Navigation – Plan du site
Varia

Des routards prisonniers dans la ville

Juvenile vagrants with dogs. Backpackers imprisoned in urban lefts
Los jóvenes errantes con perros. Trotamundos prisioneros de la ciudad
Christophe Blanchard

Résumés

Depuis quelques années, on assiste dans les centres urbains des métropoles occidentales à un phénomène qui ne manque pas d’interpeller l’ensemble des acteurs politiques, sociaux et médicaux de nos villes : l’errance juvénile. De plus en plus souvent, cette jeunesse itinérante est accompagnée par des groupes de chiens, dont l’encombrante présence n’est pas sans entraîner de multiples problèmes pour les collectivités.
La présence du chien auprès de ces jeunes en errance influe directement sur leurs parcours. Auxiliaire fonctionnel ou exutoire affectif, il permet ainsi aux propriétaires de mieux (sur)vivre dans un contexte urbain difficile. Mieux, sa présence reste un vecteur social important entre les maîtres et le reste de la population.
Pourtant la présence du chien demeure également une source d’exclusion supplémentaire pour une population déjà fragilisée. En effet, peu de structures censées venir en aide à cette jeunesse marginalisée s’avèrent préparées à accueillir des animaux. Refusant systématiquement de se défaire, même épisodiquement, de leurs compagnons à quatre pattes, les jeunes propriétaires en arrivent donc à sacrifier leur suivi social ou médical, renforçant une logique de marginalisation dans laquelle la rue les enferme inexorablement.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

errance, exclusion, chiens, jeunes, ville

Palabras claves :

vagabundeo, exclusión, jóvenes, rerros, ciudad
Haut de page

Texte intégral

1« L’homme ne promène pas son chien, c’est lui qui est promené par son chien » (Michel Tournier, Le miroir des idées).

Introduction

  • 1  En France on parlera de zonards ou de routards, d’itinérants au Québec, de street kids en Angleter (...)

2Très souvent, les études ou les articles portant sur les jeunes en errance1 évoquent le chien seulement comme un élément périphérique, attribut supplémentaire d’une panoplie composée d’un treillis, d’un sac à dos et d’un pack de bières. La présence du chien est rarement envisagée dans le cadre d’une analyse interprétative plus globale, où l’homme et l’animal constitueraient un binôme autonome qu’il s’agirait d’étudier.

  • 2  On parle par ainsi de Punkabestia en Italie.

3Fruit d’un travail de réflexion entamé depuis deux ans dans le cadre d’une thèse de sociologie entreprise à l’université d’Evry, j’ai voulu tenter, dans cet article, de mieux faire comprendre au lecteur l’impact réel du chien dans le parcours de vie des Punks à chiens, tels qu’on les désigne parfois en France2.

4Mon hypothèse est que la propension actuelle qu’ont certains groupes de jeunes gens marginalisés à s’entourer d’un, voire plusieurs chiens, est suffisamment systématique pour ne plus être traitée par les décideurs et les acteurs sociaux comme un simple effet de mode, susceptible de résorber avec quelques incantations.

5Au fil des années, le chien est devenu un élément central du phénomène de l’errance auquel un certain nombre de jeunes se sont identifiés (partie 1). Pour des individus que l’on décrit souvent comme assistés, le chien apparaît par ailleurs comme un fort levier d’autonomisation (partie 2). L’apparente liberté de ces propriétaires précaires atteint toutefois rapidement ses limites. En effet, incapable de considérer le binôme homme-chien comme une forme durable de précarité qu’il conviendrait de traiter de façon globale, la société éprouve de réelles difficultés à apporter des réponses adaptées aux besoins et aux attentes de ces propriétaires qui se retrouvent ainsi encore plus marginalisés (partie 3).

Le jeune errant et son chien : une figure émergente de la marginalité

Premiers pas dans la zone

  • 3  Patrice Pattegay, « L'actuelle construction, en France, du problème des jeunes en errance. Analyse (...)
  • 4  François Chobeaux, Les nomades du vide, Paris, la Découverte, 2004.
  • 5  Entretien réalisé le 15 juin 2009.

6Depuis son apparition dans le champ de la recherche en sciences sociales, la terminologie « jeune errant »fait l’objet d’une quasi guerre sémantique chez les spécialistes3. Précurseur de la question dès le début des années 1990, le sociologue François Chobeaux a largement contribué à populariser le terme4. Celui-ci m’expliquait pourtant que lorsqu’il a envisagé de décliner ses analyses dans une thèse de doctorat, l’un des grands noms de la discipline lui a signifié que les jeunes en errance ne constituait pas un véritable objet sociologique5. A défaut de thèse, Chobeaux rédigea donc ses Nomades du Vide, devenu aujourd’hui le livre de chevet de bien des universitaires et travailleurs sociaux.

  • 6  Emmanuel Jovelin, Anne-Françoise Dequiré, Jeunesse en errance et évaluation des dispositifs de pri (...)

7Si la postérité a désormais fait passer les « jeunes errants » au statut d’objet sociologique respectable, il ne demeure pas moins vrai que réussir à catégoriser une population plurielle et sans cesse mouvante reste un défi de taille pour les chercheurs en sciences sociales :« L’exercice de la définition de la jeunesse ou des jeunes n’est pas évident, dans la mesure où cette période (…) correspond à un processus social et non seulement biologique » précisaient d’ailleurs en 2006 les sociologues Emmanuel Jovelin et Anne-Françoise Dequiré6.

  • 7  5ème rapport de l’Observatoire européen du sans-abrisme, novembre 2006.

8Au-delà d’un champ lexical, forcément approximatif, la quantification de cette population fluctuante demeure elle aussi extrêmement compliquée. Il existe en effet peu de chiffres officiels dans le domaine et ceux qui existent permettent rarement la comparaison entre pays tant les définitions de l’errance et du sans-abrisme ainsi que leur appréhension divergent d’un Etat à un autre comme le faisait remarquer la Fédération Européenne des Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri (FEANTSA) en 20067.

  • 8  Cette thèse a bénéficié en 2008 du soutien de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer, sous égide d (...)

9Dans ce brouillard conceptuel, un dénominateur commun à bon nombre de ces jeunes errants m’a pourtant semblé pouvoir servir de base à une meilleure compréhension de cette population : le chien. Après avoir réalisé une maîtrise d’ethnologie sur les maîtres-chiens dans l’armée et un Diplôme d'études approfondies (DEA) sur ceux des douanes, j’avais déjà eu l’occasion de constater combien la réflexion autour du binôme « homme-animal » pouvait être riche et aidante pour le chercheur désireux de mieux cerner le fonctionnement de certains groupes. Fort de cette expérience, j’ai donc souhaité m’intéresser d’un peu plus près, dans le cadre de ma thèse de sociologie8, à ces individus qui semblaient avoir fait de l’animal l’un des supports de leur errance quotidienne. Cet article propose une synthèse de quelques résultats saillants obtenus durant mes recherches en Bretagne.

Terrain d’enquête et méthodologie

  • 9  La Bretagne s’est avérée être un laboratoire d’observation particulièrement intéressant pour mon e (...)
  • 10  Beaucoup des jeunes en errance m’ont sollicité durant mes travaux pour avoir des conseils d’éducat (...)

10La première phase de mon enquête a débuté en octobre 2006 à Brest, ville bretonne9 de quelques 154 000 habitants. Ma recherche, de nature qualitative, s’est articulée autour de deux techniques : l’entretien semi-directif d’une part et l’observation d’autre part, à la fois non-participante mais également souvent active10.

11Pendant quatre mois, j’ai réalisé une dizaine d’entretiens avec des individus sélectionnés pour leurs connaissances en matière de jeunesse. J’ai notamment rencontré des élus du secteur jeunesse, des assistants et travailleurs sociaux de Centres d’hébergement et de réinsertion  sociale (CHRS) ou d’accueils de jours ainsi que des professionnels œuvrant dans une mission locale. Les thèmes de ces entretiens portaient sur la place du chien dans le parcours des publics en errance, le positionnement des professionnels vis-à-vis de l’animal, l’impact du chien dans leurs pratiques professionnelles mais aussi des solutions apportées aux usagers accompagnées d’animaux. Outre ces spécialistes du secteur social, j’ai pris soin de prendre contact avec quelques vétérinaires ayant des relations privilégiés avec les propriétaires à la rue et connaissant parfaitement les problématiques sanitaires de leurs animaux. Les entretiens effectués portaient avant tout sur leur positionnement par rapport à cette clientèle particulière, leur diagnostic vis-à-vis de l’état sanitaire des chiens et leurs analyses concernant le comportement des maîtres de la rue vis-à-vis de leurs animaux.

  • 11  Diplôme obtenu durant mon service militaire effectué en tant que cynotechnicien (1999-2000) dans l (...)
  • 12  Généralement opposés aux enregistrements, ils acceptent la plupart du temps les prises de notes di (...)

