Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Intervenir auprès des jeunes en errance, de François Chobeaux

Hélène Chéronnet

Texte intégral

  • 1 François Chobeaux, 1996, Les nomades du vide, Arles, Actes Sud. Ce rapport est une synthèse d'une (...)

1François Chobeaux, responsable national des secteurs Social et jeunesses des Centre d'entraînement aux méthodes actives (CEMEA), est animateur du réseau professionnel national "jeunes en errance", et il mène un travail sur cette question depuis de nombreuses années1.

  • 2 tels qu'Alain Vulbeau en sociologie, Serge Lesourd et Olivier Douville en psychologie, Thierry Go (...)

2Son dernier ouvrage se situe au carrefour de la connaissance et de l'action et l'auteur, s'il  propose aux professionnels des pistes pour l'intervention auprès des jeunes errants, n'en développe pas moins une analyse réflexive de sa pratique. Il a mené cette réflexion en lien avec des universitaires, spécialistes de la question2.

  • 3 On parle aussi d'errance pour les patients souffrant de la maladie d'Alzheimer.
  • 4 Au point que Patrice Pattegay y consacre un article dès 2001. Patrice Pattegay, 2001, "L’actuelle (...)

3La catégorie reste difficile à construire3. Elle pourrait,si l'on n'y prenait garde,rassembler tous les sujets en souffrance alors qu'il existe un décalage entre les discours relatifs « au peuple des errants » et les situations concrètes4. La notion apparaît donc rapidement imprécise, la population difficile à définir et ses déplacements sur le territoire national, complexes à observer. François Chobeaux défend la thèse de l'existence de dynamiques protéiformes de l'errance avec son corollaire, à savoir que l'accompagnement nécessite du temps. Celui-ci s'inscrit, en effet, dans cette période particulière où être jeune signifie aussi se construire sur le plan psychique avec tous les remaniements identitaires que ce processus suppose.

4Pour nombre de jeunes, "l'errance [est] cette vie faite de déplacements aléatoires dans une illusion groupale soutenue par un usage très important de substances psychoactives" (p. 25). Ils sont en quête d'identité collective, insatisfaits de la vie sédentaire et de son tissu relationnel. Ils ont de la difficulté à se construire du fait de leurs trajectoires personnelles, souvent caractérisées par l'enchaînement de ruptures avec les différentes instances remplissant une fonction de socialisation.

5La première génération "venue à la zone" avait entre quinze et vingt ans dans les années 1990 et François Chobeaux décrit les effets de la sédentarisation où "l'agir" adolescent laisse place à la précarité, à la misère, à la maladie, à la dépendance aux drogues et à la mort des autres. Depuis, les années 2000, l'errance change de forme et "aux errants historiques" vieillissant, composant une société marginale, vient s'ajouter une population plus jeune qui en adopte très vite les comportements les plus extrêmes. Mais, l'errance change aussi de lieux et ces nouveaux venus investissent d'autres territoires que les sites des festivals et leurs périphéries. Dans les centres des villes moyennes, ils donnent à voir leur jeunesse en destruction.

6La notion « jeunes en errance » n’est pas stable et recouvre des réalités différentes selon les professionnels qui se l’approprient. La construction des représentations relatives aux jeunes en errance, et donc leur catégorisation, a  des effets sur la décision publique. Ceci n'est évidemment pas sans enjeux car, pour François Chobeaux, plus la désignation est large, plus l'action publique risque d'être généraliste et de ce fait inadaptée aux difficultés spécifiques de ceux qu'elle est censée aider.

  • 5 Patrice Pattegay, P , 2001, "L’actuelle construction en France du problème des jeunes en errance. (...)

7Patrice Pattegay a montré dans son article paru dans Déviance et Société que ce ne sont pas des enjeux cognitifs qui interviennent dans la construction de la catégorie d’errance mais bien des enjeux politiques5.Pour cet auteur,la définition théorique de la catégorie ne serait pas construite à partir d’une objectivation des différentes caractéristiques de cette population. Elle serait davantage conditionnée par les problèmes pratiques qu'elle pose aux municipalités (populations visibles et dérangeantes pour le commerce et la tranquillité sur le plan local, déviance esthétique et comportementale).

  • 6 Olivier Douville, 2000, "Des adolescents en errance de lien", L'information psychiatrique,n°1, jan (...)
  • 7 David Le Breton, En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie, Métailié, Paris, 2007.

8Prenant en compte ces apports scientifiques, François Chobeaux tente de dépasser l'approche globalisante représentée par la catégorisation binaire d'une errance choisie ou non. Pour décrire la population des jeunes errants, il propose une modélisation qui articule diverses catégories professionnelles et d'autres inspirées, entre autres, de la clinique de l'errance d'Olivier Douville6 et des travaux en anthropologie de David Le Breton7 sur les recherches juvéniles de soi.

