Navigation – Plan du site
Dossier

La création d'un livre collectif, une proposition éducative de travail avec les jeunes ?

Dans le cœur du Raval, parlent les jeunes
¿La creación de un libro colectivo, una propuesta educativa de trabajo con jóvenes?
Creation of an anthology, an educative proposal on youth work?
Celia Premat Katz

Résumés

Les expériences éducatives auprès des jeunes peuvent être l'une des clés de la promotion de leur insertion en développant et en renforçant leurs réseaux sociaux et, ce faisant, devenir un outil pour prévenir la violence. Cet article cherche à comprendre comment, à travers des projets communautaires, on peut faciliter et aider les jeunes dans la transition de l'adolescence à l'âge adulte. Nous essayons d'aborder leur réalité par le prisme de trois regards : celui du quartier, avec ses habitants et ses professionnels, celui des chercheurs et enfin celui des jeunes eux-mêmes. L'espace public apparaît ainsi comme l'axe de la promotion et de la visibilité de ces derniers et en même temps, comme le lieu de l'exclusion et de la marginalisation. On passe dans cet article de la petite expérience à l'expérience globale, du plus simple au plus complexe et ainsi nous pouvons arriver à comprendre les résultats que l'on peut avoir éventuellement à long terme dans un processus éducatif. La création d'un livre collectif, conçu, promu et écrit par les jeunes eux-mêmes, dans le quartier du Raval à Barcelone, est une expérience unique qui nous permet de comprendre comment la réflexion et l'action sont un grand potentiel de transformation sociale.

Haut de page

Texte intégral

La création d’un livre collectif, une proposition éducative de travail avec les jeunes.

1Dans cet article, nous présentons les résultats d’une expérience de participation réalisée avec les jeunes du quartier du Raval de Barcelone. Un livre collectif a été élaboré avec et par les jeunes. Cela nous permet d’analyser l’importance qu’ont les processus éducatifs dans le quotidien de ces jeunes et comment il est possible de solliciter leur participation dans une dynamique d'inclusion sociale. L'analyse de cette expérience nous permet également de mettre en évidence les facteurs qui participent de l'exclusion sociale de ces jeunes. Notre but était de mener notre analyse à partir d’un contexte concret qui nous permettait de réfléchir sur nos méthodologies de travail et le cas échéant de les transformer.

2Dans ce contexte, non seulement nous expérimentions un autre modèle de travail, mais aussi nous le transformions en un processus d’analyse et de recherche sur la réalité des jeunes. Nous prenions surtout en compte leur voix et leurs représentations de la réalité, avec la seule et claire finalité d’acquérir des compétences nous permettant de modifier note approche du travail relative à l’inclusion ou l'exclusion des jeunes.

3Pour nous éducateurs, qui donnons une dimension communautaire à l’intervention sociale, la participation sociale est un moyen valable pour prendre conscience de la réalité de chaque individu, autant extérieurement qu’intérieurement. L’origine de notre approche méthodologique est celle de Paulo Freire, « enseigner exige de savoir écouter et créer l’espace pour la réflexion ». La réflexion précède l’action.Notre manière de faire était de transformer une idée en une expérience éducative, de créer un espace de travail permettant le développement des jeunes. Cela peut se réaliser à partir d’une institution sociale située et intégrée sur un territoire.Dans l’intervention sociale, et concrètement dans la proposition que nous présentons ici, il est basique et nécessaire, de redéfinir comment on travaille avec les jeunes et ce que l’on fait avec eux.

4Tout processus de réflexion-action a la volonté, a posteriori, de réaliser un travail innovant dans le cadre d’un programme. Mais, souvent, les difficultés d'organisation et de mise en pratique d'une expérience éducative complexe ne permettent pas d'aller au-delà du projet même, et dans ce cas précis d’aller au delà de la réalisation d’ un livre collectif. C'est pour cela, qu'une fois le projet finalisé, nous avons décidé de lancer une nouvelle investigation-action, plus ample avec des conséquences sur l'ensemble du territoire.

5Dans le cas du quartier du Raval, il existait une entité, le Casal del Raval, une organisation non lucrative, qui prend en compte de façon globale et intégrale la réalité des jeunes et des enfants, avec l’intention d’aider à améliorer leur qualité de vie et leurs projets d'avenir. La nécessité de travailler à partir d’une approche communautaire est une proposition de l’organisation promotrice, en prenant appui sur l’expérience d’intervention, de détection et d’évaluation continue réalisée depuis de nombreuses années. Cette organisations travaille sur la base de différents projets socio-éducatifs et dans des contextes divers et spécifiques qui nous montrent les réalités différentes des jeunes, comme le sont l’école, la famille, la rue.

6Elle mène, depuis longtemps, un projet communautaire dans l’espace public appelé « Barrio Educador » (Quartier Educateur), qui est devenu notre cadre de travail et, aussi, notre outil de travail. Le projet était particulièrement cadré par une structure méthodologique qui permettait de lancer diverses actions communautaires et de médiation. La finalité de cette organisation est de créer, dans le quartier, un espace de vie collectif. Celui-ci serait l’espace public, un espace commun à tous, en concordance et en pacte avec tous les jeunes. Dans l’évolution du projet, les professionnels ont constaté que les organisations éducatives qui travaillent avec les jeunes (comprenant celles qui font une intervention directe, c’est à dire les écoles et les espaces de loisir et de participation) rencontrent des obstacles dans l’accompagnement des jeunes vers la vie d’adulte, dans le soutien à la réalisation de leurs désirs et dans les réponses que les jeunes donnent.

7Ce contexte de travail envisage le quartier comme un espace privilégié de quotidienneté et d'expression de la réalité des jeunes. Il nous permet une approche de cette réalité. Il est, en effet,, nécessaire de la comprendre pour pouvoir la transformer en un projet éducatif. Le premier signe positif de la volonté d’inclusion des jeunes, qui oriente notre travail, c’est leur volonté exprimée de façon explicite et implicite d’avoir des espaces d’intégration et de participation à la vie sociale. Notre expérience préalable du travail de médiation, entre voisins et jeunes, dans un espace public, nous montre une réalité qui nous surprend. Ce, dans la mesure où des espaces de dialogues et de travail se créent entre les jeunes et les autres collectifs. Les jeunes prennent en compte leur relation avec les autres et entrent dans un cercle de participation qui résout beaucoup de conflits existants. Ils commencent alors à être partie prenante et à être acceptés par les voisins ou adultes.

8Les jeunes utilisent la violence comme une solution à leurs difficultés. La violence comme mécanisme de communication et, en même temps, comme symptôme d’un mauvais fonctionnement des relations, mène au fait que les jeunes se mettent dans des processus d’exclusion plutôt que dans des situations inclusives qui leur permettraient de réaliser les objectifs qu’ils se proposent.