12Durant cette phase d’exploration, j’ai également interrogé vingt jeunes propriétaires (quatorze garçons et six filles) à Brest, Quimper et Rennes. La prise de contact avec des individus, souvent méfiants vis-à-vis « d’intrus » n’appartenant pas à leur communauté, a souvent nécessité la médiation préalable de professionnels et d’acteurs sociaux les fréquentant quotidiennement et qui se sont chargés de m’introduire dans le « milieu ». Une fois les premiers contacts établis dans les structures sociales qu’ils avaient l’habitude de fréquenter (accueils de jours, associations spécialisées etc.), il a fallu mériter la confiance de ces personnes en montrant « patte blanche ». Maître-chien diplômé11, j’ai très vite pris le parti méthodologique de m’appuyer sur l’animal comme d’un vecteur de communication possible, vis-à-vis d’informateurs souvent réticents à se prêter à l’analyse sociologique (« Nous ne sommes pas des rats de laboratoires ! » m’avait ainsi prévenu l’un de ces jeunes errants). Ces modalités de contact m’ont grandement facilité la tâche. J’ai ainsi réalisé une série d’entretiens exploratoires, tout d’abord au cours de discussions informelles, puis la confiance aidant, au cours d’interviews plus approfondies dont j’ai parfois réussi à négocier l’enregistrement12. L’objectif de ces entretiens visait à définir leur positionnement en tant que propriétaire (pourquoi avaient-ils des chiens, que leur apportait l’animal au quotidien etc.).

  • 13  Durant ces quatre mois, j’ai bénéficié du soutien du Centre communal d’action social (CCAS) de Bre (...)

13La seconde phase de la recherche (avril-juillet 2007) m’a conduit à étayer les premiers constats en requestionnant les trois groupes de ma phase exploratoire13. Ce travail d’allers et retours constants, du terrain à l’analyse théorique, s’est avéré très important. Il m’a notamment permis d’établir avec les jeunes propriétaire de la rue, une relation de confiance qui s’est inscrite dans la durée et qui a rapidement débouché sur des confidences plus intimes, essentielles pour prétendre à une étude fine et cohérente d’une problématique encore largement méconnue. Ma recherche s’est poursuivie avec un travail d’observation des lieux de vie de ces jeunes (squats, accueils de jours, restaurants sociaux, associations proposant un hébergement d’urgence acceptant les chiens) qui m’a permis de percevoir les atmosphères, les non-dits, les comportements des uns et des autres. Cette intrusion dans leur quotidien aura été l’occasion pour moi de mettre en perspective les éventuels décalages entre les discours officiels et la réalité.

L’animal : support revendicatif de l’identité précaire

  • 14  Nels Anderson, Le hobo, sociologie du sans-abris, Paris, Nathan, 1993.

14Dans les années 1920, les sociologues de l’Ecole de Chicago avaient rappelé l’importance de l’errant et du vagabond dans la cité moderne14. Les chercheurs américains n’insistaient toutefois pas sur ce compagnon de route qu’est le chien et qui semble désormais devoir être l’attribut incontournable des jeunes errants d’aujourd’hui. Même si la littérature sur le sujet reste mince, ce compagonage, symbole d’une nouvelle forme de marginalité, constitue pourtant une réalité bien visible dans les rues de la plupart des cités occidentales modernes.

15Revendiquant une filiation directe avec les générations de marginaux plus âgés, au premier rang desquels les « Punks » (certains jeunes de la rue sont ainsi appelés « Képons », c’est à dire « Punks » en verlan), ils ont adopté un certain nombre d’attributs de la contre-culture. Crêtes, piercings, treillis, rangers constituent ainsi autant de marqueurs identitaires qui accentuent la défiance théâtralisée de certains de leurs comportements (rassemblements bruyants, alcoolisation sur la voie publique etc.).

  • 15  Jean-Louis Dumont, Les grands rassemblements festifs, rapport au Premier ministre, mai 2008.
  • 16  François Chobeaux, op.cit., p.29.

16Fréquentant volontiers les rassemblements festifs de type technivals ou free parties15, leurs revendications semblent pourtant bien plus superficielles que celles de la génération des Sex Pistols. Beaucoup moins politisés que leurs aînés qui ne s’encombraient ni d’illusions (« No futur »), ni d’animaux, les nouveaux nomades du bitume « sont bien plus les produits et les victimes d’un affaiblissement des liens sociaux et de fragilisations familiales, que les acteurs et les créateurs conscients et responsables d’un nouveau style de vie »16.

17Leurs espérances semblent se résumer, pour beaucoup d’entres eux, à la figure du chien qui leur sert souvent de support rhétorique à une misanthropie constamment claironnée. « Je ne fais confiance qu’à mon chien car je sais qu’il ne me trahira jamais ! » m’expliquait l’un de mes informateurs ; « Les chiens valent mieux que la plupart des hommes. L’humanité, c’est de la merde et l’humanisme, une belle connerie ! » m’affirmait cet autre propriétaire rencontré dans la rue et qui, à 25 ans,  possédait déjà une aversion revendiquée contre le genre humain.

Le chien, un support pour la transgression

  • 17  Denis Jeffrey, « Jeunes de la rue et incorporation », in Religiologiques n°12, 1995, pp.169-180.
  • 18 Ibid.

18Denis Jeffrey expliquait que « lorsque le sentiment d’identité devient précaire, le jeune tend à chercher en lui-même des limites qui ne lui sont plus données »17. D’après ce chercheur québécois, il expérimente alors ses propres limites« par l’errance sexuelle, l’abus des drogues, le piercing, le tatouage, la mise à l’épreuve de son endurance dans des états de souffrance volontaire »18. On pourrait certainement ajouter à cette liste l’acquisition d’un chien. En effet, la possession d’un animal, surtout en milieu urbain, est propice à la mise à mal d’un certain nombre de règles sociales que ces propriétaires aiment volontiers contourner. Lorsque je questionnais l’un de mes informateurs sur son refus systématique de mettre ses deux chiens en laisse, celui-ci m’expliquait : « Je n’ai pas pris des chiens pour les tenir attachés. Mes chiens sont libres de leur mouvement et sont heureux comme ça ».

  • 19  L’article 213-1 du Code rural précise ainsi : « Est considéré comme en état de divagation tout chi (...)

19Les règles urbaines s’accommodent pourtant assez mal d’un tel laxisme civique, surtout depuis le renforcement de la responsabilité des pouvoirs publics en matière de gestion des animaux en ville. Les lois du 22 juin 1989, du 6 janvier 1999 et, la dernière en date du 20 juin 2008, sont venues renforcer l’arsenal juridique des sanctions (peines, amendes, mesures administratives…) et des moyens de les appliquer. Au regard des pouvoirs de police qui sont les leurs, les maires peuvent également s’appuyer sur le Code rural (articles 200, 203, 211, 212 & 213) et le Code des communes (article L 131.2.8) pour réglementer les problématiques liées aux animaux sur leur commune19.

  • 20 Sans incidence réelle puisque la plupart des propriétaires de la rue est insolvable et sans domicil (...)

20Malgré des mesures de plus en plus contraignantes et les « pluies » d’amendes qui tombent désormais régulièrement sur leurs animaux, certains propriétaires continuent à jouer avec la réglementation en vigueur. Cette attitude provocatrice constitue finalement la meilleure preuve pour eux que la société leur reconnaisse l’identité qu’ils revendiquent : celle de rebelles et de déviants. Chaque verbalisation policière20 est un trophée permettant au contrevenant de se complaire dans un discours victimaire servant également à ressouder le groupe.

  • 21  Toutes les populations de propriétaires ne semblent pas devoir être touchées de la même manière pa (...)

21Si dans certaines villes, comme Rennes par exemple, des mesures coercitives, visant à interdire les regroupements de plus de trois chiens, ont été mises en place ces dernières années, les autorités locales semblent pourtant démunies pour répondre aux craintes, souvent infondées, mais toujours croissantes de la population. Il faut dire que faute de dialogues réels entre les propriétaires de chiens et les pouvoirs publics, les effets de ces mesures stigmatisantes21 ont des répercussions généralement « limitées » qui ne font que déplacer le problème et les maîtres, dont la plupart se cachent désormais pour se rassembler.

Le chien : fidèle compagnon de galère d’une jeunesse en errance

22Dans la rue, le chien s’avère un auxiliaire important qui permet à son propriétaire de mieux appréhender les rudesses de ce milieu. « Lorsque tu dors tout seul dehors, tu es bien content d’avoir tes chiens avec toi me confirmait l’un de mes informateurs. Ils te protègent et surtout ils te tiennent chaud car la nuit ça caille souvent ». Majoritairement de type « croisés-bergers », la robustesse de ces chiens offre aux propriétaires la certitude de disposer d’animaux solides qui ne craignent pas la vie en extérieur. Peu de soins à fournir donc une fois nourris, même s’il convient toujours de se méfier des pièges inhérents aux trottoirs de nos cités. Effectivement, quelques tessons de verre sur la voie publique suffisent pour abîmer les coussinets des animaux, contraignant alors le maître à effectuer une série de soins pas toujours simples à prodiguer dans la rue.

