Navigation – Plan du site
Dossier

Les mesures de placement de mineurs « délinquants » : entre logiques institutionnelles et stigmatisation du public

The measures of fostering of « delinquents » minors : between institutional logics and stigmatization of the public
Las medidas de colocación en hogares sustitutos de menores « delincuentes »: entre las lógicas institucionales y la estigmatización del público
Ludovic Jamet

Résumés

Ce texte expose les différentes étapes de la mise en œuvre d’une mesure de placement d’un mineur délinquant. En s’appuyant sur les notions théoriques de la sociologie des organisations, il montre que cette mise en œuvre comporte différentes zones d’incertitudes propices aux négociations et enjeux de pouvoir entre les principaux acteurs. Les stratégies élaborées par les professionnels visent bien souvent la résolution de problèmes institutionnels ou intra-organisationnels. Pourtant, le choix du foyer et le déroulement de cette mesure influent fortement sur le parcours du mineur et stigmatisent son identité sociale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Nous suivons Lise Demailly dans sa définition de la coordination en tant que « mécanisme concret d (...)
  • 2  Nous entendons par « effet contre-intuitif » une conséquence non désirée et non anticipée de leur (...)
  • 3  Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Ed. de Minuit, 1975 [1962].

1Cet article a pour objectif d’analyser le processus de mise en œuvre d’une mesure de placement pour un mineur dans un cadre pénal. Ce processus, qui s’inscrit dans un contexte institutionnel précis, comprend plusieurs étapes. L’étude de ces différentes étapes et de leur dynamique permet de montrer que l’élaboration d’une mesure de placement implique, dans le contexte institutionnel actuel, des modes de coopération et de coordination1 entre partenaires qui peuvent produire certains effets contre intuitifs pour le public concerné. Le principal effet contre-intuitif2 repéré provient de ce que le choix du type de foyer, s’il se construit bien souvent à partir de critères intra-organisationnels, peut devenir, par effet-miroir entre l’identité sociale attribuée à ces jeunes3 et le degré de coercition des structures qui les accueillent, un puissant « marqueur » social et être interprété par les acteurs judiciaires et éducatifs comme un signe révélateur de l’enracinement de ces jeunes dans une trajectoire délinquante.

  • 4  Précisons que chaque éducateur MO d’un Centre d’action éducative (CAE) gère simultanément le suivi (...)
  • 5  Le projet de loi de finances pour 2010 de la Protection Judiciaire de la Jeunesse recense, en 2009 (...)
  • 6  Au sens de Crozier et Friedberg où le pouvoir est non pas un attribut mais un élément relationnel (...)

2La mise en œuvre d’un placement est une action collective produite par un dispositif institutionnel animé principalement et historiquement par un binôme Juge des enfants (JE)-éducateur de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ)4. Elle est bien souvent déléguée à un niveau pratique à une structure d’hébergement issue du secteur associatif habilité, et ce dans un contexte de déficit chronique de places disponibles5. Durant chacune de ses étapes d’élaboration s’ouvre une zone de négociations où s’expriment les relations de pouvoir6 qui unissent les différents acteurs concernés.

  • 7  Décrit notamment par Laurent Mucchielli ou Loïc Wacquant.  Laurent Mucchielli, Violences et insécu (...)
  • 8  Notamment les Centres éducatifs renforcés (CER), créés le 18 janvier 1996 sous le nom dans un prem (...)
  • 9  Michel Chauvière, « Peut-on parler d’une culture professionnelle des éducateurs ? », Sociétés et j (...)
  • 10  Alain Vilbrod, « La convention collective de 1966 : chronique d'un rendez-vous impossible entre le (...)

3Depuis le tournant sécuritaire des années 19907 qui a entraîné la multiplication des dispositifs d’accueil et d’encadrement de ces jeunes délinquants8, ces zones de négociations mobilisent un nombre de plus en plus important d’intervenants potentiels. Interviennent notamment de plus en plus fréquemment les éducateurs du secteur privé dont la culture professionnelle9 repose sur d’autres valeurs, pratiques et modes d’action que celle des éducateurs PJJ10.

  • 11  Les travaux récents de Benoît Bastard et Christian Mouhanna ou encore de Philip Milburn interrogen (...)
  • 12  Voir notamment le chapitre 3 « le juge des enfants face à ses partenaires : un professionnel encer (...)

4Cet accroissement du nombre d’acteurs s’inscrit dans un mouvement plus large de redéfinition du traitement institutionnel de la délinquance juvénile11. Cette redéfinition concerne aussi bien la répartition des rôles et des domaines d’intervention des différents professionnels judiciaires et éducatifs que la nature même de la réponse à fournir à ces jeunes. Les nouvelles orientations institutionnelles promeuvent notamment une place plus importante aux justiciables et aux magistrats du parquet pour intervenir sur le déroulement de l’action judiciaire et une délégation au secteur associatif habilité « justice » de certaines tâches éducatives jusqu’alors dévolues aux éducateurs du ministère public. Ceci n’est pas sans fragiliser les acteurs qui voient leur domaine d’intervention se réduire (les éducateurs PJJ) ou le nombre de partenaires avec lesquels ils doivent composer augmenter (les juges des enfants)12.

  • 13  Anselm Strauss, La trame de la négociation, sociologie qualitative et interactionniste, Paris, La (...)

5Tout ceci contribue à produire un réaménagement important dans la nature des relations entre les différents acteurs. Ce constat pose la question de la réalisation effective du travail d’articulation13 nécessaire à la mise en œuvre d’une mesure de placement. Quels sont les ressorts véritables qui dictent les conduites et les pratiques des acteurs durant leur coopération ? Qu’en est-il de la coordination des rôles et des domaines d’interventions de chacun ?

  • 14  Jean-Daniel Reynaud, Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, A. Co (...)

6La thèse centrale défendue par cet article est que le contexte institutionnel actuel (hausse du nombre d’intervenants, réaménagement de leur position et redistribution de leurs ressources) impose des efforts supplémentaires quant au travail d’articulation nécessaire à cette action collective. Pour cela, les acteurs n’ont d’autre choix que de mettre à profit les marges de manœuvre dont ils disposent et de les utiliser en tant qu’outil de régulation sociale14 pour « sélectionner » des partenaires qui leur permettent de protéger leur domaine d’intervention et la spécificité de leur rôle. In fine, le choix du lieu de placement s’appuie dans certains cas moins sur la connaissance du mineur par les professionnels que sur des enjeux intra-organisationnels qu’il convient de « réguler ». Cela a comme effet contre-intuitif de participer à un affinement injuste de l’étiquetage de certains de ces jeunes puisque le type de foyer qui les a accueillis devient un puissant marqueur de leur identité sociale qui va déterminer en partie leur trajectoire future dans le champ de l’enfance délinquante.

  • 15  Ludovic Jamet, Le mineur et ses dossiers judiciaires. Etude sur le traitement institutionnel de la (...)

7L’analyse proposée est issue d’une recherche de doctorat de sociologie15 concernant le traitement institutionnel de la délinquance juvénile. Le travail de terrain a été réalisé dans une région où est constaté depuis de nombreuses années un manque considérable de places. Cette précision est importante puisque selon les contextes régionaux et urbains (notamment par le biais d’un « effet grande ville »), les enjeux intra-organisationnels liés à la mise en œuvre d’un placement seront plus ou moins prégnants. Les données empiriques ont été recueillies grâce à différents outils :

  • Vingt entretiens semi-directifs menés avec des magistrats de l’enfance (5 entretiens), des éducateurs PJJ ayant officié dans différents services dont des foyers (8 entretiens), des éducateurs spécialisés travaillant dans des structures habilitées « justice » (5 entretiens) et des formateurs et chefs de service à la PJJ (2 entretiens).

