Navigation – Plan du site
Introduction au dossier

La construction de la professionnalité éducative

Hélène Chéronnet

Texte intégral

  • 1  Christian Bachman, Michel Chauvière, « Requalifier le travail social ? Entre localisme et nouvel i (...)

1La question de la professionnalité éducative fait débat depuis les années 1980. En 1988, compte-tenu de l’évolution des problèmes sociaux et de la montée des nouvelles normes de gestion induites par la décentralisation de l’Action sociale, Michel Chauvière et Christian Bachman plaident ainsi pour une requalification du travail social, notamment par un remembrement des professions sociales et une refondation des qualifications1.

  • 2  Esprit. « A quoi sert le travail social ? chômage, précarité, insertion : la nouvelle donne. Ancie (...)

2L’accroissement du chômage, l’augmentation de la pauvreté, qui ne concerne plus que les seuls milieux populaires, la crise des grands intégrateurs que représentaient la famille, l’école, le travail, mettent à mal l’idéal républicain de justice sociale et la revue Esprit dans son numéro de mars - avril 1998 pose dans son titre la question de l’utilité même du travail social2.

  • 3  Jean-Noël Chopart [dir], Les mutations du travail social. Dynamique d’un champ professionnel, Pari (...)

3Le programme de recherche MIRE « observer les emplois et les qualifications des métiers de l’intervention sociale » actualise les connaissances quantitatives et également qualitatives relatives à ce champ professionnel. Il opère un recensement en comptabilisant les professionnels par catégories d’emploi et de qualification, il identifie des critères à partir desquels pourraient être analysés les emplois de ce secteur et il en propose une nouvelle nomenclature. Ce programme donne lieu à diverses synthèses et à la publication, en 2000, d’un ouvrage collectif, sous la direction de Jean-Noël Chopart3.

  • 4  « La formation des travailleurs sociaux au crible de l’évaluation » dans Actualités sociales hebdo (...)
  • 5  Depuis, la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et aux responsabilités locales confie aux rég (...)
  • 6  Michel Chauvière et de Didier Tronche, intitulé « Qualifier le travail social. Dynamique professio (...)

4Avec l’implémentation de la politique de la ville, l’apparition du chef de projet, comme nouvelle figure professionnelle, parente de celle de l’ingénieur social, vient interroger la professionnalité légitime des acteurs des secteurs dits « canoniques » du travail social. Le cœur de la professionnalité semble menacé par l’apparition de nouvelles formes d’intervention sociale qui se cristallisent autour d’une référence à une nouvelle catégorie -à savoir la médiation- en valorisant une approche globale et transversale des problèmes. Le travail clinique est stigmatisé comme l’indicateur d’une compétence obsolète. Mais, le système de formation des travailleurs sociaux est lui aussi fragilisé dans son rôle de diffusion de normes de socialisation collective et dans sa capacité à transmettre des références socioprofessionnelles indispensables à l’enrichissement d’une culture de métier. Une mission d’évaluation de ce dispositif, composée d’inspecteurs généraux des affaires sociales, d’universitaires et de conseillères techniques pédagogiques à la direction de l’Action sociale, s’alarme du désengagement de l’Etat dans l’impulsion d’une politique nationale de formation des travailleurs sociaux4. Ainsi, par l’absence de cohérence entre les différents dispositifs, la formation ne joue pas pleinement son rôle et ne transmet ainsi plus de références socioprofessionnelles indispensables à l’enrichissement d’une culture de métier5. Des universitaires (Brigitte Bouquet, Jean-Noël Chopart, Michel Chauvière, Jacques Ladsous, etc.) s’allient aux représentants de la branche professionnelle (dont Didier Tronche) pour promouvoir des tentatives de régulation collective, notamment en créant l’association CQFD social (i.e. « c’est la qualification qu’il faut développer »). Il s’agit ainsi de résister à des mutations qui réguleraient l’exercice professionnel sur une logique privilégiant les missions et les compétences des acteurs qui les réalisent. L’organisation d’un colloque autour de ces perspectives, pour poursuivre le débat, donne lieu à un ouvrage, paru en 2002 sous la direction de Michel Chauvière et de Didier Tronche, intitulé « Qualifier le travail social. Dynamique professionnelle et qualité de service »6.