23Le chien est bien entendu un gardien hors pair dont la présence protectrice, parfois plus psychologique que réelle, rassure. A l’instar de cette informatrice qui, depuis plus de vingt ans, sillonne l’Europe avec ses bergers, les routards sédentarisés s’attachent également les services d’un chien pour écumer la ville. « La rue est devenue plus dangereuse aujourd’hui et la violence y est omniprésente » m’expliquait un itinérant de l’ancienne génération, désormais locataire d’un logement. « Au moment de la remise du RMI par exemple, si tu ne fais pas gaffe, t’es pas longtemps à te faire détrousser. Y a pas mal d’experts en la matière. Et pas forcément des gars de la zone ».

24Chez des individus à la sobriété fluctuante, dont le quotidien est rythmé par les périodes de veille et de sommeil, l’ultime vigie que constitue l’animal n’est donc pas superflue. J’ai eu l’occasion de m’en rendre compte personnellement durant cette journée où, ayant donné rendez-vous à l’un de mes informateurs dans un square, je le retrouvai endormi en plein soleil, dans la position du lotus. Alors que j’essayais de le sortir de son demi-coma, ses deux chiens sont immédiatement venus me signaler, tous crocs dehors, qu’il fallait mieux que je laisse leur propriétaire poursuivre sa sieste en paix. L’anecdote peut bien sûr prêter à sourire ; toutefois, elle engendre parfois de véritables drames, aux conséquences très traumatisantes pour les maîtres. L’une des personnes interviewées durant mes enquêtes me racontait ainsi : « Il y a quelques années, lors d’un festival de musique auquel je me suis rendu, je me suis endormi sur un banc avec mon chien, un petit bâtard. Quand les gendarmes sont arrivés pour essayer de me réveiller, mon chien a réagi. L’un d’entres eux l’a abattu ! »

25Alarme plus qu’arme, il est bon de rappeler que les chiens de la rue ne sont généralement soumis à aucun « entraînement » spécifique de la part de leurs propriétaires, contrairement à ce qui se passe encore dans certains milieux de petite et moyenne délinquance. Dans la zone, le chien ne protège son chef de meute, en l’occurrence son propriétaire, seulement lorsque celui-ci est vulnérable ou menacé. Et encore faut-il que l’animal présente un caractère fort ce qui n’est pas le cas de tous les animaux rencontrés dans la rue.

  • 22  J. A. Serpell, « Preuves des effets à long terme de la possession d’un animal familier sur la sant (...)

26Il ne faut donc pas trop surestimer l’agressivité du chien de la rue. Celle-ci n’est souvent que véhiculée par des personnes ne possédant pas d’animaux ou méconnaissant la psychologie canine. Serpell a ainsi noté que les personnes qui viennent d’acquérir un chien affichent, quelques mois plus tard et par rapport aux non-possesseurs, une moins grande peur d’être victime d’une agression22.

  • 23  Circuler avec un nombre important de chiens peut constituer une pratique efficace pour certains pr (...)

27Bien souvent, les chiens des itinérants ne sont que de simples auxiliaires dissuasifs23 qui n’attaquent généralement pas de leur propre chef. Mis à part une ou deux exceptions, les chiens de la rue que j’ai croisés étaient tous relativement sociables. Habitués à la foule, aux bruits et à la présence constante d’autres chiens dans leur environnement proche, il est rare qu’ils réagissent aux sollicitations extérieures, surtout si leur maître est à proximité.

28Une auxiliaire vétérinaire m’expliquait d’ailleurs : « Ils sont rarement attachés quand ils arrivent à la clinique, mais ce sont des chiens sympas qui obéissent bien, qui sont très sociables avec tous les autres chiens, les gens, les enfants. C'est assez drôle, d'ailleurs de voir la réaction des gens quand ils voient ces marginaux avec leurs chiens en salle d'attente, ils ont tendance à avoir peur pour leur chien alors que c'est souvent le contraire. Les chiens des marginaux sont bien plus sociables que les autres qui sont autour des jambes de leur maître. Même en consultation, pour tenir les chiens sur la table, je suis à la limite, plus sûre de leurs chiens que des autres, on peut leur faire n'importe quoi, ils ne disent rien, et si jamais, ils ne veulent pas se laisser faire, ils se font engueuler ».

Le chien : un levier de resocialisation

  • 24  Voir notamment à ce sujet Pascale Pichon, « La manche, une activité routinière », Annales de la re (...)
  • 25  Comme l’expliquait par exemple la sociologue Marie Loison, les usagers du métro parisien sont sens (...)

29Incontestablement, l’animal s’avère une ressource permettant à son propriétaire de créer du lien avec le reste de la société. Chez un public au physique, aux vêtements et aux attitudes volontairement provocantes, le chien est en effet un intercesseur efficace vis-à-vis des passants. Durant les périodes de « manche », il constitue ainsi un atout supplémentaire pour son propriétaire24, même si les bénéfices réels sont difficilement chiffrables. Alors que l’agressivité ou l’utilisation d’un enfant nuisent considérablement à la quête, la compagnie d’un chien permet, au contraire, d’émerger de l’anonymat du bitume. Particulièrement calme durant ces longues périodes d’immobilité (pour ne pas dire tout bonnement endormi !), l’animal s’avère être un médiateur efficace et un catalyseur de la bienveillance du passant25. A contrario, certains propriétaires refusent d’associer leurs compagnons à cette mendicité quotidienne tandis que plusieurs passants interrogés se sont montrés tout simplement hostiles à cette pratique qu’ils considéraient comme une « exploitation inacceptable et dégradante du chien ».

30Ce lien à l’autre qu’offre le chien est également un lien à soi. Il reste en effet pour son propriétaire un véritable exutoire cathartique qui lui permet de mieux vivre une réalité quotidienne pas toujours simple à appréhender. Il permet notamment aux maîtres, souvent très jeunes, de compenser des manques affectifs évidents, liés à des ruptures sociales et familiales parfois profondes. « Cela doit faire près de deux ans que je n’ai pas vu ma mère, m’expliquait ce jeune homme de 25 ans. Elle ne doit même pas savoir où je suis actuellement ».

31Ce constat opéré dans la rue n’est pourtant pas révolutionnaire en soi. D’après une enquête menée par la Société Centrale Canine en 2001, 76 % des Français considéraient en effet le chien comme l’un des principaux liens de structuration de notre société. L’évolution démographique et l’éclatement des familles sont pour beaucoup dans ce chiffre, notamment chez des personnes dont le parcours de vie a été émaillé de multiples fractures.

  • 26  François Chobeaux, op. cit., p.38.
  • 27  Paul Yonnet, Jeux, modes et masses, Paris, Gallimard, 1985, p.63.

32Chez les jeunes errants, la relation entretenue avec le chien est de l’ordre de la paternité symbolique. En effet, alors que la rupture qui les a conduits dans la rue apparaît souvent « être liée à une immaturité affective les ayant empêchés de construire une identité sociale et autonome »26, il est intéressant de noter l’investissement total qu’ils mettent dans leurs animaux. Pour eux, les chiens sont de véritables substituts d’enfants. « Ils sont comme nos gosses » peut-on ainsi entendre à longueur de conversations avec les uns et les autres. Maternés et « éduqués » comme tels, les animaux permettent aux propriétaires n’ayant pas forcément connu dans leur propre histoire l’enfance heureuse qu’ils auraient désirée vivre, de tester leur capacité de pédagogue. « Dans l’élevage d’un animal familier, l’homme teste sa capacité éducative de façon analogue à la manière dont il interroge son statut d’éducateur parental au travers des réactions d’un enfant à son égard » explique le sociologue Paul Yonnet27.

  • 28  Voir W. D. Winnicott, « Objets transitionnels et phénomènes transitionnels », in De la pédiatrie à (...)

33L'attendrissement et le besoin de prendre et de caresser, que l'on ressent quand on voit un chiot, illustre bien l'influence que peut avoir sur nous cette spécificité. Chien-enfant, l’animal représente pour les jeunes errants l’objet transitionnel28 par excellence. Sa vitalité et son autonomie rendent sa présence importante aux yeux de son propriétaire. Par contre, sa privation (lors d’une fugue ou d’une saisie par la fourrière par exemple) est particulièrement mal vécue. Sa perte ou sa disparition est quant à elle ressentie comme un deuil à part entière.

Le chien comme ciment d’une culture familiale réinventée

  • 29  François Chobeaux, op. cit., p. 54.

34Dans la rue, de nombreux jeunes disent vouloir recomposer des familles fictives susceptibles de les protéger des dangers du milieu et de leur redonner ce sentiment de socialisation qui leur fait si souvent défaut. Pourtant, rien n’est simple dans la zone : « La vie de la zone n’est pas faite, sauf exception, de groupes à la structuration et à la continuité résistant à la durée. Echappent seulement à cette constance quelques couples amoureux et quelques binômes affinitaires, ainsi que quelques microgroupes formés au hasard des rencontres et ayant résisté au temps. Y échappent également quelques petits groupes structurés autour d’un noyau fort, couple stable servant de repère ou personnalité importante accordant à la fois statut et protection »29

  • 30  Patrick Declerck, Les Naufragés, Paris, Plon, 2001, p. 296.

