Navigation – Plan du site
Varia

Le centre de formation : une courroie de transmission non négligeable dans la construction de la professionnalité des éducateurs spécialisés

Edith Montmoulinet

Résumés

Les premières écoles d’éducateurs spécialisés naissent en plein cœur de la guerre. Chacune revendique ardemment son identité, ses méthodes et ses références propres. Cette diversité demeure en dépit des tentatives d’harmonisation opérées tout d’abord par le premier texte régissant le contenu de la formation de 1967, puis par la réforme de 1990. Cependant, la transmission d’une identité professionnelle commune semble faire fi de cette pluralité de conceptions et de pratiques pédagogiques. La socialisation professionnelle des futurs éducateurs spécialisés puise ses racines dans un héritage encore bien vivant. Le modèle professionnel d’origine semble perdurer, tout en s'actualisant. Le curriculum formel en garde les traces fondatrices, en dépit des modifications opérées au fil des réformes du diplôme d’Etat. Le curriculum latent conforte et renforce l’inculcation des valeurs pionnières du secteur éducatif, en prenant appui sur une homologie entre les modalités pédagogiques et d’admission (des centres de formation) et éducatives (adoptées par les professionnels). En partant de questionnements simples : qui, comment et que forme-t-on ? Notre analyse comparative de cinq centres de formation de France1 a permis, de rendre compte de cette reproduction2. Les effets de la formation ne se présentent pas pleinement en adéquation avec les attendus pédagogiques affichés et recherchés explicitement par les acteurs institutionnels, mais s’avèrent davantage en accord avec les curricula cachés professionnellement valorisés. En dépit de sa forte dimension programmatique et prescriptive, la formation affecte principalement « les dimensions psycho-affectives du vécu des étudiants ». Et les étudiants accordent une importance toute partielle aux savoirs théoriques.

Haut de page

Texte intégral

1Le contexte sociétal, dans lequel l’action des éducateurs spécialisés prend place, n’a cessé d’évoluer : un chômage structurel en augmentation, un accroissement de la diversité des catégories d’usagers, l’apparition permanente de nouveaux « métiers » ou d’acteurs concurrents dans le champ du social, une législation plus exigeante et plus soucieuse de l’efficacité de ce secteur coûteux et jugé peu rentable sur le plan économique… Cependant, si les modalités du traitement de la détérioration des rapports sociaux se sont parfois modifiées, la transformation tant crainte des assises du travail éducatif ne s’est pas réalisée. « C’est parce qu’il est mou que le modèle de l’identité professionnelle est résistant, c’est parce qu’il reste implicite parfois indicible, qu’il présente une force illocutionnaire et des effets de sens cohérents et efficaces »4.

2Notre recherche5 a permis de repérer la permanence d’un modèle professionnel davantage axé sur la prégnance d’un savoir-être que la transmission et l’appropriation de savoirs théoriques6. La reproduction de ce modèle s’effectue certes essentiellement par un contact direct des étudiants avec le monde professionnel, mais aussi, et ce à l’encontre des idées reçues, par le biais des centres de formation, véritables courroies de transmission7. Penchons-nous sur une part, certes très parcellaire mais assez illustrative et représentative de cet héritage, transmis en grande partie grâce à une homologie des deux lieux participant à la socialisation professionnelle des futurs éducateurs spécialisés.

Un soubassement vocationnel toujours actuel

3La crainte d’une technicité déshumanisée a parcouru l’histoire de l’éducation spécialisée. Dès 1969, les anciens éducateurs reprochent l’embourgeoisement et la « fonctionnarisation » de leurs successeurs. Ces derniers indiquent leur méfiance à l’égard des termes « vocation », « don de soi » tant utilisés par leurs prédécesseurs, et ils considèrent nécessaire que l’éducation spécialisée devienne un métier8. E. Jovignot évoquait, déjà à cette période, l’illusion et la menace technocratique supposées valoriser la profession, alors que « on ne peut passer sous silence les exigences déontologiques de l’exercice de la profession d’éducateur ; celles-ci supposent de la part de celui qui s’engage dans la profession, toute autre chose que la volonté de mettre en œuvre des savoirs et des savoir-faire (…) En fait, s’il existe bien des techniques pédagogiques, utilisables en éducation, l’éducation elle-même engage la personne ; elle est fondée sur la relation du "moi" au "toi" et au "nous". »9

4La professionnalisation du métier d’éducateur spécialisé a certes marqué une rupture avec les origines philanthropiques, charitables, moralistes du travail social. Et d’ailleurs, tout semble le prouver. Ainsi, comme l’indique Lucien Bargane, l’exigence du niveau baccalauréat, pour accéder à la formation depuis 1990, a contribué à attirer vers ce métier des jeunes bacheliers « en manque de perspective d’avenir »10. Et, « dès lors, être éducateur n’est plus un métier choisi mais un gagne-pain. La mise en place de filières de préparation à la sélection renforce cette tendance »11. Nombre d’étudiants éducateurs tiennent, d’ailleurs à se distinguer de ce qui est considéré comme la préhistoire du secteur éducatif. « Je n’ai pas choisi cette formation par vocation », écrit en substance une étudiante12. Si l’on se fie à la littérature spécialisée, la vocation n’a désormais plus cours, et a cédé grandement le pas à une technicité revendiquée.

5Et pourtant ! Un soubassement vocationnel demeure d’une étonnante actualité, alimentant motivations et représentations de la fonction éducative. Les débutants en sont friands et le clament haut et fort, en écho avec les représentations sociétales. Ces représentations prennent appui sur les fondements constitutifs du métier, composant la facette humaniste du métier d’éducateur. Avec leurs « aspirations missionnaires », les débutants mettent le doigt sur l’ambivalence originelle du métier, qui perdure et s’infiltre dans toutes les interstices de la socialisation professionnelle.

6La professionnalisation de la fonction éducative a traversé plusieurs étapes. Les divisions fondatrices du métier se sont matérialisées, au fil du temps, dans les caractéristiques attendues de ce nouveau travailleur social. Deux principaux types de référence ont vu le jour, se rejetant l’une l’autre dans les discours mais cohabitant dans les pratiques. Le modèle familial-charismatique, sous-tendu par la vocation issue d’une idéologie religieuse, a néanmoins été malmené par le modèle technicien, référence idéologique de type « scientifique », principalement due à la vulgarisation de la psychologie. Mais, comme le précisait, déjà, Paul Fustier en 1972, les deux principales références « sont actuellement toutes présentes dans le monde de la rééducation. C’est ainsi que la position charismatique ou missionnaire, qui ne différencie pas vie privée et vie professionnelle, est encore très vivante, et même lorsque le contenu idéologique en est explicitement différent »13. L’identité professionnelle de l’éducateur n’a donc eu de cesse d’être tiraillée entre deux références idéologiques dissemblables, voire contradictoires : amour-vocation d’une part, et  profession-technicité d’autre part. Elle s’est construite en faisant coexister dans un paradoxe permanent, ces deux facettes opposées, mais néanmoins constitutives. Quarante ans plus tard, le soubassement du modèle originel n’a pas complètement disparu.

7La sélection et la formation prennent toujours appui sur ces deux types de modèles. Tenants et opposants de l’une ou l’autre des conceptions coexistent dans les écoles et sur les lieux d’exercice professionnel. Et même si la vocation, l’esprit missionnaire et le don de soi, bagages demandés à l’éducateur du modèle tutélaire, semblent d’une autre époque, il en reste des traces à tous les niveaux et dans tous les lieux concernés par la socialisation professionnelle des éducateurs, à commencer au travers des critères sélectifs eux-mêmes. La dimension humaniste quêtée au cours des épreuves de sélection trouve en partie son origine dans l’histoire familiale des étudiants.