  • 1 Vera Barreto, Paulo Freire para educadores. São Paulo, Arte & Ciência, 1998.

9Dans ce contexte de travail, une situation de tensions naît et évolue vers une réalité préoccupante pour les professionnels et les jeunes. Nous décidons alors d’analyser et de proposer des solutions spécifiques, à travers un projet éducatif au cœur duquel les mêmes protagonistes dessineraient des solutions. L’éducation joue dans ce cas-là un rôle fondamental si nous la comprenons comme “ dialogue, dans la mesure où ce n’est pas la transmission du savoir, sinon une rencontre de sujets interlocuteurs, qui cherchent la signification des signifiés” (Freire, 19731).

10C’est pour cela que « Barrio Educador » (Quartier Educateur), projet de quartier, décide de piloter un projet communautaire, spécifique à cette catégorie d’âge, et de réaliser un livre collectif, dans lequel chaque jeune, après un processus de délibération et d’analyse, écrira un texte qui y sera publié. Notre forme d’intervention dans le quartier est, et a été, de créer de nouveaux projets collectifs qui transforment globalement la réalité, et surtout, qui se transforment en propositions approuvées par tous les acteurs du territoire.

11Pour ce projet, nous comptons sur la participation de toutes les organisations éducatives du quartier. Chacune de ces entités, deux instituts et quatre clubs de loisirs, propose à un groupe de jeunes l’élaboration et la création d’un livre. À peu près 10 groupes ont participéet plus de 100 jeunes de tous les âges ont non seulement élaboré un texte mais, ont été les promoteurs d’actions éducatives dans le quartier.Ils ont choisi 10 thèmes qui les préoccupaient. Après avoir réalisé des activités qui généraient un débat, chaque jeune a écrit un texte sur ce qu’il voulait, en relation avec le thème choisi par le groupe. Tous les textes ont été insérés dans le livre, après être passés par plusieurs étapes de correction de style. Les jeunes ont vécu ce processus avec réticence et scepticisme. Ils se méfiaient de la capacité d’écoute des adultes. Ils comprenaient qu’un livre est une reconnaissance et un processus de visibilité et d’empowerment, c’est pour cela qu’ils ont accepté l’effort nécessaire pour arriver à la fin du processus.

12Les premiers résultats d'analyse du contenu des écrits des jeunes attirent notre attention sur l’importance des relations pour les jeunes, spécialement avec les adultes, mais aussi avec d’autres groupes de jeunes. Cela nous a poussés à réaliser une deuxième analyse plus précise du diagnostic de la vie en commun dans le quartier du Raval. Nous avons exploré, de façon spécifique la réalité des jeunes, à partir de l’endroit où ils vivent, leurs relations avec les adultes parents, les éducateurs, les personnes âgées et les enfants. Nous avons analysé les situations où le quartier, l’école et la famille prennent une importance fondamentale dans ces relations.

13L’évolution du projet a mis en évidence le caractère obsolète des propositions d’intervention réalisées jusqu’ à maintenant. Il oblige les professionnels et les jeunes à penser à la nécessité de créer de nouveaux modèles éducatifs pour aider les professionnels et les jeunes à mieux répondre aux besoins de ces derniers.Les éducateurs sociaux sont conscients que l’unique chose que fait l’intervention d’assistance est la reproduction des modèles sociaux qui délégitiment les jeunes et ne leur donnent pas les outils pour changer leur situation.

14Pour les jeunes, ce processus collectif leur donne, pas seulement la reconnaissance sociale, mais aussi la voix et la parole. Ces jeunes vivent ce processus comme un succès et, pour eux, il s’agit de faire un pas en avant vers leur vie adulte.

15Parallèlement, ce projet a pour volonté l’écoute des voix originales des réels protagonistes du processus éducatif, formel et informel et le respect du positionnement de ces voix dans un contexte déterminé. Tout cela sera réalisé avec un regard neutre et/ou un cadre porteur d’objectivité. Ainsi, se crée une nouvelle méthodologie de travail qui tente de trouver des solutions aux problèmes, dans une stratégie d’essai-preuve.

Exclusion ou inclusion sociale, paradigme de la violence.

16Pour saisir les inquiétudes énoncées ci-dessus, nous avons à nous rapprocher de la réalité vécue par ces jeunes. Pour cela, nous devons comprendre essentiellement les aspects culturels, sociaux et examiner des situations qui nous aideront à conceptualiser comment et pourquoi, spécifiquement pour ces jeunes, à l’échelle globale, apparaissent des processus d’exclusion ou d’inclusion sociale.

17En essayant d’avoir une appréhension globale de la réalité des individus, nous comprenons qu’un processus d’homogénéisation culturelle est en marche, en matière de forme de consommation, dans les abondantes références culturelles, qui s’étendent de façon globale sur toute la planète et plus spécialement dans le secteur des plus jeunes. En même, temps, les processus de différenciation fonctionnelle et sociale sont en augmentation. Les secteurs d’activités et les interactions entre les personnes se diversifient et produisent de nouveaux modèles sociaux, chaque fois plus nombreux et spécialisés.

18Le concept de globalisation dérive de l'augmentation de l'inter-dépendance des pays par le biais de nouveaux moyens technologiques de communication. Cela diminue, voire rend difficile, une compréhension différenciée des volontés de chaque groupe. Les jeunes doivent s'adapter à ce monde global afin de consommer, communiquer ou appartenir à un groupe social institué. Souvent, le global détermine l'individuel ou le collectif de quelques uns. La globalisation tend à unifier les modèles des jeunes, le type de consommation et par là, même, la culture juvénile. Celle-ci satisfait presque toujours ses propres nécessités, à savoir celles du marché. Et pourtant, les jeunes doivent séparer ce qui leur arrive du porocessus de globalisation. C e qu'ils vivent au quotidien est chargé de significations, stigmatisées très souvent par le global, et rend, de ce fait, trés difficile la rencontre avec l' espace qu'eux-même se définissent. Les jeunes, qu’ils soient latino-américain, chinois, ou espagnol, possèdent des références communes, mais dans des réalités différentes d'origines et de cultures.

  • 1

19Le "Raval", paradigme de la globalisation et de la nouvelle réalité changeante de notre société, nous montre que le monde social de l'expérience juvénile possède une grande quantité de réalités et nuances différentes et spécifiques. Les situations que décrivent les protagonistes de ce livre nous permettent de définir une situation particulière, qui se vit uniquement dans le quartier du Raval, mais en même temps, elles nous montrent des similitudes avec d’autres contextes éducatifs et générationnels. Elles nous rapprochent de ce qu’on appelle une « situation sociale », ce qui permet de proposer des définitions, base de l’analyse et de l’intervention2.

