Navigation – Plan du site
Dossier

Décrocher ou s'accrocher socialement. Rêves socioprofessionnels des jeunes en difficultés de comportement

Droping out of society or not. Vocational aspirations of youth with behavioral disorders
Inclusión o abandono social. Sueños socio-profesionales de los jóvenes con dificultades de comportamiento
Claire Malo et Janet Sarmiento

Résumés

Cette analyse s’inscrit dans une recherche qualitative plus large sur les liens possible entre le décrochage scolaire et social chez des jeunes en difficultés de comportement. De l’échantillon initial, sélectionné dans deux écoles pour jeunes en difficultés de la Commission scolaire de Montréal, deux sous-groupes sont formés de jeunes cumulant des problématiques sévères et variées ou de jeunes dont les problèmes sont moins importants. À la lumière de leur trajectoire scolaire et familiale, l’analyse s’intéresse aux rêves vocationnels formulés par ces jeunes. Les résultats suggèrent que ceux dont les problèmes sont moins sévères sont capables de formuler des aspirations vocationnelles réalistes et stables, reflétant leurs intérêts profonds, de planifier et d’actualiser des démarches en conséquence. Par contre, pour les jeunes présentant des problèmes plus sévères, un processus de décrochage social semble déjà amorcé, parfois depuis l’enfance, qui complexifie l’identification d’un rêve vocationnel réaliste, non marginal et stable.

Haut de page

Texte intégral

Contexte de l’étude : décrochage scolaire et décrochage social

Le décrochage scolaire

  • 1 Ministère de l’éducation, des loisirs et des sports,  Résultats aux épreuves uniques de juin 2007 (...)
  • 2 Groupe d’action sur la persévérance et la réussite scolaires du Québec (GARPSQ), Savoir pour pouv (...)

1La plupart des sociétés industrialisées se préoccupe aujourd’hui des taux croissants de décrochage scolaire chez leurs jeunes adolescents et leurs jeunes adultes. Au Québec, le Ministère de l’Éducation, des Loisirs et des Sports a évalué que sur les 86 376 jeunes nouvellement inscrits à l’école au secondaire en septembre 2000, 28,1% n’ont toujours pas obtenu de diplôme en juin 20071. De son côté, le Groupe d’action sur la persévérance et la réussite scolaire du Québec estime que seulement 69% des jeunes québécois complètent leur formation secondaire ou professionnelle avant l’âge de 20 ans. Selon le même bilan, le Canada se situerait au 16e rang sur 30 dans le classement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), pour le pourcentage de sa population diplômée du secondaire dans les délais prescrits et le Québec, lui, arriverait au 9e rang des dix provinces canadiennes2.

  • 3 Ibid., p.12
  • 4 Michel Janosz et Marc LeBlanc, « Les décrocheurs potentiels au secondaire : prévalence, facteurs (...)

2On connait assez bien les différents facteurs de risque du décrochage scolaire. Leur nombre et leur variété suggèrent la présence d’un processus : « Le décrochage scolaire n’est pas un acte spontané, mais plutôt le résultat d’une série de facteurs, dont plusieurs interviennent dès la petite enfance3. » À partir de leur recension des écrits, Janosz et ses collègues concluent de même à la présence d’un « consensus théorique et empiriquement validé à l’effet que les déterminants du décrochage scolaire exercent leur influence à travers le temps ». Deux articles recensent les différents facteurs de risques associés au décrochage scolaire4. Plusieurs d’entre eux appartiennent à l’histoire familiale : le décrochage scolaire serait plus courant dans les familles désunies, nombreuses, socio-économiquement défavorisées, quand les parents sont peu scolarisés, valorisent peu l’école, ont de faibles aspirations scolaires pour leur enfant ou manquent d’encadrement. D’autres risques appartiennent plutôt à l’histoire scolaire : les échecs répétés, le faible rendement, les retards académiques, la faible motivation et l’absentéisme seraient tous associés au décrochage scolaire. Les comportements perturbateurs dans l’histoire scolaire sont également reliés, qu’il s’agisse simplement d’indiscipline, de conflits relationnels, ou de conduites antisociales ou délinquantes. Le décrochage scolaire serait aussi plus fréquent chez les garçons que chez les filles, et chez les ayant une image négative de soi.

