie est alors centrée sur eux-mêmes et ils doivent se refermer afin de se protéger : « Tu ne bâtis pas une amitié sur du sable. Il faut que tu règles tes problèmes sans penser à ceux des autres » (Mélanie). D’autres jeunes vont prioriser leurs objectifs personnels au détriment des relations sociales : « Cette fois-ci, je veux juste m’occuper de mes affaires. On n’est pas ici pour se faire des amis. On est ici pour se faire ami avec soi-même » (Etienne). Certains intervenants soulignent l’individualisme des jeunes, qui se traduit par un manque de solidarité entre eux : « La solidarité, ce n’est pas leur force ! ... L’union ! Il leur manque ça, le respect des différences. Moi je dirais que ce sont tous des individus séparés. Il manque quelque chose pour les relier. Là tu les regardes : "Respectez-vous. Dans le fond, vous vivez tous des affaires pas faciles." On dirait que non. » (Intervenant dans une auberge du cœur).

32Enfin, ce sont parfois les intervenants eux-mêmes qui manifestent des réticences à ce que se développent des relations entre les jeunes. Il semble que pour certains intervenants, l’émergence de liens d’amitié représenterait une entrave à l’intervention. Elle aurait comme effet de décentrer les jeunes de leurs objectifs personnels et pourrait occasionner des relations malsaines entre ceux-ci, ou engendrer des situations difficiles à gérer, telles des relations amoureuses.

Les liens entre les jeunes et les intervenants

33Les liens que les jeunes développent avec les intervenants occupent une grande place pour de nombreux résidants. Avec le temps, les rapports, parfois initiés sous le signe de la méfiance, évoluent au point de devenir très importants : « Au début, je les percevais comme ceux qui étaient pour me garder, pas des tortionnaires, mais des affaires quasiment pareilles. Puis après, quand j’ai vu qu’ils étaient plus doux, je les ai pris plutôt comme des profs. Puis là, ils étaient plus gentils que des profs, alors je les percevais comme des psychologues. Peu à peu, ça a fait : ah ! C’est des amis ! Puis là, c’est quasiment comme une mère que j’aurais voulu avoir. » (Antoine).

34La création par les intervenants de liens significatifs avec les jeunes dans le cadre de la vie quotidienne sert de tremplin aux interventions qui devront se faire par la suite. La capacité des intervenants à s’amuser avec les jeunes est soulignée à maintes reprises : « Quand on part en auto porter des CV, on a du fun, on rit. On lève le volume de la radio, on écoute de la musique puis on tripp » (Paul). Les intervenants aussi soulèvent l’importance du plaisir d’être ensemble, d’être avec les jeunes : « Donner à ces gars-là un peu de folie, c’est bon parce que faire le fou avec eux à jeun, c’est quelque chose qu’ils ne connaissent pas. » (Intervenant dans une auberge du coeur).

35Certaines attitudes des intervenants semblent faciliter le développement de relations significatives. Sur ce plan, si plusieurs entrevues de jeunes sont signifiantes, nos observations participantes réalisées dans un contexte informel (repas, activités sportives, etc.) viennent renforcer ces perceptions. Ainsi, la plupart des jeunes rencontrés décrivent les intervenants comme des personnes non jugeantes. La tolérance et l’acceptation observées chez plusieurs intervenants sont des qualités grandement reconnues par les jeunes : « C’est une des premières places où j’ai enfin pu parler de mes problèmes sans être jugé » (Patrick). La nature inconditionnelle de cette ouverture est soulignée par certains jeunes : « Ils ne te jugeront pas puis ils sont toujours là pour t’aider, quoi qu’il arrive, quoi que tu fasses » (Frédéric). Certains diront qu’ils se sentent libres dans leur démarche : « Le besoin, ce n’est pas de se sentir poussé et obligé d’y aller, c’est d’avoir le choix. » (Stéphane).

36Le caractère personnalisé de l’intervention est une autre condition qui facilite le développement de la relation jeune/intervenant : « Tu n’es pas un numéro, tu es telle personne, c’est toi et pas quelqu’un d’autre. » (Antoine). Les intervenants sont, la plupart du temps, attentifs aux intérêts de chacun : « Ils font vraiment des choses pour nous, ils s’intéressent à nous, à ce qu’on aime puis ils nous poussent dans les domaines qu’on aime. » (François). Construit sur un échange mutuel plutôt que sur une relation d’expert/aidé, le rapport entre les jeunes et les intervenants facilite l’établissement de liens plus significatifs : « La plupart du temps, ici, la façon que les intervenants t’approchent, ce n’est pas : ah bien là c’est ça, ça, ça.  Non. C’est plutôt : moi je pense que ou moi j’ai déjà vécu quelque chose qui ressemble à ça ou j’ai déjà vu des anciens résidants ou je ne suis pas sûr puis je vais aller me renseigner. Ce n’est jamais : je connais tout, je sais tout. » (Stéphane).

37En fin de compte, les jeunes sentent qu’ils peuvent contribuer à leur démarche et qu’ils ont une place au sein de ce rapport intervenant/jeune. Les liens construits autour d’une complicité, d’une compréhension mutuelle, et parfois grâce à un partage de vécu commun, font que les intervenants sont perçus comme des piliers solides, des adultes significatifs, voire des modèles (professionnel, parent substitut ou grand frère). C’est du moins ce qu’ils veulent parfois transmettre : « Je pense que la personne à la base, elle a besoin de développer des liens tout simplement. Des liens qui vont être significatifs. C’est important d’avoir un lien adulte à adulte et pas parents-enfants pis je pense qu’avec le maternage ou de prendre le jeune par la main, mais c’est un parent qui s’adresse à l’enfant (…) c’est beaucoup plus intéressant je trouve de parler à l’adulte (…), car là le lien va être plus égal si on veut. » (Intervenant en auberge du coeur).

