Navigation – Plan du site
Dossier

Entrée dans la vie adulte d’anciens placés en  village d’enfants : Fin des prises en charge et parcours d’accès à l’autonomie

Entering adult life after leaving a children’s village. From ending care to the access to autonomy
Entrada en la vida adulta de personas que han sido acogidas en centros de menores. Final del internamiento y camino hacia la autonomía
Annick-Camille Dumaret, Pascale Donati et Monique Crost

Résumés

Explorer la phase de transition qu’inaugure pour un jeune la sortie d’un lieu de placement, jusqu’à son entrée dans la vie adulte exige, un recul suffisant. Cette contrainte explique sans doute le peu de travaux à moyen et long terme en France dans ce domaine. C’est cette période qu’analyse l’article, à partir d’une recherche réalisée sur le devenir de jeunes placés dans leur enfance dans un village d’enfants. L’ampleur du champ temporel couvert par l’étude a permis de tenir compte des évolutions institutionnelles et du contexte socioéconomique au moment de la fin des prises en charge. La population étudiée concerne plus d’une centaine de sujets, âgés de 23 à 50 ans à l’enquête. C’est le groupe générationnel des moins de 35 ans qui a le plus bénéficié de prises en charge et d’aides institutionnelles pendant le placement et après la sortie. L’analyse des récits montre comment ces anciens placés ont vécu cette période-clé et la manière dont ils sont entrés dans la vie adulte vers 24-25 ans. La majorité évoque des parcours, parfois chaotiques, dont les étapes conduisant à un mode de vie autonome ont été franchies quelques années après la sortie. Les difficultés auraient sans aucun doute été plus fréquentes et plus accentuées si la stabilité et la durée du placement avaient été moindres. Les résultats montrent que la prolongation des accompagnements apportée même au-delà de l’âge de 21 ans est indispensable pour l’achèvement des scolarités et pour permettre à ces jeunes adultes d’accéder sans trop de problèmes au statut d’adulte.

Haut de page

Texte intégral

1Les modes de prise en charge, collective ou familiale, d’enfants et de jeunes inscrits dans des systèmes sociaux de protection de l’enfance ont fait l’objet de nombreux travaux. Pour autant, une des dimensions de ces accueils reste peu étudiée en France : il s’agit de la délicate période qui suit la sortie et confronte le jeune aux réalités de la vie extérieure et aux contraintes de son accès à l’indépendance. C’est cette période de transition que vise à explorer cet article à travers les parcours de jeunes, depuis leur sortie d’un « village d’enfants » jusqu’à l’âge de 24-25 ans. Après une première présentation de leurs atouts et handicaps (aides reçues, diplômes, problèmes psychiques…), une analyse de leurs récits montre comment ils ont vécu cette période-clé de la sortie et éclaire la manière dont ils sont entrés dans la vie adulte à travers l’élaboration de parcours types.

2Cet article est issu d’une recherche sur le devenir à long terme d’anciens placés avec leurs frères et sœurs dans un village d’enfants. Explorer la phase de transition qu’inaugure la sortie du placement jusqu’à l’entrée dans la vie adulte exige un recul suffisant : l’ampleur du champ temporel couvert – 30 années – a permis de tenir compte des évolutions institutionnelles et du contexte socioéconomique au moment de la fin des prises en charge. Deux groupes générationnels d’anciens placés distinguent les moins de 35 ans des 35 ans et plus.

De la fin de l’adolescence à la vie autonome : état de la question

L’émergence récente d’une nouvelle phase temporelle : l’entrée dans l’âge adulte

  • 1  Catherine Villeneuve-Gokalp, « Le départ de chez les parents : définitions d’un processus complexe (...)
  • 2  Parmi les travaux de cet auteur, on peut se référer à l’ouvrage qu’il a dirigé avec Alessandro Cav (...)
  • 3  Thierry Blöss, Alain Frickey, Michel Novi, « Modes d’entrée dans la vie adulte et trajectoires soc (...)

3Pour tous les jeunes d’aujourd’hui, dans les discours savants et les médias, la période de transition entre la fin de l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte est largement évoquée comme une période hésitante et non linéaire, faite d’allers et retours entre dépendance partielle et autonomie avérée1. Ayant émergé il y a une trentaine d’années, cette nouvelle phase d’« allongement de la jeunesse », pour reprendre l’expression d’Olivier Galland2, rompt avec le modèle traditionnel d’un accès rapide aux rôles sociaux d’adulte par le passage ritualisé de seuils bien définis, marquant l’entrée dans la vie professionnelle et conjugale. Cette étape du cycle de vie a cédé le pas à un processus complexe et hésitant de construction de l’autonomie, qui renvoie à des situations très hétérogènes et dont les étapes restent différenciées selon le milieu social et le sexe. Si le franchissement de la première étape que marque le départ du foyer parental varie selon la durée des études, les filles, à origine sociale et niveau de diplôme équivalents, quittent toujours plus précocement le domicile familial que les garçons. De nombreux travaux montrent comment les conditions de départ du foyer parental marquent le cours futur des trajectoires, notamment celles des femmes. Ainsi, « quitter ses parents pour prendre un conjoint présage un cycle de vie où l’activité professionnelle reste très secondaire et loin après les affaires familiales et la carrière du mari. En revanche, décohabiter pour suivre une formation professionnelle ou prendre un emploi laisse entrevoir une plus grande autonomie féminine dans les futures relations de couple3 ».

  • 4  Dans ses comparaisons avec d’autres pays européens, Cécile Van de Velde, note que la France privil (...)
  • 5  Depuis près de trois décennies, les politiques publiques ont tenté d’améliorer la situation des je (...)
  • 6  L’augmentation de la proportion des jeunes majeurs pris en charge à l’ase peut être mise en lien a (...)

4Avec la précarisation croissante du marché de l’emploi et la fragilisation de l’insertion professionnelle des jeunes, la solidarité familiale est aujourd’hui largement sollicitée durant cette période de transition vers l’âge adulte4. Si cette solidarité privée demeure une source d’inégalité entre les jeunes eux-mêmes au regard des ressources et des aides familiales dont ils peuvent bénéficier, qu’en est-il pour ceux qui viennent de quitter le placement et qui, pour beaucoup, ayant rompu tout lien avec leurs parents, ne peuvent compter sur aucune aide matérielle5 ou soutien moral de leur famille d’origine ? Rappelons que, dans le cadre de la protection de l’enfance et jusque récemment, des aides (contrats jeunes majeurs) étaient accordées aux jeunes de 18 à 21 ans, qu’ils soient ou non issus de l’aide sociale à l’enfance ou de la protection judiciaire de la jeunesse6.

Les travaux sur le devenir adulte des ex-placés

5Selon qu’ils se centrent sur la période critique de la fin de la prise en charge ou bien qu’ils abordent cette période au sein d’une étude plus globale du processus d’insertion des « ex-placés », les travaux se distinguent selon leur option méthodologique : celle d’un suivi à court terme pour les premiers et d’une étude sur le devenir à long terme pour les seconds. Plus rares, ces derniers se heurtent à la difficulté de retrouver ces adultes anciennement placés et sont soumis au biais de mémoire des enquêtés qui peuvent avoir oublié ou veulent occulter cette période de leur vie.

  • 7  Isabelle Frechon, Annick-Camille Dumaret, « Bilan critique de 50 ans d’études sur le devenir des e (...)
  • 8  Mike Stein, et Emily Munro Eds., Young people’s transitions from care to adulthood: international (...)
  • 9  Le lecteur peut se référer tout particulièrement au numéro 11 de Children and Youth Services Revie (...)

6La grande diversité des approches méthodologiques, des populations d’étude et des politiques de protection de l’enfance limite la comparabilité des résultats7. La récente synthèse des travaux d’un séminaire international rappelle le risque d’exclusion et de marginalisation de ces populations8. Au demeurant, elle souligne le fait bien établi que le vécu du passage à l’âge adulte de ces jeunes anciennement placés est plus difficile pour eux que pour les autres jeunes de leur âge, et cela dans tous les domaines de la vie sociale, professionnelle et personnelle. Ces jeunes, déjà fragilisés par leur passé familial et leur vécu institutionnel, sont soumis à la contrainte d’une limitation temporelle dans leur insertion et la construction de leur autonomie9. Une telle contrainte renforce d’autant les enjeux des cursus scolaires et de la formation professionnelle pour l’orientation de leur parcours futur.

  • 10  Mark Courtney, Amy Dworsky, « Early outcomes for young adults transitioning from out-of-home care (...)
  • 11  Jim Wade, Jo Dixon, « Making a home, finding a job: investigating early housing and employment out (...)

7L’impact des problèmes de santé mentale sur l’insertion professionnelle et l’accès à un logement est largement mis en avant. Courtney et Dworsky10 notent que de tels problèmes ont été diagnostiqués chez un tiers des anciens placés âgés de 20 ans environ et sortis depuis un an et demi. L’étude de Wade et Dixon11 auprès d’une cohorte de 106 care leavers de 16-18 ans souligne que, selon les praticiens de la santé mentale, plus de deux jeunes sur cinq présentent des problèmes psychologiques ou comportementaux (dépression, tentatives de suicide, stress post-traumatiques, abus ou dépendance à l’alcool ou autres substances) et un tiers d’entre eux ont vécu des placements multiples.

  • 12  Michel Corbillon, Alain Duléry, Marie-Pierre Mackiewicz, Quel devenir à l’issue d’un placement dan (...)
  • 13  Sara Carpenter et al., « The association of foster care or kindship care with adolescent sexual be (...)
  • 14  Marthe Coppel, Annick-Camille Dumaret, Que sont-ils devenus ? Les enfants accueillis à l'Oeuvre Gr (...)
  • 15  Michel Corbillon et al., op. cit.