  • 5 Michel Janosz, Isabelle Archambault, Julien Morizot et Linda S. Pagani, « School engagement traje (...)
  • 6 Nathalie Goulet et Sylvie Lavoie, Enquête sur la maturité scolaire des enfants montréalais. Rappo (...)
  • 7 Un numéro spécial du Journal of Social Issues (vol. 64, no 1) est consacré entièrement à cette qu (...)

3En fait, la liste des facteurs de risques reconnus pour ce qui est du décrochage scolaire est telle que l’on s’intéresse maintenant aux concepts multidimensionnels pouvant s’inscrire à sa source et aux trajectoires pouvant y conduire5. Ainsi, une enquête montréalaise vérifie le degré de maturité scolaire des 10 513 enfants de 5 ans fréquentant une maternelle publique, et non déjà identifiés comme ayant des difficultés selon les critères établis par la commission scolaire. Dans cette enquête, la maturité scolaire est définie comme le degré de préparation pour satisfaire les exigences de l’école. Cette enquête montre, dans les maternelles de Montréal, un score moyen de maturité scolaire plus faible que dans l’échantillon canadien et ce, dans chacune des dimensions mesurées, soit la « santé physique et le bien-être », la « compétence sociale », la « maturité affective », le « développement cognitif et langagier » et les « habiletés de communication et les connaissances générales6 ». En outre, des études récentes mettent l’accent sur les facteurs de résilience, pouvant expliquer que certains jeunes jugés à risques élevés de décrochage futur au début de leur trajectoire scolaire ou au début du secondaire, terminent malgré tout leurs études secondaires, voire même des études avancées7.

  • 8 Madeleine Gauthier et Lucie Mercier, La pauvreté des jeunes : précarité économique et fragilité s (...)
  • 9 Pierre Fortin, Les sans-diplôme au Québec : portrait d’ensemble. Conférence lors des Assises régi (...)
  • 10 GAPRSQ, op. cit., p.11

4Le décrochage scolaire mène souvent, à plus long terme, au chômage, à la pauvreté et aux problèmes chroniques d’adaptation. Ainsi, lorsqu’on les compare aux jeunes ayant obtenu un diplôme secondaire, ceux qui ont abandonné l’école occupent plus souvent un emploi précaire, soit à temps partiel, non syndiqué et peu rémunéré, et dépendent plus souvent des prestations d’État8. Les jeunes québécois n’ayant pas obtenu de diplôme touchent des revenus annuels moyens inférieurs à ceux des diplômés, constituant un manque à gagner de 450 000$ à la fin de leur vie active9. Selon d’autres études recensées par le GAPRSQ, les non-diplômés seraient aussi plus touchés par le chômage, et composeraient la majorité des assistés sociaux et de la population carcérale, bien qu’ils soient socialement minoritaires. Ils vivraient même moins longtemps et seraient plus exposés au risque de dépression. En outre, pour le gouvernement québécois, le décrochage de 28 000 jeunes, parmi ceux composant chaque cohorte représente ultimement, pour le gouvernement québécois, un manque à gagner de 1,9 milliard de dollars en taxes et revenus non perçus et en dépenses sociales10.

  • 11 Éric Yergeau, Robert Pauzé et Jean Toupin, « L’insertion professionnelle et l’adaptation psychoso (...)
  • 12 Association des Centres jeunesse du Québec (ACJQ), Mémoire de l’ACJQ à la Commission parlementair (...)
  • 13 Martin Goyette, « Réseaux sociaux et insertion socioprofessionnelle des jeunes en difficulté », I (...)
  • 14 Gouvernement du Québec, Pour une jeunesse engagée dans sa réussite. Stratégie d’action jeunesse 2 (...)

