Navigation – Plan du site
Dossier

Être cadre dans le secteur de l’éducation spécialisée : Quelle (s) professionnalité (s) dans un contexte de rationalisation de l’action publique ? 1

Being an executive in the area of special education work : what professionality (ies) in a context of rationalization of public action ?
¿Ser directivo en el sector de la educación especial: Qué profesionalidad(es) en un contexto de racionalización de la acción pública?
Hélène Chéronnet

Résumés

Cet article envisage les modalités selon lesquelles le travail d’encadrement de professionnels, qui réalisent une activité d’aide aux personnes, se transforme sous les orientations libérales des politiques publiques.
Nous cherchons à décrire les contraintes qui pèsent sur les établissements sociaux et médico-sociaux et les effets de la diffusion d’une culture du résultat et de l’évaluation permanente des dispositifs et des individus sur la valorisation d’une nouvelle légitimité relative aux pratiques d’encadrement.
Nous interrogeons ici l’impact de la référence au travail social, envisagé comme une relation de service, sur le travail d’encadrement des directeurs et des chefs de service des établissements sociaux et médico-sociaux et sur la place laissé à l’usager dans une telle perspective.
Les évolutions dans la gestion politique et technique des administrations publiques et parapubliques, le nouveau mode de régulation de la question sociale peuvent confronter les cadres, dans leur travail d’encadrement, à un certain nombre de paradoxes. On cherchera à mettre en évidence les modalités selon lesquelles les professionnalités2 se remanient pour sauvegarder une identité de métier et pour tenter, dans la définition du travail et de son organisation, de garder une place à l’usager pour continuer à contribuer ainsi au maintien du lien social.

Haut de page

Texte intégral

Travail social et politiques publiques

Les enjeux relatifs au traitement de la question sociale

  • 1  L’auteur souhaite remercier Bertrand Ravon pour la lecture attentive de cet article et pour ses co (...)

1Les référentiels actuels des politiques sociales traduisent un nouveau mode de régulation de la question sociale où l’on passerait d’une activité d’aide aux personnes, qui a d’abord contribué à garantir le pacte social républicain, à un principe de rationalisation des moyens visant l’obtention de résultats.

  • 5  pour beaucoup d’établissements sociaux et médicosociaux, il s’agit de la signature de contrats d’o (...)
  • 6  administratives et/ou juridiques relatives à l’hygiène, la sécurité, le droit des personnes

2Dans le contexte français, la modernisation des administrations publiques, engagée dès les années 1970, a débouché, dans les années 2000, sur le renouveau du service public puis sur la réforme de l'État pour aboutir à la réforme du cadre de la gestion publique via la promulgation de la loi organique relative aux lois de finance du 1er août 2001. L’ensemble de ces évolutions a favorisé l’émergence de nouveaux paradigmes tels que : le développement de la contractualisation5, l’exigence de qualité avec l’installation croissante de normes6, l’introduction d’une politique d’évaluation des pratiques professionnelles, de l’organisation des services proposés à la personne, des moyens nécessaires à la délivrance de ces services et enfin, de toute action concourant à une prise en charge globale de la personne, en en garantissant la qualité et l’efficience.

  • 7  IGAS, « La formation des cadres du secteur social : trois écoles en quête de stratégie », Rapport (...)

3Dès 1998, un rapport de l’IGAS7 affirme que la formation des cadres du secteur social et médico-social doit permettre d’accompagner les changements structurels nécessaires dans l’organisation et dans les modes d’action des services. L’Inspection générale des affaires sociales énonce ainsi les objectifs assignés aux formations des cadres du social :

  • Participer à la modernisation de l'État en promouvant la mise en œuvre des grandes politiques sociales (cf. maîtrise des dépenses sociales, sécurité sanitaire ou aménagement du temps de travail, meilleure efficacité du service public)

  • Transformer les rapports entre l’administration centrale et les services déconcentrés de l'État.

  • Améliorer le rapport coût/efficacité des services au bénéfice du patient, de l’assuré, du contribuable.

4Conformément aux orientations de la loi organique relative aux lois de finance, ces préconisations de l’IGAS introduisent la perspective d’une évaluation sur les critères de la bonne gestion économique des moyens alloués.

  • 8  Pour Michel Autès, l’efficacité symbolique du travail social se mesure à la capacité des professio (...)
  • 9 Patrice Duran, « Le pouvoir politique pris aux mots. Action publique, politique publique, service p (...)

5L’introduction de normes de productivité dans une activité à caractère relationnelle8, censée évaluer l’efficacité de l’activité d’aide aux personnes mais également son coût, contribue à redéfinir la notion de service public et Patrick Duran décrit un glissement sémantique de ce terme, qui sous-tend l’idée d’un intérêt général énoncé par le politique, au vocable de service au public qui connote ici l’influence d’une logique marchande. Ces observations s’inscrivent dans une période historique où le pouvoir politique évolue du « pouvoir sur » (la maîtrise des individus et des groupes) au « pouvoir de » (la capacité de produire des résultats). Pour Patrice Duran, le pouvoir politique doit intégrer une nouvelle dimension qui est liée à sa capacité à traiter les problèmes qui affectent la collectivité. Les citoyens sont attentifs à la performance des autorités publiques et l’efficacité de l’action publique est l’un des critères de la légitimité du pouvoir9.

  • 10  Afin de créer un véritable marché intérieur des services pour 2010, la directive « services » vise (...)

6Dans le cadre européen, les débats qui se sont engagés autour de la « directive services10» ont cristallisé l’attention sur la question de la modernisation des services sociaux d’intérêt général. La première proposition de la Commission européenne considérait les services sociaux comme des services à caractère économique susceptibles d’être soumis à la libre concurrence. Cette proposition posait la question du cadre dans lequel les services sociaux devaient s’exercer et valorisait le principe du pays d’origine qui remettait en cause les situations sociales des professionnels, acquises dans le cadre des différentes conventions collectives. Au regard des principes européens, les services et établissements sociaux exerçant des missions de service public dans le cadre d’une gestion associative, pourraient être considérés en situation de monopole.

  • 11  Actualités sociales hebdomadaires, 5 juillet 2002, n°2270. On peut se référer aux politiques de pa (...)

7En France, dès 2002 le MEDEF revendique l’ouverture aux entreprises privées de tous les domaines d’activités y compris le logement social et les services d’intérêt général. Il réclame la suppression des avantages sociaux et fiscaux de l’économie dite sociale. Il dénonce les subventions dont bénéficient les associations, notamment celles du secteur sanitaire et social, qui réalisent 38% du budget du monde associatif et concentrent 49% des financements publics. Le MEDEF suggère de « solvabiliser la demande d’action sociale plutôt que de subventionner l’offre pour mettre sur un pied d’égalité les différents acteurs et rendre aux citoyens la liberté du choix du prestataire »11.

8Le compromis adopté par le Conseil de l’Union européenne en décembre 2006 a finalement écarté du champ d’application de la directive « les services sociaux dans le domaine du logement, de l’aide à l’enfance et de l’aide aux familles et aux personnes dans le besoin qui sont assurés par l'État au niveau national, régional ou local par des prestataires mandatés par l'État ou par des associations caritatives reconnues comme telles par l'État avec pour objectif d’assister des personnes qui se trouvent de manière permanente ou temporaire dans une situation de besoin particulière… »

  • 12  Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux.

9L’exclusion des services sociaux et des services de soins du champ d’application de la directive résulte d’un intense lobby, c’est à dire une conjonction entre des positions de l'État français et des pressions de l’initiative associative comme par exemple les mobilisations de l’UNIOPSS12 sur cette question,  mais elle ne règle pas pour autant la question de manière définitive. En l’absence d’une directive cadre spécifique, les services sociaux restent régis par les principes européens. Les associations gestionnaires sont tributaires de décisions possibles de la Cour européenne de justice à laquelle, en cas de recours, reviendra la responsabilité de définir ce qui relève ou non du service social public.

10L’idéal gestionnaire, impulsé par les politiques publiques, participe à un travail d’imposition du sens et à la création de nouvelles catégories de perception du monde social. L’introduction d’une logique de marché, dans le travail social, impulse des contraintes de qualité et une différenciation de plus en marquée des « services ». On observe les effets de la rationalisation du traitement de la question sociale. Ceux-ci se traduisent par l’adhésion des élus et des fonctionnaires à un ordre normatif et technique. On assiste à un revirement de l’orthodoxie où le travail social ne pouvait rien dire d’une rencontre entre un usager et professionnel envisagée comme un « colloque » singulier  à l’illusion de vouloir/ pouvoir tout prescrire. Le travail social emprunte au secteur industriel des techniques pour mesurer la qualité de l’organisation du travail et attester d’une administration générale des établissements sociaux et médico-sociaux basée sur des procédures objectives plutôt que sur des personnes. On passe ainsi d’une culture professionnelle qui valorisait l’idéal du chef charismatique à une incitation à administrer de manière rationnelle une activité à forte composante relationnelle. Ceci s'inscrit, pour la prise en charge publique, dans la rhétorique de la « juste compensation » du service rendu.

11Ainsi, se généralise l’usage d’instruments valorisant une culture du résultat tels que les logiciels d’évaluation, les manuels de procédure qualité, les tableaux de bord des taux d’occupation des établissements, les procédures de prévention des risques. L’accent est mis sur la formalisation et le repérage des modes d’organisation du travail mais également des modes de traitements des demandes en faveur des usagers (gestion informatisée des demandes de placements et des informations relatives à la situation de l’usager, tableaux de bord des taux d’occupation des établissements). La loi du 2 janvier 2002  rénovant l’action sociale et médico-sociale vient conforter le droit des usagers mais elle affiche également une volonté de responsabilisation des organisations publiques ou parapubliques dans la gestion des fonds publics dans le but d’en renforcer la transparence.

Travail social et gestion publique

12Même si du point de vue de la sociologie des groupes professionnels, le travail social doit pouvoir être étudié au même titre que n’importe quelle autre activité, ce n’est pas pour autant que l’on peut aisément passer d’une situation où l’on ne pouvait rien en dire, comme l’exprime la notion de « colloque singulier » à celle de tout vouloir prescrire. Différents auteurs ont montré le statut particulier de cette activité.

  • 13 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l'héritage de Vichy, l'Harmattan, coll. le travail du social, (...)
  • 14  Michel Chauvière,« Quelle qualification pour quelle demande sociale ? » dans Jean-Louis Martinet. (...)

13Michel Chauvière a décrit l’intervention de l’Etat, sous le régime de Vichy, pour contrôler les structures associatives œuvrant pour l’enfance inadaptée ou délinquante13. Pour cet auteur, les ARSEA (associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence) représentent des pièces maîtresses de l’étatisation du secteur de l’éducation spécialisée « bien qu’elles conservent l’apparence et, d’une certaine manière, l’économie effective du secteur privé »14. Il s’agit de structures hybrides issues de la loi de 1901 sur la liberté des associations. Elles représenteraient un instrument au service de l'État pour contrôler ce qui se met en œuvre en matière de gestion et d’encadrement de la jeunesse. Leurs statuts doivent être approuvés par l’administration publique et leurs conseils d’administration comporter plus d’un tiers de fonctionnaires.

  • 15  Jean-Yves Trépos, Sociologie de la compétence professionnelle, Presses universitaires de Nancy, 19 (...)

14Pour Jean-Yves Trépos, le champ du travail social s’affirme dans un rapport complexe à l’initiative publique dans la mesure où ses représentants légitimes recherchent la reconnaissance d’une spécificité, et donc d’un monopole d’intervention, mais promeuvent dans le même temps leur propre philosophie du monde social. Le champ du travail social apparaîtrait donc comme un univers bien particulier, à la conquête de son autonomie relative, dans un processus contradictoire qui se fait contre et par l’institutionnalisation15.