8Du point de vue de la sociabilité, les instabilités personnelles et affectives, les difficultés relationnelles sont soulignées, ainsi que l’isolement, la faiblesse du réseau amical et l’absence de personne ressource. La plupart des jeunes font état d’un sentiment d’abandon à la sortie du placement, pouvant les conduire à s’engager rapidement dans la vie conjugale12. Est soulignée la fréquence des grossesses précoces et des interruptions volontaires de grossesse, notamment dans les milieux socioculturels très défavorisés13. La problématique du choix du conjoint a particulièrement été étudiée par Coppel et Dumaret, ce choix étant gouverné par deux tendances opposées. La première conduit à choisir un conjoint aidant « grâce à qui, ils pourront avoir la famille qui leur a manqué […] avec des parents présents et accueillants ». La seconde conduit « au contraire à choisir un conjoint comme "en miroir" de ce qu’ils sont eux-mêmes : quelqu’un qui a souffert dans son enfance, qui a été mal aimé […]. Chacun des protagonistes du couple se reconnaît dans ce que vit l’autre. ». Analysant le mode de vie des jeunes après la sortie du placement, ces deux auteurs montrent également deux tendances contradictoires. Dans l’une, ces jeunes adultes ont la capacité de nouer des relations avec des personnes de la génération précédente (famille d’accueil, beaux-parents) et s’intègrent dans une tradition, qui n’est pas forcément la leur, et dans l’autre, ils sélectionnent dans leur environnement, « ceux qui sont "en miroir", qui sont les mêmes : frères et sœurs, compagnons d’infortune »14. Face à la nécessité d’un franchissement rapide des étapes les conduisant à l’autonomie, est mis en avant le poids déterminant de la scolarité et de la formation professionnelle des jeunes qui quittent leur placement. Ainsi que le soulignent la plupart des études, les retards scolaires et l’absence de diplômes, plus fréquents que dans la population générale, vont réduire les chances d’une formation qualifiée et les perspectives professionnelles. Dans celle de Corbillon, Dulery et Mackiewicz15 portant sur 62 jeunes ayant quitté un foyer, les plus âgés ayant 26 ans, quatre sur dix ont un emploi, pour la plupart non qualifié.

  • 16  Maryse Marpsat, Jean Marie Firdion, « Les ressources des jeunes sans domicile et en situation préc (...)
  • 17  Isabelle Frechon, « Stratégies féminines… », op. cit.
  • 18  Mihai D. Gheorghiu et al., « Pauvretés à l’aide sociale à l’enfance. Le devenir des enfants accuei (...)

9Une autre grande difficulté pour les jeunes à la sortie des prises en charge est la question du logement : l’errance et l’absence de toit concerne entre 10 et 30 % de ces jeunes pour les pays ne proposant pas d’aides spécifiques aux jeunes majeurs. En France, les jeunes de la protection de l’enfance sont sur-représentés parmi les populations de sans domicile fixe16. Dans sa recherche sur les trajectoires domestiques, résidentielles et professionnelles de jeunes femmes après la sortie d’un foyer, Frechon17 indique que de multiples déménagements ont lieu dans les trois premières années après la sortie. De nombreux déplacements géographiques à la sortie du lieu d’accueil sont également soulignés dans l’étude de Gheorghiu et al18.

  • 19  Trudy Festinger, No one ever asked us. A postcript to foster care, New-York, CUP, 1983.
  • 20  Jean Sawras, Le passé, le séjour, le devenir des garçons « cas sociaux » ayant été placés dans un (...)

10Les recherches qui prennent en compte une population d’ex-placés à un âge plus tardif soulignent la fréquence des problèmes avec la loi et la justice, et des suivis par des équipes sociales (25 à 35 % selon les pays) ; il s’agit essentiellement de délits mineurs, commis beaucoup plus souvent par des hommes que des femmes19. Ces problèmes se centrent autour du moment de la sortie, en particulier lorsque les services d’aides à la sortie n’existaient pas20.

11En final, on peut retenir de l’ensemble de ces travaux l’importance que revêt la prolongation des mesures d’aide et des accompagnements après la sortie dans la perspective d’engager au mieux ces jeunes dans un processus d’autonomisation.

Une recherche sur le devenir d’enfants placés en village d’enfants

Contexte institutionnel

12L’association SOS Villages d’enfants accueille des enfants placés dans le cadre de mesures d’assistance éducative ou pour toutes raisons ne leur permettant pas de vivre, temporairement ou définitivement, auprès de leurs parents. De par sa conception originelle « une maison, une mère SOS dans un village », cette institution offre, tout particulièrement à des fratries, un accueil de type familial de longue durée, dans le cadre règlementaire de maisons d’enfants à caractère social (Mecs). Depuis la création de cette institution en 1956, douze villages d’enfants (VE) ont été implantés en France métropolitaine, agréés par l’aide sociale à l’enfance et bénéficiant généralement d’une habilitation de la Protection judiciaire de la jeunesse.

  • 21  Pour l’évolution des accueils dans les 12 villages d’enfants, on peut se référer à l’étude de Virg (...)

13Le village d’enfants de Marseille, terrain de l’étude, accueille des enfants au sein de dix maisons familiales depuis un peu plus de trente ans. Chacune de ces maisons est placée sous la responsabilité d’une mère SOS assistée d’une aide familiale qui la remplace pendant ses repos et congés. On dénombre aujourd’hui quatre éducateurs qui assurent les activités de soutien et d’animation collective auprès des jeunes, et gèrent les relations avec les services extérieurs et les parents. Le VE est placé sous l’autorité d’un directeur assisté d’un chef de service éducatif. Pendant les premières années du fonctionnement du VE, les membres des fratries restaient jusqu’à leur majorité, rares étaient les fins de prise en charge par retour en famille ou les sorties vers un autre placement, qui ont commencé au milieu des années 1980. Ces sorties avant l’âge de la majorité ont ensuite augmenté et sont devenues majoritaires depuis au moins deux décennies. Elles témoignent des évolutions conjointes des changements démographiques (diminution du nombre des fratries nombreuses et du nombre des enfants orphelins accueillis en protection de l’enfance), avec une forte baisse de délégations d’autorité parentale et d’enfants pupilles de l’État, et un accroissement d’accueils judiciaires (au titre de l’article 375 du Code civil)21.

14Dans le milieu des années 1980, l’équipe psychoéducative du ve de Marseille s’étoffe (embauche de psychologues et d’éducateurs), la question des relations parents-enfants commence à être travaillée. L’association Étrave (1985) a aidé pendant dix ans les jeunes pour leur insertion professionnelle, avant d’être relayée par des structures relevant de la ville et de la région (missions locales, associations…). À partir de 1988, le VE s’équipe d’appartements pour des jeunes majeurs, permettant à ceux-ci, soit deux par deux soit isolément, d’avoir une première expérience de vie autonome tout en bénéficiant d’un suivi éducatif et d’un soutien financier du ve par le « service aux aînés ». Les profils de l’accueil se modifient au cours du temps : accueil de plusieurs fratries cohabitant dans une même maison, nouveaux profils de mères (passage d’un engagement personnel dans une vie familiale avec une fratrie à des motivations plus professionnelles, embauche de femmes plus âgées, certaines ayant un conjoint ou des enfants).

  • 22  Cf. Code du travail, chapitre IV.

15Dans le cadre des villages d’enfants, le statut d’éducatrice familiale sera reconnu aux mères SOS en janvier 200522. L’institution, ayant le souci d’évaluer la qualité de ses prises en charge, a émis en 2003 le souhait qu’une recherche soit réalisée sur le devenir adulte des jeunes placés dans l’un de ses VE. Celle-ci a été confiée à l’Inserm-unité 750 et réalisée au cermes.

Matériel et méthode

  • 23  C’est cette même méthode que nous avions utilisée dans l’étude sur le devenir adulte des jeunes él (...)

16La méthodologie utilisée est celle d’une approche longitudinale dans le passé : les sujets ont été sélectionnés sur la base d’archives puis localisés et enquêtés ultérieurement23. Un recensement exhaustif des admissions jusqu’en 2000 a montré que 150 jeunes ont quitté l’institution à 15 ans et plus. Parmi eux, 130 font partie de l’étude, répondant aux trois critères suivants : avoir été placé pendant au moins trois ans, être sorti depuis au moins trois ans, et être âgé d’au moins 23 ans à l’enquête. Ils ont été admis avant 1992 (certains avaient transité avec leur mère SOS par un autre village d’enfants), leurs sorties s’étalant de 1972 à 2001. Aujourd’hui, ces personnes, autant d’hommes que de femmes, ont entre 23 et 50 ans (âge médian : 38 ans).

17Deux approches ont été mises en oeuvre : l’une, quantitative, à partir d’une enquête postale et des dossiers institutionnels, l’autre, qualitative, à partir du discours des « anciens placés ». Sont précisés ici les outils ayant servi à étudier les conditions de sortie et d’accès à l’indépendance :

    • 24  Information recueillie auprès de l’institution.
    • 25  La très forte proportion des participants aux deux étapes de l’étude traduit l’intérêt éprouvé par (...)

    une enquête postale en 2004 auprès des 123 anciens placés (7 sont décédés24) ; 99 anciens placés ont renvoyé leurs questionnaires (taux de réponse de 80 %)25 ;

  • des entretiens semi-directifs (n=73, 59 % de toute la population enquêtée) conduits en 2005-2006 par des psychologues, chercheurs extérieurs à l’institution.

18Des informations complémentaires ont été recueillies auprès des membres de l’équipe socioéducative : toutes les mères SOS des enquêtés (22 des 23 mères, la dernière étant décédée) et deux directeurs de VE. Les axes d’analyse portent sur :

  • les aides au moment de la sortie et ultérieurement : soutiens matériels et relationnels, aides scolaires et à l’insertion professionnelle (chantier-école…), aides administratives (recherche de logement ou d’emploi) ;

  • le niveau scolaire et les diplômes obtenus (on a utilisé la classification de l’Éducation nationale) ;

  • les difficultés dans la période entourant la sortie ;

  • l’insertion socioprofessionnelle et l’indépendance résidentielle.

  • 26  Si, comme le développe François de Singly, ces deux notions renvoient à des logiques distinctes, e (...)

19On considère ici l’indépendance comme une autosuffisance sur le plan matériel et financier acquise aux alentours de 25 ans, voire plus tôt, la notion d’autonomie renvoyant davantage aux capacités personnelles à orienter sa vie et faire ses propres choix26. Les processus d’insertion étudiés repèrent les étapes franchies en terme de formation, de travail – en distinguant les petits boulots d’un emploi stable (pendant au moins 6 mois) –, de mise en union, et d’accès à un logement indépendant. Les données recueillies dans les dossiers et au cours de l’enquête ont été classées en tenant compte à la fois de l’indépendance financière (arrêt des aides institutionnelles, travail, petits boulots) et résidentielle (logement autonome, en couple ou non), ainsi que des difficultés de parcours. On a distingué les jeunes dont l’indépendance a été acquise sans difficultés majeures ou durables de ceux l’ayant acquise avec difficulté et de ceux n’étant pas devenus indépendants à 24-25 ans.

