Navigation – Plan du site
Varia

La protection des enfants au cœur des premières poursuites intentées devant la Cour pénale internationale et le tribunal spécial pour la Sierra Leone

Anne Kalonji

Résumés

La situation des mineurs dans les conflits armés est particulièrement préoccupante notamment celle des enfants-soldats. Souvent enrôlés de force, ils sont de plus en plus nombreux dans les rangs des armés ou des rebelles et sur les champs de bataille. Dans ce domaine, les textes de droit international humanitaire n’ont pris en compte que tardivement les particularités de l’enfance dans les réponses à apporter. Ce n’est qu’avec la mise en place de juridictions internationales (cpi) ou internationalisées (tssl) qu’un véritable régime de protection des mineurs-soldats et de prévention de leur enrôlement s’est instauré. Ainsi, le recrutement, la conscription et le fait de faire participer activement des mineurs, de moins de 15 ou 18 ans selon les statuts des juridictions, sont aujourd’hui érigés en violations graves du droit humanitaire. À ce titre, quelques grandes figures des conflits armés contemporains, tels Thomas Lubanga Dyilo (République démocratique du Congo) ou Charles Taylor (Libéria), ont été déférées devant ces juridictions pour les faits de recrutement d’enfants-soldats. Ces procès ont été l’occasion de préciser la définition et le champ d’application de cette incrimination. Cette jurisprudence témoigne de l’intérêt particulier grandissant que porte la communauté internationale à l’enfance en temps de guerre.

Haut de page

Texte intégral

1N.B. : En raison de l’actualité, cet article est susceptible de contenir des informations qui ont été modifiées depuis sa rédaction.

2La protection des enfants pose des problèmes spécifiques dans les contextes difficiles, notamment en cas de conflit armé. Le mineur est bien souvent une victime passive de ce conflit, privé d’un cadre familial ou social stable, exposé à la violence voire à la barbarie. Le mineur peut aussi être une victime active. C’est le cas de l’enfant-soldat, notion dont la définition contemporaine est la suivante : tout mineur de moins de 18 ans enrôlé dans un groupe armé gouvernemental ou non gouvernemental, de manière forcée ou volontaire, qui prend une part active directe ou indirecte au conflit1.

3Une telle implication des mineurs dans les conflits armés n’est pas récente. Dans l’Antiquité, des enfants prenaient part à l’éducation militaire : les Spartiates donnaient à leurs garçons une éducation militaire dès l’âge de 7 ans et leur permettaient vers 12 ans de prendre les armes. Au Moyen Âge, les jeunes garçons étaient utilisés comme écuyers au service des chevaliers. Plus de 30 000 enfants se sont lancés sur les routes pour aller délivrer la Terre Sainte lors de la croisade des enfants de 12122. Plus récemment, les guerres mondiales ont été le théâtre de l’enrôlement de mineurs : la première fut l’occasion d’une importante propagande à destination des enfants, qui amena de nombreux adolescents dans les rangs de l’armée3 ; durant la seconde, beaucoup de jeunes se sont engagés dans les armées régulières ou parmi les résistants.

4C’est à la suite de ces conflits de la première moitié du xxe siècle que l’on voit apparaître les prémices d’une protection des enfants-soldats dans les conflits armés. Dès les conventions de Genève de 1949, une protection indirecte des mineurs-soldats est posée, mais il faut attendre 1977 et les protocoles additionnels à ces conventions pour que ces enfants soient expressément visés par les textes. Depuis lors, que ce soit en droit international humanitaire ou en droit des enfants, les textes n’ont cessé d’être plus précis et plus protecteurs. Cependant, si – jusqu’aux années 1990 – la lettre des textes offrait un cadre strict de protection des enfants-soldats, leur efficacité était contestée, les juridictions nationales chargées de leur mise en œuvre étant bien souvent dépassées par l’ampleur de ces crimes.

5L’objectif de cet article est de montrer comment, constatant ces limites et bien d’autres, face à la progression exponentielle de la violence en temps de conflits armés, la communauté internationale s’est concentrée sur la mise en place de juridictions pénales internationales. Le mouvement a débuté avec la création d’une juridiction temporaire, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie en 1994, pour aboutir à la naissance d’une juridiction permanente, la Cour pénale internationale, en 1998. Toujours pour pallier aux difficultés rencontrées par les juridictions nationales, des juridictions dites mixtes ont été mises en place ; il s’agit de juridictions ad hoc mêlant les ordres judiciaires interne et international. Les infractions sont constituées de violations du droit international humanitaire mais aussi du droit interne à chaque pays. Les juges sont nommés parmi les ressortissants de l’État dans lequel est implantée la juridiction, mais aussi parmi les ressortissants d’États étrangers. Il en est ainsi du Tribunal spécial pour la Sierra Leone créé en 2002.

