Navigation – Plan du site
Introduction au dossier

Introduction au dossier hors série « L'inclusion sociale en pratique. Intervention sociale et jeunes marginalisés en Europe »

Evelyne Baillergeau

Texte intégral

  • 1  « L’intervention sociale auprès des jeunes des quartiers sensibles d’Europe : Y a-t-il encore une (...)

1Il est des termes dont la traduction est pour le moins problématique, tant ils sont ancrés dans des histoires spécifiques. « Youth work » et « animation socioculturelle » sont de ceux-là, quand il s’agit de traduire le premier en français et le second en anglais. Pourtant, ces deux termes, qui ne sont en aucun cas la traduction l’un de l’autre, se rejoignent pour esquisser les contours d’un champ de pratiques relativement homogène à l’échelle européenne et que l’on se propose de nommer « intervention sociale auprès des jeunes ». Ce dossier hors série de la revue Sociétés et Jeunesses en Difficulté a pour but d’explorer les formes de ce champ et d’interroger les défis qui se posent aux jeunes et aux intervenants qui lui donnent vie. La matière de ce dossier est issue d’un séminaire européen bilingue qui a eu lieu en septembre 2008 à l’Université d’Amsterdam en partenariat avec le CERTS (Centre européen de ressources pour la recherche en travail social).1

  • 2  En effet, tant le youth work que l’animation socioculturelle ne se limitent pas intrinsèquement à (...)

2Depuis un siècle, bon nombre d’intervenants sociaux se consacrent aux jeunes issus de milieux défavorisés pour tenter d’améliorer leurs conditions de vie et/ou de favoriser leur insertion sociale via l’accès à l’école, l’accès à une formation professionnelle complémentaire, à la culture, aux loisirs, etc. Dans les premiers temps, la pratique de l’intervention sociale auprès des jeunes était essentiellement liée à des initiatives caritatives d’ordre religieux ou politique. L’essor de l’Etat-providence a permis le développement de pratiques financées par les pouvoirs publics, qu’elles aient lieu dans un cadre institutionnel ou dans le cadre d’associations à but non lucratif. L’intervention sociale, auprès des jeunes, financée par des fonds publics, s’inscrit tantôt dans une optique universaliste (à travers des activités ouvertes à tous les jeunes et donc pas uniquement destinées aux jeunes issus de milieux défavorisés2), tantôt dans une optique ciblée (à travers des activités s’adressant spécialement à des jeunes en danger, par exemple sous un mandat judiciaire, ou encore dans une optique de santé publique pour certains jeunes considérés « à risques »). Il arrive parfois que ces deux optiques soient combinées dans certaines pratiques.

3Au cours des dernières décennies, l’intervention sociale auprès des jeunes a rencontré de nouveaux défis dans l’ensemble des pays européens, du fait de l’émergence de nouvelles formes de pauvreté et d’exclusion touchant les jeunes et du fait de changements structurels qui conduisent les politiques publiques à privilégier, de plus en plus, les approches ciblées au détriment des approches universalistes. Dans un tel contexte, qu’en est-il des pratiques d’intervention sociale qui visent à offrir aux jeunes des alternatives à la pauvreté et/ou à la délinquance dans l’optique de favoriser leur inclusion sociale : Quels sont les profils des professionnels impliqués dans ces pratiques ? Comment leurs missions sont-elles définies ? Quels sont les référents théoriques de ces pratiques ? Quels sont les principaux défis qui s’imposent aux intervenants sur le terrain ? L’idée d’éducation populaire, souvent associée à l’optique universaliste, est-elle soluble dans le ciblage des jeunes dits « à risque » ?

4Cette notion incertaine de « jeunes à risque » tend d’ailleurs à se diffuser dans bon nombre de pays européens – tant dans les médias de masse que dans les orientations des politiques publiques – pour englober tout à la fois les jeunes en situation de danger pour eux-mêmes et les jeunes présumés représenter un danger pour autrui. Ce second profil a d’ailleurs le vent en poupe. En effet, les jeunes issus des quartiers dits « sensibles » sont de plus en plus présentés comme une menace à l’ordre public et à la quiétude des citoyens ordinaires, alors que le sentiment d’insécurité et la « peur du crime » sont devenus des préoccupations majeures pour les citoyens et pour les responsables politiques dans bien des pays. Comment les intervenants qui se consacrent aux jeunes en danger dans une optique de sortie de la marginalité réagissent-ils à l’injonction à soustraire les jeunes à l’espace de la rue, dans une optique de « réduction des nuisances » ? De nombreux intervenants et de nombreux chercheurs s’interrogent, bien au-delà de la France.

  • 3  Robert Castel, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil/La République des (...)

5Loin d’apporter des réponses définitives à l’ensemble de ces questions, les articles qui composent ce dossier permettent plutôt d’engager le débat en s’appuyant sur des observations réalisées dans des contextes différents et cependant voisins. Ils permettent de questionner la sortie de la marginalité et d’esquisser ce qu’on peut entendre par « insertion sociale » – ou « inclusion sociale » pour reprendre un terme plus européen – quand il s’agit de la promouvoir au jour le jour et ce en comprenant, au-delà de la sphère de l’école ou de la formation professionnelle, l’ensemble des pratiques sociales professionnalisées visant à l’information sur les droits et les devoirs des citoyens, à l’accompagnement face à la stigmatisation et à la discrimination négative3, renforcer les réseaux sociaux des jeunes, etc.

6Ces observations sont, dans la plupart des cas, le fait de chercheurs universitaires comme c’est le cas le plus fréquent dans la revue Sociétés et Jeunesses en Difficulté. Mais ce numéro hors série fait également place à des observations réalisées par des intervenants engagés sur le terrain et dont une partie non négligeable du mandat est de porter un diagnostic sur des situations problématiques, et plus ou moins inédites, avant de formuler des éléments de réponse. Ce numéro hors série a également la particularité de comporter des articles non seulement des articles en français mais aussi des articles en anglais. Leurs traductions en français seront mises en ligne au fur et à mesure.

Haut de page

Notes

1  « L’intervention sociale auprès des jeunes des quartiers sensibles d’Europe : Y a-t-il encore une place pour la mobilité sociale des jeunes ? Youth work in deprived neighbourhoods of Europe: is there still any opportunity for social mobility of the urban youth? », Université d’Amsterdam (Pays-Bas), 12-13 septembre 2008.

2  En effet, tant le youth work que l’animation socioculturelle ne se limitent pas intrinsèquement à l’intervention auprès de jeunes issus de milieux défavorisés.

3  Robert Castel, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil/La République des Idées, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evelyne Baillergeau, « Introduction au dossier hors série « L'inclusion sociale en pratique. Intervention sociale et jeunes marginalisés en Europe » », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], hors série | 2010, mis en ligne le 16 mars 2010, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/6588

Haut de page

Auteur

Evelyne Baillergeau

Senior Research Fellow at CREMIS (non-profit sociological research institution related to the University of Montreal, Canada) and Lecturer of Sociology at the University of Amsterdam, the Netherlands. Her current work focuses on marginal groups in urban settings and governmental approaches of social problems such as 'anti-social behaviour'. She recently co-edited a book about the changes in social intervention over the last decades in Canada and Europe, considering both the level of policy making and the level of implementation at the grassroots’ level (Evelyne Baillergeau & Céline Bellot eds., Les transformations de l’intervention sociale, entre innovation et gestion des nouvelles formes de vulnérabilité?, Presses de l’Université du Québec, 2007).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org