Navigation – Plan du site
Dossier

Jeunes turbulents et intervenants sociaux

Production et régulation des violences juvéniles dans une cité populaire
Turbulent youth and social workers. Production and regulation of juvenile violence in a city popular
Manuel Boucher et Mohamed Belqasmi

Résumés

Ce texte expose des données extraites d’une recherche portant sur les confrontations violentes entre des « jeunes rebelles » incarnant des « figures de désordre » et des acteurs sociaux chargés de réguler les turbulences urbaines au sein d’une cité populaire traumatisée par les émeutes de l’automne 2005. Nous décrivons l’expérience sociale de jeunes résidants d’une cité d’habitat social qui fait peur et les interactions frictionnelles qu’ils entretiennent avec les acteurs institués et émergents d’encadrement des classes populaires. Plus précisément, d’une part, cet article dépeint les nouvelles épreuves de la domination de jeunes d’une cité (la Cité des enfants perdus) en voie de ghettoïsation vivant une routinisation de processus de stigmatisation et d’autre part, les réactions et stratégies mises en œuvre par des acteurs sociaux de la « police des villes » contraints de développer une forme de sur-engagement pour sauver leur peau et sortir d’un processus de « réification réciproque » dans un contexte de complexification du contrôle social local.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parmi la diversité des trajectoires de la jeunesse des quartiers populaires, une minorité de jeunes assume une « figure d’agresseur ». Ces jeunes entretiennent des rapports frictionnels avec les opérateurs institués ou émergents d’encadrement de la jeunesse. Dans ce contexte, cet article expose une partie des résultats d’une recherche menée pour le compte de l'Institut National des Hautes Études de Sécurité (INHES) dans le cadre d'un programme sur « l'ultra-violence ». Cette enquête porte sur les interactions entre les jeunes jusqu’au-boutistes potentiellement violents, ou considérés comme tels, et la diversité des acteurs de la « socialisation des risques » (Boucher, 2007) présents dans une cité d’habitat social caractéristique des quartiers périphériques populaires qui font peur : la Cité des enfants perdus.

  • 1   Le renouvellement contemporain de la police des villes (traduction de l’expression anglaise urban (...)

2Au-delà des polémiques idéologiques (sécuritaires/antisécuritaires) sur les phénomènes d’insécurité et leur traitement, nous avons tenté de définir et de comprendre les interactions développées entre des jeunes d’un quartier « sensible » français avec les acteurs de la régulation et de la répression des turbulences et des violences juvéniles intervenant dans ce territoire urbain stigmatisé. Nous avons ainsi voulu étudier des acteurs de la régulation sociale locale (incluant les micro-contrôles sociaux informels) ainsi que les figures de jeunes caractéristiques de désordres potentiels afin d’essayer de répondre à une question centrale : après les émeutes de l’automne 2005 qui furent courtes mais extrêmement violentes et impressionnantes dans le quartier étudié, existe-t-il des formes originales de policing1en recomposition permettant aux acteurs sociaux, d’une part, de développer des inter-relations régulatrices de tensions et, d’autre part, de mettre en œuvre des pratiques d’intervention singulières favorisant l’intégration et la mobilité sociale des jeunes « les plus rebelles » ? Pour apporter des éléments de réponse à cette question, ce texte est dès lors composé de trois parties : la première présente la démarche de recherche et le terrain d’enquête ; la seconde expose des observations sur des jeunes « rebelles », des acteurs sociaux et leurs interactions ; la troisième propose une réflexion plus théorique sur les transformations contemporaines de la régulation sociale locale dans les quartiers populaires en l’inscrivant dans le débat sur la « police des villes ».

La démarche de recherche et le terrain d’investigation

La méthodologie d’enquête et la typologie des acteurs

3L’enquête s’est déroulée durant douze mois dans la « Cité des enfants perdus », un quartier d’habitat social situé dans une ville moyenne du Nord-Ouest de la France. Durant l’investigation, nous avons réalisé près de quatre-vingts entretiens individuels et collectifs approfondis avec une centaine d’acteurs, et organisé des séances d’intervention sociologique avec des jeunes, des parents (dont beaucoup étaient originaires de pays d’Afrique subsaharienne), des intervenants sociaux et des policiers. Nous avons aussi effectué de longs moments d’observation directe dans la journée et en soirée durant la semaine et le week-end dans les rues, les cafés, les locaux associatifs, les salles et terrains de sport, chez des habitants. Pour approfondir notre connaissance du quartier, notamment la nuit, nous avons également loué un appartement dans un HLM situé à proximité de la place centrale du quartier durant plusieurs mois. Grâce à ce protocole de recherche, nous avons alors pu construire une typologie des acteurs à étudier inscrits dans trois espaces d’intervention (social, culturel, urbain). En effet, contrairement à l’idée encore très répandue selon laquelle les quartiers populaires urbains seraient des espaces de déréliction et de désorganisation sociale, nous avons montré dans d’autres travaux qu’il s’agit au contraire de territoires où se déploie une myriade d’acteurs sociaux développant une pluralité de formes d'intervention (Boucher, 2003 ; 2004).

Espaces

d’intervention sociale

Organisations

Formes d'intervention

Social

(socialisation)

Organisations caritatives

Services sociaux et sanitaires

Education nationale

Structures socioculturelles

Insertion, formation et emploi

Entreprises publiques et para-publiques

Assistance

Education

Socialisation-intégration

Emancipation

Insertion

Médiation

Culturel
(identité)

Organisations néo-communautaires

Organisations religieuses

Organisations ethno-culturelles

Structures de médiation interculturelle

Ethnicisation

Communalisation

Médiation

Entraide et assistance

Socialisation-intégration

Urbain
(sécurité- tranquillité publique)

Polices

Entreprises de sécurité

Structures de médiation-sécurité

Bailleurs sociaux

Transports publics

Groupes d’habitants

Répression

Surveillance

Auto-surveillance

Sécurisation

Insécurisation

4Cependant, dans cet article, nous nous limitons à traiter plus spécifiquement des épreuves de « gars de quartier » et de leurs interactions avec des intervenants sociaux chargés dans une large mesure de prévenir et de réguler leurs comportements turbulents au sein de la cité.

La Cité des enfants perdus, un quartier en voie de ghettoïsation

5Situé dans une ville de 51 000 habitants, la Cité des enfants perdus est un quartier d’habitat social qui regroupe plus de 12000 habitants. Il s’agit d’un territoire qui rassemble donc près du quart de la population communale et concentre le tiers des administrés de moins de 20 ans. La Cité des enfants perdus constitue donc à la fois un vivier démographique, dont le poids électoral potentiel fait de ses habitants des populations courtisées par les forces politiques désirant accéder au pouvoir municipal, et un « quartier difficile » régulièrement médiatisé à l’occasion des éruptions juvéniles de « violences émeutières ». La Cité des enfants perdus s’apparente parfaitement aux « ghettos urbains » décrits par Didier Lapeyronnie qui se caractérisent notamment par « la concentration dans certaines zones urbaines de populations défavorisées, victimes d’une forte ségrégation et de discriminations raciales, populations qui ont fini par développer des modes de vie et une organisation spécifiques. (…) Le ghetto suppose une ségrégation forcée et non choisie, imposée et non élective. Les habitants y vivent contraints, ne pouvant aller habiter ailleurs tout en aspirant au départ. » (Lapeyronnie, 2008 : 12).

Des habitants précarisés

6Même si l’économie locale demeure dynamique, notamment suite à un mouvement de tertiarisation rapide, cela ne suffit pas à contrebalancer les destructions d’emplois industriels dont souffrent les habitants de la Cité des enfants perdus. Au cours des deux dernières décennies, la population du quartier a été victime d’une extension sans précédent de la précarisation sociale (baisse importante de l’emploi industriel, l’industrie locale perd ainsi 21% de ses emplois au cours de la décennie 1990).

Une politique socio-urbaine sous l’emprise de conflits politico-institutionnels

7Dans ce contexte, la Cité des enfants perdus est la principale cible de la politique de la ville. Sur le plan architectural, un projet de rénovation urbaine vise une modification en profondeur de l’aspect général du quartier. Sur le volet social, une structure ad hoc (un Groupement d’intérêt public) a été créée pour coordonner un projet de développement social local. Cependant, les ambitions politiques affichées de développement social urbain tardent à se traduire en effets tangibles du fait, notamment, des affrontements de personnalités politiques et de responsables institutionnels locaux. Ainsi, un des éléments qui nous a frappé tout au long de l’enquête a été « la violence institutionnelle » traduite dans de très fortes oppositions entre les responsables de structures associatives reliées aux acteurs politiques locaux. Dans tous les cas, ces antagonismes ne favorisent pas la réduction du décrochage socio-économique croissant de la Cité des enfants perdus.