  • 16  Mathieu Hély, Servir l'intérêt général ou produire de l'utilité sociale? Avenir de la fonction pub (...)

15Mathieu Hély reprend le terme « hybride » pour qualifier l’emploi associatif qui relève juridiquement du droit privé mais qui a pour finalité d’accomplir un projet dont l’utilité sociale est reconnue. La notion d’ « utilité sociale » s’entendrait comme la contribution du salariat associatif à la réalisation d’un projet orienté vers la prise en charge d’intérêts collectifs par le biais de fonctions de soins, d’assistance, de formation, d’éducation, d’insertion, d’encadrement sportif et artistique. L’examen des fonctions accomplies et des caractéristiques des individus qui les réalisent permettrait de conclure à une proximité de l’emploi associatif avec la fonction publique16.

  • 17 Michel Autès, « La relation de service identitaire, ou la relation de service sans services », dans (...)

16Selon Michel Autès, la finalité du travail social est de promouvoir des projets collectifs d’intégration sociale tout en maintenant des objectifs d’adaptation et de réparation des individus les plus fragilisés. Le travail social ne serait pas une activité comme une autre car dans la relation circulent à la fois des demandes matérielles et des questions existentielles. L’objet de sa transaction porte sur la personne elle-même, sur son rapport à la société, sur son rapport au monde. Il s’est construit au carrefour de deux logiques, celle de l’assistance républicaine qui a promu des politiques publiques de redistribution des fruits de la croissance en faveur des plus démunis, celle de la restauration de l’autonomie et des capacités d’action d’un individu. Ni totalement répressif, ni totalement émancipateur, c’est précisément cette complexité qui constitue la nature particulière de ce travail17.

Politiques publiques / professions / organisations

  • 18  Christian Bachman, Jacky Simonin, Changer au quotidien. Une introduction au travail social, Tome 1 (...)
  • 19  Appellation donnée par les chercheurs du programme MIRE « Observer les emplois et les qualificatio (...)

17Les politiques sociales, arrêtées par les fonctionnaires de l'État mais également, depuis les lois de décentralisation, par les élus locaux, peuvent être définies comme l’organisation des mesures juridiques et économiques afférentes à l’Action sociale18. Elles n’associent généralement pas les travailleurs sociaux à leur réflexion, mais elles déterminent pourtant leur champ d’action. C’est pourquoi, sur le plan théorique, notre analyse s’inscrit dans le cadre de la sociologie de la réflexivité. Elle permet de porter, avec la notion de champ de la question sociale, une attention particulière aux incidences des catégories des référentiels des politiques publiques sur l’évolution des normes de l’exercice professionnel. Cette sociologie contribue à inscrire l’observation du travail d’encadrement dans une analyse plus globale du fonctionnement social et de mieux comprendre comment le travail social se transforme sous l’impact des politiques publiques, comment l'État régule un marché des métiers qui s’est professionnalisé, et donc clôturé, au moins pour les professions canoniques19, comment à travers l’impact des politiques sociales, il définit les professionnalités légitimes.

  • 20 Hélène Chéronnet, La structuration des fonctions d'encadrement dans le secteur  de l'éducation spéc (...)
  • 21  Lise Demailly, « Les métiers relationnels de service public : approche gestionnaire, approche poli (...)

18Notre travail de recherche relatif à la structuration des fonctions d’encadrement dans le secteur de l’éducation spécialisée20 s’est organisé sur la base de l’observation des interactions entre politiques publiques, professions et organisations. Dans cette perspective, les contributions de Michel Chauvière sur le travail social et ses héritages, celles de Lise Demailly et de Michel Autès relatives aux modalités selon lesquelles les catégories légitimes de l’action publique remanient les professionnalités et les organisations ont considérablement nourri notre réflexion et nos publications21.

19Nous avons, dans notre thèse de sociologie, identifié les différents textes législatifs et réglementaires qui ont organisé le travail social. Nous avons décrit les référentiels de ces politiques publiques et nous les avons analysés comme autant de catégories structurant les professionnalités et les logiques de professionnalisation.

  • 22 Jacques Ion, Jean-Paul Tricart, «Une entité sociale problématique : les travailleurs sociaux, dans (...)

20Dès 1985, l’article de Jacques Ion et Jean-Paul Tricart22 fait le point sur la politique de « modernisation active » qui touche le travail social. Les auteurs montrent que l’adoption, dans les années 1968/72, du terme « travail social » permet une activité de rédéfinition de l’activité des salariés issus des domaines « anciens » de l’assistance, de la rééducation et de l’animation. Cette construction sociale, à l’initiative principalement des centres de formation des travailleurs sociaux, est relayée par les services du ministère de la Santé et du Commissariat général au plan qui cherchent à définir une politique d’action sociale cohérente et globale. Cette appellation préfigure le renouveau du service public et annonce déjà la recherche de nouveaux critères d’efficience et de performance des politiques publiques, dans la perspective d’une gestion plus technique et davantage coordonnée.

21La dénomination « travail social »  contribue à la professionnalisation des travailleurs de ce champ car elle leur reconnaît un statut de salarié, qui présente la particularité de reconnaître l’activité de relation avec les personnes comme un travail et leur permet de jouir d’une certaine autonomie professionnelle.

  • 23  Jacques Donzelot, «L'entrée en politique de l'action sociale» dans Revue POUR n°119. Il s'agit de (...)
  • 24  référence à une vulgarisation de la nosographie psychiatrique, pratique de la relation duelle, abs (...)
  • 25  L’insertion, écrit Michel Autès, devient le lieu du discours sur l’efficacité et valorise un savoi (...)

22Jacques Donzelot décrit l’entrée en politique de l’Action sociale23. Il montre que si les lois de décentralisation confèrent aux élus un rôle déterminant, l’articulation des politiques locales et de celles à l’initiative de l'État reste complexe. Les politiques, qui se veulent transversales, impulsées par l'État au niveau des départements et des régions récusent l’efficience du travail social classique24. Elles invitent à un décloisonnement des univers professionnels, à un fonctionnement en réseaux avec des acteurs sociaux divers. Elles encouragent le développement des valeurs d’initiative, d’adaptation et de souplesse (c’est précisément ce rôle que va jouer l’ingénieur social dans le cadre des politiques de la ville25).

23Les deux vagues de décentralisation confirment la rhétorique de la démocratisation de l’action publique, la valorisation de son élaboration au plus près des besoins des citoyens et un mouvement de territorialisation des politiques publiques. Elles induisent l’incontournable inscription du travail social sur un territoire et elles initient une recomposition du système d’acteurs sociaux par une incitation au rapprochement entre la sphère du politique et celle de l’intervention sociale.

  • 26  Pierre Rosanvallon identifie l’enjeu comme « étant celui de développer un autre mode de prise en c (...)
  • 27  Christian Bachman, Michel Chauvière, « Requalifier le travail social ? Entre localisme et nouvel i (...)

24L’accroissement du chômage entraîne une augmentation quantitative et qualitative de la pauvreté et dès les années 1980, le doute s’installe quant à la pertinence des actions des travailleurs sociaux en faveur de l’insertion des personnes. Avec l’apparition de ceux que Jacques Donzelot a nommé les « surnuméraires » encore appelés les « normaux inutiles » par Robert Castel, les pouvoirs publics se saisissent de la question de l’insertion. L’adoption du vocable « intervention sociale » vient légitimer le modèle de la médiation où il ne s’agirait plus d’intégrer l’individu en lui faisant accepter les normes collectives mais de penser différemment le lien entre les individus et les institutions26. On observe une légitimation de la figure de l’expert comme professionnel susceptible de mettre en synergie, afin de recréer du lien social, les services proposés par les différentes institutions. Michel Chauvière qualifie de « clientéliste » la logique selon laquelle les décideurs locaux favorisent des projets plutôt que d’autres, initient des partenariats « pragmatiques et opportunistes » pour promouvoir un travail social qui satisfasse leurs électeurs27.

25La nouvelle orthodoxie promeut un travail social utile, centré sur la réponse au détriment de l’aide destinée à des populations « à la marge » ou en situation de rupture sociale. Celui-ci entre désormais dans le champ de compétence du nouveau management public. On assiste au développement d’une politique d’évaluation des actions entreprises avec l’instauration de critères administratifs qui vont légitimer ou non les projets réalisés.

  • 28  Les politiques publiques récusent l’assistance où les secours publics sont une dette sacrée pour u (...)
  • 29  Michel Chauvière dénonce la discrète sanitarisation du social et parlant de l’usage de la tarifica (...)

26Dans les référentiels des politiques sociales (loi du 2 janvier 2002 par exemple), l’approche globale de la personne est valorisée. Mais, le passage d’une logique d’assistance à la référence au modèle du contrat a des effets de segmentation sur l’accompagnement des personnes, où il s’agit de répondre, pour chacune des difficultés repérées, par une offre de service (pas nécessairement coordonnée) et ce, sous condition de l’implication de la personne28. L’accompagnement de cette dernière s’envisagerait à travers un certain nombre d’actes professionnels comme la distribution des secours, le conseil, la réassurance, la remise en forme d’individus connaissant des difficultés provisoires. Le recours à la relation de service, qui entretient l’illusion d’un bénéficiaire ayant un statut de « client potentiel », fait l’impasse, selon Michel Autès, sur la nécessaire co-production du service et sur une évolution des problématiques qui ne peut s’envisager que dans le temps29.

  • 30 Lise Demailly, « Les métiers relationnels de service public : approche gestionnaire, approche polit (...)

27Pour Michel Autès, l'État social laisse place à un État libéral. Celui-ci envisage le traitement de la question sociale sur un mode marchand en faisant l’impasse, sous prétexte de modernité, sur la nature politique et éthique de ces métiers. Pour Lise Demailly, l’adoption de la catégorie « prestation de service » pour penser l’activité des métiers relationnels apparaît comme une rationalisation qui rapproche les unes des autres un certain nombre d’activités de travail. Cette dénomination rassemble des activités qui relèvent autant des biens et des services que de l’industrie ou encore des métiers qui incluent une relation humaine. Elle amalgame de surcroît les productions matérielles et immatérielles. Elle entraîne un glissement d’une légitimité politique vers une légitimité technique et procédurale30.

La recherche au regard des travaux existants

  • 31  Formation Santé-Social, n°57, Décembre 2003, Dossier Contrat d'études prospectives

28Notre recherche s'inscrit dans l’univers occupationnel du secteur social et médicosocial. C’est un secteur qui comporte 19 000 établissements et services. Il recense plus de 320 000 emplois avec un taux de féminisation de 72%. Le secteur social et médicosocial de la branche professionnelle est marqué par son ancrage dans le secteur du handicap (42 % des établissements et 45 % des emplois) et dans celui du travail auprès des populations en difficulté (22 % des établissements et 17 % des emplois)31.

29Les cadres que nous étudions sont des directeurs et des chefs de service éducatifs qui exercent dans les établissements sociaux et médicosociaux. Les premiers gèrent ces structures tant sur le plan des moyens matériels que financiers, en principe en phase avec les politiques sociales, tandis que les seconds assument, sous l’autorité et la responsabilité des directeurs, l’organisation et le fonctionnement du service éducatif de l’établissement. Ils sont également responsables du projet élaboré avec la personne accueillie.

