Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Patrick Rousseau, Pratiques des écrits et écriture des pratiques; La part « indicible » du métier d'éducateur

2007, L'Harmattan Série Éducation Familiale
Céline Matuszak
Référence(s) :

Patrick Rousseau, Pratiques des écrits et écriture des pratiques; La part « indicible » du métier d'éducateur, 2007, L'Harmattan Série Education Familiale

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, résultat du travail de thèse en sciences de l'éducation, Patrick Rousseau questionne simultanément l'écriture des pratiques et la pratique de ces écrits. C'est ainsi l'originalité de ce double questionnement, qui rend intéressant à plus d'un titre cette recherche.

2Parce qu'elle tend à observer le continuum de l'intervention éducative sur plusieurs mois, parce qu'elle s'arrête un temps sur les modalités concrètes d'intervention du travailleur social et non sur les bénéficiaires de l'action, les pratiques de l'éducateur y sont analysées à la loupe. Le point de vue de Patrick Rousseau est de prendre l'écrit comme le résultat d'une pratique professionnelle nous renseignant sur l'activité d'un éducateur au quotidien. L'étude du métier d'éducateur sous l'angle de son identité, pose l'hypothèse que celle-ci s'avère problématique, au-delà des caractéristiques d'une profession récente qui demande aux acteurs une constante justification de leurs pratiques et de leurs domaines d'intervention.

La question du paradoxe et du contrôle social

3Le cadre de l'Action Educative en Milieu Ouvert (AEMO) exercée dans un cadre judiciaire ordonne deux facettes du métier de l'éducateur, une part d'aide inhérente à toute intervention sociale et une part de contrôle. La question du contrôle social comme donnée inhérente au travail de l'éducateur sert de postulat à la thèse de Patrick Rousseau. Dans ses rapports écrits, l'éducateur expose longuement le résultat d'une pratique d'observation, mais il se montre beaucoup plus discret dans l'explicitation des procédés qui lui ont permis d'effectuer cette observation. Pour l'auteur, la difficulté réside dans le fait que dire ce qu'on fait, c'est prendre le risque d'être évalué ou d'être contrôlé. L'apport théorique d'Yves Barel sur ce point est primordial en montrant à quel point l'approche paradoxale est fructueuse pour réfléchir sur le travail social dans toutes ses complexités.

La diversité des actes

4Concernant le matériau analysé, il s'est porté sur deux corpus distincts, les rapports écrits dans le contexte professionnel et la tenue d'un livret de suivi pendant neuf mois pour vingt éducateurs volontaires. Cette approche a également été complétée par la position double de l'auteur, celle du chercheur questionnant un terrain, mais également celle du professionnel, directeur d'un service d'action éducative. Une grille fine des énoncés a été établie pour comprendre la matérialité de ces observations retranscrites dans les rapports et dans les livrets de suivi, forme de révélateur des intentionnalités particulières des professionnels.

5Celle-ci a permis d'arriver à quelques conclusions : d'abord, la faiblesse des actes sur le réseau social et familial est apparue majeur, elle est analysée par le fait que ces rencontres ou contacts sont souvent initiés par le réseau lui-même. Elle coïncide, nous dit Patrick Rousseau, avec une certaine frilosité des professionnels à dépasser le stade de la cellule familiale stricto sensu. Les actes inscrits dans le cadre d'un partenariat (école, PMI, ASE, etc.) et de ce que Patrick Rousseau appelle un « partenariat exceptionnel » (MECS, service de psychiatrie, etc.) restent majoritaires et s'inscrivent en complément de l'intervention éducative. Ce dernier partenariat, longuement analysé par l'auteur, ne constitue pas un obstacle au travail partenarial. Au contraire, « il a été observé que celui-ci a une incidence notable sur le plan des pratiques, à la fois dans l'analyse et dans les interventions concrètes » (p.184). Enfin, les actes réalisés en direction des membres de la famille ont été recensés.

6Le travailleur social est tiraillé entre la question récurrente « à quel rythme rencontrez-vous les familles ? » et à la nécessité d'une approche avant tout qualitative et évaluative. Pour autant, la visite à domicile est centrale dans le travail éducatif dans un contexte d'AEMO, elle reste également très difficile à gérer pour le travailleur social et la famille : Comment observer et rendre compte de l'intimité d'une vie de famille et pour autant renoncer à toute action dans l'intime ? Nous sommes ici au coeur de la problématique du contrôle social.

Décryptage des pratiques

7Dans le dernier chapitre de son ouvrage, l'auteur se propose de décrypter les pratiques qui ont été mises en rapport. L'analyse de contenu permet une lisibilité des pratiques à travers ces rapports écrits. Le premier constat qui ressort de cette analyse fouillée est la prépondérance de la pratique de l'observation, socle du métier de l'éducateur. De plus, la culture psychologique y est extrêmement marquée, signe d'un travail pluridisciplinaire en AEMO où psychologues et psychiatres participent aux réunions de service. Ainsi, Patrick Rousseau décrypte l'ensemble des marqueurs de l'intervention et des différentes pratiques observables dans ces écrits récoltés. Avec l'apport de Catherine Kerbrat-Orecchioni, les problématiques liées à l'énonciation sont ainsi décodées : les modalisateurs, la question de l'implicite dans ces rapports ou encore le problème de la distance énonciative, du discours rapporté sont convoqués pour donner du sens et rendre lisible les pratiques des éducateurs à travers leurs écrits.

  • 1  Pierre Delcambre, Ecriture et communications de travail, Pratiques d'écriture des éducateurs spéci (...)

8Ainsi, dans la lignée des travaux de Pierre Delcambre1, c'est bien la définition de l'identité d'une profession et de sa représentation qui sont en jeu à travers ses écrits. Particulièrement instable, elle est caractérisée par une grande incertitude et une part indicible de la relation qui se noue entre l'éducateur et la famille au quotidien. Patrick Rousseau nous livre une analyse fouillée et riche, aux multiples angles d'intérêt qui donneront des balises à ceux qui souhaitent comprendre de quoi est fait le métier d'éducateur dans son quotidien.

Haut de page

Notes

1  Pierre Delcambre, Ecriture et communications de travail, Pratiques d'écriture des éducateurs spécialisés, Lille, Communication éditions Septentrion, Presses universitaires, 1997, 324 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Matuszak, « Patrick Rousseau, Pratiques des écrits et écriture des pratiques; La part « indicible » du métier d'éducateur », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°6 | Automne 2008, mis en ligne le 15 octobre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://sejed.revues.org/5152

Haut de page

Auteur

Céline Matuszak

Céline Matuszak est docteur en sciences de l’information et de la communication et membre du laboratoire GERIICO de l’université de Lille 3. Sa thèse portait sur les Stratégies cybermédiatiques des mouvements anarchistes et nationalistes révolutionnaires : parcours sémiotique dans l’internet de mouvements transgressifs, soutenue en 2006. Ses recherches, inscrites dans le champ de la socio-sémiotique et de la communication politique, portent sur l’analyse des dispositifs de communication et de la notion d’information dans les environnements numériques. Elle est actuellement formatrice-chercheure à l’ENPJJ où elle développe des recherches sur les écrits professionnels et les usages de l’internet chez les adolescents.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org