  • 174 dossiers judiciaires de mineurs relatifs à 20 jeunes suivis dans un Tribunal pour enfants. Sur ces 20 jeunes, 18 ont fait l’objet d’au moins une mesure de placement et au total les dossiers judiciaires analysés relatent 33 mesures de placement.

  • Une présence d’un an et demi dans ce même tribunal pour enfants ayant permis une observation directe de quantités de jugements, audiences, réunions ou encore conversations informelles entre magistrats et éducateurs ou éducateurs et greffiers. Ces différents événements ont été consignés soit dans un guide d’observation soit dans un carnet de bord pour les situations impromptues.

8Dans un premier temps, nous détaillerons précisément les différentes étapes de la procédure de mise en œuvre d’un placement sous mandat judiciaire et les zones de négociation qu’elles ouvrent. Seront exposés dans un deuxième temps les ressorts sur lesquels se fondent l’orientation dans certaines structures d’hébergement et les critères d’admission de ces dernières ; il sera notamment question ici des qualités professionnelles des éducateurs MO recherchées par les équipes éducatives de foyer permettant de s’affranchir de certaines obligations bureaucratiques. Enfin, dans un dernier temps, nous évoquerons ce paradoxe émergeant entre la réalité des mécanismes de ventilation des mineurs dans le circuit des structures d’hébergement et l’affinement des étiquetages auquel celui-ci, pourtant, participe.

La mesure de placement : une action collective à la procédure complexe

9La mesure de placement peut donc être considérée comme une action collective à laquelle participent trois groupes d’acteurs : judiciaire (juge des enfants et plus rarement substitut du procureur en charge des mineurs), éducatif MO (l’éducateur MO voire l’éducateur détaché dans une unité éducative auprès du tribunal pour enfants), travailleurs en hébergement (l’équipe éducative du foyer). La démarche à suivre dans la mise en œuvre d’une mesure de placement comprend différentes étapes que l’on peut assimiler à un ensemble de règles informelles. Chacune d’elles ouvre un espace de négociation dans lequel les acteurs peuvent s’engouffrer pour élaborer des stratégies visant à défendre leurs intérêts.

Une décision judiciaire qui s’assure en amont de son effectivité

  • 16  Liora Israël, « Les mises en scène d’une justice quotidienne », Droit et Société, n°42-43, 1999, p (...)
  • 17  Benoît Bastard, Christian Mouhanna, op. cit., p. 112.

10Comme l’ont montré les travaux de Liora Israël, de Philip Milburn, d’Anne Wyvekens16 ou ceux plus récents et déjà cités de Benoît Bastard et de Christian Mouhanna, les décisions des magistrats de l’enfance sont pour une large part le fruit de processus de négociation engageant les acteurs juridiques (magistrat, procureur, avocat), les acteurs éducatifs (éducateurs PJJ de milieu ouvert et équipe éducative de foyer) et les justiciables (le mineur et ses représentants légaux)17. Si, dans le domaine pénal, les justiciables ont une voix plus restreinte dans ce processus de négociation, les juges des enfants doivent cependant composer avec leurs partenaires éducatifs. Ils ne peuvent leur imposer sans négociation préalable leurs décisions, notamment dans le cadre des mesures de placement. Comme le reconnaît Richard, JE depuis 5 ans : « Au pénal, on ne rend jamais, ou quasiment jamais, de jugement de placement si on ne nous a pas trouvé de lieu de placement, donc du coup le travail se fait en amont, on ne se pose pas la question de l’effectivité puisque l’on sait que la mesure sera effective… Au pénal, on ne peut pas dire que l’on confie l’enfant à la PJJ et qu’ils se débrouillent après pour trouver un lieu de placement, ce n’est pas possible, on ne peut pas les mettre devant le fait accompli et leur dire : « Vous le prenez même si vous n’avez plus de place, on s’en moque, vous le prenez parce qu’on a décidé que... »… Après on serait grillé vis-à-vis des services et donc on est obligé d’attendre qu’un service nous dise oui… »

  • 18  Le terme de problématique est très fréquemment employé par les acteurs éducatifs. Il peut être ent (...)

11La mise en œuvre de ces mesures nécessite que l’éducateur MO effectue une recherche des structures pouvant accueillir le mineur. Cette recherche comprend différentes étapes et, à chacune d’entre elles, s’ouvre un temps de négociation possible entre les professionnels concernés. Les magistrats de l’enfance ont ainsi tout intérêt à trouver un accord tacite avec les éducateurs MO autour de la nécessité de cette mesure de placement afin qu’ils mettent tout en œuvre pour la voir se réaliser. La recherche des structures adaptées et habilitées à accueillir des mineurs dans un cadre pénal est bien l’apanage des éducateurs MO (ou, dans le cas de comparution à délai rapproché, des éducateurs PJJ détachés dans les équipes auprès du tribunal). C’est à eux que revient la mission de déterminer quel type de foyer parait le plus approprié à la situation ou à la « problématique18» d’un mineur.  Les magistrats de l’enfance rencontrés ont d’ailleurs peu d’exigences sur le choix du foyer, comme le confirment les propos de Bernadette, JE depuis 5 ans : « Concrètement, comme il n’y a pas beaucoup de places, on fait rarement la fine bouche… Quand on pense qu’un placement est nécessaire, on prend ce qu’on trouve même si dans l’absolu, on devrait dire : « Dans tel profil, ce serait plutôt le FAE, dans tel profil le lieu de vie X, etc. »… En pratique, quand on pense qu’un placement est nécessaire, on demande à trouver un lieu de placement, et si c’est un CER, et bien on prend ce qu’on trouve : « C’est un FAE ? Tant mieux ! »… Mais si on commence à être trop exigeant, déjà que c’est long à trouver une place, là cela pourrait prendre six mois… »

La recherche de structures d’accueil : une démarche à plusieurs paliers

  • 19  L’importance de l’adhésion des usagers aux mesures et suivis que leur proposent les services socia (...)