30Toutefois, si les référentiels professionnels des directeurs des établissements sociaux et médicosociaux, sous l'impulsion des politiques publiques, valorisent très nettement les registres de la gestion administrative et budgétaire et la mobilisation des « ressources humaines » dans l'activité d'encadrement, on observe un attachement historique de ces professionnels à l'implication dans l'action éducative. De ce fait, on ne peut, au risque de l'artéfact, décrire une activité d'encadrement qui ne s'inscrirait que dans le registre de l'organisation. Il nous paraît davantage pertinent d'interroger les modalités selon lesquelles ces directeurs concilient une culture de métier et un statut de cadre.

31La question se pose différemment pour les chefs de service pour qui l'implication dans l'accompagnement des populations en difficulté a longtemps constitué la source principale de la légitimité. Il s'agit plus à ce niveau de l'encadrement d'observer comment ces professionnels gèrent des contradictions qui les conduit à la fois à considérer l’intérêt des personnes accompagnées et à rationaliser l'action éducative.

32Ces directeurs et chefs de service éducatifs exercent leurs responsabilités dans des positions objectives différentes que ce soit sur le plan de l’habilitation des établissements (type de population qu’ils sont autorisés à accueillir) que sur le plan des financements, (prix de journée alloué par le Conseil général, dotation globale accordée par l'État, financements publics et participation financière de l’usager…). Cette différence objective de position contribue à un éclatement des représentations de ces cadres à propos de la place qu’ils occupent dans la division sociale et technique du travail. Elle leur a longtemps fait dire qu’il était délicat, voire impossible, d’arriver à une professionnalité unifiée.

  • 32 2001 étant l’année de référence
  • 33  16 personnes sont titulaires du CAFDES et 3 personnes titulaires du Diplôme supérieur du travail s (...)
  • 34  diplôme d’éducateurs spécialisés pour 15 d’entre eux et pour 2 autres d’un diplôme d’assistant de (...)
  • 35 6 d’entre eux ont commencé une formation de chef de service, 1 personne prépare le CAFDES et 7 autr (...)

33Pour ce qui est de notre échantillon, les résultats nous apprennent que l’accès au poste de directeur reste une trajectoire essentiellement masculine. Celui-ci ne comporte en effet que 6 femmes pour 24 hommes, pour les chefs de service la proportion est plus élevée puisqu’elle s’élève à 9 femmes pour 11 hommes. Majoritairement, les directeurs et les chefs de service éducatifs ont entre 0 et 10 ans d’ancienneté dans  l’exercice de cette fonction32. La population des directeurs est dans l’ensemble qualifiée33. La grande majorité des chefs de service éducatifs est titulaire d’un diplôme professionnel34. Ils sont engagés dans une dynamique de formation continue35 ou possèdent un diplôme de niveau II.

34Être cadre ou même directeur ne s’inscrit pas toujours dans une identité professionnelle revendiquée. 12 personnes sur 30 disent ne pas s’être projetées dans un statut de cadre ou même dans une fonction de direction. Mais, alors que dans les discours le statut de cadre n’apparaît pas comme un élément déterminant du parcours professionnel, ni de la carrière, celui-ci structure pourtant la représentation que les directeurs se font de leur rôle professionnel. Dans les entretiens, ils décrivent leur activité professionnelle en référence à la représentation qu’ils se font de ce que l’on attend d’eux à ce poste. Ils définissent leur travail en rapport aux contraintes auxquelles leur établissement est soumis et à la nécessité d’adapter en permanence l’organisation du travail de leurs collaborateurs, dans un environnement complexe en perpétuelle évolution.

35D’un point de vue plus général, ce qui distingue les cadres de l’éducation spécialisée d’autres cadres, c’est qu’ils se sont davantage identifiés à une mission impliquant une prise de responsabilité qu’à une fonction d’encadrement regroupant des tâches précises. L’histoire de cet univers occupationnel confère aux fonctions d’encadrement une dimension qui se réfère à l’idéal du chef, dans la tradition des mouvements de jeunesse, plutôt qu’à des savoirs techniques et méthodologiques et à un ensemble de compétences identifiées. Les thématiques de l’idéal vocationnel et de l’implication personnelle ont longtemps constitué des dimensions structurantes de l’identité de cadre.

36Les cadres de l'éducation spécialisée héritent d’un déficit de légitimité, et sont en quête de distinction, pour un meilleur classement à la fois dans l’espace professionnel, et dans l’espace public en général. Les évolutions des référentiels des politiques sociales de l’assistance vers le modèle du contrat représentent une opportunité pour ces cadres de mieux identifier leur place dans la division technique du travail, de faire reconnaître le caractère insubstituable de l’activité d’encadrement et d’accroître leur capital symbolique.

  • 36  avenant 265 à la Convention Collective 1966.  La note de conjoncture de l'APEC indique que « le se (...)
  • 37  Au sens où Lise Demailly l'emploie : « processus et résultats des négociations sociales permettant (...)

37Alors que d’un point de vue général les cadres s’inscrivent dans une relation salariale fragilisée, ceux de l'éducation spécialisée viennent de conforter leur position sur la base d’une reclassification salariale36. Cette avancée dans la professionnalisation37 exige, sous les contraintes du champ, une contribution aux gains de productivité. Il s’agit d’une rupture avec la culture de métier, caractérisée par des principes éthiques et un idéal de service, qui traditionnellement donnait sens à l’exercice de l’activité d’aide aux personnes.

  • 38 l'avenant 265 à la Convention Collective 1966 a été signé en 2000. Il a été applicable en 2000 pour (...)

38Comme l’ont montré les nombreux travaux de Michel Chauvière, le travail social s’inscrit dans un héritage historique qui a peu favorisé l’étude du contenu du travail. Les professionnels ont, en effet, souvent argumenté l’impossibilité de décrire leur activité puisque la rencontre entre l’usager et le travailleur social relevait d’un « colloque » singulier. La notion de cadre était peu présente dans cet univers professionnel (uniquement sous la forme d’un statut et non comme des références socio-professionnelles censées guider l’action)38.

  • 39 Hélène Chéronnet : « La structuration des fonction d’encadrement dans le champ de l’Education Spéci (...)
  • 40  Hélène Chéronnet, Statut de cadre et culture de métier. La structuration des fonctions d'encadreme (...)

39Nous avons donc ouvert un champ de recherche, en 1999, en choisissant d’étudier à la fois la professionnalité et les logiques de professionnalisation des chefs de service éducatifs39. Nous avons placé la réflexion à la fois sur l’analyse du contenu du travail, en référence à la sociologie du travail, mais également sous l’angle du rapport au statut de cadre40.

  • 41  Hélène Chéronnet, « Quand le statut de cadre entre en concurrence avec une culture de métier » Com (...)
  • 42  En sociologie, l’article de Jacques Ion et Jean-Paul Tricart paru en 1985 dans la revue sociologie (...)

40Nous cherchions à observer l’incidence du rapport au statut sur la structuration des professionnalités et sur la diversité des représentations de la fonction. Nous avions à cette époque fait le point sur nos travaux par le biais de deux communications dans le cadre du GDR CADRES41. Les divers travaux présentés s’intéressaient avant tout aux cadres du secteur dit productif mais pas du tout aux cadres supposés administrer une activité à caractère relationnel42.

  • 43 Jean-Noël Chopart, (dir), Les mutations du travail social. Dynamique d'un champ professionnel. Duno (...)

41Le programme de recherche de la MIRE « Observer les emplois et les qualifications de l’intervention sociale » a amené un renouveau des données qualitatives et quantitatives et a donné lieu à l’ouvrage de synthèse coordonnée par Jean-Noël Chopart43. Huit équipes de recherche ont engagé la réflexion et le débat sur les évolutions de la professionnalité des travailleurs sociaux.

  • 44  Michel Autès, Bernadette Delaval, « Du travail social à l’intervention sociale. Un nouvel épisode (...)

42La politique de la ville et les référentiels de cette politique publique auraient modifié considérablement les normes de l’action publique. Elles auraient fragilisé voire destitué le modèle du travailleur social, censé intercéder auprès des institutions pour obtenir des secours, après expertise du dossier présenté par l’usager, au profit de la figure du chef de projet capable d’initier des interactions et des partenariats sur un territoire donné. Un des rapports intermédiaires, sous la responsabilité de Michel Autès, prenait le contre-pied de cette réflexion et montrait que les transformations concernaient davantage les modes d’instrumentation du travail social par les politiques publiques et les organisations du travail que l’apparition de nouveaux professionnels44.

  • 45  Claude Dubar, Les catégorisations des métiers de l’intervention sociale in MIRE INFO n°40. Décembr (...)
  • 46  Michel Autès, Bernadette Delaval, Ibid.

43Majoritairement, les chercheurs engagés dans ce programme craignaient une évolution de la gestion de la relation d’emploi qui se fonderait sur un échange social basé sur la logique de la compétence : en opposition au modèle des « professions canoniques du travail social », les travailleurs sociaux (au sens large du terme) effectueraient des missions avec pour légitimité des qualités telles que la polyvalence, les multi-compétences, la pluri-disciplinarité plutôt que la possession d’un diplôme spécialisé45. Pour Michel Autès, le travail social souffrirait d’un défaut de légitimité suite à un manque d’énoncés sur le social et il identifie l’enjeu comme celui de « trouver un mode d’ajustement entre une autonomie totale qui déconnecte l’intervention sociale de son ancrage politique et une complète instrumentalisation par le politique qui la vide de son sens et lui fait perdre toute son efficacité »46.

  • 47  François Bigot, Thierry Rivard, Benoît Tudoux, LERFAS – avec la collaboration de P Dubechot CREDOC (...)
  • 48  On peut toutefois citer deux rapports qui traitaient explicitement de cette question : Hélène Dolg (...)
  • 49  Elisabeth Maurel, 2000, « De l'observation à la typologie des emplois sociaux » in Jean-Noël Chopa (...)

44En 2003, sur la base du contrat d’études prospectives engagé avec la branche professionnelle, une équipe du CREDOC formalise des données relatives aux carrières des directeurs et chefs de service du secteur de l’éducation spécialisée47. C’est dans ce contexte que s’est amorcée la réflexion relative à la professionnalisation des cadres du secteur du travail social48. Mais, la distinction faite par Elisabeth Maurel entre cadres managers de service et cadres intermédiaires, combinant une logique direction et d’intervention, ne nous satisfaisait pas vraiment. Sous la sous catégorie appelée « cadres managers de services », on peut lire « l'identité professionnelle tend à s'estomper au profit d'une identité de cadre, les compétences peuvent se transférer dans divers secteurs du social »49. Cependant, les directeurs du secteur de l'éducation spécialisée pouvaient aussi se retrouver dans la catégorie des cadres intermédiaires.

45Étudier la structuration des fonctions d'encadrement par le prisme de la sociologie des professions permet de décrire les modalités selon lesquelles peut se recomposer la fonction d'encadrement en observant la structuration de la professionnalité des directeurs et des chefs de service éducatifs des établissements sociaux et médicosociaux et leurs logiques de professionnalisation.

  • 50  Paul Bouffartigue, Charles Gadéa, Sociologie des cadres, Coll. Repères, Edts La Découverte, 2000.

46Les cadres ont fait l’objet de recherches sociologiques dans les années 1960-1970. L’ouvrage de Luc Boltanski, en 1982, s’est imposé comme l’une des références majeures de la recherche sociologique sur les cadres. Mais, si cet auteur a fait de nombreux apports sur la manière dont se constitue l’unité symbolique du groupe, il laisse néanmoins une impasse totale sur leur travail. Alors que l’on a assisté à un discours social récurrent sur le malaise des cadres, ceux-ci n’ont plus été l’objet de travaux en sociologie au cours des vingt années qui ont suivi la parution de ce livre. C’est à partir de 1999 que la sociologie des cadres a connu un renouveau  avec les premières journées d’études pluri-disciplinaires sur les cadres, organisées par le laboratoire d’économie et de sociologie du travail d’Aix-Marseille, et par la création du GDR CADRES, à l’initiative de Paul Bouffartigue. Ce groupe de recherche a été à l’initiative d’une réflexion très stimulante. Paul Bouffarigue et Charles Gadéa, entre autres, ont notamment publié, en 2000, un ouvrage faisant le point sur la sociologie des cadres50.