20Un des lieux communs, qui apparait plusieurs fois dans les discours sur les jeunes, a été pour nous un point de départ de notre travail : « c’est le manque d’implication avec le monde qui les entoure et le peu de volonté de participation et de civisme ». La relation établie entre inclusion versus participation et exclusion versus marginalisation nous force à comprendre comment les personnes évoluent dans cette réalité.

  • 1

21Il existe une importante partie de la population (Castel, 1987), qui vit dans une zone appelée de « vulnérabilité », laquelle nous montre que les individus peuvent passer avec facilité d’une situation d’inclusion sociale à celle d’exclusion. Castel (1992) envisage l’exclusion sous l'angle de la division en trois espaces sociaux : espace social d’intégration ou stabilité sociale, espace-vulnérabilité ou de précarité et espace d’exclusion ou marginalisation. Les personnes chancèlent d’un espace à l’autre en fonction de l’évolution du marché du travail. Les difficultés sont compensées par la famille ou la communauté3.

22Les dynamiques sociales de l’exclusion et de l’inclusion nous permettent de savoir qui sont les groupes d’égaux (les nôtres) et les différents (les autres). Les personnes construisent plusieurs identifications, chacune est placée dans une position sociale différente, en relation aux autres. À partir de là, dans la construction de l’identité, il est indispensable de s’identifier aux uns et de s’opposer aux autres pour pouvoir avoir un espace considéré comme propre.

23Dans une échelle théorique, en essayant de baliser cet objet, si nous partons du concret ou du symbolique, il nous faut identifier les significations des espaces physique et social, lorsqu’on veut travailler les relations entre les jeunes avec un regard communautaire. L’espace social est à la fois un espace imaginaire et « vécu » par les personnes. Il a une signification et fait partie des cadres mentaux de chaque individu. Tout cela ordonne la réalité sociale, crée un jeu de l’inclusion-exclusion, de manière spécialement évidente chez les jeunes.

  • 4 Carme Gomez-Granell, Roger Martinez, Isaac Gonzalez, Joves i lleure al Casc Antic de Barcelona, Ba (...)

24L’identification différenciée de l’espace social apporte des déséquilibres structurels qui se manifestent par les diversités culturelles. Les jeunes, dans leur construction identitaire, intègrent une esthétique et des pratiques spécifiques qui, étant méconnues, font peur aux adultes. Cette perception n’est pas ignorée par les jeunes et ils ont conscience de faire partie de groupes sociaux minoritaires. Ils se méfient de la majorité4. C’est pour cela que l’analyse du monde relationnel et des réseaux de ce groupe d’âge est le point de départ de notre travail.

25Pour être mieux compris, peut être devrions nous définir notre conception du terme de communauté. Redfield (1971) présente les caractéristiques qui décrivent la nature de la communauté : a) elle est distinctive aux autres, avec de nettes limites de son espace et celui des autres; b) elle est petite, peu de membres la constituent, de telle façon qu’ils sont tous à la vue; c) elle est auto suffisante: elle répond à tous les besoins et activités de ses membres. Ces trois caractéristiques, selon Barman, combinent leurs forces pour protéger efficacement les membres de la communauté des défis habituels. Pour autant, le concept de communauté est fondamental au niveau du quartier ou du territoire, et surtout dans la configuration bien qu’elle soit nostalgie d’identité et pour autant d’appartenance. Dans ces contextes d’analyses, nous commençons par faire de l’expérimentation théorico-pratique, avec des méthodes et des pratiques communautaires, qui permettent de modifier les idiosyncrasies culturelles et sociales. Leur propre organisation sociale est utilisée comme point de départ.

26Pour les jeunes, les transformations structurellesde la communauté ont une fonction fondamentale dans le passage à la vie adulte pour la plus grande part d’eux. Les responsabilités, qui sont exigées pour ce passage, ne sont pas les mêmes que d’autres fois, à d’autres moments. Les itinéraires de transitions ne sont pas linéaires, ils sont plus complexes et plus longs. Il existe une transformation de la vie communautaire qui nous oblige à analyser à nouveau cette réalité.

27Dans notre société, les personnes doivent affronter, chaque fois plus, le sentiment de triomphe ou d’échec dans leur processus d’inclusion. Les jeunes donnent à cette situation des réponses qui s’analysent comme conflictuelles socialement, comme, entre autres, la violence. Pour nous, cette situation a été un symptôme et en même temps, une conséquence de cette transformation.

  • 5 Anna Berga Timoneda, Adolescencia femenina i risc social, Barcelona, Generalitat de Catalunya, Ob (...)

28Ces réponses, ne peuvent pas s’analyser seulement comme des problèmes, mais aussi comme des solutions à la situation sociale que vivent les individus. Les subcultures juvéniles sont des stratégies de résistance symbolique, devant répondre sur un plan culturel à des nécessités matérielles. L’opposition des cultures juvéniles avec les institutions se transforme en conflit et en une confrontation avec les jeunes5.

29Pour autant, nous partons du principe que la violence, comme réponse sociale, surgit à partir du sentiment d’exclusion sociale, de l’absence de limites, de l’identification entre des groupes de jeunes, de la justification de la violence comme quelque chose d’accepté et de commun à tous. Quand la violence est une forme d’expression valorisée socialement pour résoudre les conflits, pour couvrir les besoins, nous nous trouvons devant une culture de la violence.

30Dans les interactions sociales, il est possible que les conflits se manifestent au travers de la violence ou d’une autre façon, les échanges et transactions s’expriment de façon ouverte et pour autant de façon violente. C’est une nouvelle forme d’expression agressive dans un vis-à-vis avec les autres. L’importance de la relation, dans les mécanismes sociaux utilisés par les jeunes par rapport à leurs processus d’inclusion, n’est pas prise en compte.

  • 1

31Tous ces éléments, modalités basiques des processus d’exclusion, spécialement avec les jeunes, sont aussi la porte d’entrée et la possibilité de commencer à travailler les processus d’inclusion d’une autre façon6. Dans ce contexte, cet article essaie d’analyser les données produites dans le cadre de l'écriture du livre, et de donner des pistes de réponse aux professionnels et aux jeunes relatives à de nouvelles façons d’aborder l’avenir.

Le Raval des jeunes

32Pour la réalisation du travail nous partons de trois sources, déjà décrites précédemment : la première est fondée sur l’expérience quotidienne d'un travail de cinq ans dans la rue avec les jeunes, la seconde sur l’élaboration du diagnostic de la Convivialité du quartier du Raval, avec plus de 50 organisations et dans laquelle nous avons introduit un espace de réflexion spécifique relatifs aux jeunes, et leurs relations, et enfin, le résultat de la recherche et de l’analyse, réalisées avec les jeunes à partir du livre réalisé.

