Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Une jeunesse difficile. Portrait économique et social de la jeunesse française, étude coordonnée par Daniel Cohen

Gilles Raymond

Texte intégral

1Introduit et coordonné par Daniel Cohen, Une jeunesse difficile est un petit ouvrage très dense et très précis sur les mécanismes socio-économiques qui construisent la situation de la jeunesse en France. Les chapitres qui le composent sont rédigés par des auteurs différents, dont certains appartiennent au cepremap (Centre pour la recherche économique et ses applications), organisme qui assure « une interface entre monde académique et décideurs privés ». Cet ouvrage reprend des travaux de recherche présentés à l’Académie des sciences morales et politiques.

2Des jeunes se sont manifestés en France au cours des faits qui ont eu lieu dans les banlieues à l’automne 2005, et dans les manifestations estudiantines du printemps 2006. Pour mieux saisir ces phénomènes, il est important de prendre en compte un certain nombre de constats sociologiques et économiques : l’augmentation dans les pays d’Europe du taux de suicide des adolescents (il dépasse celui des personnes âgées), l’allongement du temps de passage à l’âge adulte, la nécessité croissante d’un diplôme pour accéder à la promotion sociale, le report de l’entrée dans le monde du travail, la durée plus longue de la jeunesse, les conditions de vie matérielle difficiles des jeunes. D’où le sous-titre de cet ouvrage : Portrait économique et social de la jeunesse française. Un tel portrait est à faire puisque la jeunesse n’occupe pas la même position que le reste de la population dans la société et dans l’économie française. Pour les auteurs, cette position est une clé de compréhension de ce que peuvent vivre et exprimer les jeunes.

3Par exemple : il existe une transformation du régime des salaires des jeunes à la première embauche. Avant 1975, lorsqu’un jeune arrivait sur le marché de l’emploi, il touchait un salaire supérieur à celui de son aîné à l’époque où celui-ci avait débuté sa carrière. « Un fils pouvait gagner plus que son père sans que son père ait jamais baissé son propre salaire ». Aujourd’hui jeunes et anciens sont à la fois séparés plus fortement par leur salaire et par leurs expériences. Cette rupture ou plutôt ce déséquilibre est accentué par l’amélioration du niveau de vie et des ressources des retraités, et par la dégradation relative – voire absolue – du niveau de vie des jeunes. Les auteurs notent une intensité particulière dans la rupture de génération.

4On peut aussi mentionner le refus de l’usine par les fils des ouvriers. Ce phénomène existait certes déjà mais il est devenu plus prononcé, au point d’entraîner une rupture intergénérationnelle dramatique, non contrebalancée par la promotion sociale : le volontarisme scolaire des individus, autrefois reconnu pour ses effets – objectivement démontrés – sur la trajectoire sociale, n’est plus lisible, au point que certains responsables politiques songent à abaisser l’âge d’entrée en apprentissage.

5La jeunesse française est donc confrontée à des ruptures intergénérationnelles complètement nouvelles. Comment sont-elles traitées politiquement ? De telles ruptures posent notamment la question du juste transfert, qui devient particulièrement cruciale dans des pays développés connaissant des croissances lentes et des dénatalités fortes. Ce juste transfert s’établit sur trois piliers : le marché, la famille et l’État. Il se joue principalement entre des enfants qui assument le risque de l’insertion (ou de « l’inemployabilité ») et des parents qui assument le risque de leur longévité. Comment et dans quelle mesure couvrir ces risques ? Dans quelle philosophie chaque État se situe-t-il ? Les trois idéaux-types du sociologue G. Esping-Andersen sont repris pour expliquer les différences entre les attitudes de certains pays. Pour « les libéraux, la taille de l’État-providence doit être limitée » ; pour les conservateurs, « les transferts sociaux doivent être dirigés en priorité vers les plus âgés » ; « les sociaux-démocrates prônent un État-providence très développé qui multiplierait les services collectifs qui vont directement aux bénéficiaires visés ». Chaque approche pose des interrogations sur les dons entre les quatre générations qui correspondent à quatre périodes du cycle de la vie : l’enfance, période de formation et d’éducation ; le premier âge adulte, où l’on débute sa vie professionnelle ; l’âge mûr où intervient l’effort d’épargne ; la vieillesse, période de retraite et de dépendance. La France demeure un pays à dominante conservatrice modérée, qui s’oriente vers une coloration sociale-démocrate.

6Comment agir sur cette rupture intergénérationnelle ? Faut-il agir sur les transferts sociaux ou compter sur les solidarités descendantes des familles ? Dans un pays de culture conservatrice comme la France où le taux de fécondité et de travail féminin sont élevés, il semblerait préférable de compter sur les solidarités familiales, avec un risque de perpétuer les inégalités sociales, toutefois. On pourrait également compter sur les transferts sociaux, c’est-à-dire investir des sommes prélevées grâce à un impôt progressif sur le patrimoine et les revenus pour valoriser les trajectoires professionnelles. Le risque est alors de dresser une génération contre une autre.

7Une jeunesse difficile. Portrait économique et social de la jeunesse française,
Étude coordonnée par Daniel Cohen,
Paris, éditions ENS, coll. CEPREMAP, 2007, 12,00 €   

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Raymond, « Une jeunesse difficile. Portrait économique et social de la jeunesse française, étude coordonnée par Daniel Cohen », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°4 | Automne 2007, mis en ligne le 18 avril 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/643

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org