Aspects méthodologiques

47Comme nous l’avons déjà indiqué, sur le plan théorique, notre analyse s’inscrit dans le cadre de la sociologie de la réflexivité. Mais, elle mobilise également des concepts de la sociologie des groupes professionnels et de la sociologie du travail.

  • 51 Choisir « les cadres » comme objet de recherche contraint le sociologue à une vigilance particulièr (...)

48Il s’agit d’éviter une lecture essentiellement déterministe de la manière dont s’exerce l’activité d’encadrement, ou au contraire une focalisation excessive sur les interactions relatives à une catégorie particulière de cadres en prenant le risque de relayer le discours d’agents sociaux dominants51. Nous souhaitions mettre en évidence les modalités selon lesquelles le travail de soin et d’assistance se divise, se recompose et la manière dont les savoirs et les pouvoirs se redistribuent.

  • 52 On peut consulter ces tableaux dans l’ouvrage tiré de la thèse. Hélène Chéronnet, Statut de cadre e (...)

49La description minutieuse des actes de travail, sur la base de tableaux reprenant les tâches énoncées dans les entretiens52, nous a permis d’analyser les ressorts sur lesquels repose l’accroissement des gains de productivité, la recherche de nouvelles formes d’implication, dans un secteur d’activité caractérisé par sa forte composante relationnelle et l’importance des savoirs d’expérience. Mais, cette analyse nous a permis de montrer que l’activité d’encadrement pouvait également parfois remplir une fonction d’utilité sociale.

50Nous avons procédé à une analyse documentaire de différents textes juridiques et administratifs relatifs aux politiques sociales et aux fonctions d’encadrement. Nous avons réalisés 50 entretiens dont 30 plutôt non directifs avec des directeurs d’établissements (20 du secteur associatif et 10 du secteur public) et 20, semi-directifs, avec des chefs de service éducatifs du secteur associatif. 9 réunions de cadres ont été observées et 2 monographies d’établissement ont été élaborées sur la base, pour chacune d’entre elles, d’entretiens avec le directeur général, le directeur, le chef de service éducatif et de l’observation d’une réunion de cadres. Cette approche a été complétée par 5 entretiens non directifs de directeurs généraux.

51La recherche s’organise autour de l’hypothèse suivante : « La catégorie des cadres n'existe pas. Elle est floue et incertaine. Dans le secteur de l'éducation spécialisée elle regroupe statutairement des personnels de direction, d'administration et de gestion, des personnels éducatifs, pédagogiques et sociaux, des personnels psychologiques et paramédicaux, des personnels des écoles et des instituts de formation.

52La cohésion de la catégorie des cadres que sont les directeurs d'établissements et les chefs de service éducatifs, dans le secteur de l'éducation spécialisée, s'élabore sur la base d'un discours de ces professionnels. Celui-ci aboutit à un consensus apparent sur la professionnalité visée par ces agents. Cette homogénéité relève plus d'une stratégie contribuant à faire reconnaître ces cadres comme un groupe professionnel avec ses intérêts et sa quête de légitimité. Elle cache des logiques de professionnalisation différentes à la fois pour ces deux types de cadres mais peut-être au sein même de chaque niveau de l'encadrement. Elle pourrait dissimuler un conflit larvé des légitimités qui porterait atteinte à la continuité de la fonction d'encadrement. »

Les effets de la culture du résultat et de l’évaluation sur les organisations : analyse empirique

Une tension entre la standardisation de la gestion des établissements et l’individualisation de l’offre de service aux personnes

  • 53  Pierre Rosanvallon, La crise de l'État Providence, Le Seuil, coll points essais, 1984.
  • 54  Tant les politiques de la ville que les lois relatives à la décentralisation favorisent la diffusi (...)

53L’assimilation de l’aide aux personnes à une relation de service, le modèle de la médiation entendu comme le fait de trouver une juste correspondance entre une norme générale et une situation particulière53, ont engendré une flexibilité dans le travail pour s’adapter à une concurrence marchande54.

54L’innovation, le dynamisme, la réactivité sont des attitudes professionnelles valorisées par les politiques sociales et par les autorités de tutelle car elles sont supposées augmenter la productivité du service. Les établissements ou services sociaux et médicosociaux risquent d’être contraints de se réorganiser sur le modèle de l’entreprise flexible qui échangerait, contre des financements publics, de la productivité, du juste à temps, de la juste compétence.

  • 55  Par exemple, une association de parents d’enfants inadaptés va monter un projet de Maison d’accuei (...)

55Les directeurs et les chefs de service interrogés mentionnent, pour la plupart, une nécessité d’avoir une action efficace et visible dans ses résultats. Il est question, dans un temps contraint, de gérer la complexité, d’anticiper et de communiquer, notamment en faisant la promotion des innovations censées témoigner d’une gestion rationnelle des moyens et du bon usage de l’argent public55. Ces cadres décrivent ainsi les contraintes qui pèsent sur leur établissement et sur leur exercice professionnel :

    • 56  Encore que certaines associations vont accepter de créer des établissements – centre placement imm (...)
    • 57  Caisse d’allocations familiales (CAF) pour les mesures de tutelle aux prestations sociales, État e (...)

    Un mécanisme de régulation concurrentielle de l’activité.
    Plus que sur les prix56, la concurrence s’exerce sur la capacité d’une association à développer une surface politique, à négocier des projets innovants. Les grandes associations se fédèrent en groupements employeurs pour représenter un poids dans les négociations avec les organismes de tutelle. Même les associations qui gèrent des établissements financés sur un prix de journée octroyé par le Conseil général cherchent, pour éviter de se fragiliser dans une position de dépendance, à diversifier leurs financements57.

    • 58  L’acte II de la décentralisation (2003) impose le département comme chef de file en matière d’acti (...)

    Un développement par les associations d’une fonction de marketing social.
    L’aide sociale s’inscrit dans un contexte politique où la cohésion ne règne pas forcément entre les différents services du département ni même entre les élus et les personnels techniques58. Les directeurs généraux indiquent qu’il faut alors argumenter ses choix budgétaires, dégager des marges de manœuvre. Pour toutes les activités qui ne relèvent pas d’un financement classique (prix de journée, dotation globale), les directions générales et les directeurs des établissements sont amenés à répondre à des orientations indiquées par le Département et ce, sur le même modèle que celui de la candidature aux appels à projets. Il existerait un « marquage » par le Département de ce que les associations savent faire, un repérage de leur implication dans les actions innovantes. Certains directeurs généraux sont soucieux d’une bonne gestion budgétaire des établissements qui relèvent de leur association (utilisation d’indicateurs précis pour « maîtriser le chiffre d’affaire »), mais ils souhaitent que les directeurs restent attentifs à ne pas accueillir des personnes en deçà des effectifs prévus (réalisant de ce fait un excédent puisque le financement s’octroie sur la base d’un prix de journée par personne accueillie et ce, selon une autorisation à fonctionner pour un effectif donné) pour garder une autonomie dans le choix des personnes à accueillir.

  • Une gestion plus rationnelle des populations suivies.
    Avec les lois de décentralisation (et pour le secteur social et médico-social, la loi dite particulière de 1986, puis la loi de du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale), l’aide aux populations en difficulté est organisée à l’échelon d’un territoire notamment par le biais des schémas régionaux et départementaux d’organisation sociale.On assiste à une évolution dans la gestion des flux. L’établissement se doit d’être rentable. Il ne peut plus gérer les entrées et les sorties des personnes accueillies qu’à sa seule échelle. Les nouvelles orientations gestionnaires transcendent les clivages entre le secteur associatif et le secteur public. Le Conseil général, par l’intermédiaire d’un organe technique (la direction du territoire) positionne les établissements en tant que prestataires de service. Ceci a pour effet de les inscrire dans une logique de marché en les soumettant aux aléas des demandes d’accueil, là où ils opéraient avant leur sélection de manière autonome. Les « lits inoccupés »  ont une répercussion directe sur le prix de journée et les établissements, dans le même mouvement, cherchent à mieux maîtriser le flux des entrées afin de ne pas perdre des « clients » (c’est à dire des jeunes qui pourraient être placés dans un établissement situé dans une autre zone géographique).

    • 59  Ces effets avaient déjà été décrits notamment par Michel Chauvière : « Travail social, le choc des (...)

    Un développement de l’innovation sur la base de l’augmentation de la productivité des secteurs stables.
    La décentralisation de l’aide sociale et sa gestion à l’échelon d’un Département a pour conséquence des effets de clientélisme politique59. Celui-ci se traduit par des « stratégies d’affichage » des élus. Ceux-ci, selon les directeurs généraux, préfèrent octroyer des financements pour des actions ou des mesures nouvelles qui vont répondre à un  besoin repéré et sensible plutôt que de donner des moyens supplémentaires pour des projets déjà mis en œuvre. Par exemple, l’accueil des personnes sortant d’hôpital psychiatrique émarge sur un budget réservé jusqu’à lors à l’accompagnement des personnes en situation d’exclusion sociale ou professionnelle. Plus un dispositif nouveau est en situation de monopole (car répondant à des besoins non couverts), plus il a des chances d’être financé et ces critères de financement peuvent ainsi établir une hiérarchisation entre des populations qui ont demandent de l'aide.

56Bien que les différents textes des politiques sociales, les référentiels d’activités et de formations des cadres affirment tous la primauté de la personne et la défense de ses droits, le champ de la question sociale est traversé par les rapports qui se nouent entre travail et productivité. Les normes impulsées par les politiques publiques et la façon dont certains agents les ont relayées (associations, cabinet conseil, directeurs généraux et directeurs en fonction de leur habitus, instituts de formation, élus…), ont contribué à l’instauration d’un véritable arbitraire culturel. Il s’agirait, pour les cadres de passer de l’accompagnement des personnes, activité sur laquelle historiquement s’est légitimé le statut de « chef », à des fonctions d’encadrement des structures et des professionnels, censés réaliser l’activité d’aide aux personnes, afin de contribuer à l’administration rationnelle de cette activité relationnelle.

57L'analyse empirique met en évidence une contradiction entre l'individualisation de l'offre et la nécessaire logique de standardisation imposée aux établissements. C'est ainsi que nos observations des réunions de cadres nous permettent de donner pour exemple : la mise au point d'un vadémécum sur le respect des normes de sécurité et diffusé à l'ensemble des structures d’un Établissement public départemental, l'appel aux marchés publics pour des prestations diverses comme par exemple les repas, la gestion associative (et non plus par établissement) des transferts durant les vacances scolaires, la formalisation d'indicateurs permettant de repérer, pour un même nom d'enfant, le nombre de demandes de placement et l'endroit où se trouve le jeune au moment de la comptabilisation des effectifs, la gestion des demandes de placements, durant les vacances d'été, avec la Direction du territoire (Conseil général), en concertation avec les établissements du secteur public et associatif. La Direction du territoire peut, dans cette perspective, suggérer aux établissements d’accueillir un mineur dans la chambre de celui parti en colonie.