Une forte ségrégation socio-ethnique

8La population de la Cité des enfants perdus est composée en grande partie de populations d’origine étrangère. L’arrivée de plusieurs dizaines de familles d’origine subsaharienne (sénégalais, maliens) va radicalement modifier la composition des populations d’origine étrangère au milieu des années 1980. Dès lors, dans le contexte de concurrence entre les acteurs institutionnels et politiques, nous avons constaté une importante logique d’ethnicisation des relations sociales. En effet, dans une situation où les habitants de la Cité des enfants perdus, notamment les populations d’origine étrangère, constituent un vivier électoral, les postulants aux mandats électifs locaux ont intégré une stratégie visant à instrumentaliser les associations de quartier et à flatter la « fibre communautaire » des résidants de la cité. Cette ethnicisation des relations sociales est une réalité visible dans l’espace public : lorsque l’on sillonne les rues, on a l’impression que le territoire est constitué de sous-quartiers relativement homogènes d’un point de vue « ethnoculturel ». Dans cette configuration, les populations d'origine étrangère, plus ou moins organisées en associations, sont une donnée importante pour les stratégies de marketing politique des politiciens locaux. Les populations d’origine subsaharienne, qui sont en grande partie porteuses du dynamisme démographique de la Cité des enfants perdus, ont fortement investi l’espace associatif du quartier (tontines, médiation sociale et culturelle, etc.). Certains « leaders » associatifs africains ont ainsi développé des relations directes avec les milieux politiques et institutionnels locaux. De plus, nous avons également remarqué l’existence de conflits politiques exportés, notamment dans les milieux sénégalais (présence de représentants de partis politiques en opposition au Sénégal). Notons enfin que la plupart des commerces de proximité sont par ailleurs tenus par des populations d’origine étrangère. Certains d’entre eux manifestent la présence visible d’acteurs religieux, en particulier celle de musulmans piétistes très présents dans la cité, notamment le soir.

Le renforcement du contrôle social et de la présence policière

9Dans la presse locale et parfois nationale, la Cité des enfants perdus est un quartier régulièrement médiatisé pour des problèmes d’insécurité. En 1994, la cité avait été le théâtre de violences urbaines après la mort d’un jeune homme décédé des suites d’une bagarre avec un vigil de supermarché. En 2005, à la surprise de l’ensemble des acteurs locaux (forces de l’ordre, associations de quartier, etc.), le quartier s’embrase dans la nuit du 5 au 6 novembre. Les destructions matérielles sont d’une ampleur jusqu’alors jamais atteinte, mais ce sont surtout les affrontements avec les forces de l’ordre qui ont été particulièrement intenses et ont marqué, voire traumatisé les esprits. Ainsi, la gestion de ces violences a été si difficile que la décision d’instaurer un couvre-feu a été appliquée avec plus de rigueur que dans les autres quartiers français : cette mesure a duré douze nuits (de 21h à 5h du matin). Face à l’intensité des violences (policiers gravement blessés, pompiers agressés, etc.), une fois le calme rétabli, les pouvoirs publics locaux ont dès lors décidé de s’organiser, d’une part, pour restructurer leurs modes d’intervention et, d’autre part, pour maintenir une présence policière forte sur le quartier. Ainsi, outre des actions ponctuelles qui concernent très peu de jeunes (rencontres jeunes/entreprises, réussite éducative, etc.), plusieurs axes d’action ont été privilégiés par les pouvoirs publics pour renforcer le contrôle social des jeunes de la Cité des enfants perdus : le renforcement du contrôle policier, la mise en œuvre d’un service de prévention spécialisée et la promotion de la responsabilisation des parents.

Les jeunes, les acteurs sociaux et leurs interactions 

Les jeunes rebelles et la police

10Pour de nombreuses raisons (faible niveau de qualification, discriminations socio-ethniques, etc.), beaucoup de jeunes de la Cité des enfants perdus n’arrivent pas à s’inscrire dans une dynamique d’insertion et accumulent des difficultés. Dès lors, ils expriment ouvertement leur défiance à l’égard de la « société intégrée » et de ses représentants. La Cité des enfants perdus est en effet marquée par la présence d’une fraction de jeunes désœuvrés qui « font peur » par leurs manières d’occuper l’espace et les relations qu’ils entretiennent avec les adultes. Ces jeunes se regroupent, occupent les rues la nuit et se confrontent régulièrement avec la police. Ils incarnent des figures d’agresseurs idéal-typiques. Ils sont rebelles à l'ordre social et affirment de façon ostentatoire, de manière provocante et radicale, leur rapport à l'espace public et aux représentants de la norme. Ce sont des jeunes qui ne semblent pas faire de concessions avec le monde social qui les entoure : ils refusent la résignation ou l'apathie. Ils développent, revendiquent une « esthétique » de la violence et de la provocation. Par leur langage, leur musique (rap hardcore), leur manière de se vêtir et de se mouvoir, par les attributs qui les caractérisent (casquettes américaines, habits amples portant des insignes ou des symboles associés à la violence, chiens méchants, pratique de la boxe, armes à feu, …), par des comportements incivils et insécurisants (écoute de musique à fort volume, cris et insultes, prise d'alcool dans les lieux publics, consommation de tabac et de cannabis dans des lieux interdits, etc.), ces jeunes s'affichent comme des « indésirables », des individus dangereux et séditieux. D'un point de vue caricatural, ils se construisent en se démarquant sans cesse des « gentils » résidants et assument le fait d’être des « méchants ». En ce sens, ils se considèrent avant tout comme une « bande » de quartier dont la définition est très proche de celle formulée par l’Eurogang Group : « La bande ou le gang sont (…) considérés comme une forme d’agrégation juvénile spécifique, décisive dans les processus de socialisation de ses membres, qui fréquentent par ailleurs assidûment l’espace public du quartier en y adoptant une forme de visibilité forte et démonstrative, et qui puisent dans les activités déviantes ou délinquantes menées collectivement une part importante de leur propre identité et de celle de leur groupe »(Moignard, 2008 : 51).

11Ces jeunes développent une relation au monde où le rapport de force est prédominant, notamment avec les représentants de l’ordre. Ce rapport au monde singulier est particulièrement visible lorsque l’on observe les relations qu’entretiennent les jeunes et la police. Ainsi, depuis les émeutes de l’automne 2005, les policiers de la Brigade anti-criminalité qui interviennent la nuit (BAC nuit) pensent qu’ils ne peuvent maintenir la paix sociale que grâce à deux éléments principaux : une puissance de feu importante, une bonne connaissance des jeunes du quartier et de leurs inter-relations. Les policiers et les jeunes rebelles font en fait partie d’un système d’interactions agonistique particulièrement développé au sein des quartiers populaires.

12Dans un contexte de ghettoïsation, l’emploi de la force est normalisé aussi bien du côté des jeunes que du côté de la police. L’emploi de la force reste en effet un moyen pour garantir « une construction positive de la face personnelle » et « sauver son honneur ». Dans cette perspective, dans un environnement où la « loi du plus fort » est normalisée, à l’instar de certains jeunes de quartier assumant une « culture de rue » (parfaitement mise en scène aujourd’hui par des rappeurs et leur crew s’insultant et se provoquant mutuellement sur Internet notamment), les policiers doivent sans cesse mettre en jeu leur capacité de réaction physique et montrer qu’ils demeurent les plus forts. Les policiers de la « BAC nuit » interviewés font en effet totalement partie du décor de la « culture de la rue » dans laquelle la loi du plus fort domine une bonne partie des inter-relations des « jeunes de cité » (Marlière, 2005), notamment des plus jeunes. Dans la pratique, confrontés à des groupes de jeunes, les policiers adoptent la posture d’un autre groupe partageant la même « culture viriliste ».

13En s’opposant et en se confrontant au groupe « policiers », des jeunes cherchent ainsi à éprouver leur courage et à construire une face positive personnelle et collective dans l’affrontement. Le rapport Eux/Nous dans lequel s’inscrivent de nombreux jeunes de quartier, ainsi qu’une part importante de policiers de la BAC nuit, façonnent dès lors beaucoup d’interactions au sein desquelles chacun tente de soumettre son « adversaire » souvent hétéro-désigné, voire hétéro-racisé négativement. Cependant, dans cette interaction virile et dure, dans le but de maintenir l’ordre et d’assurer la tranquillité publique des « honnêtes citoyens », les policiers revendiquent le fait qu’ils sont les seuls agents légitimes ayant le droit, voire le devoir d’imposer un rapport de force, en utilisant la violence si nécessaire. Or, ce positionnement n’est pas accepté par la plupart des jeunes de quartier qui considérent les policiers, notamment à l’aune de leurs comportements agressifs et provocateurs, avant tout comme les membres d’une « bande » rivale avec lesquels il faut batailler pour préserver sa face. En fait, dans une situation où les jeunes des quartiers populaires, en difficulté d’insertion socioprofessionnelle, sont livrés à eux-mêmes durant la nuit, il semble que les policiers de la BAC et les jeunes de cité sont condamnés à s’opposer plus ou moins violemment : les premiers sont avant tout chargés de pacifier des espaces ghettoïsés et de soumettre les jeunes de quartier, tandis que les seconds tentent de maintenir une estime d’eux-mêmes en se confrontant, quelquefois violemment avec ceux qui représentent de la façon la plus caricaturale leur oppression. Pour autant, certains policiers ont conscience que la militarisation des cités durant la nuit n’est pas une solution acceptable : d’une part, elle envenime les antagonismes entre les jeunes et la police, favorise les confrontations violentes, d’autre part, elle met en danger les forces de l’ordre devant occuper des territoires habités par des individus de plus en plus révoltés et sous tension permanente : « C’est vrai que le couvre-feu mis en place dans la Cité des enfants perdus après les émeutes avait été impressionnant. C’était fort, c’était une mesure très très forte. L’extérieur était balisé. Il y avait un barrage, des gendarmes mobiles qui filtraient et à l’intérieur du périmètre des CRS qui tournaient et un hélicoptère qui survolait la zone. Pour moi c’était beaucoup, c’était trop fort. J’aurais été habitant de la Madeleine, je n’aurais pas aimé, je me mets à leur place, je n’aurais pas aimé du tout. Là, c’était vraiment Banlieue 13 (titre d’un film), on quadrille la cité, puis on met un mur autour, je n’aurais pas du tout apprécié. » (un policier de la Brigade anti-criminalité).