38Soulignons pour terminer que le code de vie et son application peuvent par moment encadrer et même limiter les rapports intersubjectifs. De nature variable selon l’Auberge étudiée, ce code qui balise la vie commune (horaire, tâche, règlements, consignes, interdictions, etc.), amène parfois les intervenants à être plus coercitifs : « Oui tu as un rôle si on veut de police. Je n’aime pas le terme, surtout dans les moments où tu as l’impression de ne faire que ça. Pour plusieurs résidants, c’est des gangs qui sont là, puis là tu as l’impression de tout le temps être dans les conséquences et ça devient un peu plus difficile à gérer. Ça demande beaucoup plus d’énergie... Ça ne nous permet pas de rentrer aussi loin qu’on voudrait dans l’intervention ou dans la relation avec la personne parce qu’il y a certaines règles et on peut pas faire fi de ces règles-là. En maintenant les règles, le lien change. Il n’est pas moins bon, il n’est pas meilleur, mais le lien change, il est différent. » (Intervenant dans une auberge du cœur).

  • 33  Les ex-résidants que nous avons rencontrés ont nécessairement tous maintenu des liens avec l’Auber (...)

39Quelques intervenants soutiennent par contre que l’application des règles n’influence pas les liens établis avec les jeunes. La plupart d’entre eux disent néanmoins que ce rôle rend parfois les relations plus difficiles et diminue le temps passé en présence des jeunes. Nous avons d’ailleurs été à même de constater que le renvoi n’entraîne pas automatiquement la brisure des liens entre les jeunes et l’Auberge33, dans la mesure où certains gardent contact après leur expulsion.

40En fait, plusieurs intervenants ont mentionné que les liens avec les jeunes sont parfois plus faciles à établir ou à maintenir une fois qu’ils ont quitté l’Auberge, volontairement ou à la suite d’un renvoi pour non-respect du code de vie. Les jeunes fréquentent alors l’Auberge lorsqu’ils en ont envie ou au besoin. Dans ce contexte, les intervenants n’ont pas à faire respecter le code de vie, ce qui amenuise le rapport d’autorité. Même si certains jeunes restent liés à l’Auberge après en avoir été expulsés, d’autres peuvent vivre une cassure de relation, se sentir à nouveau rejetés, non reconnus, relançant ainsi le processus de désaffiliation.

Le rapport à la communauté

41Le rapport à la communauté interroge la manière dont les Auberges sont en lien avec le milieu environnant. Le rapport à la communauté ouvre donc une porte vers les ressources qui entourent l’Auberge. Nous nous sommes intéressés aux pratiques d’affiliation développées avec l’école, les établissements de formation professionnelle, les employeurs du milieu, les ressources institutionnelles ou communautaires, le voisinage, etc. Au quotidien, les jeunes sont mis en lien avec leur communauté de multiples manières. Le travail de mise en action des jeunes dans la poursuite de leurs objectifs personnels révèle de nombreuses formes d’affiliation avec le milieu : réintégration à l’école pour un jeune qui a des problèmes de comportement, formation dans une entreprise d’insertion professionnelle, démarche systématisée de recherche d’emploi, suivi thérapeutique dans une ressource externe, temps de bénévolat dans la communauté, etc.

42Dans ce contexte, le travail des intervenants consiste à créer vers la communauté des passerelles qui soient pertinentes, réalistes et accessibles pour les jeunes. Concrètement, dans certaines Auberges, les intervenants accompagnent les jeunes dans leurs démarches à l’extérieur, que ce soit pour les rassurer, faire valoir leurs droits ou simplement leur offrir un transport. Lorsqu’ils rencontrent les jeunes pour faire le point sur l’atteinte de leurs objectifs, ils s’informent du résultat des démarches et encouragent les jeunes à les poursuivre. Les jeunes qui séjournent dans certaines Auberges ont également la possibilité d’entrer en contact avec la communauté dans le cadre de projets spéciaux. C’est le cas des jeunes engagés dans la réalisation d’un film. Ils ont, à cette occasion, effectué des entrevues auprès d’adultes de leur communauté et prévoient de présenter le film dans leurs écoles respectives.

43De façon générale, les intervenants prennent en considération les plans d’intervention proposés aux résidants par les intervenants d’autres ressources impliquées dans la vie des jeunes : centre de désintoxication, travailleur social de l’école, psychologue. Ce qui témoigne de la volonté des intervenants des Auberges d’établir un travail de collaboration avec les autres ressources du milieu. Les Auberges développent elles aussi des rapports à leur communauté.

44Toutes les Auberges rencontrées effectuent un travail de concertation avec diverses ressources : institutions scolaires, établissements de santé et de services sociaux, ressources communautaires. Certaines Auberges visent à rejoindre un public plus large que les simples résidants. C’est le cas d’une Auberge qui s’adresse à l’ensemble des familles de la région par le biais d’une chronique dans le journal. Une autre Auberge reçoit des demandes de voisins qui recrutent des jeunes pour effectuer de menus travaux ; un lien peut alors se développer entre ces gens et les jeunes. Ils répondent ainsi à un besoin, ils peuvent rencontrer de nouvelles personnes, et acquérir de l’expérience. Un tel contact permet également de modifier les représentations sociales relatives aux jeunes et à l’Auberge.

