Navigation – Plan du site
Dossier

Interdépendance des transitions vers l’autonomie de jeunes ayant connu un placement : le rôle des soutiens dans les trajectoires d’insertion

Interdependency of transitions towards autonomy for young people leaving care : the role of supports
Interdependencia de las transiciones hacia la autonomía de jóvenes que han vivido en centros de menores: el rol de los servicios de apoyo
Martin Goyette et Marie-Noële Royer

Résumés

Cet article vise à comprendre le devenir de jeunes qui quittent une prise en charge des services sociaux en saisissant comment ils s’engagent dans la vie adulte, quels sont les obstacles qu’ils rencontrent, que font-ils et quels sens ils donnent à leurs actions. Cet article s’appuie sur une problématisation qui considère la sortie du centre jeunesse comme une situation de transformation que vit le jeune en regard des trois transitions qui définissent le passage à la vie adulte, soit celle du logement, du travail ou des études et de la famille. Dans le cadre de ce projet, des jeunes ont été rencontrés lors d’entrevues de type récit de vie avec un questionnaire réseau à deux reprises, soit un peu avant la fin de la prise en charge par les services sociaux et six à huit mois plus tard. Les résultats de cette recherche concernent les enjeux et les défis de l’insertion que vivent les jeunes placés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  On parle au Québec de « milieu substitut » pour désigner un milieu de vie hors de la famille où un (...)

1Les jeunes qui ont connu un placement en milieu substitut1 rencontrent généralement des obstacles importants qui perturbent leurs diverses transitions vers la vie adulte. Comparativement aux autres jeunes, ils cumulent davantage de difficultés psychosociales et de ruptures avec le monde familial. Paradoxalement, ils sont plus souvent confrontés à l’exigence d’autonomie et d’indépendance de la part d’autrui.

  • 2  Les centres jeunesse sont des établissements qui offrent des services spécialisés à la jeunesse su (...)
  • 3 Martin Goyette, Marie-Noële Royer, Véronique Noël, Geneviève Chénier, Projet d'intervention intensi (...)

2Conscients des enjeux particuliers relatifs au soutien des jeunes pour qui la fin de la prise en charge par les centres jeunesse2 survient à l’approche de l’âge adulte, certains organismes ont implanté des interventions visant à mieux préparer ces jeunes à la vie autonome, à favoriser leur qualification et à mieux les entourer après leur sortie. L’évaluation d’un de ces projets a permis de colliger des données sur le profil des jeunes pendant la prise en charge, sur l’intervention institutionnelle déployée auprès de 80 jeunes pour soutenir leur sortie, et sur les différentes transitions permettant leur passage à la vie adulte3.

  • 4 Ibid.; Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard,  « Le Projet Qualification des jeunes : le pass (...)
  • 5  Bob Coles, Youth and Social Policy: Youth Citizenship and Young Careers, London, ucl Press, 1995,. (...)

3Il ne s’agit pas dans ce texte de présenter les résultats de cette évaluation à proprement parler4, mais d’illustrer comment le croisement d’une lecture biographique des transitions vers la vie adulte et des soutiens offerts aux jeunes permet de s’intéresser à la fois au devenir des jeunes soutenus par les services sociaux pendant qu’ils étaient mineurs et aux besoins d’accompagnement de ces jeunes au sortir d’une prise en charge institutionnelle souvent de longue durée. Ainsi, cet article veut présenter les différents enjeux des transitions que vivent les jeunes à partir d’une analyse du rôle des relations sociales dans le processus d'autonomisation. Nous dresserons un portrait des caractéristiques des jeunes inscrits dans le programme en fonction de leur trajectoire d’insertion, en concluant sur l'importance du temps dans la construction des liens sociaux, et de l’attention portée à l'insertion des jeunes dans les trois transitions (professionnelle, résidentielle, familiale5) du passage à la vie adulte. Enfin il sera question de l'importance qu’il y a à considérer l’interdépendance entre ces différentes transitions.

Les transitions vers la vie adulte après un placement : perspectives conceptuelles

  • 6  Claire Bidart, Devenir adulte aujourd'hui : perspectives internationales, injep, coll. Débats-jeun (...)
  • 7 Emmanuelle Maunaye et Marc Molgat, Les jeunes adultes et leurs parents. Autonomie, liens familiaux (...)
  • 8  Martin Goyette, Céline Bellot et Jean Panet-Raymond ;  Le Projet Solidarité jeunesse : dynamiques (...)

4La modification des conditions d’entrée dans la vie adulte, observée depuis quelques décennies, est associée à l’allongement général de la jeunesse et à une désynchronisation des différents seuils de transition6. L’insertion des jeunes ne se réalise plus selon un modèle social quasi unifié, mais laisse place à une certaine individualisation des parcours, faits de pas en avant et de reculs dans ces diverses transitions. Cet allongement conduit la jeunesse à être moins indépendante ou autosuffisante que celle des générations antérieures, puisqu’elle habite plus longtemps chez les parents et que ceux-ci contribuent à sa subsistance plus longtemps, notamment lorsque les jeunes font des études7. Si les jeunes sont plus vulnérables aux répercussions négatives de la transformation du marché du travail, notamment parce qu’ils sont les premiers affectés par la précarité et la flexibilité des emplois, d’autres aspects de leur insertion sont aussi affectés8. En effet, il faut envisager celle-ci de manière multidimensionnelle, en s’intéressant au relationnel, au politique et au symbolique. Cela veut dire s’intéresser aussi à d’autres registres d’insertion (famille, couple, résidence, etc.).

  • 9  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, op. cit.

5Cet allongement de la jeunesse ne signifie pas nécessairement que les intéressés vont connaître des difficultés importantes d’insertion, notamment en raison du contexte actuel de départ des générations vieillissantes à la retraite et de la situation économique relativement favorable qui prévalait jusqu’à très récemment au Québec, mais il montre comment il appartient aux jeunes de se préparer davantage à la vie adulte, notamment par une scolarisation accrue. De surcroît, les jeunes doivent davantage s’appuyer sur eux-mêmes et sur leur entourage pour se mettre en projet, pour acquérir leur autonomie dans un contexte où ils sont moins indépendants et autosuffisants9.

  • 10  Mary Elyzabeth Collins, "Transition to Adulthood for Vulnerable Youth: A Review of Research and Im (...)
  • 11  Deborah Rutman, Carol Hubberstey, April Feduniw, Erinn Brown, When Youth Age Out of Care, Bulletin (...)
  • 12  Isabelle Frechon, « Les stratégies féminines d'entrée dans la vie adulte », in Élisabeth Callu, Je (...)
  • 13 Annick-Camille Dumaret, Marthe Coppel-Batsch, Simone Couraud, “Adult outcome of children reared f (...)
  • 14  Varda R. Mann-Feder, “Transition or Eviction: Youth Exiting Care for Independent Living”, Whiley P (...)
  • 15  Isabelle Frechon, Insertion sociale et familiale de jeunes femmes anciennement placées en foyer so (...)
  • 16  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, op. cit.

6Si l’insertion socioprofessionnelle des jeunes en général est un enjeu social important, celle des jeunes « sous scolarisés » et en difficulté, comme le sont de nombreux jeunes pris en charge par les centres jeunesse, paraît d’autant plus difficile en raison de leurs difficultés psychosociales et de santé, de leur manque de soutien et de préparation à la vie autonome et des exigences du marché de l'emploi. En raison du cumul d’adversités auxquelles les ex-placés doivent faire face, la question des soutiens à leur insertion est primordiale. Au sortir du centre jeunesse, ces jeunes peuvent être d’autant plus vulnérables qu’ils sont souvent peu soutenus par leur famille d’origine, tant sur le plan affectif que sur le plan financier10. Près de la moitié d’entre eux ne se sentent pas proches de leurs parents et de leur famille11. Lorsqu’ils ont encore des liens avec leur mère ou leur père, ces liens peuvent, dans plusieurs cas, être inhibiteurs et bloquer l’insertion12. Ceux qui vivent en couple (entre 46 % et 80 %), ne trouvent pas toujours un soutien dans cette relation, particulièrement les jeunes femmes, chez qui on observe une forte prévalence de violence conjugale13. Ainsi, la littérature sur le devenir des jeunes ayant connu un placement, qui s’inscrit généralement dans une perspective évaluative des résultats de la prise en charge (outcomes), met en lumière les différents obstacles à l’insertion des jeunes, notamment les problèmes sociaux auxquels ils sont confrontés, et l’importance du développement de services qui constituent une passerelle entre le réseau des services spécialisés à la jeunesse et le réseau adulte14. Cependant, à l’instar de Frechon15, notre analyse de la transition vers la vie adulte s’éloignera des modèles inspirés de l’étude des outcomes pour dépasser la conception linéaire des processus. À cet égard, en retenant une analyse par trajectoires, il est possible de suivre les mouvements et les dynamiques de changements16.

  • 17  Claire Bidart, op. cit. ; Johanne Charbonneau, Adolescentes et mères. Histoires de maternité préco (...)
  • 18  Danilo Martuccelli, Grammaire de l'individu, Paris, éditions Gallimard, 2002, 304 p.
  • 19  Claire Bidart et Alain Degenne, “Introduction : The dynamics of personal networks”, Social Network (...)

7Dans cette perspective, comprendre le devenir des jeunes qui quittent les services des centres jeunesse, c’est appréhender les moyens qu’ils prennent pour s’en sortir, les démarches dans lesquelles ils s’engagent, les obstacles et les soutiens qu’ils rencontrent, et la compréhension qu’ils ont de leur situation, à partir de leur vécu dans trois espaces sociaux intégrateurs, soit le logement, le travail ou les études et la famille. Ce faisant, le cadre conceptuel dans lequel s’inscrit ce projet comprend trois perspectives centrales : celle des cycles de vie et de la transition vers la vie adulte17, celle de l’acteur et de sa marge de manœuvre18, et celle des réseaux sociaux19.