58Le contexte actuel d’exercice professionnel  apparaît comme surdéterminé par la dimension économique. Celui-ci pose la question du libre choix et de l’autonomie des professionnels, dans l’activité d’aide aux personnes qu’ils mettent en œuvre. Les directeurs doivent inscrire et différencier l’offre d’aide de leurs établissements ou services, dans un contexte concurrentiel, en nouant des partenariats pertinents sur un territoire de référence. Ces  professionnels se confrontent ainsi dans leur travail à un certain nombre de paradoxes. Sans être exhaustif, on peut énoncer :

  • La difficile gestion des gains de productivité liés à l’aménagement et la réduction du temps de travail (diminution de 10% du temps pour une embauche financée qu’à hauteur de 6% par les pouvoirs publics) dans le cadre d’une activité à caractère essentiellement relationnel où le professionnel ne peut aider l’usager seulement si celui-ci l’a reconnu capable de le faire. Comment concilier alors l’approche globale de la personne et la hiérarchie des actes professionnels, là où des professionnels parfois contraints à exercer un travail vidé de son sens se réfugient dans une comptabilisation accrue de leurs actes ?

  • La mise en place d’une « relation de service » qui valorise le modèle du contrat où « l’usager captif » devient « l’usager client » censé choisir les services dont il a besoin, dans le cadre d’une prestation évaluable, mais qui dénie implicitement le droit à l’assistance républicaine au profit de l’injonction « pas d’assistance sans contre-partie ».

  • L’inflation des normes, qui favorise un repli sur le principe de précaution, tout en affirmant qu’on ne peut pas éduquer sans prendre de risques.

  • La contradiction entre un discours valorisant l’implication personnelle et  l’engagement sur les valeurs et l’adhésion à un nouvel ordre normatif qui incite à l’obtention de résultats et de performances.

  • Un positionnement concurrentiel des établissements qui ira s’accroissant, sur la base de la production de référentiels de bonnes pratiques, et le respect du droit des usagers. On assiste à un certain nombre de situations ingérables sur les lieux professionnels compte-tenu du manque de moyens pour concrétiser ces orientations. On peut mentionner la mise en œuvre de droits de visite des parents dans les structures de la petite enfance, où des professionnels assurent seuls le week-end et sont confrontés à des problématiques parentales qui se potentialisent les unes les autres.

Quelle sphère d’exercice professionnel pour le travail d’encadrement ?

  • 60  Hélène Chéronnet, « Les cadres de l’Education spécialisée : vers une recomposition des fonctions d (...)

59Les cadres ne se limitent pas à organiser l’activité d’autrui, ils travaillent60.

Les directeurs

60L’analyse des entretiens, sur la base des tâches décrites par les directeurs, permet, pour l’ensemble de l’échantillon, de recomposer une réelle activité d’encadrement. Mais, les directeurs l’inscrivent davantage dans une polyvalence que dans une division explicite du travail.

  • 61  On peut citer l’exemple de ce directeur d’unités d’accueil qui cherche à les restructurer en un ét (...)

61Les directeurs d’établissements exercent un réel travail d’encadrement, qui se décline dans la gestion des structures, la mise en place d’organisations du travail ad hoc61, le contrôle de l’activité d’aide aux personnes et l’exercice d’une veille stratégique relative à la mise en œuvre du droit des usagers. Ils promeuvent la définition et la conduite du projet d’établissement ou du service, conformément aux exigences de qualité, de « juste compétence », mais aussi de « juste à temps ». Ils participent à des activités de conception, notamment à travers la définition du service à rendre à l’usager ou par une réflexion sur l’organisation du travail des professionnels. Ils contribuent à créer des dynamiques associatives et inter-établissements. Ils participent à la mise en œuvre de projets transversaux. Ils mobilisent leurs équipes à propos de la nécessité de diversifier les modes de réponses relatifs à l’aide aux personnes. Ils encouragent leur réactivité aux orientations des politiques sociales, aux pressions des élus ou encore aux contraintes administratives et ce notamment, en gérant l’information pour en éviter la déperdition. Ils encouragent leurs professionnels à développer des capacités à communiquer, à se concerter, de façon à être prêt à offrir le « bon » service à l’usager. Ils rationalisent les moyens matériels et humains. Ils réorganisent des petits établissements sur la base d’une seule entité et ils restructurent les services fonctionnels. Ils mettent en œuvre des partenariats souples et innovants, qui mêlent des établissements du secteur associatif et du secteur public, ou encore des établissements qui reçoivent des populations présentant les mêmes caractéristiques que celles qu’ils accueillent.

62Les directeurs d’établissements effectuent un travail d’encadrement dans un contexte où l’organisation du travail a tendance à devenir plus flexible. Le travail de chacun des professionnels n’est plus seulement défini  par les seuls fiches de postes. C’est souvent le manque de moyens qui initie un fonctionnement en réseaux. Cette recomposition du travail social prend des modalités différentes selon les secteurs d’activité. Elle amène parfois les directeurs à réguler des collectifs qui intègrent des professionnels extérieurs à l’institution. Elle peut aller, par exemple, jusqu’à recomposer une équipe avec des professionnels de différents services d’une même association, employés à temps partiel pour réaliser des missions d’investigation et d’orientation éducative ordonnées par les juges pour enfants.

  • 62  Quand les directeurs délèguent une partie de leur travail d’encadrement, il semblerait que ce soit (...)
  • 63  Par exemple, une directrice d’un foyer occupationnel participe à un groupe de parole hebdomadaire (...)

63Même si l’analyse des tâches décrites par les directeurs permet de recomposer une réelle activité d’encadrement, la division du travail reste cependant peu explicite comme en attestent d’ailleurs des délégations rarement formalisées62. On ne peut ici être exhaustif sur les exemples, mais nous pensons à la directrice de ce centre d’hébergement et de réinsertion sociale qui effectue parfois le déménagement des résidentes. On peut également citer l’exemple de ce directeur d’un service de protection de l’enfance qui dit « assurer une fonction de tiers » entre le travailleur social et la famille dont les enfants font l’objet d’une mesure de protection judiciaire, ou encore entre la famille et le magistrat. Pour assurer une continuité du suivi, il lui arrive également de remplacer un travailleur social malade, même s’il dit être en désaccord avec cette pratique. La plupart des entretiens mentionnent l’animation de réunions, soit avec les chefs de service, soit avec les équipes. Ces réunions reprennent les problèmes rencontrés pour dégager des pistes de d’analyse ou cherchent à redonner du sens aux actions entreprises.63

64Les résultats montrent que la polyvalence peut s’inscrire dans des registres divers. Il peut s’agir d’une polyvalence verticale où le directeur assume une partie des tâches du directeur général (impulser des dynamiques inter-associatives ou inter-établissements, mobiliser des personnels de différents établissements sur des projets transversaux). Ce peut-être une polyvalence horizontale où le directeur gère l’organisation matérielle et le personnel sur d’autres établissements que celui dont il est responsable. La polyvalence peut aussi amener le directeur à remplir des tâches d’exécution. C’est le cas dans de petits établissements disposant généralement de peu de moyens, financés par l'État et contraints à équilibrer subvention et activité commerciale ou financés par le Conseil général, mais devant composer avec l’Aide sociale départementale et la participation des usagers.

Les chefs de service éducatifs

  • 64  Ce, jusqu’en 2004, date de publication du décret portant création de la formation CAFERUIS.

65La sphère de compétence des chefs de service éducatifs est mal identifiée. Dans le travail social, la notion d’encadrement prête à confusion et s’entend souvent comme la conduite ou la prise en charge de groupes. De surcroît, il s’agit d’un secteur où historiquement l’accent a été davantage mis sur la dimension du chef que sur celle du cadre. Les cadres de ce secteur ont été recrutés sur des perspectives qui privilégiaient l’expérience de la vie, la maturité personnelle, la pratique professionnelle  plutôt que les niveaux de formation ou les titres. Ils ont peu bénéficié de perspectives de carrière et cet échelon de la filière professionnelle rend compte d’un paradoxe : à travers les conventions collectives et l’existence d’un statut de chef de service, les pouvoirs publics reconnaissent la nécessité de la fonction sans accorder les critères de la qualification par le biais d’une formation reconnue et d’une classification salariale qui se distingue réellement de celle des éducateurs spécialisés64. Comme les directeurs, ils sont en quête de légitimité pour un meilleur classement dans leur espace professionnel et dans leur espace social en général, mais ils ne négocient pas leur autonomie professionnelle selon les mêmes modalités.

  • 65  Il faudrait poursuivre le travail empirique pour observer si la meilleure adéquation formation/qua (...)

66Dans la construction solitaire de leur expérience65, les chefs de service éducatifs ont peu la possibilité de se représenter leur travail d’encadrement et l’absence de rhétorique professionnelle à ce propos le rend peu visible. Dans leurs discours, ils ne font pas référence aux textes officiels et ils n’identifient pas toujours leur exercice professionnel comme un réel travail d’encadrement. Celui-ci fait donc peu l’objet de pratiques de présentation ou de mise en scène selon les critères de la légitimité impulsée par les politiques sociales.

  • 66  Au sens où Renaud Sainsaulieu l'entend, à savoir un partage de systèmes collectifs de représentati (...)

67La redéfinition du travail social par les politiques publiques met l’accent sur un accompagnement global de la personne et sur la transversalité des actions. Ceci a pour conséquence une diversification accrue des tâches du chef de service (montage des projets, évaluation, mise en réseau…) ainsi qu’une multiplication des environnements dans lesquels s’inscrit l’accompagnement éducatif. On semble assister au passage de la figure de l’encadrant traditionnel à celle du manager capable de favoriser l’apprentissage, de développer des collaborations transversales et de faire reconnaître les savoir-faire des professionnels. A ce niveau de l’encadrement, les politiques sociales impulsent une évolution de la professionnalité, structurée sur une expertise technique, dans un contexte de réduction du temps de travail où la question des moyens en personnel n’est toujours pas réglée dans les établissements. Les chefs de service éducatifs, qui viennent tout juste de bénéficier d'une revalorisation salariale dans le cadre d'une nouvelle classification, sont toujours en recherche d'identité66 et de références. Le contenu de leur emploi dépend encore beaucoup du contexte institutionnel dans lequel il s'exerce et donc de la qualification du poste plutôt que celle des personnes.

68Les chefs de service exercent une fonction d’encadrement qu’ils ont tendance à définir encore sur les bases de leur métier initial d’éducateur spécialisé. Ils exercent des missions relatives à l’organisation du travail et à la gestion du personnel, à l’encadrement de l’équipe éducative dans l’accueil et le suivi des usagers, à la communication, à la représentation de l’institution auprès des interlocuteurs extérieurs, à la participation à la gestion budgétaire, à la réalisation de l’activité en partenariat ou en réseau selon les cas. Mais, ils sont en mal de repères car ils perçoivent essentiellement ces missions comme une succession de tâches. Ils articulent difficilement une mise en place d’organisations adéquates du travail, qui tiennent compte des choix d’une direction sous-tendus par des valeurs professionnelles données, une lecture particulière du droit, un « style de management » et une expertise pédagogique qui leur permettrait d’élaborer avec les personnes, des projets les concernant ainsi que leurs familles.

69De plus, la valorisation idéologique du travail en réseau amène des transformations dans l’activité de commandement et fait évoluer l’activité des chefs de service éducatifs vers la gestion d’organisations flexibles du travail, la recomposition de collectifs professionnels temporaires, à l’interne comme à l’externe, autour d’une situation précise. Ces nouvelles formes de travail les amènent d’ailleurs à multiplier les négociations et les arbitrages divers. Ces transformations s’inscrivent dans une évolution plus globale du travail où l’on observe une remise en cause du poste de l’agent de maîtrise au profit de lignes hiérarchiques courtes et  de nouvelles formes d’implication dans le travail, fondées sur une dévalorisation des activités de commandement, au profit d’un management dit « motivationnel ».