35Patrick Declerck rappelait pour sa part que la grande désocialisation est, avant tout, une pathologie du lien, « du lien à soi-même, comme du lien aux autres et au monde. »30

  • 31  François Chobeaux, op. cit., p. 54

36Durant notre enquête, le chien nous est apparu comme un élément facilitant l’intégration à une communauté et permettant de cimenter les relations au sein de celle-ci. Ce processus est particulièrement visible lors de l’arrivée d’une nouvelle portée de chiots. « L’observation montre également que la possession d’un animal, et surtout d’une chienne, permet le développement de liens sociaux entre les jeunes en rendant possible l’élevage puis le don de chiots autour de soi, les saillies ayant lieu systématiquement entre chiens de la zone. Il s’établit ainsi entre les propriétaires de chiens un système de relations familiales complexes où les liens de parenté canine sont très finement connus et régulièrement récapitulés et évoqués lors de rencontres et de retrouvailles. Ces liens de parenté servent alors, comme dans le fonctionnement fusionnel des binômes que forment les maitres et leurs chiens, à substituer un fonctionnement familial imaginaire et transposé au réel fonctionnement familial défaillant dont souffrent ces jeunes »31.

  • 32 Le coût élevé des stérilisations semble en effet freiner les bonnes intentions.

37Malgré le discours ambiant de la rue concernant les mérites de la stérilisation des femelles, les accouplements entre animaux demeurent dans les faits, assez réguliers32. Ils résultent généralement du manque de vigilance des propriétaires (« La dernière fois que ma chienne s’est faite prendre par mon chien, ça n’a pris que quelques minutes m’expliquait l’un de mes interlocuteurs. Je les avais laissés quelques minutes tous les deux dans la rue pendant que j’allais à Mac Do pour voir s’il n’avait pas quelque chose à manger. Quand je suis revenu, ils étaient collés ») même si certains d’entres-eux recherchent volontairement les croisements lors des chaleurs des femelles : « Je vais rester encore quelques temps dans cette ville car ma chienne, une Amstaff, a été prise par un Dogue Argentin; ça devrait bien rendre » me racontait l’un de mes interlocuteurs.

  • 33  Marcel Mauss, «Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques», in So (...)

38L’arrivée d’une nouvelle portée de chiots n’est donc jamais sans incidence pour la vie du groupe. C’est elle en effet qui va permettre de redéfinir les alliances entre les membres de cette communauté par le biais du système d’échanges qui se met alors en place entre les individus. Sur une portée, au moins la moitié des chiots sera donnée aux compagnons d’errance. Pour l’ethnologue français Marcel Mauss33, la réciprocité dans l’échange permet d’associer les gens en groupe. Pour ce faire, nul besoin que cet échange soit symétrique, il suffit juste qu’il existe une contrepartie à un don. L’échange qui s’opère alors acquiert une valeur émotionnelle qui en fait toute sa richesse. A la lumière de cette approche classique, il est tentant de mieux comprendre les liens qui se tissent dans la rue entre propriétaires de chiens. Dans la mesure où il n’y a pas de dons gratuits, la cession d’un chien à un membre du groupe permet a son propriétaire d’acquérir une reconnaissance et d’affirmer son positionnement au sein de la communauté en renforçant les alliances entre propriétaires désormais unis dans une même parenté. En effet, comme me l’a déclaré un des jeunes errants : « Dans la rue, tu as des connaissances mais tu n’as jamais vraiment d’amis ». Le don de chien permet donc d’assurer des liens de solidarité qui n’existerait pas forcément autrement. Ces liens sont d’autant plus forts et solides qu’ils dépassent le simple cadre du donneur-receveur pour toucher d’autres membres du groupe. Lors de mes recherches dans la communauté des errants brestois, j’ai ainsi pu constater qu’à chaque nouvelle portée, les chiots se voyaient attribuer une « marraine » et un « parrain » qui assuraient la garde de l’animal en cas de démarches administratives, d’hospitalisation, voire d’incarcération du propriétaire. « Je ne suis ici que depuis quatre mois mais je suis déjà le tonton de tous les chiens » expliquait ainsi avec fierté ce jeune homme, lui-même patron de trois chiens.

Un compagnonnage (re)valorisant

39L’alter ego -l’autre soi- : tel est considéré le chien par bon nombre de propriétaires de la rue interrogés. Il est vrai que ce dernier demeure une présence réconfortante et protectrice, un compagnon à part entière qu’on aime à regarder comme son double.

  • 34  Carl Gagnon, Les animaux : rôle médical et social, Le Point vétérinaire, Vol.19, n°110, 1987.

40Au-delà de cette égalité fictive, il est cependant essentiel de rappeler que l’animal reste entièrement dépendant de son maître. C’est justement cette facette de la relation qui constitue un facteur de valorisation pour le propriétaire. En effet, cette forme de dépendance rend « le possesseur responsable d’une vie »34, entraînant un double sentiment de domination et de responsabilité, propice à l’affirmation de soi et à la construction de l’ego.

41Devenir propriétaire d’un chien implique un engagement total, très bien perçu par les personnes interrogées. Les indélicats qui font passer leurs « doses » de stupéfiants avant les croquettes de leurs compagnons sont ainsi méprisés des autres maîtres-chiens de la rue comme me l’ont expliqué mes informateurs. Pour eux, les choses sont très claires : « Nos chiens sont toujours bien traités et bien nourris. De toute façon, lorsqu’on est en galère, on arrive toujours à se débrouiller en se cotisant ».

42Cette attention constante passe également par la mise à jour régulière du carnet de santé de l’animal. « Quand je pars quelque part, j’emporte toujours mon carnet avec moi car en cas de contrôle, il permet d’éviter qu’on embarque le chien pour la SPA ».

43Aussi comprend-on mieux le traumatisme qui survient lorsque les chiens en divagation sont saisis par la fourrière et expédiés dans un refuge. Car, au-delà de la somme à payer, toujours trop élevée lorsqu’on « galère », ce rapt est considéré comme une attaque personnelle pour les propriétaires. Pour eux, elle est l’illustration parfaite du « délit de sale gueule » qui les touche eux-mêmes, tout comme leurs chiens. « Tu ne verras jamais les flics aller emmerder une vieille dans un parc parce que son chien chie et qu’elle ne ramasse pas ou parce qu’elle ne tient pas son Médor en laisse ! » s’offusquait l’éducateur d’une structure associative qui avait récemment aidé l’une des ses usagers à rédiger une lettre de contestation auprès du tribunal de police, suite au PV délivré par des agents de police sanctionnant l’animal pour avoir fait ses besoins sur un trottoir.

44Maîtres vigilants, les propriétaires de la rue semblent avoir trouvé auprès de leur chien, le réconfort d’un être qui ne les juge pas et qui leur reste « fidèle » (l’adjectif est le leitmotiv de tous leurs discours !) quoi qu’il arrive et quels que soient les excès de leurs comportements.

  • 35 J. Von Uexküll, Mondes animaux et mondes humains, Paris, Pocket, 2004.

45Comme le rappelait Jacob von Uexkül35, le maître représente pour le chien une sorte de dieu ou de magicien. Très dépendant de l’homme, le chien l’associe pleinement à son univers naturel. C’est d’ailleurs ce qui explique sa maniabilité et sa souplesse d’emploi. L’animal entretient en fait un rapport de dominé à dominant avec son maître. L’homme est le chef qui possède le pouvoir de nourrir, de soigner et de punir. Le chien traite donc l’homme comme il traiterait son chef de meute, en obéissant et en se soumettant.

  • 36  G. Bataille, La Part Maudite, Paris, Minuit, 1990.

46Cette soumission propre au chien peut également expliquer le comportement violent de certains maîtres vis-à-vis de leur animal. Pratique marginale, cette violence, même si elle est méprisée par beaucoup, permet à ceux qui l’exerce d’accentuer leur position de dominant dans le binôme « homme-chien », voire dans le groupe de propriétaires lui-même. C’est le type de constat qu’avait déjà fait Georges Bataille36 lorsqu’il précisait que la soumission de l’autre par la brutalité permettait à l’individu violent de prouver à ses yeux et à ceux de ses congénères, sa souveraineté.

  • 37  L. Perréal, J’ai vingt ans et je couche dehors, Paris, Lattes, 1995, p. 83.

47Quelle que soit la méthode employée, douce ou plus brutale, l’objectif demeure en tout cas le même. Se revaloriser à ses propres yeux et aux yeux des autres. Il faut à tout prix se distinguer du double outrancier que peut constituer le clochard. « Moi, j’ai été galérienne, mais je ne suis jamais devenue clocharde. Ça fait une sacrée différence. Galérien, clochard, on ne s’aime pas. Ça va jusqu’à la haine, jusqu’à la baston parfois […] On parcourt tous le même chemin, mais on ne s’arrête pas tous au même endroit. Les clochards, eux, vont jusqu’au bout »37.