45Finalement, nous avons pu observer une Auberge qui était ouverte à recevoir la famille du jeune (les enfants, la fratrie, les conjoints) pour des visites ou lors d’activités spéciales comme des brunchs ou des sorties de plein air. Cette ouverture de l’Auberge sur l’extérieur peut aussi l’amener à solliciter le concours de personnes ressources : animateurs invités à présenter des ateliers sur différents sujets, bénévoles dont l’engagement varie (aide ponctuelle, présence auprès des jeunes), visite des travailleurs de rue. Soulignons que toutes les Auberges réservent au sein de leur conseil d’administration des sièges à des représentants de la communauté. De telles pratiques visent donc autant à développer des liens entre les Auberges et leur communauté qu’à favoriser l’ouverture de la communauté à l’endroit des jeunes.

Le rapport au monde 

46La dernière dimension de l’affiliation identifiée lors de l’élaboration du cadre conceptuel est le rapport au monde. Le rapport au monde fait référence à la dimension politique de la vie en société, au pouvoir de décider ensemble de l’organisation du monde commun et au pouvoir d’agir ensemble pour transformer ce monde commun.

47Le monde commun que partagent les jeunes d’une Auberge, c’est d’abord l’Auberge elle-même. L’organisation de la vie à l’Auberge sera donc le premier espace politique dont disposent les jeunes dans les Auberges. Toutes les Auberges offrent aux jeunes des espaces d’expression qui prennent différentes formes : réunions de résidants, comités formels de résidants et d’ex-résidants, sièges au conseil d’administration réservés aux résidants ou aux ex-résidants. C’est ainsi que les rencontres entre résidants permettent d’organiser la vie en groupe : partage des tâches, résolution de conflits, choix des activités, élaboration des menus de la semaine, reformulation de certaines règles. Le pouvoir alors laissé aux jeunes varie selon les Auberges et aussi selon le sujet. Leur pouvoir peut être décisionnel en ce qui concerne le choix des sorties, mais simplement consultatif quant à la formulation des règlements. Ces divers espaces d’expression permettent aux jeunes de partager leurs opinions, de faire des choix, de s’engager dans la vie de l’Auberge.

48Les Auberges organisent également des activités afin de sensibiliser les jeunes à leur rôle de citoyen. Des ateliers favorisant les discussions encouragent les jeunes à partager leur point de vue sur différents sujets : l’environnement, l’alimentation, le recyclage, etc. Les intervenants jouent alors un rôle de modérateur ou d’incitateur aux débats, en plus de sensibiliser et d’informer les jeunes. Par exemple, les jeunes sont invités à visionner un documentaire et à s’en inspirer pour échanger entre eux  ; l’intervenant explique aux jeunes que l’auteur a un point de vue particulier, une opinion et que l’exercice consiste à développer leur propre opinion sur le sujet. Les apprentissages sont de divers ordres : apprendre à analyser un documentaire (le message qui est passé), développer ses idées et points de vue, être capable de les exprimer et accepter les arguments des autres. Autre exemple visant à développer une approche critique et à favoriser l’apprentissage de la citoyenneté : lors de notre passage dans une Auberge, les intervenants organisaient un débat électoral où ils personnifiaient les chefs de partis tout en expliquant leur programme électoral.

49L’exercice de la citoyenneté passe également par la connaissance de ses droits. Les intervenants informent alors les jeunes de leurs droits et leur indiquent les différents moyens de les défendre. Il arrive finalement que les jeunes des Auberges aient, de façon ponctuelle, la possibilité d’agir collectivement en participant à des événements sociopolitiques qui se déroulent à l’extérieur de l’Auberge, comme La Nuit des sans-abris ou encore une manifestation devant le Parlement pour protester contre des compressions budgétaires.

50Ces différentes façons d’offrir aux jeunes un espace public de parole et d’action sont sans contredit des outils essentiels pour que les jeunes prennent conscience du possible exercice de leur citoyenneté, pour qu’ils sachent qu’ils ont collectivement une place non seulement à l’Auberge mais également au sein de la société dans laquelle ils vivent.

Discussion : des pratiques qui favorisent l’affiliation ?

Des acquis importants pour les jeunes

51À la lumière de nos résultats, il ressort que les Auberges du cœur étudiées ont développé différentes pratiques visant à favoriser l’affiliation des jeunes résidants. Nous n’avons pu bien sûr en évaluer l’impact à plus long terme sur la vie des jeunes. Ce n’était pas l’objet de notre recherche. Nous sommes toutefois en mesure de faire ressortir certains attributs de cette pratique en ce qui a trait au soutien à l’affiliation des résidants.

52L’analyse menée dans le cadre de cette recherche a permis de préciser notre définition initiale de l’affiliation. Pour bien des jeunes résidants, l’affiliation s’appuie sur l’identification à ce qui se vit et s’expérimente d’abord dans l’Auberge : « Moi j’ai décidé de le vivre, puis je me suis intégré dans ce cercle-là, c’est un nouveau cercle de monde que je n’aurais jamais été porté à aller voir avant, mais je suis vraiment content de les avoir » (François). Ce témoignage, comme bien d’autres, fait ressortir l’importance des appartenances, balises et appuis dans le processus d’affiliation, tel que nous l’avons souligné dans la première partie de l’article.

