Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Les jeunes, de Olivier Galland

Sébastien Pesce

Texte intégral

1Si l’édition de l’ouvrage sobrement intitulé Les jeunes dont il est question ici est récente (2009), l’essentiel du texte l’est moins. L’ouvrage fête en effet son premier quart de siècle, l’édition originale datant de 1984 : nous évoquerons dans ces lignes la septième édition de cette synthèse que l’on doit au sociologue Olivier Galland. C’est ainsi moins la nouveauté que la longévité et le succès de ce livre qui nous amènent à le signaler ici dans sa plus récente édition. Loin d’être obsolète, l’ouvrage de Galland, connu pour ses travaux sur la jeunesse, reste d’actualité, notamment grâce à la présentation de données récentes et à une bibliographie recensant, pour moitié, des ouvrages parus durant l’actuelle décennie.

2La structure de l’ouvrage semble à elle seule révélatrice d’un certain parti-pris. Si les quatrième et cinquième chapitres empruntent une voie proprement sociologique, en s’arrêtant sur la définition de l’objet (chapitre IV, « les âges de la jeunesse ») et en explorant les processus de socialisation propres à cette population (chapitre V, « les jeunes dans la société »), l’auteur opte dans les trois premiers chapitres pour une approche historique en privilégiant un plan, sinon pleinement chronologique, diachronique. Ainsi le premier chapitre met en scène la lente émergence de l’enfance et de la jeunesse jusqu’au XIXe siècle ; le second chapitre décrit les « premières tentatives d’encadrement » de la jeunesse, à la charnière des XIXe et XXe siècles ; le troisième chapitre questionne l’émergence de la jeunesse comme « question sociale », en décrivant la transition des « blousons noirs à la révolte étudiante ». Une telle structure révèle sans aucun doute un parti-pris, celui du sociologue réflexif soucieux de montrer que la perception que nous avons de cette « population jeune » est avant tout le résultat d’une lente construction.

3C’est ainsi « la construction de la jeunesse » qu’explore le premier chapitre (pp. 6-20), en insistant sur la manière dont la signification de la jeunesse a pu varier au fil de l’histoire. C’est selon Galland, qui s’appuie notamment sur la célèbre thèse d’Arièsi décrivant la découverte tardive de la jeunesse, à l’« idéologie bourgeoise » que l’on doit principalement la perception de l’enfance, puis de la jeunesse, comme catégories sociales spécifiques, perception qui semble avérée au XVIIIe siècle. Derrière l’apparition progressive de cette catégorie de la jeunesse se révèle pourtant, dès le XIXe siècle, la variété des situations et des statuts propres à cette population. Galland souligne ainsi que les parcours de jeunes bourgeois, de jeunes ouvriers ou d’adolescents évoluant dans la France traditionnelle sont difficilement comparables. C’est finalement l’émergence de la forme scolaire et l’institutionnalisation de l’enseignement qui viennent en partie gommer ces distinctions à la fin du XIXe siècle. Ce qui semble alors caractériser la jeunesse, et toute la jeunesse, c’est l’idéal d’une promotion par l’école, le capital scolaire devenant, quel que soit le milieu, un enjeu perçu par les jeunes et leurs familles.

4Le second chapitre de l’ouvrage analyse « les premières tentatives d’encadrement » de la jeunesse (pp. 21-30). Il s’agit pour l’auteur de signaler les principales « institutions », inscrites d’abord dans le modèle de la philanthropie bourgeoise, issues du clergé ou appartenant à la tradition de l’éducation populaire, institutions qui ont perçu l’enjeu d’une prise en charge spécifique des jeunes. Au-delà d’intéressants rappels historiques, l’analyse de Galland permet de s’interroger sur le rôle qu’ont joué les transactions entre la société et sa jeunesse dans la progressive autonomisation de cette catégorie sociale : « ainsi construite malgré elle, presque en dehors d’elle, la jeunesse populaire va cependant peu à peu s’affirmer de manière plus autonome, encore que partielle et ambiguë, dans des mouvements qui vont s’affranchir progressivement à la fois de la tutelle des adultes, de celle des bourgeois et de celle du clergé » (p.21).

5On conçoit aisément, une fois problématisée cette progressive autonomisation de la jeunesse, les phénomènes qu’analyse le troisième chapitre, sous le titre « des blousons noirs à la révolte étudiante » (pp. 31-48). Une jeunesse autonome, qui progressivement, forte notamment de son poids démographique grandissant (pp. 31-32), s’affirme au point d’être peu à peu perçue comme constituant non plus seulement une catégorie, mais un problème social. Galland met en lumière les multiples dimensions d’une affirmation qui cependant ne se limite pas à la violence (qu’elle soit la violence visible des émeutes ou celle que les adultes perçoivent dans la remise en question d’un modèle social qu’ils considéraient comme intangible), mais suppose aussi des phénomènes culturels, de Salut les Copains aux idoles que met en scène cette revue, en passant par les « bandes ». Galland souligne le paradoxe qui émerge avec le phénomène 68 : plus que jamais la jeunesse s’affirme, revendique son existence et sa culture, constituant une réalité particulièrement audible, cependant que son identité semble confiner au mystère : « après avoir été déniée, la jeunesse est reconnue, mais demeure plus que jamais un état d’indétermination prolongée qui ne s’ordonne nullement autour d’un rôle social effectif et pose toujours la question de l’identité juvénile » (p. 48).