33Pour faire aboutir ce processus, nous prenons appui sur la dynamisation communautaire. Cela pose le problème de l’approche de la réalité sociale à différents niveaux : un regard depuis l’espace public, où se meuvent différents voisins du quartier, avec la proximité de l’éducateur. À partir de l'action des associations et organisations, comme propulseurs et leaders des différentes dynamiques du territoire, on procède à une analyse des relations dans le territoire et on produit 90 propositions d’interventions à différents niveaux. Enfin, les mêmes protagonistes de l’action génèrent cette expérience de participation. De cette façon, nous essayons de travailler à trois niveaux : celui des protagonistes, de l’informel et celui des organisations.

34Cette analyse permet d'entrer dans une complexité qui nous aide à développer des visions différentes dans l'approche du Raval et des jeunes qui y vivent. Elle contribue à donner forme à d'autres regards et à mieux comprendre globalement la réalité de cette population. Le rôle de l’éducateur, dans ce contexte, est de savoir approcher ces différentes réalités et de les unifier, acceptant les idées des jeunes, en les mettant sur des documents de travail. Le pouvoir que prend chacune des organisations et acteurs dans ce processus, c’est de transformer la réalité, à travers la conduite d’actions, dirigées par eux-mêmes et à partir des propositions faites par les jeunes qui les sentent et les vivent comme les leurs.

35En conséquence, nous avons élaboré l’hypothèse de notre recherche à partir du travail réalisé jusque maintenant. Notre approche s’est faite à partir de trois espaces clés de la réalité des jeunes : l’école, la famille et la rue.

36Notre hypothèse est que les institutions, comme l’école la mairie, les ONG, les associations, la famille et la communauté, ont un rôle fondamental dans les processus d’inclusion et ou d’exclusion sociale de ces jeunes, tout comme dans la prévention de la violence, c’est-à-dire, dans les mécanismes de communication des jeunes. Les situations globales, qui s’imposent dans la réalité du quartier et pour les jeunes, sont le grand paradigme de l’exclusion sociale. Est-ce que la recherche d’un pacte entre les différents acteurs d’un territoire est réellement une solution ou une réponse à la violence ? Est-ce un but, une possibilité d’inclusion sociale des jeunes ? Ou est-ce une réponse préventive pour certains jeunes qui ont ainsi une meilleure possibilité de réussir un projet vital ?

Le quartier, l’organisation, la convivialité, les relations7

  • 7 Celia Premat, Miradas Diversas. Diagnostico Participativo sobre la Convivencia al Raval. Barcelon (...)

37Le Raval a la forme d’un triangle inversé. Il a une superficie de 1,09 km2, et avec ses 49 459 habitants. C’est un des quartiers les plus densément peuplé de Barcelone. Le quartier connaît une importante mobilité sociale et une diversité de structures de rues et d'immeubles. Ceci conduit à différentes situations dans chacune des zones.

38Dans les rues, il y a un nombre important de personnes, avec une densité numérique représentative. L’existence de rues étroites et de peu d’espace de circulation de voitures amène les voisins à surtout utiliser l’espace public comme le lieu de rencontres et relations, en l’utilisant souvent aussi pour des jeux sportifs.

39Les infrastructures et les services sont multiples et surtout les entités culturelles, sociales et ludiques. Beaucoup de services et d’institutions ont pour but principalement de répondre aux besoins des voisins mais aussi des gens de la ville. Il existe une grande quantité de services qui répondent aux attentes des personnes qui entrent et se déplacent dans les rues du quartier. Beaucoup entrent et sortent du quartier exclusivement par accéder à des ressources.

40Les flux de population du Raval, pendant le XXe siècle, ont toujours été très variables, liés aux différents courants d'immigrants originaires des autres régions, catalanes et au-delà, celles du reste de l'Espagne, surtout jusqu’aux années 70. À partir des années 90, la population immigrée provient surtout du Maghreb, d'Amérique Latine et d'Asie. Aujourd'hui, 47% de la population du Raval provient d’un autre pays que l’Espagne. Dans le quartier, il y a un important taux de natalité (9,1%) et par conséquent, une importante présence de jeunes. Les presque 7000 personnes de moins de 19 ans font de cette zone un quartier spécialement jeune.

41Le quartier du Raval a toujours été un territoire d’accueil (les personnes qui venaient d'ailleurs débarquaient souvent ici à Barcelone). Les niveaux de mobilité et les changements, qui s'opèrent dans le quartier, sont extrêmement dynamiques. Les relations, dans le groupe particulier ou communautaire, fonctionnent comme des mécanismes de support. Elles facilitent l’intégration dans un quartier, où l'on arrive souvent en situation d’énorme fragilité, qu'il s'agisse des personnes autochtones ou étrangères à l'Etat espagnol.

42Dans ce territoire, les processus d’adaptation exigent d’avoir une identité propre forte, qui prend une valeur unique et la différencie de l’autre, pour que la collectivité puisse être reconnue comme groupe humain. Cette reconnaissance se construit à partir de la marginalité ou de l'exclusion sociale.

43La grande diversité des personnes, qui arrivent dans le quartier, et les situations nouvelles que cette présence comporte, sont une réalité dans le Raval. Les anciens habitants doivent vivre de manière permanente avec les nouveaux arrivants, qui cherchent à s’installer, en même temps qu'ils veulent connaître Barcelone. Bien que le but de beaucoup d’organisations est de proposer un espace inclusif, représenté par le quartier même, où les habitants peuvent participer, partager et avoir des projets communs entre voisins, la réalité déborde les volontés ou les attentes.

44Il existe un engagement de la part des organisations qui cherchent à satisfaire les nécessités les plus immédiates des personnes, mais en même temps, le manque d’espace et de volonté plus communautaires ou de travail en réseau rend difficile un changement de situation.

45Le processus d’arrivée et d’adaptation à la ville promeut la création de nouveaux groupes humains qui s’identifient à leurs communautés, avec lesquels on peut établir des relations et construire des éléments communs d'identité. Les sentiments d’appartenance au Raval sont plus en rapport avec des groupes concrets et ses dynamiques qu'avec la représentation que chacun se fait du quartier. Dans le cas des jeunes, leur vie au quotidien dans le quartier, les amène à se le représenter comme un quartier conflictuel et dégradé, en référence au mythe du vieux quartier chinois dans lequel il y a peu de possibilité pour le futur.