Un habitus en phase avec les valeurs du secteur

8Les étudiants débutants interrogés dans notre étude sont la preuve vivante de la persistance du modèle éducatif. Ils ont bénéficié d’une socialisation initiale qui, bien que s’exprimant sous des formes variées dans les itinéraires de chacun des étudiants, met l’accent et produit une prédisposition et un intérêt manifeste pour « l’aide », « la relation » et « l’ouverture ». Comme le précise Alain Vilbrod, les familles d’éducateurs façonnées soit « par un certain catholicisme social », soit « par un humanisme dégagé de l’influence de l’église », ont « non seulement apporté à leur enfant une sensibilité particulière mais leur ont offert maintes occasions, qui étaient autant d’expériences initiatiques, d’intérioriser des valeurs empreintes de dévouement et de charisme. »14

9Il est possible de considérer que le principe d’unité du métier d’éducateur transcende les origines sociales et scolaires et prend assise « dans des dispositions morales ou psychologiques, valorisées précisément par les idéologies professionnelles (l’attirance pour un métier socialement utile, l’envie de s’occuper d’enfants ou le désir d’aider les autres...) »15. Dès lors, il semble y avoir pour les futurs étudiants « accord entre leur “ vocation ” subjective (ce pour quoi ils se sentent faits) et leur “ mission objective ” (ce que l’on attend d’eux entre ce que l’histoire a fait d’eux, et ce que l’histoire leur demande de faire) accord qui peut s’exprimer dans le sentiment d’être bien "à leur place", de faire ce qu’ils ont à faire, et de le faire avec bonheur – au sens objectif et subjectif ou dans la conviction résignée de ne pouvoir faire autre chose qui est aussi une autre manière, moins heureuse, bien sûr, de se sentir fait pour ce qu’on fait »16. Et ainsi, les nouvelles générations, bien que connaissant d’autres types d’expériences communes comme la crainte du chômage, une incursion plus massive à l’université…, partagent cependant toujours avec leurs prédécesseurs les mêmes fondements professionnels initiaux, qu’ils continuent de perpétuer. Socialisation primaire, activités militantes… préparent l’inscription dans un métier « pas comme les autres », de vocation, de relation et d’épanouissement personnel.

10Cet habitus entre en phase avec la facette humaniste, plus ou moins affranchie de l’éthique chrétienne, du métier d’éducateur. Mais, à l’instar du magicien, découvrir sa vocation, se sentir « appelé » et prendre conscience d’une mission à remplir, ne dispense pas l’éducateur en herbe ou déjà en poste, de suivre un apprentissage initiatique ou de confirmation assuré en grande partie par ses futurs pairs ou d’anciens professionnels devenus formateurs. L’héritage familial et l’initiation par les ancêtres ou les autres éducateurs vont entretenir et permettre reproduction et poursuite de la tradition17. Les prédispositions, quêtées par les professionnels et les formateurs à l’entrée des écoles, vont être modelées au sein d’un dispositif de formation construit en parfaite homologie avec les deux références du secteur de l’éducation spécialisée. La dimension dite technicienne, avec recherche d’un épanouissement et de plénitude, va alors trouver le moyen d’éclore ou d’être affinée (en cas de pré-socialisation ou de diplôme professionnel antérieurs), au cours du processus formatif. Le processus de socialisation professionnelle dans son ensemble (dispositifs de sélection et de formation théorique et pratique) contribue à entretenir en le modélisant le paradoxe constitutif du métier d’éducateur.

Quelques traces de l’homologie entre les deux lieux de formation

11A travers les caractéristiques des lieux de formation, des acteurs et des modalités pédagogiques, il est possible de repérer diverses similitudes participant, explicitement ou non, à la socialisation professionnelle des éducateurs spécialisés. Et même si deux lieux, « terrain » et centre de formation, revendiquant haut et fort leurs spécificités et leurs caractères distinctifs, se chargent séparément de la formation de l’éducateur, tout s’enchevêtre et s’entremêle. La sélection renvoie à la formation pratique et théorique, les écoles s’appuient sur des modèles issus ou utilisés dans le secteur éducatif… S’instaure ce que nous dénommons un processus circulaire contribuant à une socialisation bien ancrée dans le champ éducatif.

12Ainsi, par exemple, si la sélection s’avère fort distincte de la formation qui lui succède, elle en adopte néanmoins certaines modalités organisationnelles, elle en véhicule les valeurs essentielles, et, par contre coup, celles du secteur de l’éducation spécialisée. Signe manifeste de cette homologie, le processus d’admission repose sur le principe constitutif de la formation, à savoir, l’alternance. Les deux temps sélectifs s’inspirent effectivement des deux modalités d’enseignement18. Mais ce parallélisme entre les modalités organisationnelles des deux processus étudiés dans notre recherche, ne reste pas que de pure forme. L’alternance adoptée repose sur deux dimensions régulièrement opposées et source de discordes dans l’ensemble du champ éducatif, et ce depuis l’origine de l’éducation spécialisée : les capacités intellectuelles/l’acte d’enseignement d’un côté, les potentialités d’évolution personnelle/l’acte de formation de l’autre. Sélection, formation et terrain ne cachent pas leur prédilection pour cette deuxième forme d’aptitudes19 au travers notamment de : la relativisation de l’écrit et des diplômes, la préférence des candidats « expérimentés », l’emploi de personnel non formé, etc.

13D’autre part, l’ensemble du champ éducatif présente une attirance et un penchant certain pour la lecture psychologique ou psychanalytique. Les réunions de synthèse dans les établissements utilisent fréquemment ce type d’approche en présence d’un ou de plusieurs experts en la matière. Les modes d’enseignement et leur contenu laissent également transparaître cette imprégnation explicite ou implicite. Et la sélection n’est pas en reste.

14Le groupe comme lieu d’apprentissage du travail d’équipe, les composantes des bilans de stage, les similitudes de la fonction éducative et de la fonction formative… dénotent également des homologies particulièrement révélatrices de la pédagogie du modèle.

15Donc, dans un premier temps, tout en filtrant un certain type de candidats, la procédure d’admission, rite de passage essentiel, véhicule les valeurs professionnelles. Puis, les modalités et contenus pédagogiques des centres de formation adoptés, et les caractéristiques des acteurs de la formation facilitent l’intégration sociale et culturelle des étudiants dans leur futur univers professionnel. En phase, entre autres, avec une dimension clé de la fonction éducative, l’ensemble du dispositif de socialisation professionnelle indique à l’étudiant, explicitement ou de manière latente, que la personne prévaut sur les savoirs.

Une relativisation de l’écrit

16Les discordes concernant le niveau nécessaire à l’entrée en formation se poursuivent encore à ce jour, mais ont abouti à une sorte de compromis paradoxal instituant une sélection s’appuyant sur la personnalité du candidat et sur son niveau de culture générale20.

17Confronté à une massification importante du nombre de postulants à la formation d’éducateur spécialisé et tenu de se plier aux exigences législatives21, chaque centre de formation n’a pu envisager de faire passer tous les candidats dans l’ensemble des épreuves. Le premier groupe d’épreuves a alors eu la lourde tâche d’éliminer un certain nombre de candidats pour envisager la rencontre directe des admissibles. Cependant, les critères d’évaluation impartis à cette épreuve se démarquent explicitement du champ scolaire : « ce n’est pas que le niveau intellectuel » ; « un certain nombre de pré-requis qui ne sont pas forcément du côté du savoir spéculatif »22. Une « richesse personnelle et d’expérience » peut très largement compenser un éventuel « handicap culturel »23, pense l’ensemble des acteurs du champ éducatif24. La relativité de la valeur effective de l’écrit se repère notamment à travers la diminution de la moyenne d’admissibilité, le repêchage des candidats trop faibles... Déjà par leurs modalités d’admission, les écoles tiennent à indiquer que le postulant entre dans un nouveau monde avec ses propres règles et son propre système de valeurs.