9C'est ainsi qu'il choisit de croiser des catégories indigènes telles que les différentes modalités de l'errance (choisie, assumée, subie), les différentes formes qu'elle recouvre (origines, itinéraires, types de négociations relatives à la sortie de l'errance) avec des catégories quelques peu hybrides qui s'inspirent à la fois des acquis des sciences sociales et humaines et des pratiques professionnelles (les jeunes errants qui se cherchent, ceux qui se perdent, ceux qui se fuient). Ce modèle paraît être le fruit d'une vingtaine d'années de recherche et de travail auprès de ces populations. On ne peut cependant, dans le livre, en mesurer toute la pertinence et la valeur heuristique sur le plan empirique. C'est là sa limite, mais ce peut-être aussi une piste de réflexion pour d'autres chercheurs.

10Sur le plan des pratiques professionnelles, François Chobeaux défend l'idée que les jeunes en errance représentent une richesse pour l'évolution des pratiques et des politiques de l'action sociale et éducative. Les professionnels ont constaté qu'il était possible, de rencontre en rencontre, de reprendre et d'approfondir les échanges engagés avec les jeunes contactés sur les lieux des festivals. Ces professionnels ont alors développé une pratique d'accompagnement dans une durée faite de discontinuités temporelles, spatiales et relationnelles. Celle-ci a bouleversé les normes de la relation classique, établie entre le professionnel et l'usager, en permettant à ce dernier d'être le maître du jeu (p. 61). L'un des principaux défis de l'exercice professionnel consiste à proposer des collectifs porteurs de projets identitaires au sein desquels il sera possible d'aider ces jeunes à être individuellement autonomes et responsables. L'auteur décrit alors une pratique clinique faite d'un travail autour de l'émergence d'une demande d'aide, d'investissements des professionnels dans une relation faisant appel à la fois de la créativité et des techniques pour que "le faire ensemble" ait des effets d'étayage à un narcissisme défaillant.

11Mais, évoluer n'est pas forcément le gage d'une insertion dans une société qui manque cruellement de logements comme d'emplois, qui ne tolère pas la défaillance et qui sélectionne les meilleurs. Les équipes sont alors souvent confrontées au paradoxe de soutenir des trajectoires vers l'autonomie, au sein de structures spécialisées. Les professionnels devraient orienter ces jeunes vers des dispositifs publics fonctionnant sur des exigences qu'ils ne sont pas toujours prêts à tenir. Accompagner des jeunes en errance essouffle, voire épuise les équipes et l'auteur plaide en faveur de la mise en place de partenariats tant entre professionnels et bénévoles qu'entre les différentes structures.

12Pour que l'innovation fonctionne dans les pratiques d'accompagnement et pour qu'un projet puisse naître, François Chobeaux recense trois éléments déterminants que sont une équipe de terrain stable, cohérente, mobilisée et active; une institution porteuse, attentive, crédible aux yeux des tutelles financières et institutionnelles et légitime aux yeux des professionnels de terrain; une ou des tutelles ouvertes, dynamiques, à l'écoute des institutions de terrain et ayant elles-mêmes les moyens de se faire en direct une idée de ce qui serait utile sur le terrain (p. 120).

13Accompagner ces jeunes demande du temps, de la tolérance, de l'ouverture à leurs trajectoires et au sens qu'ils donnent à l'errance (certains peuvent la revendiquer comme l'opposition à un modèle de société qu'ils désapprouvent). Les formes d'accompagnement sont donc complexes et vairées et s'accommodent mal des catégories induites par les critères de l'efficience et de l'efficacité du nouveau management public. L'augmentation des jeunes en difficulté, y compris parmi les catégories sociales intermédiaires, risque d'avoir pour effet de réduire les crédits à l'attention de populations qui ne demandent rien et qui de surcroît le revendiquent.

  • 8 Gaudin B, 1998, Jeunes en errance : Quels enjeux ? Que faire ? Jeunes, Échanges santé social, Revu (...)

14Le livre de François Chobeaux nous paraît particulièrement riche car il autorise une lecture à plusieurs niveaux. Il permet de dépasser la catégorie strictement administrative de l'errance8. Par une description précise et organisée, il dépasse la froideur conceptuelle pour nous faire partager la richesse d'une clinique et donner des pistes d'intervention aux travailleurs sociaux. Enfin, il alimente la controverse scientifique par la position qu'il défend.

15Pour tout un courant de la recherche, l’expérience de la vie dans la rue peut  apparaître comme un problème social à éradiquer et l’intervention sociale comme un moyen de modifier la trajectoire de ces jeunes afin de leur permettre de retrouver le droit chemin « acceptable ». Mais, d'autres chercheurs s'intéressent au potentiel de cette situation marginale, notamment dans ce qu'elle favorise d'une socialisation.