  • 34  Serge Luba, Le logement innovateur pour jeunes personnes sans abri : Rapport final. Ottawa : SCHL, (...)

53L’Auberge du cœur représente un espace où il est possible de s’arrêter, de se mettre à l’abri, de prendre un répit face aux aléas de la vie. La métaphore du port, un lieu où il est permis de jeter l’ancre, d’attacher ses amarres, devient ici intéressante. Cela facilite la création de nouvelles appartenances, une réalité qui fait souvent défaut dans bien des trajectoires de jeunes en difficulté, jouant ainsi le rôle de stabilisateur observé entre autres dans certaines études sur les jeunes sans-abri34 : « Tu construis, tu construis, puis tout se démolit parce que justement ta base n’est pas assez solide. C’est vraiment ça. Les jeunes vont vouloir aller chez le médecin, retourner à l’école ou travailler, mais ils ne sont même pas capables de se dire : c’est quoi mes peines, c’est quoi mes frustrations, c’est quoi que j’aime, c’est quoi que je n’aime pas, qu’est-ce que je veux et qu’est-ce que je ne veux pas. » (Mélanie).

54Dans la meilleure des situations, l’affiliation à l’Auberge ouvre la porte à d’autres lieux (emploi, école, formation professionnelle, entreprise d’insertion, engagement dans la communauté), qui permettent de construire ou de reconstruire une appartenance à la société, et de s’inscrire dans le rapport social : « Ce n’est plus eux qui viennent me chercher pour me demander de venir. Ils m’ont aidé beaucoup. Quand je sors dans la société ou je me cherche un emploi, ça m’aide énormément à parler avec des gens. Disons que c’est plus facile pour moi de trouver un emploi, trouver des amis. » (Kim). Par leur présence dans la communauté, les Auberges, en lien avec d’autres ressources communautaires et associatives, sont donc en mesure d’intervenir afin d’offrir aux jeunes des avenues d’affiliation sociale. Les Auberges étudiées ouvrent de diverses manières des passerelles vers le social. Ancrées dans leur milieu, elles créent une sorte d’interface entre le jeune et son environnement. Elles font office d’intermédiaires, parfois de médiateurs, entre le jeune, sa famille, son employeur, d’autres intervenants, des gens et des ressources dans la communauté.

  • 35  Mircea Vultur, « Aux marges de l'insertion sociale et professionnelle : Étude sur les jeunes « dés (...)

55Dans leur ensemble, les pratiques d’affiliation que nous avons étudiées mettent en place un contexte qui facilite « la reconnaissance de l’individu par l’entourage, celle-ci étant une confirmation de son existence sociale35 ». Elles encouragent le développement d’un sentiment d’appartenance qui passe de l’Auberge à la communauté, permettant ainsi à bien des jeunes hébergés de sortir de la désaffiliation sociale. En mouvement vers l’autonomie, le jeune aura alors plus de facilité à se projeter dans le monde et à y faire sa route, tel qu’en témoigne Antoine : « Quand je suis arrivé, j’étais une chenille avec un boulet. L’Auberge a été mon cocon et je suis reparti papillon. ».

Quelques limites à la pratique d’affiliation

56Certains aspects de la pratique des Auberges nous interrogent quant à leur portée plus limitée au plan de l’affiliation.

57Au premier chef, nous nous interrogeons sur la portée réelle d’un trop court séjour de certains jeunes sur le processus d’affiliation. Les données que nous avons recueillies, ainsi que celles du Regroupement des Auberges du cœur, montrent que de nombreux jeunes ne font que de courts séjours dans les Auberges  ; on parle ici d’un mois ou moins. Différents facteurs viennent limiter la durée du séjour : le type de financement et de mandat (ex. : trente jours renouvelables pour les Auberges pour mineurs), la motivation et les besoins des jeunes admis, le rapport des jeunes au code de vie, l’aménagement physique des locaux communs et des chambres, etc. Dans ce contexte, on peut difficilement s’étonner que l’accent soit mis sur la mise en action, donc sur la recherche de solutions dans un assez court laps de temps, afin de paver la voie à une sortie rapide de la maison d’hébergement.

  • 36  Edgar Morin, « Peut-on concevoir une science de l’autonomie ? », Cahiers internationaux de sociolo (...)

58De notre point de vue toutefois, ces contraintes à la durée du séjour semblent contradictoires avec des pratiques visant l’affiliation des jeunes. Bien sûr, pour certains jeunes, un court séjour peut être amplement suffisant. Qui plus est, même après le séjour, le jeune peut garder le lien et maintenir voire accentuer son sentiment d’appartenance. Mais un travail d’affiliation exige du temps, d’autant plus que certains jeunes en difficulté ont expérimenté par le passé, nous en avons déjà parlé, des situations de vie extrêmement souffrantes. Si on veut pouvoir aider les jeunes plus lourdement en difficulté, il semble nécessaire de leur offrir un support continu durant un certain laps de temps. Ceux-ci doivent déconstruire les schèmes de fonctionnement acquis dans le passé et se reconstruire dans des rapports plus équilibrés qui leur permettent de s’affilier. Cette démarche passe par une période de mise en confiance, parfois même de dépendance, afin de combler des manques émotionnels importants. Edgar Morin rappelle que « nous construisons notre autonomie psychologique, individuelle, personnelle, à travers les dépendances que nous avons subies36 ».