6Depuis mars 2006, de nombreux chefs de guerre ont été arrêtés parmi lesquels Thomas Lubanga Dyilo, dirigeant d’un groupe armé en République démocratique du Congo, et Charles Taylor, ancien président du Libéria. L’un est le premier prévenu arrêté et remis à la Cour pénale internationale (cpi) depuis l’entrée en vigueur de son statut le 1er juillet 2002. Il n’est poursuivi que pour enrôlement, conscription et participation active d’enfants aux hostilités. L’autre, premier chef d’État africain à comparaître devant une juridiction internationale, a été extradé et remis au Tribunal spécial pour la Sierra Léone (tssl). De nombreuses charges sont retenues contre lui, dont le recrutement d’enfants-soldats.

7Ces affaires constituent une avancée considérable dans le domaine de la protection des mineurs en droit international. Elles démontrent, d’une part, l’intérêt que porte la cpi à la protection des mineurs par le droit humanitaire laquelle a ouvert son premier procès, depuis son entrée en vigueur, sur une affaire d’enrôlement, de conscription et de participation active d’enfants à des conflits armés. En ne retenant que ce chef d’accusation à l’encontre de son premier prévenu, la Cour a entendu envoyer un message fort à la communauté internationale : les violations du droit humanitaire des enfants ne sauraient rester impunies. Elles démontrent, d’autre part, la nécessité d’une collaboration entre juridictions internationales et juridictions mixtes dans l’établissement d’une nouvelle jurisprudence concernant les violences contre les enfants en temps de conflits armés. Seule une telle collaboration permettrait d’aboutir à la condamnation des chefs de guerre impliqués dans l’enrôlement, le recrutement et la participation active d’enfants à des conflits armés, de supprimer l’impunité qui règne actuellement dans ce domaine et de prévenir de nouveaux recrutements d’enfants-soldats.

8Si 2006 fut marquée par les poursuites, 2007 le fut par les condamnations, particulièrement celles de certains chefs de guerre Sierra-léonais, proches de Taylor. Textes anciens, juridictions nouvelles, poursuites récentes, premières condamnations : il est permis d’y voir une évolution prometteuse.

Des textes de portée limitée

9L’enrôlement des mineurs est interdit par de nombreux textes internationaux, qu’ils relèvent du droit international humanitaire, du droit des enfants ou des droits de l’homme.

10Cette dernière expression désigne « l’ensemble des facultés et prérogatives considérées comme appartenant naturellement à tout être humain dont le droit public, notamment constitutionnel, s’attache à imposer à l’État le respect et la protection en conformité avec certains textes de portée universelle4 ». Les droits de l’enfant sont la partie des droits de l’homme expressément consacrée aux enfants. Quant au droit international humanitaire ou jus in bello, c’est celui qui, en cas de conflit armé, règle la conduite des hostilités, les rapports entre les combattants ainsi que leurs relations avec la population civile5. Il est constitué par les conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles de 1977, textes dans lesquels ont été posées les bases de la protection des mineurs soldats. En effet, la quatrième de ces conventions, relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, interdit à la puissance occupante de recruter des « personnes protégées » de la partie occupée dans ses forces militaires6. Elle interdit aussi une participation indirecte au conflit des mineurs de la partie occupée7. Toutefois, les mineurs de la partie occupante ne sont pas visés par cette interdiction. Ce n’est qu’en 1977, lors de la rédaction des protocoles additionnels à ces conventions, que l’on voit apparaître expressément des restrictions portant sur la participation des enfants aux conflits armés8. Par la suite, la Convention relative aux droits de l’enfant de 1989 va reprendre les dispositions du Protocole I9. De même, la Charte africaine des droits et du bien être de l’enfant (juillet 1990) interdit aux États d’enrôler des enfants10. La Convention sur les pires formes de travail des enfants considère l’enrôlement des mineurs comme étant une telle forme de travail prohibé11. Néanmoins, pour compléter ces textes encore insuffisants, un protocole a été ajouté, le 25 mai 2000, à la Convention sur les droits de l’enfant, visant particulièrement les mineurs impliqués dans les conflits armés12 et consacrant de nombreux articles aux enfants-soldats. La coutume internationale établissait bien avant l’adoption de ces textes l’interdiction de l’utilisation de mineurs en tant que membres des forces armées, mais il a fallu attendre un arrêt du 31 mai 2004 de la chambre d’appel du tssl pour qu’elle s’impose d’un point de vue juridique13.

11Cet ensemble conventionnel n’a cependant qu’une portée limitée : il ne s’agit que de règles « primaires » qui interdisent un comportement tout en laissant la mise en œuvre des sanctions à la libre disposition des États concernés, c’est-à-dire bien souvent impliqués eux-mêmes dans le recrutement des mineurs au sein des conflits armés.

12Pour que la responsabilité individuelle des recruteurs d’enfants-soldats soit effectivement mise en cause, il a fallu attendre l’adoption de règles « secondaires » à savoir la création de juridictions à vocation internationale.

Le rôle croissant des juridictions internationales et internationalisées

13La naissance de juridictions internationales n’a pas été chose facile face à la souveraineté des États, en particulier dans le domaine pénal.

14Le chantier débute avec la création du Tribunal militaire international de Nuremberg, établi par l’accord de Londres du 8 août 1945 pour juger « les grands criminels de guerre » de la seconde guerre mondiale. Ce tribunal d’un seul procès a permis de poser les bases de nos juridictions pénales internationales actuelles.