12La première étape de la recherche d’un foyer PJJ ou « habilité justice » correspond à la prise de contact téléphonique entre l’éducateur MO et les centres d’hébergement. Il s’agit ici pour ce professionnel de cibler les foyers qui disposeraient de places disponibles dans un délai relativement court. Une fois ce premier travail de sélection effectué, l’éducateur envoie aux établissements retenus un dossier d’admission. Ces dossiers relatent la situation pénale du mineur et compilent les précédents écrits éducatifs réalisés. Ils permettent aux éducateurs des foyers de se renseigner sur l’histoire de vie du mineur, sur sa « problématique » individuelle ainsi que sur son ancrage dans la délinquance (notamment en se référant au nombre de délits commis ou au nombre d’affaires pour lequel ce jeune a fait l’objet de procédures pénales). A la vue de ces informations, les équipes éducatives des foyers peuvent décider de prendre contact avec l’éducateur MO pour convenir d’une date pour un entretien d’admission. Cette rencontre permet notamment à l’équipe éducative de mesurer l’adhésion19 du mineur à ce placement et à leur projet pédagogique. La démonstration de cette adhésion est bien souvent un pré-requis à la mise en œuvre de cette mesure. Sans signes d’adhésion de la part du mineur au placement qui lui est proposé, les équipes éducatives de foyer peuvent se montrer sceptiques sur les chances de « réussite éducative » du placement. Ceci permet donc au mineur de posséder une certaine marge de manœuvre et oblige les différents professionnels à négocier avec lui et à le convaincre de la pertinence de ce projet. Mais cette étape peut posséder d’autres finalités. Lise, éducatrice dans un Etablissement de placement éducatif (EPE), raconte en ces termes sa première rencontre, alors qu’elle se trouve à ce moment en poste à l’Aide sociale à l’enfance (ASE), avec les professionnels de la PJJ : « - Je m’étais occupée d’une jeune fille qui était très limite, qui avait un frère qui avait été suivi par la PJJ et qui était sur un mode très violent et on avait peur que la petite suive et fonctionne sur le même versant, et du coup, en travaillant un peu avec sa juge, on s’était dit que le cadre pénal pourrait la cadrer…  Je ne m’occupais plus de la petite mais elle m’avait dit de l’accompagner, parce que si elle était seule, le fait de rencontrer de nouvelles personnes pour aller dans un lieu plus contraignant, elle n’allait pas venir… Et donc, je l’accompagne, on rencontre le directeur qui présente rapidement le projet et le fonctionnement du foyer et comme elle était toujours un peu dans la provocation elle commence à dire : « Mais de toute façon, je n’irai pas, j’en ai rien à foutre… »… Voilà, et moi je la regardais en me disant qu’elle faisait encore son sketch, mais rien de très inhabituel et le directeur, plutôt que de lui dire « C’est bon, tu as fini ? Maintenant on y va… », il lui dit « Ok, tu réfléchis, je te donne un quart d’heure, si tu es encore là dans un quart d’heure, je t’y amène après… »… Elle est restée 13 mn et elle est partie (sourire)… Et donc je vais voir le directeur pour avoir une explication, parce que moi, je ne lui aurais pas demandé son avis, je l’aurais mis dans la voiture et puis voilà on y serait allé… Et donc sa réponse a été qu’elle ne lui semblait pas adhérer au projet du service et à ce qu’il était possible de mettre en place pour elle… Alors que tout était calé, que la juge n’attendait plus qu’un coup de fil pour faxer l’ordonnance de placement… Et en fait, plus tard, j’ai appris que ce foyer avait eu plus ou moins des soucis avec ma collègue de l’ASE qui s’occupait de cette jeune [silence]… Voilà, je pense qu’elle est plutôt là l’explication… ».

13Ainsi, l’équipe éducative du foyer dispose, à tout instant de cette démarche, de la possibilité de faire marche arrière et de refuser de donner suite au projet d’admission d’un mineur. Cette procédure constitue un ensemble de règles informelles structurant la démarche que doivent entreprendre les éducateurs MO. Ce sont bien les équipes de foyer qui déterminent les règles d’admission dans leur établissement. Cela les dote d’un certain pouvoir quant à leur relation avec les éducateurs MO.

Une procédure dans laquelle se dévoilent zones de négociation et marges de manœuvre

14Cette procédure complexe, et les étapes qui la composent, mettent au jour différentes zones de négociation et de marges de manœuvres pour les acteurs. La première se situe entre le magistrat et l’éducateur de milieu ouvert autour de l’intérêt éducatif de recourir à la mesure de placement. Étant donné que les magistrats ne souhaitent pas courir le risque de rendre une ordonnance de placement qui ne serait pas appliquée, ils préfèrent s’assurer en amont de l’effectivité de leur futur rendu de justice et attendent, avant de rendre l’ordonnance de placement, la confirmation de l’arrivée du mineur au foyer. Cette situation confère une marge de manœuvre importante pour l’éducateur MO. Si ce dernier n’est pas en accord avec la demande du magistrat, s’il considère ce placement comme prématuré ou inadapté à ce jeune, il dispose d’un temps de latence important durant lequel il peut entamer un travail de persuasion auprès du magistrat. A une question concernant ces situations de désaccord, Emmanuelle, éducatrice PJJ depuis plus de 20 ans, répond ceci : «- Ca m’est déjà arrivé de me retrouver dans des situations comme ça… Moi, je fais les recherches qu’a demandées le magistrat, et comme cela prend un peu de temps, j’en profite pour faire une contre proposition, je lui dis que j’ai envoyé son dossier dans telle structure, mais il y a aussi ce type de solutions qui peut être proposé et j’argumente et j’explique pourquoi…  Comme cela, il a le choix et il peut se dire que ma solution, ce n’est peut-être pas si mal… Soit c’est effectivement sa première idée, soit il se dit que mon idée peut être envisagée et voilà… » .

15Appeler les différentes structures pour prendre connaissance des disponibilités, préparer puis envoyer le dossier d’admission, attendre une réponse positive puis dégager une date pour une première rencontre, tout ceci représente une charge de travail importante sur laquelle le magistrat ne dispose d’aucun regard. Cette situation peut entraîner une certaine suspicion, comme le confirme Faustine, JE depuis 3 ans : « C’est vrai que c’est souvent la question que l’on se pose dans ces cas-là… Mais après c’est difficile de…  Ca pourrait être un peu calomnieux de les suspecter, et je ne veux pas devenir paranoïaque non plus, en me disant que dans telle situation, ils ne se sont pas démenés… Mais, c’est vrai qu’il y a des cas où l’on ne peut pas s’empêcher de se poser la question, quand ils nous disent qu’ils n’ont rien trouvé, quand on sent qu’ils pensaient que notre orientation n’était pas la bonne… Bon, ils ont peut-être appelé sans insister plus que cela, et du coup, on leur a répondu non, et voilà… ».

  • 20  Michel Crozier, Erhard Friedberg, op. cit., 1977 ; Erhard Friedberg, Le pouvoir et la règle. Dynam (...)

16Si l’on suit les conclusions de Crozier et Friedberg20, les magistrats, en déléguant aux éducateurs MO les démarches de mise en œuvre des mesures de placement, se placent d’eux-mêmes dans une zone d’incertitude qui ouvre une marge de manœuvre importante aux professionnels de la PJJ. Cette marge de manœuvre compense d’une certaine manière la distribution déséquilibrée des ressources à « dire le droit ». Bien que les éducateurs PJJ ne disposent pas de cette légitimité à « dire le droit », ils ne sont pas pour autant dépourvus de moyens d’actions dans la réalisation de leurs missions et notamment dans celle de mettre en œuvre les mesures de placement que leurs confient les magistrats de l’enfance.

17La deuxième zone de négociation se situe dans le travail que les professionnels doivent effectuer auprès du mineur pour le convaincre de la nécessité et du bien fondé éducatif de cette mesure. Le mineur n’est pas, durant ce temps de préparation au placement, un acteur passif dépourvu de ressources. Comme évoqué précédemment, il dispose bien de marges de manœuvre qui lui permettent de pouvoir mettre en échec un tel projet, par exemple en démontrant ostensiblement sa volonté de ne pas respecter les règles du foyer prêt à l’accueillir.

  • 21  Beaucoup plus que l’hébergement, que de nombreux professionnels de la PJJ considèrent comme « le p (...)