59Pour mieux y parvenir, nous faisons l’hypothèse que le processus d’affiliation nécessite deux éléments qui ne sont pas toujours présents lorsque la logique d’intervention est centrée sur la mise en action et les résultats, à la suite d’un trop bref séjour. Premièrement, il faut que le jeune puisse s’investir dans une perspective de continuité, marquer au besoin sa différence, donc trouver ce qui est bon pour lui. Deuxièmement, que l’on s’assure qu’il y ait des temps, des lieux et des activités qui favorisent la réflexion sur son action. Il apparaît donc important que les Auberges offrent les opportunités nécessaires à cet effet. Bien sûr, le fait de passer à l’action par le biais d’une recherche de logement, d’un emploi, d’un retour aux études permet de mieux se connaître et d’améliorer son estime de soi. Toutefois, nous faisons l’hypothèse que ce travail vers l’autonomie dans une perspective d’affiliation exige qu’il y ait un espace pour réfléchir à sa démarche, tout en disposant du temps et des supports nécessaires.

  • 37  Emmanuel Renaut, « Reconnaissance ou validation ? La reconnaissance entre critique et idéologie », (...)

60Le deuxième aspect contextuel concerne le code de vie des Auberges étudiées. Chaque Auberge, selon ses valeurs, l’âge des résidants et les difficultés personnelles des jeunes rejoints, applique un code de vie interne. Selon les données recueillies, ce code de vie peut être soit un atout, soit un frein au développement de l’autonomie des résidants. En fait, c’est la finalité même du code de vie qu’il semble nécessaire de questionner ici. Dans certains contextes de pratique, le code de vie est apparu dépendre de contraintes et balises imposées de l’extérieur : type de financement, formation des intervenants, marché du travail régional, etc. L’acquisition par les jeunes de nouveaux comportements, subordonnée à divers apprentissages, est alors surtout axée sur des gains permettant de fonctionner de manière adéquate dans la communauté, de s’y adapter. Il s’agit alors d’intégrer ce qu’Emmanuel Renault appelle « les nouvelles règles de présentation de soi37 » qui balisent les contraintes actuelles du salariat. La mise en action à partir d’objectifs précis se fait alors rapidement, soutenue par un travail intensif de motivation.

61Dans d’autres milieux par contre, le code nous a semblé relever d’un processus endogène et s’inscrire dans l’approche historique d’affiliation des Auberges. Dans ce contexte, il permet plus facilement aux résidants d’expérimenter diverses situations sociales et même de faire des erreurs sans avoir peur de se retrouver nécessairement à la rue. On pense par exemple à la possibilité de développer des amitiés plus saines entre pairs, une expérimentation exigeante, mais qui prend tout son sens lorsque l’on cherche à favoriser une démarche d’autonomie plus approfondie et réfléchie. Il peut aussi permettre aux intervenants de voir évoluer les jeunes dans un contexte de vie réel, de comparer leurs dires à leurs agissements. Ici, le code de vie sert de repères pour chacun et de limites communes afin d’éviter les dérapages qui atténueraient la qualité du milieu de vie. Les conséquences liées à la dérogation des règles peuvent être utilisées positivement pour baliser les interventions, réorienter les objectifs, intervenir au-delà du comportement répréhensible, etc. De notre point de vue, cette approche participe d’une pratique d’affiliation dans la mesure où, en mettant en place un cadre de vie plus ouvert, mais qui comporte des exigences au niveau de la réflexivité, elle favorise le développement d’une plus grande autonomie chez les résidants.

62Enfin, le troisième et dernier aspect porte sur l’exercice de la démocratie dans les Auberges étudiées. On parle ici d’un espace réel accordé à la prise en charge, à la participation sociale, voire à l’engagement dans son milieu. Notre recherche a permis de constater qu’il existe dans certains contextes des réalisations collectives et des espaces qui permettent de parler et d’agir ensemble, tels des rencontres de résidants, des comités de jeunes et quelques rares actions collectives. Ces pratiques sont toutefois apparues plus fragiles, promues avec une intensité très variable d’une Auberge à l’autre.

63Notre questionnement porte sur la mise en place de dispositifs permanents permettant l’expression de cette citoyenneté à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Auberge. A leur arrivée, les besoins des jeunes sont souvent centrés sur la reprise en main de leur vie et même sur leur survie physique et émotionnelle, ce qui requiert beaucoup d’attention des intervenants, mais il faut toutefois se rappeler qu’un parcours de vie ne se réalise pas en dehors du monde. Il se fait dans la société et l’affiliation passe par un travail sur cette dimension, plus politique, sans nécessairement devoir attendre d’avoir réglé tous ses problèmes personnels.

  • 38  Jocelyne Lamoureux, « Marges et citoyenneté », dans Sociologie et Société, vol. XXXIII, no 2 autom (...)