L’expérience du ghetto

14Lorsque les jeunes de la Cité des enfants perdus sont sortis du système scolaire, ils  décrivent un quotidien dominé par l’expérience de la galère. Celle-ci est faite d’ennui, de déceptions et d’attente. Généralement discriminés dans l’accès à un emploi stable, ils partagent un vif sentiment d’inutilité. Ils se sentent victimes d’injustices et sont avant tout fatalistes, même s’ils expriment leur révolte face à leur sort. Ils ont en fait intériorisé l’idée qu’ils habitent dans un quartier populaire relégué, stigmatisé et ethnicisé dans lequel sont regroupés la plupart des noirs, des arabes et des « cas sociaux ».

15Pour autant, leur expérience est généralement supportable, parce qu’ils n’ont souvent jamais vécu autre chose, mais surtout qu’ils vivent ces épreuves en groupe. En effet, face au monde extérieur, perçu comme froid et exclusionnaire, le quartier est un « espace chaud » dans lequel ils développent de fortes inter-relations avec des jeunes de leur âge qui vivent une vie sensiblement identique à la leur (Lapeyronnie, 2008).

16Pour les jeunes de la Cité des enfants perdus, le quartier est un espace sécurisant car ils connaissent presque tout le monde. Ils ont leurs repères. C’est un lieu de sociabilité et de convivialité où les murs parlent : dans chaque immeuble, ils voient des fenêtres derrière lesquelles habitent des personnes qu’ils connaissent. Le « quartier » est un lieu où les relations d’interconnaissance sont fortes. La cité apparaît donc comme un espace, certes confiné, mais au sein duquel des rapports de solidarité et d’amitié peuvent s’exercer et souder les individus : « Le fait d’être dans un même endroit, de côtoyer les mêmes gens à force, cela crée des liens. Que ce soit positif ou négatif, cela crée toujours des liens. A force d’être dans le même lieu, même si des gars vont décider de faire des trucs dans le vice, ils vont être unis quand même, il y a un certain type de solidarité, même si c’est dans la connerie. » (Jeune de la Cité des enfants perdus).

17Les regroupements quotidiens, à certains moments de la journée, mais surtout le soir dans les « cages » des immeubles permettent aux jeunes de partager leurs expériences individuelles et collectives et ainsi de renforcer leur sentiment d’appartenance à une « communauté de quartier », voire de « cage d’escalier ». Les jeunes de la Cité des enfants perdus ont effectivement une activité nocturne importante, qui est d’ailleurs en décalage avec l’activité diurne des acteurs sociaux publics et parapublics intervenant dans la cité. La nuit, nous avons ainsi pu observer que les interlocuteurs principaux des jeunes sont les policiers et les militants piétistes musulmans laissant à penser que durant cette période, d’un côté, la Cité des enfants perdus est un territoire d’occupation/militarisation, de l’autre, une terre de mission pour les promoteurs de morale musulmans radicaux.

18Dans ce contexte, il n’existe dès lors pas beaucoup de place pour l’épanouissement de trajectoires individuelles venant rompre avec ce mode de vie collectif marginal par rapport à la société d’individuation majoritaire. Certains jeunes rencontrés perçoivent néanmoins le quartier comme un lieu d’enfermement et de repli sur soi, peuplé d’hypocrites. Les jeunes qui ont le plus conscience d’avoir été captifs d’une logique de « ghettoïsation » sont ceux qui, à un moment de leur histoire personnelle, ont pu quitter durant une assez longue période leur quartier d’origine et/ou qui ont finalement réussi à s’installer ailleurs : « Je ne critique pas les gens du quartier mais je trouve qu’ils ne sont pas assez ouverts. La plupart des gens du quartier ne sont pas assez curieux, ils sont dans un engrenage. Depuis que je suis parti d’ici (Cité des enfants perdus), je me suis dit : plus jamais les quartiers ! Au quartier, ils laissent pourrir les gens ! Même si par rapport à moi, il y a beaucoup de jalousie, j’ai saisi l’opportunité de quitter le quartier » (Un jeune, ancien résidant de la Cité des enfants perdus).

19Le marqueur le plus évident de cette emprise du quartier sur les habitants reste l’utilisation d’un langage de cité caractéristique, certainement valorisé au sein des quartiers populaires, mais totalement inadapté à l’extérieur du « ghetto ». Il s’agit du parler « wesh ». Or, la plupart des jeunes de la Cité des enfants perdus n’ont même pas conscience que leur langage, leurs codes linguistiques sont incompris et irrecevables à l’extérieur, notamment dans les différents milieux professionnels : « Quand je suis sorti du quartier, j’ai dû faire un effort pour apprendre un certain langage, pour passer des diplômes. J’ai dû apprendre un langage que je n’avais jamais entendu. Quand je suis arrivé à Paris on me parlait, je disais : quoi ? quoi ? Tu peux répéter ? Les mecs ils me disaient, quoi tu ne comprends pas… Par contre, quand je leur parlais, ils ne me comprenaient pas non plus parce que mo, je leur parlais mode ghetto et eux ils ne parlaient pas mode ghetto ! Quand ils me parlaient d’un truc que je ne comprenais pas, j’allais chercher la définition et je la gardais pour moi. Maintenant, lorsque j’utilise ces mots dans certaines de mes phrases, des personnes qui ne comprennent pas me disent : arrête de faire ton baratin, de te prendre pour un professeur, un scientifique » (Un jeune, ancien résidant de la Cité des enfants perdus).

20Ainsi, la ghettoïsation se caractérise aussi par l’intériorisation de codes singuliers par les habitants des quartiers populaires - surtout les jeunes - et par leur inadaptation face à des situations nouvelles. En effet, beaucoup de "jeunes de quartier" ne savent pas distinguer ce qui est acceptable dans la cité, voire conforme aux pratiques, aux façons d’être de la majorité des jeunes « banlieusards » et inacceptables ailleurs car considéré comme irrespectueux. Il s’agit d’un type de déviance bien décrit par Howard Becker (1985) où l’individu est perçu par la société intégrée et majoritaire comme déviant alors que cet individu ne se perçoit pas comme déviant. Il n’a effectivement pas conscience que ses pratiques, qui dans sa communauté d’appartenance et de référence apparaissent conformes, sont perçues ailleurs comme déviantes. En réalité, il ne partage pas les « bons » codes sociaux et culturels pour s’en apercevoir : « A certains entretiens d’embauche, des mecs de quartier ne savent pas s’adapter. Certains se pointent avec une casquette alors que c’est considéré comme un manque de respect » (un jeune de la Cité des enfants perdus).

21Dans tous les cas, c’est l’existence d’un certain conformisme de condition qui permet de surmonter l’expérience de la galère. La vie de quartier est propice au développement d’attitudes et de comportements spécifiques adaptés à la réalité de la cité. Or, cette vie marginale et conformiste à la fois est favorable au développement de comportements déviants perçus comme incivils (bruit, consommation d’alcool, de cannabis, etc.), voire délinquants. Quoi qu’il en soit, le développement d’un mode de vie singulier, fait d’incivilités, de solidarité, de rivalité de quartier, de business illégal est en définitive une réponse assez classique, depuis longtemps étudiée par les sociologues de Chicago, apportée à une situation d’exclusion, de discrimination, et de désorganisation sociale. Le mode de fonctionnement de beaucoup de jeunes de la Cité des enfants perdus est effectivement une sorte de réorganisation sociale et culturelle au processus de ghettoïsation dans lequel ils sont inscrits. Beaucoup de jeunes de la Cité des enfants perdus, tous à des degrés différents (notamment après une expérience de la prison, certains jeunes sont devenus des délinquants professionnels), participent non pas à la remise en cause du système capitaliste mais à son fonctionnement par le développement de « stratégies délinquantes » plus ou moins importantes (conformisme déviant) leur permettant, malgré une mise à l’écart du marché économique légal, néanmoins, de participer à la société de consommation en préservant leur dignité.

22Dans cette optique, des jeunes développent des stratégies de contre-stigmatisation en incarnant notamment des caricatures du stéréotype « banlieusard » qui leur collent à la peau. Ainsi, des rappeurs « débrouillards » et créatifs chroniquent la réalité de leur quartier, les discriminations racistes, les embrouilles entre « jeunes de cité », les confrontations avec les forces de l’ordre en mettant en scène une sorte d’« esthétique de la violence » et en adoptant des postures hyper-virilistes (Boucher, 1999). Ils participent à l’industrie culturelle et au monde des médias-cultures de la société de communication, en utilisant comme premier support de création leur expérience de la galère et transforment leur « rage » en expression rapologique. Les « figures de peur » qu’ils incarnent ayant une fonction politique (produire un sentiment d’insécurité légitimant ainsi le développement de politiques sécuritaires) mais également économique (la peur des banlieues périphériques populaires est une source financière largement exploitée par certains médias). Lorsqu’ils transforment en musique leur expérience du ghetto, d’un côté, ils retournent l’étiquetage négatif en identité positive en affirmant fièrement être des « guerriers urbains » potentiellement violents et agressifs, de l’autre, ils « représentent » les « jeunes de cité » caricaturés revendiquant néanmoins une culture spécifique, tout en participant au marché des « mass médias », au sein duquel ils espèrent occuper une place honorable.