  • 27  Soit : t de Student, Chi2, test de Fisher pour les petits échantillons, à l’aide du logiciel SAS ( (...)

20Des analyses bivariées ont mis en évidence les différences significatives dans les comparaisons des distributions27. Les entretiens ont fait l’objet d’une première étude thématique, suivie d’une analyse compréhensive du vécu de la sortie du placement et des années qui ont suivi, dans le but de construire des parcours types.

Résultats

Description de la population : du placement en village d’enfants à la sortie

  • 28  Les facteurs de risque familiaux et individuels et les maltraitances ont été décrits par ailleurs, (...)

21Comme la plupart des jeunes accueillis au titre de la protection de l’enfance, ces enfants placés en ve sont issus de familles en grande difficulté psychosociale. Un quart d’entre eux avait connu au moins deux autres placements auparavant. La grande majorité de ces jeunes avait subi des maltraitances, allant des négligences graves aux mauvais traitements (physiques, psychologiques, abus sexuels). Quatre sur dix n’ont vécu au ve qu’avec leurs frères et soeurs et leur mère SOS, les autres ont été élevés avec des enfants d’une ou plusieurs autres fratries ; c’est le cas des jeunes de moins de 35 ans issus de fratries moins nombreuses (27 % sont issus de familles de 6 enfants et plus vs 45 % pour les plus âgés). Le tableau 1 montre l’évolution des accueils : les jeunes des générations récentes (<35 ans) ont été admis plus jeunes et sont restés plus longtemps en placement ; parmi eux, quelques uns ont changé de mère d’accueil, parfois plusieurs fois. On constate dans ces générations récentes un cumul plus important de risques familiaux (pathologies psychiatriques et sociales mieux repérées)28.

22Tableau 1 : Principales caractéristiques des jeunes selon l’appartenance générationnelle

Age

Total

(N=123)

≥ 35 ans

(N= 82)

< 35 ans

(N= 41)

n

%

%

%

Genre
hommes
femmes


61

62


50

50


46

54


56

44

ns

Age à l’admission
0-5  ans
6-10 ans
≥ 11 ans


31

53

39


25

43

32


16

45

39


44

39

17

p<0.002

Elevé avec d’autres fratries
1 seule fratrie ou 2 fratries cohabitantes
3 ou 4 fratries élevées ensemble


86

37


70

30


76

24


59

41

p=0.052

A changé de Mère SOS
non
oui


116

7


94

6


100

0


83

17

p<0.001

Nombre de facteurs de risque parentaux1
0-3
4-5



99

20



83

17



90

10



71

29

p<0.01

Troubles psychiques et comportementaux2
non
légers
graves



35

37

51



28

30

42



32

29

39



22

32

46 ns

Scolarité (ordinaire ou adaptée, spécialisée)
déjà orienté avant admission en VE
orientation pendant le placement
scolarité ordinaire même avec retard



20

39

64



16

32

52



20

37

44



10

22

68

p<0.04

1 Total sans les non réponses

2 Pendant le placement et à la sortie

23Outre la prise en charge assurée par la mère SOS, d’autres formes de soutien se sont développées dans les ve au cours du temps : ce sont les moins de 35 ans qui en ont le plus bénéficié, s’agissant d’aides scolaires, de rééducations et de soins psychothérapeutiques (figure 1). En revanche, les activités parascolaires ont de tout temps été encouragées (scoutisme, sports, activités artistiques).

24La moitié des 123 jeunes ont suivi une scolarité ordinaire parfois malgré des retards importants (tableau 1), les autres ont suivi un enseignement adapté (perfectionnement, classe préprofessionnelle de niveau (cppn), section d’enseignement spécialisé (ses) ou section d’enseignement général et professionnel adapté (segpa), ou ont été placés en institutions médico-sociales : institut médico-éducatif (ime), institut médico-pédagogique (imp), institut médico-professionnel (impro). Ces derniers parcours scolaires, qui concernent surtout les plus de 35 ans, quel que soit le sexe, constituaient alors des filières moins discriminantes qu’elles ne le sont aujourd’hui.

  • 29  La hiérarchisation des troubles est décrite ibid.

25Sept jeunes sur dix, quelle que soit l’appartenance générationnelle, présentaient des problèmes psychologiques et comportementaux pendant leur placement, dont plus de la moitié des troubles graves. Ils n’étaient plus que quatre sur dix en fin d’adolescence ou au moment de la fin des prises en charge29.

  • 30  Un rapport à la dgas en 2007 présente l’ensemble de ces données (Sortir du placement en village d’ (...)

26La moitié des jeunes sont sortis du dispositif au cours de leur 18e année, et un tiers à 19 ans et plus. La durée médiane du placement est de 9 ans, les trois-quarts des adultes de moins de 35 ans ont été pris en charge au moins 9 ans (vs quatre sur dix parmi les adultes ≥35 ans). Le tableau 2 montre les relations entre l’âge de la fin de prise en charge et les troubles en fin d’adolescence et/ou au moment de la sortie30. Si un quart des jeunes présentant des troubles graves sont sortis avant l’âge de 18 ans, les prises en charge ont été prolongées après cet âge pour une proportion identique de ces jeunes.

27Tableau 2 : Age de fin de prise en charge selon les troubles psychiques et comportementaux

Troubles psychiques et comportementaux

Total

(N=123)

non

(N=35)

légers

(N=37)

graves

(N=51)

%

%

%

%

Age de fin de prise en charge

≤ 17 ans
  18 ans
≥ 19 ans



18

48

33



9

49

43



14

49

38

ns1



27

47

25

1 Toutefois, la fin de prise en charge est significativement plus précoce (≤ 17 ans) pour les jeunes présentant de graves troubles psychiques et comportementaux (p<0.02).

  • 31  Ibid.

28Une analyse précédente indiquait : « Les sorties précoces avant l’âge de 17 ans sont significativement corrélées à l’existence de troubles psychiques et comportementaux, comportements prédélinquants et violents, abus d’alcool pour les hommes, fugues pour les femmes. En ce qui concerne les sorties à 17 ans, il s’agit de départs anticipés à l’armée pour les hommes et, pour les femmes, de brefs passages en foyer suivis de retours en famille ou de mises en couple rapides. Quant aux sorties tardives à 19 ans et plus, avec de nombreux passages à l’acte, elles témoignent, pour un tiers des jeunes, de difficultés psychologiques de l’ordre de l’anxiété, de la dépression, avec une grande immaturité affective31. » Comme on le verra, la chronicité des troubles va fragiliser l’accès à l’indépendance et les processus d’autonomisation.

Figure 1 : Prises en charge au Village d’enfants et appartenance générationnelle

Figure 1 : Prises en charge au Village d’enfants et appartenance générationnelle

Figure 2 : Aides institutionnelles à la sortie et appartenance générationnelle

Figure 2 : Aides institutionnelles à la sortie et appartenance générationnelle

29C’est au cours de la décennie 1980 que sont mises en place des mesures d’accompagnement au moment de la sortie du placement et ultérieurement. Six sujets sur dix en ont bénéficié, surtout les moins de 35 ans, en particulier avec les contrats jeunes majeurs (54 % parmi eux vs 13 % pour les 35 ans et plus). Ces prolongations de soutien ont permis à beaucoup de jeunes l’achèvement de leur scolarité (un diplôme sur quatre a été obtenu grâce à ces prolongations) ou l’acquisition d’expériences professionnelles par l’intermédiaire de stages.

Entrée dans la vie adulte et accès à l’indépendance

  • 32  On peut rappeler que, pendant longtemps, ceux qui ont eu en charge les jeunes « placés » ont favor (...)
  • 33  Le niveau des diplômes s’élève ainsi avec les générations mais les emplois deviennent plus qualifi (...)

30Au sein de la population des 123 jeunes accueillis en VE, un peu plus de quatre sur dix ont quitté le cursus scolaire sans diplôme, 15 % ont un baccalauréat ou plus, 41 % un CAP ou BEP. Toutefois, une proportion plus élevée de jeunes qui n’avaient pas obtenu ces diplômes en avaient acquis le niveau (tableau 3). Le contraste générationnel est très marqué : les plus âgés sont plus nombreux à avoir des diplômes techniques32 (46 % vs 32 %), tandis que les moins de 35 ans ont plus souvent un diplôme du niveau bac ou supérieur (27 % vs 10 % pour ceux âgés de 35 ans ou plus). Ceci traduit l’évolution des politiques scolaires mais aussi celle du marché de l’emploi : avec la création des baccalauréats professionnels en 1985, des jeunes ont délaissé l’enseignement technique court pour suivre une formation technique ou professionnelle plus longue (n’ayant pas toujours débouché sur l’obtention du diplôme)33.