18Il en va de même tout au long de la formation. Les épreuves du DEES sont en cela tout à fait révélatrices. Le mémoire est doublement évalué : coefficient 2 pour l’oral, mais coefficient 1 pour l’écrit. Les deux épreuves écrites bénéficient également d’un sort différent tout à fait significatif. Ainsi, l’épreuve de psychopédagogie repose sur un sujet ou un dossier inscrit dans le champ éducatif. L’étudiant est invité ou amené à évoquer ses propres expériences professionnelles ou de stage, et à étayer ses propos de références théoriques. Ces dernières s’avèrent souvent rares ou succinctes. Ce travail profitera néanmoins d’un coefficient 3. Le questionnaire, quant à lui, est censé davantage solliciter les connaissances théoriques acquises par les étudiants, même s’ils peuvent là aussi, par moment, mentionner leur pratique. Un coefficient 2 est attribué à cette épreuve. Peu appréciée par l’ensemble des acteurs, se rapprochant plus d’un examen avec son volet scolaire, elle n’entraînera jamais à elle seule un échec au DEES, même en cas de note éliminatoire. Dans ce cas-là, le jury plénier n’hésitera pas à remonter la note, estimant que 2h30 d’épreuve écrite pèsent peu par rapport à un cursus de formation de plusieurs années, fruit d’un cheminement réflexif et articulé à des expériences de stage.

19Le savoir abstrait revêt donc une importance moindre. Message parfaitement approprié par les étudiants éducateurs spécialisés.

Une acquisition succincte des savoirs formels

20Déjà en 1968, Monique Alliod, mentionnait « une ambiguïté qui s’est traduite pour la profession par le sentiment que les écoles d’éducateurs produisent des “ intellectuels " incapables d’affronter la réalité quotidienne du métier, alors que les écoles avaient parfois conscience de dispenser un bagage intellectuel précaire »25. Théorie/pratique, Intellectuel/homme de terrain… cette scission dichotomique n’a cessé et ne cesse de traverser le champ éducatif. Les étudiants n’échappent pas à ce dilemme fondateur. Comment s’en sortent-ils ? Apparemment, ils privilégient le volet pragmatique de leur future fonction. La « théorie pure » ne revêt pas un grand intérêt pour mener à bien leur action.

21Les professionnels éducateurs spécialisés ont une position ambivalente à l’égard du savoir théorique, et les étudiants reproduisent cette attitude. Si le savoir théorique ne peut servir directement les pratiques, il est alors considéré bien souvent comme inutile. « Je veux pouvoir réfléchir et affiner ma pratique, et la théorie ne m’intéresse qu’à partir de la confrontation possible avec la réalité » ; « Cours intéressants dans la mesure où ils peuvent être utilisés dans les stages »26. Il est attendu que l’apport théorique s’enracine dans le travail éducatif, qu’il réponde aux préoccupations et aux problèmes concrets rencontrés, et souvent également aux angoisses, aux désarrois et aux désirs de chacun des futurs éducateurs.

22La désaffection concernant les savoirs formels laisse à penser que la formation n’aura permis que rarement aux étudiants de s’approprier ces derniers. Le milieu éducatif semble s’inscrire dans un phénomène apparenté à ce que René Kaës décrit comme étant le « fantasme d’autoformation »27. Ce type d’attitudes entraîne, par exemple, le « rejet » du cours magistral au profit du travail en groupe qui élabore lui-même sa propre matière sans avoir besoin d’un apport extérieur. Sans prétendre à la généralisation de l’analyse des résultats obtenus au questionnaire que nous avons fait passer à 1000 étudiants éducateurs spécialisés, de grandes tendances se dégagent néanmoins : difficultés d’appropriation des concepts, de les situer ou de les rattacher à leur cadre théorique, peu de formation méthodologique… Deux ouvrages confortent certaines de ces particularités. Jean-Yves Lassaire28 démontre longuement l’approximation des savoirs des éducateurs spécialisés, associée à une revendication de la relation éducative naturelle. Jean-Yves Dartiguenave et Jean-François Garnier opèrent une sorte « d’autopsie » du savoir socialement construit par les travailleurs sociaux, et montrent le caractère polysémique et ethnocentrique des principales notions usitées, et également la fragilité des présupposés théoriques sur lesquelles elles reposent. « Clôturées sur elles-mêmes, ces notions tendent à être réifiées, c’est-à-dire à se confondre avec la réalité qu’elles cherchent à désigner, de sorte que leur pertinence n’est guère interrogée »29. Notre propre analyse de mémoires de fins d’études, élaborés par les étudiants, confirme une acquisition et dès lors une utilisation succincte des connaissances.

23Si le savoir formel revêt si peu d’attrait, que privilégient dispositif et acteurs de la socialisation professionnelle ?

Une croyance en la possession de dispositions naturelles confortée tout au long de la formation

24La sélection marque un avant et un après pour l’étudiant admis. Elle le consacre et le légitime dans son rôle « d’élu ». Elle « consiste à sanctionner, voire à sanctifier, en la faisant connaître et reconnaître, une différence (préexistante ou non) ; à la faire exister en tant que différence sociale, connue et reconnue par l’agent investi et par les autres »30. Or, ce sont des caractéristiques personnelles qui ne peuvent jamais être précisément définies qui déterminent l’aptitude du candidat à entrer en formation. « On ne naît pas éducateur, on le devient en se formant », proclament nombre d’acteurs. Et pourtant, le discours sélectif innéiste perdure. Et par le biais de la cooptation, la sélection va confirmer les futurs éducateurs dans leur sentiment de posséder les dispositions naturelles pour exercer un tel métier.

25Francine Muel Dreyfus résume sur quoi repose la démarcation revendiquée et recherchée par les premières écoles d’éducateurs. « A la logique de sélection de l’Education nationale qui réduit une fois pour toutes l’individu à son diplôme, le métier d’ES oppose un recrutement basé sur l’appréciation des " aptitudes personnelles " qui minimise ce que l’on " sait " au profit de ce que l’on " est " »31. La deuxième épreuve de la sélection passe au crible, encore actuellement, la personnalité du candidat et, dès lors, s’appuie principalement sur la révélation de qualités présentées comme quasi-innéistes et corrélées aux attentes supposées du « terrain » : « Evaluer les profils de personnalité les plus en accord avec les besoins de la profession en évitant de systématiser la sélection par le niveau intellectuel ou culturel » ; « Les capacités personnelles sont préalables à tout acquis ultérieur » ; « Il y a tout chez eux, et la formation n’est qu’un révélateur de quelque chose qui existe déjà chez eux »32.