23Dans cet environnement, caractérisé par le difficile accès aux ressources financières et à la reconnaissance sociale, les jeunes soulignent, comme l’avait décrit François Dubet à la fin des années dix-neuf cent quatre-vingt (Dubet, 1987) que certains d’entre eux ont la rage. En revanche, ils ne se voient pas comme des « exclus » mais comme des « débrouillards », c’est-à-dire qu’ils ont des capacités individuelles et collectives pour trouver des solutions, même illégales, pour néanmoins accéder à des ressources : « Nous on est des jeunes débrouillards. Même si on n’a pas de boulot on sera toujours se démerder pour trouver de l’argent. Mais il n’y a pas que le « deal ». Il y en a qui sortent des lignes de vêtement, d’autres qui vendent des albums de musique. C’est vrai certains vendent des plaquettes de shit mais c’est dans l’espoir de mettre de l’argent de côté pour partir sur un bon projet honnête » (un jeune de la Cité des enfants perdus).

24En effet, même si pour gagner des « petits billets », les « plans débrouilles » dans lesquels s’inscrivent généralement les jeunes interviewés sont illégaux, il s’agit le plus souvent d’actes de petite délinquance. Dans la pratique, certains organisent un petit commerce de vente de tee-shirts, d’autres profitent des voyages en Afrique dans le village de leurs parents pour ramener des marchandises (bracelets, bijoux…) qu’ils revendent ensuite dans leur réseau de proximité, d’autres encore téléchargent des films sur Internet et les revendent pour quelques euros.

  • 2 En ce sens, semblant prendre acte des critiques émises par Robert Castel (« Travailler plus, pour (...)

25Dans ce contexte de marginalisation et d’« autogestion » de petits entrepreneurs de cité cherchant à surmonter de façon autonome, plus ou moins légale, quelquefois violente, leurs difficultés d’insertion socioprofessionnelle (ces jeunes refusent de « travailler à tout prix et à n’importe quel prix ! »2), la plupart des adultes faisant office d’acteurs sociaux sont considérés comme des imposteurs et des hypocrites incapables de les aider à s’insérer. Dans cette perspective, ils jugent particulièrement négativement les intervenants sociaux émergents tels que les « médiateurs interculturels » associés à des opportunistes et des imposteurs. Ainsi, les jeunes indiquent que les « papys » d’origine africaine participent à véhiculer l’idée qu’il existe de fortes tensions ethniques, voire des « guerres » entre « communautés » parce qu’ils ont un intérêt personnel à le faire croire. En effet, ils peuvent s’autoproclamer représentants d’une « communauté » et offrir leurs services de médiateurs aux pouvoirs publics qui cherchent des interlocuteurs pour dialoguer avec les habitants de la Cité des enfants perdus ou participer à les neutraliser. En réalité, ces acteurs exagèrent stratégiquement l’importance de l’organisation ethnique du quartier pour accéder, d’une part, à des ressources financières et d’autre part, à du pouvoir politique : « Les papys c’est des vendus. Ils ne sont pas là pour nous aider, ils sont juste là pour gratter de l’argent ou pour devenir maires. Ils se sont même fait poursuivre par la justice parce qu’ils grattaient l’argent des maisons de quartier » (un jeune de la Cité des enfants perdus).

26Ainsi, pour ces jeunes, les « papys », autrement dit, les adultes d’origine africaine qui se sont organisés en association pour devenir des interlocuteurs des pouvoirs publics, en prétextant qu’ils représentent des « communautés » et/ou qu’ils connaissent bien les jeunes et leurs besoins, mentent. En effet, lorsqu’ils prétendent qu’ils peuvent entrer en contact avec les jeunes et faire des choses pour améliorer leurs conditions, ces « grands frères » sont en fait des imposteurs qui agissent seulement pour eux-mêmes : « Ils (les papys) essaient de bien se faire voir. Quand ils font un truc, il y a toujours quelque chose derrière, ce n’est pas pour nous. Pour être honnête, personne fait quelque chose pour nous : c’est toi et ta galère. C’est la débrouille » (un jeune de la Cité des enfants perdus).

Les acteurs sociaux de l’« intérieur » et de l’« extérieur »

27Dans la pratique, au sein de la Cité des enfants perdus, nous avons constaté une différenciation importante entre les acteurs sociaux « extérieurs » au quartier et ceux qui sont de « l’intérieur ». En effet, les seuls intervenants sociaux qui développent des relations « authentiques » avec les jeunes « les plus rebelles » sont de jeunes intervenants sociaux de « l’intérieur », autrement dit, ceux qui vivent, sont issus ou ont acquis un ancrage relationnel particulier dans le quartier.

28En effet, au sein du quartier, les institutions publiques d'intervention sociale s'avèrent défaillantes et ne réussissent pas à développer une stratégie d'action socioéducative en profondeur. Les intervenants sociaux « extérieurs » (conseillers d'insertion, assistantes sociales, éducateurs, animateurs, médiateurs) en contact direct avec les adolescents de la Cité des enfants perdus qui fréquentent l'espace de la rue sont très rares. Ceux qui représentent l'action sociale et éducative publique sont comme dépassés par l'ampleur de l'exclusion sociale qui frappe les populations du quartier et notamment les jeunes descendants d'ouvriers auxquels ils n'ont pas grand chose à proposer. Ils ne disposent pas de ressources suffisantes pour répondre au principal problème des jeunes : leur employabilité. Dès lors, ils ne sont pas aptes à affronter les mécontentements des jeunes et les rapports de force qui en découlent. Ils se placent donc dans des situations plus rassurantes, limitant les interactions potentiellement conflictuelles avec les jeunes du quartier. Lors de cette enquête, nous nous sommes donc aperçus qu'en dehors d'une association historique, qui propose des activités strictement sportives, tout se passe comme si les relations directes avec les adolescents de la cité, notamment ceux qui occupent l'espace de la rue, était « sous-traitées » à quelques intervenants sociaux « autochtones » agissant au sein d'associations de proximité précaires.

29Les intervenants sociaux de « l’intérieur » possèdent un certain nombre de points communs :

  • ils évoluent au sein de structures associatives précarisées du champ de l’animation socioculturelle ou de la médiation sociale (peu de personnes qualifiées, incertitudes budgétaires, etc.) ;

  • ils sont en concurrence les uns avec les autres (eux-mêmes cherchent une insertion dans un environnement de ressources rares) ;

  • ils sont les seuls à véritablement être en capacité de réguler ou de réveiller les violences juvéniles, notamment grâce à leur sur-engagement ;

  • ils sont ethnicisés et instrumentalisés politiquement, certains sont néanmoins révoltés quitte à être marginalisés par les pouvoirs politico-institutionnels locaux (Boucher, 2008 : p.175-218).

30Dans la Cité des enfants perdus, ces intervenants sont plus particulièrement représentés par de jeunes animateurs agissant dans les domaines socioculturels et sportifs. Nous avons ainsi pu observer un fait étrange dans la Cité des enfants perdus : plusieurs soirs de la semaine mais également durant les vacances, malgré le fait qu’il existe un service social municipal de la jeunesse et plusieurs centres de loisirs, dans les faits, la majeure partie des activités culturelles et sportives organisées pour les jeunes du quartier sont encadrées par très peu de jeunes animateurs (issus eux-mêmes de la cité), officiellement rémunérés par une association de quartier. En revanche, ces animateurs sont épaulés par de nombreux amis qui font office d’animateurs auprès des plus jeunes, sans qu’ils soient rémunérés pour autant. En général, ces « aides animateurs » font partie de « l’équipe », autrement dit, de la « bande d’amis » des animateurs officiels. Quoi qu’il en soit, sans l’aide de ces jeunes bénévoles, les animateurs agissant au nom des associations de quartier ne pourraient certainement pas organiser des activités quotidiennement, d’autant que les « animateurs municipaux » sont invisibles dans les « animations de rue » et que la plupart du temps, ils ne connaissent même pas les animateurs de proximité, agissant et vivant dans la cité. Dans la cité, la qualité de l’animation de rue est donc largement tributaire de l’engagement de quelques « jeunes de quartier », dont certains sont faiblement rémunérés, tandis que la plupart sont volontaires et bénévoles. Par défaut, ce sont en fait les fortes inter-relations développées par des jeunes de quartier, désireux de se prendre en main et de participer à l’éducation des jeunes de la cité, qui permettent l’organisation d’activités culturelles et sportives de façon régulière : « A la Cité des enfants perdus, on (les jeunes du quartier) a l’impression d’être coupés du monde. Les gens du centre ville (les responsables de l’animation municipale) on ne les voit jamais. Le responsable du service municipal de la jeunesse, je n’en ai jamais entendu parler pourtant cela fait un moment que je travaille avec les enfants et les jeunes » (un jeune animateur de la Cité des enfants perdus).