70En partant des propos des 20 chefs de service que nous avons interrogés, on constate que le sens subjectif de leur travail se construit largement sur la conception qu’ils ont de l’accompagnement des usagers, en lien avec la culture de leur métier initial. Le savoir clinique reste la principale source de leur expertise et les savoirs d’expérience les aident à garder une marge d’autonomie dans l’occupation d’un poste où les pré-requis sont parfois peu formalisés et où dominent des exigences de contractualisation en ce qui concerne l’activité d’aide aux personnes. Ces savoirs leur permettent à la fois d’être reconnus par les équipes qu’ils encadrent et de sauvegarder du pouvoir vis-à-vis du directeur. Ils maîtrisent ainsi des informations que le directeur n’a pas et qui concernent directement les populations accompagnées.

71Dans un contexte de normalisation de leur activité (gestion informatisée des horaires, des taux d’occupation des établissements, des informations relatives à l’usager, procédures liées à la qualité, prévention des risques), les chefs de service sont mis en concurrence sur leur capacité à innover, sur leur volonté de s’impliquer dans de nouveaux projets en continuant à gérer leur activité traditionnelle ; sur leur dynamisme à les promouvoir auprès des partenaires, sur leur diligence à exercer une veille stratégique, tant pour détecter les nouveaux besoins sociaux que pour « remplir » les établissements, sur leur capacité à rendre leur action lisible pour les différents partenaires mais surtout pour les autorités de tarification.

72La légitimité aléatoire des chefs de service risque de les cantonner dans une fonction d’organisation déconnectée des enjeux socio-politiques. Les contradictions qu’ils affrontent au quotidien, dans leur relation avec un directeur qui a négocié un projet avec les autorités de tarification sans forcément l’ensemble des moyens financiers et / ou humains, mais aussi avec leurs équipes, peuvent les contraindre à se replier sur une expertise clinique ou au contraire à rechercher la sécurité dans une rationalisation des procédures administratives et de la gestion des ressources humaines, sans réelle cohérence avec l’intérêt des personnes accompagnées.

73Mais, les chefs de service éducatifs peuvent articuler l’application des décisions prises par le directeur et découlant de ses options stratégiques avec l’évaluation des conditions de la réalisation du travail par les éducateurs qu’ils encadrent. Ils accompagnement alors leurs équipes dans la réalisation d’une activité essentiellement relationnelle, souvent porteuse d’efficacité symbolique et donc susceptible de contribuer à la cohésion sociale. Ils concrétisent, sous l’impulsion des orientations libérales des politiques publiques, des formes d’accompagnement qui contribuent à maintenir la cohésion sociale comme l’accueil des mineurs isolés, le soutien à la parentalité qui peut avoir pour effet de résorber des facteurs de danger dans une relation  mère / enfant, l’accueil modulé de jeunes en voie d’exclusion, la gestion d’un projet artistique concernant des personnes handicapées, dans le cadre d’un centre d’aide par le travail, en tenant compte des impératifs du droit du travail… A la délivrance d’un service à une population, sur des bases contractuelles, ils pourraient opposer des critères d’évaluation de l’utilité sociale du travail qu’ils contribuent à produire avec leurs équipes.

  • 67  Patrick Duran, à travers l’analyse des politiques publiques, observe un glissement sémantique du t (...)

74Encadrer, à ce niveau, pourrait certes prendre en compte l’amélioration du coût et de l’efficience du travail relevant de l’aide à la personne, mais « la proximité » avec les professionnels qu’ils encadrent et encore souvent aussi avec les usagers, pourrait alors être un atout pour élaborer une organisation du travail d’assistance et de soins qui n’obéisse pas seulement à une maîtrise du coût de dépenses sociales, mais à la promotion d’un réel service public67, comme y incite également l’autre versant de la loi du 2 janvier 2002 régulant le fonctionnement des établissements sociaux et médicosociaux.

  • 68 Michel Autès, « La relation de service identitaire ou la relation de service sans services », op ci (...)

75Le poids des contradictions peut aussi contraindre ces cadres à trouver de nouvelles pistes de travail pour échapper à des situations intenables. Leur attachement au travail, essentiellement défini par la culture du métier initial, leur légitimité construite sur des savoirs d’expérience, la proximité avec les équipes éducatives, la prise en charge des situations les plus difficiles pourraient faire obstacle à la recherche de la meilleure procédure pour unifier le traitement de l’information, pour standardiser l’activité d’aide aux personnes. Soumis à des injonctions paradoxales, comme celles d’innover en respectant les normes, cherchant parfois à échapper à la rationalité bureaucratique et au diktat de l’usager roi, ils pourraient contribuer à enrichir les indicateurs de productivité d’un « service » qui n’en est pas vraiment un, comme l’ont montré Lise Demailly et Michel Autès68. Soumettre ces pistes de réflexion à l’épreuve des faits  pourrait ainsi constituer un nouveau projet de recherche.

Conclusion

76Nombre d’auteurs (Autès 1999, Duran 2003, Chauvière 2007, Hély 2008) s’accordent sur l’observation d’une modification très profonde du rapport des citoyens à l’action publique. L’efficacité, l’efficience et la performance viennent s’opposer aux valeurs universelles et tendent à devenir une nouvelle orthodoxie. L’apparition du nouveau management public introduit une privatisation de l’action publique, une conception normative de l’intérêt général où l’on recherche la satisfaction de toutes les parties prenantes.

77L’introduction de normes relatives à la productivité dans une activité à caractère relationnel, supposée échapper aux enjeux marchands, crée une ligne de démarcation entre les cadres qui vont se soumettre à une rationalisation de leur activité d’encadrement, en sacrifiant, pour conforter leur statut, les références socio-professionnelles du métier, et ceux qui vont tenter de sauvegarder le sens du travail, en soumettant la rationalité à l’épreuve de l’éthique, sans pour autant réduire la question dans une opposition aussi triviale.

78L’introduction de savoirs procéduraux vient heurter de plein fouet une culture professionnelle qui valorisait historiquement l’engagement et le savoir-être. La recherche de l’implication au travail dissimule, dans un contexte historique différent, la flexibilité du travail par l’encouragement à l’innovation, au dynamisme et à la réactivité. Les nouvelles formes d’implication (travail en réseau, engagement sur des projets particuliers en plus des missions initiales, maîtrise des règles relatives à des espaces différents (politique, administratif, pédagogique…) n’ont pas fait l’objet de négociations, ni d’une reconnaissance salariale particulière. Elles s’imposent de fait, comme la condition sine qua non de la survie des établissements, tout en générant des paradoxes comme celui d’intensifier le contenu des postes d’encadrement  dans un contexte de réduction du temps de travail. Ce qui relevait de l’engagement militant, religieux, professionnel, dans le contexte de l'État-providence, s’apparente, dans un État libéral, à une gestion de l’implication des cadres pour améliorer les gains de productivité.

  • 69  Ceci est surtout vrai pour les clubs de prévention mais tend à se généraliser avec la signature av (...)

79L’hétéronomie du champ de la question sociale met en concurrence de manière accrue la culture du métier et l’identification à un statut de cadre. Plus que cette identification, c’est la compréhension des règles du jeu qui devient un atout stratégique pour évoluer dans un champ contraint par un certain nombre de déterminants objectifs comme la dépendance au pouvoir politique69, la fragilité de l’équilibre budgétaire de l’établissement, l’adaptation à la culture de la norme, le manque de moyens en personnel, l’individualisation de l’offre de service.

80La gestion de la carrière pour les directeurs, ou l’accès à un poste qualifié pour les chefs de service, représentent une ligne de segmentation du groupe. Des directeurs agencent un enchaînement de responsabilités et un titre professionnel, ou encore combinent diplômes divers et habitus familial, tandis que des chefs de service valorisent leurs compétences, en dehors de toute négociations collectives, pour se distinguer dans les classements symboliques.

  • 70 Hélène Chéronnet, « Quand le statut de cadre entre en concurrence avec une culture de métier » op c (...)

81Comme l’ont montré les typologies relatives à l’accès aux fonctions de direction, il existe des usages sociaux différenciés du statut de cadre70.

82Les directeurs qui s’orientent le mieux dans le champ sont ceux qui ont compris que les règles du jeu étaient remises en jeu et qui ont une relative maîtrise de la complexité à savoir la gestion des contradictions induites par la difficile conciliation entre métier et statut. Ils doivent conjuguer des références socio-politiques héritées de leur métier initial et des exigences de gains de productivité dans une activité essentiellement définie par son caractère relationnel. Généralement, l’exercice de la fonction d’encadrement ne s’arrête pas à leur établissement. Connaître les règles du jeu d’univers différents, parler le langage de professionnels d’horizons divers, savoir négocier avec eux sont autant d’atouts pour garder une autonomie professionnelle et faire reconnaître la valeur ajoutée d’un travail qui contribue à la cohésion sociale et qui ne peut pas s’évaluer que sur des critères marchands.

83Les chefs de service qui ont le plus d’aisance dans le champ articulent l’application des décisions prises par le directeur et l’évaluation des conditions de la réalisation du travail par les éducateurs qu’ils encadrent. La qualification du poste peut donner une visibilité et une reconnaissance sociale à la fonction d’encadrement. A l’inverse, l’absence de  qualification du poste les maintient dans une position dominée au sein de la division du travail quand les pré-requis sont peu formalisés compte-tenu de la complexité des activités réalisées. Occuper un poste qualifié, allié à des dispositions de négociation, dans une « aisance naturelle » en évitant la confrontation, donnent alors une plus value au statut et en induisent un usage social différencié.

  • 71  Dans la mesure où historiquement l’échange social autour du travail s’est négocié, pour les direct (...)

84Si le risque de clivage existe entre l’activité d’encadrement des directeurs et celle des chefs de service71, l’observation in situ a pu montrer que parfois cette activité se recompose, pour trouver des « adaptations créatrices » face à un processus de rationalisation budgétaire et administrative. Au delà des contraintes structurales du champ, des logiques de professionnalisation des directeurs et des chefs de service, nos observations nous laissent penser que la fonction d’encadrement peut se recomposer, à l’échelle d’un établissement, sous l’impulsion d’un ensemble de facteurs tels que :

  • La position objective de l’établissement dans le champ (habilitation et type de financement)

  • Le type d’organisation du travail (la qualification des postes et leur niveau d’articulation)

  • Le sens pratique des agents (les qualifications des professionnels, leur rapport au statut de cadre et les modalités selon lesquelles se négocie l’autonomie professionnelle de chaque niveau de l’encadrement).

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Autès (Michel), Les paradoxes du travail social. Paris, Dunod, 2004 (1ère édition 1999), 336 p.

Bouffartigue (Paul), Gadéa (Charles), Sociologie des cadres, Coll Repères, Paris, La Découverte, 2000, 128 p.

Chauvière (Michel), Enfance inadaptée : l'héritage de Vichy, Paris, l'Harmattan, coll le travail du social, 316 p, 2009, (1987, 1980).

Chauvière (Michel), Top de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, La Découverte, 2007, 225 p.

Chéronnet (Hélène) (2006) Statut de cadre et culture de métier. La structuration des fonctions d'encadrement dans le secteur  de l'éducation spécialisée, Paris, l’Harmattan, coll le travail du social, 2006, 419 p.

