Navigation – Plan du site
Dossier

Vers une meilleure compréhension de la contribution des services sociaux à l’insertion sociale de jeunes adultes en difficulté

For a better understanding of the social services’contribution in social and professional inclusion of young adults in trouble
Hacia una mejor comprensión de la contribución de los servicios sociales a la inserción social de jóvenes adultos en dificultades
Marie-Ève Turcotte et Céline Bellot

Résumés

Considérant qu’un allongement de la jeunesse et de la période de dépendance aux parents s’est opéré dans les dernières décennies, le passage à la vie adulte représente un défi particulier pour les jeunes sortant de milieux substituts, notamment parce que leur entourage s’avère souvent peu soutenant. Ces jeunes, qui présentent généralement des difficultés à s’insérer, font pourtant peu appel aux services sociaux en cas de besoin. Cette étude qualitative, réalisée en 2007 auprès de dix jeunes adultes issus de placements en milieu substitut recevant des services sociaux à Laval (Québec), vise à préciser leurs trajectoires d’insertion sociale et leurs rapports aux services sociaux, ainsi qu’à estimer la contribution du réseau de services sociaux à leur insertion sociale. Les résultats tendent à démontrer que les jeunes issus des milieux substituts, contrairement à ce que certains travaux suggèrent, ne s’engagent pas pour la plupart dans des trajectoires de désinsertion sociale au début de l’âge adulte. De plus, ils mettent en lumière une différence dans les stratégies d’insertion sociale des participants en fonction du genre. Alors que les jeunes hommes préfèrent pour la plupart évoluer à l’écart des services sociaux, les jeunes femmes misent davantage sur le rapport constructif à l’intervenant pour s’insérer. Il est toutefois nécessaire de souligner que le potentiel de généralisation des résultats est limité, notamment en raison du petit nombre de participants à l’étude (n = 10). Ces résultats demeurent donc à confirmer par d’autres recherches.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article rend compte d’une étude réalisée dans le cadre d’un mémoire de maîtrise (Marie-Ève Turcotte, Utilisation des services sociaux et insertion sociale de jeunes adultes avec antécédents de placement pour des motifs de protection, Montréal, 2008, 177 p.). Plusieurs passages sont fortement inspirés de son contenu et les tableaux sont textuellement tirés du mémoire.

This article gives an account of a study accomplished as part of a master memo (Marie-Eve Turcotte, Use of social services and social inclusion of young adults undertaken for this protection, Montréal, 2008, 177). Several passages are hardly inspired of its contents: tables and figures are drawn word for word of this memo.

Texte intégral

  • 1 Stéphanie Gaudet, L'émergence de l'âge adulte, une nouvelle étape du parcours de vie. Implications (...)
  • 2 Bob Coles, « Youth Transitions in the United Kingdom: A Review of Recent Research », in Burt Galawa (...)
  • 3 Notamment, les modifications des conditions d’entrée sur le marché du travail, entre autres associé (...)
  • 4 Stéphanie Gaudet, op. cit.
  • 5 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive en vue de préparer le passage à la vie auton (...)

1Appréhender l’insertion sociale de la jeunesse en général comme de la jeunesse en difficulté exige une prise en compte des éléments de contexte social qui influencent le cours des transitions marquant le passage à la vie adulte. Ainsi, le corpus scientifique traitant de la question de l’allongement de la jeunesse fait état de transformations sociales importantes survenues dans les dernières décennies et ayant un impact certain sur le processus par lequel les jeunes deviennent des adultes aujourd’hui1. Si les transitions de l’école vers le travail, du foyer d’origine vers un logement indépendant et de la famille d’origine vers une nouvelle famille2 ne s’opèrent généralement plus de façon linéaire et surviennent désormais plus tard dans la vie34, la situation des jeunes pour qui la fin de la prise en charge par les services de protection de l’enfance se termine avec l’adolescence devient préoccupante, particulièrement lorsqu’ils disposent de peu de soutien social pour traverser ces périodes de transition5.

  • 6 Le milieu substitut est une « structure résidentielle autre que la famille naturelle. Il s’agit pri (...)
  • 7 Mark E. Courtney et al., Midwest Evaluation of the Adult Functioning of Former Foster Youth: Outcom (...)
  • 8 Le terme itinérant désigne au Québec les personnes sans-abri. Il s’agit d’un usage social et l’expr (...)
  • 9 Anne Tweddle, « Youth leaving care: How do they fare? », New Directions for Youth Development, vol. (...)
  • 10 Martin Goyette et Daniel Turcotte, « La transition vers la vie adulte des jeunes qui ont vécu un pl (...)
  • 11 Mark E. Courtney et al., op. cit. ; Yvon Genest, Préparer demain, aujourd'hui : Projet d'apprentiss (...)

2Le champ de recherche autour de la question du devenir des jeunes issus des milieux substituts6 s’est largement développé ces dernières années7. Plusieurs études montrent un pronostic défavorable pour le devenir de ces jeunes. Ils se retrouvent en effet en surnombre à l’âge adulte parmi les populations les plus vulnérables de la société, se montrant beaucoup plus à risque de devenir itinérants8, toxicomanes ou de développer des problèmes de santé mentale que la population générale adulte9. De plus, bon nombre d’études mettent en valeur leurs difficultés d’insertion socioprofessionnelle10 et leur recours fréquent à l’aide sociale dans les premières années qui suivent leur départ des milieux substituts11. L’ensemble de ces constats laisse croire que ces jeunes sont particulièrement susceptibles de s’engager dans des trajectoires de désaffiliation sociale ayant pour effet de les vulnérabiliser sur le plan de la santé et du bien-être, notamment en raison des motifs à l’origine de leur placement et de la séparation prolongée de leur entourage.

3C’est dans cette perspective qu’il devient particulièrement pertinent de s’intéresser au rapport qu’ils entretiennent avec le réseau de services sociaux, qui pourrait bien constituer une des seules sources de soutien disponible pour les jeunes les plus vulnérables.

  • 12 Les centres jeunesse du Québec « regroupent les établissements publics qui, dans chaque région du Q (...)

4Cet article permet de poser un regard sur la problématique de la transition vers la vie adulte des jeunes issus des centres jeunesse du Québec12, en rendant compte d’une étude qualitative exploratoire qui vise à appréhender les trajectoires d’insertion sociale et les rapports aux services sociaux de dix de ces jeunes dans les premiers mois qui suivent leur départ définitif du milieu de placement. Les analyses réalisées autour de ces deux dimensions permettent ensuite de commenter la contribution du réseau de services sociaux à l’insertion sociale des participants.

Entrée dans la vie adulte, parcours d’insertion et précarité : quelques repères conceptuels et empiriques

5Avant tout, il est nécessaire de situer la problématique de recherche non seulement par rapport à son cadre conceptuel, mais aussi en regard du corpus scientifique qui la concerne. Dans cette optique, les prochaines sections visent à porter un éclairage sur les questions de l’entrée dans la vie adulte des jeunes, de leur insertion sociale et de la précarité qui caractérise les parcours de vie des jeunes les plus vulnérables.

Jeunes adultes et insertion sociale

  • 13 Madeleine Gauthier, « L’âge des jeunes : un fait social instable », Lien social et politique – RIAC (...)
  • 14 Bob Coles, op. cit.
  • 15 Ivan Raymond et Karen Heseltine, « What Does it Mean to be an Adult? Perceptions of Young Men in Re (...)

6À la lumière de la littérature scientifique portant sur l’insertion sociale de la jeunesse en occident, force est de constater que cette question est souvent appréhendée à travers une lecture des transitions vers la vie adulte13. Coles met en valeur trois transitions inter-reliées qui témoignent du passage à la vie adulte, soit la transition de l’école vers le travail, celle de la famille d’origine vers une nouvelle famille et celle du logement des parents vers un logement indépendant14. Ces transitions marquent une période de vie où les jeunes sont appelés à se prononcer sur leur avenir et sur la place qu’ils souhaitent occuper au sein de la société15. Dans cette optique, devenir adulte, c’est trouver sa place dans différents espaces sociaux tels que la famille et le monde professionnel.

  • 16 Stéphanie Gaudet, op. cit.
  • 17 Martin Goyette, Céline Bellot et Jean Panet-Raymond, Le projet Solidarité Jeunesse. Dynamiques part (...)
  • 18 Cédric Frétigné, Sociologie de l'exclusion, Paris, L'Harmattan, 1999, 207 p.

7Il faut préciser que l’insertion sociale des jeunes adultes se situe dans une temporalité aux balises incertaines. Ainsi, au-delà de certains repères communs, notamment les législations qui standardisent les différents âges de la vie16, les jeunes suivent désormais des parcours d’entrée dans la vie adulte individualisés et non-linéaires, procédant par allers-retours au gré de processus d’expérimentation17. S’insérer socialement et devenir adulte sont, aujourd’hui plus que jamais, des démarches qui s’inscrivent dans la durée. Dans la littérature sociologique, le concept de l’insertion sociale est souvent discuté en termes d’inclusion, par opposition à l’état d’exclusion sociale. Or, aucune définition de l’exclusion sociale ne semble faire consensus18. En effet, si les exclus le sont à partir du moment où ils se distancient des normes sociales, ils forment alors un groupe très hétérogène, qui comprend notamment les minorités ethniques, les délinquants, les pauvres et les personnes aux prises avec des incapacités. Les individus considérés comme des exclus peuvent aussi l’être parce qu’ils se trouvent en marge d’une multitude de sphères de la vie sociale, telles que les institutions scolaires, la culture d’appartenance ou encore l’arène politique.

  • 19 Olivier Galland, « Les jeunes et l'exclusion », in Serge Paugam (coord.), L'exclusion. L'état des s (...)
  • 20 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)

8Le processus d’insertion sociale semble encore plus difficile à appréhender lorsqu’il est question des jeunes, la jeunesse constituant par essence un état de dépendance. Le fait de ne pas occuper d’emploi ou de ne pas vivre en logement indépendant ne saurait être considéré comme une situation problématique pour la plupart des jeunes adultes. La désinsertion juvénile doit donc être appréhendée dans une perspective longitudinale, afin de déterminer si la dépendance juvénile prend véritablement la forme d’un processus pathologique ou si elle ne constitue pas plutôt une simple manifestation de l’allongement de la jeunesse19. Par ailleurs, nous référant à Castel, nous nous appuierons sur une conceptualisation relationnelle de l’insertion sociale comme processus d’ancrage dans des réseaux d’appartenance, que ces derniers soient liés à la sphère du travail, des études, de la famille, des amis, ou du réseau des services de santé et des services sociaux20.

Insertion sociale ou précarité ?

9Il devient donc pertinent de discerner les jeunes qui se trouvent en situation de vulnérabilité, notamment du fait de leur faible ancrage dans des réseaux relationnels, de ceux qui ne sont que confrontés aux conditions d’insertion socioprofessionnelles que posent les sociétés modernes. Plus encore, il faut chercher à savoir où se situent les jeunes adultes issus des centres jeunesse, auxquels s’intéresse cet article, comparativement aux jeunes adultes de la population générale.

Le mythe de la jeunesse victime

  • 21 « Du point de vue fiscal, le travailleur autonome est une personne qui, en vertu d'une entente verb (...)
  • 22 Denis Matte, Domenico Baldino et Régean Courchesne, L'évolution de l'emploi atypique au Québec, min (...)
  • 23 Sébastien Blondin, Georges Lemieux et Lorraine Fournier, Emploi atypique et précarité chez les jeun (...)
  • 24 Yvon Pépin, « Faut-il repenser l'insertion sociale et professionnelle ? », in Geneviève Fournier et (...)