  • 20  Claire Bidart, op. cit.
  • 21  Isabelle Frechon, op. cit.
  • 22 Marc-Henry Soulet, « Faire face et s'en sortir : vers une théorie de l'agir faible », in Vivianne C (...)
  • 23  Claire Bidart, op. cit.

8D’abord, la perspective théorique des cycles de vie permettra d’ancrer l’analyse du processus d’insertion des jeunes dans une compréhension des transitions qu’ils doivent vivre pour passer de l’adolescence à la vie d’adulte autonome20. En s’intéressant aux transitions vers la vie adulte de jeunes recevant des services des centres jeunesse, nous avons fait le choix de privilégier une lecture de la réussite et de la réversibilité des situations d’exclusion. Cette perspective est plutôt rare, considérant l’ensemble des analyses produites sur la déviance, la marginalité, ou l’exclusion21. En outre, le projet permet de faire ressortir la qualité d’acteur des personnes socialement vulnérables plutôt que de renforcer les images « victimisantes » ou « incapacitantes » généralement utilisées pour décrire leur situation22. Dans cette optique, la jeunesse n’est donc pas seulement une étape entre l’enfance et « le manque d’état adulte », les jeunes sont acteurs, sujets qui se construisent. C’est pourquoi le terme « transition » sera préféré aux notions de seuils et de passage, trop catégoriques et « adultocentriques23 ». Certes, cette position ne conduit pas à nier l’existence de barrières, d’obstacles ou de conditions renforçant les dynamiques d’exclusion et la production de vulnérabilité sociale. Cependant, elle permet de lire la marge de manœuvre qu’ont les individus pour faire face à leurs difficultés.

  • 24  Claire Bidart et Alain Degenne, op. cit. ;Johanne Charbonneau,op. cit. ;Danilo Martuccelli, op. ci (...)
  • 25  Danilo Martuccelli, op. cit.; François de Singly , "Penser autrement la jeunesse", Lien social et (...)
  • 26  Claire Bidart et Daniel Lavenu, “Evolutions of personal networks and life events”, Social Networks (...)
  • 27  Johanne Charbonneau, op. cit.
  • 28  Danilo Martuccelli, op. cit.

9Il s’agit en outre de s’intéresser aux rôles des réseaux sociaux dans les transitions vers la vie adulte en plaçant le lien social au cœur de la compréhension de l’appartenance à la société. Les relations sont au cœur de la négociation entre les héritages familiaux, le capital accumulé à l’école, les acquis de l’enfance et les nouvelles voies permettant la réalisation des projets personnels. Ils sont la délimitation des possibles, de la marge de manœuvre de l’individu. Ainsi, les perspectives théoriques sur les réseaux sociaux, entendus comme supports de l’insertion, sont utilisées pour éclairer les relations de ces jeunes (compositions des réseaux) et leurs significations24. L’étude de la question relationnelle permet d’éclairer la manière contemporaine et moderne de devenir un individu, le concours d’autrui étant une condition nécessaire pour qu’un individu s’insère socialement25. Ce croisement entre biographie et réseaux sociaux est adapté des perspectives originales de Bidart26 et de Charbonneau27. Il met en évidence l’importance de l’analyse des interactions entre les événements qui se produisent dans les différentes sphères de la vie pour la compréhension du processus d’insertion, et notamment du fonctionnement dynamique des réseaux sociaux et de leurs rôles à cet égard. Notre lecture des réseaux sociaux dépasse ainsi le regard sur leur structure et sur les soutiens qu’ils apportent, pour prendre en compte les dimensions complexes de la dynamique relationnelle d’activation des réseaux. En définitive, on tente donc de replacer l’individu au cœur de ses relations en appréhendant le sens que ces dernières ont pour lui, dans la continuité d’une sociologie relationnelle28.

Cadre méthodologique

  • 29  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, op. cit

10Les données utilisées dans cette étude ont été recueillies dans le cadre de l’évaluation de l’implantation et des effets d’un projet-pilote d’intervention intensive visant à faciliter le passage à la vie autonome de jeunes pris en charge par les centres jeunesse au Québec29. Le Projet qualification des jeunes (PQJ), implanté en 2001 par l’Association des centres jeunesse du Québec, impliquait huit intervenants, issus de quatre régions, qui assuraient chacun le suivi de 10 jeunes pendant une période de trois ans, soit de 16 à 19 ans, couvrant ainsi la première année suivant la fin de la prise en charge par les centres jeunesse. Le projet visait trois objectifs spécifiques : 1) Préparer et encadrer le passage à la vie autonome ; 2) Intégrer les jeunes dans le marché de l’emploi ou dans une formation qualifiante ; 3) Développer des réseaux de soutien et d’aide autour des jeunes.

  • 30  Même si certains ont pu être également pris en charge par la  Loi sur le système de justice pénale (...)
  • 31 Richard Barth, "On their own: The experience of youth after foster care", Child and Adolescent Soci (...)
  • 32 Ibid.

11Les jeunes participants sont sélectionnés parmi les jeunes au profil les plus sombres des centres jeunesse. Ces jeunes, au moment de leur entrée dans le programme, n’avaient peu ou pas de possibilité de retourner dans leur milieu d’origine à la fin de la prise en charge à majorité. Tous les jeunes participants ont été placés en centre de réadaptation, mais peuvent également avoir connu un placement en famille d’accueil. Ils constituent donc un groupe relativement « restreint et homogène d’individus » ce qui favorise une étude exhaustive et approfondie du phénomène. De plus, ces jeunes ont tous été placés en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse pendant au moins deux ans30, ce qui accroît l’homogénéité de la population étudiée31. À l’instar de Barth32, nous nous sommes intéressés à l’expérience de jeunes ayant une longue histoire de placement, puisque celui-ci peut induire des fractures relationnelles importantes. Nous voulons ainsi envisager comment leurs réseaux sociaux favorisent leur passage à la vie adulte au sortir d’une prise en charge par le centre jeunesse.

12L’enquête a été réalisée auprès des 80 jeunes participants au projet-pilote. Elle visait à la fois à suivre l’évolution de leur situation au plan des transitions vers la vie adulte et à documenter la contribution des relations sociales aux changements observés. L’analyse présentée dans cet article se concentre sur la fin de la prise en charge institutionnelle, entendue comme une situation de transformation que vit le jeune en regard de ces transitions. Elle exploite surtout deux temps de l’enquête, soit les rencontres qui ont eu lieu juste avant la fin de la prise en charge régulière par les services sociaux s’adressant à la jeunesse, et environ six à huit mois plus tard. Au total, les informations recueillies ont été jugées suffisantes pour identifier les trajectoires d’insertion de 75 des 80 jeunes ayant participé au projet d’intervention.

Les sources des données

  • 33  Ces entrevues ont été intégralement enregistrées et retranscrites. Elles ont fait l’objet d’un tra (...)

13Certaines données contextuelles provenant des dossiers des jeunes ont été utilisées dans les analyses. Cependant, la plupart des données les concernant ont été colligées lors de deux entrevues individuelles avec un membre de l’équipe de recherche, au cours desquelles calendrier biographique, questionnaire réseau, entrevue récit de vie sont successivement abordés. La première entrevue a été effectuée justeavant la fin de la prise en charge régulière par les services sociaux s’adressant à la jeunesse (avant la majorité), et la deuxième environ six à huit mois plus tard (après la majorité). Ces entrevues sontstrictement confidentielles, les intervenants des jeunes n’ont pas accès à ces données, uniquement aux résultats globaux de l’étude où les participants ont été dénominalisés33.

14La procédure d’enquête lors de ces entrevues vise à documenter l’évolution de la situation du jeune dans plusieurs sphères de vie (insertion à l’école, travail et revenu, situation financière, insertion résidentielle, temps libre, insertion dans l’espace local, relations avec les parents, vie amoureuse, habiletés et relations sociales), les relations sociales qu’il entretient, ainsi que le sens qu’il attribue à ses relations sociales dans le cadre des transitions qu’il vit ou a vécues. Au-delà du questionnaire sur les réseaux sociaux34 et du calendrier biographique, il s’agit donc d’aborder les aspects dynamiques des relations sociales dans le cadre de cette entrevue. Il est possible de remettre en contexte l’histoire de ces relations en lien avec divers évènements significatifs du parcours de vie des individus et de mieux documenter, par exemple, les pratiques d’échanges et de soutien entre les personnes au moment de ces événements.

15Les huit intervenants qui ont participé à la mise en œuvre du projet ont également été rencontrés à deux reprises, aux mêmes périodes que les jeunes. Ces entrevues de suivi avaient pour objectif, d’une part, de nous renseigner sur l’implantation du programme et, d’autre part, de nous permettre de documenter la trajectoire des jeunes d’un point de vue externe, pour chacun des jeunes individuellement. L’insertion dans les différentes sphères de vie a été abordée, ainsi que les dynamiques relationnelles des jeunes, à la fois à l’égard de l’intervenant et des services sociaux, et à l’égard de l’ensemble des acteurs significatifs de son réseau. Il s’est avéré que les propos des jeunes et ceux des intervenants étaient concordants dans leur ensemble.

Le traitement et l’analyse des données

  • 35 Voir un exemple de ce tableau synthèse à l’annexe 1.