Chéronnet (Hélène) (2006) « Les cadres de l’Education spécialisée : vers une recomposition des fonctions d’encadrement ? » dans Livian (Yves-Frédéric), [coord.] Être cadre : quel travail ? Paris, Éditions de l’ANACT, 287 pp. 142,167.

Chopart (Jean-Noël), [coord.], Les mutations du travail social. Dynamique d'un champ professionnel, Paris, Dunod, 2000, 274 p.

Demailly (Lise), Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et des activités professionnelles relationnelles », Presses universitaires du septentrion, 2008, 373 p.

Trépos (Jean-Yves), Sociologie de la compétence professionnelle, Presses universitaires de Nancy, 1992, 224 p.

Rosanvallon (Pierre), La crise de l'État-providence. Paris, Edts du Seuil, 1984, 183 p.

Articles

Autès (Michel), « La relation de service identitaire, ou la relation de service sans services », Lien Social et Politique, RIAC, n°40, 1998, pp. 47-58.

Autès (Michel), « L’insertion, une bifurcation du travail social », ESPRIT A quoi sert le travail social ? Mars-avril 1998, pp. 60-76.

Bachman (Christian), Chauvière (Michel), « Requalifier le travail social ? Entre localisme et nouvel impératif public, Revue de l'économie sociale, XV, 1988. pp. 133, 144.

Bigot (François), Rivard (Thierry), Tudoux (Benoît) et all. LERFAS, CREDOC,  « Mobilité professionnelle des salariés du secteur social et médico social » Les cahiers de recherche du CREDOC, N°183, janvier 2003.

Demailly (Lise), « Les métiers relationnels de service public : approche gestionnaire, approche politique », Lien Social et Politique, RIAC, n°40, 1998, pp. 17-24.

Demailly (Lise), « La restructuration des rapports de travail dans les métiers relationnels», Travail et Emploi, n°76, 1998, pp. 3-14.

Donzelot (Jacques), «L'entrée en politique de l'action sociale», Revue POUR n°119, 1988.

Dubar (Claude), Les catégorisations des métiers de l’intervention sociale, MIRE INFO n°40, Décembre 1997.

Duran (Patrice), « Le pouvoir politique pris aux mots. Action publique, politique publique, service public », Informations sociales n°109/2003. Les frontières du service public, 2003, pp. 38-49.

Estèbe (Philippe), « Les métiers de la ville » dans revue ESPRIT A quoi sert le travail social ? Mars-avril 1998, pp. 48-59.

Hély (Mathieu) « Servir l'intérêt général ou produire de l'utilité sociale? Avenir de la fonction publique et marché du travail associatif », Les Mondes du Travail. N°5,  janvier 2008, pp. 23-37.

Ion (Jacques), Tricart (Jean-Paul), «Une entité sociale problématique : les travailleurs sociaux, dans Sociologie du travail. N°2/1985, pp. 137-153.

Sainsaulieu (Renaud), « L'identité et les relations de travail » dans Revue Éducation Permanente, N°128/ 1996-3, 1996.

Rapports

Autès (Michel), Delaval (Bernadette), « Du travail social à l’intervention sociale. Un nouvel épisode des aventures fabuleuses du mouvement immobile », Rapport de synthèse Juillet 1998, Programme Observer les emplois et les qualifications de l’intervention sociale, 1998.

IGAS, La formation des cadres du secteur social : trois écoles en quête de stratégie, Rapport annuel de l’IGAS, Diffusion La documentation française, 1988.

Haut de page

Notes

1  L’auteur souhaite remercier Bertrand Ravon pour la lecture attentive de cet article et pour ses conseils judicieux qui ont contribué à l’enrichir.

2  Au sens où Lise Demailly l'entend : « Ensemble de compétences considérées comme caractérisant normalement les membres d'un groupe professionnel donné». Lise Demailly, Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et des activités professionnelles relationnelles, Presses universitaires du septentrion, 2008, P 80.

3  As Lise Demailly means « A body of skills considered as normally characteristic of the members of a given professionnal group”. Lise Demailly, Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et des activités professionnelles relationnelles  Presses universitaires du septentrion, 2008, p 80.

4  En el sentido con el que lo entiende Lise Demailly: “Conjunto de competencias consideradas como características por lo general de los miembros de un grupo profesional dado”. Lise Demailly, Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et des activités professionnelles relationnelles, Presses universitaires du septentrion, 2008, p. 80.

5  pour beaucoup d’établissements sociaux et médicosociaux, il s’agit de la signature de contrats d’objectifs et de moyens avec les Conseils généraux dans le cadre de l’élaboration des schémas départementaux

6  administratives et/ou juridiques relatives à l’hygiène, la sécurité, le droit des personnes

7  IGAS, « La formation des cadres du secteur social : trois écoles en quête de stratégie », Rapport annuel de l’IGAS, Diffusion La documentation française, 1998.

8  Pour Michel Autès, l’efficacité symbolique du travail social se mesure à la capacité des professionnels à promouvoir des projets collectifs tout en maintenant des objectifs d'adaptation et de réparation des individus. Michel Autès, Les paradoxes du travail social, Dunod, (1999, 2004).

9 Patrice Duran, « Le pouvoir politique pris aux mots. Action publique, politique publique, service public » dans Informations sociales n°109/2003. Les frontières du service public, 2003, p 38-49.

10  Afin de créer un véritable marché intérieur des services pour 2010, la directive « services » vise à faciliter la liberté d'établissement des prestataires de services dans d'autres États membres et la liberté de prestation de services entre les États membres. Cette directive vise également à élargir le choix offert aux destinataires des services et à améliorer la qualité des services pour les consommateurs comme pour les entreprises utilisatrices de services.

11  Actualités sociales hebdomadaires, 5 juillet 2002, n°2270. On peut se référer aux politiques de paiement direct (« direct payment ») mise en place en Grande Bretagne ou dans les pays nordiques où l’on choisit de donner aux personnes les moyens de se payer les services dont elles ont besoin plutôt que de subventionner les dits services. C’est en quelque sorte ce qui se fait en France avec l’APA pour les personnes âgées ou avec la PCH pour les personnes handicapées. On octroie une prestation financière pour que les personnes achètent des services à domicile alors que jusqu’à présent la tendance était de promouvoir ces services (municipaux souvent) d’aide à domicile ou liés aux établissements types SASMA ou autres.

12  Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux.

13 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l'héritage de Vichy, l'Harmattan, coll. le travail du social, 2009, (1987, 1980 1ère édition).

14  Michel Chauvière,« Quelle qualification pour quelle demande sociale ? » dans Jean-Louis Martinet. Les éducateurs aujourd’hui. Privat, 1999, p 8.

15  Jean-Yves Trépos, Sociologie de la compétence professionnelle, Presses universitaires de Nancy, 1992.

16  Mathieu Hély, Servir l'intérêt général ou produire de l'utilité sociale? Avenir de la fonction publique et marché du travail associatif. In Les Mondes du Travail. N°5, janvier 2008.

17 Michel Autès, « La relation de service identitaire, ou la relation de service sans services », dans Lien Social et Politique. RIAC 1998.

18  Christian Bachman, Jacky Simonin, Changer au quotidien. Une introduction au travail social, Tome 1 les politiques et les acteurs, Edts Etudes vivantes, Paris, 1981.

19  Appellation donnée par les chercheurs du programme MIRE « Observer les emplois et les qualifications des métiers de l’intervention sociale » à des métiers comme éducateur spécialisé, assistant de service social…

20 Hélène Chéronnet, La structuration des fonctions d'encadrement dans le secteur  de l'éducation spécialisée. L’exemple des directeurs des établissements sociaux et médicosociaux et des chefs de service éducatifs. Thèse de sociologie, sous la direction de Lise Demailly. Université des sciences et techniques de Lille 1,2004.

21  Lise Demailly, « Les métiers relationnels de service public : approche gestionnaire, approche politique ». dans Lien Social et Politique, RIAC, n°40, p 17-24,1998. Lise Demailly, «La restructuration des rapports de travail dans les métiers relationnels», dans Travail et Emploi, n°76, p 3-14,1998.

22 Jacques Ion, Jean-Paul Tricart, «Une entité sociale problématique : les travailleurs sociaux, dans Sociologie du travail. n°2/85,1985.

23  Jacques Donzelot, «L'entrée en politique de l'action sociale» dans Revue POUR n°119. Il s'agit de l'acte I de la décentralisation française (1983-1986), 1988.

24  référence à une vulgarisation de la nosographie psychiatrique, pratique de la relation duelle, absence de visibilité quant aux savoirs spécifiques aux métiers, difficulté de transposer les connaissances empruntés à d’autres espaces professionnels. cf. le rapport Dubedout qui accuse les animateurs sociaux-culturels d’êtres coupés des problèmes concrets de l’habitat ou encore le rapport Schwartz traitant de la formation professionnelle des jeunes qui dénonce une prise en charge des adolescents limitée à leurs difficultés affectives et relationnelles.

25  L’insertion, écrit Michel Autès, devient le lieu du discours sur l’efficacité et valorise un savoir d’expertise basé sur l’ingénierie sociale. Dans le discours public, le chef de projet apparaît porteur d’une professionnalité pertinente : il parle le langage de différents spécialistes (politistes, urbanistes…), il travaille avec différents partenaires, cristallise différents types de savoirs et développe des projets d’intégration des individus basés sur la médiation. In Michel Autès, « L’insertion, une bifurcation du travail social » in revue ESPRIT A quoi sert le travail social ? mars-avril 1998.

26  Pierre Rosanvallon identifie l’enjeu comme « étant celui de développer un autre mode de prise en charge, centré davantage sur l’appui qu’une institution peut apporter à un individu particulier pour disposer des moyens qui font que cet individu va pouvoir s’en sortir. Il s’agit bien d’un rôle de médiation où le travailleur social a à trouver une juste correspondance entre une norme générale et une situation particulière » dans Pierre Rosanvallon, La crise de l'État providence, Edts du Seuil, 1984.

27  Christian Bachman, Michel Chauvière, « Requalifier le travail social ? Entre localisme et nouvel impératif public dans Revue de l'économie sociale, XV, 1988.

28  Les politiques publiques récusent l’assistance où les secours publics sont une dette sacrée pour une logique de service où il s’agit d’accorder des prestations à un bénéficiaire en fonction de critères préalablement établis. Michel Autès « La relation de service identitaire ou la relation de service sans services » op cité.

29  Michel Chauvière dénonce la discrète sanitarisation du social et parlant de l’usage de la tarification à l’acte, plus principalement dans le secteur de l’aide à domicile, il écrit : « Déni de toute l’épaisseur historique et éthique de l’action sociale. Déni de la quantité de savoir-faire professionnels ou associatifs incorporés dans la réalisation de toute séquence au service d’autrui souffrant ou dans le besoin. Déni du travail engagé et nécessaire à cette production non seulement d’accompagnement mais qui plus est de prise en charge par nécessité, ce qui n’est jamais la même chose. Si l’accompagnement est partiellement programmable, la prise en charge ne l’est pas, sauf à interdire toute clinicité dans ce type de relation ». Michel Chauvière, Top de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation. La Découverte, 2007. P 50.

30 Lise Demailly, « Les métiers relationnels de service public : approche gestionnaire, approche politique », 1998, op cité.

31  Formation Santé-Social, n°57, Décembre 2003, Dossier Contrat d'études prospectives

32 2001 étant l’année de référence

33  16 personnes sont titulaires du CAFDES et 3 personnes titulaires du Diplôme supérieur du travail social

34  diplôme d’éducateurs spécialisés pour 15 d’entre eux et pour 2 autres d’un diplôme d’assistant de service social

35 6 d’entre eux ont commencé une formation de chef de service, 1 personne prépare le CAFDES et 7 autres ont des titres universitaires.