26Dès la sélection, le candidat doit en effet quelque peu ressembler au « produit fini », correspondre à l’idée « de l’éducateur formé » que se font les évaluateurs, à savoir posséder des caractéristiques jugées essentielles mais jamais précisément définies. Les bilans professionnels, exigés des candidats pour pouvoir présenter leur candidature à la sélection d’ISIS, laissent également filtrer cette dimension innéiste. Celui-ci est éloquent à ce sujet :

27« Melle X a un sens intuitif de la relation avec ces enfants souffrants. Nous sommes très sensibles à la qualité des relations qu’elle a établies. D’emblée, pour elle, chaque enfant est une personne singulière, en deçà et au-delà de ses aspects pathologiques. Il est extrêmement rare de rencontrer chez une personne aussi jeune, sans expérience de cette population qualifiée le plus souvent de lourde et sans connaissances psychanalytiques, une telle finesse de jugement et une telle délicatesse dans la réponse. Son attitude est apaisante et en même temps une invite à un travail relationnel avec l’enfant. Elle dit être attirée par la relation individuelle : tant mieux, car elle y est déjà compétente. »

28« Melle X n’a eu aucune difficulté à s’insérer dans l’équipe. Elle établit des relations simples et communique facilement ses observations et ses interrogations. Elle prétend que c’est parce qu’elle en ressent le besoin. Certes, mais ce besoin ressenti est aussi le signe de sa puissante motivation pour ce travail. (…) »

29Les paragraphes précédents en disent longs sur ses aptitudes à exercer le métier d’ES :

30respect non « raisonné » (…)

31motivation pour rencontrer cet autre (…)

32le tout dans un style avenant que rehausse la fraîcheur de sa jeunesse.33

33Ces évaluations présentent des similitudes avec celles qui parsèment le parcours de formation de l’étudiant à l’issue des stages. Ainsi, il n’est pas rare de lire dans les bilans « est un professionnel », sans autre précision. Ce que confirme l’étude menée par A. Meyniel. « On peut remarquer que la réussite affichée relève bien souvent directement des qualités personnelles du stagiaire ; qualités qu’il possédait avant même l’entrée en stage (dynamisme, patience, bonne humeur, etc.) »34. La recherche de Korpes35 relève qu’au sein des énoncés utilisés par les directeurs ou les professionnels, la référence aux connaissances est la plus faible (64 fois), précédée par celle relative aux techniques (161 fois) et à l’intégration du stagiaire dans l’équipe (221 fois) alors que la personnalité du stagiaire est citée 705 fois. D’autres études ont également confirmé que les évaluations de stages portent surtout sur les qualités personnelles des étudiants, et principalement celles utiles pour parvenir à s’adapter et s’intégrer dans une équipe, et peu sur leurs capacités à conceptualiser l’action éducative ou leurs connaissances théoriques des populations.

34La prévalence de la personne sur les savoirs s’exprime donc à plusieurs niveaux. Cette conception prime dans les processus sélectifs, formatifs et diplômants, et également dans les lieux d’exercice professionnel36. Notre recherche indique que les futurs éducateurs se représentent effectivement leur métier comme relevant du monde de l’inspiration37, où la grandeur est indissociable de la personne, avec la valorisation de la relation duelle et de l’investissement.

Primauté et engagement de la personne

35Si la formation au sein des écoles semble si éloignée du terrain, aux yeux même des étudiants, elle en revêt les caractéristiques principales et en transmet les valeurs essentielles. Les conceptions et les modalités pédagogiques, l’intervention des professionnels à toutes les étapes du processus, expriment un curriculum latent en phase avec le champ éducatif, que s’approprient préférentiellement les futurs éducateurs. L’homologie fonctionnelle entre les deux lieux de formation favorise efficacement la construction sociale de l’identité professionnelle. D’autant que la formation vise non prioritairement à l’acquisition de savoirs en tant que tels, mais surtout à des remaniements personnels38. Les étudiants y sont très sensibles et revendiquent la nécessité de remises en cause des actions professionnelles, mais également d’eux-mêmes. Le savoir-être, régulièrement ironisé, occupe pourtant une place essentielle dans le processus de socialisation, puis dans l’exercice du futur métier.

36La cooptation s’opère en grande partie sur cette base : un éducateur (ancien ou toujours en poste) choisit intuitivement quelqu’un qui lui ressemble (effectivement ou idéalement) sur le registre de la personnalité. Les valeurs professionnelles véhiculées, même de façon implicite, consacrent dès le départ le rôle prépondérant de la personnalité dans la formation. Une nouvelle étudiante l’a bien repéré et n’hésite pas à écrire « la chose la plus importante à apporter (aux bénéficiaires de l’action éducative) est soi. Si on se met à leur disposition en les écoutant, en s’intéressant à eux, la moitié du problème est réglée. Bien sûr des compétences sont aussi nécessaires (…). Ce que je peux leur apporter se trouve actuellement dans ma personne. Ma décision d’aider les autres, de faire de mon mieux pour leur donner une existence vivable, c’est déjà une passion que je peux leur faire comprendre, leur faire partager. Patience, écoute, générosité, caractère, sincérité, franchise sont des qualités pour moi essentielles pour bien pouvoir agir auprès de toutes les personnes handicapées. Je pense que la meilleure chose que je puisse leur apporter, c’est moi, dans le sens de ce que je suis, ce que je pense, qu’il puisse s’appuyer sur moi pour prendre un nouveau départ dans la vie. » Si les nouveaux entrants pensent ainsi, les étudiants sortants croient toujours aussi fortement, à l’issue de leur trois ans de formation, en l’existence « d’aptitudes naturelles pour la relation d’aide », de qualités intrinsèques pour exercer leur métier.

37La sélection a des effets de confirmation des qualités personnelles chez les candidats et, comme le précise un formateur de l’IRTS « du coup, on peut penser qu’elle fonctionne comme une sorte de rite initiatique qui introduit dans un autre univers, univers du spécialiste, et non plus univers du profane. En ce sens, la sélection a des effets de formation ». Au cours de ce rite préliminaire, le futur éducateur est initié implicitement aux valeurs clés de la formation et par là-même de son futur champ d’action. Car comme l’écrivait déjà Micheline Rampoldi en 1966 : « la sélection n’est pas une formalité banale, du même type qu’un examen ou un concours d’administration ; elle introduit un individu à bien d’autre chose qu’un métier, à une formation personnelle et à un engagement de tout l’être »39.

38Au-delà des singularités de chacune des écoles, la formation des éducateurs spécialisés prend toujours appui sur les mêmes fondements initiaux40 : l’analyse du « vécu » effectuée en groupe et « la prise de conscience par les individus qu’ils sont les principaux agents de leur formation »41. Le processus de formation se compose d’un aspect relevant du modèle centré sur l’analyse, au cours duquel l’étudiant entreprend une auto-analyse, un travail sur lui-même en fonction de la particularité des situations qu’il traverse42. Les interrogations sur les situations professionnelles et les interrogations sur soi-même, inculquées et mises en œuvre tout au long du cursus formatif, se poursuivront par la suite dans le cadre de la pratique professionnelle. En effet, la mise en commun de l’expérience professionnelle, au sein des différents types de groupes proposés, incite et habitue le futur éducateur à faire l’analyse de sa pratique, à se remettre en cause, sous le regard et le contrôle de ses pairs ou parfois de ses futurs collègues (éducateurs ou psychologues). Le suivi individuel des étudiants poursuit, complète et peaufine ce processus. Comme le notait déjà Paul Fustier dans les années 1970 : « la formation n’est pas centrée sur son objet (l’enfance inadaptée), mais sur le sujet (l’éducateur lui-même) »43. Le cœur de la formation se focalise sur le groupe et sur la personnalité de l’étudiant44. Que produit-elle in fine ?