  • 9 Élisabeth Greissler, «La construction identitaire à partir d’expériences de rue à Montréal : une (...)

16La rue ne serait pas un espace hors société ou encore vide de sens. Cet espace permettrait à des jeunes de vivre des relations sociales et de "s'ancrer dans le social par ses marges". Pour de plus amples développements, on peut se reporter, entre autres, à l'article d'Élisabeth Greissler paru dans le n°6 de SEJED. Celui-ci fait le point sur ces orientations de recherche et s'intéresse, dans le cadre d'entretiens avec des jeunes vivant dans la rue et participant à un programme de "pairs aidant", à leurs modalités de construction identitaire et ce, à partir de leurs différentes modes d'action9. En croisant trois logiques d'action telles que le compromis, l'accommodation et l'anomie avec le rapport de ces jeunes à la conformité et à la marginalité, l'auteur met en évidence trois figures identitaires : les engagés, les craintifs, les errants.

17Enfin et pour conclure, l’observation de la construction du problème « jeunes en errance » autorise, selon Patrice Pattegay, plusieurs remarques : la frontière entre les problèmes d’ordre public et les problèmes sociaux ne serait jamais définitivement établie et ce, à fortiori, dans un contexte français marqué par le développement d’un discours sécuritaire et policier en direction d’une partie de la jeunesse. L'usage de la catégorie « jeunes en errance » permettrait alors de diviser la population des jeunes en difficultés entre ceux qui sont « en souffrance, perdu, égarés », et ceux responsables, selon le discours policier, des violences urbaines. La première catégorie désignant plutôt les jeunes occupant l'espace public du centre ville tandis que la seconde s'appliquerait en priorité des populations reléguées dans des quartiers populaires et des banlieues dégradées.

18Chobeaux (François), Intervenir auprès des jeunes en errance, La Découverte, coll Alternatives sociales, 2009, 16 €.

Haut de page

Notes

1 François Chobeaux, 1996, Les nomades du vide, Arles, Actes Sud. Ce rapport est une synthèse d'une recherche action menée sur trois villes festivalières (Bourges, La Rochelle, Aurillac). François Chobeaux, 2004, Les nomades du vide, La Découverte.

2 tels qu'Alain Vulbeau en sociologie, Serge Lesourd et Olivier Douville en psychologie, Thierry Goguel d'allondans et David Le Breton en anthropologie, Virgine Halley des Fontaines en santé publique.

3 On parle aussi d'errance pour les patients souffrant de la maladie d'Alzheimer.

4 Au point que Patrice Pattegay y consacre un article dès 2001. Patrice Pattegay, 2001, "L’actuelle construction en France du problème des jeunes en errance. Analyse critique d’une catégorie d’action publique". Dans Déviance et société. Vol 25~ n°3.

5 Patrice Pattegay, P , 2001, "L’actuelle construction en France du problème des jeunes en errance. Analyse critique d’une catégorie d’action publique". Op cité

6 Olivier Douville, 2000, "Des adolescents en errance de lien", L'information psychiatrique,n°1, janvier 2000.

7 David Le Breton, En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie, Métailié, Paris, 2007.

8 Gaudin B, 1998, Jeunes en errance : Quels enjeux ? Que faire ? Jeunes, Échanges santé social, Revue du ministère de l’emploi et de la Solidarité, La Documentation Française.

9 Élisabeth Greissler, «La construction identitaire à partir d’expériences de rue à Montréal : une tension entre marginalité et conformité.»,Sociétés et jeunesses en difficulté, n°6, http://sejed.revues.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Chéronnet, « Intervenir auprès des jeunes en errance, de François Chobeaux », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°8 | Automne 2009, mis en ligne le 08 décembre 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/6440

Haut de page

Auteur

Hélène Chéronnet

Formatrice chercheure à l’ENPJJ. Docteur en sociologie, elle est membre du CLERSE et a été Maître de conférences associée à la faculté des sciences économiques et sociales, Université de Lille 1. Ses recherches portent la professionnalisation de l’activité d’encadrement dans le travail social sous la contrainte de l’évolution des orientations libérales des politiques publiques. Elle signe avec Charles Gadéa une contribution récente sur ce thème : Chéronnet (Hélène), Gadéa (Charles), « les cadres du travail social et de la santé face à la rationalisation managériale des services publics » dans Demazière (Didier), Gadéa (Charles) [dir] Sociologie des groupes professionnels, acquis récents, nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009.
Elle travaille également sur la territorialisation des politiques de santé mentale dans le cadre du programme KNOW & POL (6e PCRD, 2006-2011), « Connaissances et politique. Place des connaissances dans la genèse et la régulation de l'action publique en Europe : convergences et spécificités sectorielles et nationales »
http://www.knowandpol.eu/fileadmin/KaP/content/Scientific_reports/Literature_review/Cheronnet_FR.pdf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org