64L’enjeu touche ici à la possibilité d’accentuer les lieux et les moments où l’on peut exprimer son point de vue, prendre connaissance et débattre avec d’autres de ce qui se vit à l’intérieur et à l’extérieur de l’Auberge. C’est un exercice qui demande lui aussi un certain temps d’acclimatation. À l’intérieur de l’Auberge, on pense à des manières de réfléchir le vivre ensemble ; à utiliser le milieu de vie comme un espace pour expérimenter la prise de parole et la prise en charge ; à favoriser des expériences de démocratie afin d’ouvrir une porte, un début de reconnaissance sur cette dimension de l’affiliation. En ce sens, il semble pertinent d’observer dans quelle mesure les pratiques débouchent sur « l’appartenance à une collectivité, avec le politique qui préside aux rapports entre les personnes (…) avec les conditions du vivre  ensemble38 ». À l’extérieur de l’Auberge, on pense à des démarches de participation et d’engagement vues comme une façon d’être en action, d’amorcer des projets, de développer de nouveaux rapports au monde, sur un mode respectueux de chacun et de sa différence. La recherche d’autonomie, qui est marquée par la quête de soi, de son libre arbitre, s’inscrit alors un peu plus dans la cité, à la rencontre de l’Autre.

Conclusion

65Le travail des Auberges, nous venons de le voir, peut être ébranlé par certaines pratiques internes. Nous avons également pu observer dans certaines Auberges une tendance à une plus grande formalisation de l’intervention : temps consacré aux rencontres individuelles formelles, à la tenue de dossiers, aux notes évolutives. Différents facteurs en seraient responsables. Il y a bien sûr l’alourdissement des besoins des jeunes. Plusieurs jeunes hébergés dans les Auberges présentent des difficultés (comportements violents, idées suicidaires, maladie mentale, dépendance aux psychotropes, etc.) qui requièrent une certaine expertise des intervenants même si ces derniers mobilisent des ressources extérieures pour des interventions thérapeutiques en faveur des jeunes. Cette formalisation croissante de l’intervention ne serait pas non plus étrangère à la professionnalisation des équipes de travail, ces dernières recrutant davantage des candidats formés en relation d’aide, notamment dans les écoles de travail social.

  • 39  Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal-RIOCM, Leur équilibre, notre (...)

66De telles transformations, sans être négatives, inquiètent dans la mesure où elles s’insèrent bien dans l’actuelle reconfiguration du réseau québécois de la santé et des services sociaux, reconfiguration qui privilégie une logique d’intégration de services dans un cadre très formel et professionnalisé. Une telle approche met en danger la pratique développée par les Auberges du cœur. D’abord parce que l’on perd de vue des principes fondamentaux de cette pratique qui, à l’image des autres pratiques québécoises en milieu communautaire autonome distinct de l’État, valorisent la participation libre et volontaire des personnes usagères ainsi qu’une autonomie de pratique qui permet «une orientation et une gestion indépendante des instances de décisions des institutions gouvernementales39». Pour l’État, la seule avenue garantissant une vraie collaboration entre les services sur un même territoire, c’est la complémentarité dans une logique de hiérarchisation des services.

  • 40  Abraham Franssen, « Le sujet au cœur de la nouvelle question sociale », La Revue nouvelle, 2003, p (...)

67On peut repérer un autre danger : à la perspective d’une intégration locale hiérarchisée de services correspond une hiérarchisation de ceux qu’il faut aider. Cette approche par clientèles se traduit par une définition de groupes à risques en fonction de problématiques particulières : toxicomanie, santé mentale, jeunes dont les parents sont pauvres, etc. Une telle orientation consolide la tendance à la consommation de services et amène à individualiser les parcours, rendant les bénéficiaires responsables de faire leur chemin, en dehors d’une logique d’appropriation collective des solutions. L’intervention en contexte d’intégration, centrée sur le clientélisme, s’inscrit dans cette propension à vouloir amener l’individu à s’adapter afin « que celui-ci s’implique dans la résolution de « son » problème40 ». Dans cette perspective, nous nous éloignons sur tous les plans de l’approche d’affiliation promue par les Auberges du cœur. Nous avons pu constater dans les pages qui précèdent que le rapport qui se tisse entre l’Auberge et les jeunes n’est pas prioritairement un rapport de consommation. D’où l’importance que l’intervention ne soit pas traversée par une logique d’offre et de demande de services, tant d’hébergement que d’aide professionnelle, mais bien par une logique d’affiliation, où la création de liens est centrale. C’est là une spécificité et un atout. Qui plus est, avons-nous observé, l’intervention est fondée sur une vision et une approche globale de la personne, intervention ancrée dans la communauté où l’Auberge joue avec d’autres un rôle « d’agent de développement ». En ce sens, nous avons la conviction que l’autonomie de pratique des Auberges, qui n’exclut en rien, on l’a noté, des collaborations de qualité avec les autres acteurs du milieu, demeure la meilleure avenue pour garantir la pérennité et la richesse de leur approche, favorisant ainsi le développement de l’autonomie et l’affiliation des jeunes résidants.

Haut de page

Bibliographie

Bellot (Céline), « Les jeunes de la rue : disparition et retour des enjeux de classe », Lien social et politiques, no 49, 2003, p. 71-95.

Brunelle (Natacha), Cousineau (Marie-Marthe) et Brochu (Serge), « La famille telle que vécue par des jeunes consommateurs de drogues et trajectoires types de déviance juvénile », Drogues, santé et société 1(1), 2002, p. 1-21.

Denis (Véronique), « Pour comprendre la pratique du « squeegee » à Montréal », Criminologie, vol. 36, no 2, 2003, p. 89-104.

Dubet (François), « Entrée dans la vie et socialisation en France », dans Les jeunes et  l’emploi dans les villes d’Europe et d’Amérique du Nord, sous la direction de Roulleau-Berger (Laurence) et Gauthier (Madeleine), Paris, Éditions de l’Aube, 2001, p. 27-41.