31Néanmoins, les « animateurs de rue » interviewés ne se font pas trop d’illusions concernant leur impact réel sur le degré de pacification du quartier. En effet, ceux-ci indiquent que les seules personnes qui ont véritablement la capacité de raisonner les « jeunes turbulents » de la cité sont les anciens « caïds » du quartier. Certes, les animateurs sont écoutés par les plus jeunes mais seuls les anciens « caïds » reconnus pour leur passé de délinquants bénéficient d’une aura suffisante, auprès des plus agités, leur permettant d’avoir une réelle influence sur ces derniers. Comme le développe Thomas Sauvadet, chez les « jeunes chauds » du quartier, le « capital guerrier » l’emporte sur tous les autres capitaux (Sauvadet, 2006) : « C’est bizarre parce que ceux qui peuvent apaiser les tensions ce sont les gens qui ont un passé de délinquant. C’est ceux qui ont foutu la merde avant comme je ne sais pas quoi. Qui ont déjà fait de la prison, qui ont déjà fait des trucs pas bien. C’est ces gens-là qui arrivent à raisonner les gamins. Pour les gamins ce sont des gars qui ont fait des trucs et tout... Ici, quand tu sors de prison, tu n’es plus considéré pareil. Tu es quelqu’un qui a goûté, quelqu’un de fort. Genre on te respecte. Je ne sais pas, ça fonctionne à l’envers dans le quartier » (un jeune animateur de la Cité des enfants perdus).

  • 3 Les éducateurs de prévention spécialisée sont des travailleurs sociaux qui revendiquent leur appa (...)
  • 4 Suite à des antagonismes avec des habitants de la Cité des enfants perdus, notamment des menaces (...)

32En définitive, le territoire étudié se caractérise notamment par une distance importante entre les intervenants sociaux institutionnels et les jeunes : d’une part, les acteurs patentés de l’insertion des jeunes (mission locale) ne possèdent pas de bureau dans le quartier, notamment parce qu’ils en ont peur, d’autre part, il n’existe pas localement de tradition concernant l’intervention d’un « club de prévention ». En effet, suite aux émeutes de 2005, une association d’animation socioculturelle a reçu un agrément pour s’inscrire dans le cadre particulier de la « prévention spécialisée »3, cependant, cette structure a historiquement quitté la Cité des enfants perdus pour installer ses bureaux au centre-ville parce qu’elle rencontrait beaucoup de difficultés à travailler auprès des jeunes « turbulents ». Dans la pratique, malgré toute la bonne volonté de ces travailleurs sociaux, nous avons constaté qu’au sein de la Cité des enfants perdus un seul poste d’éducateur spécialisé « référent » est dédié à ce quartier. Les autres intervenants sociaux de l’« extérieur » comme les assistantes sociales du département sont quant à eux essentiellement tournés vers l’assistance aux adultes et interviennent dans des locaux hyper-sécurisés4.

Des acteurs sociaux traumatisés par les émeutes

33Le territoire étudié est donc bien constitué d’une pluralité d’intervenants sociaux hétérogènes (intérieurs/extérieurs), néanmoins, seuls les « jeunes régulateurs » issus de la cité inter-agissent quotidiennement avec les « autres » jeunes considérés -par les acteurs de l’extérieur- comme des figures de désordres potentiels. En revanche, tous les acteurs sociaux ont en commun d’agir dans un site urbain hanté par le spectre des émeutes de l’automne 2005. Ainsi, malgré des « fonctions manifestes » classiquement revendiquées par les intervenants sociaux (assistance, insertion, éducation…), tous occupent des « fonctions latentes » avant tout orientées vers la gestion des désordres urbains. Dans la Cité des enfants perdus, la gestion des désordres juvéniles est la principale préoccupation de l’action publique et par conséquent de l’ensemble des acteurs sociaux. Ainsi, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, ce traumatisme est particulièrement présent chez les policiers de terrain qui se confrontent avec les jeunes de la cité. En effet, à partir de 2005, la Cité des enfants perdus apparaît plus que jamais comme un espace sulfureux et dangereux, notamment pour la police particulièrement visée par les émeutiers semblant prêts à tuer du « flic » :


« Pourquoi tant de haine ? Moi, je n’ai pas compris pourquoi ? Pourquoi, c’était si violent ? Pourquoi ? Là, ils (les émeutiers) voulaient nous tuer. Moi, je n’ai jamais voulu les tuer. Je ne suis jamais monté à la Cité des enfants perdus dans l’idée même d’en taper un ou d’en tuer un (un jeune du quartier), jamais, jamais, jamais... alors que ce soir-là, ils voulaient nous tuer, ils voulaient nous tuer ! C’était impressionnant. En tous cas, moi, j’ai vraiment eu peur ce soir-là ! J’ai franchement eu peur ! C’était la guerre ! C’était Beyrouth ! » (un policier de la Brigade anti-criminalité).


« On a vu lors des émeutes, les violences étaient dirigées uniquement contre nous (la police). (…) la peur, je ne l’avais pas avant. Avant, je n’avais pas peur. C’est bizarre, mais je n’avais pas peur. Maintenant, je commence à avoir peur. Je côtoie les gars en dehors du travail, je côtoie leurs femmes et de leurs enfants. Quand je commence à voir que la situation est tendue, je n’hésite plus à dire : on se met en groupe, on fait front ensemble. On ne part pas à droite à gauche, on reste unit. Les émeutes ont vraiment changé notre façon de travailler. On opère vraiment différemment » (un policier de la Brigade anti-criminalité).


« Ce soir-là (nuit des émeutes), j’ai pris conscience que l’on a beau être policier, rien ne nous protégeait, au contraire, car quand j’ai vu notre collègue de la police municipale à terre j’ai cru qu’ils (les émeutiers) l’avaient tué. Moi, je croyais qu’elle était morte, donc là j’ai eu la haine. Là, je ne vous le cache pas, j’ai eu la haine et si j’avais pu en tuer un (un jeune émeutier) ce soir-là, je l’aurais fait. Ce n’est pas professionnel du tout mais, ouais j’ai eu la haine, je voulais en tuer, même deux, trois jours, un mois après. Après le temps a fait son effet, mais nous ne sommes pas sortis indemnes » (un policier de la Brigade anti-criminalité).

  • 5 « En recourant de plus en plus à la technologie et en spécialisant ses forces d’intervention, le (...)

34Dans ce climat, caractérisé par la hantise de violences émeutières, ce n’est dès lors pas seulement les policiers qui transforment profondément leurs pratiques5 mais l’ensemble des acteurs sociaux, dorénavant tous mobilisés pour contenir d’éventuels désordres urbains. Dans cette perspective, l’organisation de l’action publique dans les quartiers populaires ghettoïsés s’inscrit donc dans un cadre politique de type « social-sécuritaire » (Baillergeau, 2008 : p.2-20) qui se traduit notamment par l’incorporation des acteurs sociaux de l’« extérieur » et de l’« intérieur » dans la « police des villes ».

Éléments d’analyse critique de la « police des villes »

Les débats de la « police des villes »

35Les débats actuels sur le « policing » urbain et le développement de la « police des villes » participent à repenser des modes d’intervention renouvelés et complexifiés en capacité de produire du contrôle social. Il s’agit notamment de s’adapter aux situations locales en intégrant les habitants dans la co-production de la sécurité. Dans son ouvrage intitulé Défendre la ville (Oblet, 2008), le sociologue Thierry Oblet définit les éléments du débat du « policing » et défend l’idée qu’il est nécessaire, « à partir de diagnostics locaux » de mettre en œuvre une « police des villes » pour co-produire de la sécurité publique. Précisons que le terme « police » n’est pas compris ici dans son unique sens répressif : il s’agit de l’ensemble des réponses apportées, des méthodes développées et des réglementations mises en œuvre par les pouvoirs publics et les autres acteurs professionnels et sociaux « visant à défendre la société ». Ainsi, la « police des villes » se rapporte aux actions multiples, visant à contrôler les activités des individus, mises en œuvre depuis 30 ans pour lutter contre l’insécurité urbaine. Ces actions s’inscrivent dans deux stratégies principales de gestion des risques :

  • la première est caractérisée par « la territorialisation des politiques de sécurité urbaine » (agir sur les gens). A l’échelle municipale notamment, il s’agit de prendre en considération les difficultés résultant du délitement du contrôle social informel » ;

  • la seconde est associée au développement de la « prévention situationnelle » (traitement des lieux) dont l’objectif premier est « de prévenir la malveillance par un urbanisme de sécurité, déployant ses normes protectrices dans la conception de l’aménagement de l’espace et de l’équipement des bâtiments. » (Oblet, 2008 : p.4-5)

Recomposer du contrôle social « communautaire » (neighborhood watch)

36Dans l’optique d’« agir sur les gens », l’une des stratégies plébiscitée consiste à recomposer du contrôle social « communautaire » pour, d’une part, combattre les effets des « familles dissociées, de l’éducation défaillante, des taux de chômage élevés et des loisirs inexistants » et de l’autre, éviter la constitution de « gangs ». Il s’agit de sortir les quartiers d’habitat social d’une logique de « ghetto » et de ségrégation afin qu’ils redeviennent des quartiers populaires, caractérisés par la diversité sociale et la mixité fonctionnelle, et assurent la sécurité de tous dans la rue. Tirant partie des critiques émises sur les effets contre-productifs des logiques technocratiques de gestion des problèmes d’insécurité et de délinquance (Conseil communaux de prévention de la délinquance, Contrats locaux de sécurité…) mises en œuvre en France par une importante « magistrature sociale », les partisans de la nouvelle « police des villes » préconisent de construire un autre rapport entre les gouvernés et les gouvernants : les habitants doivent occuper toute leur place dans le redéploiement des actions de contrôle social.