46Il existe des conflits, des tentatives de rapprochements et des difficultés de coexistence entre différents acteurs du quartier. Mais, avant tout et de manière bien claire, on retrouve des problèmes de coexistence à l'intérieur des communautés. Les relations entre les jeunes constituent une réalité complexe dans les rues du Raval, difficile à expliquer, d’autant qu’une bonne partie des situations constantes de rencontre ou d'éloignement est vécue entre eux. Mais, il existe un élément commun, qui consiste en une façon de construire une identité permettant d’acquérir un sentiment d’appartenance et à partir de cela, de structurer des relations en fonction de l’espace et de leurs origines. Les rues du Raval sont segmentées et l’usage de l’espace public par les jeunes représente une réalité.

47Pour les jeunes, l’important c'est le temps qu’ils passent dans le quartier, qu’ils aient ou non vécu des processus régularisés d'intégration. Ils construisent, avec leurs égaux en âge, une relation grâce à laquelle se forment leurs quotidiennetés et leurs identités dans le Raval et dans un contexte d’énorme diversité.

48Les jeunes aimeraient que la convivialité permette d'avoir une relation avec d'autres personnes, d’autres cultures, mais la plupart ne sont en relation qu’avec des copains de la même origine. Cette relation se vit parfois comme un espace de partage de problèmes et de compréhension du fonctionnement de la société d’accueil. Ces relations confèrent souvent un sentiment d’appartenance, ce qui fait que, pour les jeunes, il est plus difficile, à long terme, d’établir une relation avec d’autres groupes d’origine ou de réalité différentes. La rupture avec les égaux est difficile et souvent traumatique; la relation avec les jeunes perçus comme différents est coûteuse et difficile.

49Le contact avec des personnes de sa propre communauté se perçoit comme plus facile qu'avec un jeune d'une autre origine, qu'on ne connaît pas, parce qu’il y a des expériences vitales qui se vivent en même temps et dans des conditions similaires. Pour les jeunes, connaître d'autres jeunes de cultures différentes est perçu comme un processus long et compliqué, mais en même temps l’espace scolaire constitue une opportunité. Souvent, on a besoin de créer le contexte et les éléments culturels pour établir la relation.

50Certains conflits entre les jeunes proviennent des relations avec leur famille ou des questions de genre ou simplement de méfiance ou de malentendu. D’autres naissent de préjudices internes entre personnes de la même origine. Ils ont une implication et une conséquence pour toute la communauté, en posant à long terme d'importants problèmes d'intégration pour tout le groupe par rapport à d’autres communautés ou groupes qui existent au Raval.

51Le processus d’intégration et d'adaptation des jeunes, dans la société d’accueil, dépend du processus migratoire de leurs parents et de la structure de la famille et de sa capacité d’accueil. Quelques fois, il y a des jeunes qui passent beaucoup d’années séparés de leurs parents et leur arrivée signifie un changement structurel fondamental. Fréquemment, les parents, dans ces années de séparation, ont perdu une partie de la relation avec les jeunes. Ils n’ont pas sur leurs enfants le même contrôle qu’avant, et encore moins, dans un environnement nouveau. Les familles, qui ont immigré ensemble avec leurs enfants, ont connu un processus d’intégration plus réussi et leurs perspectives d'évolution semblent meilleures.

52Quelques groupes de jeunes ont des dynamiques plus stigmatisées. Pour eux, il est plus difficile de pouvoir accéder à d'autres processus qui leur permettent de s’adapter ou d’accéder à une situation de normalité, d'autant plus si l'on prend comme indicateurs la régularisation des papiers et la possibilité de continuer des études. Les stratégies des jeunes sont complexes et difficiles à définir, et souvent très peu connues par les institutions. Ceci fait que l’attention aux nécessités des jeunes, en situations particulièrement difficiles, est plus compliquée. C’est pourquoi, les réseaux de relation des jeunes se globalisent et s’homogénéisent et ne donnent pas de solutions partielles (entre eux, avec les adultes, en relations de genre, familiales, etc.).

La rue, espace de rencontre et intégration.

53Les places et les rues du Raval ont différentes fonctions. Il est important de partir de leurs formes, structures et dimensions pour comprendre leurs dynamiques. L’existence d’une grande multiplicité d’associations dans le quartier et l’important besoin de relation et de visibilité, de la part de ses habitants, a promu un type spécifique d'occupation dans les espaces publics du Raval. Les rues du Raval nous montrent que les associations ou services répondent à une grande partie des besoins des voisins et des personnes, et que ceux-ci ont, dans l’espace public, leur espace de participation et visibilité.

54Les dynamiques informelles, considérées souvent comme illégales, font partie de la réalité du quartier et sont spécialement visibles dans les rues du Raval. Elles font partie de son histoire et de sa réalité. Même si ce sont des formes de fonctionnement spécifiques, les besoins sont les mêmes pour toutes les personnes. Les mécanismes groupaux et communautaires sont une réalité, un modèle d’inter-culturalité et d’intégration avec des formes de fonctionnement basées sur des relations informelles et non organisées apparemment entre les jeunes.

55L’âge est très important dans l'utilisation de l’espace public, spécialement pour les jeunes, surtout ceux qui appartiennent à des groupes plus fragiles et avec des besoins plus urgents à prendre en considération. Ces groupes savent qu'il n’y a pas de réponse à toutes leurs attentes, spécialement à la réalité qu'ils vivent dans la quotidienneté du quartier. Ils sont dans l’espace public pour socialiser, connaître, se trouver et savoir. Ce sont eux qui connaissent le mieux ce qui se passe dans le Raval et ce sont eux qui se structurent sur un fort sentiment d’appartenance au quartier.

56Les besoins identitaires, de visibilité, d’espaces de rencontre et de regroupement, font de ces jeunes un des groupes les plus présents dans l'espace public. La concentration de groupes, dans quelques places ou rues, a toujours été cause de discussion ou de problèmes de convivialité. L’espace public est un espace que les jeunes peuvent occuper à partir de leurs dynamiques habituelles sans médiation des adultes, la rue se transformant alors en un grand espace d’apprentissage de la vie adulte.

57Normalement, ils cherchent des espaces centraux pour pouvoir développer leurs activités. Le désir de faire des choses et ne pas pouvoir provoque de petits vols et de la vente illégale pour obtenir des ressources pour se déplacer dans l’espace public. Cela produit un sentiment d’insécurité pour les habitants ou les passants.

L’école comme espace d’inclusion

58L’école joue un rôle fondamental, dans le quartier du Raval. C'’est là que se créent le contact et les relations entre adolescents de différentes origines. L’école comme le Casal sont des organisations qui ont toute une série de règles et de réglementations qui ne sont pas forcément éducatives. Elles permettent aux jeunes de faire partie d’une réalité et pour autant d’avoir un sentiment de participation à la vie sociale en même tant qu'ils s'en sentent exclus.