15Le premier tribunal intitulé pénal, créé par l’onu, est le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (tpiy)14. Juridiction ad hoc, il a pour objectif de juger et condamner les responsables des pratiques de « purification ethnique » qui se sont déroulées en Bosnie-Herzégovine depuis 199115 ainsi que les criminels de guerre impliqués dans la guerre civile en ex-Yougoslavie. Son statut vise les violations des Conventions de Genève de 1949 et de ses protocoles de 1977 mais également celles des lois et coutumes de la guerre, les crimes de génocide et les crimes contre l’humanité. Le tribunal peut être saisie sur réquisition du procureur16 qui décide, soit d’office, soit après réception de renseignements par des organismes gouvernementaux, intergouvernementaux ou non gouvernementaux, ou des organes des Nations unies, d’ouvrir une information. Il ne peut prononcer que des peines d’emprisonnement.

16Sur le même modèle est ensuite créé le Tribunal pénal international pour le Rwanda (tpir)17. Sa création intervient suite au massacre de plusieurs milliers de Tutsis. Il est compétent pour « juger les personnes présumées responsables d’actes de génocide ou d’autres violations graves du droit international humanitaire commis sur le territoire du Rwanda et les citoyens Rwandais présumés responsables de tels actes et violations commis sur le territoire d’États voisins, entre le 1er janvier et le 31 décembre 199418 ». La compétence de ce tribunal est limitée aux crimes de génocide, aux crimes contre l’humanité et aux violations de l’article 3 commun aux conventions de Genève de 1949, et du protocole additionnel II de 1977.

17L’efficacité de ces juridictions pour la protection des droits de l’enfant est particulièrement limitée. En effet, aucune des infractions définies dans les statuts ni aucune condamnation prononcée n’a expressément fait référence au sort des enfants. Ces derniers n’ont jusqu’à présent bénéficié que d’une protection indirecte en tant que membres de la population civile. Par la suite, la création de la Cour pénale internationale et du Tribunal spécial pour la Sierra-Leone va permettre une meilleure prise en compte de la condition des mineurs, notamment ceux impliqués activement dans les conflits armés.

18La cpi est fondée par une convention internationale dite Statut de Rome le 17 juillet 199819. Il s’agit d’une cour permanente compétente pour connaitre les crimes de guerre, les crimes de génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes d’agression intervenus après son entrée en vigueur. Elle n’est pas compétente pour juger des mineurs de moins de 18 ans. Cette juridiction peut être saisie d’office par le procureur, par un État partie ou par le Conseil de sécurité agissant en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies20. La cour peut prononcer des peines d’emprisonnement mais aussi, pour la première fois, des amendes et des confiscations. La grande innovation posée par ce statut dans le domaine qui nous intéresse est la qualification expresse de l’enrôlement et du recrutement d’enfants comme crimes de guerre21.

19C’est dans le contexte de l’entrée en fonction de la cpi, le 1er juillet 2002, qu’est créé le tssl. Sa fondation résulte d’un accord passé entre le gouvernement sierra-léonais et l’onu le 16 janvier 2002, dans le but de « poursuivre les personnes qui portent la responsabilité la plus lourde des violations graves du droit international humanitaire et du droit sierra-léonais commis sur le territoire de la Sierra Leone depuis le 30 novembre 199622 ». Le tribunal est compétent pour juger des crimes contre l’humanité23, des violations de l’article 3 commun aux Conventions de Genève24, des autres violations graves du droit international humanitaire25 et de certains crimes au regard du droit sierra-léonais26 commis par toute personne de plus de 15 ans27, y compris certains dirigeants et membres du personnel de maintien de la paix. Notons qu’il s’agit de la seule cour pénale internationale autorisée à juger des mineurs qui ne peuvent cependant pas être punis d’emprisonnement. Notons également que l’article 4.c du Statut qualifie l’enrôlement d’enfants dans les forces armées de violation grave du droit humanitaire. Le tssl est composé d’un procureur, de huit à onze juges répartis entre la chambre de première instance et la chambre d’appel, et d’un greffe. Le procureur est chargé d’exercer les poursuites et les magistrats peuvent prononcer des peines d’emprisonnement, sauf pour les mineurs, et des confiscations.

20Le tssl et la cpi sont les deux juridictions qui se sont montrées les plus actives en matière de traitement des recruteurs d’enfants dans les conflits armés.