48Sur les chemins accidentés de la rue, la possession d’un chien est une bouée de secours permettant d’éviter de glisser trop en avant. L’investissement nécessaire dans les soins à apporter au chien, crédibilise le propriétaire vis-à-vis des professionnels (vétérinaires, acteurs sociaux) mais aussi vis-à-vis des pairs et surtout vis-à-vis de soi-même. Etre reconnu « responsable d’une vie », c’est tout simplement être reconnu, c’est acquérir et éprouver sa valeur d’être humain.

L’animal : un frein pour l’insertion ?

Un itinéraire urbain semé d’embûches

49Posséder un voire plusieurs chiens lorsqu’on est à la rue peut vite s’avérer un fardeau supplémentaire conduisant à une marginalisation accrue. Outre la gestion quotidienne de l’animal, les propriétaires, déjà très fragilisés, peinent en effet à s’inscrire durablement dans les tissus classiques d’assistanat social. Ils se retrouvent même régulièrement exclus de l’accès au logement.

Un bagage coûteux et encombrant

50La première source d’exclusion pour les jeunes propriétaires réside dans les frais occasionnés par l’animal. En effet, un chien coûte cher et ce n’est pas le moindre paradoxe pour une population souvent jeune et très précarisée, qui ne bénéficie d’ailleurs pas forcément des minima sociaux comme le RMI. Les routards les plus expérimentés le constatent d’ailleurs : « A mon époque, on voyait beaucoup moins de chiens dans la rue » m’expliquait l’une d’entre-elles. « Ils avaient comme fonction principale de te tenir compagnie et de te protéger lorsque tu prenais la route. C’est important surtout quand tu es une femme et que tu voyages seule ».

51Tour d’Europe ou tour de France, ces routards à l’ancienne envisageaient leur vie comme un voyage permanent. Inutile donc pour eux de s’encombrer de trop de chiens. Pourtant aujourd’hui, l’invitation au voyage est grandement compromise par les tarifs dissuasifs pratiqués par les transports en commun. « Lorsque je veux prendre le train, je dois payer un billet à 50% pour chacun de mes trois chiens m’expliquait cet usager occasionnel, en partance pour Rennes pour retrouver ses « potes zonards ». C’est de la folie car étant donnée ma situation sociale, moi-même je ne paie que 75%. En plus, une fois que tu as payé ton billet, il faut trouver de la place dans un wagon et évidemment, les billets de train de tes chiens ne comptent pas comme une place « humaine » classique et tu te retrouves généralement debout, entre deux wagons pour voyager ». Une situation évidemment guère propice pour les voyages « incognito ». Pour éviter ce genre de désagrément, cette autre propriétaire me confiait qu’elle avait l’habitude, quand ses revenus le lui permettaient, d’acheter un billet plein tarif pour son animal afin que celui-ci puisse bénéficier de sa propre place. Pour les moins nantis des maîtres, impossible d’imaginer de pouvoir prendre les lignes régionales de cars. Celles-ci refusent désormais les animaux à leur bord. Reste alors la fraude, pratique de plus en plus marginale, qui conduit généralement à l’expulsion du train dès la gare suivante, en cas de refus de régler une amende.

52Cette complexité du voyage (inutile d’espérer d’être pris en stop avec deux ou trois chiens) amène certains à se cotiser pour investir collectivement dans une camionnette qui permettra de régler, au moins provisoirement, le problème du transport et du logement. Malgré tout, force est de constater que la majorité des jeunes « errants » demeure totalement bloquée dans la ville, bien loin des représentations romantiques du routard libre et sans attache.

  • 38  Voir à ce sujet Michel Collard et Colette Gambiez, Quand l'exclu devient l'élu, Paris, Fayard, 199 (...)

53Autre sujet de préoccupation majeure pour les déracinés vivant à la rue avec leur chien : nourrir et soigner son animal. Si on ne meure plus soi-même de faim en France lorsqu’on vit dehors38, veiller à la santé d’un chien engendre par contre beaucoup d’angoisses et exige pas mal de débrouillardise de la part du propriétaire. « Entre la bouffe et les soins, un chien ça coûte cher » insistait un ancien Punk interviewé durant l’enquête. « A mon époque, les chiens que nous avions étaient moins « racés » que ceux qu’on trouve aujourd’hui dans la rue. C’étaient souvent de braves corniauds que nous trouvions sur la route. Ils étaient très solides et réclamaient peu de soins ».

54Entre un chien d’une petite dizaine de kilos et un animal frôlant la cinquantaine, les rations de croquettes ne sont, en effet,  pas les mêmes. Cette différence de poids engendre inévitablement une différence de coût. Celle-ci est bien sûr multipliée avec le nombre de chiens, pouvant aller parfois jusqu’à trois par personne. « Quand nous faisons des maraudes sur la ville, m’expliquait ce bénévole de la Croix Rouge, « nous devons toujours penser à prendre à la fois un sandwich pour les maîtres et des croquettes pour leurs chiens car sinon les premiers s’en serviront pour nourrir les seconds ». Avec l’augmentation de la population canine sur la ville, les structures venant en aide à ces jeunes de la rue voient ainsi leur budget exploser. « Nous avons de plus en plus de mal à faire face à ce nouveau phénomène » me confirmait l’un des représentants local du Samu Social brestois. « Malgré le surcoût que l’achat de croquettes fait peser sur notre budget de fonctionnement, la subvention DASS n’augmente pas, en effet ». La générosité des commerçants spécialisés dans le « canin » ne suffit d’ailleurs plus à compenser l’ampleur prise par ce nouveau phénomène.

55Outre la nourriture, les soins constituent un volet important des dépenses canines des propriétaires. Généralement attentifs à la bonne santé de leurs animaux, ils sont généralement en règle avec les vaccins de leurs chiens. Faute de dispensaires vétérinaires comme dans certaines grandes villes françaises (à Paris ou à Lyon par exemple), plusieurs vétérinaires oeuvrant dans des cités moyennes acceptent de diminuer de manière significative les honoraires de leurs prestations pour éviter que les « ardoises » trop lourdes ne s’accumulent. Toutefois, les comportements agressifs, souvent liés à une alcoolisation trop poussée de certains maîtres, ont conduit plusieurs soignants à revoir leur position. Le système D demeure alors le seul recours des maîtres, victimes des excès de certains : « Pour pouvoir soigner mon chien, je me suis concocté ma propre trousse de médicaments en mettant tout ça sur ma CMU » m’expliquait ainsi l’un de mes interlocuteurs. Une pratique peu répandue mais qui montre bien la difficulté constante rencontrée par les propriétaires pour subvenir aux besoins élémentaires de leurs animaux.

56A ces coûts d’entretien naturel, s’ajoutent parfois des frais annexes, directement liés aux pratiques urbaines spécifiques de cette population. La divagation des chiens conduit ainsi les fourrières municipales à procéder au captage de plusieurs milliers de chiens par an. Parmi ceux-ci, on retrouve quelques animaux appartenant aux jeunes errants qui, ayant fuit durant quelques heures la vigilance de leur maître, se retrouvent bientôt parqués à la SPA.

57Pour pouvoir récupérer son animal, le propriétaire doit alors débourser des sommes conséquentes, qui servent notamment à couvrir les frais engagés par la collectivité pour prendre en charge l’animal.

Une société méfiante

  • 39  Zygmunt Bauman, Vies perdues-La modernité et ses exclus, Paris, Payot, 2006. 

58Comme le rappelle Zygmunt Bauman, la société moderne a toujours considéré les exclus comme des nuisibles dont il fallait se débarrasser39. Accompagnés d’animaux et notamment de chien, ces « rebuts humains » deviennent pour certains, le reflet insupportable d’une culture dévoyée, polluée par une animalité dans laquelle on les accuse presque d’être retombés.

  • 40 On compte en France plus de 8,5 millions de chiens (enquête Facco/TNS Sofres 2005).

59L’omniprésence du chien dans nos sociétés contemporaines et le regain de sensibilité autour de lui, notamment en France où on en recense plusieurs millions40, a largement contribué à faciliter ce processus. L’animal qui vivait naguère au fond d’une niche, dans la cour des fermes de nos grands-parents passerait presque pour maltraité aujourd’hui.

  • 41  Cet arrêté faisait suite à un autre daté de 2001 qui évoquait les « désordres troublant la tranqui (...)
  • 42  François Chobeaux, op. cit., p. 62.