Construire une « nouvelle prévention »

37En appui sur les nombreux travaux anglo-saxons, inscrits dans les théories des choix rationnels en matière de sécurité, pour les partisans du policing il ne s’agit pas d’opposer, ni de mettre en concurrence les actions de réhabilitation du contrôle social (prévention sociale) avec celles associées à la « prévention situationnelle», mais plutôt de les articuler. Les recherches sur ces opérations ont en effet montré qu’il n’était pas efficace d’opposer l’« urbanisme sécuritaire » et le volet sécuritaire de la politique de la ville, propice au rétablissement du contrôle social informel. Sur le plan « doctrinal », il s’agit dès lors de combiner la dissuasion et l’éducation pour lutter contre l’insécurité. Dans tous les cas, cela requiert la coopération de tous les partenaires traditionnels de la « politique de la ville » (organismes de logement social, police, municipalité, services sociaux, associations, habitants). L’axe central de cette nouvelle « police des villes » est en fait, en collaboration avec les pouvoirs publics et les acteurs parapublics, notamment les organismes de logement social, que les habitants s’impliquent dans la « co-production de la sécurité ».

38En effet, opposant la démarche « top down » (qui est imposée d’en haut) plébiscitée en France par la « magistrature sociale » dans le cadre de la politique de la ville à la démarche « bottom up » (qui fait remonter les initiatives) mise en œuvre aux Etats-Unis grâce à l’action des community developpement corporations (CDC) dans les territoires urbains dégradés, Jacques Donzelot (Donzelot, Mevel, Wyvekens, 2003) a montré que la démarche américaine souhaite avant tout rétablir la confiance entre les gens alors que la démarche française veut surtout rétablir la confiance envers les institutions. L’approche américaine pose dès lors une question centrale : « n’est-il pas plus opportun pour combattre la désorganisation sociale, les violences et l’insécurité de favoriser la « participation » des habitants d’un « quartier sensible » pour qu’ils développent eux-mêmes leurs capacités d’action collectives et individuelles et construisent une « communauté civique » plutôt que de continuer entre soi (acteurs institutionnels, publics, para-publics et politiques ) à vouloir imposer une forme de citoyenneté désincarnée à une population déresponsabilisée ?»

Développer du capital social

39Dans cette optique, l’hypothèse du caractère déterminant de la mobilisation du « capital social » dans la conception de la « police des villes » est validée. D’un côté, le capital social est pensé comme une « ressource pour l’individu », de l’autre, comme un « facteur de développement pour la société ». Dans le premier cas (capital social comme ressource), il s’agit de trouver un équilibre entre les « liens forts » (sociabilité d’interconnaissance qui soude les individus dans des communautés chaleureuses, un quartier par exemple, mais qui n’incitent pas les membres à s’émanciper vers l’extérieur) et les « liens faibles » propres à l’expérience de la vie urbaine (acquisitions de codes urbains et des relations sociales anonymes permettant de circuler en ville) et favorables à l’insertion socioprofessionnelle. Dans ce cas, donner l’espoir aux jeunes des « quartiers sensibles », qu’ils pourront potentiellement bénéficier des richesses de la vie urbaine, est un facteur important de la pacification sociale des villes. Dans le second cas (capital social comme facteur de développement), il s’agit de favoriser l’auto-surveillance des habitants par la construction de « relations horizontales » conduisant les membres d’une société à se procurer mutuellement de la sécurité : « De manière plus ou moins informelle, des habitants s’organisent pour assurer des rondes de surveillance, parler aux jeunes en difficulté ou aux individus dont le comportement est susceptible de créer des troubles. » (Oblet, 2008 : 92)

40Ainsi, le « déclin de l’institution » (Dubet, 2002), propre aux sociétés hyper-modernes, permet néanmoins de mettre en œuvre de nouvelles formes institutionnelles de contrôle social au sein desquels les individus jouent un rôle central : grâce à l’impulsion des autorités, ceux-ci s’auto-contrôlent et s’auto-surveillent. A travers une « participation mêlée », entre habitants et pouvoirs publics, la co-production de la sécurité s’opère par le fort développement de relations sociales de réciprocité. Dans ce cadre, la co-production de la sécurité dépend d’abord de l’auto-contrôle des individus et de la constitution de « communautés locales » mobilisées contre l’anonymat, les incivilités et l’insécurité.

L’injonction à la participation

41Néanmoins, comme nous l’avons montré dans une précédente recherche réalisée dans une ville ouvrière en recomposition (Boucher, 2004), il faut prendre garde à ne pas peindre un tableau idyllique de la démarche « communautaire » américaine. Au-delà de l’enthousiasme de certains pour le bon usage du « modèle civique » américain, ce modèle contient plusieurs limites inquiétantes pour la démocratie et le respect des individus. En effet, cette approche nostalgique du modèle « communautaire classique », caractéristique des sociétés traditionnelles, valorise la constitution de groupes de « vigilants » et la dénonciation de personnes présumées déviantes, anormales, ou délinquantes, transformant ainsi chaque inconnu ou individu « non-conforme » aux manières d’être et de faire de la « communauté » une menace potentielle (« mes voisins surveillent »). Par exemple, au sein de la Cité des enfants perdus, des mères de familles d’origine subsaharienne sont dorénavant systématiquement sollicitées par des acteurs associatifs du champ de la médiation sociale, en concertation avec les forces de police, et descendent dans la rue lorsque des jeunes un peu trop nombreux se rassemblent. Ces parents, dont certains ont des enfants qui ont purgé (ou purgent encore) des peines de prison à la suite des émeutes de 2005, sont dès lors régulièrement mis en avant par le pouvoir municipal et préfectoral comme des figures exemplaires de la logique de restauration de l’autorité parentale (récompensés pour leur bravoure, comme pourraient l’être des policiers, par des « trophées de citoyenneté », etc.). Certains nous ont d’ailleurs indiqué qu’ils étaient contraints de dénoncer leurs enfants « délinquants » afin qu’ils ne « contaminent » pas leurs autres enfants.

42Il faut également souligner que l’émergence de « communautés de responsabilité », certes, d’un côté, responsabilise les individus vis-à-vis de leur participation dans la co-production de la sécurité mais de l’autre, engendre une dépolitisation des acteurs vis-à-vis des problèmes sociaux facteurs d’insécurité. Ce processus, dit d’« internalisation », déplace les explications et les causes générales (politiques, économiques, sociales) des phénomènes de violence et d’insécurité vers les individus en particulier. Ainsi, les enjeux politico-sociaux collectifs se transforment en épreuves individuelles et/ou communautaires. Les questions d’insécurité, qui sont avant tout des problèmes politiques et socio-économiques, deviennent des problèmes propres à des individus ou à des groupes socioculturels spécifiques (jeunes de quartiers populaires, enfants d’origine étrangère, familles immigrées…). Dans cette optique, parlant du « travail sur autrui », François Dubet indique que « les individus peuvent se faire à cette situation et adopter effectivement des conduites qui manifestent le plus nettement les problèmes qui leur sont attribués : ils buvaient parce qu’ils étaient au chômage, ils finissent par être au chômage parce qu’ils boivent. » (Dubet, 2002).

43Par conséquent, n’est-il pas illusoire de vouloir initier des modes d’intervention sociale de type « communautaire », dans la co-production de la régulation au sein des quartiers d’habitat social, sans avoir préalablement pu permettre à la majorité des membres de ces « communautés d’habitation » d’accéder à une intégration socio-économique et une reconnaissance sociale individuelle réelle ? Il semble en effet problématique de vouloir favoriser la cohésion sociale et le développement de modalités de contrôle social informelles sans permettre à l’ensemble des habitants des quartiers populaires d’être intégrés socialement, culturellement, économiquement et politiquement.

44Paradoxalement, l’injonction à la participation active des « exclus », des pauvres, des désaffiliés, des disqualifiés et des hétéro-racisés, dans la gestion des risques de turbulences et de désordres sociaux, ne renforce-t-elle pas des processus anti-sociaux de domination propices au développement de la « conscience malheureuse » des populations précarisées, encadrées et assistées ? En effet, comme le souligne Danilo Martuccelli dans un article décrivant les différentes figures contemporaines de la domination, la « participation citoyenne » demandée aux habitants des quartiers d’habitat social, notamment dans le cadre de la politique de la ville, peut s’apparenter à une nouvelle forme de domination (rapport social basé d’une part, sur la subordination et d’autre part, sur des processus assurant la reproduction du consentement des dominés). Dans un contexte général de renforcement des processus d’individuation dans l’ensemble des sociétés occidentales contemporaines, n’est-il pas effectivement étonnant de demander aux populations des quartiers populaires ségrégués de subordonner leur individualité ou leur liberté personnelle à la collectivité ? Pour ces habitants, « les devoirs de l’individu envers la communauté priment largement sur les droits et les libertés des individus. » (Martuccelli, 2004 : 487).

45Dans tous les cas, alors que ces processus « volontaristes » de participation des populations précarisées dans la gestion des problèmes d’insécurité ordonnent à ces personnes de s’auto-pacifier, elles leur interdit dans le même temps de se révolter. Bien au contraire, ces politiques de gouvernance urbaine demandent aux habitants des quartiers périphériques populaires fortement dégradés, défavorisés et stigmatisés de participer à la dénonciation et à la délation des figures de désordres en rébellion vis-à-vis de leur condition sociale et culturelle misérable.