10À première vue, les indicateurs quantitatifs couramment utilisés pour rendre compte de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes québécois portent à croire que leur situation s’est détériorée dans les trente dernières années. Entre 1976 et 1995, il s’est créé au Québec 670 000 emplois, 73,3 % d’entre eux constituant du travail autonome21 ou des emplois salariés à temps partiel22. Or, l’accroissement de ce type d’emplois, occupés en grande partie par les 15-24 ans, ne peut que contribuer à la diminution des revenus des jeunes23. La littérature scientifique met aussi en valeur le fait que de plus en plus de jeunes adultes éprouvent des difficultés à trouver un emploi et à le conserver24.

  • 25 Madeleine Gauthier, « La jeunesse, au coeur des changements de la société québécoise », in Madelein (...)
  • 26 Sébastien Blondin et al., op. cit., p. 13.
  • 27 José Rose, « Les jeunes et l'emploi. Questions conceptuelles et méthodologiques », in Geneviève Fou (...)

11Gauthier souligne que « les effets de la restructuration du marché du travail et l’éclatement de la famille […] ont laissé planer [… l’]image d’une jeunesse victime de la situation […] qu’il faut absolument protéger contre elle-même […]25. » Or, cette « image de vulnérabilité26 » auparavant généralisée à une plus grande proportion de la jeunesse, fait de moins en moins consensus. Rose met en valeur plusieurs problèmes méthodologiques et conceptuels relatifs à l’interprétation des indicateurs utilisés pour faire état de la situation des 18-30 ans par rapport au marché du travail. Il souligne combien il est important de considérer à la fois les indicateurs de risque, de sélectivité de durée et d’ampleur du chômage pour bien appréhender la situation des jeunes. Ainsi, les jeunes demeurent nettement moins longtemps au chômage que la moyenne de la population active (8,5 mois vs 15 mois) parce qu’ils présentent un « certain avantage à l’employabilité […]27 ».

  • 28 Mircea Vultur, « L'insertion sociale et professionnelle des jeunes au Québec. Évolution et situatio (...)
  • 29 Marc Molgat et Johanne Charbonneau, « Les relations sociales », in Madeleine Gauthier (coord.), op. (...)
  • 30 Ibid., p. 80.

12En outre, tout porte à croire qu’une bonne proportion des jeunes arrive à s’adapter à cette situation d’instabilité sur le plan professionnel, en conjuguant ses projets de vie aux réalités du marché du travail. Le parcours académique se prolonge souvent jusqu’à la mi-vingtaine en réponse aux exigences du monde professionnel28. Les jeunes sont alors éligibles à un soutien financier gouvernemental ou bénéficient généralement de l’aide de leurs parents, qui se montrent la plupart du temps disposés à offrir un soutien prolongé, pour autant qu’ils perçoivent une intention du jeune de « linéariser » son parcours29. C’est ainsi que la plupart des jeunes adultes arrivent facilement à s’accommoder des périodes d’instabilité professionnelle ou du travail à temps partiel, y conjuguant des projets d’études, de voyages ou de loisirs, tout en accordant une grande place à leur réseau de « sociabilité juvénile30 » qui peut aussi être source de soutien social. Ainsi, les jeunes peuvent par exemple se regrouper pour vivre ensemble et ainsi diminuer les coûts individuels associés à la vie en logement indépendant. À la lumière de ces constats, il apparaît donc évident que la plupart des jeunes ne se trouvent pas véritablement en situation de précarité au moment de l’entrée dans la vie adulte, notamment en regard des relations qu’ils développent et qui soutiennent leur cheminement vers une vie d’adulte de plus en plus indépendante de leurs parents.

Des jeunes plus vulnérables

  • 31 Mircea Vultur, « Aux marges de l'insertion sociale et professionnelle : étude sur les jeunes “désen (...)
  • 32 Alberto Lopez et Gwenaëlle Thomas, « L'insertion des jeunes sur le marché du travail : le poids des (...)

13Il importe alors de se questionner à propos de ces jeunes qui se trouvent à risque sur le plan de l’insertion socioprofessionnelle et, plus globalement, sur le plan de l’insertion sociale. Vultur souligne que malgré la complétion de plusieurs stages, environ le quart des jeunes québécois qui participent aux divers programmes d’aide à l’insertion n’arrivent pas à s’insérer sur le marché du travail et à concrétiser leurs projets professionnels. Selon lui, il s’agit d’une « catégorie particulière de jeunes désengagés31 », dont l’histoire familiale est souvent marquée par plusieurs conditions adverses, telles que la séparation des parents, les discordes, les relations conflictuelles, l’incohérence dans le parentage, l’absence du père, l’abandon parental et des modèles parentaux très autoritaires. Ces jeunes se présentent essentiellement comme des jeunes décrocheurs, d’abord à l’école et ensuite en emploi. Lopez et Thomas soulignent d’ailleurs que les difficultés financières pendant l’enfance, les périodes de chômage chez les parents, la ou les séparation(s) des parents, les problèmes de santé vécus par les parents ou les enfants et la séparation d’un enfant de sa famille d’origine constituent des facteurs à l’origine d’une précarité persistante. Ils observent que ces réalités ont tendance à se cumuler chez les jeunes issus de la classe ouvrière. Par rapport à ceux qui n’ont vécu aucune de ces conditions adverses, ceux qui en ont subi trois ou plus auraient presque deux fois plus de chances de demeurer longtemps sans emploi dans les cinq ans suivant la fin des études, toutes choses étant égales par ailleurs32.

  • 33 Robert Pauzé et al., Portrait des jeunes âgés de 0 à 17 ans référés à la prise en charge des centre (...)

14Or, plusieurs jeunes adultes ayant fait l’objet d’un placement ou d’un suivi par les centres jeunesse présentent justement un parcours familial caractérisé par des relations conflictuelles, l’absence du père, le décrochage scolaire, et la difficulté à conserver un emploi à l’âge adulte33. Bref, leurs trajectoires de vie semblent marquées par un cumul de conditions adverses et la précarité, présente tôt dans la vie, persiste souvent après l’atteinte de l’âge adulte.

  • 34 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit.
  • 35 Heather Mulkerns et Carol Owen, « Identity Development in Emancipated Young Adults Following Foster (...)
  • 36 Varda Mann-Feder et Trish White, « Facilitating the Transition to Independent Living : Reflections (...)
  • 37 Deborah Rutman et al., When youth age out of care - A report on baseline findings, Victoria, Resear (...)

15Alors que les jeunes adultes ayant fait l’objet d’un suivi ou d’un placement par les centres jeunesse sont particulièrement exposés au risque de précarité, ils sont aussi plus à risque de disposer de peu de soutien social34 et de ne pas se sentir en droit d’en obtenir de leur famille d’origine35. Dans cette perspective, les intervenants sociaux représentent parfois la seule source de soutien disponible. Or, la représentation que les jeunes adultes se font des services sociaux est peu documentée, qu’ils aient ou non bénéficié des services des centres jeunesse. Pourtant, il semble fort probable que ces jeunes aient des réticences importantes au recours à l’aide de professionnels des services sociaux. Quoiqu’ils verbalisent clairement leur besoin important de soutien au moment du passage à la vie adulte36, très peu d’entre eux entreprennent des démarches pour obtenir de l’aide d’intervenants avant et après leur retour dans la communauté37.

  • 38 Claire Boily, Regard des jeunes sur les services qui leur sont destinés : des pratiques à réviser, (...)
  • 39 Isabelle Frechon, « Les stratégies féminines d'entrée dans la vie adulte », in Élisabeth Callu, Jea (...)

16La discontinuité et la rupture, témoins de la précarité vécue, se présentent comme des thèmes centraux dans l’histoire de vie de certains jeunes ayant fait l’objet d’un suivi ou d’un placement pour des motifs de protection. Ceux-ci parlent d’ailleurs clairement des perturbations qu’ils ont vécues suite aux changements fréquents d’intervenants38 et évoquent les changements multiples de milieux d’encadrement39. Il devient alors fort probable que ces jeunes, d’abord retirés de leur famille pour être ensuite placés dans un contexte où le lien avec les intervenants et les pairs risque d’être constamment brisé, finissent par développer de la méfiance envers les intervenants sociaux. En outre, la rupture imposée avec le milieu substitut à la majorité peut facilement prendre un sens négatif et teinter la représentation que les jeunes se font des services sociaux, particulièrement lorsqu’elle s’insère dans une longue histoire d’abandon. Aussi, il est fort probable que les jeunes qui ont une perception négative de leur parcours de services en centres jeunesse ou, plus globalement, dans le réseau de services sociaux, aient plutôt tendance à éviter de recourir à ces services à partir de l’âge adulte. À ce jour, ces propositions ne semblent pas avoir été mises à l’épreuve par la recherche.

Une recherche exploratoire sur l’insertion de jeunes sortis de placement

17Au-delà de la prise en compte du processus d’insertion sociale et du rapport aux services sociaux des jeunes adultes avec antécédents de placement, il apparaît important de mettre à l’épreuve le postulat selon lequel les services sociaux contribuent véritablement à leur insertion sociale. À partir des constats émergeant de la revue de littérature, trois questions de recherche sont donc ici dégagées :

  1. Quelles sont les trajectoires d’insertion sociale des jeunes adultes ayant vécu un placement en milieu substitut ?

  2. Quels sont les rapports de ces jeunes aux services sociaux ?

  3. Quelle est la contribution des services sociaux à l’insertion sociale de ces jeunes adultes issus des milieux substituts ?

18Nous présenterons ici brièvement le dispositif de recherche : construction de l’échantillon, collecte des données, description de la population, puis les approches théoriques et les modèles conceptuels retenus pour les fins de l’analyse des données.

Le dispositif de recherche

  • 40 « Comme le rappelle le Manuel de référence sur la protection de la jeunesse (1998, p. 142) : « La n (...)

19Au total, 10 jeunes adultes ayant fait l’objet d’un placement en centres jeunesse sous le couvert de la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ)40 sont retenus pour participer à l’étude. Les critères d’inclusion sont les suivants :

  1. Être âgé de 18 à 22 ans au moment de la collecte de données.

  2. Avoir été placé en milieu substitut en vertu de la LPJ pour une période d’au moins six mois.

  3. Avoir quitté le milieu substitut depuis une période d’au moins un mois.

  4. Ne pas présenter de barrières excessives à la compréhension ni à l’expression orale de la langue française.

  • 41 Laval est une ville située en banlieue nord de Montréal, au Québec. Selon les données du recensemen (...)

20C’est grâce au soutien de plus d’une quinzaine d’organismes et établissements lavallois41 œuvrant dans les domaines social et éducatif que les participants sont sollicités. Les jeunes retenus pour participer à l’étude sont d’abord approchés par un intervenant qu’ils connaissent déjà, puis contactés par téléphone par la responsable de l’étude, pour confirmer leur intérêt et ensuite prendre rendez-vous pour un entretien à une date ultérieure. En cours d’entretiens, les jeunes sont invités à raconter le déroulement de leur transition à la vie adulte, les épisodes de suivi par les services sociaux qu’ils ont vécus en cours de vie, leurs trajectoires résidentielles depuis l’enfance, leur perception du vécu en centre jeunesse et leur perception des facteurs associés à l’utilisation des services sociaux au début de l’âge adulte. Afin de recueillir de l’information sur cet éventail de thèmes, la responsable de l’étude administre un guide d’entretien semi-dirigé composé de questions générales et de questions de relance. Une grande importance est toutefois accordée au respect du rythme imposé par les participants, afin de leur permettre de construire leur récit de vie à leur façon.

21Dix entretiens individuels d’une durée d’environ une heure trente sont menés entre janvier et juin 2007. En cours de collecte, un effort est fait pour sélectionner les participants en fonction de cinq critères de diversification, soit : le genre, l’âge, l’identité ethnique, le temps passé depuis la sortie du centre jeunesse, la durée de l’expérience de placement et le lieu de recrutement. Malgré une bonne répartition de l’échantillon en fonction des quatre premiers critères, les participants sont en majorité recrutés via une ressource d’hébergement, tel qu’illustré dans le Tableau 1.

