Navigation – Plan du site

Texte intégral

Peut-on parler d’une culture professionnelle des éducateurs ?

Michel Chauvière

1Partant d’une définition ouverte de la culture, dynamisée par la notion de « monde social », l’auteur tente dans un premier temps de cadrer et de problématiser la notion de culture professionnelle chez les éducateurs, puis il aborde deux aspects dialectiquement engagés, en l’espèce : d’une part, ce qui rassemble, ce qui se partage en interne et qui sert aussi à se protéger de l’extérieur ; d’autre part, les questions venant de l’extérieur qui mettent à l’épreuve, qui mettent du flou dans les distinctions admises, qui séparent et divisent en interne. Les différentes propositions sont nées d’observations directes, de plusieurs études déjà publiées ainsi que d’un long compagnonnage de l’auteur avec le travail socio-éducatif, tant du côté de la justice des mineurs que du côté de l’Action sociale et des Affaires sociales.

La professionnalité éducative à l'épreuve de son historicité

Jean-Pierre Jurmand

2Si la professionnalité éducative est une construction, ne serait elle pas tributaire des conditions historiques de son émergence et de son développement, à savoir l’expansion de l’Etat social, dont la remise en cause idéologique signifierait pour elle une sérieuse menace ? La professionnalité éducative serait-elle le fruit d’une pure contingence historique ? Portée dans l’après guerre par un projet de socialisation et d’émancipation individuelle de populations regroupées autour du terme « d’inadaptés », la professionnalité éducative a profité de l’apport des sciences humaines pour tenir un discours « techniciste » sur la nature de son intervention. Dans les années 1970, le rôle et la mission des éducateurs sont contestés, au profit d’un discours sur l’accès aux droits, à l’autonomie et la réalisation de soi. Malgré les ruptures enregistrées (sensibilité aux progrès techniques et scientifiques ou crise des valeurs…), on peut constater une certaine cohérence dans le modèle de prise en charge qui domine le secteur des années 1950 jusqu’à la fin des années 1980 (un modèle « curatif et thérapeutique »). C’est le même « régime d’historicité » que partage ces décennies, que ce soit en entretenant la croyance en un progrès social illimité ou l’espoir de changements sociaux. Aujourd’hui, la fin de ce modèle correspondrait à l’absence de projection dans le futur. Une analyse en historicité s’intéresse au rapport que les professionnels entretiennent à différentes époques avec le temps, comment ils envisagent l’articulation du présent avec l’avenir et le passé. Historicité et professionnalité éducative sont associées aussi pour rendre compte d’une construction qui s’est faite autour de la permanence de thématiques renouvelées au fil du temps, significatives de la spécificité de l’intervention des professionnels de l’éducation : la problématique de « la personnalité de l’éducateur » ou celle de « l’ici et maintenant », pour tenter de répondre aux questions du rapport avec soi-même et avec l’autre et du rapport au réel, dans la relation d’aide. Une lecture en historicité de la professionnalité éducative permet de maintenir un lien vivant, un échange entre les questions présentes que se posent les professionnels dans l’exercice de leurs fonctions, les interrogations fondatrices de la profession, et la variabilité historique des réponses apportées. Vue sous l’angle de l’historicité, la professionnalité éducative serait une manière de mettre en scène socialement, les questionnements propres à l’éducation.

Être cadre dans le secteur de l’éducation spécialisée : Quelle (s) professionnalité (s) dans un contexte de rationalisation de l’action publique ? 1

Hélène Cheronnet

  • 2  Au sens où Lise Demailly l'entend : « Ensemble de compétences considérées comme caractérisant norm (...)

3Cet article envisage les modalités selon lesquelles le travail d’encadrement de professionnels, qui réalisent une activité d’aide aux personnes, se transforme sous les orientations libérales des politiques publiques.
Nous cherchons à décrire les contraintes qui pèsent sur les établissements sociaux et médico-sociaux et les effets de la diffusion d’une culture du résultat et de l’évaluation permanente des dispositifs et des individus sur la valorisation d’une nouvelle légitimité relative aux pratiques d’encadrement.
Nous interrogeons ici l’impact de la référence au travail social, envisagé comme une relation de service, sur le travail d’encadrement des directeurs et des chefs de service des établissements sociaux et médico-sociaux et sur la place laissé à l’usager dans une telle perspective.
Les évolutions dans la gestion politique et technique des administrations publiques et parapubliques, le nouveau mode de régulation de la question sociale peuvent confronter les cadres, dans leur travail d’encadrement, à un certain nombre de paradoxes. On cherchera à mettre en évidence les modalités selon lesquelles les professionnalités2 se remanient pour sauvegarder une identité de métier et pour tenter, dans la définition du travail et de son organisation, de garder une place à l’usager pour continuer à contribuer ainsi au maintien du lien social.