16Le corpus issu des entrevues et des dossiers a été dépouillé par source, en s’intéressant successivement aux différentes dimensions de la recherche qui constituent autant d’unités d’analyse : les réseaux et les soutiens, les trajectoires. Ainsi, pour chacun des jeunes rencontrés, un tableau-synthèse a été mis en forme, comprenant l’ensemble des informations disponibles et nécessaires à l’analyse35. Ce tableau comprend des informations de même nature pour chacun des temps de l’enquête ainsi que des informations combinant ces deux temps de mesure, afin de dresser un portrait et une analyse des trajectoires des jeunes. Les informations contenues dans les tableaux-synthèses ont été soumises à un processus de validation par le biais d’accords inter-juge. Il s’agit, pour les trois principaux codeurs, de soumettre leur codification aux autres, afin d’obtenir un consensus. Ce processus permet d’obtenir des données plus fiables et valides, qui risquent moins d’être biaisées par la perception d’un seul codeur. Ces tableaux-synthèse permettent de reconstituer la trajectoire d’insertion des jeunes pour les trois axes transitionnels. Ils permettent également de considérer la dynamique du soutien autour des acteurs du réseau personnel des jeunes (y compris les intervenants) présents dans les trois transitions vers la vie adulte. Enfin, ils permettent de considérer le rapport du jeune à ses soutiens. Au total, les informations recueillies ont été jugées suffisantes pour identifier les trajectoires d’insertion de 75 des 80 jeunes ayant participé au projet d’intervention.

Dynamiques de soutien et trajectoires

Les dynamiques relationnelles et les actions soutenantes 

17Dans un premier temps, nous nous intéresserons à la dynamique relationnelle entretenue par les jeunes vis-à-vis de leurs soutiens, car nous postulons qu’elle est au cœur de la construction analytique de leur trajectoire, dans la mesure où les soutiens peuvent favoriser, nuire ou bloquer une transition.

18Le tableau-synthèse comprend une ligne pour chacun des trois axes transitionnels. Chacun des axes croise chacun des acteurs des réseaux des jeunes susceptibles de leur fournir un soutien (colonnes). Sont alors identifiés, d’une part, l’impact de chaque acteur soutenant pour chacune des sphères d’insertion, d’autre part, la dynamique relationnelle qu’entretient le jeune à l’égard de chaque acteur, également dans chacun des axes.

  • 36  Martin Goyette, Réseaux sociaux, soutiens et supports dans le passage à la vie adulte : le cas de (...)

19En s’inspirant d’un cadre développé précédemment36, notre analyse montre que l’impact  sur l’insertion de la relation entre un jeune et un acteur de son réseau social peut être de quatre ordres :

  1. Neutre ou inconnu : la présence de cet acteur est connue et recensée, mais son influence sur l’insertion du jeune est négligeable ou inconnue.

  2. Inhibiteur : un acteur a un effet inhibiteur lorsqu’il ralentit ou bloque le jeune dans ses démarches vers l’insertion.

  3. Vecteur :un acteur vecteur guide le jeune dans ses démarches vers l’insertion, l’accompagne et le supporte.

  4. Passeur : un acteur passeur réfère le jeune vers d’autres acteurs ou ressources, de façon à favoriser ses démarches vers l’insertion.

20La codification des dynamiques relationnelles entretenues par les jeunes avec leurs soutiens permet de caractériser la manière dont ils se comportent à leur égard. L’attitude qu’ils adoptent face au soutien offert a une influence sur leur trajectoire. Quatre types de dynamiques relationnelles ont été recensés :

  1. Disparu ou inconnu : on parle de disparition lorsqu’un acteur quitte le réseau entre les deux temps de mesure ; cela peut être une disparition positive (disparition d’un inhibiteur) ou une disparition négative (perte d’un support vecteur ou passeur). La dynamique peut aussi être inconnue entre un jeune et son support.

  2. La dépendance : le jeune est dépendant de son soutien lorsque la présence de ce dernier est indispensable pour la mise en mouvement dans un axe d’insertion, notamment en raison du manque d’autonomie du jeune.

  3. L’indépendance : le jeune entretient une dynamique d’indépendance par rapport à un acteur lorsque ce dernier n’a pas réellement d’influence sur lui, ou qu’il s’agit d’une relation uniquement utilitaire.

  4. L’interdépendance : le jeune est en interdépendance avec un acteur lorsqu’il s’engage envers lui, et de concert avec lui, amorce une démarche vers l’insertion dans un des axes du projet.

21Pour considérer l’impact des actions soutenantes sur l’insertion du jeune, il est primordial de prendre en compte la dynamique relationnelle entretenue par le jeune à l’égard de ces actions soutenantes. Cette dynamique consacre sa marge de manœuvre par rapport aux possibilités offertes par ces soutiens. Par exemple, un acteur fortement inhibiteur envers lequel le jeune entretient une dynamique d’indépendance est moins « nuisible » à l’insertion que s’il se trouvait dans une dynamique de dépendance envers cet acteur. Dans le même sens, un acteur vecteur a moins d’impact positif sur le jeune s’il est dans une dynamique d’indépendance, et même de dépendance, plutôt que dans une dynamique relationnelle d’interdépendance envers lui. Ceci souligne l’importance qu’il y a à considérer l’influence du réseau, notamment d’un point de vue dynamique, mais aussi de prendre en compte la marge de manœuvre que le jeune a d’accepter et de négocier les ressources du réseau afin de poursuivre ses projets.

22L’impact d’un acteur et la dynamique relationnelle peuvent varier selon l’axe d’insertion. Par exemple, la présence d’un(e) conjoint(e) peut être vectrice de stabilisation en logement autonome dans une dynamique d’interdépendance, dès lors que les deux conjoints participent activement à ce maintien. Mais ce même conjoint peut avoir des amis consommateurs de drogues dont la présence dans la vie du jeune a un impact inhibiteur dans la sphère de l’insertion scolaire en jouant sur sa persévérance scolaire.

23Pour chacun des trois axes transitionnels, la dynamique relationnelle prépondérante a été identifiée, soit celle entretenue avec l’acteur le plus influent dans cet axe, ou bien celle entretenue avec la majorité des acteurs jouant un rôle significatif dans cet axe.

Les processus et les modèles d’insertion

  • 37  Céline Bellot et Martin Goyette, op. cit.

24Le processus vers l’insertion dans lequel le jeune s’engage peut être qualifié d’errance constructive ou bien d’errance vulnérabilisante. Cette qualification est fonction de l’élaboration de projets et de la mise en mouvement du jeune dans ses projets dans les trois transitions, professionnelle, résidentielle ou familiale, ainsi qu’en fonction des soutiens reçus par les jeunes et des dynamiques relationnelles qu’ils entretiennent à leur égard. Le terme « errance » est utilisé afin de mettre de l’avant la nature dynamique du processus ainsi que la possibilité d’oscillations et de bifurcations qui ne sont pas nécessairement préjudiciables à l’insertion37. Les deux types d’errance ont été définis ainsi : l’errance constructive désigne une mise en mouvement du jeune dans ses projets vers l’insertion dans la majorité des transitions analysées ; l’errance vulnérabilisantedésigne une situation de blocage ou de régression de la plupart des transitions. Les trajectoires de vie des jeunes ont été analysées en considérant leur singularité et donc par rapport à eux-mêmes, c’est-à-dire en fonction de leur situation initiale et de leurs besoins et capacités. Ainsi, un jeune avec un fort handicap intellectuel ne peut vraisemblablement pas avoir le même projet professionnel qu’un jeune ne présentant aucun retard scolaire, mais peut être davantage impliqué dans un projet à sa mesure. C’est donc la mise en mouvement réelle du jeune, en lien avec sa situation, plutôt que la nature même du projet qui détermine la qualification du processus selon lequel le jeune s’insère. Il s’agit ici de comprendre que plusieurs dimensions interagissent pour concrétiser le processus d’insertion du jeune.

  • 38  Céline Bellot et Martin Goyette, op. cit.; Martin Goyette, Céline Bellot et Jean Panet-Raymond, op (...)

25À partir des codifications de l’impact des principaux acteurs du réseau du jeune, de la dynamique relationnelle entretenue à leur égard et de la mise en mouvement dans un projet à travers tous les axes de transition et des processus d’insertion, un portrait global du jeune a été élaboré à chacun des deux temps de mesure. Ces portraits mettent en lumière la dynamique relationnelle prépondérante du jeune (dépendance, indépendance ou interdépendance) ainsi que le processus vers l’autonomie par lequel le jeune s’insère38 (errance constructive ou errance vulnérabilisante). Six modèles-types se dégagent et rendent ainsi possible la compréhension du rôle des relations sociales sur les transitions vers l’insertion.

  • La dépendance vulnérabilisante : ce modèle s’illustre par la présence d’une relation de dépendance envers un acteur inhibiteur qui domine l’espace relationnel des jeunes. La relation est importante pour eux mais elle fait obstacle à leur insertion (un conjoint violent, un réseau criminel). Cette dépendance est aussi notable en ce qui a trait à la présence de facteurs personnels inhibiteurs sur lesquels l’intervention n’a pas d’emprise (déficience intellectuelle, handicap physique) qui maintiennent les jeunes dans l’errance vulnérabilisante. La relation de dépendance vulnérabilisante implique souvent une certaine forme de dépendance affective envers au moins un acteur du réseau.

  • L’indépendance vulnérabilisante : le profil type de ce modèle d’insertion est le fait de jeunes qui entretiennent une relation utilitaire et en apparences conformiste avec leur intervenant et/ou avec l’ensemble des acteurs de leur réseau. Ils n’admettent pas le côté vulnérabilisant de leur mode de vie, souvent empreint de délits et de consommation de drogues. Ils gravitent souvent autour d’un réseau délinquant plus ou moins structuré. C’est aussi le cas des jeunes qui ne sont insérés dans aucune transition et se retrouvent dans un mode relationnel d’indépendance tout simplement parce qu’ils sont tellement isolés socialement qu’ils n’ont personne de qui dépendre.

  • L’interdépendance vulnérabilisante : modèle plutôt rare, quoique présent, il est le fait de jeunes qui ont dans leur réseau au moins un acteur qui les soutient, sans nécessairement les prendre en charge, et avec qui il y a une certaine forme de réciprocité dans la relation ; les retombées de cette relation sont toutefois vulnérabilisantes, soit parce que les personnes avec qui les jeunes entretiennent ces rapports d’interdépendance ne sont pas des vecteurs suffisamment forts, et peuvent même être des inhibiteurs dans certaines sphères d’insertion, soit parce que le jeune n’a pas les capacités personnelles pour mener à bien ses projets, malgré la relation d’interdépendance ; on trouve une forte prévalence de problèmes de santé mentale et de déficience intellectuelle parmi ces jeunes.