18La dernière zone de négociation concerne le rapport que vont nouer et entretenir les éducateurs MO et les équipes éducatives de foyer. Si les juges et les éducateurs PJJ proviennent de deux sphères professionnelles distinctes (sphère judiciaire, sphère éducative), il en va différemment pour les travailleurs de la PJJ et les éducateurs de foyer, qu’ils soient du ministère public, éducateurs spécialisés ou moniteurs contractuels faisant fonction. Pourtant, appartenir à la même sphère professionnelle n’induit pas de partager la même culture professionnelle et de mobiliser les mêmes registres d’action. La différenciation à l’œuvre entre un éducateur MO et un éducateur de foyer trouve un point d’ancrage conflictuel sur cet élément fondamental pour la valorisation professionnelle de chacun : la possibilité d’officier en tant qu’expert et conseil du magistrat par le biais des propositions éducatives que doivent formuler les éducateurs MO lorsque les mesures qui leur ont été confiées touchent à leur terme21.

19L’éducateur MO dispose en effet d’une place privilégiée : il est celui qui fait fonction d’expert éducatif, i.e. celui qui va fournir au magistrat, en argumentant une proposition éducative, les éléments nécessaires pour  motiver sa décision. Ce déséquilibre dans les ressources, qui éloigne les membres des équipes éducatives de foyer du magistrat et du processus décisionnel, se trouve à la base des tensions et conflits qui peuvent émerger des relations entre milieu ouvert et hébergement. Cependant, le surcroît de demandes par rapport à l’offre de lits disponibles dans le cadre de l’enfance délinquante place les équipes de foyer dans une position avantageuse ; cela leur permet de pouvoir trier les demandes reçues et d’effectuer une sélection des dossiers auxquels ils souhaitent répondre favorablement. En cela, les travailleurs des structures d’hébergement disposent d’une marge de manœuvre et d’un moyen de pression dans leurs relations avec les éducateurs MO.

20La longueur de la liste d’attente, la non-adhésion du mineur au placement ou encore la non-corrélation entre la « problématique » des mineurs et la politique pédagogique de la structure sont autant de justifications possibles d’un refus, et ce que les avis motivés soient réels ou feints. En ayant recours à tel ou tel argument, selon des règles du jeu qui leurs sont propres, les équipes de foyer peuvent sélectionner autant les jeunes qu’ils souhaitent accueillir que les professionnels avec lesquels ils acceptent de travailler, et plus précisément ceux en qui ils peuvent avoir confiance et qui leur offrent la possibilité de participer plus activement au processus décisionnel.

Les « qualités » requises des éducateurs de milieu ouvert 

21La confrontation de l’analyse des dossiers judiciaires de mineurs et des propos des professionnels rencontrés montre que les explications fournies dans les nombreux cas où des foyers affirment ne pas pouvoir accueillir un jeune ne sont souvent qu’un écran de fumée masquant les véritables raisons. Comme le souligne Philippe, éducateur en CAE après avoir travaillé dans un FAE et un CER, à propos des listes d’attente des dossiers d’admission : « - C’est surtout un moyen pour les équipes de gérer les flux et de sélectionner…  Il faut savoir qu’une liste d’attente est fluctuante, il y a des dossiers qui seront toujours sur la liste d’attente et d’autres plus récents qui passeront avant, parce que c’est tel éducateur… »

De la capacité à tisser des liens : le réseau préférentiel des éducateurs MO

22L’ensemble des éducateurs rencontrés confirme cet état de fait : le passage par la liste d’attente n’est pas obligatoire, surtout si l’éducateur MO et l’équipe de foyer ont en commun des collaborations antérieures positives. Le placement est un moment imprévisible tant il peut être déstabilisant pour un mineur en mal de repères. En réponse à cette impossibilité de prévoir le déroulement du placement, et pour ne pas rajouter de l’incertitude à cette situation, les deux groupes préfèrent cibler des partenaires dont ils connaissent la pratique professionnelle et dont ils peuvent anticiper les comportements et les réactions. Cela leur apporte un minimum de maîtrise quant à l’avenir du jeu. Lise, éducatrice en FAE, abonde dans ce sens : « On se jauge, on s’observe et si ça ne passe pas bien une fois... On préfère tous, mais les éducateurs de milieu ouvert aussi, on préfère tous savoir comment l’autre fonctionne et réagit… Nous, par exemple, on a des éducateurs qui nous ont fait des coups à l’envers ; par exemple on se met d’accord avec eux et le jour de l’audience ça a changé… Donc là, on est pris de cours et on ne peut rien faire… Mais lui, on sait maintenant comment il fonctionne et on ne retravaillera pas avec lui… ».

23Les liens tissés avec des éducateurs ou le chef de service d’un foyer, la capacité à s’entendre ensemble et à dégager une position commune sont autant de chances supplémentaires de trouver une place rapidement dans ce que l’on pourrait appeler le circuit prioritaire de placement d’un éducateur. Disposer d’un réseau opérationnel et étendu est une capacité que l’éducateur de milieu ouvert doit à tout moment pouvoir mobiliser lors de ces recherches de structures d’hébergement.

24Les listes d’attente sont bien, pour reprendre les propos de Philippe, fluctuantes, puisqu’il est possible de s’en affranchir, notamment lorsqu’un éducateur dispose d’un réseau solide et étendu dans le secteur associatif habilité de leur région. Pour Emmanuelle, éducatrice depuis plus de 20 ans et formatrice PJJ en pôle territorial formation : « C’est comme cela que ça marche, par le réseau… Les stagiaires sont hallucinés parce que des fois je prends le téléphone et mon nom ouvre des portes, même si il peut aussi en fermer… J’ai réussi par exemple à faire bloquer une place au CEF de S., alors que c’est pas du tout la procédure, parce que je bosse avec eux régulièrement, que j’ai un très bon relationnel avec eux et j’imagine que pour eux je suis fiable donc voilà… Si les gens s’imaginent que vous êtes un professionnel compétent, fiable, qui répondra en cas de besoin, vous pouvez faire des miracles… Après, vous avez même plus besoin d’envoyer le dossier, vous appelez, vous expliquez la situation et voilà, le gamin il est accepté avant même qu’ils l’aient vu… ».

25Il est donc possible de passer outre cette procédure de sélection des dossiers et d’accélérer les démarches entreprises auprès des structures d’hébergement. Cela nécessite que l’équipe attribue à l’éducateur MO deux « qualités » particulières : la fiabilité quant au suivi du mineur placé et notamment la réactivité en cas de problème important tels une fugue, une bagarre ou de nouveaux délits commis ; l’intelligence de laisser une place à l’équipe du foyer dans le processus décisionnel et dans le travail autour de l’après, i.e. la possibilité offerte à ces éducateurs de pouvoir participer à la formulation des propositions éducatives quant à l’avenir du mineur après son départ du foyer.

L’importance de générer de la confiance : être présent et réactif en cas d’urgence

  • 22  Niklas Luhmann, La confiance, un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica (...)
  • 23  « La confiance est cruciale ; elle ne va pas de soi. Elle est une construction sociale parfois int (...)