Des poursuites judiciaires qui ciblent la protection des mineurs

21Avant d’évoquer précisément les faits objets de poursuite, il convient de rappeler les circonstances du conflit civil qui s’est déroulé en Sierra Leone dans le années 1990. Dès 1991, le ruf28, dirigé par Foday Sankoh, tente de renverser le gouvernement sierra-léonais, présidé par Ahmed Tejan Kabbah. En 1996, les deux dirigeants signent alors un accord de paix, mais un second groupe armé, l’afrc29, mené par Johnny Paul Koroma prend le pouvoir par coup d’état en mai 1997, avant de s’allier au ruf pour former « la Junte ». Une résistance se met en place sous la direction de Hinga Norman, coordinateur des forces de défense civile, les cdf. En février 1998, la Junte est destituée par les cdf et Kabbah reprend le pouvoir le mois suivant. Dès lors, de nombreux affrontements ont lieu entre les cdf et les deux autres mouvements, bien souvent au détriment de la population civile prise en otage ou pour cible par la Junte. Bien qu’un traité de paix soit signé entre Sankoh et Kabbah en juillet 1999, les affrontements vont perdurer jusqu’au 18 janvier 2002, date à laquelle le conflit armé sierra-léonais est officiellement clos.

22Charles Taylor est président du Liberia, État frontalier de la Sierra Leone, de 1997 à 2003. Au cours de son mandat, il finance le ruf, grâce à un important trafic d’armes et de diamants, et soutient son rapprochement avec l’afrc. Or ces deux groupements ont commis de nombreux kidnappings d’enfants afin de les enrôler de force dans leurs rangs. Aussi tous les actes d’accusation émis par le tssl à l’encontre des membres du ruf et de l’afrc mentionnent-ils l’utilisation d’enfants-soldats. De même, l’acte d’accusation émis contre Charles Taylor le 16 mars 2006 retient, parmi onze charges, l’enrôlement ou la conscription d’enfants de moins de quinze ans dans les forces armées ou leur utilisation pour une participation active aux hostilités :

23« Entre le 30 novembre 1996 et le 18 janvier 2002, en République de Sierra Leone, des membres du ruf, de l’afrc, de la Junte afrc/ruf ou de l’alliance et/ou des combattants libériens, assistés et encouragés par, agissant concurremment avec, sous la direction et/ou sous le contrôle de, et/ou subordonnés à l’accusé, ont régulièrement conscrit, enrôlé et/ou utilisé des garçons et des filles de moins de 15 ans pour participer activement aux conflits. Plusieurs de ces enfants ont d’abord été kidnappés, puis entraînés dans les camps de l’afrc et/ou du ruf à divers endroits du pays, et par la suite utilisés comme combattants30. »

24Suite à cet acte d’accusation, une demande d’extradition est adressée par le Liberia au Nigeria. Après que cette dernière soit acceptée, Charles Taylor est arrêté le 29 mars et remis au tribunal spécial puis transféré à La Haye où le tssl siège dans cette affaire pour des raisons de sécurité. La première audience publique a lieu les 3 et 4 avril 2006 et l’affaire est toujours en jugement.

25Parallèlement à l’affaire Taylor, se déroule l’arrestation et la présentation devant le tssl de nombreux hauts gradés membres du cdf, de l’afrc ou du ruf. S’il peut être reproché à ces procès de ne viser que des « second couteaux », les principaux dirigeants étant décédés avant ou durant les procédures, ils sont l’occasion des premières condamnations prononcées par le tssl. Les membres de l’afrc déférés devant la Cour, à savoir Alex Tamba Brima, Brima Bazzy Kamara et Santigie Borbor Kanu ont tous les trois été reconnus coupables, le 20 juin 2007, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité parmi lesquels le recrutement, l’enrôlement et la participation active de mineurs de 15 ans à un conflit armé. Ils ont ensuite été condamnés à des peines d’emprisonnement allant de 45 à 50 ans, le 19 juillet 2007. Concernant les membres des cdf, seul Allieu Kondewa a été reconnu coupable, le 2 août 2007, de recrutement, d’enrôlement et de participation active de mineurs de 15 ans dans un conflit armé. Le 9 octobre 2007, le tribunal l’a condamné pour ce fait à 7 ans d’emprisonnement31.

26Quant aux poursuites ayant lieu devant la cpi, elles s’inscrivent dans le cadre du conflit armé de l’Iturie, région située à l’est de la République démocratique du Congo (rdc). Depuis l’arrivée massive de réfugiés rwandais en 1994, suite au génocide perpétré dans leur État, la situation économique de la rdc s’est aggravée. Face au gouvernement dictatorial dirigé par Mobutu Sesse Seko, l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (afdl), menée par Laurent Désiré Kabila, se forme à l’est du pays. L’Ouganda et le Rwanda soutiennent alors Kabila. Ce dernier renverse Mobutu en 1997. Le nouveau président souhaite limiter l'influence de l'Ouganda et du Rwanda en rdc. Un nouveau groupe armé, le Rassemblement congolais pour la démocratie (rcd), se forme face au nouveau pouvoir ; il est composé de réfugiés Tutsis et de soldats Congolais démobilisés, soutenu militairement par le Rwanda et l'Ouganda. Kabila est alors soutenu militairement par l'Angola, le Zimbabwe et la Namibie. Le groupe rebelle prend très vite le contrôle de la moitié du pays. Suite à des scissions au sein de l’opposition, le Mouvement de libération du Congo (mlc) est créé sous la direction de Jean-Pierre Bemba, avec le soutien de l’Ouganda. Dès lors, les conflits s’intensifient à l’Est du pays impliquant de nombreux groupes congolais mais aussi des armées étrangères. Kabila est assassiné en janvier 2001, le gouvernement passe alors aux mains de son fils Joseph. Malgré ce changement de pouvoir, les affrontements perdurent à l’est du pays impliquant de plus en plus de groupes rebelles tels que la Force de résistance patriotique en Iturie (frpi) sous la direction de Germain Katanga.