5C’est dans ce contexte d’exacerbation des logiques de professionnalisation que le Centre national de formation des éducateurs de Vaucresson (Protection judiciaire de la jeunesse) devenu depuis l’Ecole nationale de protection judicaire de la jeunesse (ENPJJ), le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), l’association française des organismes de formation et de recherche en travail social (AFORTS), le groupement national des IRTS (GNI) se sont saisis de cette question en organisant en novembre 2007, au CNAM à Paris, des journées de valorisation de la recherche sur le thème de la construction de la professionnalité éducative. Historicité, culture, légitimité, transmission, subjectivité, autant de notions qui ont structuré l’organisation des conférences et des ateliers. Les contributions à ce dossier représentent l’élaboration, sous forme d’articles, de certaines des communications présentées à ce colloque.

  • 7  Edith Montmoulinet, « Le centre de formation : une courroie de transmission non négligeable dans l (...)

6L’article d’Edith Montmoulinet7, paru dans le numéro 6 de SEJED, annonçait le présent dossier. A partir d’une analyse comparative de l’organisation et de la mise en œuvre de la formation préparant au diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé dans cinq centres de formation, l’article décrit leur rôle dans la reproduction d'un modèle professionnel basé sur la valorisation des savoirs-êtres plutôt que sur l’appropriation de savoirs théoriques. Malgré les tentatives d’harmonisation, par le biais de la réforme du diplôme d’état d’éducateur, des contenus théoriques et des choix relatifs aux pratiques pédagogiques, la socialisation professionnelle des éducateurs s’effectuerait encore selon un curriculum caché qui privilégierait les dispositions naturelles tout au long de la formation et ce, malgré de grandes disparités entre les écoles.

7Plutôt que de parler de culture professionnelle, Michel Chauvière, dans l'article publié ici, a recours au concept de monde social pour interroger identité professionnelle et professionnalité et pour se démarquer des approches fonctionnalistes de la professionnalisation. Celle-ci s’effectue dans une configuration conflictuelle où entrent en interaction à l’interne, à la fois des éléments qui rassemblent (la croyance en l’éducabilité de l’enfant, la centration sur le sujet, l’idéal d’aide) mais aussi des éléments qui divisent (le rapport à l'Education nationale, aux parents, « aux psy de tous poils », la réinvention permanente de l’acte éducatif »). A l’externe, la pression des normes afférentes au nouveau management public ou encore l’entrée en scène des usagers déstabilisent l’idéal de métier et l’affaiblissement des conventions collectives. Le transfert de la gestion et du financement des formations aux régions, l’apprentissage et la validation des acquis de l’expérience viennent entraver un processus de professionnalisation qui, de ce fait, reste inachevé. L’article plaide pour une reconquête de la place des éducateurs dans le processus de reproduction professionnelle. La capacité à produire des savoirs permettrait une meilleure maîtrise des enjeux symboliques et un gain d’autonomie professionnelle augmenterait leur capacité à produire le sens de l’action.

8L’article de Jean-Pierre Jurmand propose de penser la professionnalité éducative à l’épreuve de son historicité en établissant un lien entre les diverses modalités d’action vécues dans le temps par les professionnels de l’Education spécialisée. En intégrant, dans l’analyse, les nombreuses ruptures, écarts, décalages, propres à chaque époque et caractéristiques de la construction du secteur professionnel, l’auteur décrit, sur quatre décennies, les formes diverses de la professionnalité en prenant pour indicateurs les institutions, les politiques publiques et les savoirs. Envisagée sous cet angle, la professionnalité s’apparenterait à une succession de fictions fonctionnant comme de véritables modes opératoires afin de permettre aux professionnels de négocier l’idée qu’ils se font de leur place dans la relation d’aide et dans leur rapport au travail prescrit.