  • L’indépendance constructive : les jeunes ont suffisamment d’habiletés personnelles qui leur permettent de se maintenir en errance constructive tout en ne manifestant pas beaucoup d’intérêt pour les soutiens qui leur sont offerts. Ils entretiennent des relations essentiellement utilitaires avec autrui. Dans d’autres cas, les jeunes peuvent être indépendants de l’intervention, tout simplement parce que celle-ci ne leur est effectivement pas nécessaire puisqu’ils possèdent les habiletés et les soutiens nécessaires pour mener à bien leurs projets d’insertion sans le recours à des soutiens aussi intensifs.

  • La dépendance constructive : il s’agit là du modèle où les jeunes ont besoin d’un support important, voire d’une béquille et d’une prise en charge par des acteurs de leur réseau pour cheminer vers l’insertion. Ces relations de dépendance ont des retombées constructives quand les personnes de qui les jeunes dépendent sont des vecteurs forts, stables et sains pour les jeunes. C’est par exemple le fait d’un parent ou d’un conjoint qui favorise la stabilité résidentielle, ce qui permet alors au jeune de s’investir dans des projets touchant les autres sphères de sa vie.

  • L’interdépendance constructive : ce modèle est le plus susceptible de mener les jeunes vers une insertion positive et durable, il est le modèle de réussite par excellence, mais aussi un idéal compte tenu du profil des jeunes enquêtés. Les jeunes s’engagent dans des projets constructifs dans l’ensemble des axes touchés par le programme, avec l’aide et le support de personnes vectrices qui ne les prennent pas en charge, mais les accompagnent et les guident. Ils utilisent à la fois leurs ressources personnelles, et celles mises à leur disposition par les intervenants et les autres membres de leur réseau personnel.

26Un modèle d’insertion a été retenu pour caractériser chacun des jeunes pour chacun des deux temps de l’enquête. En combinant ces deux modèles d’insertion, il devient possible de comprendre les retombées des relations sociales sur les jeunes en termes de trajectoire vers l’insertion.

Les trajectoires d’insertion

27À l’issue du processus d’analyse des deux vagues d’entretiens, les jeunes ont été classés, après le deuxième temps de mesure, dans une trajectoire qui illustre leurs parcours. Il s’agit par ces trajectoires d’illustrer si les jeunes ont connu des oscillations importantes, s’ils sont restés stables ou encore si leur processus d’insertion a régressé, en regard des trois grands axes de transition. Les jeunes ont été répartis selon quatre figures de trajectoires : (1) la trajectoire ascendante et constructive [+] ; (2) la trajectoire stable et constructive [0+] ; (3) la trajectoire stable et vulnérabilisante [0-] ; (4) la trajectoire descendante et vulnérabilisante [-]. Analytiquement, il est possible de résumer ainsi les principales caractéristiques de ces trajectoires :

  • La trajectoire ascendante et constructive (+) : les jeunes en trajectoire ascendante et constructive sont les jeunes pour qui le chemin parcouru est le plus grand. Ces jeunes au profil très sombre au départ ont réussi, suite au programme d’intervention, à se stabiliser dans leur nouvelle vie d’adulte. Bien qu’ils se situent dans un processus d’errance constructive au début de la majorité légale, ils n’ont pas tous parcouru le même bout de chemin. Certains ont fait des pas de géant depuis le début du programme, et sont passés de la dépendance vulnérabilisante à l’interdépendance constructive. Ils ont donc modifié leur dynamique relationnelle afin de mobiliser leurs efforts vers des projets désormais constructifs.

  • La trajectoire stable et constructive (0+) : les jeunes qui suivent ce type de trajectoire sont les jeunes qui s’inscrivent dans un projet constructif dès le début du programme d’intervention et qui se sont maintenus en errance constructive à travers l’ensemble de la période étudiée. Ce sont des jeunes qui, en général, avaient au départ moins de problèmes personnels que les autres (consommation de drogues, problème de santé mentale, difficultés relationnelles, etc.), qui étaient moins isolés socialement ou qui avaient davantage de capacités et d’habiletés sociales et personnelles nécessaires à l’insertion positive dans les transitions vers l’âge adulte.

  • La trajectoire stable et vulnérabilisante (0-) : ces jeunes se sont maintenus dans un processus vulnérabilisant tout au long de la période d’intervention étudiée. Ils ne s’impliquent pas dans l’intervention et entretiennent généralement une dynamique relationnelle d’indépendance par rapport à leur intervenant. Une fois la prise en charge par le centre jeunesse terminée, ils montrent un désir de couper les ponts avec les structures d’intervention. Ils ont tous des comportements délinquants (trafic de drogue, vol, etc.) et la très grande majorité consomme des drogues de façon plus ou moins abusive. Ils ont tous des réseaux de contacts inhibiteurs, dont la plupart sont des réseaux délinquants. Ils n’ont aucun vecteur fort dans leur réseau et entretiennent des relations de dépendance avec au moins un acteur inhibiteur ou un agent non relationnel inhibiteur.

  • La trajectoire descendante et vulnérabilisante (-) : les jeunes en trajectoire descendante et vulnérabilisante sont ceux dont la situation s’est dégradée entre les deux moments d’observation. L’absence de réseau soutenant est caractéristique chez ces jeunes. Outre la présence de réseaux d’amis inhibiteurs, ces jeunes sont engagés dans des relations affectives qui, malheureusement, sont des relations de dépendance aux retombées inhibitrices sur leur insertion, notamment avec des conjoints ou des parents. Souvent, l’intervenant du projet est le seul vecteur présent dans le réseau des jeunes et ils en sont dépendants. Lorsqu’ils bénéficient tout de même d’un important soutien lors du premier temps d’observation, leurs difficultés relationnelles éloignent les gens positifs de leur vie et ils se retrouvent non seulement isolés, mais aussi en situation d’échec et d’exclusion lors du second temps. Ces jeunes connaissent une grande instabilité résidentielle et même des périodes d’itinérance. En plus d’importants problèmes de consommation de drogues et de santé mentale, ils connaissent d’autres problèmes qui nuisent à leur insertion comme l’analphabétisme, des troubles de comportements ou des fugues à répétition, qui sabotent toute forme de mise en mouvement vers un projet. Ils sont trop instables dans les autres sphères de leur vie, notamment dans la sphère résidentielle, pour pouvoir se maintenir en emploi.

28La Figure 1 schématise le processus de transition propre à chacune des quatre trajectoires, d’un point de départ à un point d’arrivée.

Figure 1. Les trajectoires d’insertion des jeunes du PQJ

Figure 1. Les trajectoires d’insertion des jeunes du PQJ

Les trajectoires d’insertion des jeunes du pqj

29Il s’agit ici de présenter de manière synthétique le fruit de la condensation des données et un portrait des jeunes aux deux temps de mesure, ainsi que leur mouvement entre ces deux périodes charnières, représentant pour la plupart la fin de la prise en charge par les centres jeunesse et les premiers mois du passage à la vie autonome.

30Des 75 jeunes participants pour lesquels les informations sont disponibles pour les deux temps de mesure, 56 % (n=42) se situent en errance constructive et 44 % (n=33) en errance vulnérabilisante lors de la deuxième période d’observation. Lors de la première période d’observation, on en trouvait 68 % (n=51) en errance vulnérabilisante. Si 36 % des jeunes (n=27) passent de l’errance vulnérabilisante à l’errance constructive, la majorité se maintiennent dans leur processus initial : 32 % en errance vulnérabilisante (n=24) et 20 % (n=15) en errance constructive. Finalement, le Tableau 1 montre que 12 % (n=9) régressent et passent de l’errance constructive à l’errance vulnérabilisante.

Tableau 1. Répartition des jeunes du pqj entre les deux processus d’insertion pour les deux vagues d’enquête

T1. Errance vulnérabilisante

T1. Errance constructive

Total

T2. Errance

vulnérabilisante

N=24 (32 %)

Maintien dans l’errance vulnérabilisante

N=9 (12 %)

Régression de l’errance constructive à l’errance vulnérabilisante

33

44 %

T2. Errance

constructive

N=27 (36 %)

Passage de l’errance vulnérabilisante à l’errance constructive

N=15 (20 %)

Maintien dans l’errance constructive

42

56 %

Total

51

68 %

24

32 %

75

100%

31Autrement dit, au terme de l’intervention pqj, 56 % des jeunes enquêtés aux profils les plus sombres se sont insérés, ou sont en mouvement vers l’insertion, dans la majorité des trois transitions. Lors du deuxième temps d’observation, parmi les 42 jeunes qui se retrouvent en errance constructive, pour 24 d’entre eux (56 %), l’amélioration de leur situation est notable à la fois pour les dimensions résidentielle, de la qualification et de l’insertion sociale et familiale. À l’opposé de ces jeunes en errance constructive, parmi les 33 jeunes qui se retrouvent en errance vulnérabilisante, 19 d’entre eux (59 %) ne montrent aucune évolution positive, dans aucune des trois transitions. Certains se retrouvent même dans des situations encore plus défavorables à leur insertion qu’à leur entrée dans le projet.

32Quant aux dynamiques relationnelles entretenues par les jeunes, les résultats des analyses montrent qu’au temps de quitter la prise en charge des services sociaux (T1), la dynamique relationnelle prépondérante la plus retrouvée parmi les jeunes participants est la dépendance et concerne 64 % des jeunes. Le Tableau 2 montre également que 17 jeunes ont évolué vers l’interdépendance à la deuxième prise de mesure (23 %), dont 16 étaient en dépendance au temps précédent. À l’opposé, six jeunes se trouvaient déjà en interdépendance au premier temps, mais ont « régressé » vers une dynamique relationnelle moins susceptible de rendre les actions réellement soutenantes.