59Bien que l’école engendre des mécanismes d’exclusion, avec des salles de classes spécifiques et une séparation entre public et privé, son fonctionnement rend le contact et la relation obligatoires. La grande mixité de personnes d’origines diverses fait partie de ces relations. C’est un espace régularisé, de caractère universel qui permet l’intégration, du moins c’est ce que les discours publics prétendent.

60Souvent ces relations sont forcées, mais dans les espaces intercours se forment des groupes par nationalité ou origine des jeunes. S’installe alors une distance avec ceux que prétendument on voulait éviter.

61Quand on sort de l’espace formel entre les différents groupes, la relation se fait plus difficile et souvent apparaissent des conflits ou discussions pour l'appropriation des espaces communs.

62Les professeurs ou, plus généralement, l’institution ne comprennent pas que les jeunes cherchent à l’école un espace de participation sociale commun à tous. Ils pensent souvent que les espaces des Casals remplissent cette fonction. Les jeunes ont peu de possibilités de pratiquer des activités extrascolaires. Bien qu’il existe beaucoup de services, ceux-ci ne sont pas adaptés à leurs nécessités ou à leurs désirs.

63C’est pour cette raison qu’ils recherchent des espaces de rencontre avec d’autres jeunes, habituellement de la même origine, construisant ainsi une identité propre, différente de celle de leurs parents, dans les espaces où ils sont plus détendus. Cela constitue pour eux une forme de mobilité sur le territoire, ce qui est très souvent mal compris par la communauté.

64Entre l'espace pour les jeunes et l'école, il existe une différence fondamentale puisque le premier est fréquenté volontairement. Les jeunes vivent et sentent les dynamiques des Casals comme leurs espaces propres et c'est pour cela que les conflits entre les jeunes deviennent plus visibles

La famille, espace principal de relation.

65Dans le quartier du Raval, il existe différentes conceptions et valeurs de la famille. Dans les relations intergénérationnelles, il y a une composition culturelle importante et cela a plus ou moins de force en fonction des différents âges, des circonstances, du moment et du processus migratoire. Le facteur culturel est fondamental, dans la relation avec les parents, ainsi que la transmission des expériences. La communication relationnelle, elle, n'a cessé de diminuer entre les générations.

66La conséquence de tout cela est que les jeunes vivent la sur-occupation et la préoccupation de leurs parents comme un éloignement d'eux-mêmes et comme une perte de références claires. Les normes que les parents veulent imposer à leurs fils sont vécues par ces derniers, non pas comme une préoccupation pour leur éducation, mais, comme quelque chose de non-positif. Les jeunes, qui connaissent la réalité quotidienne, ont des difficultés à transmettre à leur entourage les problèmes qu'ils rencontrent. Ils le font de manière désordonnée et incompréhensible pour les parents.

67Les exigences des parents, la solitude due à leur occupation et le contrôle qu'ils tentent d'exercer sur leurs enfants, créent des difficultés parmi les jeunes pour s’adapter à la réalité et aux exigences de la société et du quartier dans lequel ils vivent. Beaucoup d'entre eux entrent en confrontation avec les parents, et en conflit avec le modèle familial qui est en décalage, voire en contradiction avec celui que propose la société d’accueil. C’est pourquoi, les jeunes perdent un modèle idéal et exigeant de la famille qui, de surcroît, ne résout pas les besoins de la même façon qu’il faisait avant. La solitude des jeunes, par rapport au modèle familial, est un des grands soucis des éducateurs sociaux et la recherche de réponse devient une proposition éducative qui reste isolée devant l’absence de support familial.

Que pensent les jeunes ?

68Le processus de travail, sur la base de la réalisation d'un livre, nous a permis d’établir des dialogues, débats et interlocutions avec un grand nombre de jeunes du Raval. Avant la création de chaque conte ou texte écrit par un jeune, il y a eu des conversations et débats, pour confronter leurs visions sur certains thèmes.

69Nous voulions différencier clairement le point de vue et l’analyse du chercheur de ce que pense et analyse le propre protagoniste de l’action. Les analyses ne sont pas forcément contradictoires, simplement nous avions la volonté de créer un espace d’expression différent et ainsi montrer les contradictions entre notre regard et celle de nos protagonistes.

70Les sujets qu’ils ont voulu analyser sont plus étendus et ils ne sont pas délimités en trois espaces de relation (notre méthodologie, décrite en début d'article). La recherche d’une plus grande complexité mènerait à une analyse très approfondie, mais pour l’instant, nous voulons écouter leurs voix.

L’école

71Le passage de l’école primaire au collège constitue un grand changement pour les jeunes. Le processus de transition n’est pas expliqué par les adultes, les références claires sont finies, l’organisation de la nouvelle institution n’est pas connue. C'est pourquoi, c’est un moment difficile et ils ont un besoin d’accompagnement qu’ils ne trouvent pas le plus souvent. Les adolescents indiquent que l'école secondaire leur pose des problèmes d’apprentissage et de suivi du rythme. Cette situation provoque des situations de conflits avec les professeurs et les premières punitions. Ils se sentent non compris et peu protégés dans la nouvelle réalité. Ils ont besoin de temps pour se faire de nouveaux amis et ils se sentent seuls. Les plus grands utilisent leur position et c’est difficile pour les plus petits. L’école devient un espace où les formes de relation se reproduisent, ce qui ne les aide pas à grandir de façon partagée. Ils cherchent ce qu'ils connaissent de l'école ainsi que des références culturelles nécessaires à leur compréhension du monde.

La musique

72Pour cette génération, c'est un espace d’identification et de construction identitaire. Les adolescents pensent que la musique, de manière quotidienne, est en relation avec les activités qu'ils pratiquent, mais aussi, avec les choses qui les motivent et les intéressent comme danser ou aller à la discothèque, afin de pouvoir connaître d'autres personnes, aussi bien des filles que des garçons. L'objet de la discussion entre les jeunes est le rythme ou les paroles. Pour certains, c'est important de connaître les chansons à la mode, pour d'autres non, mais, pour la majorité, il est important d'écouter la musique bien fort quand les parents ne sont pas là, ce qui constitue l'objet de disputes en famille. Pour eux, la musique est un moyen de communication entre jeunes et de savoir. Ces jeunes apprennent à connaître et identifier leurs collègues, souvent par la musique qu’ils écoutent.