  • 42 Afin d’assurer la confidentialité, les participants à l’étude sont désignés par des noms fictifs.

Tableau 1 : Répartition des participants en fonction des critères de diversification42.

Participant

Genre

Âge

Lieu de recrutement

Durée placement

(a : année

m : mois)

Temps passé depuis sortie

(a : année

m : mois)

Identité ethnique

1- Bianca

F

18

Appartement supervisé

[6 m -2a[

[1-6 m[

Québécoise

2- Rachel

F

18

Appartement supervisé

[2-4 a[

[1-6 m[

Québécoise

3- Maïka

F

18

Projet préparation vie autonome

4 a et plus

[1-6 m[

Québécoise + autre

4- Sara

F

19

Programme de soutien aux jeunes parents

[6 m -2 a[

2 a et plus

Québécoise

5- Marina

F

20

Projet préparation vie autonome

4 a et plus

2 a et plus

Québécoise + autre

6- Christopher

M

18

Appartement supervisé

[2-4 a[

[1-6 m[

Québécoise + autre

7- Charles

M

18

Appartement supervisé

[2-4 a[

[6 m- 1a[

Québécoise

8- David

M

18

Maison hébergement

4 a et plus

[1- 2 a[

Québécoise

9- Vertige

M

19

Appartement supervisé

4 a et plus

[1- 2 a[

Québécoise + autre

10- Alex

M

22

Centre d’éducation aux adultes

[2-4 a[

2 a et plus

Québécoise

Approches théoriques et modèles conceptuels

  • 43 Isabelle Frechon, op. cit. ; Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit(...)
  • 44 Elaine Wethington, « An Overview of the Life Course Perspective: Implications for Health and Nutrit (...)

22À l’instar d’autres recherches portant sur le devenir des jeunes issus des milieux substituts43, l’approche théorique du life course perspective a été retenue pour appréhender le processus d’insertion sociale des jeunes, notamment parce que les concepts qu’elle intègre s’inscrivent dans une perspective d’évolution temporelle qui s’accorde bien avec la notion de transition à la vie adulte. Ainsi, les concepts de transitions, de trajectoires, de points tournants et d’interdépendance entre les acteurs44 constituent autant d’outils permettant une meilleure compréhension des stratégies d’adaptation des jeunes et des dynamiques de changement et de continuité qui caractérisent leurs parcours.

  • 45 Elaine Wethington, ibid.
  • 46 Céline Bellot, « La diversité des trajectoires de rue des jeunes à Montréal », in Natacha Brunelle (...)
  • 47 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit.

23Dans le cadre de cette étude, le processus d’insertion sociale des participants est entrevu sous l’angle des trajectoires de vie qu’ils empruntent. La trajectoire est objectivée ; elle rend alors compte d’un changement dans les rôles, statuts et/ou activités, qui s’opère entre un point de départ et un point d’arrivée45. Des « trajectoires-types théoriques » sont alors mises en valeur et servent de balises pour « retracer le cheminement singulier des individus46 ». Le rapport aux services sociaux est quant à lui appréhendé à partir d’une typologie de rapports aux soutiens sociaux élaborée par Goyette et al.47. La transposition d’une typologie du rapport au soutien social à une typologie du rapport aux services sociaux pourrait contribuer à transmettre un message normatif selon lequel les jeunes issus des centres jeunesse se trouvent nécessairement en besoin de services sociaux au début de l’âge adulte. Il est donc important de spécifier qu’il ne s’agit pas là d’une prise de position généralisable à l’ensemble des jeunes issus des milieux substituts. Simplement, les jeunes recrutés dans le cadre de cette étude étant tous des utilisateurs volontaires de services au moment où ils ont été rencontrés, leur besoin de services a été considéré comme un a priori.

24La typologie du rapport aux services sociaux intègre trois figures du rapport au soutien social, soit l’indépendance, la dépendance et l’interdépendance. L’indépendance désigne la situation des jeunes qui demeurent généralement à l’écart des figures de soutien, ou qui y font appel uniquement dans une perspective de dépannage. Dans le contexte du recours aux services sociaux, les intervenants qui croisent le chemin des indépendants ont peu d’influence sur eux et l’utilisation des services se fait dans une perspective plutôt utilitaire. La dépendance renvoie à la situation de ceux qui maintiennent une relation significative avec une ou plusieurs figures de soutien social, qui s’avèrent indispensables à leur mise en mouvement vers l’insertion. Ces jeunes présentent donc d’importantes difficultés à se mettre en action seuls. Dans le contexte d’une relation d’aide, l’intervenant constitue alors le moteur du processus d’insertion. Sans lui et en l’absence d’autres soutiens significatifs, le jeune demeure inactif. Finalement, certains jeunes entretiennent en général des relations d’interdépendance avec les figures de soutien qui les entourent. L’interdépendance se caractérise par un investissement du jeune de concert avec ses soutiens, dans un rapport qui encourage son autonomisation. Transposée au contexte de la relation d’aide avec des professionnels, l’interdépendance s’observe lorsque le jeune s’engage pleinement dans sa relation avec l’intervenant, de manière à acquérir des outils qui peuvent ensuite être utilisés indépendamment de la présence de ce dernier.

  • 48 L’analyse typologique étant avant tout un outil de synthétisation et de vulgarisation des données, (...)
  • 49 Matthew B.Miles et Michael A. Huberman, Analyse des données qualitatives, Paris, De Boeck, 2003, 62 (...)

25Afin d’établir les trajectoires-types d’insertion sociale des jeunes rencontrés48 et de les situer selon une typologie du rapport aux services sociaux, des matrices sont constituées suivant l’approche de Miles et Huberman49. Celles-ci sont réalisées à partir des transcriptions des entretiens et de la transposition en trajectoires graphiques des parcours de vie des jeunes à la suite de leur sortie du milieu substitut. Dans l’objectif de commenter la contribution des services sociaux à l’insertion sociale de ces jeunes, les deux typologies sont ensuite croisées entre elles.

Trajectoires d’insertion et rapports aux services sociaux

  • 50 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit.

26Les résultats sont présentés en deux sections principales : les trajectoires d’insertion sociale des participants à l’étude, puis leur rapport aux services sociaux selon la typologie empruntée à Goyette et al.50

Quelles trajectoires d’insertion sociale ?

27L’analyse des entrevues réalisées a permis de faire émerger deux catégories de trajectoires d’insertion sociale, soit les trajectoires constructives, qui témoignent d’une progression vers l’insertion sociale, et les trajectoires vulnérabilisantes, qui témoignent d’un processus de désinsertion. La plupart des participants (huit sur dix), poursuivent des trajectoires constructives, alors que seulement deux jeunes se trouvent dans des trajectoires vulnérabilisantes. Dans le cadre de cette étude, les trajectoires constructives sont regroupées en trois figures, soit l’insertion soutenue, l’expérimentation constructive et la latence constructive, qui témoignent toutes de cheminements se situant sur un continuum de mise en mouvement.

28Ainsi, les participants qui se montrent les plus mobilisés dans leur processus d’insertion sociale sont placés dans la catégorie « insertion soutenue ». Il s’agit de trois jeunes (deux filles et un garçon) qui se trouvent parmi les participants les plus âgés (entre 19 et 22 ans). Ils arrivent à maintenir leur mise en mouvement à long terme dans au moins un des quatre domaines d’insertion retenus dans le cadre de cette étude, soit l’école, le travail, la nouvelle famille et le travail sur soi.

« […] j’voulais m’en sortir. Depuis ce temps-là, j’habite chez lui, j’vais à l’école, j’fais mes affaires. » (David, 22 ans.)

29Les participants placés dans la catégorie « expérimentation constructive », soit deux filles et deux garçons ayant entre 18 et 19 ans, se mettent quant à eux en action de façon cyclique dans au moins l’un de ces quatre domaines, au gré de processus d’allers-retours qui prennent en fait un sens constructif. Ainsi, ces jeunes apprennent à mieux se définir et à préciser leurs intérêts et leurs aspirations. Au moment de la collecte de données, la plupart d’entre eux tentent de se mobiliser dans un nouveau projet et ont parfois de la difficulté à y parvenir.

« Des fois j’manque des cours, mais j’essaie d’me rattraper. » (Vertige, 19 ans.)

30Un peu plus loin sur le continuum, une participante âgée de 18 ans se trouve en latence constructive. Quoiqu’elle semble plutôt apathique, elle construit pourtant des projets d’insertion réalistes qu’elle se prépare à mettre en œuvre.

« Je suis sur l’aide sociale, mais là qu’est-ce que j’veux faire c’est barmaid. J’aimerais ça prendre des cours. Ça fait longtemps que j’pense à ça pis je suis rendue à ma majorité donc j’y pense plus. » (Bianca, 18 ans.)

31Au bout du continuum, deux garçons âgés de 18 ans se trouvent en dérive vulnérabilisante. Ces derniers semblent véritablement s’engager dans des trajectoires de désinsertion, compte tenu de leur grande apathie et de l’absence de formulation de projets constructifs. Ces jeunes font peu d’essais en vue de s’insérer, ne rebondissent pas après leurs échecs et ne construisent pas de projets de vie concrets. Ils semblent plutôt se « laisser aller ».

« J’ai carrément décroché. J’me suis laissé aller dans les vagues. » (Christopher, 18 ans.)

Quels rapports aux services sociaux ?

  • 51 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, ibid.

32Concernant les rapports aux services sociaux des participants, ces derniers ont été répartis en trois groupes selon une typologie empruntée à Goyette et al.51, soit les indépendants, les dépendants et les interdépendants. Il est important de mentionner que chacune de ces figures représente un rapport-type aux services qui est avant tout l’expression d’une tendance et qui ne caractérise pas nécessairement tous les épisodes de services de chaque participant.

Les indépendants

33Le groupe des « indépendants » est composé des cinq garçons et d’une des filles les moins âgées. Ces jeunes ont peu fait appel aux services sociaux depuis qu’ils ont quitté le milieu substitut. Les épisodes de recours à des services qui caractérisent leurs parcours s’inscrivent rarement dans la durée et répondent souvent à des besoins immédiats, par exemple dans le cas de ce participant qui consulte une psychologue une seule fois, uniquement parce qu’il éprouve le besoin urgent de se confier au sujet des difficultés qu’il vit.

« Je suis allé voir une psychologue pendant une journée, pis je lui ai pas plus fait confiance. Je lui ai dit des affaires que dans ma tête fallait juste que j’m’en dégage “au pc” [i.e. le plus rapidement possible]. C’tait une fois pour sortir qu’est-ce que j’avais besoin à sortir. Tu sais j’utilise rien qu’l’essentiel. » (Alex, 22 ans.)

  • 52 Solidarité jeunesse est un projet développé en partenariat avec la sécurité du revenu, les centres (...)

34Pour plusieurs de ces jeunes, faire appel à l’aide de professionnels est un dernier recours et n’est envisageable que lorsque l’entourage ne peut offrir de soutien. Pour les indépendants, le rapport aux intervenants sociaux prend le plus souvent un sens instrumental. Ainsi, le lien à l’intervenant demeure la plupart du temps superficiel et il est souvent motivé par des besoins d’ordre financier ou matériel. Ici, une participante qui souhaite participer au programme Solidarité jeunesse52 ne semble pas intéressée par la nature du programme autant que par la possibilité d’obtenir une aide financière en vue de la poursuite de ses études :

Interviewer : Puis qu’est-ce qui t’influence dans ta décision d’aller faire Solidarité jeunesse ?
Rachel (18 ans) : Parce que j’veux continuer mon école.
Interviewer : Ya-tu quelque chose qui t’attire dans la façon dont c’est organisé Solidarité jeunesse ?
Rachel : Non. C’est vraiment pour l’école.