5Les conséquences du décrochage scolaire sur les difficultés d’insertion socioprofessionnelles peuvent prendre encore plus d’ampleur pour les jeunes qui sont en difficultés marquées sur le plan des comportements. Ainsi, une étude compare l’insertion professionnelle de 149 jeunes adultes ayant reçu des services de protection durant leur adolescence à de jeunes adultes partageant des caractéristiques sociodémographiques similaires, mais n’ayant pas bénéficié de tels services. Les résultats montrent que, même si davantage de jeunes provenant du premier groupe sont actifs sur le marché du travail, leur revenu n’est pas significativement plus élevé que celui des jeunes adultes du groupe témoin. En fait, la majorité d’entre eux doit vivre avec moins de 12 000$ par année. En outre, dans cette étude, ceux ayant spécifiquement fait l’objet d’une mesure de placement sont surreprésentés parmi les jeunes adultes au chômage11. De même, l’Association des centres jeunesse du Québec estimait qu’en 2003, plus de 5 000 jeunes québécois quitteraient ces services sans d’autres options que de s’inscrire à l’assurance-emploi12. Comme l’explique Martin Goyette  « L’insertion des jeunes sous-scolarisés et en difficulté, comme le sont de nombreux jeunes pris en charge par les centres jeunesse, paraît d’autant plus difficile qu’ils sont confrontés à des modèles sociaux qui sont hors de leur portée parce que « réservés » à la réalisation par la scolarisation avancée13 ». La publication de la Stratégie d’action jeunesse 2006-2009, par le gouvernement québécois, confirme cette préoccupation particulière pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes ayant reçu des services de protection14.

L’exclusion et le décrochage social

  • 15 Sonia Racine, « Un tour d’horizon de l’exclusion », Service social, vol. 53, no 1, 2007, p. 91-10 (...)

6Le concept d’exclusion sociale, depuis longtemps populaire en Europe et notamment en France, est de plus en plus considéré au Québec, comme en fait foi la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale adoptée en décembre 2002 par le gouvernement québécois.  Dans un article ayant pour objet le point sur cette notion d’exclusion sociale, Sonia Racine résume au moins cinq façon différentes définir et conceptualiser le phénomène15. Plus spécifiquement, elle résume le modèle de désaffiliation sociale (Castel 1991, 1992, 1994), le modèle de désinsertion sociale (De Gaulejac et Taboada Leonetti, 1994), celui de disqualification (Paugam, 1991), de même que l’exclusion telle que perçue par Roy (1995) et Clavel (1998). Seuls les deux premiers de ces modèles s’apparentent plus étroitement à notre façon de concevoir l’exclusion. Ils seront décrits ici plus en détails. Dans le modèle de désaffiliation selon Castel, l’exclusion implique un double processus de décrochage, par rapport au travail et par rapport aux relations sociofamiliales. Dans ce modèle, il existe un continuum où l’on retrouve, à un pôle, une stabilité et une autonomie professionnelle, de même que des relations sociales enrichissantes. Le pôle opposé est caractérisé par la désaffiliation, soit une instabilité maximale sur le plan du travail et un isolement social.  Entre ces deux pôles se retrouvent des individus qualifiés de vulnérables dont la situation est précaire. Par ailleurs, le modèle la désinsertion sociale développé par De Gaulejac et Taboada Leonetti (1994) se réfère principalement au processus d’exclusion vécu par les personnes itinérantes. Il comporterait quatre étapes : 1) une rupture du lien social découlant d’un événement (décès, perte d’emploi, etc.), 2) l’accumulation d’autres ruptures sociales découlant de la première, 3) un décrochage socialcaractérisé par une retrait graduel de tous les réseaux de sociabilité et 4) une étape de déchéance caractérisée par l’errance, où tous les liens sociaux sont détruits.

  • 16 Dominique Bondu, Nouvelles pratiques de médiation sociale. Jeunes en difficultés et travailleurs (...)
  • 17 Robert Castel, « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnéra (...)
  • 18 Robert Castel, « Les pièges de l’exclusion », Lien social et politiques, vol. 34, 1995, p. 13-21. (...)