31Tableau 3 : De la fin de prise en charge à l’accès à l’indépendance selon l’appartenance générationnelle

Age

Total

(N=123)

≥ 35 ans

(N= 82)

< 35 ans

(N= 41)

n

%

%

%

Niveau d’études atteint
niveaux II
1, III2, IV3
niveau V
4
niveaux Vbis
5, VI6


23

76

24


19

62

19


11

70

20


34

46

20

p<0.006

Diplôme le plus élevé obtenu
baccalauréat et plus
BEP-CAP
aucun diplôme ou de niveau Vbis


19

51

53


16

41

43


10

46

44


27

32

41

p<0.04

Age à la fin de la prise en charge
≤ 17 ans
18 ans
≥ 19 ans


22

59

42


18

48

33


21

56

23


12

32

56

p<0.002

Aides institutionnelles (sortie du VE et au-delà)
non
oui

dont  contrat jeune majeur


48

75

33


39

61

27


51

49

13


15

85

p<0.001

54

p<0.001

Soutien de la mère SOS (oui)

25

21

18

29

ns

Soutien de la fratrie et/ou famille d’origine (oui)

54

45

52

32

p<0.04

Modes d’hébergement après la sortie (n=115)7
logement autonome d’emblée
logement autonome en second
fratrie, famille, amis
accueilli en structure



36

35

28

16



31

30

24

14



33

32

22

13



27

27

30

16 ns

Indépendance acquise à 24-25 ans (n=114)
indépendance acquise sans difficulté majeure
accès difficile
pas indépendant



74

27

13



65

24

11



69

26

5



58

20

22 p<0.03

32Niveaux d’études et de diplômes :
1 niveau II (2ème cycle universitaire ou équivalent),
2 niveau III (BTS, DUT, 1er cycle universitaire ou équivalent),
3 niveau IV (Baccalauréat, BP, BT ou équivalent),
4 niveau V (BEP, CAP ou équivalent),
5 niveau Vbis (BEPC, CEP, Diplôme Fin Etudes Obligatoires),
6 niveau VI (1er cycle du second degré, formation préprofessionnelle),
7 pour les hommes : après le service militaire

33Dès le deuxième logement après la sortie, l’indépendance résidentielle est acquise par 61 % des jeunes. Un jeune sur six n’a toutefois pas encore de logement autonome, surtout parmi les hommes et ceci quelle que soit la tranche d’âge au moment de l’enquête (32 % vs 3 % pour les femmes, p<0.001). C’est vers l’âge de 24-25 ans, que les deux tiers des jeunes ont acquis leur indépendance matérielle et un logement autonome, surtout ceux aujourd’hui âgés de plus de 35 ans (tableau 3). Pour un quart des jeunes, l’indépendance a également été acquise mais les parcours se sont avérés beaucoup plus problématiques. Enfin, aucune forme d’indépendance n’était observée pour 11 % de ces jeunes adultes. Précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas uniquement de sujets jeunes, toutes les générations de sortants du placement étant concernées.

  • 34  On peut mettre en relation l’aide personnelle non négligeable de la part des mères SOS avec leur e (...)

34L’analyse détaillée des types d’aides apportées après la fin de prise en charge, montre qu’environ six jeunes sur dix ont continué à être aidés (près de la moitié par l’institution et au moins un cinquième par les mères SOS elles-mêmes34, et ceci quel que soit l’âge de sortie, pour certains jusqu’à 23 ans (tableau 3, figure 2). Ceux dont l’acquisition de l’indépendance n’a pas été problématique n’ont généralement obtenu que des aides ponctuelles, aides au logement surtout, dans l’année qui a suivi la fin de prise en charge. Les aides de longue durée (logement et insertion professionnelle, service aux aînés) se sont adressées majoritairement à ceux en difficulté.

  • 35  Voir l’article de France Prioux « L’âge à la première union en France : une évolution en deux temp (...)

35Comment s’est passée cette phase de transition : fin de prise en charge, entrée dans la vie adulte et accès à l’indépendance ?
Les séquences d’entrée dans la vie adulte se conjuguent : le travail, la mise en couple, les « petits boulots », les études, celles-ci venant surtout en complément des autres. Les deux premiers sont les modes principaux, d’ailleurs associés dans 63 % des cas : (plus de huit sur dix chez les indépendants et aucun chez les non indépendants) ; la mise en union sans travail stable est le plus souvent associée aux petits boulots ou aux études. La moitié des jeunes devenus indépendants malgré d’importantes difficultés ont un travail stable, les autres des petits boulots ; un peu plus de la moitié de tous ces jeunes vivent en couple.
Ces séquences diffèrent pour les hommes et les femmes, comme dans la population générale35 : alors que les hommes entrent plus rapidement dans le monde du travail, débutant souvent par une succession de petits boulots, pour les femmes, la première expérience après la sortie est souvent l’entrée en union. Si 94 % des femmes vivent en couple avant l’âge de 25 ans (dont 56 % avant 20 ans), cette proportion n’est que de 50 % pour les hommes (dont 9 % avant 20 ans), les écarts étant significatifs dans les deux tranches d’âge (p<0,001). Toutefois, dans cette population d’anciens placés accueillis en VE, on observe autant de femmes que d’hommes qui acquièrent un emploi durable avant de vivre en couple.

Tableau 4 : Principaux modes d’accès à l’indépendance selon l’appartenance générationnelle et le genre

≥ 35 ans

<35 ans

Total

(N=114)

Hommes   Femmes

(N=56)    (N=58)

Hommes

(N= 33)

Femmes

(N=41)

Hommes

(N= 23)

Femmes

(N=17)

Comparaison H/F
ajustée sur l’âge

L’Union

%

76

%

62

%

90

  p<0.001

%

73

%

88

ns

%

48

%

94

 p<0.002



p<0.002

Le travail

74

75

72

ns

82

73

ns

65

71

 ns


-

Les petits boulots

17

18

16

ns

15

15

ns

22

18

 ns


ns

Les études

10

4

16

  p<0.04

3

7

ns

4

35

 p<0.02


p<0.02

test exact de Fisher en cas de petits effectifs

36Le tableau 4 synthétise les principaux modes d’accès à l’indépendance à 24-25 ans sans tenir compte de l’ordre de ces étapes. Si les hommes et les femmes de la génération ancienne estiment de façon semblable ces modes d’accès, l’union est beaucoup moins souvent présentée comme mode d’accès à l’indépendance par les hommes jeunes ; par contre, l’importance des études est soulignée par un tiers des femmes jeunes. Pour les jeunes devenus indépendants sans trop de difficultés, plus de neuf sur dix ont un travail et une proportion identique vit en couple, les autres ont des petits boulots et/ou vivent en couple ; appartenant majoritairement à la génération des plus de 35 ans, peu d’entre eux ont vécu des périodes de chômage avant de retrouver un emploi stable. Ceux qui ne parviennent pas à être indépendants sont les plus nombreux à vivre seuls.

37Comme on pouvait s’y attendre, l’existence de problèmes psychiques et comportementaux handicape les parcours scolaires et va retarder l’entrée dans la vie professionnelle, compromettant le processus d’accès à l’indépendance. C’est surtout la persistance (ou non) des problèmes de santé mentale entre les premières années du placement et la fin de l’adolescence qui est décisive dans cette phase critique de transition et de construction d’une vie autonome (tableau 5) et, sur ce point, on note une plus grande fréquence du maintien des troubles chez les hommes (39 % vs 19 % chez les femmes, p<0.04). Aussi n’est-il pas étonnant de constater un pourcentage plus élevé d’hommes que de femmes chez ceux dont l’accès à l’indépendance vers 25 ans a été problématique voire impossible.

Tableau 5 : Facteurs liés à l’accès à l’indépendance

Indépendance à la sortie

Total

(N=114)

Sans difficulté majeure

(N=74)

Avec difficulté

(N=27)

Non indépendant

(N=13)

Comparaison

sans difficulté / autres

n

%

%

%

Genre
hommes
femmes


58

56


53

77


31

16


16

7



p<0.01

Evolution des troubles

aucun trouble
diminution, disparition
persistance, aggravation



31

50

33



84

84

18



16

12

48



0

4

33





p<0.001

Diplôme le plus élevé obtenu
≥ baccalauréat
BEP-CAP
aucun diplôme ou de niveau Vbis




19

50

45




89

78

40




11

18

36




0

4

24




p<0.001

38Parmi les 27 jeunes adultes devenus indépendants malgré des parcours difficiles : un tiers présente des troubles psychiatriques, une proportion identique présente des problèmes de type antisocial, ces difficultés n’ayant pas empêché certains d’obtenir un diplôme ; deux d’entre eux étaient sous tutelle/curatelle pour déficience intellectuelle et un autre disposait d’une allocation pour adulte handicapé (AAH) du fait d’un handicap physique. La situation est encore moins bonne pour les 13 sujets n’ayant pas acquis leur indépendance : aucun n’était indemne de troubles psychologiques (des pathologies psychiatriques ont été repérées pour dix d’entre eux), trois jeunes disposaient de l’AAH dont un pour handicap physique ; un seul jeune, bien que déficient intellectuel, avait obtenu un cap. C’est parmi eux que l’on dénombre le plus de ruptures de contrats jeunes majeurs ; néanmoins, la frontière entre les deux groupes n’est pas toujours aussi tranchée, notamment pour ceux présentant des problèmes de santé mentale.

  • 36  Voir notamment Maryse Marpsat et Jean Marie Firdion, 2001, op.cit.

39On a estimé à 15 % au moins la proportion des jeunes adultes ayant rencontré des problèmes avec la justice et la police, et/ou des épisodes de violence, de consommation de psychotropes (alcool, cannabis) ; les comportements anti-sociaux se sont estompés avec le temps. Il n’en reste pas moins que, sans support familial, sans aides institutionnelles, les situations particulièrement pénibles rencontrées par quelques jeunes sortis à 18 ans ou avant leur majorité sont assez identiques à celles décrites dans certains travaux sur les jeunes en difficulté (errance, délinquance, violence, grossesse précoce et passage en foyer mère-enfant)36. Les quelques parcours féminins de non insertion ou d’une transition difficile vers l’indépendance sont presque toujours ceux de femmes jeunes, sans diplôme ni ancrage professionnel, et très immatures sur le plan affectif, comme le montre cet extrait d’entretien avec une femme de 25 ans :
« J’avais rencontré quelqu’un, je devais partir avec pour un week-end, mais même que j’étais majeure, fallait que je demande l’accord et ça commençait à me saouler. Du coup je suis partie comme une petite sauvage, j’ai pris mes cliques et mes claques, et c’est là que je me suis installée en ménage. […] Ça a duré deux trois mois, après ça a cessé. Et puis après ben j’ai fait un peu les foyers mais pas beaucoup parce que je me suis retrouvée enceinte de ma fille, donc le premier enfant que j’ai, qui vit pas avec moi. Je travaillais dans des petits boulots comme ça, et donc après je suis retournée avec lui et ça a duré un an ou deux, je sais plus parce qu’y a des moments où on a arrêté, où on se voyait, on se voyait plus… »

40Parmi les femmes non indépendantes à 24-25 ans ou dont la transition fut difficile, la première union a été nettement plus précoce (avant 20 ans) que pour les autres femmes (82 % vs 47 %, p<0,05). La situation est différente chez les hommes, mais également statistiquement significative : parmi ceux dont l’indépendance a été difficile ou impossible, 33 % vivent en couple vs 63 % parmi ceux dont l’accès à l’indépendance n’a pas vraiment posé de problèmes. Comme nous le verrons plus loin, la version masculine de ces parcours révèle aussi la présence de difficultés psychiques qui se traduit souvent, au sein de la jeune génération, par une forte dépendance à la mère SOS, ce que l’on peut mettre aussi en lien avec le phénomène général de décohabitation tardive du milieu familial.