Tableau 2. Répartition des jeunes du pqj entre les trois dynamiques relationnelles selon la vague d’enquête

Dynamiques relationnelles

Indépendance

T1

Dépendance

T1

Interdépendance T1

Total

Indépendance

T2

N=9 (12 %)

Maintien Indépendance

N=3 (4 %)

Dépendance à Indépendance

N=1 (1,3%)

Interdépendance à

Indépendance

13

17 %

Dépendance

T2

N=1 (1,3 %)

Indépendance à dépendance

N=29 (38,7 %)

Maintien Dépendance

N=5 (6,7 %)

Interdépendance à Dépendance

35

47 %

Interdépendance

T2

N=1 (1,3 %)

Indépendance à Interdépendance

N=16 (21,3 %)

Dépendance à Interdépendance

N=10 (13,3 %)

Maintien Interdépendance

27

36 %

Total

11

15 %

48

64 %

16

21 %

75

100 %

33C’est donc en combinant le processus d’insertion et la dynamique relationnelle prépondérante de chacun des jeunes, aux deux temps de mesure, que nous avons construit les six modèles d’insertion et classé les jeunes selon quatre trajectoires spécifiques qu’ils peuvent emprunter dans leurs transitions vers la vie adulte.

34La trajectoire ascendante et constructive (+) : près de la moitié des jeunes (48 %) s’inscrivent dans une trajectoire ascendante et constructive, soit 36 jeunes sur 75. Ce sont les jeunes qui ont le plus évolué de manière positive au cours de la période d’observation. Quatorze d’entre eux ont connu une amélioration de leur condition très importante, passant d’un modèle de dépendance vulnérabilisante vers un modèle d’interdépendance constructive. Au terme du programme, ils s’insèrent activement dans au moins deux des trois axes transitionnels, la majorité (70 %) s’inscrivant positivement dans les trois axes. Ils se sont stabilisés au plan résidentiel, occupent un emploi ou fréquentent l’école et ont amélioré leur réseau personnel, soit en « sortant » les principaux inhibiteurs de leur entourage, soit en modifiant leur rapport à leurs soutiens vecteurs.

35L’exemple suivant illustre bien les enjeux entourant le passage d’un modèle de dépendance vulnérabilisante à un modèle d’interdépendance constructive : un jeune homme a des limites intellectuelles qui compromettent ses apprentissages. Il a une scolarité de niveau primaire faible et n’arrive pas à se maintenir en emploi en raison de ces limitations. Il est pris en charge au plan résidentiel par un membre de sa famille et est très peu autonome. Il fréquente un réseau délinquant avec qui il consomme de la drogue et commet des délits. Un travail avec lui est réalisé en vue de l’apprentissage de la vie autonome (gestion du budget, recherche de logement, transport en commun, cuisine, etc.) et de sa qualification (perception de l’assistance emploi, maintien scolaire, stages de formation, mise en lien avec les organismes d’aide à l’emploi). À 18 ans, il emménage avec son frère et il se trouve un emploi grâce à une recommandation de ce dernier. Il a trouvé l’appartement avec son frère et s’investit dans les tâches ménagères ; les comptes et le loyer sont payés à temps ; il coupe également les ponts avec ses amis du gang de rue. L’intervenant pqj et son frère sont les deux principaux vecteurs avec qui il entretient des relations d’interdépendance, qui ont su le mener vers l’errance constructive. Ces vecteurs ont, en quelque sorte, réussi à supplanter l’influence inhibitrice des acteurs qui faisait obstacle aux transitions.

36Cette figure du passage de la dépendance vulnérabilisante à l’interdépendance constructive est l’exemple de la plus grande oscillation, mais elle n’est pas la seule figure présente parmi les jeunes en trajectoire ascendante et constructive. Certains jeunes étaient, dès la première rencontre de recherche, dans un processus d’errance constructive et ont amélioré leur dynamique relationnelle par la suite, alors que d’autres, bien qu’en errance constructive à la dernière période d’observation, demeurent tout de même dans une dynamique relationnelle de dépendance ou d’indépendance. En d’autres termes, certains avaient un profil moins sombre au départ, alors que d’autres, tout en ayant connu des oscillations positives et de la réversibilité, ne parviennent pas à l’interdépendance, tout en se maintenant dans un processus d’errance constructive.

37Les jeunes en trajectoire ascendante et constructive sont les jeunes pour qui l’intervention pqj a été la plus profitable. Ces jeunes au profil très sombre au départ ont réussi, suite au programme d’intervention intensive, à se stabiliser dans leur nouvelle vie d’adulte. Ils ont modifié leurs dynamiques relationnelles et se sont entourés de personnes ayant une influence positive afin de mobiliser leurs efforts vers des projets désormais constructifs.

38La trajectoire stable et constructive (0+) : Cette trajectoire est le fait de jeunes qui s’inscrivaient dans des projets constructifs dès la première prise de mesure et qui s’y maintiennent tout au long de l’intervention pqj. Seulement six jeunes participants au pqj se sont ainsi maintenus tout au long du programme dans un processus d’errance constructive (8 %) et ce sont six jeunes hommes. Les jeunes en trajectoire stable et constructive ont connu moins de difficultés que les autres. À leur entrée dans le programme, ils étaient significativement moins délinquants, consommaient moins de drogue, étaient moins isolés socialement et leur histoire de placement était moins lourde. Dans l’ensemble, ces jeunes sont relativement autonomes et débrouillards et nous pouvons émettre l’hypothèse qu’ils s’en seraient sans doute assez bien sortis sans une intervention aussi intensive. Ils bénéficiaient de bons soutiens, autres qu’institutionnels, qui les ont aidés à la fin de leur placement. Dans cette situation, l’intervenant joue davantage le rôle de confident ou de consultant que celui d’un acteur soutenant indispensable à la mise en mouvement. Ceci est d’autant plus vrai que, malgré leur profil significativement moins sombre en termes de problématiques personnelles, le programme n’a pas nécessairement réussi à les amener plus loin que les autres.

39La trajectoire stable et vulnérabilisante (0-) : Cette trajectoire est le fait des jeunes qui ne se sont pas engagés activement dans les transitions et sont restés indépendants face à leur intervenant. Ils sont souvent insérés dans des réseaux sociaux foncièrement inhibiteurs, parfois criminels, et ne manifestent pas l’intérêt d’en sortir, soit parce qu’ils ne reconnaissent pas le caractère inhibiteur de leur entourage, soit parce qu’ils s’y plaisent ou encore parce qu’ils en sont dépendants, surtout en raison de leur consommation de drogues. Treize jeunes participants se situent en trajectoire stable et vulnérabilisante, représentant 16 % de l’ensemble des participants. Aucune bifurcation notable dans aucun des trois axes d’intervention n’est décelée chez plus de la moitié d’entre eux (n=8). Pour les cinq autres, leur situation s’améliore dans un seul axe d’intervention et ce n’est jamais dans la sphère relationnelle. Les treize jeunes en trajectoire stable et vulnérabilisante se répartissent, lors de la deuxième prise de mesure, entre les modèles de dépendance vulnérabilisante (n=9) et d’indépendance vulnérabilisante (n=4).

40Bien que certains jeunes engagés dans la trajectoire stable et vulnérabilisante commettent régulièrement des actes de petite délinquance et évoluent dans une dynamique générale d’indépendance, d’autres jeunes se situent davantage dans une dynamique de dépendance et leurs comportements sont d’un tout autre ordre. Ceux-ci sont souvent aux prises avec des problèmes de toxicomanie, qui annihilent les efforts que déploient les acteurs vecteurs de leur entourage ou leur intervenant. Enfin, les jeunes sont plutôt immobiles, ils ne sont que peu en processus vers l’insertion, peu en mouvement dans un projet.

41La trajectoire descendante et vulnérabilisante (-) : Les jeunes en trajectoire descendante et vulnérabilisante sont ceux dont la situation s’est détériorée entre les deux moments d’observation. Une vingtaine de jeunes sont dans cette situation (27 % des participants). Certains d’entre eux étaient dans un processus d’errance constructive lors de la première prise de mesure, mais un événement particulier les a fait bifurquer vers l’errance vulnérabilisante, souvent survenu à la fin de la prise en charge par les centres jeunesse. Que se soit le fait de renouer avec d’anciens amis consommateurs de drogue, une rupture amoureuse, une période d’instabilité résidentielle, un retour chez un parent incapable de soutenir son enfant ou la cessation de la prise de médication, les retombées de ces changements sur la trajectoire d’insertion sont suffisamment puissantes pour annuler les efforts investis au préalable et entraîner diverses conséquences comme l’abandon scolaire, la perte d’un emploi, l’expulsion d’un logement, etc. Autant de conséquences qui bloquent l’insertion et qui entraînent, ou maintiennent, les jeunes vers l’errance vulnérabilisante.

  • 39  La direction de la Protection de la jeunesse (dirigée par le directeur de la Protection de la jeun (...)

42L’exemple d’une jeune fille illustre bien ce type de trajectoire : celle-ci a connu des placements très difficiles, empreints de nombreux conflits avec les familles d’accueil. Elle fait des fugues à répétition, ce qui compromet son cheminement scolaire. Elle se retrouve enceinte d’un conjoint agressif et violent, vis-à-vis duquel elle entretient une relation de dépendance. Leur relation est très houleuse et ponctuée de disputes et de séparations. Les liens avec ses parents sont conflictuels, puisqu’ils acceptent difficilement la relation amoureuse qu’entretient leur fille. Elle consomme beaucoup de drogues, malgré l’enfant à sa charge, qui a par ailleurs déjà fait l’objet d’un signalement à la direction de la Protection de la jeunesse (dpj)39. L’instabilité résidentielle caractérise le début de sa vie en tant que jeune mère, tout comme l’absence de projet d’avenir. Elle est demeurée, depuis ses 16 ans, dans une dynamique relationnelle de dépendance aux acteurs de son réseau et cette dépendance a des retombées vulnérabilisantes puisque aucun des acteurs n’a d’action vectrice sur ses transitions vers la vie autonome.