Un aménagement de la dimension vocationnelle

39L’éducateur intervient dans l’espace-temps de la quotidienneté. Les frontières de son espace d’intervention demeurent floues. Le métier, dans lequel va prendre place le nouvel d’éducateur spécialisé, est en fait le produit d’un compromis45, à la fois dans le sens de l’existence de plusieurs registres mais aussi de l’essai d’une conciliation entre ces différents domaines. Ainsi, le modèle professionnel des éducateurs s’appuie essentiellement sur une représentation de la pratique fondée sur la relation d’aide. Cette relation repose sur une implication et un engagement personnel et nécessite une connaissance et un travail sur soi, en référence au modèle thérapeutique. Une grande part de la conception de l’éducation spécialisée s’ancre dans ces valeurs et dispositions, mais elle ne se réfère pas à ce seul monde de l’inspiration. L’éducateur a souvent été considéré et qualifié de substitut parental. Au sein des établissements, son action s’inscrit effectivement dans le monde domestique, en remplacement ou en prolongement de l’activité familiale. Mais, l’activité ne relève pas que de la sphère domestique. L’intervention pragmatique relève d’un compromis avec le monde de l’inspiration. En prenant appui sur les références psychanalytiques, les activités domestiques quotidiennes se présentent comme des « médiations éducatives ».

40Au fil de l’histoire de l’éducation spécialisée, les sciences humaines ne sont pas parvenues à se substituer à la représentation vocationnelle du métier. La technicité s’avère en fait absorbée dans l’ancien modèle professionnel. Cet assemblage constitue une issue cognitive et remplit une fonction identitaire46. Le conflit, le dilemme originel trouve ainsi à s’exprimer de façon particulière. L’éducateur s’en accommode à sa façon au quotidien. Il associe et marie, tant bien que mal, les deux facettes constitutives de son métier : « pédagogie de l’amour et du bon sens » et « pédagogie psycho-sociologique en profondeur ». Les étudiants s’en font le reflet : « La relation dépasse le rapport entre un professionnel et son “ client ”. Cette rencontre met en jeu deux identités personnelles (…) La subjectivité inhérente à toutes les relations humaines rencontre l’objectivité du professionnel, du technicien. (…) Cette position ambivalente est constante. On y trouve la spontanéité de la personne et le calcul du technicien. L’éducateur se trouve dans cet intervalle, “ cet entre deux ”. Cette position instable, cet équilibre précaire explique peut-être l’usure des professionnels. Une “ juste distance ” toujours difficile à trouver entre ses actes et leurs portées dans la relation à l’autre (…) Pourtant c’est cette fragilité qui représente le mieux la profession d’éducateur spécialisé. (…) L’identité personnelle n’est pas dissociable de sa pratique professionnelle. Chaque éducateur apporte dans sa pratique des caractéristiques qui lui sont propres »47.

41Si la formation a permis d’acquérir des connaissances théoriques, elle ne parvient pas à évacuer la dimension « naturalisante » déjà repérée chez les étudiants débutants. Au contraire, elle renforce les qualités personnelles préalables et semble attribuer une reconnaissance officielle à la dimension « vocationnelle » du métier. Dès son origine, le métier s’est organisé et a pris appui sur des acteurs généreux et capables d’établir une « bonne relation » avec les enfants en difficultés. Au sein des motivations des débutants ou dans les mémoires des futurs éducateurs se profilent toujours cette croyance en la nécessité primordiale des qualités humaines, de la disponibilité et du don de soi pour exercer ce métier48.

42L’attractivité pour ce métier repose encore actuellement sur ses facettes altruiste et « humaniste ». L’entrant en formation se sent une vocation, prêt à faire don de soi, de son temps pour pallier les défaillances sociétales, les injustices. Seulement, par une confrontation à la réalité professionnelle et au contact de ses futurs pairs, il apprendra vite à moduler cet engagement. Sa professionnalisation passera par la mise en avant d’une technicité de la relation, référée à la démarche psychanalytique. Mais, l’affectivité, pendant de la vocation, ne cesse de paraître, ouvertement ou en filigrane, dans les propos de ces futurs éducateurs, notamment au sein des mémoires de fin d’études, rédigés en vue de l’examen et, par là-même, révélateurs de la socialisation professionnelle. Elle rend compte de la dimension humaine, spontanée, naturelle de l’action éducative, mais ne peut s’afficher que si elle est associée à une nécessaire distanciation. Pour opérer cette conversion professionnelle, l’éducateur novice adopte peu à peu des connaissances, issues surtout du champ psychologique. Homme d’action, il doit faire face aux situations et réagir vite. Il se construit un savoir métis, où prévaut le savoir de terrain. Il y mêle intuition, subjectivité, lecture psychanalytique internalisante, conceptions moralisantes, don de soi, etc.

43Dès les épreuves de sélection et tout au long du processus formatif, l’étudiant éducateur se confronte à un ensemble d’ambivalences, de contradictions, de paradoxes constitutifs de sa future fonction. Tout l’ensemble du dispositif en est imprégné et s’est construit en référence aux deux facettes clés du secteur éducatif. Les étudiants perçoivent et se familiarisent très vite à ce dilemme fondateur de leur futur métier. Ils en mesurent les difficultés, et tentent d’y faire face en opérant un savant bricolage cognitif mêlant connaissances parcellaires, issues préférentiellement de la psychanalyse, et, surtout, dimensions relevant de la personne. Le contact, la relation, la personnalité, trois dimensions essentielles reliées entre elles, forment les constantes du modèle appréhendé et très largement retranscrit dans les propos recueillis et les mémoires étudiés. Or, ces dimensions s’apparentent principalement à la vocation tant décriée, et recoupent l’engagement, l’authenticité et la réalisation de soi. Le futur éducateur considère qu’il va être amené à travailler avec ce qu’il est, conjugué à la nécessité d’une distanciation professionnelle de ses affects. Il tend à l’accomplissement personnel au travers d’une relation duelle privilégiée d’aide et d’accompagnement à autrui.

44A l’issue de sa formation, le futur éducateur se trouve désormais porteur d’une identité professionnelle tiraillée entre deux pôles. Il ne pourra et ne souhaitera en dévoiler et en évoquer qu’une seule face à la fois, mais tendra au quotidien, non sans peine, à combiner les deux. Il se présente et se souhaite technicien de la relation, mais n’en revendique pas moins pour autant la primeur de certains dons ou de certaines qualités personnelles sur les savoirs. La personnalité de l’éducateur (connaissance de soi, authenticité dans son action, épanouissement personnel) est le support de l’action éducative. Le triptyque initial de la pratique professionnelle, basé sur un cas individuel, la personnalité et l’analyse de type psychologique49, demeure, et transcende les différents modèles professionnels. Le système idéologique du modèle d’identité professionnelle fondateur perdure. Il se transmet de génération en génération d’éducateurs principalement via les stages et donc par le contact direct avec les futurs pairs (le professionnel expérimenté joue un rôle essentiel dans le cadre d’une sorte de « compagnonnage cognitif et affectif favorisant le cheminement identitaire de l’éducateur en herbe »50). Mais, il sous-tend très largement, explicitement et implicitement, l’ensemble du dispositif de formation, en dépit des disparités notoires entre les différentes écoles.

45Faire de la prospective s’avère peu conseillé. Cependant, il est fort à parier que la réforme du diplôme d’Etat des éducateurs spécialisés, entrée en application depuis septembre 2007, ne modifiera pas fondamentalement les résultats principaux de notre recherche. Bien au contraire, nous semble-t-il. En effet, la réforme délaisse les savoirs au profit de savoir-faire (abandon des unités de formation (champs disciplinaires et savoirs repérés) au bénéfice de domaines de compétences (savoir-faire à acquérir). De plus, les professionnels sont désormais sollicités encore davantage pour participer à la socialisation professionnelle de leurs successeurs. La reproduction professionnelle des éducateurs spécialisés paraît ainsi bien assurée.