35Cinq des six jeunes placés dans le groupe des indépendants voient leur utilisation des services sociaux diminuer significativement dans les premiers mois qui suivent la sortie du milieu substitut. Pour un de ces jeunes, la coupure avec le milieu de placement n’entraîne pas de rupture dans la trajectoire d’utilisation de services, qui demeurent cependant relativement peu utilisés. Bref, la prédominance de la figure de l’indépendance vis-à-vis des services sociaux, qui est attribuée à six participants sur dix, traduit une certaine fermeture à la relation d’aide professionnelle chez la plupart des jeunes rencontrés.

Les dépendants

36Le groupe des « dépendants » est composé de deux filles qui sont sorties du milieu substitut depuis moins de trois mois. Ces participantes sont présentement engagées dans au moins une démarche de relation d’aide qui s’inscrit dans la continuité. Leur dépendance à l’égard des services se manifeste notamment par une difficulté à se mettre en mouvement lorsque l’intervenant n’est pas là pour les pousser à cheminer.

« (…) il s’est décidé après une semaine, qui va aller avec moi au bien-être. Une semaine de trop là ! Pis là après y pouvait pas venir avec moi pour mon bon, fait que j’pouvais pas vraiment manger. » (Bianca, 18 ans.)

37Pour une des deux participantes concernées, le lien avec l’intervenant semble presque fusionnel, et l’anticipation de la séparation génère beaucoup d’angoisse.

« (…) j’sais pas à 19 ans si je vais être capable de m’en séparer. […] Dans deux ans en plus y prend sa retraite, fait que là [fait semblant de pleurer]. J’sens que ça va être ma partie d’moi qui va s’en aller. » (Maïka, 18 ans.)

38Alors qu’une des deux filles caractérisées comme dépendantes de leur intervenant voit son utilisation des services sociaux augmenter après la sortie du centre jeunesse, l’autre demeure plutôt à l’écart des services sociaux, contrairement à ce qui était observé lors de son placement en milieu substitut.

Les interdépendants

39Pour les deux jeunes femmes les plus âgées parmi les cinq filles recrutées, le lien avec les services sociaux se caractérise essentiellement par « l’interdépendance », et ce depuis la sortie des centres jeunesse. Leur trajectoire après la sortie du milieu substitut se caractérise donc par de longs épisodes d’utilisation de services, auprès desquels elles s’investissent généralement beaucoup. Ces participantes s’approprient le processus de relation d’aide, dans le sens où elles arrivent à transposer dans leur vie les outils qu’elles vont y chercher.

« Tu peux faire des tests pour savoir dans quel domaine tu veux travailler, ils t’expliquent, ils t’aident à te retrouver. J’travaille dans un restaurant, mais c’pas un gros restaurant comme le St-Hubert ou au Mikes. Je suis capable de dealer avec le stress que j’ai ici. Ça c’toute des choses qu’ils t’apprennent. » (Marina, 20 ans.)

40Ces participantes prennent donc appui sur les apports de la relation d’aide pour avancer dans une trajectoire d’insertion. Pour une des deux jeunes concernées, le départ du milieu substitut n’est pas marqué par une rupture dans la trajectoire d’utilisation de services sociaux, le départ du centre jeunesse survenant deux ans environ avant l’atteinte de l’âge adulte. Il en va autrement pour l’autre jeune femme, qui reste à l’écart des services sociaux dans les premiers mois qui suivent la fin du placement.

Regard analytique sur les données de la recherche

41L’analyse des résultats est présentée en trois volets, qui s’intéresseront successivement aux trajectoires d’insertion sociale, aux rapports avec les services sociaux observés chez les participants et au croisement de ces deux dimensions, dans l’objectif de commenter la contribution des services sociaux à l’insertion sociale des jeunes rencontrés.

La sortie comme expérience provisoire de « désinsertion » 

42À la lecture des trajectoires de vie décrites par les participants lors des entretiens, il appert que la majorité d’entre eux expérimentent des reculs sur le plan de l’insertion dans les premiers moments qui suivent la sortie du milieu de placement. Ces reculs prennent parfois la forme d’un désengagement de l’école ou du marché du travail, ou d’une recrudescence des difficultés sociales. Or, pour la majorité des participants, ces « descentes » aboutissent à un point limite révélateur, qui entraîne une bifurcation constructive dans le parcours. Le Tableau 2 explicite d’ailleurs la nature de ces points tournants et les situe dans le temps. Il permet d’abord de constater que la période de recul s’étend en général plus longuement pour les jeunes hommes comparativement aux jeunes femmes ayant participé à l’étude.

Tableau 2 : Temps passé entre la sortie du milieu substitut et le point tournant vers l’insertion.

  • 53 En raison d’un manque de recul, il n’est pas possible de déterminer si Bianca, sortie du milieu sub (...)

Nom

Genre

Temps depuis la sortie

Phase de désinsertion depuis la sortie ?53

Temps entre sortie et bifurcation constructive

Point tournant de la mise en action vers l’insertion

Bianca

F

1 ½ mois

 ?

---

---

Maïka

F

4 mois

Oui

2 semaines

Est mise à la porte de son logement.

Rachel

F

4 mois

Oui

4 mois

N’arrive plus à joindre les deux bouts en logement indépendant.

Marina

F

2 ½ ans

Oui

4 mois

Est mise à la porte de son logement.

Sara

F

3 ½ ans

Oui

1 an

Quitte un conjoint.

Vertige

M

1 ½ an

 ?

---

---

David

M

1 an

Oui

4 mois

Réalise les implications associées au mode de vie de revendeur de drogue.

Christopher

M

5 ½ mois

Oui

Pas encore de bifurcation constructive

---

Charles

M

10 mois

Oui

Pas encore de bifurcation constructive

---

Alex

M

4 ans

Oui

2 ans

Réalise les implications associées au mode de vie de revendeur de drogue.

43Ainsi, les expériences de désinsertion vécues par les jeunes issus des milieux substituts ne se présentent pas nécessairement comme des fatalités. Dans le cadre de cette étude, elles semblent la plupart du temps s’inscrire dans l’ordre des choses, les jeunes expérimentant une nouvelle liberté à leur sortie des centres jeunesse, qui peut à la fois s’avérer excitante et déroutante. Dans cette perspective, les projets scolaires, professionnels ou familiaux sont souvent reportés et plus rarement abandonnés, certains jeunes souhaitant profiter pleinement de leur nouvelle liberté l’espace d’un moment, alors que d’autres se sentent perdus et paralysés au moment de la sortie.

Christopher (18 ans) : L’anxiété, la peur, tout ça, ça a toujours été très présent.
Interviewer : Puis est-ce que tu vois un changement dans ton anxiété depuis que tu es sorti du centre jeunesse ou si c’est pas mal pareil ?
Christopher : Ça dégénère. « Des partys, des partys, des partys. C’est juste ça là. J’en profite parce que je suis libre. Mais c’pas des bons amis. C’est plus des amis d’consommation pis d’partys là. » (Charles, 18 ans.)

44La sortie du milieu substitut apparaît alors comme un point de rupture pour les jeunes rencontrés. Pour sept des huit jeunes qui sont clairement passés par une expérience de désinsertion, une descente s’entame d’ailleurs au moment même du départ. Il semble que le retrait subit de l’encadrement des centres jeunesse ait d’ailleurs pour effet de vulnérabiliser les jeunes.

« À 18 ans, tu viens d’sortir du foyer d’groupe, tu viens d’avoir ta liberté, ça fait longtemps qu’t’es en d’dans pis t’es tannée. Fait que tu perds un peu l’contrôle surtout pour une personne qui n’a pas d’ressources, qui est toute seule, c’est plus difficile tu comprends ? Qu’un éducateur te dise tout le temps c’que t’as à faire, pis là tout d’un coup : “Ah, j’peux tout faire.” » (Marina, 20 ans.)

45Pour la moitié des participants, la fin des services des centres jeunesse marque aussi le bris désagréable des liens avec des amis ou des intervenants rencontrés dans le cadre du placement.

« J’étais proche d’une couple de filles. Il y en a qui disent “Regarde, j’te laisse mon numéro d’téléphone, laisse-moi l’tien ! On va s’appeler !” C’est vraiment crié en l’air. Il n’y a personne qui t’appelle. » (Sara, 19 ans.)

Une relation individualisée avec les services sociaux

46L’analyse du discours des participants à la recherche permet de mettre en valeur plusieurs constats relatifs au rapport qu’ils entretiennent avec les services sociaux. D’abord, ces rapports semblent varier non seulement selon le genre, mais aussi selon l’âge. Ensuite, des témoignages des jeunes émerge la quête typique d’un rapport individualisé à l’intervenant.

47Dans le cadre de cette recherche exploratoire, tout porte à croire que les rapports des jeunes aux services sociaux ne sont typiquement pas les mêmes selon le genre. Le groupe des indépendants est composé de tous les garçons et d’une seule fille, tandis que les jeunes qui entretiennent un rapport de dépendance ou d’interdépendance sont uniquement des filles.

48Par ailleurs, des variations des rapports aux services sociaux sont observables selon l’âge. Les interdépendantes sont les deux filles les plus âgées et les dépendantes comptent parmi les filles les plus jeunes. En outre, les deux jeunes femmes qui forment le groupe des interdépendantes sont aussi celles qui ont quitté le milieu substitut depuis le plus de temps comparativement aux autres filles. Ainsi, l’interdépendance semble plus probable chez les jeunes qui ont davantage expérimenté et qui ont atteint un plus grand niveau de maturité.

49Il ressort du discours des participants à la recherche qu’ils recherchent typiquement un rapport individualisé à l’intervenant ou au service. Ainsi, les jeunes rencontrés montrent une tendance à établir des rapports privilégiés avec un nombre restreint d’intervenants. Certains jeunes établissent même un lien exclusif avec un seul service ou un seul intervenant. Particulièrement dans le cas des participants qui se disent marqués négativement par leurs relations antérieures avec les services sociaux, le rapport privilégié à l’intervenant constitue un événement exceptionnel. Ainsi, des participants qui se montrent initialement peu disposés à recourir à l’aide de professionnels sont tout de même susceptibles de développer un rapport constructif avec un service.

« Comme j’te disais je ne faisais plus confiance aux psychologues. […] Dans ma tête c’était l’exception à la règle. Dans l’fond, j’ai fait confiance à la personne et non à la psy. Il y a une grosse différence entre elle puis une psychologue. » (Alex, 22 ans.)

50Lorsqu’un intervenant fait figure d’exception pour un jeune, il est par le fait même dissocié des représentations négatives issues d’épisodes antérieurs de services. Parfois même, l’intervenant exceptionnel n’est pas tout à fait perçu comme un intervenant.

« (…) c’est pas un intervenant, bien c’est… Il ne fait pas partie des centres jeunesse. » (Marina, 20 ans.)

La contribution des services sociaux à l’insertion des participants

51Afin de mieux comprendre la contribution des services sociaux à l’insertion sociale des participants, il est maintenant question de croiser deux dimensions entre elles, soit les trajectoires d’insertion des jeunes et leur rapport aux services sociaux (Tableau 3).

Tableau 3 : Croisement des trajectoires d’insertion et du rapport aux services sociaux des participants.