Duval (Michelle), Fontaine (Annie), Fournier (Danielle), Garon (Suzanne) et René (Jean-François), Les organismes communautaires au Québec ; pratiques et enjeux, Montréal, Gaétan Morin éditeur, 2004,

Parazelli (Michel), La rue attractive. Parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte-Foy (Québec), Presses de l’université du Québec, 2002, 358 p.

Regroupement des Auberges du cœur du Québec-RACQ, Compilation des données statistiques pour les années 1997-1998, 1998-1999, 1999-2000, 2000-2001, Comité Évaluation et statistiques, Regroupement des Auberges du cœur du Québec, 2001, 51 p.

Regroupement des Auberges du cœur du Québec-RACQ, Penser l'avenir. L'affiliation sociale au coeur de la mission des Auberges, Actes du 2e congrès d'orientation du Regroupement des Auberges du coeur du Québec tenu à Orford les 28-29-30 novembre 2003, RACQ, Montréal, 2004, 125 p.

René (Jean-François), Goyette (Martin), Bellot (Céline), Dallaire (Nicole) et Panet-Raymond (Jean). « L’insertion professionnelle des jeunes : le prisme du partenariat comme catalyseur de la responsabilité » Lien social et Politiques-RIAC(46), 2001, p. 126-139.

Roy (Shirley), Jeunes en difficulté et contexte pluriethnique : L'intervention en maisons d'hébergement communautaires, en collaboration avec Jacques Rhéaume, et Pierre Hétu, Montréal, CRI. Département de sociologie, Université du Québec à Montréal, 1998, 223p.

Haut de page

Notes

1  Regroupement des Auberges du cœur du Québec-RACQ, 2007. http://www.aubergesducoeur.com/regroupement/declaration.php.

2  Ibid.

3  Voir le rapport de recherche : Des pratiques d’affiliation dans des Auberges du cœur, Jean-François René, Michelle Duval, Geneviève Cloutier et Annie Pontbriand, Montréal, Regroupement des Auberges du cœur et Université du Québec à Montréal, 2007. Nous tenons à remercier les deux agentes de recherche, Geneviève Cloutier et Annie Pontbriand, qui ont grandement contribué au succès de la démarche.

4  Regroupement des Auberges du cœur du Québec-RACQ, 2007, op. cit.

5  Robert Castel, « De l'indigence à l'exclusion, la désaffiliation », dans Face à l'exclusion le modèle Français, Paris, Éditions Esprit, 1991, p. 137-168.

6  Ibid.

7  Bertrand Ravon., « Pour une clinique du lien défait », dans Travail social et « souffrance psychique », Paris, Dunod, 2005, p.45.

8  Jean Furtos, « Les dimensions psychiques de la précarité ». Sciences Humaines, no 168, février 2006, p. 49.

9  Viviane Châtel, « Agir en situation de vulnérabilité. Un essai de problématisation », dans Agir en situation de vulnérabilité, Presses de l’Université Laval, 2003, p. 25.

10  Johanne Charbonneau, Marc Molgat, M. et Hélène Van Nieuwenhuyse, Le réseau des petites avenues, Rapport d'évaluation. Montréal, Réseau des Petites Avenues, 2003, p.23-24.

11  David Le Breton, En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie, Paris, Éditions Métaillé, 2007, p. 35.

12  Frédéric Le Goff, Christoper McAll, C. et Catherine Montgomery, Transformation du communautaire (La). Expériences d'intervention auprès de jeunes sans emploi, Montréal, Éditions Saint-Martin, 2005, 276 p.

13  Regroupement des Auberges du cœur du Québec-RACQ, Compilation des statistiques 2002-2003, Comité Évaluation et statistiques, RACQ, 30 p.

14  Anna Maria Colombo, La reconnaissance : un enjeu pour la sortie de la rue des jeunes de Montréal, Thèse de doctorat, Montréal, UQAM-INRS, 2008, p. 506.

15  Colette Thollet, « L’insertion professionnelle des jeunes au risque d’un effondrement narcissique », Journal des psychologues, no 201, octobre 2002, p. 3.

16  Anna Maria Colombo, op.cit., p.488.

17  Michel Vuille et Franz Schultheis, Entre flexibilité et précarité, regards croisés sur la jeunesse, Paris, l’Harmattan, Coll. Questions sociologiques, 2007 p. 16.

18  Mircea Vultur, « Les jeunes défavorisés et le système institutionnel étatique. Entre confiance et autorité institutionnelle », dans Confiance et lien social, sous la direction de C. Balsa, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2005, p.294.

19  Johanne Charbonneau et al. op. cit., p. 43.

20  Vincent De Gaulejac, La construction du sujet entre sociologie et psychanalyse, dans Récits de vie et sociologie clinique, Québec, Presse universitaires de Laval, 2007.

21  Robert Castel, « La précarité de l’individu par défaut. Entretien avec Robert Castel », dans L’Individu contemporain, Paris, Éditions Sciences humaine, 2006, p 152.

22  Laurence Roulleau-Berger, « La production d’espaces intermédiaires » , Hermes, 2003, p. 150.

23  Laurence Roulleau-Berger, « Jeunes, travail et insécurité salariale », Empan, 2003, p. 60.

24  Nancy Haley, Élise Roy, Pascale Leclerc, Eva Nonn et Jean-François Boivin, « Les jeunes de la rue : enjeux et défis », dans Adolescence en contexte urbain et implications cliniques, Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2007, p.146.