26Le positionnement de l’éducateur MO, entre le magistrat et le jeune, entre les services d’hébergement et les cabinets des juges des enfants, l’amène à développer, dans les situations de placement, une activité proche de la médiation, au sens où il doit produire de la « confiance » entre ces différents protagonistes pour que le travail collectif se réalise dans les meilleures conditions possibles. Le magistrat de l’enfance et les travailleurs du foyer ne sont pas en contact fréquent. Participant peu à l’élaboration des propositions éducatives, les éducateurs de foyer sont rarement présents aux audiences en cabinet ou aux jugements. Bien que la visite annuelle des structures d’hébergement situées sur le territoire relevant de leurs compétences fasse partie de leurs missions, les magistrats reconnaissent ne pas en avoir le temps. Ils n’ont, bien souvent, qu’une connaissance théorique du fonctionnement de ces services. Cet éloignement symbolique ouvre une brèche béante que doit combler par sa présence et son attention l’éducateur MO. Dans ces circonstances, ce professionnel doit créer de la confiance pour résorber ces espaces d’incertitude22 et transformer des activités éparses en une même action cohérente. Ce processus de production de la confiance23 est parti lié à la présence de l’éducateur auprès de ses partenaires. Pour Géraldine, chef de service à la PJJ : « Quand un gamin est placé, je demande à l’éducateur d’être encore plus présent… Parce que l’éduc de foyer peut se dire : « ça y est, il a placé le gamin, il va s’en débarrasser et s’occuper de ses vingt quatre autres… »… Alors que c’est à ce moment là qu’il faut s’y mettre aussi… Les éducs de foyer, ils préfèrent qu’il y ait un lien, de sentir qu’ils ne sont pas seuls, que s’il y a un souci, l’éducateur de milieu ouvert sera présent … Parce que les foyers ils ont moins de lien avec le magistrat, c’est le milieu ouvert qui a le lien privilégié avec le magistrat, donc à un moment donné, s’il y a une difficulté sur l’hébergement, si le milieu ouvert ne relaie pas, le foyer se trouve en difficulté et si vous les mettez en difficulté une fois… ».

27Les différents acteurs éducatifs, bien qu’intervenant à des niveaux distincts et disposant de ressources inégales dans ce jeu, ont un intérêt commun : que le travail éducatif mené auprès d’un mineur porte ses fruits et permette une rupture dans sa trajectoire délinquante. Pour cela, ils doivent manifester, face au jeune et sa famille mais aussi face au magistrat, un positionnement commun, une même approche et conception de ce que doit être le travail éducatif à fournir. Cette voix unique ne peut se construire sans un dialogue constant et permanent entre les différents professionnels, même si cela doit passer par quelques frictions, comme le souligne Géraldine : « On cible, on affine nos contacts, on se base sur la qualité de la prise en charge, de l’échange… Je pense que c’est en termes d’échanges, d’élaboration etc.… Que le travail puisse se faire, même si on doit ne pas être d’accord ou s’engueuler… Il faut qu’on ait une position commune vis-à-vis du gamin, qu’on puisse avancer, quand bien même la synthèse ne va pas forcément bien se passer…  Ce que je refuse, c’est d’entendre dire que le foyer dit cela et que le CAE dit cela, ce qui est assez fréquent… ».

28Il arrive cependant que l’éducateur ne remplisse plus cette mission de générateur de confiance, par exemple lorsqu’il laisse du temps s’écouler avant d’intervenir lors d’une situation considérée comme urgente par le foyer. A cet instant, les éducateurs de l’établissement vivent très difficilement leur isolement et le peu de soutien qui leur est manifesté, comme le suggère cet exemple fourni par Lise : « On a eu un cas récemment, il y a deux collègues qui se sont fait taper dessus par un gamin, on appelle l’éducatrice de milieu ouvert qui nous dit : « Vous êtes sûr que c’est si grave que ça… »… Et ça s’arrête là, elle ne bouge pas !!! Là, il y a problème, un gros problème !!! Qu’il nous touche, ça ne peut pas s’expliquer donc faut qu’elle trouve une solution sur le champ, ce qu’elle a pas, mais alors pas du tout fait… Donc, elle, si elle nous appelle pour un autre jeune, bon, ce n’est pas gagnée… Et donc mon collègue l’a très, très mal pris et il refusait de prendre l’éducatrice au téléphone et en gros c’était : « Qu’elle se démerde avec son gamin, on veut plus le voir ici… ».

29L’éducateur MO est donc bien un ciment nécessaire pour lier les différentes parties durant l’hébergement d’un mineur. Lors des situations de crise, il doit assurer de manière satisfaisante la liaison entre le foyer et le cabinet du magistrat de l’enfance. Si l’éducateur MO cesse d’assurer ce rôle d’interface, c’est toute l’exécution de la mesure de placement qui est remise en question.

Faire participer les équipes éducatives de foyer au processus décisionnel

30La trajectoire d’un mineur dans le champ de l’enfance délinquante ne s’arrête pas à son départ d’un foyer d’hébergement ; bien souvent, des procédures pénales le concernant restent en cours et le mineur a encore « des comptes à rendre à la justice ». Les placements se ponctuent souvent par une nouvelle orientation éducative, hormis les cas où les mineurs, ayant réitéré des actes délictueux, font l’objet d’une incarcération ou d’un nouveau placement dans une structure plus « coercitive ». Cette orientation dépend en grande partie des conclusions contenues dans les rapports et dans les propositions formulées par les éducateurs MO.

31Cet aspect du travail éducatif, qui met en avant la reconnaissance d’une véritable qualité d’expertise auprès de ce public, est extrêmement prisé par les acteurs éducatifs. Cependant, l’accès à cette mission pour les éducateurs de foyers est dépendant du bon vouloir des éducateurs MO, comme le souligne les propos de Lise, éducatrice en FAE depuis 3 ans :

32«  Les propositions éducatives, en gros, pour nous, elles se font avec les éducateurs de milieu ouvert, quand les éducs nous demandent d’y participer parce que ce n’est pas tout le temps… On peut en parler de manière informelle et c’est l’éducateur de milieu ouvert qui fait la proposition par écrit, ou alors, pour appuyer, on fait chacun un écrit, ça dépend… Mais pour moi, ça relève vraiment de l’intelligence de l’éduc que de nous faire participer parce que c’est quand même nous qui l’avons vu au quotidien pendant tout ce temps… Et c’est vrai que c’est quelque chose que l’on apprécie beaucoup, quand on est consulté pour les propositions éducatives…".

33Participer au processus décisionnel, pouvoir influer sur le devenir de la trajectoire du mineur, c’est posséder une certaine maîtrise sur l’action éducative que l’on souhaite pour ce jeune. Cela apporte de plus une valorisation professionnelle supérieure aux missions de suivi et de gestion au quotidien de ces jeunes lors d’un placement. En offrant aux foyers la possibilité de participer au processus décisionnel, les éducateurs MO leur confèrent une certaine marge de manœuvre quant à l’avenir du jeu et leur positionnement au sein de celui-ci. Ne pas être un simple exécutant des « basses œuvres » leur permet en outre de revendiquer une particularité et une spécificité importantes – en un mot une identité précise - dans le circuit des foyers d’hébergement des mineurs « délinquants ».

Différenciation des services et graduation implicite des niveaux de coercition

  • 24  Que ce soit dans le sens du choix de l’orientation d’un mineur dans telle ou telle structure d’héb (...)

34L’organisation des mesures de placement24 se fonde dans une large mesure sur des critères intra-organisationnels. Dans ce schéma, ce n’est pas tant l’adéquation entre le projet pédagogique du service et la « problématique du mineur » qui est recherchée, mais bien un partenaire de confiance, quel qu’il soit.