Participants

Âge

(années)

Trajectoires d’insertion

Rapport aux services sociaux

1- Marina

20

Insertion soutenue

Interdépendance

2- Sara

19

Insertion soutenue

Interdépendance

3- Alex

22

Insertion soutenue

Indépendance

4- Vertige

19

Expérimentation constructive

Indépendance

5- David

18

Expérimentation constructive

Indépendance

6- Rachel

18

Expérimentation constructive

Indépendance

7- Maïka

18

Expérimentation constructive

Dépendance

8- Bianca

18

Latence constructive

Dépendance

9- Christopher

18

Dérive vulnérabilisante

Indépendance

10- Charles

18

Dérive vulnérabilisante

Indépendance

52D’abord, il faut souligner que la moitié des jeunes qui suivent des trajectoires constructives d’insertion se trouvent aussi en rapport d’indépendance vis-à-vis des services sociaux. Il est donc tout à fait possible pour certains de ces jeunes de cheminer vers l’insertion sans s’appuyer sur les services sociaux. Le cas d’Alex est particulièrement parlant à ce sujet, puisqu’il se trouve parmi ceux qui avancent le mieux vers l’insertion malgré le rapport d’indépendance à l’aide professionnelle. Il est par contre important de souligner que les filles placées en rapport d’interdépendance et de dépendance semblent mieux progresser en général que le groupe des indépendants, qui compte notamment les deux garçons placés en dérive vulnérabilisante.

53Parmi les trois participants en insertion soutenue, deux sont en rapport d’interdépendance par rapport aux services sociaux, traduisant la figure idéale des jeunes qui s’approprient les outils acquis dans le cadre du processus d’intervention pour « linéariser » leur parcours. Pour les jeunes en expérimentation constructive, c’est le plus souvent la figure de l’indépendance par rapport aux services sociaux qui se présente, traduisant ainsi la dynamique des jeunes qui ressentent le besoin d’acquérir leur autonomie seuls via l’expérience. Le cas de Bianca, en trajectoire de latence constructive et en rapport de dépendance à l’intervenant, semble quant à lui représenter la figure du jeune qui est ouvert à la relation d’aide professionnelle, quoique fortement désavantagé sur le plan de l’autonomie fonctionnelle. Quant aux deux garçons en dérive vulnérabilisante, qui ne semblent pas beaucoup préoccupés par leur devenir, ils ne perçoivent évidemment pas le besoin d’établir un rapport avec les services sociaux qui s’inscrive dans la continuité.

54Alors que plusieurs facteurs sont susceptibles d’influencer les trajectoires d’insertion sociale des jeunes sortant de milieux substituts, le croisement des trajectoires d’insertion et des rapports aux services sociaux des participants à cette recherche tend à confirmer le potentiel soutenant de l’aide professionnelle en vue de l’insertion sociale. Les participants témoignent de toute façon du caractère aidant des services sociaux utilisés après leur départ des milieux substituts, même dans le cas des indépendants. Ainsi, il est reconnu par les participants que les services utilisés pour répondre à des besoins urgents dans une perspective utilitaire s’avèrent aidants. De plus, plusieurs « indépendants » évoquent, au même titre que des jeunes « dépendants » et « interdépendants », la possibilité de rencontrer un « intervenant d’exception » avec qui ils auront envie de cheminer. Il faut par contre noter qu’au moment des entretiens, aucun jeune placé dans le groupe des indépendants n’entretenait ce « rapport d’exception », la plupart faisant toutefois allusion à des intervenants exceptionnels rencontrés dans le passé. Par ailleurs, l’engagement prolongé dans une relation d’aide avec un professionnel des services sociaux favorise sans doute l’insertion sociale des participants, considérant que les jeunes femmes rencontrées, qui se trouvent presque toutes dans des démarches engagées auprès de services sociaux au moment de l’entretien, sont globalement plus avancées sur le plan de l’insertion que les garçons, qui évoluent plutôt en marge des services.

Dynamique d’expérimentation et potentiel des jeunes

55À l’issue du processus d’analyse de données, il devient possible de faire ressortir des constats intéressants en regard des questions de recherche et de réfléchir aux pistes d’intervention suscitées par cette étude.

La perspective fataliste remise en question

  • 54 Kathleen Kufeldt, « Graduates of Guardianship Care: Outcomes in Early Adulthood », in Kathleen Kufe (...)
  • 55 Martin Goyette et al., Le projet Solidarité Jeunesse…, 2006, op. cit. ; Martin Goyette et al., Proj (...)
  • 56 Martin Goyette et al., Le projet Solidarité Jeunesse…, 2006, ibid.

56D’abord, ces résultats ouvrent la voie vers une remise en question de la perspective fataliste selon laquelle les jeunes issus des milieux substituts s’engagent pour la plupart dans des trajectoires de désinsertion sociale au début de l’âge adulte. Alors que beaucoup de travaux mettent en valeur les difficultés auxquelles ces jeunes sont confrontés54, la typification des trajectoires d’insertion des participants à l’étude les place le plus souvent dans des cheminements constructifs qui témoignent de leur progression vers l’insertion sociale. Ainsi, seulement une minorité de participants se situe en dérive vulnérabilisante au moment de la collecte de données. Il ne faudrait pas pour autant en conclure qu’il s’agit pour eux d’une fatalité, l’analyse des trajectoires de vie des jeunes mettant en valeur les nombreuses bifurcations qui caractérisent leur parcours. D’ailleurs, à la lumière des témoignages des jeunes, il semble clair que le parcours d’insertion ne se présente pas comme une trajectoire linéaire ascendante. Avant de « linéariser » leur parcours, les jeunes passent par une succession de reculs et d’avancées. La descente initiale qui s’observe souvent dans les premiers moments qui suivent la sortie du milieu substitut traduit rarement une trajectoire de désinsertion qui se consolide. Elle s’inscrit la plupart du temps dans une dynamique d’expérimentation, alors que les jeunes construisent des projets qu’ils mettent à l’épreuve. Le caractère constructif des phases de désinsertion a d’ailleurs été constaté dans d’autres recherches portant sur les trajectoires d’insertion sociale des jeunes adultes québécois55. Ainsi, s’il est vrai que les allers-retours ne sont pas toujours constructifs, ils le deviennent lorsqu’ils permettent aux jeunes de se créer un capital d’expériences susceptibles de renforcer leur cheminement vers l’insertion56.

  • 57 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, ibid.

57Il est toutefois important de souligner que, contrairement à d’autres recherches qui appréhendent le devenir des jeunes adultes issus des milieux substituts57, cette étude ne s’intéresse pas qu’aux jeunes les plus vulnérables des centres jeunesse. D’ailleurs, l’échantillon n’a pas été formé dans le souci d’être tout-à-fait représentatif de l’ensemble de la clientèle des centres jeunesse du Québec, mais bien dans l’intention de rassembler une diversité de cas. Aussi, l’échantillon pourrait bien présenter des caractéristiques plus favorables que celles de l’ensemble des jeunes adultes québécois issus des milieux substituts, notamment parce que les participants ont tous été recrutés par l’intermédiaire d’organismes ou établissement prestataires des services sociaux, ce qui laisse sans doute en marge de la recherche plusieurs groupes de jeunes particulièrement vulnérables tels que, par exemple, les jeunes itinérants et les jeunes toxicomanes qui se trouvent en rupture complète avec le réseau de services sociaux de la région lavalloise.

Un positionnement différent selon le genre

  • 58 Mark E. Courtney et al., « Foster Youth Transitions to Adulthood: A Longitudinal View of Youth Leav (...)
  • 59 Michael E. Addis et James R. Mahalik, « Men, Masculinity, and the Contexts of Help Seeking », Ameri (...)

58Par ailleurs, il faut souligner que, tel qu’il était attendu, la plupart des jeunes rencontrés dans le cadre de cette étude ne se montrent pas particulièrement enclins à faire appel à l’aide de professionnels dans les premiers mois qui suivent la sortie du milieu substitut. Cette tendance n’est cependant pas aussi marquée que dans d’autres travaux de recherche réalisés au Canada et aux États-Unis58. Ainsi, un peu plus de la moitié des participants à l’étude sont dans un rapport d’indépendance vis-à-vis des services sociaux. De plus, conformément à ce qui est documenté dans la littérature scientifique relativement à la plus grande inclinaison des femmes à recourir à une aide professionnelle en cas de besoin59, les participantes se montrent davantage disposées que les participants à établir avec l’intervenant un lien qui s’inscrit dans la durée.

  • 60 Traduction libre de social integration (Markku Jahnukaiken, op. cit., p. 637).

59Ainsi, les stratégies d’insertion sociale des participants apparaissent typiquement différentes selon le genre : les jeunes hommes rencontrés, contrairement aux jeunes femmes, comptent rarement sur le soutien de professionnels de la relation d’aide pour s’insérer au début de l’âge adulte. Or, les filles ayant participé à l’étude semblent concrétiser beaucoup plus rapidement leurs projets que les garçons, une tendance qui est aussi observée par la littérature scientifique. Dans une étude sur le devenir de 52 jeunes de 16-24 ans dans les années qui suivent leur sortie définitive du milieu substitut, Jahnukaiken observe que les jeunes hommes s’investissent davantage dans des conduites à risque, telles que la consommation de drogue et la perpétration de délits, et montrent moins de signes d’intégration sociale que les jeunes femmes60.

  • 61 Gill Jones, 1988, in Gill Jones, The youth divide: Diverging paths to adulthood, York, Joseph Rownt (...)
  • 62 Nadine Lanctôt, « Les adolescentes prises en charge par le centre jeunesse : Que deviennent-elles a (...)
  • 63 Isabelle Frechon, op. cit.

60Or, d’autres travaux ont montré que les jeunes femmes issues de milieux substituts ont tendance à s’établir dans une nouvelle famille et à devenir mères à un plus jeune âge que leurs homologues masculins61. Alors que la maternité est associée à la diminution des conduites délinquantes des jeunes femmes issues des centres jeunesse62, il semble qu’environ la moitié d’entre elles choisissent d’acquérir leur autonomie par la stratégie matrimoniale63. L’autonomisation des jeunes femmes passerait donc plus souvent par un investissement sur le plan relationnel, notamment via l’établissement du couple et la fondation d’une nouvelle famille. Cette plus grande facilité pour elles à s’investir dans la relation avec les intervenants n’est donc pas si surprenante, compte tenu du fait qu’elles montrent une propension particulière à le faire dans des relations qui sont sources de soutien pour elles. D’après les données recueillies dans le cadre de cette étude, leur stratégie apparaît en quelque sorte plus efficace que celle des jeunes hommes, dans le sens où s’appuyer sur leur réseau de soutien social semble leur permettre de s’insérer plus rapidement.

Vers des interventions plus adaptées

61À l’issue de cette recherche, et dans la perspective de mieux adapter les interventions qui visent à faciliter le passage à la vie adulte des jeunes, il apparaît important de considérer deux facteurs particuliers, soit les différences de genre dans le rapport à l’intervenant et, plus spécifiquement pour les jeunes issus des centres jeunesse, la quête d’un rapport individualisé à l’intervenant.

Favoriser le recours des jeunes hommes à l’aide professionnelle chez les jeunes hommes

62Cette étude confirme une tendance déjà observée ailleurs, pour les jeunes hommes, à se montrer plus fermés au recours à l’aide de professionnels. Le modèle de l’autonomie naturelle semble d’ailleurs être la stratégie d’insertion privilégiée par la plupart des participants de sexe masculin. Dans cette perspective, il est fort probable que même la plus adaptée des interventions ne suffise pas à les inciter à recourir aux services sociaux. Il faut donc amorcer une réflexion quant aux moyens à mettre en place pour changer la perception du recours à l’aide chez les jeunes hommes. Plus particulièrement en vue d’outiller les jeunes adultes issus de milieux substituts en vue de leur insertion sociale, la question du recours à l’aide professionnelle devrait faire l’objet de discussions entre les éducateurs des centres jeunesse et les jeunes hommes bien avant leur départ du milieu de placement. Il pourrait être intéressant de mettre sur pied des interventions de groupe s’adressant exclusivement aux garçons, animées par des hommes. D’ailleurs, la question du modèle masculin semble être d’une importance cruciale, compte tenu du plus grand nombre de femmes présentes dans les professions liées à l’intervention sociale.