La mémoire de la sortie

41Les souvenirs de la sortie et des années qui ont suivi occupent une place variable dans les récits, cette période lointaine pouvant être largement oubliée par ceux qui aujourd’hui ont une vie personnelle, familiale et professionnelle qu’ils considèrent comme relativement satisfaisante.

« Se retrouver seul comme ça, du jour au lendemain… »

42Quelles que soient les générations, l’évocation du moment où ils ont quitté l’environnement familier du ve laisse entrevoir une certaine ambivalence : à la fois, le soulagement d’être libre et en même temps un sentiment d’isolement. Ces jeunes qui ont partagé leur enfance et leur adolescence avec leurs frères et sœurs et d’autres fratries cohabitantes ont beaucoup investi ces relations fraternelles, sans doute plus que beaucoup de familles ordinaires :
« On a été malheureux et heureux ensemble. » Aussi vivent-ils comme un manque la perte soudaine de l’ambiance familiale : « Quand je suis partie, j’ai eu l’impression d’avoir perdu tous mes frères et sœurs et que j’avais plus rien. »

43La plupart ont le souvenir d’avoir été motivés par des projets et étaient impatients d’endosser des rôles d’adultes (travailler, fonder une famille…). Ce désir est nuancé par certain(e)s qui ont éprouvé le besoin de s’accorder un temps de liberté, une fois sortis des contraintes de la vie collective du ve et des règles éducatives, avant de s’installer dans un travail et un couple durable. D’autres ont éprouvé le besoin de retrouver une partie de leur histoire et leurs racines, et de « passer voir » des membres de leur famille d’origine. Ces tentatives les ont souvent conduits à des déceptions et incités à réajuster leur projet dans le sens d’une installation géographiquement proche de la mère SOS ou des frères et sœurs avec lesquels ils avaient vécu au VE.

44La majorité des adultes interviewés estiment avoir été rapidement autonomes, environ dans les deux années suivant la sortie. Pour les anciennes générations, ce sentiment d’autonomie se conjugue avec leur accès à l’indépendance matérielle alors que, pour les plus jeunes, il correspond souvent à leur capacité à se distancier affectivement du cadre de vie familiale du VE :
« Je me suis senti autonome quand je me suis éloigné du  village et de mes frères et sœurs » (un homme de 29 ans).

45En revanche, quelques uns, surtout des hommes, expriment le fait qu’ils n’ont jamais éprouvé ce sentiment ; ce sont également eux qui disent n’avoir eu aucun projet à la sortie, n’avoir reçu aucune aide et dont les parcours sont présentés comme ayant été chaotiques, où l’accès à l’indépendance a été tardif ou qui, pour certains en très grande difficulté psychique, reste encore partiel.

« Le point de repère, ça a été ma mère »

46Pour la grande majorité, les souvenirs des aides reçues, souvent bien au-delà de la sortie, restent très prégnants ; ils évoquent en tout premier lieu les soutiens (affectifs, matériels…) de leur mère SOS. Celles et ceux devenus parents expriment combien ils ont pu compter sur elle au moment de la naissance de leurs enfants, même quand ils avaient rompu toute relation à la sortie :
« La première fois que j’étais enceinte, je suis allée la voir et je lui ai dit : "Maman, tu vas être grand-mère, et si mon mari ne veut pas assister à l’accouchement, ce sera toi qui seras là." »

47Les aides émanant de leur fratrie, le plus souvent de leur sœur aînée, sont également décrites comme très présentes, surtout pour pallier les accidents de parcours. Le poids de cette solidarité des filles aînées est du reste manifeste dans le discours de ces dernières :
« On m’a reproché de vouloir jouer le rôle de la grande sœur mais le problème c’est qu’ils ne se rendaient pas compte qu’ils me demandaient tous à moi, je les ai hébergés les uns après les autres et quand y a eu des passages difficiles pour chacun. »

48Par ailleurs, l’intervention d’une personne ressource est évoquée comme ayant été déterminante dans la suite du parcours, le réorientant parfois ; il peut s’agir par exemple de celle d’un ami, d’un patron ou bien encore du directeur ou d’un éducateur du VE. Les différentes formes d’aides institutionnelles, surtout le chantier-école et les appartements relais, sont présentées comme ayant largement facilité la transition vers la vie autonome, constituant une première étape dans la responsabilisation tout en restant dans le cadre supervisé d’un accompagnement socioéducatif : « C’était la transition entre la mère SOS et après. »

Parcours typiques

49Au-delà de la singularité des récits, se dessinent trois types de parcours révélant des processus différenciés d’autonomisation, allant d’un cheminement chaotique à un accès facile et rapide. L’appartenance générationnelle marque les deux premiers : quitter le VE au milieu des années 1970 renvoie à des réalités socioéconomiques et institutionnelles qui, vingt ans plus tard, se sont considérablement transformées.

« Galères37 » à l’ancienne : rébellion et débrouille

  • 37  Cette notion est largement utilisée aujourd’hui dans le langage courant pour signifier, mésaventur (...)
  • 38  Notons aussi que plusieurs hommes de ces générations ont mentionné la période de leur service mili (...)

50Ces parcours, représentatifs des plus âgé(e)s, sont souvent décrits comme ayant été vécus sur le mode de la rupture avec l’institution et/ou la mère SOS. Ils sont typiques des générations qui, malgré des séquences de galères, ont pu bénéficier d’un marché du travail favorable où, même sans diplôme ni qualification, il était possible de trouver des petits emplois avant d’avoir une activité stable38. C’est le cas de cet homme de plus de 45 ans :
« J’ai été placé dans un foyer suite à ma rébellion contre la nourrice, là il était temps, j’aurais fait une connerie […]. Je m’étais fixé un but : en partant, fallait absolument que je trouve du boulot, gagner de l’argent et trouver une femme. Ca n’a pas été tout simple, mais j’ai tenu bon […]. J’ai dormi plusieurs mois dans une voiture et en travaillant, je me suis intégré un peu à la vie de la commune. »

51Le discours de cette femme de 42 ans, orientée vers un placement en foyer à 17 ans, traduit bien l’ambivalence de ces jeunes rejetant le carcan éducatif mais éprouvant un désarroi total face à la perte de l’environnement protecteur du VE. Pour elle, comme pour d’autres femmes, l’installation dans un couple viendra mettre un terme à la période de galère :
« Ma sortie du  village, ça a été une expulsion parce que je devenais violente physique, alors que je n’ai jamais été violente physique, jamais comme ça […]. Donc je suis arrivée au foyer, au début j’étais un peu paumée parce que j’ai perdu maman [sa mère SOS], elle a vraiment coupé les contacts, rien ! Elle avait une très grosse colère après moi… Là-bas, y avait des cas pas possibles, se retrouver dans une chambre à quinze, une douche pour dix […]. Comme l’État était incapable de s’occuper de moi, il fallait bien que quelqu’un s’occupe de moi donc j’ai décidé de m’occuper de moi toute seule, comme une grande sinon, je vais finir dans un mur à 200 à l’heure quoi. Après je suis allée chez mon frère et j’ai tapé aux portes jusqu’à ce que je trouve un boulot. Donc on m’a embauchée d’abord comme femme de ménage, plongeuse, et je vivais comme ça, en travaillant au noir. J’ai eu une année de galère. Ça, ça a duré jusqu’à ce que je rencontre mon mari pratiquement. »

Des cheminements hésitants pour les jeunes générations

52À l’instar des jeunes d’aujourd’hui, ceux sortis le plus récemment connaissent des parcours hésitants, faits de situations transitoires, d’allers-retours entre dépendance à la mère SOS et autonomie partielle, avec une grande mobilité résidentielle. Le récit qu’ils font de leurs difficultés après la sortie met en avant leurs fragilités personnelles, dans un discours psychologisant. Les ruptures et les rébellions contre la mère SOS ne sont pas dominantes, au contraire : la séparation s’opère ici sur un mode progressif où l’attachement perdure : « J’ai le traumatisme de cette séparation [avec la mère SOS], j’ai toujours peur qu’elle meure, elle m’a jamais lâché », dit cet homme de 25 ans. Cet attachement peut être corrélé à des états dépressifs, comme c’est le cas pour cet autre homme d’une trentaine d’années, qui a néanmoins eu la capacité de demander une aide sur le plan psychologique :
« J’avais 19 ans, j’étais un peu inconscient, je voulais surtout m’amuser. Les projets, c’est venu après. C’est sûr, je ne voulais pas travailler ! Après il a bien fallu que je m’y mette […] De toute façon, y avait toujours ma mère et mon frère et y a eu un peu le village en me proposant du boulot. J’étais dans une mauvaise période, ils ont été bien gentils de pas me virer. Je me suis senti vraiment autonome vers l’âge de 27 ans. J’ai eu une période où j’étais pas bien, je me cherchais, je me prenais pour un malheureux, j’avais pas de chance, je me faisais exploiter par mes collègues, donc je me suis décidé à aller voir une dame qui est neuropsychiatre. »

Un processus progressif d’insertion

53Le dernier type de parcours, le plus fréquent, rassemble ceux et celles qui estiment avoir accédé relativement facilement au statut d’adulte, et pour qui cette transition s’est opérée progressivement ou par à-coups mais sans expérience durable ou répétée de galère. Ils diffèrent moins selon l’appartenance générationnelle que selon l’appartenance de genre, avec la mise en couple comme première étape de l’autonomie pour les femmes. Toutefois, comme en témoigne ce discours de l’une d’elle, sortie dans les années 1980, les parcours féminins qui ne s’orientent pas d’emblée vers une vie de couple puis de famille mais qui, au contraire, donnent le primat à l’activité professionnelle, sont relativement nombreux :
« J’ai eu mon cap en juin, je fais un petit travail en juillet, et je passe mes vacances à chercher du boulot partout ! Et puis en septembre, le directeur me contacte en disant ce serait bien que je me présente à tel endroit, ils cherchent un commis de cuisine. Le lundi je me présente et j’attaque le lendemain. Mon projet c’était de travailler pour avoir des sous, pour avoir mon appartement… toujours avec ce truc de respirer quoi ! Au bout de 15 jours dans l’appartement je suis revenue quand même faire un petit séjour chez elle [sa mère SOS] parce que ça faisait quand même bizarre, ça faisait vraiment un vide d’un coup, j’étais vite revenue avant de sombrer dans la déprime. […] Puis il a fallu chercher un autre appartement parce que j’étais enceinte. Pendant deux ans, y a eu des hauts, y a eu des bas. J’ai failli perdre mon travail, j’ai failli me retrouver à la rue… j’ai testé pas mal de choses quoi ! Comme on dit, pour avancer dans la vie j’ai dû faire des erreurs, enfin on fait des erreurs puis ça nous permet de mieux avancer. »