27Thomas Lubanga Dyilo, ancien militaire au sein du rcd, est nommé président de l’Union des patriotes Congolais (upc), un nouveau groupe armé formé par l’Ouganda le 15 septembre 2000. En septembre 2002, sont créées, à l’initiative de Lubanga Dyilo et sous son commandement, les Forces patriotiques pour la libération du Congo (fplc) comme aide militaire de l’upc. Après enquête, il a été prouvé que les fplc avaient recruté des enfants pour participer aux conflits en Iturie entre octobre 2002 et juin 2003. À la différence du tssl, la cpi, dans le mandat d’arrêt émis le 10 février 2006, n’a retenu à l’encontre de Thomas Lubanga Dyilo que les charges relatives à l’enrôlement, la conscription et la participation active aux hostilités de mineurs de moins de quinze ans :

28« Attendu qu'il y a des motifs raisonnables de croire que de juillet 2002 à décembre 2003, des membres des fplc ont commis des actes répétés d'enrôlement dans les fplc d'enfants de moins de quinze ans qui ont été formés dans les camps d'entraînement des fplc de Bule, Centrale, Mandro, Rwampara, Bogoro, Sota et Irumu ; »

29Attendu qu'il y a des motifs raisonnables de croire que de juillet 2002 à décembre 2003, des membres des fplc ont commis des actes répétés de conscription dans les fplc d'enfants de moins de quinze ans qui ont été formés dans les camps d'entraînement des fplc de Bule, Centrale, Mandro, Rwampara, Bogoro, Sota et Irumu ;

30« Attendu qu'il y a des motifs raisonnables de croire que durant la période en cause, des membres des fplc ont, de manière répétée, fait participer activement des enfants de moins de quinze ans à des hostilités survenues à Libi et Mbau en octobre 2002, à Largu au début de 2003, à Lipri et Bogoro en février et mars 2003, à Bunia en mai 2003 et à Djugu et Mongwalu en juin 2003 ; »

31« Attendu qu'il y a des motifs raisonnables de croire que la politique/pratique présumée de l'upc/fplc consistant à procéder à l'enrôlement ou à la conscription dans les fplc d'enfants de moins de quinze ans et à les faire participer activement à des hostilités était mise en œuvre dans le contexte du conflit en Iturie et en association avec celui-ci […] ; »

32« Attendu que pour les raisons susmentionnées, il y a des motifs raisonnables de croire que M. Thomas Lubanga Dyilo est pénalement responsable en vertu de l'alinéa a) du paragraphe 3 de l'article 25 du Statut :

33du crime de guerre consistant à procéder à l'enrôlement d'enfants de moins de quinze ans, sanctionné par le point xxvi) de l'alinéa b) du paragraphe 2 de l'article 8 ou par le point vu) de l'alinéa e) du paragraphe 2 de l'article 8 du Statut ;

34ii) du crime de guerre consistant à procéder à la conscription d'enfants de moins de quinze ans, sanctionné par le point xxvi) de l'alinéa b) du paragraphe 2 de l'article 8 ou par le point vu) de l'alinéa e) du paragraphe 2 de l'article 8 du Statut ; et

35iii) du crime de guerre consistant à faire participer activement des enfants de moins de quinze ans à des hostilités, sanctionné par le point xxvi) de l'alinéa b) du paragraphe 2 de l'article 8 ou par le point vu) de l'alinéa e) du paragraphe 2 de l'article 8 du Statut. », icc-01/04-01/06, 10 février 2006. »

36M. Lubanga Dyilo était incarcéré depuis mars 2005 à Kinshasa. La Chambre préliminaire I de la cpi a adressé aux autorités congolaises une demande de remise. Lubanga Dyilo a été remis à la Cour le 17 mars 2006. Il a comparu en première audience publique le 20 mars.

37La procédure a permis de préciser les éléments constitutifs des crimes de guerre impliquant des mineurs de 15 ans dans un conflit armé international ou non international et de présenter des preuves affirmant que Thomas Lubanga Dyilo avait bien réalisé chacun de ces éléments. Tout d’abord, le conflit armé se déroulant en Iturie a été qualifié à la fois de conflit armé international et non-international. Ensuite, il a été établi qu’il y avait eu conjointement enrôlement, conscription et participation active32 de mineurs de quinze ans au conflit. Sur la question de la responsabilité, la Cour a défini la notion de coaction33 entrainant une responsabilité pénale qui « repose sur l’idée que les auteurs principaux du crime se trouvent exclusivement parmi ceux qui détiennent le contrôle de la commission de l’infraction et qui ont conscience qu’ils détiennent un tel contrôle »34. Elle a ensuite appliqué cette notion au cas d’espèce en affirmant que Thomas Lubanga Dyilo avait été un dirigeant de droit et de fait et qu’il avait conscience de prendre les décisions en dernier ressort. Elle a, dans le même temps, établi que ces décisions devaient être prises dans le cadre d’un plan commun35. Enfin les juges ont retenu qu’il existait des preuves suffisantes donnant des motifs substantiels de croire que Lubanga Dyilo avait conscience du fait que le plan dont il était l’auteur impliquerait des enfants, qu’il avait connaissance de l’enrôlement, de la conscription et de la participation active de mineurs de 15 ans aux conflits armés et qu’il acceptait ce résultat.