Des interventions ciblées pour les jeunes avec antécédents de placement

63À la lumière des témoignages des participants, il semble que le désir d’établir un rapport individualisé à l’intervenant soit présent pour bon nombre de jeunes issus des milieux substituts. La référence à une figure d’intervenant « exceptionnel » représente ainsi pour ces jeunes l’espoir de réparer certaines blessures relationnelles passées et témoigne de la quête d’une relation d’aide professionnelle qui se distingue des précédentes. Elle semble constituer une réaction typique des jeunes qui ont vécu beaucoup d’épisodes de prise en charge par des services sociaux, ou encore qui ont vécu des épisodes de services particulièrement marquants. Dans cette perspective, la possibilité d’établir un rapport privilégié avec l’intervenant, qui sous-entend pour ces jeunes la nécessité que cet intervenant s’adapte à leurs besoins, est susceptible de les encourager à demander de l’aide professionnelle.

  • 64 Le terme communautaire au Québec renvoie à l’idée d’organismes crées directement à partir de la com (...)
  • 65 Au Québec, les participants au programme Qualification des jeunes, notamment offert à Laval, se voi (...)

64Or, l’offre de services de plusieurs établissements de santé et de services sociaux est avant tout conçue pour s’adapter aux besoins du plus grand nombre, et pas nécessairement aux besoins particuliers des populations les plus vulnérables. C’est ainsi que certains jeunes adultes issus des centres jeunesse se trouvent nettement désavantagés sur le plan de l’accès aux services sociaux. Alors qu’ils ne trouvent pas toujours leur place dans les approches plus impersonnelles de certains établissements, ils sont aussi susceptibles de se montrer plus fortement affectés par la mobilité du personnel d’intervention. En outre, il faut reconnaître le plus grand potentiel des organismes communautaires64 à rejoindre ces jeunes, parce qu’ils disposent généralement davantage de latitude pour adapter leurs approches comparativement aux établissements ou aux milieux institutionnels prestataires de services sociaux. Ainsi, parce que les jeunes issus des milieux substituts sont particulièrement réticents face au recours à une aide réalisée par des professionnels conçue pour la population générale, il est impératif de développer des interventions qui s’adressent spécifiquement à eux. Dans cette perspective, il faut souligner au Québec la contribution du programme de préparation à la vie autonome Qualification des jeunes65 offert par les centres jeunesse du Québec sur une base volontaire, qui permet d’assurer un suivi personnalisé des jeunes issus de milieux substituts au-delà de la fin du placement et de l’accès à l’âge adulte.

Conclusion

65Avant de conclure, il importe de souligner les limites de cette étude. Compte tenu du fait que l’échantillon n’est pas sélectionné aléatoirement, il n’est pas nécessairement représentatif de l’ensemble des jeunes québécois sortant de milieux substituts. En particulier, le fait d’avoir recruté des jeunes qui étaient de près ou de loin en contact avec des intervenants du réseau de services sociaux a probablement introduit un biais de sélection, les jeunes les plus vulnérables n’étant probablement pas représentés à leur juste valeur au sein de l’échantillon. Il faut aussi souligner que les participants ont tous été placés pour des motifs de protection. Il n’est pas possible de savoir si les jeunes placés dans les centres jeunesses en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents présentent des trajectoires d’insertion et des rapports aux services sociaux similaires à ceux observés chez les participants à l’étude. De plus, le fait que les jeunes interrogés sont majoritairement des usagers des ressources d’hébergement est susceptible de limiter la généralisation des résultats à d’autres contextes. Enfin, les jeunes de Laval ne présentent pas forcément les mêmes caractéristiques que ceux qui résident dans d’autres régions du Québec.

66Enfin, la perspective positive selon laquelle l’analyse des données est réalisée demeure ouverte aux critiques. Ainsi, pour cette étude, les trajectoires d’insertion des jeunes ont été typifiées dans un cadre de mise en mouvement vers l’insertion sociale. Ce regard posé sur les données met naturellement en valeur les avancées des jeunes, ainsi que leur potentiel à s’en sortir. À l’inverse, elle contribue à minimiser les difficultés qui marquent le parcours des jeunes. Or, appréhender le parcours de vie des jeunes dans une perspective positive a l’avantage de mettre en valeur leurs potentialités plutôt que leurs blocages, facilitant ainsi l’identification de leviers d’intervention en vue de faciliter leur insertion sociale.

67Il émerge d’ailleurs de cette étude que, du point de vue des jeunes, le fait de miser sur les projets qu’ils construisent constitue un levier d’intervention important en vue de leur insertion sociale. Ainsi, c’est au gré de leurs reculs et de leurs avancées successives, qui traduisent une dynamique d’expérimentation constructive, que les jeunes rencontrés en viennent manifestement à se construire comme adultes. Cette étude met de l’avant la nécessité de réfléchir aux stratégies à mettre en œuvre pour soutenir les jeunes dans ce processus d’expérimentation, qui se prolonge bien au-delà des 18 ans et de la rupture d’avec le milieu de placement. Ainsi, non seulement les interventions qui s’inscrivent dans la continuité doivent-elles être élaborées et soutenues, mais il apparaît essentiel qu’elles débutent bien avant l’imminence de la sortie définitive du milieu substitut.

Haut de page

Bibliographie

Addis (Michael E.) et Mahalik (James R.), « Men, Masculinity, and the Contexts of Help Seeking », American Psychologist, vol. 58, n° 1, 2003, p. 5-14.

Arnett (Jeffrey J.), « Conceptions of the Transition to Adulthood Among Emerging Adults in American Ethnic Groups », New Directions for Child and Adolescent Development, vol. 100, 2003, p. 63-75.

Aronson (Pamela), « The Markers and Meanings of Growing Up. Contemporary Young Women’s Transition From Adolescence to Adulthood », Gender and Society, vol. 22, n° 1, 2008, p. 56-82.

Association des centres jeunesse du Québec, Qualification des jeunes, 2009, page consultée le 8 avril 2009 à l’adresse suivante : http://www.acjq.qc.ca/?3EC45ADF-FDAC-4091-B1E8-668194B820FA.

Bellot (Céline), « La diversité des trajectoires de rue des jeunes à Montréal », in Brunelle (Natacha) et Cousineau (Marie-Marthe) [coord.], Trajectoires de déviance juvénile : Les éclairages de la recherche qualitative, Ste-Foy, Presses de l’université du Québec, 2005, p. 71-95.

Biddle (Lucy D.) et al., « Factors influencing help seeking in mentally distressed young adults : a cross-sectional survey », British Journal of General Practice, vol. 54, 2004, p. 248-253.

Blondin (Sébastien), Lemieux (Georges) et Fournier (Lorraine), Emploi atypique et précarité chez les jeunes : Une main d’oeuvre à bas prix, compétente et jetable ! (Avis), Québec, Conseil permanent de la jeunesse, 2001, 123 p.

Boily (Claire), Regard des jeunes sur les services qui leur sont destinés : des pratiques à réviser, Ste-Foy, Conseil de la santé et du bien-être, 2001, 85 p.

Castel (Robert), Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 2001.

Coles (Bob), « Youth Transitions in the United Kingdom: A Review of Recent Research », in Galaway (Burt) et Hudson (Joe) [coord.], Youth In Transition: Perspectives on Research and Policy, Toronto, Thompson Educational Publishing, 1996, p. 23-31.

Comité d’experts sur la révision de la Loi sur la protection de la jeunesse, La protection des enfants au Québec : Une responsabilité à mieux partager, Ste-Foy, ministère de la Santé et des Services sociaux, Gouvernement du Québec, 2004, 175 p.

Courtney (Mark E.) et al., Midwest Evaluation of the Adult Functioning of Former Foster Youth: Outcomes at Age 21, Chicago, Chapin Hall Center for Children at the University of Chicago, 2007, 94 p.

Courtney (Mark E.) et al., « Foster Youth Transitions to Adulthood: A Longitudinal View of Youth Leaving Care », Child Welfare, vol. 80, n° 6, 2001, p. 685-717.

Emploi et Solidarité sociale Québec, Solidarité jeunesse, Ste-Foy, page consultée le 1er mai 2007, à l’adresse suivante : http://www.mess.gouv.qc.ca/securite-du-revenu/programmes-mesures/solidarite-jeunesse/.

Farmer (Elizabeth M. Z.) et al., « Use of Mental Health Services by Youth in Contact with Social Services », Social Service Review, vol. 75 n° 4, 2001, p. 605-624.

Frechon (Isabelle), « Les stratégies féminines d’entrée dans la vie adulte », in Callu (Élisabeth), Jurmand (Jean-Pierre) et Vulbeau (Alain) [coord.], La place des jeunes dans la cité. Tome 2, Espaces de rue, espaces de parole, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 215-232.

Frétigné (Cédric), Sociologie de l’exclusion, Paris, L’Harmattan, 1999, 207 p.

Galland (Olivier), « Les jeunes et l’exclusion », in Paugam (Serge) [coord.], L’exclusion. L’état des savoirs, Paris, éditions La Découverte, 1996, p. 183-192.

Gaudet (Stéphanie), L’émergence de l’âge adulte, une nouvelle étape du parcours de vie. Implications pour le développement de politiques. Document de discussion, Ottawa, Gouvernement du Canada, Projet de recherche sur les politiques, 2007, 31 p.

Gauthier (Madeleine), « L’âge des jeunes : un fait social instable », Lien social et politique – RIAC, vol. 43, 2000, p. 23-33.

Gauthier (Madeleine), « La jeunesse, au coeur des changements de la société québécoise », in Gauthier (Madeleine) [coord.], Regard sur... La jeunesse au Québec, Sainte-Foy, Les Presses de l’université Laval, 2003, p. 9-23.

Genest (Yvon), Préparer demain, aujourd’hui : Projet d’apprentissage à la vie autonome pour les adolescents hébergés en foyers de groupe, Montréal, Centre jeunesse de Montréal, direction des Services de réadaptation aux adolescents, 2005, 18 p.

Gouvernement du Québec, Revenu Québec, Qu’est-ce qu’un travailleur autonome, 2009, page consultée le 12 octobre 2009 à l’adresse suivante : http://www.revenu.gouv.qc.ca/fr/travailleur_autonome/affaires/statut/definition.asp.

Goyette (Martin), Bellot (Céline) et Panet-Raymond (Jean), Le projet Solidarité Jeunesse. Dynamiques partenariales et insertion des jeunes en difficulté, Québec, Les Presses de l’université du Québec, coll. Problèmes sociaux et interventions sociales, 2006, 178 p.

Goyette (Martin) et al., Projet d’intervention intensive en vue de préparer le passage à la vie autonome et d’assurer la qualification des jeunes des centres jeunesse du Québec. Rapport final d’évaluation, Montréal, soumis au Centre national de prévention du crime et à l’Association des centres jeunesse du Québec, 2007, 230 p.

Goyette (Martin) et Turcotte (Daniel), « La transition vers la vie adulte des jeunes qui ont vécu un placement : un défi pour les organismes de protection de la jeunesse », Service social, vol. 51, n° 1, 2004, p. 30-44.

Jahnukaiken (Markku), « Hi-risk youth transitions to adulthood: A longitudinal view of youth leaving the residential education in Finland », Children and Youth Services Review, vol. 29, 2007, p. 637-654.

Jones (Gill), The youth divide: Diverging paths to adulthood, York, Joseph Rowntree Foundation, 2002, 53 p.

Kools (Susan M.), « Adolescent Identity Development in Foster Care », Family Relations, vol. 46, n° 3, 1997, p. 263-271.

Kufeldt (Kathleen), « Graduates of Guardianship Care : Outcomes in Early Adulthood », in Kufeldt (Kathleen) et McKenzie (Brad) [coord.], Child Welfare: Connecting Reasearch, Policy and Practice, Waterloo, Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 2003, p. 203-216.