54Cette expression de cocon renvoie à deux significations différentes, voire paradoxales. À un certain du moment du récit, elle apparaît dans sa dimension positive de protection et à d’autres, comme dans les souvenirs du premier logement, elle contient une dimension critique qui est celle d’une surprotection qui, au final, fragilise et ne donne pas suffisamment de compétences et d’assurance pour gérer le quotidien et les relations avec le monde extérieur en général. Dans un autre registre, l’expression cocon revient souvent pour signifier la nature des relations entre la mère SOS et les derniers des fratries. C’est ce que traduisent les propos de cette sœur aînée qui évoque la grande proximité de la mère SOS à l’égard de ses plus jeunes frères et sœurs, ne les aidant pas à devenir plus autonomes. Quant à elle, le rôle d’aînée qu’elle a dû endosser ainsi qu’un séjour dans un foyer de jeunes travailleurs l’ont rapidement mise face aux responsabilités de la vie.
« Moi mon but c’était mettre des sous de côté, et trouver mon appartement, et un boulot ! Mon projet a été réalisé de A à Z. J’étais très contente, après j’ai pris un studio et c’est de là que j’ai rencontré mon copain et c’est de là qu’on a eu nos projets à nous […]. Mais mon frère, il est trop encore dans un cocon. Faut dire quand même qu’ici, on a l’habitude d’avoir de l’aide, mais quand on sort à l’extérieur, on n’a d’un coup plus personne. Il a 19 ans, et il arrive pas. Pour faire ses papiers Sécu, j’ai été obligée de l’aider ! Pour trouver des boulots, la dernière fois, il me demande de lui faire un cv, je lui ai dit : "Ben demande au village !" Il est pas motivé, c’est qu’il a pas envie de le faire ! Il a eu des boulots avec le village, mais dès qu’il a un problème, c’est le village, il veut quelque chose, c’est le village. En fait, il ne s’est pas entièrement détaché ! Il est un peu assisté ! »

Discussion et perspectives

55Un des principaux objectifs de l’aide sociale à l’enfance et des institutions qui en dépendent est axé sur un travail de protection et de réparation circonscrit au temps de l’accueil, aux dépens d’une visée plus large orientée vers le futur. Or, la fin de ces prises en charge inaugure une nouvelle séquence de vie, faite d’un avenir incertain et d’un quotidien peu familier auquel le jeune doit être préparé mais qui demande aussi un accompagnement prolongé durant toute la transition vers l’accès à un statut d’adulte.

56C’est cette phase de transition que cet article a présenté, à travers les obstacles rencontrés par ces jeunes et les soutiens dont ils ont bénéficié au sein de l’association SOS Villages d’enfants. Le fait de disposer d’un recul suffisant en terme de durée écoulée depuis la sortie d’un VE jusqu’à l’enquête a permis une exploration approfondie et multidimensionnelle du processus de l’entrée dans l’âge adulte et de l’accès à l’autonomie, en même temps qu’une mise en relief des effets différenciés de l’appartenance générationnelle des anciens placés. Ces effets de génération témoignent des évolutions intervenues dans le marché de l’emploi et dans les calendriers privés (retard de l’entrée dans la conjugalité et la parentalité). Se conjuguent à eux les transformations du fonctionnement institutionnel de l’association en termes de prise en charge et de professionnalisation des accueillants.

57Contrairement à la crainte communément partagée par de nombreux professionnels sur le devenir des anciens placés, la très grande majorité des jeunes ont acquis leur indépendance, matérielle et résidentielle à 24-25 ans. On voit ici l’effet bénéfique de la continuité et de la durée du placement en VE, ainsi que du prolongement des prises en charge inscrit dans un projet individuel. Nombre d’entre eux ont ainsi pu achever leurs études et se construire une identité personnelle et sociale solide. Alors que les plus âgés ont connu une insertion professionnelle plus aisée en raison d’un marché de l’emploi favorable lors de leur sortie, les jeunes générations ont subi les effets de dévalorisation des diplômes de petit niveau et ont été confrontées au chômage (cerc, 2008). Pour elles, ces obstacles ont sans doute été limités par l’importance et la diversité des accompagnements institutionnels apportés bien au-delà de l’âge de la majorité (aides aux jeunes majeurs, aides au logement…). Une autre caractéristique institutionnelle se lit dans l’importance accordée à l’école et à la formation, engageant les jeunes, notamment les jeunes filles, à devenir indépendants, sans la médiation systématique d’un conjoint.

58Si l’on se centre sur la manière dont a été vécue la période de transition vers l’âge adulte, la plupart des récits évoquent des parcours parfois chaotiques mais dont les étapes conduisant à un mode de vie autonome ont été franchies quelques années après la sortie, progressivement ou par à-coups. Contrastant avec ces trajectoires, deux autres profils se dessinent nettement : des parcours semés de « galères » pour les plus anciens, des cheminements incertains et hésitants chez les plus jeunes. Les discours de ces derniers mettent davantage en avant leur mal-être psychologique, leur difficulté à se situer dans leur environnement relationnel et social, à la différence de leurs aînés pour qui les contraintes d’ordre matériel fondent la mémoire qu’ils ont de cette période. Au-delà des limites liées à la reconstruction du récit, on peut voir dans ces différences le reflet de l’individualisme croissant qui traverse la société dans son ensemble et accorde une importance toujours plus grande à la subjectivité et à l’identité personnelle.

59Les discours de frères et sœurs ont également mis en exergue la nature du lien souvent fusionnel des petits derniers avec la mère SOS et leurs difficultés à s’en détacher et à prendre leur autonomie. Ceci est particulièrement net pour ceux qui, à l’époque, n’ont pas eu d’autres référents que leur mère SOS, à la différence des générations suivantes pour qui les éducateurs, et plus exceptionnellement le conjoint de la mère SOS, ont fait partie de leur vie au village et ont participé à leur développement personnel.

60Plus généralement, c’est au moment difficile de l’achèvement de l’adolescence que les jeunes placés vont quitter le village d’enfants, environnement qui leur est devenu familier et, pour la grande majorité, le seul milieu familial stable qu’ils aient connu. Pour tous, la séparation est plus difficile que pour leurs pairs, du fait des traumatismes subis dans l’enfance et de leur plus ou moins grande fragilité psychique. Dans ce type de placement, la solidarité familiale a joué un rôle important, venant à la fois des divers membres de la fratrie et de la mère SOS. Néanmoins, avec la professionnalisation, on peut s’interroger sur le devenir des relations de ces femmes devenues des éducatrices familiales avec les jeunes qu’elles auront accueillis. Pourront-elles prodiguer autant de soutiens aux jeunes adultes après leur départ du placement ?

  • 39  Carrie Reid, Peter Dudding, Building a future together: Issues and outcomes for transition-aged yo (...)
  • 40  À ce sujet, plusieurs départements français ont mis en place ces dernières années un partenariat e (...)

61Dans le contexte actuel des politiques de protection de l’enfance qui tendent à un raccourcissement de la durée des placements, à des retours plus fréquents dans les familles d’origine, la nécessité s’impose de développer les réflexions autour d’actions de soutien innovantes au moment de la fin des prises en charge et au-delà. De tels dispositifs d’interventions plus individualisantes auprès d’adolescents sont déjà formalisés et mis en pratique outre-Manche. Ils visent à favoriser l’estime de soi, l’ouverture aux autres, la communication et les compétences à la sociabilité afin de prévenir le sentiment d’isolement39. Ces interventions passent souvent par un travail semi-collectif (groupes de paroles) qui, par un plus grand contrôle de l’expression des émotions, permettent d’éviter les passages à l’acte violents. Pour être réellement efficients, de telles actions doivent être élaborées en coordination avec celles d’autres partenaires sociaux visant à l’insertion des jeunes40. Et ce d’autant plus que l’accès à une indépendance matérielle et résidentielle pour les jeunes est de plus en plus incertain, tout particulièrement pour ceux sortant d’un placement sans aucun diplôme et présentant des problèmes psychiques.

  • 41  Cette loi mentionne la nécessité, pour les établissements sociaux et médico-sociaux, d’évaluer leu (...)

62Avec une attention toujours accrue portée à la qualité des prises en charge et à l’évaluation (loi 2002-241), les institutions vont être amenées à dépasser la seule temporalité du placement pour anticiper très rapidement les conditions de sortie et le parcours ultérieur des jeunes.

Remerciements

63Financée par SOS Villages d’enfants, la recherche « Devenir à l’âge adulte des jeunes placés avec leur fratrie au  village d’enfants de Marseille », a également reçu une subvention de la part de la Fondation de France. L’analyse de la sortie du placement a été réalisée dans le cadre d’une convention d’étude avec la DGAS du ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, et du ministère de la santé et des solidarités.

Haut de page

Bibliographie

Bauer (Denise), Dubechot (Patrick), Legros (Michel), Le temps de l’établissement : des difficultés de l’adolescence aux insertions du jeune adulte, Paris, CREDOC, 1993.

Biehal (Nina) et al., Moving on: Young people and leaving schemes, London, Her Majesty’s Stationery Office, 1995.

Blöss (Thierry), Frickey (Alain), Novi (Michel), « Modes d’entrée dans la vie adulte et trajectoires sociales des femmes mariées », Population, n° 3, 1994, p. 657-684.

Carpenter (Sara) et al., « The association of foster care or kindship care with adolescent sexual behavior and first pregnancy », Pediatrics, n° 108(3), 2001, p. e46.

Cavalli (Alessandro), Galland (Olivier), L’allongement de la jeunesse, Paris, Actes Sud, 1993.

Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale (cerc), Un devoir national, l’insertion des jeunes sans diplôme, rapport n° 9, Paris, la Documentation française, 2008.