Inter-formation dans le cadre d’un partenariat éducatif. Exemple dans une ZUS de Loire Atlantique

Catherine Mathey-Pierre, Edith Waysand

4Cet article présente une expérience réussie de partenariat entre professionnels de l’éducation, en particulier entre des enseignants et des éducateurs de prévention, dans une Zone Urbaine Sensible et son collège. L’histoire de ce dispositif, mis en œuvre pour faire réussir tous les élèves, est d’abord développée. Puis, les conditions qui lui ont permis de durer plusieurs années suivies de celles qui ont conduit à son interruption sont ensuite mises en évidence. Le caractère exceptionnel et la fragilité d’une telle construction collective sont ainsi montrés, rappelant que, d’une façon générale, les professionnels de terrain manquent d’un soutien institutionnel en rapport avec l’ampleur des problèmes qu’ils ont à résoudre.

Jeunesse à risques et dysfonctionnements des services de la protection de l’enfance : comment penser les pratiques d’accompagnement de jeunes désignés comme violents ?
Enquête qualitative française autour d’une douzaine de situations sociales dans le cadre du programme européen Daphné II

Patrick Lecaplain

5L’objectif de cette recherche, financée par la commission européenne dans le cadre du programme DAPHNE II, était de réaliser une analyse comparative en Europe des mesures d’aide publiques ambulatoires destinées aux familles dont les enfants et adolescents développent des conduites violentes. Cette recherche a été menée conjointement par cinq équipes de chercheurs européens dépendant respectivement du centre de recherche sur l’enfance et la jeunesse de l’Evangelische Fachhochschule de Fribourg en Allemagne, de l’Université de Halmstad en Suède, de l’Université de Varsovie en Pologne, de la Fachhochschule de St. Gallen en Suisse et du G.I.R.F.A.S/I.R.T.S de Bretagne en France. Le travail engagé par l’équipe française dans le cadre de cette recherche se proposait de déterminer les différents « turning points » observés dans la trajectoire sociale d’une douzaine de jeunes ayant des conduites violentes. Une attention plus spécifique a été portée sur les effets des mesures d’aide dont ils ont bénéficiées. Cette recherche met en exergue les dysfonctionnements "génériques" des services sociaux dans leurs interactions avec les familles. Elle souligne la nécessité d’une relation de qualité entre une tierce personne et le jeune pris dans la spirale de la violence. Elle accrédite l’idée que cette tierce personne doit être pensée de façon spécifique lorsqu'il s'agit de la jeunesse en difficulté, le plus souvent en mal d’interactions structurantes au sein de son milieu familial.

Des routards prisonniers dans la ville. Les jeunes errants avec chiens

Christophe Blanchard

6Depuis quelques années, on assiste dans les centres urbains des métropoles occidentales à un phénomène qui ne manque pas d’interpeller l’ensemble des acteurs politiques, sociaux et médicaux de nos villes : l’errance juvénile. De plus en plus souvent, cette jeunesse itinérante est accompagnée par des groupes de chiens, dont l’encombrante présence n’est pas sans entraîner de multiples problèmes pour les collectivités.
La présence du chien auprès de ces jeunes en errance influe directement sur leurs parcours. Auxiliaire fonctionnel ou exutoire affectif, il permet ainsi aux propriétaires de mieux (sur)vivre dans un contexte urbain difficile. Mieux, sa présence reste un vecteur social important entre les maîtres et le reste de la population.
Pourtant la présence du chien demeure également une source d’exclusion supplémentaire pour une population déjà fragilisée. En effet, peu de structures censées venir en aide à cette jeunesse marginalisée s’avèrent préparées à accueillir des animaux. Refusant systématiquement de se défaire, même épisodiquement, de leurs compagnons à quatre pattes, les jeunes propriétaires en arrivent donc à sacrifier leur suivi social ou médical, renforçant une logique de marginalisation dans laquelle la rue les enferme inexorablement.

Haut de page

Notes

1  L’auteur souhaite remercier Bertrand Ravon pour sa lecture attentive de cet article et ses conseils judicieux qui ont contribué à l’enrichir.

2  Au sens où Lise Demailly l'entend : « Ensemble de compétences considérées comme caractérisant normalement les membres d'un groupe professionnel donné». Lise Demailly, Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et des activités professionnelles relationnelles, Presses universitaires du septentrion, 2008, P 80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Résumés », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 05 octobre 2009, consulté le 24 août 2017. URL : http://sejed.revues.org/6248

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org