25  Gilles Bibeau et Marc Perreault, « Les gangs chez les néo-québécois : des espaces de vie pour quoi faire ? », dans Adolescence en contexte urbain et implications cliniques, Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2007, p.137-138.

26  David Le Breton, op. cit., p. 33.

27  Vincenzo Cicchelli, « L’éternel retour des défauts de la socialisation parentale pendant l’adolescence et la jeunesse : une revue des débats », Dialogues, 2001, p. 21-30.

28  Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975, p. 143.

29  Ronan Le Coadic,« L’autonomie, illusion ou projet de société ? », Cahiers internationaux de sociologie, n° 121, 2006/2, p. 333 et ss.

30  Emmanuel Renault, L’expérience de l’injustice, Paris, La Découverte, 2006, p. 236.

31  Un prénom fictif a été attribué aux jeunes dont les propos sont rapportés.

32  Environ 10% des jeunes mineurs sont intégrés dans un « programme » d’autonomie ou d’intégration sociale dans les Auberges. Ce programme a pour objectif de permettre à certains jeunes qui ne peuvent retourner vivre chez leurs parents de se trouver rapidement un emploi et un logement afin de subvenir à leurs besoins de base.

33  Les ex-résidants que nous avons rencontrés ont nécessairement tous maintenu des liens avec l’Auberge, nous l’avons dit. Nous n’avions pas accès aux jeunes qui n’avaient plus de contact avec les Auberges.

34  Serge Luba, Le logement innovateur pour jeunes personnes sans abri : Rapport final. Ottawa : SCHL, 2002. 

35  Mircea Vultur, « Aux marges de l'insertion sociale et professionnelle : Étude sur les jeunes « désengagés » », Nouvelles pratiques sociales, vol. 17 no 2. 2005, p. 103.

36  Edgar Morin, « Peut-on concevoir une science de l’autonomie ? », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 17, 1981, p. 255.

37  Emmanuel Renaut, « Reconnaissance ou validation ? La reconnaissance entre critique et idéologie », dans La validation des acquis de l’expérience, sous la direction de Frédéric Neyrat, Broisseux, Éditions du Croquant, 2007, p. 290.

38  Jocelyne Lamoureux, « Marges et citoyenneté », dans Sociologie et Société, vol. XXXIII, no 2 automne 2001, p.32.

39  Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal-RIOCM, Leur équilibre, notre déséquilibre, Rapport d’enquête sur les impacts de la transformation du réseau de la santé et des services sociaux à Montréal, Montréal, RIOCM, 1998, p. 8.

40  Abraham Franssen, « Le sujet au cœur de la nouvelle question sociale », La Revue nouvelle, 2003, p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François René et Michelle Duval, « Les pratiques d’affiliation dans les Auberges du cœur au Québec : partir de soi pour s’inscrire dans le monde », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°6 | Automne 2008, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sejed.revues.org/3742

Haut de page

Auteurs

Jean-François René

Jean-François René est professeur, École de travail social, Université du Québec à Montréal. Docteur en sociologie, il est diplômé en travail social. Il se préoccupe depuis plusieurs années des questions touchant à la pauvreté et à l’exclusion des jeunes et des familles. Ses travaux récents portent sur les pratiques et les méthodologies de recherches qui facilitent l’affiliation et la participation citoyenne.
Laurin (Isabelle), René (Jean-François), Dallaire (Nicole) et Ouellet (Francine) (2007). « Mères et pères en contexte de vulnérabilité. Une démarche de recherche participative visant à favoriser une prise de parole en tant que parents et citoyens », dans Problèmes sociaux tome 3, sous la direction de H. Dorvil, Québec, Presses de l’université du Québec, p. 491-520.
René (Jean-François), Soulières (Maryse) et Jolicoeur (Fanny) (2004). « La place et la participation des parents dans les Organismes Communautaires Famille : pratiques et défis pour une prise en charge citoyenne », Nouvelles pratiques sociales, vol. 17 no 1, automne 2004, p. 66-82.
Duval (Michel), Fontaine (Annie), Fournier (Danielle), Garon (Suzanne) et René (Jean-François), Les organismes communautaires au Québec; pratiques et enjeux, Montréal, Gaétan Morin éditeur, 2004, 176 p.

Michelle Duval

Professeure à l’École de travail social de l’Université du Québec à Montréal et ancienne organisatrice communautaire, Michelle Duval enseigne la méthodologie de l’action collective. Ses intérêts de recherche l’amènent à analyser les conditions d’exercice du politique, que ce soit dans les organismes communautaires, les groupes de femmes ou au sein de la société civile.
Duval (Michelle) (2008), « L’action collective pensée par Hannah Arendt : comprendre l’agir ensemble pour le favoriser », Service social, vol. 54 n°1.
Duval(Michelle) (2006), « Chapitre 28 – Les organismes communautaires comme lieux d’élargissement de l’espace démocratique » dans Fleury, M.-J., Tremblay, M., Nguyen, H. et L. Bordeleau, Le système sociosanitaire au Québec- Gouvernance, régulation et participation, Montréal, Gaëtan Morin, pp. 467-478.
Duval(Michelle), Sabourin(Cécile), Labrie(Danielle), Godard (Jacinthe) et Simard (Paule) (2005), « Le centre de femmes du Témiscamingue : un acteur majeur dans le développement local », Recherches féministes, vol. 18 n°1, pp. 117-136.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org