Haut de page

Bibliographie

Autès (Michel) « L’identité de l’éducateur spécialisé, ou les incertitudes du pouvoir de nommer », Cahiers d’E.C.A.R.T.S., Paris, A.F.S.E.A., n°6, 1989.

Autès (Michel), Les paradoxes du travail social, Paris, Dunod, 1999.

Bachelard Gaston, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Ed. Vrin, 1972.

Barrau (Pierre), L’éducateur d’enfants et d’adolescents inadaptés. Sa formation. Ses fonctions, Paris, Armand Colin, 1972.

Boltanski (Luc) et Thévenot (Laurent), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Bourdieu (Pierre) « Le mort saisit le vif », Actes de la recherche en sciences sociales, n°32-33, 1980.

Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 123.

Brichaux (Jean), L’éducateur spécialisé en question(s). La professionnalité de l’activité socio-éducative, Ramonville Saint-Agne, Erès, 2001.

Buisine (Bernard), « Crise de l’identité professionnelle chez les éducateurs spécialisés. Les méandres de l’utopie », dans Vanbremeersch (Marie-Caroline) (dir.), De l’autre côté du social. Cultures, représentations, identités, Paris, L’Harmattan, 1998.

Chauvière (Michel), Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris, Ed. Ouvrières, 1980.

Chauvière (Michel), et Tronche (Didier) (dir.), Qualifier le travail social. Dynamique professionnelle et qualité de service, Paris, Dunod, 2002.

Chopart (Jean-Noël) (dir.), Les mutations du travail social – Dynamiques d’un champ professionnel, Paris Dunod, 2000.

CREAI Bretagne, « Les pratiques éducatives et leurs références », Obs-Débat, n°2, 14 mars 1997.

Dartiguenave (Jean-Yves) et Garnier (Jean-François) (dir.), Travail social. La reconquête d'un sens, Paris, L'Harmattan, 1998.

Dartiguenave (Jean-Yves) et Garnier (Jean-François), L’homme oublié du travail social – Construire un savoir de référence, Ramonville St Agne, Eres, 2003.

Dubar (Claude), Idéologies et choix professionnels des éducateurs spécialisés, Thèse de Doctorat de 3ème cycle, Centre Universitaire Expérimental de Vincennes, Université de Paris 8, 1970.

Dubar (Claude), « Origine sociale et valeurs professionnelles des Educateurs », dans Dutrénit (Jean-Marc) Sociologie et compréhension du travail social, Toulouse, Privat, 1980.

Dubar (Claude), La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, (3ème édition), Paris, Armand Colin, 2000.

Dubet (François), Le déclin de l’institution, Paris, Le Seuil, 2002.

Foucart (Jean-Marie), Educateur : une profession en quête d’identité, Bruxelles, CIACCO, 1991.

Fustier (Paul), L’identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Ed. Universitaires, 1972.

Fustier (Paul), Pouvoir et formation, Paris, Epi, 1976.

Gabéran (Philippe), Etre éducateur dans une société en crise. Un engagement, un métier, Paris, ESF, 1998.

Grunbaum (Jean-Claude), Formation et identité de l’éducateur spécialisé, Mémoire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris Sorbonne, 1973.

Guiot (Andrée), Les problématiques de la sélection des éducateurs spécialisés (Analyse du sens de leur variation), Tome I et Tome 2, Thèse de Doctorat d'Etat es-lettres et sciences humaines, Université de Dijon, 1984.

Hébert (René), Le métier d’éducateur spécialisé, Paris, Ed. Universitaires, 1976.

Hébrard (Pierre), (coord.), Formation et professionnalisation des travailleurs sociaux, formateurs et cadres de santé, Paris, L’Harmattan, 2004.

Ion (Jacques), Le travail social à l’épreuve du territoire, Toulouse,   Privat, 1990.

Ion (Jacques), Le travail social au singulier, Paris, Dunod, 1998.

Jovelin (Emmanuel) et Bouquet (Brigitte), Histoire des métiers du social en France, Paris, ASH, 2005.

Jovignot (Etienne), « Le profil de l’éducateur spécialisé », Liaisons, ANEJI, n°71, Janvier 1970.

Ladsous (Jacques), L’éducateur dans l’éducation spécialisée. Fonction et formation, Paris, ESF, 1977.

Lassaire (Jean-Pierre), Les théories métisses des éducateurs : savoirs professionnels et représentations, Paris, L’Harmattan, 2004.

Lechaux (Patrick), Etude sur l’incidence du projet pédagogique des établissements de formation sur le profil professionnel des diplômés du travail social, Tome 1, Rapport final, Etude pour la DGAS, CAIRN ingénierie Paris, octobre 2005.

Le Poultier (François), Recherches évaluatives en travail social, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1990.

Martineau (Joël) (de), Formation paradoxale et paradoxes de la formation, Toulouse, Privat, 1984.

Martinet (Jean-Louis) (dir.), Les éducateurs aujourd’hui, Toulouse, Privat, 1993.

Meyniel (Alain), « L’identité professionnelle des éducateurs : une unité contradictoire », Forum, n°83, Mars 1998.

Muel-Dreyfus (Francine), « L’initiative privée : le terrain de l’éducation spécialisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n°32-33, Avril-Juin 1980.

Riffault (Jacques), Penser l’écrit professionnel. Contexte, pratiques, significations, Paris, Dunod, 2000.

Roquefort (Daniel), Le rôle de l’éducateur. Education et psychanalyse, Paris, L’Harmattan, 1995.

Tachon (Michel), Recherche sur les processus de professionnalisation : analyse dans le secteur de l’enfance inadaptée au cours de la période 1945-1980, Lyon, Mars 1988.

Tétard (Françoise), « Généalogie du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé (1948-1967). Lecture d’un carton d’archives », Sauvegarde de l’enfance, volume 57, n°2, avril-mai 2002.

Vilbrod (Alain), Devenir éducateur, une affaire de famille, Paris, L’Harmattan, 1995.

