Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, de Michel Chauvière

Hélène Chéronnet

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Michel Chauvière décrit les évolutions des politiques d'Action sociale et leur incidence, à la fois sur les représentations relatives à la question sociale mais également sur son mode de traitement. L’attraction commerciale dont le secteur social fait l’objet, principalement dans l’aire du travail à domicile, contribue à la transformation progressive de cet univers professionnel. Le néologisme « chalandisation », en référence à la notion de zone de chalandise, en usage dans l’espace commercial, permet de rendre compte des modalités selon lesquelles le travail social devient plus ou moins une marchandise ; notamment à travers la réévaluation de la place de l’usager et de la légitimation de la notion de marché des services à la personne.

2Dans une première partie intitulée « société de services et fétichisme de la qualité », il est question de la transformation des référentiels de l’Action sociale et de l’effritement du compromis social que l’assistance républicaine permettait de réaliser. Sous l’effet de la politique de modernisation des administrations publiques et de la diffusion des normes du nouveau management public, ce sont les services publics, en tant que moyens de la solidarité nationale, qui se trouvent ainsi menacés. Les deux vagues de décentralisation permettent de développer la rhétorique de la proximité comme condition sine qua non de la démocratie. Le transfert des compétences, relatives à l’Action sociale, aux départements, va de pair avec la valorisation des notions de subsidiarité et de gouvernance. Si la subsidiarité permet de prendre des décisions au plus près de la vie des citoyens, elle relativise le rôle de l'État et sa capacité à garantir l’intérêt général. De même, la notion de gouvernance permettrait une stratégie d’ajustement permanent dans la gestion de l’Action sociale là où l'octroi des secours relevaient de décisions repérées et issues du débat démocratique. On passe, écrit Michel Chauvière « du service rendu, parce que dû à toute personne en difficulté pour continuer de « faire société » avec elle, à un service « vendu » même gracieusement, prétendument ajusté à la demande de chacun, conjoncturellement dans le besoin ». Le recours à la notion de prestation de service, la généralisation des normes relatives à la qualité et à l’évaluation introduisent une raison managériale dans les politiques sociales. Les besoins sociaux sont analysés et traités, comme relevant avant tout des personnes elles-mêmes, en faisant l’impasse sur une socialisation de la question sociale. La valorisation de la position de l’usager, en tant que « client potentiel » des services sociaux, introduit l’idée de compensation sous forme de prestation financière, plutôt que de subventionner les institutions pour délivrer des services auxquels chacun peut avoir droit. A terme, l’évaluation de la compétitivité des structures aurait pour effet leur regroupement (pour faire face financièrement) et constituerait un frein l’initiative associative.

3Dans une seconde partie, l'auteur examine et rapproche les trois figures constituées par le domicile, l'accès et l'usage dans ce qu'elles traduisent de l'individualisation des rapports sociaux et de la subjectivation de la question sociale.

4Le domicile, par le biais des nouvelles technologies de l'information et de la communication, devient un espace économique sujet au développement de nouvelles offres de service et représente des marchés nouveaux à conquérir. Le domicile constitue également un espace à surveiller que ce soit par le recours aux instruments (vidéo surveillance, techniques diverses de traçabilité) ou par le biais des orientations des politiques sociales qui renforcent la contractualisation obligatoire de l'intervention en direction des familles. La référence au domicile, pour caractériser le traitement administratif des besoins sociaux et son incarnation dans la notion de guichet unique, se retrouve dans l'adoption du terme de "maison" (maison départementale des personnes handicapées par exemple) qui aurait pour effet d'humaniser "la file d'attente" en tentant de prévenir la violence potentielle des usagers.

5La rhétorique de l'accès aux droits laisserait penser que l'égalité des chances existe dans une société qui devient de plus en plus inégalitaire. L'instauration de droits spécifiques pour les personnes en situation d'exclusion ne permet pas pour autant un accès effectif à ces mêmes droits ("le droit au logement ne loge pas"). En opposition à l'assistance républicaine et aux droits créance, l'accès aux droits se décline dans différentes directions par le biais de catégories juridiques nouvelles. Plutôt que de bénéficier de droits effectifs, le citoyen se doit de les faire valoir, comme le montre par exemple la référence au droit à la compensation du handicap. Les droits deviennent autant de ressources à mobiliser, avec ou sans aide, dans des conditions révisables selon les orientations politiques et administratives. L'accès aux droits revêt alors un caractère incantatoire en faisant l'impasse sur les acquis des recherches relatives à leur accès différentiel selon les catégories sociales.

