Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

L'évolution des usages de drogues et des politiques. De l'Europe aux Amériques, par Dominique Duprez et Marie-Sophie Devresse (dir.)

Jean-Jacques Yvorel

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la revue Déviance et société fait suite à un séminaire du GERN (Groupe européen de recherche sur les normativités) qui s'est tenu à Lille sous la responsabilité de Dominique Duprez. Le programme était ambitieux puisqu'il s'agissait pour chaque pays (Royaume-Uni, France, Belgique, Allemagne, Hollande, Italie, Canada, Brésil) de dresser un tableau de l'évolution des diverses modalités de consommation et des politique pénales et sanitaire depuis la fin du XIXème siècle, de faire un bilan empirique des évolution récentes en matière d'usages de drogues licites ou illicites et de mesurer les effets des politiques pénales et sanitaires sur les pratiques de consommation.

2Les huit communications rassemblées par Dominique Duprez et Marie-Sophie Devresse remplissent inégalement ce programme. La mise en perspective historique a rarement l'ampleur chronologique mentionnée dans la "commande". A l'exception du cas britannique et du cas canadien où les auteurs (Geoffrey Pearson pour le Royaume-Uni, Serge Brochu et Mylène Orsi pour le Canada) évoquent, succinctement certes, mais précisément la naissance du "problème de la drogue", l'approche diachronique concerne essentiellement l'après seconde guerre mondiale voire les ultimes décennies du XXe siècle. Cette réserve, venant d'un recenseur disciple de Clio et est marquée par conséquent d'une once de corporatisme, ne diminue en rien l'intérêt global de ces contributions et ne doit surtout pas vous détourner de leur lecture.

3Les auteurs mettent en évidence un processus dans tous les pays développés de massification et de diversification des usages de substances psychoactives selon une chronologie qui varie peu d'un Etat à l'autre. La contestation des années soixante, l'émergence d'une culture alternative va de pair avec un usage de drogues (essentiellement cannabis et LSD) qui accompagne cette "révolution culturelle". Suit, pour reprendre la terminologie des responsables du numéro dans leur introduction "le dur réveil des années soixante dix. Si la consommation de marijuana et de LSD parmi les jeunes des classes moyennes et supérieures diminue voire disparaît presque pour ce qui est de la seconde, ce sont les jeunes des milieux populaire qui prennent le relais… et ils consomment plutôt une drogue de l'oubli : l'héroïne. C'est alors que se mettent en place dans toute l'Europe des politiques prohibitionnistes plus strictes mais aussi des dispositifs de prise en charge socio-sanitaire des usagers qui cherchent à réaliser un compromis impossible entre pénalisation et traitement. Dans les années 1980 la drogue pénètre massivement les cités et génère à la fois un "business" et ce que Patricia Bouhnik appelle un "système de vie". La réponse publique à ce phénomène est une lutte essentiellement dirigée contre le trafic mais une "guerre à la drogue" tous azimuts. Le développement de l'épidémie de sida et la nécessité de promouvoir une politique de réduction des risques engendrent une remise en cause de l'idéal normatif d'une société sans drogue. Ce nouveau pragmatisme ne débouche pas sur une dépénalisation de l'usage et les programmes d'échange de seringue ou de distribution de produit de substitution sont parfois entravés par l'action répressive. Enfin les auteurs se penchent aussi sur les dernières formes de consommations de drogue : celles liées au milieu festif et à la scène techno.

4L'autre apport fondamental de ces recherches concerne les effets des politiques pénales et sanitaires sur les pratiques de consommation. En effet, si les législations européennes concernant l'incrimination du trafic sont très voisines, le sort réservé à l'usager est beaucoup plus variable, parfois même à l'intérieur d'un même pays comme dans le cas de l'Allemagne fédérale. Cette configuration permet d'instructives comparaisons. La conclusion du sociologue allemand Karl-Heinz Reuband, reprise et soulignée par Dominique Duprez et Marie-Sophie Devresse est sans appel :"Que l'on applique des sanctions sévères ou que l'on traite la question de façon plus libérale, ces mesures n'ont aucune incidence sur le niveau de prévalence, ni sur la propension des non-usagers à prendre de la drogue, ni même sur la fréquence de prise des usagers. D'autres facteurs, imbriqués dans la culture de la jeunesse et les contextes sociaux et culturels, semblent avoir un impact bien plus considérable que les facteurs juridique". Bref, "l'usage de drogue est indépendant de la façon dont la police et le système judiciaire traitent les consommateurs de drogues."

5Duprez (Dominique), Devresse (Marie-Sophie) (dir.). L'évolution des usages de drogues et des politiques. De l'Europe aux Amériques, Déviance et société, septembre 2008, vol. 32, n° 3, 32 €.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « L'évolution des usages de drogues et des politiques. De l'Europe aux Amériques, par Dominique Duprez et Marie-Sophie Devresse (dir.) », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 octobre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sejed.revues.org/6231

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org