Lanctôt (Nadine), « Les adolescentes prises en charge par le centre jeunesse : Que deviennent-elles au tournant de la vingtaine ? », Défi jeunesse, vol. 12, n° 2, février 2006, p. 3-7.

Lopez (Alberto) et Thomas (Gwenaëlle), « L’insertion des jeunes sur le marché du travail : le poids des origines socioculturelles », Données sociales - La société française, 2006, p. 293-305.

Mann-Feder (Varda) et White (Trish), « Facilitating the Transition to Independent Living: Reflections from a Program of Research », Internationnal Journal of Child and Family Welfare, vol. 6, n° 4, 2004, p. 204-210.

Matte (Denis), Baldino (Domenico) et Courchesne (Régean), L’évolution de l’emploi atypique au Québec, ministère du Travail, Gouvernement du Québec, 1998, 88 p.

McCoy (Henrika), McMillen (Curtis J.) et Spitznagel (Edward L.), « Older youth leaving the foster care system: Who, what, when, where, and why ? », Children and Youth Services Review, vol. 30, n° 7, 2008, p. 735-745.

Miles (Matthew B.) et Huberman (Michael A.), Analyse des données qualitatives, Paris, De Boeck, 2003, 626 p.

Molgat (Marc) et Charbonneau (Johanne), « Les relations sociales », in Gauthier (Madeleine) [coord.], Regard sur... La jeunesse au Québec, Ste-Foy, Les Presses de l’université Laval, 2003, p. 73-89.

Mulkerns (Heather) et Owen (Carol), « Identity Development in Emancipated Young Adults Following Foster Care », Smith College Studies in Social Work, vol. 78, n° 4, 2008, p. 427-449.

Pauzé (Robert) et al., Portrait des jeunes âgés de 0 à 17 ans référés à la prise en charge des centres jeunesse du Québec, leur parcours dans les services et leur évolution dans le temps (Sommaire), Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance, Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance (grise), 2004b.

Pauzé (Robert) et al., Portrait des jeunes âgés de 0 à 17 ans référés à la prise en charge des centres jeunesse du Québec, leur parcours dans les services et leur évolution dans le temps (Section 6 : Portrait des jeunes devenus adultes), Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance (grise), 2004a.

Pépin (Yvon), « Faut-il repenser l’insertion sociale et professionnelle ? », in Fournier (Geneviève) et Bourassa (Bruno) [coord.], Les 18 à 30 ans et le marché du travail. Quand la marge devient la norme... Ste-Foy, Les Presses de l’université Laval, 2000, p. 243-268.

Raymond (Ivan) et Heseltine (Karen), « What Does it Mean to be an Adult ? Perceptions of Young Men in Residential Care », Child Youth Care Forum, vol. 37, 2008, p. 197-208.

Rose (José), « Les jeunes et l’emploi. Questions conceptuelles et méthodologiques », in Fournier (Geneviève) et Bourassa (Bruno) [coord.], Les 18 à 30 ans et le marché du travail. Quand la marge devient la norme... Ste-Foy, Les Presses de l’université Laval, 2000, p. 83-116.

Rutman (Deborah) et al., When youth age out of care - A report on baseline findings, Victoria, Research Initiatives for Social Change unit, School of Social Work, University of Victoria, 2005, 58 p.

Rutman (Deborah), Hubberstey (Carol) et Feduniw (April), When Youth Age Out of Care - Where to from There? Final Report, Victoria, Research Initiatives for Social Change unit. School of Social Work, University of Victoria, 2007, 51 p.

Schnapper (Dominique), La compréhension sociologique. Démarche de l’analyse typologique, Paris, Presses universitaires de France, 1999, 146 p.

Shin (Sunny Hyucksun), « Need for an actual use of mental health service by adolescents in the child welfare system », Children and Youth services Review, vol. 27, 2005, p. 1071-1083.

Statistique Canada, Profil des communautés de 2006, 2009, page consultée le 1er août 2009 à l’adresse suivante : http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/dp-pd/prof/92-591/index.cfm?Lang=F.

Turcotte (Marie-Ève), Utilisation des services sociaux et insertion sociale de jeunes adultes avec antécédents de placement pour des motifs de protection, M. Sc. Santé communautaire, département de Médecine sociale et préventive, université de Montréal, 2008, 177 p.

Tweddle (Anne), « Youth leaving care: How do they fare? », New Directions for Youth Development, vol. 113, n° 2007, p. 15-31.

Vultur (Mircea), « L’insertion sociale et professionnelle des jeunes au Québec. Évolution et situation actuelle », in Gauthier (Madeleine) [coord.], Regard sur... La jeunesse au Québec, Ste-Foy, Les Presses de l’université Laval, 2003, p. 57-71.

Vultur (Mircea), « Aux marges de l’insertion sociale et professionnelle : étude sur les jeunes "désengagés" », Nouvelles pratiques sociales, vol. 17, n °2, 2005, p. 95-109.

Wethington (Elaine), « An Overview of the Life Course Perspective: Implications for Health and Nutrition », Journal of Nutrition Education and Behavior, vol. 37, 2005, p. 115-120.

Haut de page

Notes

1 Stéphanie Gaudet, L'émergence de l'âge adulte, une nouvelle étape du parcours de vie. Implications pour le développement de politiques. Document de discussion, Ottawa, Gouvernement du Canada. Projet de recherche sur les politiques, 2007, 31 p.

2 Bob Coles, « Youth Transitions in the United Kingdom: A Review of Recent Research », in Burt Galaway et Joe Hudson [coord.], Youth In Transition: Perspectives on Research and Policy, Toronto, Thompson Educational Publishing, 1996, p. 23-31.

3 Notamment, les modifications des conditions d’entrée sur le marché du travail, entre autres associées à la montée du travail atypique (Denis Matte et al., L'évolution de l'emploi atypique au Québec, ministère du Travail, Gouvernement du Québec, 1998, 88 p.) et l’allongement de la période consacrée aux études (Marc Molgat et Johanne Charbonneau, « Les relations sociales », in Madeleine Gauthier (coord.), Regard sur... La jeunesse au Québec, Ste-Foy, Les Presses de l'université Laval, 2003, p. 73-89) entraînent aujourd’hui une prolongation de la période de dépendance aux parents, qui se poursuit parfois jusque tard dans la vingtaine.

4 Stéphanie Gaudet, op. cit.

5 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive en vue de préparer le passage à la vie autonome et d'assurer la qualification des jeunes des centres jeunesse du Québec. Rapport final d'évaluation, Montréal, soumis au Centre national de prévention du crime et à l'Association des centres jeunesse du Québec, 2007, 230 p.

6 Le milieu substitut est une « structure résidentielle autre que la famille naturelle. Il s’agit principalement de familles d’accueil et de ressources de réadaptation comme des internats (centres de réadaptation) ou des foyers de groupe » (Martin Goyette et Daniel Turcotte, « La transition vers la vie adulte des jeunes qui ont vécu un placement : un défi pour les organismes de protection de la jeunesse », Service social, vol. 51, n° 1, 2004, p. 32).

7 Mark E. Courtney et al., Midwest Evaluation of the Adult Functioning of Former Foster Youth: Outcomes at Age 21, Chicago, Chapin Hall Center for Children at the University of Chicago, 2007, 94 p. ; Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit. ; Markku Jahnukaiken, « Hi-risk youth transitions to adulthood: A longitudinal view of youth leaving the residential education in Finland », Children and Youth Services Review, vol. 29, 2007, p. 637-654 ; Henrika McCoy, Curtis J. McMillen et Edward L. Spitznage, « Older youth leaving the foster care system: Who, what, when, where, and why? », Children and Youth Services Review, vol. 30, n° 7, 2008, p. 735-745.

8 Le terme itinérant désigne au Québec les personnes sans-abri. Il s’agit d’un usage social et l’expression ne désigne pas une catégorie administrative comme le terme sdf en France.

9 Anne Tweddle, « Youth leaving care: How do they fare? », New Directions for Youth Development, vol. 113, n° 2007, p. 15-31.

10 Martin Goyette et Daniel Turcotte, « La transition vers la vie adulte des jeunes qui ont vécu un placement : un défi pour les organismes de protection de la jeunesse », Service social, vol. 51, n° 1, 2004, p. 30-44.

11 Mark E. Courtney et al., op. cit. ; Yvon Genest, Préparer demain, aujourd'hui : Projet d'apprentissage à la vie autonome pour les adolescents hébergés en foyers de groupe, Montréal, Centre jeunesse de Montréal, direction des Services de réadaptation aux adolescents, 2005, 18 p.

12 Les centres jeunesse du Québec « regroupent les établissements publics qui, dans chaque région du Québec, sont chargés de fournir une aide spécialisée aux jeunes qui connaissent des difficultés graves et à leurs familles, ainsi qu'aux jeunes mères qui vivent des problèmes sévères d'adaptation » (Association des centres jeunesse du Québec, Qualification des jeunes, 2009). Au Québec, « la Loi sur la protection de la jeunesse a confié au directeur de la protection de la jeunesse de chaque centre jeunesse du Québec la responsabilité de recevoir les signalements d'enfants en situation de danger. Son rôle lui impose également de prendre les mesures nécessaires pour assurer la protection des enfants dont la sécurité ou le développement personnel est compromis » (ibid, p. 1). Les centres jeunesse prennent aussi en charge des adolescents suivis ou placés sous le couvert de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, qui concerne les jeunes contrevenants.

13 Madeleine Gauthier, « L’âge des jeunes : un fait social instable », Lien social et politique – RIAC, vol. 43, 2000, p. 23-33.

14 Bob Coles, op. cit.

15 Ivan Raymond et Karen Heseltine, « What Does it Mean to be an Adult? Perceptions of Young Men in Residential Care », Child Youth Care Forum, vol. 37, 2008, p. 197-208.

16 Stéphanie Gaudet, op. cit.

17 Martin Goyette, Céline Bellot et Jean Panet-Raymond, Le projet Solidarité Jeunesse. Dynamiques partenariales et insertion des jeunes en difficulté, Québec, Les Presses de l'université du Québec, coll. Problèmes sociaux et interventions sociales, 2006, 178 p.

18 Cédric Frétigné, Sociologie de l'exclusion, Paris, L'Harmattan, 1999, 207 p.

19 Olivier Galland, « Les jeunes et l'exclusion », in Serge Paugam (coord.), L'exclusion. L'état des savoirs, Paris, éditions La Découverte, 1996, p. 183-192.

20 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 2001.

21 « Du point de vue fiscal, le travailleur autonome est une personne qui, en vertu d'une entente verbale ou écrite, s'engage envers une autre personne, son client, à effectuer un travail matériel ou à lui fournir un service moyennant un prix que le client s'engage à lui payer. Le travailleur autonome peut aussi posséder un commerce ou être vendeur à commission. » (Revenu Québec, Qu’est-ce qu’un travailleur autonome ?, 2009).

22 Denis Matte, Domenico Baldino et Régean Courchesne, L'évolution de l'emploi atypique au Québec, ministère du Travail, Gouvernement du Québec, 1998, 88 p.

23 Sébastien Blondin, Georges Lemieux et Lorraine Fournier, Emploi atypique et précarité chez les jeunes : Une main d'oeuvre à bas prix, compétente et jetable ! (Avis), Québec, Conseil permanent de la jeunesse, 2001, 123 p.

24 Yvon Pépin, « Faut-il repenser l'insertion sociale et professionnelle ? », in Geneviève Fournier et Bruno Bourassa (coord.), Les 18 à 30 ans et le marché du travail. Quand la marge devient la norme..., Ste-Foy, Les Presses de l'université Laval, 2000, p. 243-268.