60Force est de constater que le chien est désormais devenu le point de convergence des exacerbations les plus variées, une arme idéologique conduisant certains de nos concitoyens à verser dans des diatribes parfois d’une rare violence dans les courriers des lecteurs des journaux ou sur les forums d’internet. De leur côté, certaines municipalités prétendent régler le problème à coup d’arrêtés anti-mendicité ou anti-rassemblements canins. En mars 2002 par exemple, à Quimper, un arrêté41 entendait interdire la mendicité dans le centre ville et à la gare. Etait notamment proscrite « la station assise ou allongée lorsqu’elle constitue une entrave à la circulation des piétons », ainsi que « le regroupement des chiens même tenus en laisse» dans la mesure où celui-ci est susceptible de créer « une situation constante de crainte au sein de la population ». Cette façon d’éradiquer ou du moins de déplacer les indésirables qu’on ne souhaite pas devant sa porte n’est bien sûr pas exempte d’une certaine démagogie politique : « Ce type de prise en compte musclée des personnes et ce choix de résolution du problème par son évacuation posent des questions majeurs d’éthique politique, en introduisant une différence de traitement et de considération entre tous les citoyens, certains apparaissant alors comme ayant moins de droits ou comme ayant droit à moins d’attentions et de respect que d’autres »42.
Boucs émissaires tout désignés de la dégradation de l’espace public, les propriétaires de chiens dans la rue ne sont pourtant ni meilleurs, ni pires que ces maîtres consciencieux qui, le soir venu, vont « détendre » en cachette leurs animaux dans les jardins publics de nos cités.

  • 43  Comme me l’ont confirmé plusieurs vétérinaires interrogés durant mes enquêtes.

61Malgré les soins attentifs qu’ils portent constamment à leurs chiens43, les jeunes errants demeurent pourtant, pour beaucoup d’habitants, des maîtres irresponsables et parfois malveillants. « Il n’est pas normal de laisser vivre des animaux dans de telles conditions » s’offusquait ainsi une passante interrogée. « De toute façon, il n’y a qu’à observer ces chiens. On voit bien qu’ils ont l’air malheureux ».
Le raccourci entre chien vivant dans la rue et maltraitance est intéressant car il induit la croyance que seul le confort d’un foyer stable serait, pour l’animal, synonyme de bien-être. Le chien est ainsi devenu un des baromètres de l’intégration sociale réussie. En fait, cette conviction est généralement basée sur la conception anthropomorphiste que nous avons des chiens. Pour beaucoup de propriétaires, l’animal n’est qu’une personne en miniature qu’il faut traiter comme telle.

62Légalement, les chiens sont certes reconnus comme des « êtres sensibles » par la loi du 6 janvier 1999, mais c’est bien sous le statut « d’objets » que le code civil les confinent. Les animaux sont en effet considérés comme des biens « qui peuvent se transporter d'un lieu à un autre, soit qu'ils se meuvent par eux-mêmes, comme les animaux, soit qu'ils ne puissent changer de place que par l'effet d'une force étrangère, comme les choses inanimées » (article 528 du Code civil).

  • 44  J-M Michaux, Rapport sur l’animal et le citadin, Ministère de l’Agriculture, mai 1995, p. 25.

63Aussi, s’il est absurde de contester au chien le droit de pouvoir vivre confortablement dans la résidence familiale, mieux vaut donc éviter les condamnations trop vives. C’est ce qu’entend rappeler le Docteur Vétérinaire Jean-Michel Michaux dans le rapport qu’il adressait en 1995 au premier ministre. « L’interprétation anthropomorphique des signes de l’animal est à l’origine de plus de difficultés pour l’animal que de bien être. Ne pas donner à un chien dans une famille, une place équivalente à celle qu’il aurait dans la meute, conduit plus à désorienter qu’à améliorer son bien-être. Faisons attention, lorsqu’on parle de protection animale ou plus simplement de respect dû à l’animal de l’interpréter en fonction de son comportement et ne pas faire d’anthropomorphisme »44.

  • 45  L’une des plus édifiantes de ces rumeurs s’est propagée en 2006 à l’occasion du technival de Chava (...)

64Mais, la stigmatisation ne se limite pas aux rumeurs véhiculées par la vox populi45. Elle peut également avoir des conséquences plus perfides et problématiques dans le quotidien des routards.
En effet, une fois dans la rue, où laisser son chien en cas d’hospitalisation ? Que faire de son animal lorsqu’il faut se rendre à un entretien d’embauche ou se déplacer dans des administrations pour effectuer les démarches sociales qui permettront justement de vous réintégrer dans un système plus classique ?
Voilà autant d’interrogations qui reviennent sans cesse dans la bouche de ceux dont la société critique la déviance, mais auxquels personne n’apporte de réponses convaincantes. Conscients du problème, les professionnels sociaux ou de santé avouent généralement être démunis face à l’ampleur de ce phénomène.

  • 46  Ce type de discriminations n’est pas que le fait des travailleurs sociaux et pouvoirs publics. Il (...)
  • 47 Isabelle Castera « Crise sur la place Sarrail », Sud Ouest, 19 mai 2009.

65En fait, le nœud gordien de cette problématique reste bien évidemment l’accès au logement. Devant la farouche volonté des propriétaires de conserver leur chien auprès d’eux, les portes des logements restent fermées et ne s’entrouvrent jamais. Quelles sont les raisons d’un tel blocage, si ce n’est la stigmatisation évidente d’une population à qui on refuse implicitement d’avoir un animal ? « Tout serait si simple, s’ils ne prenaient pas d’animaux » m’expliquait cette éducatrice. Pourtant, si elle respecte la loi, notamment le code pénal qui sanctionne les mauvais traitements envers les animaux, il n’existe aucune raison légale d’empêcher à une personne le droit de posséder un animal, (en l’occurrence un chien en ce qui nous concerne) et encore moi de lui rogner ses droits civiques pour ce prétexte. La loi Besson du 31 mai 1990 rappelle d’ailleurs que « garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l'ensemble de la nation ». Une assistante sociale du Conseil régional de Bretagne m’a pourtant affirmé qu’elle opposait systématiquement une fin de non recevoir sur les dossiers des jeunes en errance si elle les savait propriétaires de chiens car « les animaux risquent de déranger le voisinage par leurs aboiements » et « dégrader les logements »46. A contrario, lorsque la volonté institutionnelle de faire bouger les choses est présente, comme c’est le cas par exemple à Bordeaux avec le projet d’implantation, place du Général Sarrail, d’un centre d’accueil, d’hébergement et de soins pour SDF avec leurs chiens, la levée de boucliers peut venir des riverains et des commerçants qui voient d’un très mauvais œil l’arrivée dans leur environnement immédiat de cette population suspecte47.

66La difficulté d’un accès à un logement stable, qui freine tout le processus ultérieur d’accès à la formation ou à l’emploi, se retrouve également du côté des hébergements d’urgence. Interrogée à ce sujet, une directrice départementale du n°115 m’a dit combien elle peinait à trouver des solutions adaptées aux populations en détresse, propriétaires d’animaux, qui appelaient pour obtenir un hébergement provisoire. Dans de nombreuses villes, les foyers disposent certes de courettes adaptées à l’accueil de chiens. Réalisées la plupart du temps sans concertation avec la population éventuellement intéressée par ce dispositif, elles demeurent la plupart du temps vides. Il faut dire que l’une des principales données psychologiques inhérentes aux maîtres itinérants est oubliée lors de leur construction : dans la rue, on ne se sépare jamais de son chien. Or, dans ces centres d’hébergement d’urgence, les animaux ne sont pas admis dans les chambres. Par ailleurs, impitoyable dans sa logique administrative (qui n’est pas forcément celle des usagers dont elle a la charge), la DASS qui gère certains foyers contraint parfois les propriétaires désireux d’effectuer de moyens séjours dans ces structures de se défaire préalablement de leur chien.

67A travers l’ensemble des entretiens effectués avec des habitants, des professionnels et des politiques j’ai pu constater que malgré la valorisation de l’animal dans le discours (« leur chien, c’est leur réconfort », « ils font tout pour leur animal » etc.) celui-ci demeure en fait un bagage inadapté dans une société qui le réprouve bel et bien.

Conclusion : des propriétaires, acteurs de leur prise en charge

  • 48  Comme on lui demandait ce qui lui valait le nom de « chien », Antisthène, précurseur du cynisme gr (...)

68Les errants accompagnés de chiens qui ont investi les centres de nos cités occidentales à la fin du XXème siècle sont bien différents des images romantiques que l’on se fait encore parfois du vagabond et de son chien. Si ce n’est l’affection qu’ils portent à leurs animaux, les jeunes itinérants contemporains n’ont que peu de points communs avec le personnage de Charlot ou avec Rémi sans famille, le héros du roman d’Hector Malot. S’il fallait trouver une image historique susceptible de leur correspondre, peut-être faudrait-il chercher du coté des Cyniques de l’Antiquité, philosophes provocateurs qui firent du chien l’emblème du mépris qu’ils entretenaient à l’égard de la société48.

  • 49  Les deux approches se rejoignent d’ailleurs parfois. Comme nous l’avons vu dans cet article (cf Pa (...)
  • 50  François Chobeaux, Intervenir auprès des jeunes en errance, Paris, La découverte, 2009.