Coppel (Marthe), Dumaret (Annick-Camille), Que sont-ils devenus ? Les enfants accueillis à l'Oeuvre Grancher. Analyse d'un placement familial spécialisé, Ramonville-Saint-Agne, Érès, 1995, 192 p.

Corbillon (Michel), Duléry (Alain), Mackiewicz (Marie-Pierre), Quel devenir à l’issue d’un placement dans une maison d’enfants ? Orléans,geris, 1997.

Courtney (Mark), Dworsky (Amy), « Early outcomes for young adults transitioning from out-of-home care in the USA », Child and Family Social Work, n° 11, 2006, p. 209-219.

Crost (Monique), Donati (Pascale), Dumaret (Annick-Camille), « Sortie d’un placement à long terme et modes d’accès à l’indépendance », Revue internationale d’éducation familiale, (sous presse 2009).

Dumaret (Annick-Camille), Coppel-Batsch (Marthe), « Évolution à l’âge adulte d'enfants placés en familles d'accueil », La Psychiatrie de l'enfant, n° 39(2), 1996, p. 613-671.

Dumaret (Annick-Camille), Donati (Pascale), Crost (Monique), Sortir du placement en village d’enfants et insertion ultérieure : quelles relations ?, rapport à la dgas, cermes, Inserm-U750, Villejuif, avril 2007, 77 p.

Dumaret (Annick-Camille), Crost (Monique), « Placements à long terme en villages d’enfants depuis plus de 30 ans : troubles psychiques et prises en charge », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, n° 56, 2008, p. 512-519.

Dumont (Annick), 25 ans de politiques d’insertion des jeunes: quel bilan? avis et rapport du Conseil économique, social et environnemental (cese), octobre 2008, 114 p.

Festinger (Trudy), No one ever asked us. A postcript to foster care, New-York, CUP, 1983.

Fournier (Dominique), Guitton (Christophe), « Des emplois plus qualifiés, des générations plus diplômées : vers une modification des normes de qualification », Bref Revue du CEREQ, n° 252, mai 2008.

Frechon (Isabelle), « Stratégies féminines d’entrée dans la vie adulte après un placement à l’adolescence », in Callu (Élisabeth), Jurmand (Jean-Pierre), Vulbeau (Alain) [éd.], La place des jeunes dans la cité, tome 2, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 215-232.

Frechon (Isabelle), Dumaret (Annick-Camille), « Bilan critique de 50 ans d’études sur le devenir des enfants placés », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, n° 56, 2008, p. 135-147. Erratum, complément, n° 56, 2008, p. 543-546.

Gheorghiu (Mihai Dina) et al., « Pauvretés à l’aide sociale à l’enfance. Le devenir des enfants accueillis à l’aide sociale à l’enfance en Seine-Saint-Denis entre 1980 et 2000 », in Le devenir des enfants des familles défavorisées en France, actes du colloque, Paris, cerc, 2004, p. 489-508.

Goyette (Martin), « Préparation à la vie autonome et insertion socioprofessionnelle des jeunes pris en charge par l’État : quelles interventions ? », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n° 2, automne 2006, mis en ligne le 24 octobre 2006, url : http://sejed.revues.org/index159.html

Luca (Virginie de), Guéroult (Florent), « Un demi-siècle d’accueil de fratries en villages d’enfants. Contribution à une sociodémographie d’une population d’enfants placés », http://www.oned.gouv.fr/docs/rapports-rech/rapport_delucca_SOS06.pdf

Marpsat (Maryse), Firdion (Jean Marie), « Les ressources des jeunes sans domicile et en situation précaire », Recherches et prévisions, n° 65, 2001, p. 91-112.

Prioux (France), « L’âge à la première union en France : une évolution en deux temps », Population, n° 58, 2003, p. 623-644.

Reid (Carrie), Dudding (Peter), Building a future together: Issues and outcomes for transition-aged youth, 2006, 69 p., publié sur le site canadien : http://www.cecw-cepb.ca.

Sawras (Jean), Le passé, le séjour, le devenir des garçons « cas sociaux » ayant été placés dans un foyer de semi-liberté (étude portant sur 108 adolescents), thèse de doctorat de 3ème cycle, université de Paris VIII, 1981, 261 p.

Singly (François de), « Les jeunesses du monde moderne », in Stellinger (Anna), Wintrebert (Raphaël), Les jeunesses face à leur avenir. Une enquête internationale, Paris, Fondation pour l’innovation politique, 2008, p. 4-14.

Stein (Mike), Munro (Emily) [dir.], Young people’s transitions from care to adulthood: international research and practice,London, Jessica Kingsley Publishers, 2008.

Trémintin (Jacques), « Le problème de l’accompagnement dans l’entrée de la société adulte », Journal du droit des jeunes, n° 212, 2002, p. 26-29.

Van de Velde (Cécile), Devenir adulte. Sociologie compare de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, 2008.

Villeneuve-Gokalp (Catherine), « Le départ de chez les parents : définitions d’un processus complexe », Économie et statistique, n° 304-305, 4/5, 1997, p. 149-162.

Wade (Jim), Dixon (Jo), « Making a home, finding a job: investigating early housing and employment outcomes for young people leaving care », Child and Family Social Work, n°11, 2006, p. 199-208.

Haut de page

Notes

1  Catherine Villeneuve-Gokalp, « Le départ de chez les parents : définitions d’un processus complexe », Économie et statistique, n° 304-305, 4/5, 1997, p. 149-162.

2  Parmi les travaux de cet auteur, on peut se référer à l’ouvrage qu’il a dirigé avec Alessandro Cavalli : L’allongement de la jeunesse, Paris, Actes Sud, 1993.

3  Thierry Blöss, Alain Frickey, Michel Novi, « Modes d’entrée dans la vie adulte et trajectoires sociales des femmes mariées », Population, n° 3, 1994, p. 657-684.

4  Dans ses comparaisons avec d’autres pays européens, Cécile Van de Velde, note que la France privilégie la solidarité familiale plutôt que la solidarité collective pour le soutien aux jeunes de moins de 25 ans (Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe. Paris, PUF, 2008). Elle montre également que l’entrée dans l’âge adulte est structurée par les interventions de l’État, de l’éducation et de la famille.

5  Depuis près de trois décennies, les politiques publiques ont tenté d’améliorer la situation des jeunes, en particulier des jeunes sans diplôme : création des missions locales, de programmes de mise à niveau et de lutte contre l’exclusion (trace…), Fonds d’aide aux jeunes, etc. Néanmoins, avec la précarisation des conditions de l’emploi, l’appauvrissement des 16-25 ans s’est accru (Jacques Trémintin, « Le problème de l’accompagnement dans l’entrée de la société adulte », Journal du droit des jeunes, n° 212,2002, p. 26-29).

6  L’augmentation de la proportion des jeunes majeurs pris en charge à l’ase peut être mise en lien avec la baisse des prises en charge de ces publics par la PJJ. Par ailleurs, aujourd’hui, on constate que dans de nombreux départements, il est de plus en plus difficile pour un jeune non issu de la protection de l’enfance de bénéficier d’aides aux jeunes majeurs.

7  Isabelle Frechon, Annick-Camille Dumaret, « Bilan critique de 50 ans d’études sur le devenir des enfants placés », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, n° 56, 2008, p. 135-147. Erratum, complément, n° 56, 2008, p. 543-546.

8  Mike Stein, et Emily Munro Eds., Young people’s transitions from care to adulthood: international research and practice, 2008, London, Jessica Kingsley Publishers. De plus, cet ouvrage compare les différents cadres des politiques de Protection de l’Enfance dans 16 pays anglo-saxons et européens, ainsi qu’en Israël et en Jordanie.

9  Le lecteur peut se référer tout particulièrement au numéro 11 de Children and Youth Services Review, paru en 2006 et consacré à la sortie des placements.

10  Mark Courtney, Amy Dworsky, « Early outcomes for young adults transitioning from out-of-home care in the USA », Child and Family Social Work, n° 11, 2006, p. 209-219.

11  Jim Wade, Jo Dixon, « Making a home, finding a job: investigating early housing and employment outcomes for young people leaving care », Child and Family Social Work, n°11, 2006, p. 199-208.

12  Michel Corbillon, Alain Duléry, Marie-Pierre Mackiewicz, Quel devenir à l’issue d’un placement dans une maison d’enfants ? Orléans, GERIS, 1997 ; Isabelle Frechon, « Stratégies féminines d’entrée dans la vie adulte après un placement à l’adolescence », in Élisabeth Callu, Jean-Pierre Jurmand, Alain Vulbeau [éd.], La place des jeunes dans la cité, tome 2, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 215-232.

13  Sara Carpenter et al., « The association of foster care or kindship care with adolescent sexual behavior and first pregnancy », Pediatrics, n°108(3), 2001, p. e46.

14  Marthe Coppel, Annick-Camille Dumaret, Que sont-ils devenus ? Les enfants accueillis à l'Oeuvre Grancher. Analyse d'un placement familial spécialisé, Ramonville-Saint-Agne, Érès, 1995, p. 132-133.

15  Michel Corbillon et al., op. cit.

16  Maryse Marpsat, Jean Marie Firdion, « Les ressources des jeunes sans domicile et en situation précaire », Recherches et prévisions, n° 65, 2001, p. 91-112.

17  Isabelle Frechon, « Stratégies féminines… », op. cit.

18  Mihai D. Gheorghiu et al., « Pauvretés à l’aide sociale à l’enfance. Le devenir des enfants accueillis à l’aide sociale à l’enfance en Seine-Saint-Denis entre 1980 et 2000 », in Le devenir des enfants des familles défavorisées en France, actes du colloque, Paris, CERC, 2004, p. 489-508.

19  Trudy Festinger, No one ever asked us. A postcript to foster care, New-York, CUP, 1983.

20  Jean Sawras, Le passé, le séjour, le devenir des garçons « cas sociaux » ayant été placés dans un foyer de semi-liberté (étude portant sur 108 adolescents), thèse de doctorat de 3ème cycle, université de Paris VIII, 1981, 261 p. ; Denise Bauer, Patrick Dubechot, Michel Legros, Le temps de l’établissement : des difficultés de l’adolescence aux insertions du jeune adulte, Paris, CREDOC, 1993 ; Annick-Camille Dumaret, Marthe Coppel-Batsch, « Évolution à l’âge adulte d'enfants placés en familles d'accueil », La Psychiatrie de l'enfant, n° 39(2), 1996, p. 613-671 ; Isabelle Frechon, « Stratégies… », op. cit.