6Finalement, les deux derniers chapitres inscrivent davantage l’ouvrage dans une problématisation sociologique. Le quatrième chapitre questionne, pour mieux définir l’objet, « les âges de la jeunesse » (pp. 49-77). Ce chapitre, qui propose d’identifier les caractères sociologiques à même de définir la catégorie sociale qui fait l’objet de l’ouvrage, rappelle assez précisément la démarche sociologique qui constitue l’un des intérêts majeurs d’un autre ouvrage essentiel de l’auteur, Sociologie de la jeunesseii. Sous le titre « les jeunes dans la société », le cinquième et dernier chapitre (pp. 78-114) permet à son auteur de composer, par le moyen notamment de données statistiques récentes, un tableau sociologique de la jeunesse, embrassant un ensemble de problématiques : socialisations scolaire, familiale et professionnelle ; modes de socialisation entre pairs ; entrée dans la vie sexuelle ; formes de participation politique et religieuse. Surtout, Galland propose une analyse très pertinente de la question des « déviances et révoltes juvéniles » (pp. 106-114). Ce titre à lui seul suggère un parti-pris marqué de l’auteur : envisager les manifestations violentes de ces « classes dangereuses » (l’auteur emprunte l’expression au célèbre ouvrage de Chevalieriii) sous l’angle de la révolte, en les présentant comme autre chose que l’expression impensable d’une désaffiliation passive, d’un refus du social. Emeutes et violences sont ainsi considérées, plus ou moins explicitement, comme la manifestation d’une prise de position active et déterminée contre les aspects perçus comme les plus inacceptables de l’ordre social.

7Pour conclure, l’actualité et l’intérêt de l’ouvrage ne tiennent pas seulement à la variété des données à leur actualisation, mais aussi à une manière très spécifique d’engager le lecteur dans l’appréhension de la population des jeunes. La dimension historique de l’ouvrage nous invite à nous départir d’une vision figée de la jeunesse, d’une représentation homogène de cette catégorie dont les mutations permanentes signent la complexité. Finalement, Galland nous arrache à un réflexe tentant, auquel tout professionnel de la jeunesse, de l’enseignement, de l’éducation spécialisée, tend à succomber : partir en quête d’un « diagnostic » objectif, stable, synthétique, portant sur cette jeunesse dont l’identité nous échappe, afin de produire des modalités d’intervention qui s’afficheraient comme des réponses pertinentes et rationnelles à l’état des lieux. Voilà résumé le réflexe « psychologisant » dont a hérité le monde de l’éducatif autant que le monde scolaire, réflexe qui consiste à supposer aux destinataires de notre action des traits suffisamment stables (et partagés par tous les individus) pour justifier une réponse unique et homogène. C’est précisément ce réflexe que rejette d’emblée Olivier Galland : « ‘être jeune’, qu’est-ce que cela signifie au fond, quels sont les critères qui définissent sans ambiguïté cet état, où se situe la frontière entre la jeunesse et l’âge adulte ? Ces questions ne peuvent se satisfaire des réponses apportées par les médecins et les psychologues qui, dans les années 1950 ayant le quasi-monopole du discours sur les jeunes, assimilaient l’adolescence à la crise pubertaire et définissaient la jeunesse comme une période difficile de maturation psychologique qui devait conduire à l’âge adulte » (pp. 3-4). C’est sur la base d’une telle appréhension de la question que Galland conclut que « la jeunesse est autre chose qu’une simple catégorie idéologique » (p. 115), et prend position quant à ce qui lui semble être sans aucun doute le sens des relations difficiles que la société entretient à sa jeunesse : « la conflictualité juvénile a changé de nature. (…) les questions identitaires et culturelles liées à l’appartenance de classe d’âge, centrales dans les années 1960, ont laissé la place à des enjeux éducatifs et économiques (…) les jeunes se constituent en une sorte de syndicat de classe d’âge, défendant ce qu’il considère comme étant ses intérêts, le plus souvent au nom de l’égalité d’accès aux ‘biens éducatifs’ et au marché du travail » (p. 116).

8L’on pourra toujours dire que l’idée n’est pas révolutionnaire ; cependant elle a le mérite d’être ici mise en perspective et problématisée, et de nous rappeler un principe aussi évident que difficile, semble-t-il, à entendre : éducateurs et professionnels de la jeunesse pourront encore longtemps exercer leur talent dans le jeu qui consiste à réagir à la violence, tant que la société ne fera pas l’effort d’en interroger la signification sociale et les enjeux véritables. Nous sommes probablement trop occupés aujourd’hui à trouver les moyens d’imposer nos modèles, mais peut-être parviendrons-nous bientôt à faire preuve d’humilité, et à en questionner le sens et les limites.

9Galland (Olivier) Les jeunes, Paris, La découverte, Collection Repères, 7e édition 2009, 124 pages. 9,50 €

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Pesce, « Les jeunes, de Olivier Galland », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°8 | Automne 2009, mis en ligne le 08 janvier 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://sejed.revues.org/6443

Haut de page

Auteur

Sébastien Pesce

Docteur en Sciences de l’Education, Sébastien Pesce est enseignant et formateur. Ses travaux portent principalement sur les pédagogies alternatives, les processus institutionnels et la formation d’adultes. Parmi ses dernières publications : avec C. Guillaumin et N. Denoyel, Pratiques réflexives en formation : ingéniosité et ingénieries émergentes, Paris, l’Harmattan, 2009 ; « Lieu et milieu dans la pédagogie de Fernand Oury : le complexe éducatif », in Ph. Meirieu, L. Martin, & J. Pain (éds.), La Pédagogie Institutionnelle de Fernand Oury, Vigneux, Matrice, 2009 ; « De l'enfant a-culturel à la culture enfantine », in Chantiers Politiques, n° 6, « Enfances », 2008

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org