43Si nous avons analysé de manière globale les trajectoires des jeunes, c’est-à-dire en portant un regard croisé sur les différentes transitions du passage à la vie adulte que le pqj veut soutenir, il est possible ici de s’interroger sur le rôle de certaines variables dans l’appartenance ou non à une trajectoire constructive ou à une trajectoire vulnérabilisante, comme le sexe du jeune par exemple. Ainsi, la distinction entre trajectoires constructives (0+ et +) et trajectoires vulnérabilisantes (0- et -) est inexistante entre garçons et filles. Par contre, parmi les jeunes en trajectoire constructive, les jeunes filles se situent davantage en trajectoire ascendante (+) alors que les garçons sont plus nombreux à être en trajectoire stable et constructive (0+). Parmi les jeunes en trajectoires vulnérabilisantes, cette distinction entre garçons et filles n’est pas présente.

Discussion et conclusion

44Nous avons voulu mettre de l’avant l’importance du croisement d’une lecture biographique des transitions vers la vie adulte et des soutiens offerts aux jeunes. Cette lecture nous permet de porter un regard à la fois sur le devenir des jeunes soutenus par les services sociaux pendant qu’ils étaient mineurs, mais aussi sur les besoins de soutien de ces jeunes au sortir d’une prise en charge institutionnelle souvent de longue durée.

45L’intervention prend assise et se déploie dans des espaces de relations entre le jeune et de nombreux acteurs qui sont eux aussi déterminants dans la compréhension des trajectoires des jeunes. Ces acteurs, de par leur présence ou absence, leurs actions et l’effet de celles-ci sur la trajectoire d’expérimentation sociale du jeune, seront producteurs de dépendance ou vecteurs d’interdépendance constructive chez ce dernier. Plus encore, un soutien exprimé peut agir comme vecteur de l’autonomie, de la qualification ou de l’insertion du jeune, tout comme il peut constituer un obstacle suffisamment important pour interférer avec les interventions. Dans le cadre des évaluations de programmes, il est rare de pouvoir lire la complexité et la complémentarité des interactions.

46Or, nous avons montré que s’il est nécessaire de prendre en compte les ressources réticulaires que possède le jeune dans son réseau relationnel, il est indispensable de considérer aussi le rapport du jeune à son réseau.

47Insister sur ces deux aspects, le rapport du jeune aux soutiens et l’impact de l’action soutenante en elle-même, replace le jeune dans une position d’acteur dans laquelle il ne se contente pas de subir les soutiens, mais en négocie l’accès, en module la portée, voire les refuse. De cette manière, dans un contexte de mutations sociales et économiques, nos analyses donnent à voir l’échec relatif de « l’homme indépendant », dans la mesure où celui-ci reste perméable aux soutiens dont il est l’objet, mais dont il pourrait être le sujet. Nous avons ainsi constaté que plusieurs jeunes hommes et quelques jeunes femmes s’inscrivent dans cette dynamique d’indépendance : inscrits le plus souvent dans une transition professionnelle, ils sont tout de même dans une situation de précarité et ne conçoivent pas le rapport aux autres dans une perspective de soutien. Bien souvent leur entourage, qu’il s’agisse de leurs parents, de la société en général et parfois des services sociaux s’adressant à la jeunesse, encourage - implicitement du moins - ce rapport d’indépendance aux autres. C’est aussi le cas de quelques jeunes mères pour qui la débrouille est le maître mot. Devenir mère toute seule ne construit pas de l’autonomie, parce qu’autonomie signifie interdépendance, bien plus « qu’autosuffisance chimérique ». Ainsi, un jeune qui s’inscrit en indépendance à l’égard de ses soutiens, contribue à construire un projet de vie pour lui et sans les autres. L’insertion en emploi, directement inscrite dans un courant dominant dans l’imaginaire collectif - qui voit l’individu moderne comme autosuffisant - est bien souvent au cœur du projet de ces jeunes. Mais voilà, s’ils ne profitent pas des soutiens offerts au moment où ils s’inscrivent dans une transition professionnelle, ils n’apprennent pas nécessairement ce rapport aux autres et ne tissent pas vraiment de lien social. Ce mode relationnel de l’indépendance est pourtant parfois encouragé par les structures sociales, afin de réduire la dépendance à l’égard des services étatiques.

  • 40  Boris Cyrulnik, « Comment un professionnel peut-il devenir un tuteur de résilience ? », in Boris C (...)

48Dans cette perspective, nous avons montré comment les soutiens de l’entourage des jeunes pouvaient constituer à la fois un objet d’intervention et un enjeu majeur puisque le réseau joue un rôle essentiel dans le passage des jeunes à la vie adulte. Le travail sur les réseaux et les soutiens du jeune s’inscrit dans le long terme, dans une démarche respectueuse du jeune. À ce titre, il ne suffit pas seulement que ce dernier dise avoir des gens qui l’entourent pour que ces soutiens soient mobilisés. De surcroît, ces soutiens peuvent être inhibiteurs des transitions. Ainsi, trop souvent, on ne prend pas en compte la complexité des dynamiques de mobilisation des réseaux en voulant insérer les populations démunies en emploi. Dans cette perspective, si l’intervenant doit donner du temps au jeune dans son processus d’insertion, il lui faut également prendre le temps nécessaire à la construction d’un lien fort avec le jeune en difficulté pour pouvoir agir pour un temps comme « tuteur de résilience »40.

  • 41  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, « Le Projet qualification des jeunes : le passage à l (...)

49Se donner le temps implique également d’élargir le prisme de l’insertion en emploi pour s’intéresser aux autres transitions vers la vie adulte, dans la mesure où elles sont interdépendantes. En effet, nous avons montré ailleurs que l’insertion résidentielle des jeunes placés est essentielle et doit précéder l’insertion professionnelle : elle est pour les jeunes rencontrés dans cette recherche une condition sine qua non du maintien en emploi ou dans les études41. Agir sur les dynamiques d’insertion de manière multidimensionnelle exige un travail sur divers aspects de la vie du jeune, et l’intervention est d’autant plus propice à l’expérimentation sociale qu’elle ne se cantonne pas à la qualification. Dans cette perspective, il est certain que favoriser la stabilité résidentielle avant tout autre chose (en lien avec le réseau, bien sûr) est un gage de succès du processus engendré par la fin de la prise en charge du jeune.

50Pour autant, nous avons vu que la situation des jeunes rencontrés est parfois à la limite de l’exclusion. Considérant les conditions sociales dans lesquelles ils sont placés et le moment biographique mouvementé qu’ils traversent, il serait important de comprendre le rôle des réseaux sociaux dans le passage à la vie adulte dans la durée. Cela appelle à une recherche longitudinale sur le devenir des jeunes puisque le regard porté dans cette recherche ne permet pas de juger de la stabilité de leur situation à la fin de la période observée, bien des bifurcations et des réversibilités étant encore à prévoir.

Haut de page

Bibliographie

Barth (Richard), "On their own: The experience of youth after foster care", Child and Adolescent Social Work Journal, n° 7, 1990, p. 419-440.

Bellot (Céline) et Goyette (Martin), "S'insérer : un enjeu majeur pour les jeunes en difficulté", Intervention, décembre 2006, p. 17-26.

Bertaux (Daniel), "L'approche biographique : sa validité méthodologique, ses potentialités", Cahiers internationaux de sociologie, n° 69, 1980, p. 197-225.

Bertaux (Daniel), "Fonctions diverses des récits de vie dans le processus de recherche", in Desmarais (Danielle) et Grell (Paul) [dir.], Les récits de vie. Théories, méthodes et trajectoires types, Montréal, éditions Saint-Martin, 1986, p. 21-35.

Bidart (Claire), La construction de l'insertion socio-professionnelle des jeunes à l'épreuve du temps. Une enquête longitudinale, Laboratoire d'économie et de sociologie du travail, 2002, 137 p.

Bidart (Claire), Devenir adulte aujourd'hui : perspectives internationales, injep, coll. Débats-jeunesse, L'Harmattan, Paris, 2006, 231 p.

Bidart (Claire) et Charbonneau (Johanne), The contextual Name Generator: A Good Tool for the Study of Siciability and socialization, présentation à l’International Social Network Conference, Sunbelt XXVII, Corfou, Grèce, mai 1-6 2007.

Bidart (Claire) et Degenne (Alain), “Introduction : The dynamics of personal networks”, Social Networks, 27 (4), 2005, p. 283-287.

Bidart (Claire) et Lavenu (Daniel), “Evolutions of personal networks and life events”, Social Networks, Elsevier, 27 (4), 2005, p. 359-376.

Bourdon (Sylvain) et Charbonneau (Johanne), Famille, réseaux et persévérance aux études collégiales. Recherche en cours financée par le fqrsc, université de Sherbrooke, 2004.

Charbonneau (Johanne), Adolescentes et mères. Histoires de maternité précoce et soutien du réseau social, Saint-Nicolas, PUL, 2003, 273 p.

Charbonneau (Johanne) et Turcotte (Martin), "Les réseaux sociaux", in Bernard (Paul), Bourdon (Sylvain), Charbonneau (Johanne), Contandriopaulos (André-Pierre), Drapeau (Aline), Helly (Denise), Levebvre (Pierre), Paquet (Ginette) [dir.], Connaître, débattre et décider. La contribution d'une enquête socioéconomique et de santé intégrée et longitudinale (essil), inspq, 2005, p. 11-14.

Collins (Mary Elyzabeth), "Transition to Adulthood for Vulnerable Youth: A Review of Research and Implications for Policy", Social Service Review, 75 (2), 2001, p. 271-291.

Coles (Bob), Youth and Social Policy: Youth Citizenship and Young Careers, London, UCL Press, 1995, 256 p.