21  Pour l’évolution des accueils dans les 12 villages d’enfants, on peut se référer à l’étude de Virginie de Luca et Florent Guéroult. Selon les auteurs, au cours des cinq dernières décennies (1956-2004), bien que l’âge d’admission soit plus précoce, la durée de placement tend à se réduire : « Les jeunes entrés jusqu’en 1975 sont restés en moyenne 9 ans en placement vs 6 ans pour ceux placés en 1986-95 et 3 ans en 1996-2004. » Par ailleurs, ils indiquent que les conditions de sortie ont également évolué : jusqu’en 1985, le principal motif de sortie est l’accès à la majorité des enfants : de 1986 à 1995, trois enfants sur dix retournent dans leur famille d’origine, et une proportion identique par accès à la majorité. Entre 1996 et 2004, moins d’un jeune sur cinq sort à la majorité, 26 % des jeunes retournent en famille et 30 % des mineurs sont réorientés (foyers, autre MECS, placement familial…). » Cf. Virginie de Luca, Florent Guéroult, Un demi-siècle d’accueil de fratries en villages d’enfants. Contribution à une sociodémographie d’une population d’enfants placés, http://www.oned.gouv.fr/docs/rapports-rech/rapport_delucca_sos06.pdf, p. 56 sq.

22  Cf. Code du travail, chapitre IV.

23  C’est cette même méthode que nous avions utilisée dans l’étude sur le devenir adulte des jeunes élevés dans les familles d’accueil de la Fondation Grancher (cf. Annick-Camille Dumaret et al., « Évolution à l’âge adulte...), op. cit.

24  Information recueillie auprès de l’institution.

25  La très forte proportion des participants aux deux étapes de l’étude traduit l’intérêt éprouvé par ces anciens placés à évoquer leur passé, et leur souci de transmettre leur expérience, ces rencontres étant attendues par certains depuis de nombreuses années. Elle est également à mettre en lien avec le maintien d’échanges personnels entre ces adultes et Roselyne Stella, secrétaire au ve pendant plus de trente ans et qui s’est fortement investie dans le projet de recherche et leur localisation géographique.

26  Si, comme le développe François de Singly, ces deux notions renvoient à des logiques distinctes, elles sont néanmoins interdépendantes : le fait, pour les jeunes, de dépendre matériellement d’autrui (famille et/ou institutions), réduit l’expression de leur autonomie et de leur libre arbitre dans des territoires très limités. Aussi, selon cet auteur : « Entrer dans de bonnes conditions sur le marché du travail est indispensable pour que l’autonomie soit associée à une véritable indépendance » (Préface : « Les jeunesses du monde moderne », in Anna Stellinger, Raphaël Wintrebert (dir.), Les jeunesses face à leur avenir. Une enquête internationale, Paris, Fondation pour l’innovation politique, 2008, p. 6).

27  Soit : t de Student, Chi2, test de Fisher pour les petits échantillons, à l’aide du logiciel SAS (version 9.1).

28  Les facteurs de risque familiaux et individuels et les maltraitances ont été décrits par ailleurs, ainsi que leur impact sur la gravité des troubles psychiques et comportementaux (Annick-Camille et Monique Crost, « Placements à long terme en villages d’enfants depuis plus de 30 ans : troubles psychiques et prises en charge », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, n° 56, 2008, p. 512-519.

29  La hiérarchisation des troubles est décrite ibid.

30  Un rapport à la dgas en 2007 présente l’ensemble de ces données (Sortir du placement en village d’enfants et insertion ultérieure : quelles relations ?), partiellement reprises dans l’article de Monique Crost, Pascale Donati, Annick-Camille Dumaret, « Sortie d’un placement à long terme et modes d’accès à l’indépendance », Revue internationale d’éducation familiale, (sous presse 2009).

31  Ibid.

32  On peut rappeler que, pendant longtemps, ceux qui ont eu en charge les jeunes « placés » ont favorisé la formation professionnelle en vue d’une insertion rapide dans la vie active.

33  Le niveau des diplômes s’élève ainsi avec les générations mais les emplois deviennent plus qualifiés, comme le soulignent Dominique Fournier et Christophe Guitton dans leur article « Des emplois plus qualifiés, des générations plus diplômées : vers une modification des normes de qualification », Bref Revue du cereq, n° 252, mai 2008, p. 1 : « L’élévation du niveau de diplôme s’étant poursuivie à un rythme plus rapide que la montée en qualification, les mêmes catégories d’emploi sont pourvues à des niveaux plus élevés. »

34  On peut mettre en relation l’aide personnelle non négligeable de la part des mères SOS avec leur engagement dans ce travail éducatif de longue durée et leur attachement envers les jeunes qu’elles ont élevés.

35  Voir l’article de France Prioux « L’âge à la première union en France : une évolution en deux temps », Population, n° 58, 2003, p. 623-644, qui montre que le calendrier féminin de formation d’une première union demeure plus précoce et plus concentré que celui des hommes.

36  Voir notamment Maryse Marpsat et Jean Marie Firdion, 2001, op.cit.

37  Cette notion est largement utilisée aujourd’hui dans le langage courant pour signifier, mésaventures, difficultés, malchance, événements pénibles…

38  Notons aussi que plusieurs hommes de ces générations ont mentionné la période de leur service militaire comme un élément de stabilisation personnelle.

39  Carrie Reid, Peter Dudding, Building a future together: Issues and outcomes for transition-aged youth, 2006, 69 p., publié sur le site canadien : http://www.cecw-cepb.ca ; Martin Goyette, « Préparation à la vie autonome et insertion socioprofessionnelle des jeunes pris en charge par l’État : quelles interventions ? », Sociétés et jeunesses en difficulté[En ligne], n°2, automne 2006, mis en ligne le 24 octobre 2006, url : http://sejed.revues.org/index159.html

40  À ce sujet, plusieurs départements français ont mis en place ces dernières années un partenariat entre la protection de l’enfance et des dispositifs de droit commun d’aide à l’insertion des jeunes de 16 à 25 ans les plus en difficultés (missions locales, fonds d’aide aux jeunes…).

41  Cette loi mentionne la nécessité, pour les établissements sociaux et médico-sociaux, d’évaluer leurs activités et la qualité des prestations délivrées tous les cinq ans en interne et tous les sept ans par un organisme extérieur (article 22).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Prises en charge au Village d’enfants et appartenance générationnelle
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/6432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Aides institutionnelles à la sortie et appartenance générationnelle
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/6432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick-Camille Dumaret, Pascale Donati et Monique Crost, « Entrée dans la vie adulte d’anciens placés en  village d’enfants : Fin des prises en charge et parcours d’accès à l’autonomie », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°8 | Automne 2009, mis en ligne le 08 janvier 2010, consulté le 22 avril 2017. URL : http://sejed.revues.org/6432

Haut de page

Auteurs

Annick-Camille Dumaret

Psychologue, ingénieur de recherche à l’Inserm U750, Annick-Camille Dumaret travaille au Cermes à Villejuif. Elle s’intéresse à la question de la réversibilité des effets des négligences graves ou de handicaps après changements environnementaux sur le développement et l’adaptation à des âges ultérieurs. Depuis plusieurs années, elle a développé une méthodologie évaluative des interventions médicosociales et psychoéducatives, tenant compte des discours croisés des professionnels et des familles, parents et enfants. Elle vient de terminer une recherche sur le devenir adulte et la santé d’anciens placés avec leur fratrie en villages d’enfants.
Elle est coauteur d’ouvrages et articles sur familles et sida, trisomie 21 et abandon, sur l’adoption et les placements d’enfants. Ses publications récentes portent sur l’impact des soins et des accompagnements auprès de familles à vulnérabilités multiples, ainsi que sur les effets de l’alcool sur le développement intellectuel au sein de deux générations. Depuis plusieurs années, elle est membre de l’International Research Network on Transitions to Adulthood from Care - intrac - séminaire d’études dans le champ de la protection de l’enfance.

Articles du même auteur

Pascale Donati

Sociologue, chargée d’études pendant de nombreuses années à lInserm et à l’université, Pascale Donati travaille aujourd’hui dans un chrs et une maison d’accueil pour personnes âgées marginalisées. Ses intérêts de recherche concernent les vulnérabilités familiales et les situations de fragilité dans les parcours individuels, en lien avec des questions de santé publique (sida et familles, maternité célibataire, reproduction…). Elle s’est plus particulièrement intéressée ces dernières années aux parcours de jeunes sortis de placement.
Elle est coauteur de plusieurs articles et ouvrages : avec Catherine Rollet et al. (Les Centres maternels, réalités et enjeux éducatifs, 1999, Paris, L’Harmattan) ; avec Annick-Camille Dumaret (Les liens familiaux à l’épreuve du sida, 1999, Paris, ctnerhi) ; avec Nathalie Bajos, Michèle Ferrand et l’équipe gine (« Interrompre ou poursuivre la grossesse ? Construction de la décision », in Inserm (ed.), De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues, Paris, Inserm, 2002).

Monique Crost

Statisticienne, ingénieur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Elle exerce actuellement au Cermes - Inserm U750 (Villejuif). Elle a longtemps participé, dans le cadre de recherches pluridisciplinaires, à l’évaluation d’actions de prévention et d’interventions en santé publique, sur l’état de santé de l’enfant et de l’adolescent. Elle collabore depuis plusieurs années à l’étude sur l’insertion, à l’âge adulte, des anciens placés.
Elle a notamment publié : avec Annick-Camille Dumaret, « Placements à long terme en villages d’enfants depuis plus de 30 ans : troubles psychiques et prises en charge », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, n° 56, 8, 2008, p. 512-519 ; avec Anne Tursz, Pascale Gerbouin-Rérolle et Julien Beauté, « Étude épidémiologique des morts suspectes de nourrissons en France : quelle est la part des homicides ? », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 2008, p. 9-12 ; avec Monique Kaminski,  « L’allaitement à la maternité en France, en 1995 : enquête nationale périnatale », Archives de pédiatrie, n° 5, 1998, p. 1316-1326.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org