De l’importance de la différenciation des services à la reconnaissance par les acteurs d’une graduation dans les niveaux de coercition des services

35Si les partenaires des foyers, qu’ils soient de la sphère éducative ou de la sphère judiciaire, ne portent pas leur choix d’orientation en fonction d’un projet pédagogique ou éducatif particulier, la situation de concurrence dans laquelle les structures se trouvent  les oblige pourtant à chercher à se différencier. Pour cela, l’élaboration des projets de services et la mise en avant de prestations « innovantes » sont des éléments importants. Les guides de présentation des structures associatives consultés et analysés dans les cabinets de magistrats de l’enfance montrent une volonté manifeste de répondre, par des pratiques éducatives précises, à des « problématiques » individuelles nouvelles ou ne faisant pas l’objet d’une prise en charge optimisée. Il est question ici de déterminer avec précision ce qui fait la spécificité d’un établissement et ce que doit être son public cible.

36Les acteurs rencontrés reconnaissent aisément cette différenciation. Ainsi, Faustine, JE depuis 3 ans considère que : « Dans le domaine associatif, je trouve les services très innovants… Ils proposent vraiment des choses précises, et on sent bien la graduation qui… les paliers par lesquels peuvent passer des jeunes… des foyers assez ouverts, puis un peu plus contraignants, puis les CER et CEF, etc. Il y a bien une logique derrière tout cela… ».

  • 25  Michel Chauvière, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, La (...)

37Les établissements élaborent ainsi leur projet pédagogique avec l’objectif de proposer un service répondant au plus près aux situations et « problématiques » individuelles tout en se démarquant, dans leur offre, des autres prestataires implantés sur le même territoire25.

L’effet-miroir « coercition de la structure-identité délinquante du mineur » : une sur-stigmatisation injuste.

  • 26  Romain Gény, « « Réponse éducative » de la pjj et conversion des habitus », Sociétés et jeunesses (...)

38Pourtant, comme nous venons de le voir, la ventilation des mineurs dans le circuit des établissements habilités ne semble pas répondre à cette logique de graduation mais bien à une logique de réseau interprofessionnel. Cette ambivalence est d’autant plus troublante que, si nombre d’éducateurs soulignent avec force, lorsqu’on les questionne sur la différence entre le domaine de l’enfance en danger et celui de l’enfance délinquante, que « les jeunes PJJ sont souvent les mêmes que ceux de l’assistance éducative », ils expriment également l’idée qu’il y aurait tout de même « des jeunes typiquement PJJ ». Comme le note Romain Gény, apparaît ici « une adéquation de type magique entre le public et l’institution : la PJJ traite les jeunes qui sont « typiquement » faits pour la PJJ […] Il y aurait donc d’une certaine manière des « jeunes PJJ »26 ».

39Ce basculement de l’identité de l’institution à l’identité des jeunes n’a pourtant rien de magique. Il participe d’une catégorisation et d’une segmentation de l’intervention sociale, visant à classer puis distribuer les individus selon une combinatoire de facteurs et de caractéristiques dans différents services, qui, pour se reconnaitre et être reconnus, accentuent le caractère singulier de leur travail, de leur prise en charge et de la population qui en « bénéficie ». D’ailleurs, à l’intérieur même de ce groupe très restreint, d’autres catégorisations sont également à l’œuvre. Elles concernent notamment les « jeunes CER » ou « jeunes CEF », qui se voient conférer un statut particulier, plus ancré dans la délinquance, qu’un « jeune PJJ » n’ayant pas connu de placement en CER ou CEF.  

40Par ce que l’on peut appeler un effet-miroir, le degré de coercition d’un lieu de placement détermine dans l’esprit des professionnels l’ancrage dans la délinquance des mineurs que ce lieu accueille. Cela « marque » l’identité de ces jeunes et réduit le champ du possible de leurs futures orientations. Géraldine, chef de service à la PJJ, répond en ces termes à une question sur le travail partenarial à fournir pour trouver une solution éducative après une session en CER : « Le travail il se fait, mais après c’est le profil des mineurs qui ne va pas, c’est la difficulté de trouver des placements, moi c’est un terme qui m’énerve, trouver des placements, trouver une place…  Non, on doit chercher un lieu adapté, trouver une place on peut, n’importe où, mais trouver la structure adaptée avec le projet et le gamin, là où il en est, trouver une prise en charge adaptée, là, ça devient nettement plus compliqué…  Ce n’est pas l’absence de lien entre CER, CEF et milieu ouvert qui fait que ca peut poser problème, c’est le profil du gamin parce qu’ils sont étiquetés d’une certaine manière aussi… Sorti d’un CEF, on a l’impression que ce sont des multirécidivistes, beaucoup plus durs, etc., donc ça veut dire que les structures comme des lieux de vie elles vont avoir pas mal de réticences… Parce qu’il y a quand même une graduation dans les placements, donc il faut retourner vers des structures qui sont censées être pour des délinquants moins durs, et il n’y en a pas et on arrive en bout de course, avec des gamins de 17 ans et demi, à qui on n’a plus rien à proposer… ».

  • 27  Jean-Daniel Reynaud, op. cit, 1993.

41Ainsi, un mineur sortant par exemple d’une session de CER est considéré ensuite, par l’ensemble des autres services éducatifs, mais également par les acteurs judiciaires, comme un jeune à l’identité délinquante plus affirmée qu’un mineur ayant été placé quelques mois dans un lieu de vie. Cette différenciation n’a pourtant aucun fondement puisque le système d’admission dans un de ces centres d’hébergement n’a que peu à voir avec le jeune lui-même, mais bien plus avec des stratégies d’acteurs (magistrat, éducateur MO et équipe éducative d’hébergement) produisant implicitement une régulation autonome27 de l’institution.

Conclusion

42Le mouvement de redéfinition de la nature des réponses institutionnelles et des rôles et missions des différents intervenants de l’enfance délinquante a donc un impact contre-intuitif important pour les mineurs concernés par une mesure de placement : en renforçant les logiques et les enjeux intra-organisationnels qui président la mise en œuvre des placements des mineurs délinquants, il participe indirectement à un affinement des étiquetages de ces jeunes. Les actes de la procédure de cette mesure permettent en effet l’ouverture de zones de négociation dans lesquels les différents services et les acteurs les représentant peuvent élaborer et mettre en œuvre des stratégies. Ces stratégies ont pour objet de participer à une certaine régulation de l’institution, i.e. l’expression de relations de pouvoir autour des questions d’ordonnancement des positions de chacun et de frontiérisation des domaines d’intervention des différents services. Ainsi, les établissements peuvent se différencier, revendiquer une spécificité et une identité propre à même de leur permettre de se démarquer dans ce champ concurrentiel. Tout ceci se réalise grâce à l’entretien de petits réseaux informels qui permettent de réduire le temps d’attente en amont de la mesure (pour les éducateurs MO) et l’incertitude afférente durant sa mise en œuvre (pour l’équipe du foyer).