25 Madeleine Gauthier, « La jeunesse, au coeur des changements de la société québécoise », in Madeleine Gauthier (coord.), Regard sur... La jeunesse au Québec, Sainte-Foy, Les Presses de l'université Laval, 2003, p. 9-23.

26 Sébastien Blondin et al., op. cit., p. 13.

27 José Rose, « Les jeunes et l'emploi. Questions conceptuelles et méthodologiques », in Geneviève Fournier et al., op. cit., p. 86.

28 Mircea Vultur, « L'insertion sociale et professionnelle des jeunes au Québec. Évolution et situation actuelle », in Madeleine Gauthier (coord.), op. cit.

29 Marc Molgat et Johanne Charbonneau, « Les relations sociales », in Madeleine Gauthier (coord.), op. cit.

30 Ibid., p. 80.

31 Mircea Vultur, « Aux marges de l'insertion sociale et professionnelle : étude sur les jeunes “désengagés” », Nouvelles pratiques sociales, vol. 17, n° 2, 2005, p. 95.

32 Alberto Lopez et Gwenaëlle Thomas, « L'insertion des jeunes sur le marché du travail : le poids des origines socioculturelles », Données sociales - La société française, 2006, p. 293-305.

33 Robert Pauzé et al., Portrait des jeunes âgés de 0 à 17 ans référés à la prise en charge des centres jeunesse du Québec, leur parcours dans les services et leur évolution dans le temps, Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l'enfance, (grise), 2004.

34 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit.

35 Heather Mulkerns et Carol Owen, « Identity Development in Emancipated Young Adults Following Foster Care », Smith College Studies in Social Work, vol. 78, n° 4, 2008, p. 427-449.

36 Varda Mann-Feder et Trish White, « Facilitating the Transition to Independent Living : Reflections from a Program of Research », International Journal of Child and Family Welfare, vol. 6, n° 4, 2004, p. 204-210.

37 Deborah Rutman et al., When youth age out of care - A report on baseline findings, Victoria, Research Initiatives for Social Change unit, School of Social Work, University of Victoria, 2005, 58 p. ; Sunny Hyucksun Shin, « Need for an actual use of mental health service by adolescents in the child welfare system », Children and Youth services Review, vol. 27, 2005, p. 1071-1083.

38 Claire Boily, Regard des jeunes sur les services qui leur sont destinés : des pratiques à réviser, Ste-Foy, Conseil de la santé et du bien-être, 2001, 85 p.

39 Isabelle Frechon, « Les stratégies féminines d'entrée dans la vie adulte », in Élisabeth Callu, Jean-Pierre Jurmand et Alain Vulbeau [coord.], La place des jeunes dans la cité. Tome 2, Espaces de rue, espaces de parole, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 215-232.

40 « Comme le rappelle le Manuel de référence sur la protection de la jeunesse (1998, p. 142) : « La notion de protection véhiculée par la lpj est restreinte en ce sens qu’elle vise certaines situations plutôt exceptionnelles. Cette loi ne vise pas toutes les situations où des enfants peuvent avoir besoin d’être protégés ou, encore moins, besoin d’être aidés. » En conséquence : • les situations visées par la lpj sont des situations où les jeunes font face à des "problèmes majeurs" pouvant légitimer une intervention d’autorité de l’État dans la famille ; • la responsabilité d’assurer la protection de l’enfant revient d’abord et avant tout aux parents. L’État doit en premier lieu les soutenir et, de façon exceptionnelle, se substituer à eux. » (Comité d’experts sur la révision de la Loi sur la protection de la jeunesse, La protection des enfants au Québec : Une responsabilité à mieux partager, Ste-Foy, ministère de la Santé et des Services sociaux, Gouvernement du Québec, 2004, p. 52.)

41 Laval est une ville située en banlieue nord de Montréal, au Québec. Selon les données du recensement de 2006, elle compte 368 709 habitants (Statistique Canada, Profil des communautés de 2006, Ottawa, 2009). Le revenu médian des familles pour l’année 2005 est de 65 087 $ et 16,1 % des habitants vivent sous le seuil de la pauvreté. En 2006, le taux d’activité est de 67,2 %, tandis que le taux de chômage est de 5,5 %. Les minorités ethniques visibles représentent 14 % des citoyens. Les 15 à 24 ans comptent pour 12,5 % de la population totale. Parmi les 15-24 ans, 36 % n’ont aucun certificat, diplôme ou grade. Le dernier niveau d’éducation atteint est le diplôme d’études secondaires pour 31 % des 15-24 ans, alors que 8 % détiennent un certificat d’apprenti ou un diplôme d’une école de métiers et qu’environ 26 % détiennent un diplôme de niveau post-secondaire (ibid.).

42 Afin d’assurer la confidentialité, les participants à l’étude sont désignés par des noms fictifs.

43 Isabelle Frechon, op. cit. ; Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit. ; Markku Jahnukaiken, op. cit.

44 Elaine Wethington, « An Overview of the Life Course Perspective: Implications for Health and Nutrition », Journal of Nutrition Education and Behavior, vol. 37, 2005, p. 115-120.

45 Elaine Wethington, ibid.

46 Céline Bellot, « La diversité des trajectoires de rue des jeunes à Montréal », in Natacha Brunelle et Marie-Marthe Cousineau (coord.), Trajectoires de déviance juvénile : Les éclairages de la recherche qualitative, Ste-Foy, Presses de l'université du Québec, 2005, p. 71-95, p. 73).

47 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit.

48 L’analyse typologique étant avant tout un outil de synthétisation et de vulgarisation des données, ces trajectoires ne sauraient toutefois être interprétées comme des représentations infaillibles de la réalité (Dominique Schnapper, La compréhension sociologique. Démarche de l'analyse typologique. Paris, Presses universitaires de France, 1999, 146 p.).

49 Matthew B.Miles et Michael A. Huberman, Analyse des données qualitatives, Paris, De Boeck, 2003, 626 p.

50 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit.

51 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, ibid.

52 Solidarité jeunesse est un projet développé en partenariat avec la sécurité du revenu, les centres locaux d’emploi, les carrefours jeunesse-emploi et les organismes jeunesse québécois, ayant pour objectifs de prévenir l’entrée passive des jeunes à l’assistance emploi, de privilégier le volontariat et de favoriser une intervention continue et personnalisée auprès des jeunes, tout en misant sur l’arrimage de l’offre de services des principaux partenaires (Martin Goyette et al., Le projet Solidarité jeunesseop.cit.). Instauré à partir de 2000, le projet ciblait initialement les jeunes adultes provenant de familles bénéficiaires de la sécurité du revenu. La clientèle cible s’est ensuite étendue à l’ensemble des jeunes de 18 à 20 ans. Le programme a récemment fait place à deux nouvelles entités bonifiées, soit Alternatives jeunesse et Jeunes en action, qui s’adressent désormais aux 18-25 ans (Emploi et Solidarité sociale Québec, Solidarité jeunesse, 2007).

53 En raison d’un manque de recul, il n’est pas possible de déterminer si Bianca, sortie du milieu substitut depuis quelques semaines seulement, est passée ou non par une expérience de désinsertion depuis la fin du placement. Dans le cas de Vertige, une difficulté à parler des évènements de vie marquants a rendu très difficile la reconstitution de la trajectoire de vie, ce qui explique l’incertitude quant à l’existence d’une phase de désinsertion précédant l’engagement dans une trajectoire constructive.

54 Kathleen Kufeldt, « Graduates of Guardianship Care: Outcomes in Early Adulthood », in Kathleen Kufeldt et Brad McKenzie (coord.), Child Welfare: Connecting Reasearch, Policy and Practice, Waterloo, Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 2003, p. 203-216 ; Robert Pauzé et al., 2004a, op. cit ; Anne Tweddle, op. cit.

55 Martin Goyette et al., Le projet Solidarité Jeunesse…, 2006, op. cit. ; Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, op. cit.

56 Martin Goyette et al., Le projet Solidarité Jeunesse…, 2006, ibid.

57 Martin Goyette et al., Projet d'intervention intensive…, 2007, ibid.

58 Mark E. Courtney et al., « Foster Youth Transitions to Adulthood: A Longitudinal View of Youth Leaving Care », Child Welfare, vol. 80, n° 6, 2001, p. 685-717 ; Deborah Rutman et al., op. cit. ; Sunny Hyucksun Shin, op. cit.

59 Michael E. Addis et James R. Mahalik, « Men, Masculinity, and the Contexts of Help Seeking », American Psychologist, vol. 58, n° 1, 2003, p. 5-14 ; Lucy D. Biddle et al., « Factors influencing help seeking in mentally distressed young adults: a cross-sectional survey », British Journal of General Practice, vol. 54, 2004, p. 248-253 ; Elizabeth M. Z. Farmer et al., « Use of Mental Health Services by Youth in Contact with Social Services », Social Service Review, vol. 75 n° 4, 2001, p. 605-624.

60 Traduction libre de social integration (Markku Jahnukaiken, op. cit., p. 637).

61 Gill Jones, 1988, in Gill Jones, The youth divide: Diverging paths to adulthood, York, Joseph Rowntree Foundation, 2002, 53 p.

62 Nadine Lanctôt, « Les adolescentes prises en charge par le centre jeunesse : Que deviennent-elles au tournant de la vingtaine ? », Défi jeunesse, vol. 12, n° 2, février 2006, p. 3-7.

63 Isabelle Frechon, op. cit.

64 Le terme communautaire au Québec renvoie à l’idée d’organismes crées directement à partir de la communauté de vie des individus, sans égard pour l’origine ethnique des personnes qui la composent. Les services offerts par ces organismes se distinguent de ceux offerts par le réseau public de la santé et des services sociaux par exemple.

65 Au Québec, les participants au programme Qualification des jeunes, notamment offert à Laval, se voient assigner un éducateur qui est en mesure de procéder à « […] un transfert personnalisé vers toute personne ou ressource qui puisse assurer la continuité du soutien dans la vie adulte du jeune. » (Association des Centres jeunesse du Québec, Qualification des jeunes, 2009). « À travers leur parcours dans le programme, les participants développent une compréhension du monde adulte par des activités individuelles et de groupe. Tout au long du suivi, l’éducateur tient compte des niveaux d’apprentissage de chacun afin de leur permettre de développer une plus grande confiance en leurs compétences et leurs aptitudes. […] Le programme s’adresse aux jeunes âgés de 16 ans qui ont des besoins spécifiques en vue de leur préparation au passage à la vie adulte. Ils présentent des caractéristiques de vulnérabilité qui entraveront leur insertion socioprofessionnelle s’ils ne bénéficient pas d’un suivi particulier et supplémentaire aux services réguliers offerts par les centres jeunesse pour franchir les obstacles que comporte la vie autonome. » (Ibid.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ève Turcotte et Céline Bellot, « Vers une meilleure compréhension de la contribution des services sociaux à l’insertion sociale de jeunes adultes en difficulté », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°8 | Automne 2009, mis en ligne le 08 janvier 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/6433

Haut de page

Auteurs

Marie-Ève Turcotte

Titulaire d’une maîtrise en santé communautaire de l’université de Montréal, est professionnelle de recherche à l’Association des centres jeunesse du Québec. Elle s’intéresse notamment au devenir des jeunes ayant été placés ou suivis par les centres jeunesse du Québec, à la compréhension des facteurs associés à l’utilisation des services sociaux par les jeunes en difficulté et aux dynamiques relationnelles qui se construisent entre les jeunes et les intervenants sociaux.

Céline Bellot

Titulaire d’un doctorat en criminologie de l’université de Montréal, est professeure agrégée à l’École de service social de l’université de Montréal. Dans le cadre de ses recherches, elle s’est principalement intéressée aux expériences de déviance des jeunes de la rue et des jeunes toxicomanes, à leurs trajectoires de vie, ainsi qu’à la compréhension des logiques d’intervention à leur égard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org