Les groupes ou bandes juvéniles

73La présence de jeunes dans la rue, ou sur la place, ne signifie pas qu’il existe une bande. Ils sont préoccupés par cette stigmatisation. Ils ne disent pas qu’il n’y a pas de bandes, mais qu'il s'agit d’une forme d’identification, un mécanisme et un sentiment d'appartenance à un groupe. Ce, spécialement quand on vient d’arriver d'autres pays, avec une nouvelle situation qu'on ne maîtrise pas. Pour beaucoup de jeunes, la bande juvénile, ce n'est pas un groupe criminel, c'est un vécu, un espace affectif que la famille souvent ne donne pas. Ils disent qu'entre les groupes, il y a des dynamiques très coercitives et c'est là qu'apparaissent des problèmes de violence. Ils pensent qu'ils sont stigmatisés par le fait d'être immigrés. Le manque d’espace pour faire des choses constitue une importante difficulté

La famille

74Pour beaucoup de jeunes, la famille est quelque chose qui appartient à la sphère privée. Beaucoup d’entre eux n’ont pas leur famille ici, la plupart ont leurs grands parents dans le pays d’origine. Le grand changement survient quand la famille réussit à avoir des papiers pour résider dans le pays d'accueil. C'est un fait qui change la réalité familiale et le statut social. Et cela révèle un conflit entre les différents modèles familiaux, mais aussi les conditions de la socialisation des jeunes. Il existe une impression générale, à savoir que les parents ne font pas confiance aux jeunes et qu'ils ne s'en préoccupent pas excessivement. Cette situation provoque beaucoup de conflits et de sentiments de solitude. Les parents se préoccupent avant tout de résoudre des problèmes économiques et de travail. Les jeunes ont la sensation de ne pas pouvoir dire ce qu'ils pensent, de ne pas participer. Dans certaines communautés, le poids de la famille pèse trop lourdement sur l’avenir des jeunes. Souvent, c’est un des problèmes les plus graves.

L’amour

75Il y a une conception différente de l'amour selon la culture. Pourtant, il est majoritairement assimilé à l’institution du mariage. Les différences se manifestent à l’heure où commencent les relations amoureuses. On parle de jalousie, de sensibilité, de mauvais traitements. Les garçons sont nerveux, les filles sensibles et plus sûres à la fois. Pour les adolescents, beaucoup de stéréotypes sont déterminants dans leur manière de fonctionner, mais ils n'abordent pas les sujets qui les préoccupent, avant tout, comme les relations sexuelles ou la grossesse. La discussion tourne plutôt autour de la signification de l’amour. En tout cas, la signification de la relation amoureuse est avant tout culturelle et, pour eux, il leur est très difficile d'agir sur cette représentation, pour pouvoir accéder à d’autres relations amoureuses qui seraient plus en phase avec leur désir.

La rue et le quartier

76Les jeunes ne se sentent pas à l'aise parce qu'existe une représentation générale : le Raval apparaît seulement comme un lieu où il y a de la prostitution, des voleurs et des toxicomanes. A cette stigmatisation, on peut ajouter l’immigration qui a augmenté. La perception du quartier s'exprime toujours sur un versant négatif. Ces jeunes veulent qu’on sache que dans le quartier vivent des gens normaux et non seulement des délinquants et des prostituées. Ils savent que certaines situations telles que le trafic de drogues, la présence policière, provoquent des tensions (mais ce ne sont pas les seules). Ils aimeraient montrer toutes les réalités du Raval parce que c'est un quartier aux visages multiples. Les rues montrent des personnes âgées, des femmes avec enfants. Les enfants jouent. Ils voudraient être reconnus par leur engagement dans le quartier, mais ils sont vus, presque toujours, par le prisme d'un groupe, la plupart du temps stigmatisé.

Les amis

77Ils constituent compagnie, diversion, jeu, amour. À cet âge-là, la plupart des amitiés se font à l’école, dans les Casals et dans la rue. Les amis peuvent devenir ennemis et le contraire. Tout cela est en relation avec les disputes, les offenses, les intérêts communs. La critique et l'insulte les préoccupent et sont, bien souvent, motifs de confrontations. La relation d’amitié est parfois marquée par celui qui donne des ordres, parce que les relations entre les jeunes ont souvent lien avec la notion de leader, l’un d’eux assumant ce rôle. Le besoin de reconnaissance par les pairs détermine ces relations hiérarchiques entre les jeunes.

Les immigrés

78Les préoccupations se développent autour des papiers et des mécanismes pour passer la frontière et entrer dans le pays d'accueil. Les processus migratoires créent, chez les adolescents immigrés, une angoisse extrême qui pèse beaucoup sur leur comportement. Ils pensent que l’obtention des papiers a une influence fondamentale dans la qualité de vie et dans l’accès au travail. Ils savent que c'est une priorité, dans la mesure où ils sont préoccupés par leur avenir et veulent savoir ce qu’ils feront quand ils seront grands. C'est clair qu'ils manquent encore d’informations. Trouver un avocat est une question fondamentale quelquefois car l’illégalité force à chercher des stratégies pour obtenir ce dont ils ont besoin, tant qu’ils habitent avec les parents. C'est un thème central. La police les arrête souvent, et spécialement, parce qu'ils sont visibles comme immigrés. Ils l'expliquent comme une forme de racisme et ils se sentent et ils sont très poursuivis par les corps policiers.

Le sport

79Il est lié intimement à la violence. Pour eux, la télévision même montre des scènes de violence liées au sport et l’image qu'elle en transmet est forcément perçue comme positive. Le sport est quelque choses de valorisant et constitue le fondement même de la relation entre jeunes. Ils survalorisent les sportifs connus car ils gagnent beaucoup d’argent. Ils discutent pour savoir si les filles peuvent accéder au sport. Le sport est l’un des mécanismes de communication et de relation le plus important entre les jeunes et, surtout, pour le groupe masculin.

Les drogues

80Elles sont une manière de ne pas penser aux problèmes. Beaucoup de garçons les considèrent comme une forme de désinhibition afin de mieux aborder les filles. Ils savent que cela change la perception des choses et ils considèrent la prise de toxique comme une démarche positive. Ceci, est en relation avec les limites et le contrôle des drogues. Ils vivent les drogues comme une façon d’expérimenter d'autres sphères et d’avoir de nouvelles sensations.

La violence

81Pour eux, c'est une expression de la personne et de ce dont elle a besoin pour se faire reconnaître. C'est une forme d’insécurité et une manière de réclamer l’attention des autres. Ils comprennent que l'on peut arriver à utiliser la violence pour résoudre les conflits, comme l'expression des problèmes plus latents, pour montrer des désaccords. C'est aussi une manière de dialoguer entre les parties. Aussi, comprennent-ils que c'est une façon d’obtenir ce que l’on veut. C'est aussi une forme de lutte pour leurs intérêts, pour avoir accès à des ressources ou pour stabiliser la hiérarchie du pouvoir.