36  avenant 265 à la Convention Collective 1966.  La note de conjoncture de l'APEC indique que « le secteur médico-social est le seul dont la dynamique reste porteuse sur le marché de l'emploi cadre, avec des réalisations et des prévisions de recrutement orientées à la hausse par rapport à la même période, il y a un an ». in Conjoncture. Note trimestrielle de l'APEC. N°28-3° trimestre 2009.

37  Au sens où Lise Demailly l'emploie : « processus et résultats des négociations sociales permettant une certaine autonomie dans le travail », dans Lise Demailly, Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et des activités professionnelles relationnelles, op cité.

38 l'avenant 265 à la Convention Collective 1966 a été signé en 2000. Il a été applicable en 2000 pour les directeurs et 2001 pour les chefs de services éducatifs.

39 Hélène Chéronnet : « La structuration des fonction d’encadrement dans le champ de l’Education Spécialisée. Un exemple : les chefs de service éducatifs ». DEA sociologie. Sous la direction de Lise Demailly. Université des sciences et techniques de Lille 1, 1999.

40  Hélène Chéronnet, Statut de cadre et culture de métier. La structuration des fonctions d'encadrement dans le secteur de l'éducation spécialisée. L’Harmattan, Collection Le travail du social, 2006, 419 p.

41  Hélène Chéronnet, « Quand le statut de cadre entre en concurrence avec une culture de métier » Communication aux 7èmes journées du GDR C.A.D.R.E.S – CNRS, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, 25 juin 2004. In Actes de la journée du 25 juin 2004-La « jeune recherche » organisée par le GDR CADRES et le Centre Nantais de Sociologie. Pages 126 à 139. Hélène Chéronnet, « Du travailleur social au directeur : la logique promotionnelle du secteur social ». Communication aux 9èmes journées d’études du GDR C.A.D.R.E.S 27 juin 2005. « Savoirs et carrières : que nous apprennent les cadres promus ? » http://gdr-cadres.cnrs.fr/

42  En sociologie, l’article de Jacques Ion et Jean-Paul Tricart paru en 1985 dans la revue sociologie du travail faisait référence mais il ne traitait pas particulièrement des cadres.

43 Jean-Noël Chopart, (dir), Les mutations du travail social. Dynamique d'un champ professionnel. Dunod, 2000.

44  Michel Autès, Bernadette Delaval, « Du travail social à l’intervention sociale. Un nouvel épisode des aventures fabuleuses du mouvement immobile ». Rapport de synthèse Juillet 1998, Programme Observer les emplois et les qualifications de l’intervention sociale.

45  Claude Dubar, Les catégorisations des métiers de l’intervention sociale in MIRE INFO n°40. Décembre 1997.

46  Michel Autès, Bernadette Delaval, Ibid.

47  François Bigot, Thierry Rivard, Benoît Tudoux, LERFAS – avec la collaboration de P Dubechot CREDOC, « Mobilité professionnelle des salariés du secteur social et médicosocial » Les cahiers de recherche du CREDOC. N°183, janvier 2003.

48  On peut toutefois citer deux rapports qui traitaient explicitement de cette question : Hélène Dolgorouki, L'adaptation de l'encadrement dans le secteur sanitaire et social. Quelle formation permanente des cadres pour accompagner la mutation des tâches, UNIOPSS, 1995. Elisabeth Dugué, Fonctions d'encadrement et formations supérieures dans le secteur social, sociologie du travail, CNAM, 1998.

49  Elisabeth Maurel, 2000, « De l'observation à la typologie des emplois sociaux » in Jean-Noël Chopart, Les mutations du travail social. Dynamique d’un champ professionnel, Op cité. p 33.

50  Paul Bouffartigue, Charles Gadéa, Sociologie des cadres, Coll. Repères, Edts La Découverte, 2000.

51 Choisir « les cadres » comme objet de recherche contraint le sociologue à une vigilance particulière, étant donné l'homologie des positions sociales. Le sociologue pourrait ainsi être tenté de « sacraliser » son objet et de relayer des discours justifiant l'utilité professionnelle de ces agents, en oubliant « de traiter les faits sociaux comme des choses ». Charles Gadéa a développé cette question en rappelant la nécessité de pratiquer une sociologie réflexive. Charles Gadéa, Les cadres et leurs sociologues. Note pour l'habilitation à diriger les recherches. Paris EHESS, 2001.

52 On peut consulter ces tableaux dans l’ouvrage tiré de la thèse. Hélène Chéronnet, Statut de cadre et culture de métier. Op cité.

53  Pierre Rosanvallon, La crise de l'État Providence, Le Seuil, coll points essais, 1984.

54  Tant les politiques de la ville que les lois relatives à la décentralisation favorisent la diffusion du modèle de la prestation de service et de l’évaluation de sa qualité en privilégiant une approche complexifiée des problèmes plutôt qu’une appréhension singulière de l’individu. Voir à ce propos l'article de Michel Autès : Michel Autès, «L'insertion, une bifurcation du travail social », In Revue Esprit, «  A quoi sert le travail social? Mars-avril 1998 » Philippe Estèbe (1998), « Les métiers de la ville » ibid.

55  Par exemple, une association de parents d’enfants inadaptés va monter un projet de Maison d’accueil spécialisée. Pour obtenir des financements, elle va montrer qu’elle ne répond pas qu’à ses propres besoins et elle y intégrera une section d’accueil de jour pour les personnes hospitalisées en psychiatrie. Il n’y aura pas forcément de financement pour un projet à l’attention de ces personnes car subventionner un si faible effectif n’aurait pas été rentable. Concrètement, la logique de l’efficacité implique ici de faire mieux avec moins de moyens.

56  Encore que certaines associations vont accepter de créer des établissements – centre placement immédiat par exemple – à des prix de journée moindre, ou d’autres vont accepter une norme famille (nombre de familles suivies dans le cadre d’une AEMO) supérieure à ce qu’accepte une autre association.

57  Caisse d’allocations familiales (CAF) pour les mesures de tutelle aux prestations sociales, État et Ministère de la justice pour les mesures d'investigation et d'orientation éducative (IOE), mesure de réparation pénale, administrateur ad hoc, mesures de tutelle au profit de personnes majeures, prestations directes non réglementées comme les enquêtes ordonnées par le Juge aux affaires familiales, activités financées dans le cadre des politiques de la ville…)

58  L’acte II de la décentralisation (2003) impose le département comme chef de file en matière d’action sociale, mais écrit Michel Chauvière « c’est un pilotage qui fait problème dans les rapports avec la psychiatrie, la justice des mineurs et l’école, toutes compétences non décentralisées et pourtant directement concernées par les mêmes questions sociales » dans Michel Chauvière , Trop de gestion tue le social. Op cité p 38.

59  Ces effets avaient déjà été décrits notamment par Michel Chauvière : « Travail social, le choc des légitimités ». Le monde diplomatique n°390. Janvier 1998.

60  Hélène Chéronnet, « Les cadres de l’Education spécialisée : vers une recomposition des fonctions d’encadrement ? » dans Yves-Frédéric Livian [coord.] Être cadre : quel travail ? Éditions de l’ANACT, 2006.

61  On peut citer l’exemple de ce directeur d’unités d’accueil qui cherche à les restructurer en un établissement plus important, pour peser dans les négociations avec l’Aide sociale à l’enfance, laquelle confie les enfants aux différentes structures. Il aurait ainsi une équipe plus importante de cadres socio-éducatifs pour dynamiser les groupes d’éducateurs. Il voudrait développer une polyvalence du personnel, sur le modèle d’un plateau technique qui puisse devenir une ressource pour l’établissement. Il se heurte à une réaction véhémente des syndicats qui refusent d’abandonner l’organisation en petits établissements pour revenir à une organisation plus centralisée.

62  Quand les directeurs délèguent une partie de leur travail d’encadrement, il semblerait que ce soit essentiellement sur le plan technique.

63  Par exemple, une directrice d’un foyer occupationnel participe à un groupe de parole hebdomadaire qui rassemble les résidents ou encore le directeur de ce service de protection judiciaire de l’enfance qui est parfois en contact direct avec l’usager. Il précise en effet que sur 1200 situations familiales confiées au service, il en suit une quarantaine en cas de difficultés particulières.

64  Ce, jusqu’en 2004, date de publication du décret portant création de la formation CAFERUIS.

65  Il faudrait poursuivre le travail empirique pour observer si la meilleure adéquation formation/qualification/ classification et l’inflation des normes relatives aux bonnes pratiques ont davantage standardisé l’exercice professionnel.

66  Au sens où Renaud Sainsaulieu l'entend, à savoir un partage de systèmes collectifs de représentation et de l'analyse de l'incidence des conditions concrètes des relations de travail pour se situer dans le rapport salarial. cf. Renaud Sainsaulieu, « L'identité et les relations de travail » in Revue Éducation Permanente. N° 128/ 1996-3, 1996.

67  Patrick Duran, à travers l’analyse des politiques publiques, observe un glissement sémantique du terme « service public », qui sous-tend l’idée d’un intérêt général énoncé par le politique, au terme de service au public qui inscrit le service public dans une logique marchande dans Duran (Patrick), « Le pouvoir politique pris aux mots. Action publique, politique publique, service public ». Op cité.

68 Michel Autès, « La relation de service identitaire ou la relation de service sans services », op cité. Lise Demailly, « Les métiers relationnels de service public : approche gestionnaire, approche politique », op cité.

69  Ceci est surtout vrai pour les clubs de prévention mais tend à se généraliser avec la signature avec le Conseil général, entre autres, de contrats pluri-annuels d’objectifs et de moyens (CPOM).

70 Hélène Chéronnet, « Quand le statut de cadre entre en concurrence avec une culture de métier » op cité.

71  Dans la mesure où historiquement l’échange social autour du travail s’est négocié, pour les directeurs, dans le cadre de la logique de la qualification et pour les chefs de service, jusqu’en 2004, dans le cadre de la logique de la compétence. Nous avons montré que la lutte pour les classements symboliques à ces deux niveaux de l’encadrement pouvaient une activité de légitimation de la position professionnelle propre à chaque catégorie et porter ainsi atteinte à la continuité de la fonction d’encadrement in Hélène Chéronnet, Statut de cadre et culture de métier. Op cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Chéronnet, « Être cadre dans le secteur de l’éducation spécialisée : Quelle (s) professionnalité (s) dans un contexte de rationalisation de l’action publique ?  », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 octobre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sejed.revues.org/6132

Haut de page

Auteur

Hélène Chéronnet

Formatrice chercheure à l’ENPJJ. Docteur en sociologie, elle est membre du CLERSE et a été Maître de conférences associée à la faculté des sciences économiques et sociales, Université de Lille 1. Ses recherches portent la professionnalisation de l’activité d’encadrement dans le travail social sous la contrainte de l’évolution des orientations libérales des politiques publiques. Elle signe avec Charles Gadéa une contribution récente sur ce thème : Chéronnet (Hélène), Gadéa (Charles), « les cadres du travail social et de la santé face à la rationalisation managériale des services publics » dans Demazière (Didier), Gadéa (Charles) [dir] Sociologie des groupes professionnels, acquis récents, nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009.
Elle travaille également sur la territorialisation des politiques de santé mentale dans le cadre du programme KNOW & POL (6e PCRD, 2006-2011), « Connaissances et politique. Place des connaissances dans la genèse et la régulation de l'action publique en Europe : convergences et spécificités sectorielles et nationales »
http://www.knowandpol.eu/fileadmin/KaP/content/Scientific_reports/Literature_review/Cheronnet_FR.pdf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org