Courtney (Mark E.) et al., “Transitions to Adulthood: A Longitudinal View of Youth Leaving Care”, Child Welfare, 80 (6), 2001, p. 685-717.

Cyrulnik (Boris) « Comment un professionnel peut-il devenir un tuteur de résilience ? », in Cyrulnik (Boris), Seron (Claude) [éds.], La résilience ou comment renaître de sa souffrance, Fabert Paris., 2003, p. 23-43.

De Singly (François), "Penser autrement la jeunesse", Lien social et politiques, (43), 2000, p. 9-22.

Desmarais (Danielle), Trajectoire professionnelle et expérience du chômage ouvrier. Des récits de vie et leurs significations multiples, thèse de doctorat, département d'Anthropologie, université de Montréal, 1989.

Desmarais (Danielle) et Grell (Paul) [dir.], Les récits de vie : théorie, méthode et trajectoires types, Montréal, éditions Saint-Martin, 1986, p. 55-83.

Dumaret (Annick-Camille), Coppel-Batsch (Marthe), Simone Couraud, “Adult outcome of children reared for long term period in foster families”, Child Abuse & Neglect, vol. 21, n° 10, p. 911-927.

Franke (Sandra), Measurement of Social Capital Reference Document for Public Policy Research, Development, and Evaluation. pri Project Social Capital as a Public Policy Tool, Gouvernement du Canada, 2005.

Frechon (Isabelle), Insertion sociale et familiale de jeunes femmes anciennement placées en foyer socio-éducatif, thèse de doctorat, université Paris X-Nanterre, Paris, 2004.

Frechon (Isabelle), « Les stratégies féminines d'entrée dans la vie adulte », in Élisabeth Callu, Jean-Pierre Jurmand, Alain Vulbeau [éd.], La place des jeunes dans la cité. Tome 2, Espaces de rue, espaces de parole, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 215-232.

Gauthier (Madeleine), Molgat (Marc), Saint-Laurent (Louise), Lien social et pauvreté : repérage et profil des jeunes précaires qui vivent seuls en milieu urbain, rapport de recherche, Sainte-Foy, inrs-Culture et Société, 1999.

Goyette (Martin), Réseaux sociaux, soutiens et supports dans le passage à la vie adulte : le cas de jeunes ayant connu un placement, thèse de doctorat, École de service social, université Laval, 2006, 193 p.

Goyette (Martin), "Promoting Autonomous Functioning Among Youth in Care: A Program Evaluation", New Directions for Youth Development, printemps 2007, p. 89-105.

Goyette (Martin), Bellot (Céline) et Panet-Raymond (Jean), Le Projet Solidarité jeunesse : dynamiques partenariales et insertion des jeunes en difficulté, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 2006. 178 p.

Goyette (Martin), Royer (Marie-Noële), Noël (Véronique), Chénier (Geneviève), Projet d'intervention intensive en vue de préparer le passage à la vie autonome et d'assurer la qualification des jeunes des centres jeunesse du Québec, Rapport final d'évaluation, Montréal, 2007, p. 230.

Goyette (Martin), Morin (Amélie), Boislard (Jean), « Le Projet Qualification des jeunes : le passage à la vie adulte des jeunes recevant des services des centres jeunesse », Revue Intervention, n° 129, 2008, pp. 16-26.

Huberman (A. Michael), et Miles (Mathieu B.), Analyse des données qualitatives, Recueil de nouvelles méthodes, De Boeck université, Montréal, édition du Renouveau pédagogique, Bruxelles, 1991.

Jahnukaiken (Markku), “Hi-risk youth transitions to adulthood: A longitudinal view of youth leaving the residential education in Finland”, Children and Youth Services Review, 29, 2007, pp. 637-654.

Kufeldt (Kathleen), “Graduates of Guardianship Care: Outcomes in Early Adulthood”, in Kufeldt (Kathleen ) et McKenzie (Brad) [éds.], Child Welfare: Connecting Research, Policy and Practice, Waterloo, Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 2003, pp. 203-216.

Lanctôt (Nadine), “Les adolescentes prises en charge par le centre jeunesse : Que deviennent-elles au tournant de la vingtaine ?” Défi jeunesse, 12 (2), 2006, pp. 3-7.

Lévesque (Maurice), Le capital social comme forme sociale de capital : reconstruction d'un quasi-concept et application à l'analyse de la sortie de l'aide-sociale, thèse de doctorat en sociologie, université de Montréal, 2000.

Mann-Feder (Varda R), “Transition or Eviction: Youth Exiting Care for Independent Living”, Whiley Periodicals, (113), 2007, 167 p.

Martuccelli (Danilo), Grammaire de l'individu, Paris, éditions Gallimard, 2002, 304 p.

Maunaye (Emmanuelle) et Molgat (Marc), Les jeunes adultes et leurs parents. Autonomie, liens familiaux et modes de vie, Sainte-Foy, Les Presses de l'université Laval et l'iqrc, décembre 2003, 244 p.

Mech (Edmund V.) "Where Are We Going Tomorrow: Independent Living Research", in Nollan (Kimberly A.) et Downs (Chris) [dir.], Preparing Youth for Long-Term Success. Proceeding from the Casey Family Program National Independent Living Forum, CWLA Press, 2001, pp. 27-34.

Nadeau (France), Le passage à la vie autonome chez les jeunes ayant vécu un placement en milieu substitut, mémoire de maîtrise. École de service social, université Laval, 2000.

Nollan (Kimberly A.), "What Works in Independent Living Preparation for Youth in Out-of-Home Care", in Kluger (Miriam P.), Alexander (Gina), Curtis (Patrick A.) [dir.], What Works in Child Welfare, Washington dc, cwla Press, 2000, p. 195-204.

Owen (Lloyd), Lunken (Tony), Davis (Cathy), Cooper (Brian), Frederico (Margarita), Keating (Tom), Pathways to interdependence and independence: the living care initiative. A study and good practice development project prepared for child protection and juvenile justice, the department of human services Victoria, La Trobe University, 2000.

Passeron (Jean-Claude), "Biographies, flux, itinéraires, trajectoires", Revue française de sociologie, n° 31 (1), 1990, p. 3-22.

Peneff (Jean), La méthode biographique : De l'École de Chicago à l'histoire orale, Paris, Armand Colin, 1990, 144 p.

Rutman (Deborah), Hubberstey (Carol), Feduniw (April), Brown (Erinn), When Youth Age Out of Care, Bulletin of Time 2 Findings, Victoria, Research Initiatives for Social Change unit, School of Social Work, University of Victoria, 2006, 23 p.

Soulet (Marc-Henry), « Faire face et s'en sortir : vers une théorie de l'agir faible », in Châtel (Vivianne) et Soulet (Marc-Henry) [dir.], Agir en situation de vulnérabilité, vol. 167, n° 182, septembre 2003, Laval, Presses de l'université de Laval.

Haut de page

Notes

1  On parle au Québec de « milieu substitut » pour désigner un milieu de vie hors de la famille où un mineur peut être hébergé si son développement ou sa sécurité sont compromis ou s’il a commis un acte de délinquance. Plusieurs types deressources existent, notamment les ressources de type familial (famille d’accueil), les ressources intermédiaires (foyer de groupe, appartement supervisé) et les centres de réadaptation.

2  Les centres jeunesse sont des établissements qui offrent des services spécialisés à la jeunesse sur un même territoire. Ils ont été créés grâce à un regroupement des services à l'enfance (les centres de protection de l'enfance et de la jeunesse issus quelques années auparavant des centres de services sociaux) et des services de réadaptation pour les jeunes en difficulté (les centres de réadaptation). Il s’agit donc de la création sous une même organisation, d’un continuum en protection de la jeunesse, en délinquance des mineurs et en réadaptation psychosociale. Les centres jeunesse ont pour mandat prioritaire l’application de la Loi sur la protection de la jeunesse, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et la Loi sur les services de santé et les services sociaux. Quelque 100 000 enfants, jeunes et familles en difficulté reçoivent chaque année des services des seize centres jeunesse du Québec.

3 Martin Goyette, Marie-Noële Royer, Véronique Noël, Geneviève Chénier, Projet d'intervention intensive en vue de préparer le passage à la vie autonome et d'assurer la qualification des jeunes des centres jeunesse du Québec, rapport final d'évaluation, Montréal, 2007, p. 230.

4 Ibid.; Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard,  « Le Projet Qualification des jeunes : le passage à la vie adulte des jeunes recevant des services des centres jeunesse », Revue Intervention, n° 129, 2008, p. 16-26.

5  Bob Coles, Youth and Social Policy: Youth Citizenship and Young Careers, London, ucl Press, 1995,. 256 p.

6  Claire Bidart, Devenir adulte aujourd'hui : perspectives internationales, injep, coll. Débats-jeunesse, L'Harmattan, Paris, 2006, 231 p.

7 Emmanuelle Maunaye et Marc Molgat, Les jeunes adultes et leurs parents. Autonomie, liens familiaux et modes de vie, Sainte-Foy, Les Presses de l'université Laval et l'iqrc, décembre 2003, 244 p.

8  Martin Goyette, Céline Bellot et Jean Panet-Raymond ;  Le Projet Solidarité jeunesse : dynamiques partenariales et insertion des jeunes en difficulté, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 2006. 178 p.

9  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, op. cit.

10  Mary Elyzabeth Collins, "Transition to Adulthood for Vulnerable Youth: A Review of Research and Implications for Policy", Social Service Review, vol. 75 n° 2, 2001, p. 271-291 ; Mark E. Courtney et all., “Transitions to Adulthood: A Longitudinal View of Youth Leaving Care”, Child Welfare, vol. 80, n° 6, 2001, p. 685-717 ; Madeleine Gauthier, Marc Molgat, Louise Saint-Laurent, Lien social et pauvreté : repérage et profil des jeunes précaires qui vivent seuls en milieu urbain, rapport de recherche, Sainte-Foy: inrs-Culture et Société, 1999 ; Martin Goyette et al., op. cit.