Conclusions et lignes de recherche

82Quand on parle du processus d’intégration en relation avec la participation ou à l’exclusion sociale, en relation avec la violence des les jeunes, on part d’une situation sociale déterminée qui contient une grande diversité de réalités. La globalisation donne une autre situation au quartier, aux jeunes et à l’éducation, créant une situation plus difficile pour les jeunes. Pour autant, affronter cette réalité et réussir à en sortir, constituent un but difficile.

83Nous avons choisi de partir, pour mener notre analyse, des «relations » sociales comme un élément important pour comprendre si les jeunes ont un sentiment de faire partie d’un ensemble ou d’être différents des autres. Nous partons du principe que la structure relationnelle, qui favorise ou non la participation sociale, donne un support à l’identité. Le besoin identitaire est fondamental pour ces jeunes. Faute d'une prise en compte des dynamiques identitaires, ces jeunes rencontrent plus de difficultés à entamer un processus d’intégration réussi.

84Comment, dans une société complexe et postmoderne, les relations sociales, fluctuantes et changeantes, avec des structures communautaires peu solides et plus marquées par les nostalgies du passé, peuvent-elles aider au processus d’intégration et de participation sociale des jeunes présentant d’importants risques sociaux ? Tels sont les éléments de notre débat. Nous avons inclus dans cette analyse le rôle des institutions et des organisations qui ont pour missions de répondre aux besoins des jeunes, dans un tel contexte.

85A la fin de notre analyse, nous constatons que les jeunes se déplacent entre différentes réalités d’inclusion ou d’exclusion. Ce mouvement est plus difficile, du fait du modèle d’intégration porté par la société globale. Le conflit entre intégration, identité et réponse sociale est prioritaire pour comprendre cette réalité. La fonction des institutions ou des groupes sociaux, sur la base d'un pacte social, est de freiner ou de faciliter ce processus. C’est pourquoi la violence, comme mécanisme de communication, se transforme en un instrument, souvent secondaire au conflit de fond, lié à la réalité des jeunes.

86Le modèle du Raval, en tant que quartier d'immigrés, riche en diversités et en changement permanent, est un paradigme d’immigration. Le Raval représente une structure ouverte pour l’intégration, mais il n'apporte pas un modèle de pacte social ou de projets communs. Tout celarend difficiles les processus adaptatifs, parce que c'est un quartier où les institutions travaillent surtout avec pour objectif de donner des réponses. Elles sont souvent dépassées dans leurs interventions. Les responsables techniques et éducatifs du quartier vivent de fortes tensions entre un rôle de gestion des processus sociaux, leur tentative de diriger et de maintenir d’anciennes formes d’organisations sociales et la nouvelle réalité sociale qui les dépasse.

87La communauté ou les groupes naturels, avec leurs propres difficultés d’adaptation, s’affrontent souvent, non pas sur le pacte social, mais au sujet des services offerts et sur des objectifs à définir en commun. L'absence de travail communautaire de la part de la famille, de l’école et de la communauté surpasse chacune des réalités.La nécessité de rétablir des alliances est plus une stratégie théorique qu’une capacité propre aux organisations.

88Les jeunes cherchent des stratégies d’intégration, mais leurs ressources personnelles et sociales dépendent d’éléments que beaucoup ne contrôlent pas. Elles se confondent avec leur processus de construction identitaire fort et différent, ce dernier, constituant une étape vitale. Le manque d’adultes, qui comprennent leur situation et qui les aident dans ce processus, est une réalité.

89Ce sont les jeunes qui parlent dans le livre Dans le cœur du Raval. Il témoigne de la volonté d’expérimenter une pratique éducative en réseaux. Celle-ci met en évidence la grande difficulté et le paradigme dans lequel se trouvent les jeunes du Raval. Nous croyons que les résultats de cette expérience sont le début d’une nouvelle recherche dans laquelle nous aurons à approfondir notre connaissance des réalités de la famille, de l’école et de la communauté et à analyser des propositions pour améliorer notre intervention auprès de ces jeunes.

Haut de page

Bibliographie

A.A.V.V., Premat (Celia), El Cor del Raval, Parlen els Joves, Barcelona, Edicions 62, 2005.

Barreto (Vera), Paulo Freire para educadores, São Paulo, Arte & Ciência, 1998.

Berga Timoneda (Anna), Adolescencia femenina i risc social, Barcelona, Generalitat de Catalunya, Observatori Catala de Joventud, 2005.

Gomez-Granell (Carme), Martinez (Roger), Gonzalez (Isaac), Joves i lleure al Casc Antic de Barcelona, Barcelona, CIMUU/Institut d'infància i món urbà, 2003.

González (Noé), “Bauman, identidad y comunidad”, Espiral, Volumen XIV, Núm. 40, Septiembre - Diciembre 2007, pp. 179-200.

Navarrete (Lorenzo, dir.), Jóvenes, Derecho y Ciudadania, Madrid, Injuve/Instituto de la Juventud, 2006.

Premat (Celia), Miradas Diversas. Diagnostico Participativo sobre la Convivencia al Raval. Barcelona, Casal dels Infants del Raval, 2007.

Torres Castro (Carmen), « Jóvenes y violencia », Revista Iberoamericana de Educación,

n°37, 2005, pp. 55-92.

2 A.A.V.V., Celia Premat, El Cor del Raval, Parlen els Joves, Barcelona, Edicions 62, 2005.

3 Lorenzo Navarrete (dir.), Jóvenes, Derecho y Ciudadania, Madrid, Injuve/Instituto de la Juventud, 2006.

6 Carmen Torres Castro, « Jóvenes y violencia », Revista Iberoamericana de Educación, n°37, 2005, pp. 55-92.

Haut de page

Notes

1 Vera Barreto, Paulo Freire para educadores. São Paulo, Arte & Ciência, 1998.

4 Carme Gomez-Granell, Roger Martinez, Isaac Gonzalez, Joves i lleure al Casc Antic de Barcelona, Barcelona, CIMUU/Institut d'infància i món urbà, 2003.

5 Anna Berga Timoneda, Adolescencia femenina i risc social, Barcelona, Generalitat de Catalunya, Observatori Catala de Joventud, 2005.

7 Celia Premat, Miradas Diversas. Diagnostico Participativo sobre la Convivencia al Raval. Barcelona, Casal dels Infants del Raval, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Celia Premat Katz, « La création d'un livre collectif, une proposition éducative de travail avec les jeunes ? », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], hors série | 2010, mis en ligne le 25 mars 2010, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/6592

Haut de page

Auteur

Celia Premat Katz

Anthropologue et Educatrice

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org