38En conséquence, la Chambre préliminaire a renvoyé en jugement Thomas Lubanga Dyilo dans une décision du 29 janvier 200736.Ce jugement est attendu.

39Une nouvelle affaire est en cours depuis le 2 juillet 2007, date d’émission du mandat d’arrêt à l’encontre de Germain Katanga, ancien dirigeant du FRPI. Les charges retenues sont entre autres la participation active des mineurs de moins de 15 ans aux hostilités :

40« Attendu qu'il y a des motifs raisonnables de croire que de juillet 2002 à la fin de 2003, un conflit armé a eu lieu sur le territoire de l'Iturie et a opposé de manière prolongée des groupes armés basés sur ce territoire qui possédaient une organisation hiérarchique et une capacité de concevoir et de mener des opérations militaires prolongées, notamment, le Front des nationalistes et intégrationnistes (« le fni »), la Force de résistance patriotique en Iturée (« le frpi »), l'Union des patriotes Congolais (« l'upc »)/les Forces patriotiques pour la libération du Congo (« les fplc ») et le Parti pour l'unité et la sauvegarde de l'intégrité du Congo (« le pusic »), […]

41Attendu également qu'il y a des motifs raisonnables de croire que des membres du fni et du frpi ont fait participer activement des enfants de moins de 15 ans à cette attaque, […]

42Attendu qu'il y a des motifs raisonnables de croire que Germain Katanga, en sa qualité de plus haut commandant du frpi, a contribué de manière essentielle à la mise en œuvre du plan commun en le planifiant et en ordonnant à ses subordonnés de l'exécuter,

43Attendu que pour les raisons susmentionnées, il y a des motifs raisonnables de croire que Germain Katanga est pénalement responsable en vertu de l'article 25-3-a ou alternativement de l'article 25-3-b du Statut : […]

44v) du crime de guerre consistant à faire participer activement des enfants de moins de quinze ans à des hostilités sanctionnées par l'article 8-2-bxxvi ou 8-2-e-vii du Statut.

45Attendu qu'il y a des motifs raisonnables de croire que l'arrestation de Germain Katanga apparaît nécessaire à ce stade pour garantir qu'il comparaîtra devant la Cour, au sens de l'alinéa i) et ii) de l'article 58-1-b du Statut […] », icc-01/04-01/07 »

46La décision de procéder à cette nouvelle enquête montre la volonté de la Cour de mettre en place un système effectif de protection des mineurs qui s’inscrit dans un mouvement d’investigations systématiques à l’encontre des recruteurs d’enfants dans les conflits armés.

47Nous assistons à une prise en compte réelle du sort des enfants par les juridictions pénales internationales. Si la protection concerne essentiellement les enfants-soldats, il faut espérer que les juridictions vont progressivement prendre en compte les atteintes à l’enfance de manière plus vaste, soit en s’intéressant davantage à la protection des enfants victimes des conflits armés37 ou simplement à la violation des droits des enfants, soit en retenant comme circonstance aggravante le fait que la victime soit mineure comme le fait déjà le tssl.

Haut de page

Bibliographie

Audoin-Rousseau (Stéphane), « Quand les enfants font la guerre », l’Histoire, n°169, septembre 1993, p. 6-12.

Bouchet-Saulnier (Françoise), Dictionnaire pratique du droit humanitaire, Paris, la Découverte, 3ème édition, 2006.

Brisset (Claire), Un monde qui dévore ses enfants, Paris, éd. Liana Levi,   1997, 100 p.

Cornu (Gérard), Vocabulaire juridique, Paris, puf Quadrige, 7ème édition,   986 p.

Huet (André) et Koering-Joulain (Renée), Droit pénal international, puf, 2005.

Legrand (Jean-Claude), « Relever le défi d’une véritable rupture avec le cycle de la violence » dans La guerre, enfants admis, coédition grip, éditions Complexe, 2001, 144 p.