9Le dernier article s'intéresse aux modalités selon lesquelles des cadres de l’Education spécialisée tentent de concilier statut de cadre et culture de métier. Directeurs et chefs de service voient leurs professionnalités redéfinies par l’introduction d’une raison managériale dans les orientations des politiques sociales. Dans ce contexte, ils pourraient être les principaux acteurs de la rationalisation à l’œuvre. Cependant, sous certaines conditions, la fonction d’encadrement peut se recomposer, en dépassant les logiques professionnelles propres à chaque échelon, en évitant un repli sur une professionnalité assujettie à la reproduction des places légitimes de chacun.

10La revue souhaite participer au débat engagé par les chercheurs et les acteurs du champ et ainsi poursuivre la réflexion. Le dossier proposé ici n’a bien entendu aucune prétention d’exhaustivité. Il est complété par une bibliographie indicative et nous espérons ainsi, à travers ces différentes initiatives, apporter une pierre à l’édifice de la construction de la professionnalité éducative qui, nous l’avons vu, reste en chantier.

Haut de page

Notes

1  Christian Bachman, Michel Chauvière, « Requalifier le travail social ? Entre localisme et nouvel impératif public » dans revue de l’économie sociale, XV, 1988, pp. 133-144.

2  Esprit. « A quoi sert le travail social ? chômage, précarité, insertion : la nouvelle donne. Anciennes professions, nouveaux métiers. De la tutelle à la médiation. Mars-avril 1998.

3  Jean-Noël Chopart [dir], Les mutations du travail social. Dynamique d’un champ professionnel, Paris, Dunod, 2000.

4  « La formation des travailleurs sociaux au crible de l’évaluation » dans Actualités sociales hebdomadaires n°1293, 21 avril 1995. Le lecteur pourra également consulter sur ces questions le rapport d’Elisabeth Dugué Fonctions d’encadrement et formations supérieures dans le secteur social, Sociologie du travail, CNAM, 1998.

5  Depuis, la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et aux responsabilités locales confie aux régions la responsabilité, l’organisation et le financement des formations sanitaires et sociales.

6  Michel Chauvière et de Didier Tronche, intitulé « Qualifier le travail social. Dynamique professionnelle et qualité de service, Paris, Dunod, 2002. 

7  Edith Montmoulinet, « Le centre de formation : une courroie de transmission non négligeable dans la construction de la professionnalité des éducateurs spécialisés », Sociétés et jeunesses en difficulté n°6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Chéronnet, « La construction de la professionnalité éducative », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 18 janvier 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sejed.revues.org/6214

Haut de page

Auteur

Hélène Chéronnet

Formatrice chercheure à l’ENPJJ. Docteur en sociologie, elle est membre du CLERSE et a été Maître de conférences associée à la faculté des sciences économiques et sociales, Université de Lille 1. Ses recherches portent la professionnalisation de l’activité d’encadrement dans le travail social sous la contrainte de l’évolution des orientations libérales des politiques publiques. Elle signe avec Charles Gadéa une contribution récente sur ce thème : Chéronnet (Hélène), Gadéa (Charles), « les cadres du travail social et de la santé face à la rationalisation managériale des services publics » dans Demazière (Didier), Gadéa (Charles) [dir] Sociologie des groupes professionnels, acquis récents, nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009.
Elle travaille également sur la territorialisation des politiques de santé mentale dans le cadre du programme KNOW & POL (6e PCRD, 2006-2011), « Connaissances et politique. Place des connaissances dans la genèse et la régulation de l'action publique en Europe : convergences et spécificités sectorielles et nationales »
http://www.knowandpol.eu/fileadmin/KaP/content/Scientific_reports/Literature_review/Cheronnet_FR.pdf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org