Watier (Patrick), Etude sur la pédagogie des écoles d’éducateurs spécialisés, Paris, Fédération Nationale des Comités d’Entente et de Liaisons des Centres de Formation des. Travailleurs Sociaux, mars 1983.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des cinq centres de formation suivants : l’IRTS (Institut Régional du Travail Social) de Talence ; l’ITS (Institut du Travail Social) de Tours ; d’ISIS CREAI (Institut Supérieur en Intervention Sociale du Centre Régional de l’Enfance et de l’Adolescence Inadaptées) de Neuilly sur Marne ; de Buc Ressources dans les Yvelines ; de l’IFRAS (Institut de Formation et de Recherche en Action Sociale) de Nancy (ISIS CREAI et l’IFRAS ont désormais changé de nom, et sont regroupés chacun avec d’autres centres de formation). Un 6ème centre de formation (le Centre de Formation (CeF) de Bergerac) a complété a postériori, quotidiennement et sur du plus long terme, notre échantillon initial.
2 Edith Montmoulinet, La socialisation professionnelle des éducateurs spécialisés. Le rôle des centres de formation, Thèse de sociologie, Université de Bordeaux 2, mars 2006.
3 Se trata de los cinco centros de formación siguientes: el IRTS (Instituto Regional del Trabajo Social) de Talence; el ITS (Instituto del Trabajo Social) de Tours; el ISIS CREAI (Instituto Superior en Intervención Social del Centro Regional de la Infancia y de la Adolescencia Inadaptadas) de Neuilly sur Marne; de Buc Ressources en les Yvelines ; del IFRAS (Instituto de Formación y de Investigación en Acción Social) de Nancy.
4 Michel Autès, « L’identité de l’éducateur spécialisé, ou les incertitudes du pouvoir de nommer », Cahiers d’E.C.A.R.T.S., Paris, A.F.S.E.A., n°6, 1989, p.70.
5 Notre recherche, réalisée avant la réforme de 2007, prend appui sur l’analyse de : textes législatifs et documents pédagogiques, statistiques et dossiers constitués par 4411 candidats passant le concours d’entrée en formation d’éducateur spécialisé, 988 questionnaires d’étudiants en formation dans les cinq écoles (73,9% de représentativité, 60 questionnaires d’anciens étudiants et 18 questionnaires de formateurs, 46 entretiens de personnel de direction et de sélection, et de formateurs, 275 mémoires de fin d’études (dont une analyse de contenu approfondie de 100 d’entre eux).
6 Mettre en exergue certaines facettes fondatrices et toujours effectives du métier ne vise en rien à minimiser ou à dévaloriser l’action primordiale que réalisent quotidiennement ces acteurs. La socialisation professionnelle dont ils ont bénéficié, et si fortement interrogée, décriée n’en permet pas moins, depuis l’origine du métier, l’initiation à un rôle social essentiel, qui, malgré les critiques et les turbulences diverses, perdure justement en référence à ce fondement pionnier.
7 Sans prétendre à l’exhaustivité et à la couverture totale de l’hexagone, notre échantillon d’écoles se veut diversifié. Le choix des écoles repose sur une pluralité de critères, et notamment : une palette de lieux contrastée, (implantation territoriale, dimension de la ville d’accueil (petite, moyenne ou grande), environnement urbain ou rural), les types de formation proposées (centres monofilières (formations aux carrières éducatives seulement) ou multifilières), une histoire spécifique (ancien “ Petit séminaire ” ou construction récente, des membres pionniers psychiatres ou religieux, une association de l’enfance inadaptée ou le CREAI comme organisme gestionnaire…), les choix organisationnels et pédagogiques (ISIS CREAI associe à la formation éducative un enseignement de type universitaire (obtention d’une Licence en parallèle au DEES); Buc Ressources, quant à elle, défend la particularité de l’enseignement dispensé dans ses murs et un choix délibéré de distanciation avec l’université).
8 Etienne Jovignot, « Le profil de l’éducateur spécialisé », Liaisons, ANEJI, n°71, Janvier 1970, pp. 13-14
9 Ibid., p. 15.
10 Lucien Bargane., « Qu’IFES ? », Lien social, n°289, 12 janvier 1995, p.4.
11 Lucien Bargane., Art. cit., p. 4.
12 Etudiante de 23 ans en troisième année de formation à l’IFRAS
13 Paul Fustier., L’identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Ed. Universitaires, 1972, pp. 38-40.
14 Alain Vilbrod., Devenir éducateur. Une affaire de famille, Paris, L’harmattan, 1995, p. 263.
15 Jacques Ion et Jean-Pierre Tricard., « Une entité professionnelle problématique : les travailleurs sociaux », Sociologie du travail, n°2, 1985, pp. 53-54.
16 Pierre Bourdieu., « Le mort saisit le vif », Actes de la recherche en sciences sociales, n°32-33, 1980.
17 « Pour être éducateur spécialisé, il faut avoir la vocation, des qualités indispensables, du savoir-faire et une formation spéciale »  écrivait Robert Lafon dans les années 1950. Dans le fond, les données ont peu changé.
18 Soit au travers des deux catégories d’épreuves prévues par les textes : dimension scolaire d’un côté, dimension plus relationnelle (expérientielle) de l’autre. Soit au sein même d’une des épreuves. « Alors ce qu’on a voulu signifier au niveau des entretiens.... L’idée de deux entretiens, c’est de reprendre l’alternance formation pratique-stage/ formation théorique. Donc, finalement cette formation d’éducateur, elle a deux côtés, deux versants, donc on a dissocié, en disant au candidat "vous allez rencontrer un professionnel du secteur, éducateur, chef de service et vous allez rencontrer un formateur" (…) Mais en tous cas, pour le candidat, je dirais, dans sa tête... déjà est inscrite la question du formateur et du professionnel... enfin de l’alternance, si vous voulez. » (Responsable de sélection ISIS).
19 La scission théorie/pratique tant pratiquée par les étudiants trouve peut-être ses racines dans cette phase introductive. A moins que ce ne soit la sélection qui se mette, de fait, au diapason avec les valeurs et les attentes du terrain. Etrange paradoxe : les formateurs dispensent les enseignements au cours de la formation, mais se tiennent quelque peu à l’écart de la partie de la sélection relevant a priori du même registre (épreuves écrites). Serait-ce le signe manifeste d’une pratique enseignante peu portée sur la simple transmission de connaissances ? Un tel état de fait n’est certainement pas sans incidence sur le rapport entretenu par les futurs étudiants avec la théorie. Accorder explicitement une moindre importance à la première partie de la sélection ne peut nullement encourager et favoriser d’intérêt manifeste pour la « théorie pure ».
20 Et, de fait, les éducateurs spécialisés ont toujours eu des niveaux scolaires très divers.
21 Textes de 1990 réformant l’admission et la formation des éducateurs spécialisés.
22 Les citations proviennent des entretiens d’un formateur et d’un responsable de sélection.
23 L’évocation du climat dans lequel se faisait le choix des candidats dans les années 1950, effectuée par l’ancien directeur d’une des premières écoles, témoigne de l’importance accordée au “ contact ” et à l’“impression ” qui perdure malgré la “ technicisation ” -psychologique- des méthodes de sélection. “ Le bachot ou pas, c’est un faux problème. J’ai eu un garçon, aujourd’hui il est directeur de centre… Je me suis tâté… je l’ai pris. Même sans bachot. Il avait attrapé sa culture derrière un établi ; il avait une culture au sens vrai, beaucoup plus intéressante pour devenir éducateur, du bon sens, un esprit concret. J’aimais mieux ces gars là que ceux qui raisonnaient à travers l’Œdipe ”. (Muel-Dreyfus Francine, « L’initiative privée : le terrain de l’éducation spécialisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n°32-33, Avril-Juin 1980, p. 29).