Haut de page

Notes

1 Préambule du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés, Assemblée générale des Nations unies, Res 54/263, 25 mai 2000, entré en vigueur le 12 février 2002.
2 Claire Brisset, Un monde qui dévore ses enfants, Paris, éd. Liana Levi, 1997, p. 77 sq.
3 Stéphane Audoin-Rousseau, « Quand les enfants font la guerre », l’Histoire, n° 169, septembre 1993, p. 6-12.
4 Gérard Cornu, Vocabulaire juridique, Paris, puf Quadrige, 7e édition, p. 330.
5 Françoise Bouchet-Saulnier, Dictionnaire pratique du droit humanitaire, Paris, la Découverte, 3e édition, 2006.
6 Article 51 de la Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre du 12 août 1949 : « La Puissance occupante ne pourra pas astreindre des personnes protégées à servir dans ses forces armées ou auxiliaires. Toute pression ou propagande tendant à des engagements volontaires est prohibée […] ».
7 « Elle ne pourra astreindre au travail des personnes protégées que si elles sont âgées de plus de dix-huit ans ; il ne pourra s'agir toutefois que de travaux nécessaires aux besoins de l'armée d'occupation ou aux services d'intérêt public, à l'alimentation, au logement, à l'habillement, aux transports ou à la santé de la population du pays occupé. Les personnes protégées ne pourront être astreintes à aucun travail qui les obligerait à prendre part à des opérations militaires. […] », ibid.
8 Article 77§2 du Protocole additionnel aux conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I) du 8 juin 1977 : « Les Parties au conflit prendront toutes les mesures possibles dans la pratique pour que les enfants de moins de quinze ans ne participent pas directement aux hostilités, notamment en s'abstenant de les recruter dans leurs forces armées. Lorsqu'elles incorporent des personnes de plus de quinze ans mais de moins de dix-huit ans, les Parties au conflit s'efforceront de donner la priorité aux plus âgées. » ; article 4§3-c du Protocole additionnel aux conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés non internationaux (Protocole II), 8 juin 1977 : « Les enfants de moins de quinze ans ne devront pas être recrutés dans les forces ou groupes armés, ni autorisés à prendre part aux hostilités. »
9 Article 38§2 et §3 de la Convention sur les droits de l’enfant du 20 novembre 1989 : « Les États parties prennent toutes les mesures possibles dans la pratique pour veiller à ce que les personnes n'ayant pas atteint âge de 15 ans ne participent pas directement aux hostilités ; les États parties s'abstiennent d'enrôler dans leurs forces armées toute personne n'ayant pas atteint âge de 15 ans. Lorsqu'ils incorporent des personnes de plus de 15 ans mais de moins de 18 ans, les États parties s'efforcent d'enrôler en priorité les plus âgées. »
10 Article 22§2 de la Charte : « Les États parties à la présente Charte prennent toutes les mesures nécessaires pour veiller à ce qu’aucun enfant ne prenne directement part aux hostilités et en particulier, à ce qu’aucun enfant ne soit enrôlé sous les drapeaux. »
11 Article 3-a de la Convention sur les pires formes de travail des enfants du 17 juin 1999 : « Aux fins de la présente convention, l'expression les pires formes de travail des enfants comprend : toutes les formes d'esclavage ou pratiques analogues, telles que la vente et la traite des enfants, la servitude pour dettes et le servage ainsi que le travail forcé ou obligatoire, y compris le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés. »
12 Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés adoptée par l’onu le 25 mai 2000, résolution a/res/54/263.
13 scsl-2004-14-ar72 (e), 14 juin 2004, Décision sur la requête préliminaire basée sur le défaut d’incrimination.
14 Statut du tpiy, Conseil de sécurité, s/res/827 (1993), 25 mai 1993.
15 André Huet et Renée Koering-Joulain, Droit pénal international, puf, 2005, p. 28-31.
16 Art. 18, 19 et 20, Statut du tpiy, s/res/827 (1993), 25 mai 1993.
17 Statut du tpir, Conseil de sécurité, s/res/955 (1994), 8 novembre 1994.
18 Ibid.
19 Statut de Rome, a/conf.183/9, 17 juillet 1998, entré en vigueur le 1er juillet 2002.
20 Charte des Nations unies, 26 juin 1945, entrée en vigueur le 24 octobre 1945, chapitre VII : « Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’acte d’agression », art. 39-51.
21 Voir les articles 8-2-b-xxvi, 8-2-e-vii du Statut de Rome, a/conf.183/9, 17 juillet 1998.
22 Article 1 de l’Accord entre l’Organisation des Nations unies et le Gouvernement sierra-léonais sur la création d’un Tribunal spécial pour la Sierra Leone, 16 janvier 2002.
23 Article 2 du Statut du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, 16 janvier 2002.
24 Article 3 du Statut du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, 16 janvier 2002.
25 Article 4 du Statut du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, 16 janvier 2002 : « Le Tribunal spécial est habilité à juger les personnes accusées d’avoir commis les violations graves ci-après du droit international humanitaire : […] c) Recrutement et enrôlement d’enfants âgés de moins de 15 ans dans des forces ou groupes armés en vue de les faire participer activement aux hostilités. »
26 Article 5 du Statut du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, 16 janvier 2002 : « Le Tribunal spécial sera habilité à juger les personnes accusées d’avoir commis les crimes ci-après au regard du droit sierra-léonais :

a) sévices à l’encontre de fillettes [loi de 1926 relative à la prévention de la cruauté à l’encontre d’enfants (chap. 31)] :

i) sévices à l’encontre de fillettes de moins de 13 ans en violation de l’article 6 ;

ii) sévices à l’encontre de fillettes âgées de 13 ou 14 ans en violation de l’article 7 ;

iii) enlèvement de fillettes à des fins immorales en violation de l’article 12 ;

b) destruction gratuite de biens (loi relative aux dommages volontaires de 1861) :

i) incendie de maisons alors qu’une personne quelconque s’y trouve, en violation de l’article 2 ;

ii) incendie d’édifices publics ou autres, en violation des articles 5 et 6 ;

iii) incendie d’autres édifices, en violation de l’article 6 ».