11  Deborah Rutman, Carol Hubberstey, April Feduniw, Erinn Brown, When Youth Age Out of Care, Bulletin of Time 2 Findings, Victoria, Research Initiatives for Social Change unit, School of Social Work, University of Victoria, 2006, 23 p.

12  Isabelle Frechon, « Les stratégies féminines d'entrée dans la vie adulte », in Élisabeth Callu, Jean-Pierre Jurmand, Alain Vulbeau (éd.), La place des jeunes dans la cité. Tome 2, Espaces de rue, espaces de parole, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 215-232 ; Kathleen Kufeldt, “Graduates of Guardianship Care: Outcomes in Early Adulthood”, in Kathleen Kufeldt et Brad McKenzie (éds.), Child Welfare: Connecting Research, Policy and Practice, Waterloo, Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 2003, p. 203-216 ; Martin Goyette, "Promoting Autonomous Functioning Among Youth in Care : A Program Evaluation", New Directions for Youth Development, printemps 2007, p. 89-105.

13 Annick-Camille Dumaret, Marthe Coppel-Batsch, Simone Couraud, “Adult outcome of children reared for long term period in foster families”, Child Abuse & Neglect, vol. 21, n° 10, p. 911-927 ; Isabelle Frechon, op. cit.; Markku Jahnukaiken, “Hi-risk youth transitions to adulthood: A longitudinal view of youth leaving the residential education in Finland”, Children and Youth Services Review, vol.29, 2007, pp. 637-654 ; Nadine Lanctôt, “Les adolescentes prises en charge par le centre jeunesse : Que deviennent-elles au tournant de la vingtaine ?”, Défi jeunesse, vol. 12, n° 2, p. 3-7, 2006.

14  Varda R. Mann-Feder, “Transition or Eviction: Youth Exiting Care for Independent Living”, Whiley Periodicals, n° 113, 2007, 167 p. ; Edmund V. Mech, "Where Are We Going Tomorrow: Independent Living Research.", in Kimberly A. Nollan et Chris Downs (dir.), Preparing Youth for Long-Term Success. Proceeding from the Casey Family Program National Independent Living Forum, cwla Press, 2001, p. 27-34 ; Kimberly A. Nollan, "What Works in Independent Living Preparation for Youth in Out-of-Home Care", in Miriam P.Kluger, Gina Alexander, Patrick A. Curtis (dir.), What Works in Child Welfare, Washington DC, CWLA Press, 2000, pp. 195-204 ; Lloyd Owen et all., Pathways to interdependence and independence: the living care initiative. A study and good practice development project prepared for child protection and juvenile justice, the department of human services Victoria, La Trobe University, 2000.

15  Isabelle Frechon, Insertion sociale et familiale de jeunes femmes anciennement placées en foyer socio-éducatif, thèse de doctorat, université Paris X-Nanterre, Paris, 2004.

16  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, op. cit.

17  Claire Bidart, op. cit. ; Johanne Charbonneau, Adolescentes et mères. Histoires de maternité précoce et soutien du réseau social, Saint-Nicolas, pul, 2003, 273 p.

18  Danilo Martuccelli, Grammaire de l'individu, Paris, éditions Gallimard, 2002, 304 p.

19  Claire Bidart et Alain Degenne, “Introduction : The dynamics of personal networks”, Social Networks, vol. 27, n° 4, 2005, pp. 283-287.

20  Claire Bidart, op. cit.

21  Isabelle Frechon, op. cit.

22 Marc-Henry Soulet, « Faire face et s'en sortir : vers une théorie de l'agir faible », in Vivianne Châtel et Marc-Henry Soulet (dir.), Agir en situation de vulnérabilité, vol. 167, n° 182, septembre 2003, Laval, Presses de l'université de Laval.

23  Claire Bidart, op. cit.

24  Claire Bidart et Alain Degenne, op. cit. ;Johanne Charbonneau,op. cit. ;Danilo Martuccelli, op. cit.

25  Danilo Martuccelli, op. cit.; François de Singly , "Penser autrement la jeunesse", Lien social et politiques, vol.43, 2000, pp. 9-22.

26  Claire Bidart et Daniel Lavenu, “Evolutions of personal networks and life events”, Social Networks, Elsevier, vol. 27 n° 4, 2005, pp. 359-376.

27  Johanne Charbonneau, op. cit.

28  Danilo Martuccelli, op. cit.

29  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, op. cit

30  Même si certains ont pu être également pris en charge par la  Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

31 Richard Barth, "On their own: The experience of youth after foster care", Child and Adolescent Social Work Journal, vol. 7, 1990, p. 419-440 ; France Nadeau, Le passage à la vie autonome chez les jeunes ayant vécu un placement en milieu substitut, mémoire de maîtrise, École de service social, université Laval, 2000.

32 Ibid.

33  Ces entrevues ont été intégralement enregistrées et retranscrites. Elles ont fait l’objet d’un traitement utilisant le logiciel Nvivo. Les données relationnelles colligées dans le cadre du questionnaire réseau sont principalement traitées avec le logiciel SPSS.

34 Claire Bidart et Johanne Charbonneau,The Contextual Name Generator: A Good Tool for the Study of Sociability and Socialization, communication présentée au XXVIIe congrès de l’International Network for Social Network Analysis, Corfou, Grèce, mai 2007, inédits 2007-06, INRS-Urbanisation, Culture et Société, 35 p.

35 Voir un exemple de ce tableau synthèse à l’annexe 1.

36  Martin Goyette, Réseaux sociaux, soutiens et supports dans le passage à la vie adulte : le cas de jeunes ayant connu un placement, thèse de doctorat,École de service social, université Laval, 2006, 193 p.

37  Céline Bellot et Martin Goyette, op. cit.

38  Céline Bellot et Martin Goyette, op. cit.; Martin Goyette, Céline Bellot et Jean Panet-Raymond, op. cit.

39  La direction de la Protection de la jeunesse (dirigée par le directeur de la Protection de la jeunesse) est une fonction créée par la Loi sur la protection de la jeunesse pour protéger les enfants en difficulté. À partir d’un signalement, le directeur de la Protection de la jeunesse (dpj) a le mandat d'intervenir pour faire cesser toute situation qui compromet la sécurité ou le développement d'un enfant. Il peut déléguer certaines de ses responsabilités pour assurer la protection de l'enfant, notamment en confiant la prise en charge de la situation d'un enfant ou d'un adolescent à d'autres personnes ou organismes : familles d'accueil, foyers de groupe, centres de réadaptation.

40  Boris Cyrulnik, « Comment un professionnel peut-il devenir un tuteur de résilience ? », in Boris Cyrulnik et Claude Seron (éds.), La résilience ou comment renaître de sa souffrance, Fabert, Paris, 2003, pp. 23-43.

41  Martin Goyette, Amélie Morin, Jean Boislard, « Le Projet qualification des jeunes : le passage à la vie adulte des jeunes recevant des services des centres jeunesse », Revue Intervention, n° 129, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les trajectoires d’insertion des jeunes du PQJ
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/6434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/6434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Goyette et Marie-Noële Royer, « Interdépendance des transitions vers l’autonomie de jeunes ayant connu un placement : le rôle des soutiens dans les trajectoires d’insertion », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°8 | Automne 2009, mis en ligne le 08 janvier 2010, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/6434

Haut de page

Auteurs

Martin Goyette

Professeur agrégé à l'École nationale d'administration publique (université du Québec). Il s'intéresse à l'insertion socioprofessionnelle et à la préparation à la vie autonome de jeunes en difficulté, et au rôle des réseaux sociaux dans le passage à la vie adulte. Il dirige le projet de recherche Soutien à la vie autonome ayant pour finalité le développement d'outils d'intervention et de recherches visant la préparation à la vie autonome et le soutien à la sortie des jeunes recevant des services des centres jeunesse du Québec. Il a également dirigé l'évaluation du Projet qualification des jeunes de l'association des centres jeunesse du Québec. Ses travaux s'intéressent notamment à l'évaluation de l'action publique en partenariat dans le domaine des services sociaux et de la jeunesse.
Il a notamment publié : avec Céline Bellot et Jean Panet-Raymond, Le projet Solidarité jeunesse. Dynamiques partenariales et insertion des jeunes en difficulté, Presses de l'université du Québec, 2006 ; “Preparations for an autonomous life among youths receiving social protection services in Quebec ; a program evaluation”, New Directions for Youth Development: Theory, Practice, and Research, n° 113, 2007, p. 81-105 ; avec Isabelle Daigneault et Mélanie Vandette, “L'éthique de la recherche auprès des adolescents et l'exigence du consentement parental”, in Jean-Paul Amann, Marie-Luce Delfosse, Marie-Hélène Parizeau, La recherche clinique avec les enfants : libéralisme ou précaution ?, pul, 2009 ; avec Marie-Eve Turcotte et Marie-Noële Royer, « La relation entre des jeunes en difficulté et leur intervenant », in Johanne Charbonneau, Sylvain Bourdon, Les jeunes et leurs relations, pul, à paraître. martin.goyette@enap.ca

Articles du même auteur

Marie-Noële Royer

Marie-Noële Royer est professionnelle de recherche à l'École nationale d'administration publique (université du Québec). Elle travaille depuis quelques années en collaboration avec Martin Goyette, notamment pour les projets de recherche Soutien à la vie autonome et Évaluation du programme Qualification des jeunes, qui portent sur l'insertion socioprofessionnelle et la préparation à la vie autonome de jeunes en difficulté, ainsi que sur le rôle des réseaux sociaux dans le passage à la vie adulte.
Elle a également travaillé avec Céline Bellot sur les parcours judiciaires de personnes itinérantes, ainsi qu'avec avec Carlo Morselli sur la réussite criminelle de délinquants adultes (Carlo Morselli, Marie-Noële Royer, “Criminal Mobility and Criminal Achievement”, Journal of Research in Crime and Delinquency, vol. 45, n° 1, 2008, p. 4-21).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org