24 La littérature spécialisée a vu fleurir, dès les années 1949-1950, toute une série contradictoire d’articles parfois violents concernant l’opportunité d’exiger le baccalauréat à l’entrée des écoles d’éducateurs. Toulouse demande le baccalauréat contrairement à Montesson, par exemple. Ce débat récurrent de plus de cinquante ans repose notamment sur le refus de la part d’une grande majorité d’acteurs d’assimiler les qualités intellectuelles au niveau scolaire. Défenseurs acharnés de l’importance première des critères psychologiques, ils estiment, de fait, que le baccalauréat “ n’est ni nécessaire, ni suffisant pour faire un bon éducateur. Il témoigne tout au plus d’une certaine aptitude à suivre les cours magistraux, à assimiler le côté théorique de votre métier. Voilà ce que vous dites entre vous et que vous avez raison de dire. Pecharbier, « Compte-rendu de l’allocution prononcée au 1er congrès de l’ANEJI des 24-26 octobre 1964 ». Liaisons, n° 53, Janvier 1965, p. 95. La suite de la citation est significative : « Mais à l’extérieur, que pense-t-on ? Votre carrière est examinée par rapport à celle des gens dont on exige au départ qu’ils aient certains diplômes. Il est donc important que vous continuez à passer pour bachelier ou assimilés ». Ce que conforte un directeur d’établissement près de trente ans après. « Soyons clairs ! Pour pratiquer ce métier, les qualités humaines primeront toujours. Or le Bac ne fait pas la valeur humaine. (…) Je suis tout à fait solidaire de ceux qui prônent le Bac comme non obligatoire (il s’agit d’un réel projet d’éducateur) mais sans pour cela laisser la porte ouverte à tous ceux qui sont en revanche contre l’école. » (Chalaguier Claude, « Recherche hommes désespérément », Lien social, n°153, 23 janvier 1992, p. 10). Ces exemples, loin d’être uniques, illustrent les conceptions idéologiques spécifiques du secteur de l’éducation spécialisée. Encore à ce jour, les propos tenus fréquemment et régulièrement par les professionnels du secteur de l’éducation spécialisée trouvent un écho chez nombre de formateurs ou de personnels des centres de formation.
25 Monique Alliod . citée par Paul Fustier., Pouvoir et formation, Paris, Epi, 1976, pp. 57-58.
26 Extraits de réponses aux questionnaires remplis par les étudiants des cinq écoles étudiées.
27 René Kaës cité par Paul Fustier., Op. cit., 1976, pp. 26-27.
28 Jean-Yves Lassaire, Les théories métisses des éducateurs : savoirs professionnels et représentations, Paris, L’Harmattan, 2004.
29 Jean-Pierre Dartiguenave et Jean-François Garnier, L’homme oublié du travail social – Construire un savoir de référence, Ramonville St Agne, Eres, 2003, p. 14.
30 Pierre Bourdieu., Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 123.
31 Francine Muel-Dreyfus., « L’initiative privée : le terrain de l’éducation spécialisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n°32-33, Avril-Juin1980, p. 29.
32 Formateur ITS, formatrice IRTS et responsable de sélection ISIS.
33 Bilan professionnel d’une candidate admise à ISIS. (C’est nous qui soulignons en gras).
34 Alain Meyniel., « L’identité professionnelle des éducateurs : une unité contradictoire », Forum, n°83, Mars 1998, p. 33.
35 Jean-Louis Korpes , « Stages et modèles professionnels », T.R.A.C.E.S., IRTS Montrouge.
36 cf. à ce propos l’article d’Elisabeth Maurel., « De l’observation à la typologie des emplois sociaux », dans Noël Chopart (dir.), Les mutations du travail social – Dynamiques d’un champ professionnel, Paris Dunod, 2000, pp. 25-52.
37 cf. Luc Boltanski et Laurent Thévenot., De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, 1991.
38 Les écoles visent « une préparation de l’élève à son futur métier dans une perspective de développement de la personne (au sens roggerien), ou en termes d’avènement du sujet (au sens lacanien) ; pour ce faire, il lui donne tous les moyens de développer ses potentialités humaines (lesquelles seront sollicitées plus tard quotidiennement) ; à ce moment-là, une sélection doit être mise en place, permettant de déceler ses capacités psychologiques émotionnelles et sociales, au moment de son entrée en formation ! » écrivait Joël de Martineau, Formation paradoxale et paradoxes de la formation, Toulouse, Privat, 1984, p. 42.
39 Micheline Rampoldi citée par Paul Fustier., Pouvoir et formation, Paris, EPI, 1976, p. 88.
40 Fondements énoncés en d’autres périodes : « Alors que les stagiaires et les chefs d’établissement semblent souhaiter une formation explicite avec un objet formel clairement exprimé, à l’intérieur desquels chacun puisse puiser ce qui correspond à son besoin, il semble en revanche aux formateurs que la plus grande partie de la formation doit venir du stagiaire. Il est ainsi souhaité : - que le stagiaire fasse lui-même sa demande de formation et la précise par l’élaboration d’un projet de formation individuel. (…) - que la formation soit d’abord, pour le stagiaire, l’occasion de prendre conscience de ce qu’il sait déjà. - que ce soit le vécu antérieur et professionnel d’une part, la vie de groupe d’autre part qui constituent les supports privilégiés de sa formation » (Comité de Liaison des Ecoles et centres de formation de Moniteurs-Educateurs, Semaine d’étude  à l’I.N.E.P. de Marly le Roi, 25 Février-1er Mars, 1974, p. 17).
41 Patrick Watier, Etude sur la pédagogie des écoles d’éducateurs spécialisés, Paris, Fédération Nationale des Comités d’Entente et de Liaisons des Centres de Formation des Travailleurs Sociaux, mars 1983, p. 65.
42 Cf. Gilles Ferry, Le trajet de la formation. Les enseignants entre la théorie et la pratique, Paris, Dunod, 1983.
43 Paul Fustier, L’identité de l’éducateur spécialisé, Paris, Ed. Universitaires, 1972, p. 62.
44 « le rôle d’un centre de formation est essentiellement de faire émerger les potentialités des personnes en formation (…) (par) un échange permanent entre formateurs et éducateurs grâce à des rapports vrais et personnalisés, grâce aussi à un respect réciproque » (Patrick Watier, Etude citée, p. 65).
45 Cf. Luc Boltanski et Laurent Thévenot, Op. cit.
46 Jean-Yves Lassaire, Op. cit.
47 Mémoire du DEES, Buc Ressources, 1996, pp. 27-29.
48 « Pour que la relation existe, il faut créer des liens. Pour cela, on utilisera la parole, l’écoute, le conseil, la disponibilité, l’affectif, la présence… autant de dons de la part de l’éducateur qui seront au service du lien (…) l’acquisition de techniques a fait que l’éducateur est devenu un professionnel. Il n’en reste pas moins que l’éducateur est une personne qui éprouve naturellement le besoin d’aller vers l’autre et qui a une aptitude à entrer en relation et à venir en aide (…) Il me semble important de souligner cet aspect car il met bien en évidence la nécessaire complémentarité des qualités innées du futur éducateur et de son aptitude à exploiter ses qualités. Je considère cependant que les motivations originelles de l’éducateur sont fondamentales (…) Recevoir ces mots et accepter l’image sous jacente que l’on se fait de l’éducateur en tant que personne qui a du cœur, comme le “ bon samaritain ” est difficile à admettre. Cependant, avec le recul, je pense que la recherche de la relation éducative est motivée par des raisons personnelles expliquant l’attirance accompagnée d’une aptitude à aider l’autre à entrer en relation. (…) Il y a donc bien une notion de don de soi inhérente à la profession. » (Mémoire du DEES, ITS Tours, 1996, p. 18 et pp. 36-37).
49 Cf. Michel Tachon., Recherche sur les processus de professionnalisation : analyse dans le secteur de l’enfance inadaptée au cours de la période 1945-1980, Lyon, Mars 1988.
50 Jacques Trémentin, Lien social, n°592, 11 octobre 2001, p. 16.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edith Montmoulinet, « Le centre de formation : une courroie de transmission non négligeable dans la construction de la professionnalité des éducateurs spécialisés », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°6 | Automne 2008, mis en ligne le 30 janvier 2009, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/4943

Haut de page

Auteur

Edith Montmoulinet

Édith Montmoulinet est docteur en sociologie. Sa thèse, dirigée par François Dubet, porte sur la socialisation professionnelle des éducateurs spécialisés et le rôle joué par les centres de formation dans la construction de l'identité professionnelle de ce corps de métier. Ses travaux universitaires antérieurs prennent appui sur le matériau recueilli au cours de son expérience d'éducatrice spécialisée auprès des Gens du voyage. Elle participe depuis plus de dix ans à la formation des travailleurs sociaux et, actuellement, exerce comme formatrice à l'IRTS d'Aquitaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org