69Une chose est en tous cas certaine : leur prise en charge continue à poser de nombreuses questions aux pouvoirs publics qui oscillent souvent entre répression et réinsertion49. Il faut dire que dans les foyers, les hôpitaux ou les administrations, l’impact du chien (normes, règles, assurances etc.) a longtemps été sous-estimé, excluant ainsi de nombreux propriétaires précaires du processus classique de prise en charge. Comme le rappelle François Chobeaux, « dans cette vie, prendre un chien signifie clairement ne pas pouvoir être accueilli en foyer de nuit, par refus de le laisser au chenil, avoir encore plus de difficultés pour prendre les transports en commun, ne pas pouvoir se rendre à des rendez-vous institutionnels si personne ne peut les garder… »50.

  • 51  A l’image de la journée nationale de l’accueil des personnes accompagnées de chiens organisée le 1 (...)
  • 52  L’association les enfants du Canal propose quant à elle des maraudes cynophiles durant lesquelles (...)

70Démunis, les professionnels du travail social ont jusqu’ici bricolé chacun dans leur coin, les solutions qui leur semblaient les moins mauvaises51. Par méconnaissance de l’animal, certaines se sont avérées de vrais échecs, renvoyant un peu plus à sa déviance le binôme jeune errant-chien ; d’autres dispositifs, comme ceux mis en place au centre Saint Benoît Labre à Nantes ou à l’association Les Enfants du Canal à Paris52démontrent que des solutions peuvent aboutir. Pour cela, il est nécessaire que les décideurs et les techniciens du social acceptent désormais d’élaborer avec les propriétaires précaires eux-mêmes des réponses adaptées à leurs besoins spécifiques.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Anderson (Nels), Le hobo, sociologie du sans-abris, Paris, Nathan, 1993 (1928), 319 p.

Bataille (Georges), La part Maudite, Paris, Minuit, 1967, 231 p.

Bauman (Zygmunt), Vies perdues-La modernité et ses exclus, Paris, Payot, 2006, 254 p.

Becker (Howard Saul), Outsiders : Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, 247 p.

Chobeaux (François), Les nomades du vide, Paris, La découverte, 1999 (1996), 133 p.

Chobeaux (François), Intervenir auprès des jeunes en errance, Paris, La découverte, 2009, 155 p.

Collard (Michel), Gambiez (Colette), Quand l'exclu devient l'élu : vie partagée avec les sans abri, Paris, Fayard 1998, 434 p.

Declerck (Patrick), Les naufragés, Paris, Plon, 2001, 454 p.

Digard (Jean-Pierre), Les Français et leurs animaux, Paris, Fayard, 1999, 281 p.

Huisman (Denis), Dictionnaire des mille œuvres clés de la philosophie, Nathan, 1993, 573 p.

Jovelin (Emmanuel), Dequiré (Anne-Françoise), Trajectoires des jeunes en errance dans le Nord Pas-de-Calais, Lille, La Voix du Nord, 2006.

Mauss (Marcel),«Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques», in Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 1997 (1923-1924), p. 143-280.

Mégnin (Paul), Nos chiens, Paris, Bibliothèque des connaissances utiles, 1910, 396 p.  

Mougin (Véronique), Les SDF, Paris, Le Cavalier Bleu, 2005, 128 p.

Perréal (Lydia), J’ai vingt ans et je couche dehors, Paris, Lattes, 1995, 158 p.

Von Uexküll (Jakob), Mondes animaux et mondes humains, Paris, Denoël-Médiations, 1965, 192 p.

Winnicott (Donald W.), « Objets transitionnels et phénomènes transitionnels », in De la pédiatrie à la psychanalyse, Payot, 1969.

Yonnet (Paul), Jeux, modes et masses, Paris, Gallimard, 1985, 380 p.

Zeneidi-Henry (Djemila), Les SDF et la ville. Géographie du savoir vivre, Paris, Bréal, 2002, 288 p.

Articles

Gagnon (Carl), « Les animaux : rôle médical et social », in Le point vétérinaire, vol. 19, n°110, 1987.

Pattegay (Patrick), « L'actuelle construction, en France, du problème des jeunes en errance. Analyse critique d'une catégorie d'action publique », in Déviance et Société, n°3, vol. 25, 2003, p. 257-277.

Pichon (Pascale), « La manche, une activité routinière », in Annales de la recherche urbaine, n°57-58, p.146-157, décembre 1992-mars 1993.

Serpell (James A.), « preuves des effets à long terme de la possession d’un animal familier sur la santé humaine. Les bénéfices de la possession d’un animal de compagnie », in  Symposium Waltham, n°20, éditions I.H. Burger, 1990.

Vassort (Marine), « J’habite, pas, je suis de partout. Les jeunes errants à Marseille, une question politique », in Revue Espace et sociétés, Érès, vol. 1, 2004.

Rapports

FEANTSA, 5ème rapport de l’Observatoire européen du sans-abrisme, novembre 2006.

Jovelin (Emmanuel), Déquiré (Anne-Françoise), Jeunesse en errance et évaluation des dispositifs de prise en charge dans le Nord-Pas-de-Calais et dans le Kent. Rapport de recherche, Interreg, 2006.

Michaux (Jean-Michel), Rapport sur l’animal et le citadin, Paris, Ministère de l’Agriculture et de la pêche, Ministère de l’Agriculture, mai 1995.

Travaux universitaires

Mougnot (Pascal), Entre mémoire et promesse : le groupe comme espace de reconnaissance-Une étude du phénomène de regroupement de personnes marginalisées en centre ville de Quimper, mémoire du diplôme des hautes études des pratiques sociales (DHEPS), Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2005.

Articles de presse

Castera (Isabelle), « Crise sur la place Sarrail », Sud Ouest, 19 mai 2009.

Haut de page

Notes

1  En France on parlera de zonards ou de routards, d’itinérants au Québec, de street kids en Angleterre et de  Strassenkinder en Allemagne.

2  On parle par ainsi de Punkabestia en Italie.

3  Patrice Pattegay, « L'actuelle construction, en France, du problème des jeunes en errance. Analyse critique d'une catégorie d'action publique », in Déviance et Société, n°3, vol. 25, 2003, p. 257-277 ; Marine Vassort, « J’habite, pas, je suis de partout. Les jeunes errants à Marseille, une question politique », in Revue Espace et sociétés, Érès, vol. 1, 2004, pp 79-92. Emmanuel Jovelin, Anne-Françoise Dequiré, Trajectoires des jeunes en errance dans le Nord Pas-de-Calais,  Lille, La voix du Nord, 2006.

4  François Chobeaux, Les nomades du vide, Paris, la Découverte, 2004.

5  Entretien réalisé le 15 juin 2009.

6  Emmanuel Jovelin, Anne-Françoise Dequiré, Jeunesse en errance et évaluation des dispositifs de prise en charge dans le Nord-Pas-de-Calais et dans le Kent. Rapport de recherche, Interreg, 2006, p.1.  

7  5ème rapport de l’Observatoire européen du sans-abrisme, novembre 2006.

8  Cette thèse a bénéficié en 2008 du soutien de la Fondation Adrienne et Pierre Sommer, sous égide de la Fondation de France, spécialisée dans les projets ayant trait au rapport homme-animal (http://www.fondation-apsommer.org/)

9  La Bretagne s’est avérée être un laboratoire d’observation particulièrement intéressant pour mon enquête. En effet, outre son maillage de villes moyennes (Brest, Quimper, Lorient, Vannes, Rennes, Saint Brieuc, Saint Malo) dans lequel le phénomène des jeunes errants avec chiens est en constante progression depuis quelques années, cette région propose une série d’évènements artistiques attirant chaque année de nombreux festivaliers dont certains possédaient un profil susceptible d’étayer mes analyses. Je me suis donc rendu en 2006 et 2007 aux Transmusicales de Rennes (décembre 2006) et au festival Astropolis de Brest (août 2007) où j’ai procédé à un dizaine d’entretiens avec des festivaliers accompagnés de chiens.

10  Beaucoup des jeunes en errance m’ont sollicité durant mes travaux pour avoir des conseils d’éducation canine.

11  Diplôme obtenu durant mon service militaire effectué en tant que cynotechnicien (1999-2000) dans la marine nationale.

12  Généralement opposés aux enregistrements, ils acceptent la plupart du temps les prises de notes directes.

13  Durant ces quatre mois, j’ai bénéficié du soutien du Centre communal d’action social (CCAS) de Brest.

14  Nels Anderson, Le hobo, sociologie du sans-abris, Paris, Nathan, 1993.

15  Jean-Louis Dumont, Les grands rassemblements festifs, rapport au Premier ministre, mai 2008.

16  François Chobeaux, op.cit., p.29.

17  Denis Jeffrey, « Jeunes de la rue et incorporation », in Religiologiques n°12, 1995, pp.169-180.

18 Ibid.

19  L’article 213-1 du Code rural précise ainsi : « Est considéré comme en état de divagation tout chien qui, en dehors d'une action de chasse ou de la garde ou de la protection du troupeau, n'est plus sous la surveillance effective de son maître, se trouve hors de portée de voix de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel, ou qui est éloigné de son propriétaire ou de la personne qui en est responsable d'une distance dépassant cent mètres. Tout chien abandonné, livré à son seul instinct, est en état de divagation, sauf s'il participait à une action de chasse et qu'il est démontré que son propriétaire ne s'est pas abstenu de tout entreprendre pour le retrouver et le récupérer, y compris après la fin de l'action de chasse ».L’article 213 précise quant à lui : «  Les maires prennent toutes dispositions propres à empêcher la divagation des chiens et des chats. Ils peuvent ordonner que ces animaux soient tenus en laisse et que les chiens soient muselés. Ils prescrivent que les chiens et les chats errants et tous ceux qui seraient saisis sur le territoire de la commune sont conduits à la fourrière ».