6La référence au modèle de l'usager actif, rationnel dans ses choix, est censée consacrer la promotion d'une citoyenneté plus active qui viendrait légitimer l'Action publique ancrée dans une orientation sociale. Michel Chauvière y verrait davantage la manifestation d'un apprentissage, plus ou moins masqué, du consumérisme des services, sous le couvert d'une requalification positive de la citoyenneté. La loi du 2 janvier 2002, encadrant le fonctionnement des institutions sociales et médico-sociales, permettrait un rééchelonnement des normes d'action publique et une transition en douceur de la citoyenneté politique au droit des consommateurs. La prestation de service, en tant que nouveau paradigme de l'Action sociale, contribuerait à abandonner la référence à la valeur de justice sociale pour satisfaire aux nécessités économiques. Cette évolution idéologique se déclinerait jusque dans des technologies sophistiquées (droits et outils spécifiques) pour une analyse individualisée des besoins des usagers et de ses droits, masquant la situation "d'usager dans le besoin" avec pour effet une segmentation des réponses.

7Dans la troisième et dernière partie de l'ouvrage intitulée "forçage territorial et commerce des compétences", Michel Chauvière examine les conséquences du traitement de la question sociale sur le plan local. La décentralisation des compétences à l'échelon des départements, voire des régions, permet de réaliser des économies d'échelle et de mieux combiner le raisonnement politique et le raisonnement économique. Sans l'octroi des moyens ad hoc, elle ne permet pas d'obtenir la plus value espérée en termes de solidarité. La territorialisation des politiques sociales, accélérerait la porosité entre certains secteurs comme par exemple le travail social et l'univers policier. Elle encadre désormais l'initiative associative à travers des principes organisateurs tels que l'inter-territorialité, la transversalité, les planifications sectorielles. Le supposé gain de démocratie, engendré par la proximité, se confronte à un mode de régulation politique encore très centralisé sur le modèle que la science politique nomme "top/down". Il y aurait ainsi une concurrence des systèmes censés légitimer la démocratie et donc ainsi plusieurs mises en œuvre de l'idéal démocratique.

8La gestion de la question sociale "à l'épreuve du territoire" a des effets sur les identités professionnelles et sur la constitution de la professionnalité de l'éducateur. Elle affecte les espaces collectifs de régulation professionnelle (représentativité d'une branche professionnelle, dispositifs de qualification des professionnels, systèmes de formation...) et fait évoluer le métier de l'éducateur, essentiellement basé sur le travail clinique, vers une fonction d'exécution, tandis que conjointement se conforte la place de l'expert.

9En conclusion, pour Michel Chauvière, le travail idéologique, entrepris dans le cadre de la modernisation des administrations publiques, amène au détachement des idéaux de service public et de l'intérêt général. Cette attaque des valeurs républicaines a des effets sur les associations et les professions et contribue à la chalandisation des pratiques institutionnelles, notamment par l'adoption inconsciente d'un langage gestionnaire, concurrentiel et financier, au delà des nécessités et par le recours au management couplé à l'hypergestion. Michel Chauvière plaide pour la réhabilitation de la solidarité et pour sa déclinaison dans des institutions et des instruments juridiques. Dans cette perspective, les associations et les professions revalorisées, un droit des usagers davantage citoyen que consumériste contribueraient à la modernisation de cette valeur  pour une évolution vers un nouveau pacte social.

10Chauvière (Michel). Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, 2007, La Découverte, coll. Alternatives sociales, 224 p., 21,50 €.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Chéronnet, « Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, de Michel Chauvière », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 octobre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sejed.revues.org/6232

Haut de page

Auteur

Hélène Chéronnet

Formatrice chercheure à l’ENPJJ. Docteur en sociologie, elle est membre du CLERSE et a été Maître de conférences associée à la faculté des sciences économiques et sociales, Université de Lille 1. Ses recherches portent la professionnalisation de l’activité d’encadrement dans le travail social sous la contrainte de l’évolution des orientations libérales des politiques publiques. Elle signe avec Charles Gadéa une contribution récente sur ce thème : Chéronnet (Hélène), Gadéa (Charles), « les cadres du travail social et de la santé face à la rationalisation managériale des services publics » dans Demazière (Didier), Gadéa (Charles) [dir] Sociologie des groupes professionnels, acquis récents, nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009.
Elle travaille également sur la territorialisation des politiques de santé mentale dans le cadre du programme KNOW & POL (6e PCRD, 2006-2011), « Connaissances et politique. Place des connaissances dans la genèse et la régulation de l'action publique en Europe : convergences et spécificités sectorielles et nationales »
http://www.knowandpol.eu/fileadmin/KaP/content/Scientific_reports/Literature_review/Cheronnet_FR.pdf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org