Co-production de la sécurité ou déconstruction de la solidarité ?

46Dans la tentative de participer à l’élaboration d’une « nouvelle prévention », qui conjugue « prévention sociale » et « prévention situationnelle », au nom d’une posture pragmatique responsable et démocratique (implication des habitants à la co-production de la sécurité), l’idéologie qui sous-tend l’élaboration de la « police des villes » participe en réalité à dépolitiser le débat de la régulation sociale. Sur fond de « démonopolisation des fonctions régaliennes de l’Etat en matière de sécurité » (Roche, 2004 : p.43-70), ces analyses s’inscrivent au sein de l’idéologie libérale-sécuritaire actuellement largement répandue qui consiste à promouvoir l’aménagement sécuritaire de quartiers ségrégués.

47Au-delà de l’utilisation des techniques réduisant l’intérêt des personnes à commettre des délits ou des incivilités (prévention situationnelle), il s’agit de promouvoir le redéploiement du contrôle social institutionnalisé pratiqué par une multiplicité d’acteurs agissant dans le cadre de la politique de la ville (Etat, communes, départements, associations, organisations parapubliques, entreprises…) sur les habitants des quartiers périphériques impopulaires d’une part, et, d’autre part, de favoriser le développement du contrôle social informel des habitants entre eux engendrant ainsi, sur fond de retour à l’ordre moral, une classification des « bons » et des « mauvais » habitants. Dans ce cas, la « police des villes » n’est rien d’autre qu’une complexification des techniques de contrôle et de gestion des risques des familles des classes populaires concentrées dans les cités ségréguées qui, bien que plus colorées, sont toujours considérées, à l’instar du XIXème siècle, comme dangereuses pour l’ordre établi. Or, dans cette approche sécuritaire « bon teint » et séduisante pour les responsables politiques locaux, de droite et de gauche, en charge de la gestion de l’urbanité, tous les conflits, tous les mouvements sociaux, toutes les revendications portées par les habitants, notamment les jeunes, sont considérés comme délétères et séditieux s’ils ne sont pas encadrés institutionnellement ou politiquement : l’important est de policer des espaces (rues, villes, quartiers, transports urbains, immeubles, centres commerciaux) plutôt que de les humaniser. En effet, il est demandé aux habitants de participer à l’établissement et au maintien de l’ordre social et culturel, au sein de leur quartier, mais certainement pas de le transformer au point de changer les rapports sociaux inégalitaires qui y règnent. Encore moins de combattre la chosification des habitants des cités et la ghettoïsation des banlieues périphériques populaires. En prétextant lutter plus efficacement contre les actes de délinquance, les incivilités et le sentiment d’insécurité en intégrant la collaboration des habitants, le plus important pour les promoteurs de la « police des villes » - craintifs face au mouvement - est de pacifier l’ensemble des turbulences qui sont souvent amalgamées à des incivilités, des actes de délinquance, voire de la violence.

48En définitive, les habitants des quartiers ne sont pas considérés comme des individus-citoyens libres et autonomes, en capacité de co-produire leur trajectoire personnelle et la société à laquelle ils participent, mais comme des représentants de « communautés » et de catégories (âge, genre, ethnie, religion, niveau de revenu…) devant être surveillés et/ou instrumentalisés pour collaborer à la production du contrôle social local (appels à la délation, anticipation des risques…). Pour les théoriciens de la « police des villes », partisans d’une forme d’organisation sociale sécuritaire, les analystes des questions sociales, urbaines et culturelles contemporaines, défendant l’idée qu’il est encore possible de combattre en profondeur les « logiques d’exclusion », de stigmatisation et de discrimination négative en œuvre dans les banlieues défavorisées, sont délégitimés. Ceux-ci sont accusés d’être trop naïfs, radicaux et pas assez opérationnels. Bien sûr, ces critiques apparemment de « bon sens » sont essentiellement idéologiques : même si les partisans de la « police des villes » souhaitent combiner la « prévention sociale » et la « prévention situationnelle », l’ensemble des agents qui y concourent sont d’abord au service de la « sécurité civile » plutôt qu’au service de la protection sociale. Autrement dit, la « question sociale » est noyée dans la « question urbaine ». Or, la co-production de la sécurité ne peut pas être confondue avec la co-production de la solidarité :

  • la première voit les individus par défaut, comme des criminels potentiels à auto-surveiller, contrôler socialement, judiciairement et techniquement ;

  •  la seconde considère les individus comme des acteurs-sujets interdépendants, solidaires devant construire leur autonomie à travers la conflictualisation des rapports sociaux.

49Au regard des observations effectuées dans la Cité des enfants perdus, le rôle principal de la police des villes est donc bien de contenir les nouveaux exclus de la mondialisation, autrement dit, « les hommes en trop qui ne relèvent plus que de politiques d’assistance et de surveillance, destinées à réduire les risques de gênes et de désordres que cette population surnuméraire fait peser sur la vie urbaine », notamment décrits par Robert Castel (1995). La police des villes peut ainsi facilement s’accommoder de la décomposition d’un type d’organisation sociale, basée sur la solidarité collective, ne cherchant même plus à éradiquer les causes fondamentales productrices de phénomènes anti-sociaux, puisqu’elle est avant tout orientée vers la gestion des risques de populations « anomaliques ». A ce propos, le sociologue Laurent Bonelli parle de « reformulation progressive de la question sociale en impératif d’« ordre dans la rue ». » (Bonelli, 2008).

Conclusion

50Dans les quartiers populaires ségrégués, du côté du système, nous assistons à une intensification et à une complexification du contrôle social par le développement d’une « police des villes » composée d’une multiplicité d’agents (Etat, communes, départements, associations, entreprises, organisations parapubliques, habitants) cherchant à co-produire la pacification sociale en mobilisant plusieurs formes d'intervention (assistance, socialisation, répression, médiation, ethnicisation, etc.) au sein de plusieurs espaces d’intervention (social, culturel, urbain). Dans ce cadre, l’objectif principal est de neutraliser les capacités de nuisance de personnes et de groupes considérés comme déterminés socialement et culturellement. Au sein de cette approche, sur fond de réorganisation de l'État « social-sécuritaire », les quartiers populaires semblent jouer un rôle politique spécifique : produire un sentiment d’insécurité, du racisme et de la violence légitimant ainsi le développement d’un type de société « libéral-sécuritaire ». Or, notamment chez les jeunes des quartiers populaires urbains, cette dynamique de type sécuritaire est source de sentiment d’injustice (Marlière, 2008), de processus de domination et de reproduction sociale, paradoxalement co-producteurs de phénomènes de violence, symbolique, physique, morale, psychologique… (Collins, 2008). En effet, alors que les quartiers populaires et leurs habitants font l’objet de politiques publiques « correctrices », il apparaît que nous assistons aujourd’hui à une routinisation des processus de stigmatisation. Cette routinisation de l’attribution de signes de dévalorisation conduit dans certains cas à des pratiques de réification. La notion de réification ne doit pas être comprise comme une simple forme d’instrumentalisation des personnes, mais comme un processus de chosification et de déshumanisation au sein duquel il existe une sorte d’oubli de la reconnaissance des individus chosifiés (Honneth, 2007) : on peut dès lors leur faire subir toutes les violences. Dès lors, comment mettre fin à des processus de routinisation et d’habituation d’actions rendant aveugle aux qualités spécifiquement humaines d’autrui ?

51Du côté des acteurs, nous pouvons néanmoins formuler l’hypothèse que des intervenants sociaux façonnent des interactions singulières, basées sur des relations sociales de respect, de reconnaissance réciproque, de contre-stigmatisation favorables au développement de la subjectivation (rapport de soi à soi), de l’esprit critique et de l’émancipation des personnes améliorant ainsi les rapports sociaux. Dans la Cité des enfants perdus, nous avons vu que pour contre-balancer la violence produite par la mobilisation politico-institutionnelle hyper-intégratrice, décidée par les pouvoirs publics, enjoignant les habitants (considérés comme des représentants des populations marginalisées plutôt que comme des personnes) des quartiers populaires de participer à l’auto-contrôle d’espaces ghettoïsés, stigmatisés et potentiellement turbulents, des acteurs sociaux de « front office » développent des modalités d’intervention et d’interrelation spécifiques basées, non pas sur l’imposition d’un rapport social de domination cherchant à imposer des comportements normatifs, mais plutôt structurées à partir d’une reconnaissance réciproque d’individus-sujets. En ce sens, ces acteurs sociaux cherchent à occuper une posture d’autorité (basée sur la reconnaissance des acteurs avec lesquels ils tissent des liens) plutôt qu’une position de pouvoir autoritaire. En fait, à partir de leurs expériences propres, ces acteurs ont compris que la gestion autoritaire de rapports sociaux de domination était contre-productive et génératrice de phénomènes de violence, d’abord pour les populations visées par les politiques d’injonction à la participation, mais également pour les acteurs sociaux chargés de mettre en œuvre ces dispositifs notamment lorsque des personnes se révoltent. Cependant, pour briser le cercle vicieux des politiques de « gouvernance urbaine » génératrices de violences et pour participer à la construction d’un cercle vertueux, ces acteurs sociaux, notamment des médiateurs et des animateurs, sont contraints de produire une forme de « sur-engagement » personnel extrêmement épuisant qui les entraîne dans une relation d’aliénation et d’assujettissement.