27 Article 7, ibid., intitulé « De la compétence pour juger les mineurs 15 ans ».
28 Le Revolutionary United Front est un groupement rebelle impliqué dans la guerre civile sierra-léonaise de novembre 1996 à janvier 2002.
29 L’Armed Forces Revolutionary Council est responsable du coup d’État contre le gouvernement sierra-léonais du 27 mai 1997.
30 “Between about 30 November 1996 and about 18 January 2002, throughout the Republic of Sierra Leone, members of ruf, afrc, afrc/ruf Junta or alliance and/or Liberian fighters, assisted and encouraged by, acting in concert with, under the direction and/or control of, and/or subordinated to the accused, routinely conscripted, enlisted and/or used boys and girls under the age of 15 to participate in active hostilities. Many of these children were first abducted, then trained in afrc and/or ruf camps in various locations throughout the country, and thereafter used as fighters.”, Case n° scsl-2003-01-I, p. 3166 (traduction de l’anglais par l’auteur).
31 scsl-04-14-t, 9 octobre 2007.
32 La Cour a précisé que : « Le fait de participer activement signifie non seulement une participation directe aux hostilités, c’est-à-dire aux combats, mais couvre également le fait de participer activement à des activités en rapport avec les combats, telles que la reconnaissance, l’espionnage, le sabotage, ainsi que l’utilisation d’enfants comme leurres ou comme messagers ou encore, leur utilisation aux postes de contrôle militaire. À cet égard, la Chambre considère que les articles 8.2.b).xxvii) et 8.2.e).vii ne peuvent être appliqués quand l’activité en question est sans lien avec les hostilités. La Chambre a considéré que ces articles sont applicables dans le cas de l’utilisation d’enfants pour protéger des objectifs militaires, tels que les quartiers militaires des différentes unités des parties au conflit ou l’intégrité physique des commandants militaires, en particulier lorsque les enfants sont utilisés comme garde du corps. », icc-01-04-01-06-t-48-fr, 29 janvier 2007.
33 Article 25.3.a) du Statut de Rome, a/conf.183/9, 17 juillet 1998 : « Aux termes du présent Statut, une personne est pénalement responsable et peut être punie pour crime relevant de la compétence de la Cour si elle commet un tel crime, que ce soit individuellement, conjointement avec une autre personne ou par l’intermédiaire d’une autre personne, que cette personne soit ou non pénalement responsable. »
34 icc-01-04-01-06-t-48-fr, 29 janvier 2007.
35 Article 8.1 du Statut de Rome, a/conf.183/9, 17 juillet 1998 : « La Cour a compétence à l’égard des crimes de guerre, en particulier lorsque ces crimes s’inscrivent dans le cadre d’un plan ou d’une politique ou lorsqu’ils font partie d’une série de crimes analogues commis sur une grande échelle. »
36 icc -01/04-01/06-803.
37 Notons que le Fonds d’affectation spéciale au profit des victimes, organe indépendant créé en parallèle de la cpi, par le Statut de Rome, prévoit de donner une assistance financière sous la forme notamment d’octroi de dommages et intérêts au profit des victimes de génocides, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. De plus, les enfants-soldats peuvent bénéficier du programme ddr (désarmement, démobilisation et réinsertion) mis en place par l’unicef qui a pour objectif de sortir les enfants du cadre militaire pour les réintroduire dans la vie civile et leur offrir une formation scolaire et professionnelle. (Pour aller plus loin, voir Jean-Claude Legrand, Relever le défi d’une véritable rupture avec le cycle de la violence. La guerre, enfants admis, coédition grip, éditions Complexe, 2001.)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Kalonji, « La protection des enfants au cœur des premières poursuites intentées devant la Cour pénale internationale et le tribunal spécial pour la Sierra Leone », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°6 | Automne 2008, mis en ligne le 30 janvier 2009, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/4933

Haut de page

Auteur

Anne Kalonji

Anne Kalonji est doctorante en droit pénal international au sein de l’Équipe poitevine de recherche et d’encadrement doctoral et ATER auprès de la Faculté de droit de Poitiers. Titulaire d’un DEA en droit pénal et sciences criminelles obtenu en 2005, elle réalise actuellement une thèse sur les enfants dans la guerre : approches juridique et criminologique. Elle a participé au 25ème congrès français de criminologie sur « Les jeunes et la loi. Nouvelles transgressions ? Nouvelles pratiques ? » des 14, 15 et 16 novembre 2007, sur le thème des réponses pénales à la délinquance des mineurs, en collaboration avec Laurence Leturmy, Marie Tinel et Jérome Bossan.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org