20 Sans incidence réelle puisque la plupart des propriétaires de la rue est insolvable et sans domicile, donc sans adresse.

21  Toutes les populations de propriétaires ne semblent pas devoir être touchées de la même manière par ces interdictions.

22  J. A. Serpell, « Preuves des effets à long terme de la possession d’un animal familier sur la santé humaine. Les bénéfices de la possession d’un animal de compagnie », Symposium Waltham, n°20, éditions I.H. Burger, 1990.

23  Circuler avec un nombre important de chiens peut constituer une pratique efficace pour certains propriétaires pour échapper aux interpellations. En effet, si un maître est interpellé, les services de police se retrouvent alors avec sur les bras une meute de chiens à devoir « gérer ». Or, ils ne disposent pas forcément, ni des véhicules, ni de l’équipement nécessaire pour de telles opérations.    

24  Voir notamment à ce sujet Pascale Pichon, « La manche, une activité routinière », Annales de la recherche urbaine, n°57-58, p.146-157, décembre 1992-mars 1993.

25  Comme l’expliquait par exemple la sociologue Marie Loison, les usagers du métro parisien sont sensibles « à la propreté, à la politesse, au sourire et à l’originalité du discours du ‘mancheur’ » (Citée par Véronique Mougin dans Les SDF, Paris, Idées reçues, 2005, p.57).

26  François Chobeaux, op. cit., p.38.

27  Paul Yonnet, Jeux, modes et masses, Paris, Gallimard, 1985, p.63.

28  Voir W. D. Winnicott, « Objets transitionnels et phénomènes transitionnels », in De la pédiatrie à la psychanalyse, Payot, 1969, pp. 109-125.

29  François Chobeaux, op. cit., p. 54.

30  Patrick Declerck, Les Naufragés, Paris, Plon, 2001, p. 296.

31  François Chobeaux, op. cit., p. 54

32 Le coût élevé des stérilisations semble en effet freiner les bonnes intentions.

33  Marcel Mauss, «Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques», in Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 1997, pp. 143-280.

34  Carl Gagnon, Les animaux : rôle médical et social, Le Point vétérinaire, Vol.19, n°110, 1987.

35 J. Von Uexküll, Mondes animaux et mondes humains, Paris, Pocket, 2004.

36  G. Bataille, La Part Maudite, Paris, Minuit, 1990.

37  L. Perréal, J’ai vingt ans et je couche dehors, Paris, Lattes, 1995, p. 83.

38  Voir à ce sujet Michel Collard et Colette Gambiez, Quand l'exclu devient l'élu, Paris, Fayard, 1998.

39  Zygmunt Bauman, Vies perdues-La modernité et ses exclus, Paris, Payot, 2006. 

40 On compte en France plus de 8,5 millions de chiens (enquête Facco/TNS Sofres 2005).

41  Cet arrêté faisait suite à un autre daté de 2001 qui évoquait les « désordres troublant la tranquillité publique et créant une situation constante de crainte au sein de la population ».

42  François Chobeaux, op. cit., p. 62.

43  Comme me l’ont confirmé plusieurs vétérinaires interrogés durant mes enquêtes.

44  J-M Michaux, Rapport sur l’animal et le citadin, Ministère de l’Agriculture, mai 1995, p. 25.

45  L’une des plus édifiantes de ces rumeurs s’est propagée en 2006 à l’occasion du technival de Chavagne. En marge du Printemps de Bourges, une quinzaine de chiens de « teufeurs » aurait été éventrés par des dealers afin de récupérer des sachets de drogue qu’ils avaient préalablement fait avaler à leurs animaux afin d’échapper aux contrôles des autorités. Relayée par plusieurs grands médias nationaux, ce fait divers sordide s’est finalement avéré totalement fantaisiste et provoqua une vive émotion dans l’opinion publique.  

46  Ce type de discriminations n’est pas que le fait des travailleurs sociaux et pouvoirs publics. Il y a trois ans, l’une de mes informatrices qui s’apprêtait à quitter la ville de Brest pour le sud de la France m’expliquait ainsi : « Je pars avec mes deux chiens sans assurance de responsabilité civile car je viens de faire le tour des assureurs de la ville et aucun d’entres eux n’a accepté de le faire ». Locataire d’un simple garage, cette personne, pourtant solvable, faisait probablement partie de ces publics à risques dont les assurances déclinent parfois la prise en charge. L’article 1385 du Code civil énonce pourtant que le propriétaire d’un animal ou celui qui en a la garde est responsable des dommages que cet animal pourrait causer à autrui, même si ceux-ci sont causés sous sa surveillance ou dans l’enceinte de sa propriété. Quelle alternative alors pour ces maîtres sans toit ?

47 Isabelle Castera « Crise sur la place Sarrail », Sud Ouest, 19 mai 2009.

48  Comme on lui demandait ce qui lui valait le nom de « chien », Antisthène, précurseur du cynisme grec, répondait : « Ceux qui me donnent, je les caresse de la queue, ceux qui ne donnent pas, je les poursuis de mes aboiements, quant aux méchants, je les mords ». Cf Denis Huisman, Dictionnaire des mille œuvres clés de la philosophie, Nathan, 1993.

49  Les deux approches se rejoignent d’ailleurs parfois. Comme nous l’avons vu dans cet article (cf Partie III) certains acteurs chargés de leur réinsertion n’hésitent pas à accuser les propriétaires de la rue d’entretenir volontairement leur précarité en alourdissant leur misère d’un chien, fardeau supplémentaire mais non indispensable. Particulièrement méfiant vis-à-vis de cette notion de « réinsertion », Patrick Declerck écrivait : « La réinsertion suppose, le plus souvent implicitement plutôt qu’explicitement, l’idée d’un retour du sujet au sein de la normalité sociale et économique. Cette représentation s’accompagne d’une dimension spatiale. On s’imagine le sujet comme une pièce du puzzle isolée et par la même dénuée de sens, que l’on remettrait par une opération, dont les détails restent d’ailleurs des plus vagues, à sa plus juste place, inséré, citoyen enfin parmi d’autres, dans le cadre des obligations du fonctionnement social, économique et relationnel. Guéri, autonome, il vivrait alors le reste de son existence, comblé par les délices de la normalité ». Cf. Patrick Declerck, op. cit., p. 320.

Toutefois, comme le précise l’auteur des Naufragés, « on ne peut raisonnablement pas attendre d’un sujet qu’il abandonne une source de plaisir (fût-elle pathologique) sans en trouver une contrepartie dans la réalité ». Cf. Patrick Declerck, Ibid., p. 338.

50  François Chobeaux, Intervenir auprès des jeunes en errance, Paris, La découverte, 2009.

51  A l’image de la journée nationale de l’accueil des personnes accompagnées de chiens organisée le 12 mai 2009 par la FNARS, la tendance est aujourd’hui au partage des expériences, premier pas peut-être vers la mise en place de réponses plus structurées au niveau national.

52  L’association les enfants du Canal propose quant à elle des maraudes cynophiles durant lesquelles un travailleur social, accompagné d’un travailleur pair (un « ancien de la zone ») et de son chien, vont à la rencontre des personnes à la rue afin de tisser des liens avec elles et les orienter vers les dispositifs adaptés. Le Centre Saint Benoît à Nantes a mis en place un travail partenarial avec une vétérinaire comportementaliste afin de mieux prendre en charge les propriétaires de chiens sur la structure d’accueil. Un entretien d’évaluation est notamment opéré avec le vétérinaire, le propriétaire et un éducateur spécialisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Blanchard, « Des routards prisonniers dans la ville », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://sejed.revues.org/6292

Haut de page

Auteur

Christophe Blanchard

Doctorant en sociologie à l’université d’Evry (91), il vit et travaille dans le Finistère. Son parcours personnel (il possède une formation de maître-chien) et ses recherches universitaires l’ont conduit à se pencher de très près sur les questions relatives au statut et à la place de l’animal dans notre société. Depuis deux ans, il s’intéresse plus particulièrement à la problématique des jeunes en errance accompagnés de chiens. Cette nouvelle forme de marginalité constitue une préoccupation grandissante pour les pouvoirs publics et les professionnels, parfois démunis pour y répondre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org