43Malheureusement, ce schéma se réalise bien souvent en se détournant des « usagers ». Les tâches administratives nécessaires à la mise en œuvre d’un placement ne sont, pour les éducateurs MO, qu’un exemple de ces nouvelles activités qui jalonnent leur emploi du temps et les éloignent de la relation avec les mineurs dont ils ont la charge. Pour Fatima, éducatrice PJJ depuis plus de 20 ans : « C’est un peu provoquant ce que je vais dire mais des fois, on se demande si on a encore le temps de voir le jeune… Il faut appeler ou passer voir les structures, rédiger un rapport, aller rencontrer untel puis on a les réunions de service, les réunions de synthèse, l’analyse des pratiques et j’en passe… Et tout ça, ça nous prend un temps fou, et le jeune dans tout ça, des fois c’est à peine si on a eu le temps de le voir… » Le temps accordé à ce qui constitue le cœur de leur métier est donc en diminution et les éducateurs MO doivent réaliser une multitude de tâches annexes qui vise surtout à s’assurer du bon fonctionnement de la chaîne partenariale. Benjamin, éducateur MO depuis 8 ans, répond ceci à une question autour du travail partenarial : « Des fois, on a l’impression que le réseau est tellement étendu que… Je ne suis pas là depuis si longtemps que ça mais bon, j’ai bien vu comment le nombre de partenaires éventuels a augmenté en quelques années… et c’est ce que me disait un collègue, des fois c’est comme si on devait plus gérer le parcours du mineur que travailler avec… Quand on reste quelques heures dans un CAE ou auprès d’éducateurs, vous allez voir qu’ils ne vont pas arrêter de répéter : « Est-ce qu’untel a l’info ? Est-ce qu’ils ont été mis au courant ? Est-ce que l’info a circulé ? »… C’est constamment présent, ça… » .

  • 28  Cette idée renvoie au processus de déprofessionnalisation décrit notamment par Lise Demailly, avec (...)

44En ce sens, les prescriptions de coopération et de coordination formulés par les administrations publiques correspondent bien à la nécessité de fluidifier la circulation des informations afin de rationnaliser l’action. Pourtant, il semble que dans la pratique, la mise en œuvre de cette coopération, les stratégies qu’elle impose et les enjeux qu’elle revêt,  ait plus à voir avec une rationalisation du dispositif institutionnel qu’avec une rationalisation de l’action institutionnelle. Le risque est alors grand qu’en se consacrant toujours plus à la gestion d’un réseau informel, les éducateurs ne se détournent de leur mission première28 et que l’essentiel de leur travail soit orienté vers la création d’une relation interprofessionnelle avec des partenaires éventuels au détriment d’une relation éducative avec les jeunes dont ils ont la charge.

Haut de page

Bibliographie

Astier (Isabelle), Les nouvelles règles du Social, Paris, PUF, 2007.

Bastard (Benoît), Mouhanna (Christian), L’avenir du Juge des Enfants. Eduquer ou punir ?, Toulouse, Editions Eres, 2010.

Chauvière (Michel), Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, La Découverte, 2007.

Chauvière (Michel), « Peut-on parler d’une culture professionnelle des éducateurs ? », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 05 octobre 2009, Consulté le 09 février 2010. URL : http://sejed.revues.org/index6067.html

Crozier (Michel), Friedberg (Erhard), L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Ed. Du Seuil, 1977.

Demailly (Lise), Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2008.

Demailly (Lise), « Les enjeux de la déprofessionnalisation. Etudes de cas et pistes de travail », Socio-logos, n°4, [En ligne], mis en ligne le : 7 mai 2009, URL : http://socio-logos.revues.org/document2305.html. Consulté le 12 février 2010.

Dubet (François), Le déclin de l’institution, Paris, Ed. du Seuil, 2002.

Foucault (Michel), Dits et écrits, T.III, Paris, Gallimard, 1994.

Friedberg (Erhard), Le pouvoir et la règle. Dynamiques de l'action organisée, Paris, Ed. du Seuil, 1993.

Gény (Romain), « Réponse éducative » de la pjj et conversion des habitus », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°2 | automne 2006, mis en ligne le 17 octobre 2006, Consulté le 15 février 2010. URL : http://sejed.revues.org/index183.html

Goffman (Erving), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Ed. de Minuit, 1975 [1962].

Israël (Liora), « Les mises en scène d’une justice quotidienne », Droit et Société, n°42-43, 1999, p. 393-321.

Jamet (Ludovic), Le mineur et ses dossiers judiciaires. Étude sur le traitement institutionnel de la délinquance juvénile et les vicissitudes de sa prise en charge, Thèse de Doctorat, Université de Rouen, 2009.

Jurmand (Jean-Pierre), « Une histoire du milieu ouvert », Les cahiers dynamiques, vol. 40, 2007, p. 22-29.

Karpik (Lucien), « Dispositifs de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, n°4, 1996, pp. 527-550.

Luhmann (Niklas), La confiance, un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica, 2006.

Milburn (Philip), « De la négociation dans la justice imposée », Négociations, n°1, 2004, p. 27-58.

Milburn (Philip), Quelle justice pour les mineurs ?, Toulouse, Editions Eres, 2009.

Mucchielli (Laurent), Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, Ed. La Découverte, 2002. 

Mucchielli (Laurent), « Les « centres éducatifs fermés » : rupture ou continuité dans le traitement des mineurs délinquants ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 7 | 2005, mis en ligne le 06 juin 2007, Consulté le 11 février 2010. URL : http://rhei.revues.org/index1038.html

Reynaud (Jean-Daniel), Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, A. Colin, 1993.

Strauss (Anselm), La trame de la négociation, sociologie qualitative et interactionniste, Paris, La Découverte, 1992.

Vilbrod (Alain), « La convention collective de 1966 : chronique d'un rendez-vous impossible entre le privé et le public », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 1 | 1998, mis en ligne le 20 juin 2007, Consulté le 09 février 2010. URL : http://rhei.revues.org/index17.html

Wacquant (Loïc), Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’Agir, 1999.

Wyvekens (Anne), L’insertion locale de la justice pénale. Aux origines de la justice de proximité, Paris, L’Harmattan, 1997.

Haut de page

Notes

1  Nous suivons Lise Demailly dans sa définition de la coordination en tant que « mécanisme concret de régulation d’une activité » et de la coopération comme « le travail en commun de professionnels de même statuts ou de statuts différents autour d’une pratique commune ». Lise Demailly, Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2008, p. 233-234.

2  Nous entendons par « effet contre-intuitif » une conséquence non désirée et non anticipée de leur action par les professionnels.

3  Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Ed. de Minuit, 1975 [1962].

4  Précisons que chaque éducateur MO d’un Centre d’action éducative (CAE) gère simultanément le suivi de 25 jeunes. La recherche d’un lieu de placement ou le travail partenarial avec les structures d’hébergement du secteur privé ne constitue donc qu’un des volets du travail en milieu ouvert.

5  Le projet de loi de finances pour 2010 de la Protection Judiciaire de la Jeunesse recense, en 2009, 946 établissements de placement, 113 relevant du secteur public et 833 du secteur associatif habilité. Il souligne également que des efforts sont en cours pour optimiser le taux d’occupation des structures d’hébergement. Ces « efforts » se sont traduits par la fermeture en 2009 de 7 structures d’hébergements du secteur public. Il est également demandé par le législateur que la réduction du nombre d’établissements publics continue en 2010 et 2011.  Bien que ce projet de loi et quelques rapports précédents mettent en avant le mauvais taux d’occupation des structures d’hébergements du secteur public, l’ensemble des professionnels rencontrés souligne cependant être confronté à un manque de places chronique concernant le placement de mineurs dans un cadre pénal.