52Quoi qu’il en soit, on peut émettre l’idée que contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la forte mobilisation politico-institutionnelle chargée d’organiser la « police des villes » qui apaise les tensions et permet de réguler les rapports sociaux dans des espaces urbains défavorisés, mais le sur-engagement d’acteurs sociaux cherchant à « sauver leur peau », inscrits dans de nouvelles épreuves de domination. Par conséquent, pour favoriser à la fois la régulation des violences et la mobilité sociale des jeunes, il ne s’agit pas nécessairement de redéployer des institutions socialisatrices et normatives mais plutôt, parallèlement à la reconstruction d’un projet politique volontariste en matière de solidarité collective (à l’échelle nationale et transnationale), de multiplier des espaces institutionnels et émergents au sein desquels des acteurs peuvent construire des rapports de reconnaissance réciproque et de distanciation. Dans cette perspective, le véritable défi des intervenants sociaux pour favoriser la mobilité sociale des jeunes « les plus rebelles » est donc  d’être capable de combattre les processus de « réification réciproque ».

Haut de page

Bibliographie

Becker (Howard), Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, 249 p.

Baillergeau (Evelyne), « Intervention sociale, prévention et contrôle social. La prévention sociale d’hier à aujourd’hui », Déviance et société, volume 32, 2008, p. 3-20.

Bonelli (Laurent), La France a peur. Une histoire sociale de l’«insécurité », Paris,  La Découverte, 2008, 420 p.

Boucher (Manuel),Rap, expression des lascars, Paris L’Harmattan, 1999, 492 p.

Boucher (Manuel),. Turbulences, contrôle et régulation. Les logiques des acteurs sociaux dans les quartiers populaires, Paris, L’Harmattan, 2003, 616 p.

Boucher (Manuel), Repolitiser l’insécurité. Sociographie d’une ville ouvrière en recomposition, Paris, L’Harmattan, 2004, 326 p.

Boucher (Manuel), Turbulences. Comprendre les désordres urbains et leur régulation,Montreuil, Aux lieux d’être, 2007 (réédition Téraèdre, 2010), 444 p.

Boucher (Manuel), « Discrimination positive, ethnicisation et intervention sociale. Analyse critique de la lutte contre les discriminations ethniques », dans Boucher (Manuel) [dir.], Le travail social face aux discriminations. Intervention sociale, ethnicité et lutte contre le racisme en Europe,Montreuil, Aux lieux d’être, p. 175-218.

Boucher, M. « Les travailleurs sociaux face aux « bandes ». Stigmatisation de la jeunesse populaire et instrumentalisation des acteurs sociaux », dans Mohammed (Marouan), Mucchielli (Laurent) [dir.], Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, année, p. 217-244.

Castel (Robert), Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, 490 p.

Collins (Randal), Violence. A micro-sociological theory, Princeton, Princepton University Press, 2008, 584 p.

Donzelot (Jacques), Mével (Catherine), Wyvekens (Anne), Faire société. La politique de la ville aux Etats-Unis et en France, Paris, Seuil, 2003, 363 p.

Dubet (François), La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987, 503 p.

Dubet (François), Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002, 428 p.

Honneth (Axel),La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2007, 141 p.

Lapeyronnie (Didier), Ghetto urbain, Paris, Robert Laffont, 2008, 630 p.

Marlière (Eric), Jeunes en cité, Paris, L’Harmattan, 2005, 278 p.

Marlière (Eric), La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités, Paris, Fayard, 2008, 248 p.

Martuccelli (Danilo), « Figures de la domination », dans Revue Française de Sociologie, juillet-septembre 2004, 45-3, 2004, p.469-497.

Moignard (Benjamin), L’école et la rue : fabriques de la délinquance, Paris, Le Monde/PUF, 2008, 217 p.

Oblet (Thierry), Défendre la ville. La police, l’urbanisme et les habitants, Paris, Puf, 2008, 122 p.

Roché (Sébastien), « Vers la démonopolisation des fonctions régaliennes : Contractualisation, territorialisation et européanisation de la sécurité intérieure », dans Revue Française de Science Politique, vol. 54, n°1, 2004, p. 43-70.

Haut de page

Notes

1   Le renouvellement contemporain de la police des villes (traduction de l’expression anglaise urban policing) désigne l’ensemble des politiques publiques (dans les domaines de l’urbanisme, de la sûreté, de l’intervention sociale, etc.) que des administrations publiques et des acteurs privés (ex. : les polices nationales ou municipales, des entreprises de sécurité ou des associations d’habitants) mettent en œuvre dans la perspectives de recomposer du contrôle social dans les milieux urbains (ex. : développement de l’urbanisme de sécurité, de l’implication des habitants dans la surveillance de leur voisinage, etc.) Comme le note Thierry Oblet (2008), le terme de « police » que nous reprenons pour qualifier les réponse apportée par les pouvoirs publics et d’autres acteurs professionnels et sociaux à cette insécurité excède sons sens actuel strictement répressif.

2 En ce sens, semblant prendre acte des critiques émises par Robert Castel (« Travailler plus, pour gagner quoi ? » in Le Monde du 9 juillet 2008, p. 17) sur la dégradation du statut de travailleur donc de citoyen dans la société française contemporaine, ces jeunes particulièrement touchés par le retour de l’insécurité sociale mettent en œuvre une stratégie alternative afin de préserver leur estime d’eux-mêmes. La « débrouille » permet dès lors de garder leur dignité et, comme l’indique François Dubet, en tant que sujet libre de disposer d’eux-mêmes, de ne pas détruire leur « identité, leur subjectivité, leur autonomie en exécutant un travail aliénant, épuisant, stressant et stupide… » (F. Dubet, « Injustice et reconnaissance » in Esprit, n°346, juillet 2008, p. 152).

3 Les éducateurs de prévention spécialisée sont des travailleurs sociaux qui revendiquent leur appartenance au champ spécifique de l’éducation spécialisée. La prévention spécialisée a une histoire particulière ; elle a une éthique, un cadre déontologique façonnant des modes d’intervention distincts (arrêté interministériel du 4 juillet 1972). Ainsi, les clubs de prévention développent des formes d’action qui leur appartiennent en propre (anonymat, libre adhésion…). Cf. M. Boucher, « Les travailleurs sociaux face aux « bandes ». Stigmatisation de la jeunesse populaire et instrumentalisation des acteurs sociaux » in M. Mohammed, L. Mucchielli (sous la dir.), Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, éd. La Découverte, coll. « Recherches », p. 217-244.

4 Suite à des antagonismes avec des habitants de la Cité des enfants perdus, notamment des menaces de mort, le Centre médico-social (CMS) au sein duquel exercent les assistantes sociales de polyvalence de secteur a été sécurisé : d’une part, des grilles et des portes blindées ont été installées, d’autre part, un gardien de sécurité filtrant les entrées dans le CMS a été embauché.

5 « En recourant de plus en plus à la technologie et en spécialisant ses forces d’intervention, le ministère de l’intérieur met en place un régime d’exception pour les banlieues. (…) Pour limiter les risques de diffusion des incidents, la police mobilise des moyens absolument considérables – qui traduisent son inquiétude quant au climat réel dans les cités sensibles »(L . Bronner, I. Mandraud,« Trois ans après la crise des banlieues de 2005, la police française adopte de nouvelles techniques » in Le Monde du 18 octobre 2008, p. 10).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Boucher et Mohamed Belqasmi, « Jeunes turbulents et intervenants sociaux », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], hors série | 2010, mis en ligne le 19 avril 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/6648

Haut de page

Auteurs

Manuel Boucher

Directeur scientifique (HDR) du Laboratoire d’Etude et de Recherche Sociales (LERS) de l’Institut du Développement Social (IDS-IRTS) de Haute-Normandie – Canteleu/Rouen et membre associé du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS) à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Ses travaux portent notamment sur l'action sociale, le travail social, les quartiers populaires, la déviance, l’ethnicité, les discriminations ethniques, la violence et la régulation sociale. Il est également responsable du Réseau Thématique « Normes, déviance et réactions sociales » de l'Association Française de Sociologie (RT3) et président de l'Association des Chercheurs des Organismes de la Formation et de l'Intervention Sociales (ACOFIS).Contact : manuel.boucher@ids.frInstitut du Développement Social (IDS).Laboratoire d’études et de recherche sociale (LERS). Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS/EHESS).
Route de Duclair – B.P. N° 118- 76380 Canteleu (Rouen)E-mail : lers@ids.fr
Tél. : 02.32.83.25.51 – Fax : 02.32.83.25.79

Mohamed Belqasmi

Sociologue, attaché de recherche au Laboratoire d’Etude et deRecherche Sociales (LERS) de l’Institut du Développement Social – IRTS de Haute-Normandie (Canteleu – Rouen). Ses travaux de recherche portent principalement sur l’intervention sociale, les migrations, les discriminations ethniques et les politiques de sécurité. Il a notamment co-dirigé avec Manuel Boucher, le /Guide de l'antiracisme en formation sociale, /paru en 2008 aux éditions Vuibert. Contact : mohamed.belqasmi@ids.frInstitut du Développement Social (IDS).Laboratoire d’études et de recherche sociale (LERS). Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS/EHESS).
Route de Duclair – B.P. N° 118-  76380 Canteleu (Rouen)E-mail : lers@ids.fr
Tél. : 02.32.83.25.51 – Fax : 02.32.83.25.79

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org