6  Au sens de Crozier et Friedberg où le pouvoir est non pas un attribut mais un élément relationnel que l’on peut comprendre comme « un rapport de force, dont l’un peut retirer davantage que l’autre, mais où, également, l’un n’est jamais totalement démuni face à l’autre ». Michel Crozier, Erhard Friedberg, L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Ed. Du Seuil, 1977. A noter que Michel Foucault considère également que « le pouvoir n’est pas quelque chose qui s’acquiert, s’arrache ou se partage, quelque chose qu’on garde ou qu’on laisse échapper ; le pouvoir s’exerce à partir de points innombrables, et dans le jeu de relations inégalitaires et mobiles ». Michel Foucault, Dits et écrits, T.III, Paris, Gallimard, 1994, p. 794.

7  Décrit notamment par Laurent Mucchielli ou Loïc Wacquant.  Laurent Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, Ed. La Découverte, 2002 ; Loïc Wacquant, Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’Agir, 1999.

8  Notamment les Centres éducatifs renforcés (CER), créés le 18 janvier 1996 sous le nom dans un premier temps d’Unités à encadrement éducatif renforcé (UEER), les Centres éducatifs fermés (CEF) et les Centres de placements immédiats (CPI), issus de la loi du 9 septembre 2002. Concernant les CEF, voir notamment l’article de Mucchielli se proposant d’analyser leurs fondements et fonctionnements. Laurent Mucchielli, « Les « centres éducatifs fermés » : rupture ou continuité dans le traitement des mineurs délinquants ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 7 | 2005, mis en ligne le 06 juin 2007, Consulté le 11 février 2010. URL : http://rhei.revues.org/index1038.html .

9  Michel Chauvière, « Peut-on parler d’une culture professionnelle des éducateurs ? », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°7 | Printemps 2009, mis en ligne le 05 octobre 2009, Consulté le 09 février 2010. URL : http://sejed.revues.org/index6067.html

10  Alain Vilbrod, « La convention collective de 1966 : chronique d'un rendez-vous impossible entre le privé et le public », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Numéro 1 | 1998, mis en ligne le 20 juin 2007, Consulté le 09 février 2010. URL : http://rhei.revues.org/index17.html

11  Les travaux récents de Benoît Bastard et Christian Mouhanna ou encore de Philip Milburn interrogent d’ailleurs ces évolutions et ce qu’elles dessinent comme avenir pour la justice des mineurs. Benoît Bastard, Christian Mouhanna, L’avenir du juge des enfants. Eduquer ou punir ?, Toulouse, Eres, 2010 ; Philip Milburn, Quelle justice pour les mineurs ?, Toulouse, Eres, 2009.  

12  Voir notamment le chapitre 3 « le juge des enfants face à ses partenaires : un professionnel encerclé ? » de l’ouvrage de Bastard et Mouhanna. Benoît Bastard, Christian Mouhanna, op. cit., 2010.  

13  Anselm Strauss, La trame de la négociation, sociologie qualitative et interactionniste, Paris, La Découverte, 1992.

14  Jean-Daniel Reynaud, Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, A. Colin, 1993.

15  Ludovic Jamet, Le mineur et ses dossiers judiciaires. Etude sur le traitement institutionnel de la délinquance juvénile et les vicissitudes de sa prise en charge, Thèse de Doctorat, Université de Rouen, 2009.

16  Liora Israël, « Les mises en scène d’une justice quotidienne », Droit et Société, n°42-43, 1999, p. 393-321.Philip Milburn, De la négociation dans la justice imposée, Négociations, n°1, 2004, p. 27-58 ; Anne Wyvekens, L’insertion locale de la justice pénale. Aux origines de la justice de proximité, Paris, L’Harmattan, 1997.

17  Benoît Bastard, Christian Mouhanna, op. cit., p. 112.

18  Le terme de problématique est très fréquemment employé par les acteurs éducatifs. Il peut être entendu comme l’intériorité psychique du mineur et les conséquences de son histoire de vie sur celle-ci.

19  L’importance de l’adhésion des usagers aux mesures et suivis que leur proposent les services sociaux est une idée qui a été développé notamment par Isabelle Astier. Isabelle Astier, Les nouvelles règles du Social, Paris, PUF, 2007

20  Michel Crozier, Erhard Friedberg, op. cit., 1977 ; Erhard Friedberg, Le pouvoir et la règle. Dynamiques de l'action organisée, Paris, Ed. du Seuil, 1993.

21  Beaucoup plus que l’hébergement, que de nombreux professionnels de la PJJ considèrent comme « le parent pauvre de la PJJ » (Emmanuelle, éducatrice depuis 20 ans) ; un domaine réservé « aux jeunes diplômés que l’on envoie n’importe où et qui, dès le mois de mars, n’ont qu’une attente, partir de là… » (Géraldine, chef de service).

22  Niklas Luhmann, La confiance, un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica, 2006. Pour l’importance de cette notion dans les liens tissés entre éducateurs et jeunes, et notamment en tant que ressource dans l’action des travailleurs sociaux, voir François Dubet, Le déclin de l’institution, op. cit., Ch. 8, Hors de l’institution : les médiateurs, pp. 269-302.

23  « La confiance est cruciale ; elle ne va pas de soi. Elle est une construction sociale parfois intentionnelle et parfois spontanée, prenant appui sur des signes qui restent à décrypter, s’enracinant souvent dans un passé lointain, toujours sous le coup de pratiques ou de révélations qui risquent de l’amoindrir voire de provoquer sa disparition. » Lucien Karpik, « Dispositifs de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, n°4, 1996, pp. 527-550, p. 540.

24  Que ce soit dans le sens du choix de l’orientation d’un mineur dans telle ou telle structure d’hébergement par l’éducateur MO ou dans le sens des critères d’admission pour tel ou tel jeune de l’équipe éducative de foyer.

25  Michel Chauvière, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, La Découverte, 2007.

26  Romain Gény, « « Réponse éducative » de la pjj et conversion des habitus », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°2 | automne 2006, mis en ligne le 17 octobre 2006, Consulté le 15 février 2010. URL : http://sejed.revues.org/index183.html

27  Jean-Daniel Reynaud, op. cit, 1993.

28  Cette idée renvoie au processus de déprofessionnalisation décrit notamment par Lise Demailly, avec tout ce que cela comporte comme perte de sens et souffrance au travail pour les professionnels concernés. Lise Demailly, « Les enjeux de la déprofessionnalisation. Etudes de cas et pistes de travail », Socio-logos, n°4, [En ligne], mis en ligne le : 7 mai 2009, URL : http://socio-logos.revues.org/document2305.html. Consulté le 12 février 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Jamet, « Les mesures de placement de mineurs « délinquants » : entre logiques institutionnelles et stigmatisation du public », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°9 | Printemps 2010, mis en ligne le 03 décembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sejed.revues.org/6689

Haut de page

Auteur

Ludovic Jamet

Docteur en sociologie, attaché de recherche au laboratoire Groupe de Recherche Innovations et Sociétés (GRIS) de l’Université de Rouen. A soutenu une thèse en 2009 sur le traitement institutionnel de la délinquance juvénile. Travaille actuellement sur la notion d’accompagnement dans le champ du travail social et sur la dynamique et le rôle des CHSCT dans la gestion et la représentation des risques sanitaires au travail. Contact : ludovic.jamet@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org