7Ici, l’exclusion est conçue sur un même continuum et située à un pôle opposé à l’insertion sociale des jeunes dans les principaux lieux d’ancrage socialement valorisés.  Le pôle des exclus est formé en fait de groupes hétérogènes qui partagent toutefois une même désaffiliation sociale, notamment en ce qui touche les institutions comme l’école, le travail, et même la famille. Il s’agit d’abord d’un processus, mais c’est aussi le fait de se retrouver dans un nulle part marqué par l’affaiblissement des cadres sociaux d’appartenance16. Un tel processus, chez les jeunes, est marqué par les faibles performances scolaires, la déqualification professionnelle, le sentiment d’être étranger face aux institutions sociales ou en conflit permanent avec les autorités17. Bref, l’exclu est un individu désaffilié dont la trajectoire est marquée d’une suite de ruptures sociales18

  • 19 Madeleine Gauthier, « Le marché du travail comme lieu de construction des marges chez les jeunes  (...)
  • 20 Conseil permanent de la jeunesse, Je décroche, tu décroches… est-ce que nous décrochons? Avis sur (...)
  • 21 Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-centre, Des communautés éducative (...)

8Dans la présente étude, nous préférons l’expression décrochage social qui renvoie à ce processus de désaffiliation s’approfondissant au rythme des ruptures ou des affranchissements de liens d’appartenance19. Le décrochage scolaire devient ici une rupture de plus dans un processus de décrochage plus large. Ce concept de décrochage social est d’ailleurs de plus en plus utilisé, au Québec, pour mettre en contexte le phénomène de décrochage scolaire comme en font foi des documents officiels déposés par le Conseil permanent de la jeunesse20 et ou la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-centre21.

  • 22 Daniel T. Hickey et Mary McCaslin, « A comparative and sociocultural analysis of context and moti (...)
  • 23 Annie Vaillancourt, « Comment les intervenants aident-ils les jeunes en difficulté d’insertion à (...)
  • 24 Claude Trottier, « Questionnement sur l’insertion professionnelle des jeunes », Lien social et po (...)
  • 25  Ibid., p. 96.
  • 26 Madeleine Gauthier, Jacques Hamel, Marc Molgat, Claude Trottier, Claire Turcotte et Mircea Vultur (...)
  • 27 Ibid., p. 42
  • 28 Mircea Vultur, « Aux marges de l’insertion sociale et professionnelle : étude sur les « désengagé (...)
  • 29 Ibid., p. 102

9Mais, il faut se garder de généraliser ce lien possible entre décrochage scolaire et social. En effet, bien que la maturation du choix vocationnel soit un déterminant important de la réussite scolaire22, il ne suffit pas de terminer son secondaire, d’être en stage ou dans un programme d’employabilité pour que l’intégration sur le marché du travail fonctionne. Au contraire, l’insertion à long terme passe par un travail de découverte du jeune face à lui-même et à ce qu’il veut devenir23. Dans nos sociétés modernes, ce travail de découverte pourrait bien s’étirer dans le temps, sans qu’il s’agisse pour autant de l’amorce d’un processus de décrochage social. Comme le souligne Trottier, il y a certes, parmi les non-diplômés, des jeunes qui cumulent des difficultés graves (problèmes familiaux, échecs scolaires, situations de rupture, toxicomanie, délinquance), qui vivent des périodes de chômage longues et récurrentes après leur sortie de l’école et pour qui « on peut véritablement parler de précarité, de menace de désaffiliation sociale, voire d’exclusion24 ». Ce n’est pas, toutefois, la situation de tous les jeunes non-diplômés. Selon cet auteur, le chômage ou la précarité peuvent être vécus comme des moments d’apprentissage ou d’exploration de soi. La précarité constituerait, dans ces cas, une sorte de « moratoire qui leur offre le temps dont ils ont besoin pour décrypter leur milieu, reporter certains choix et élaborer des stratégies » en vue d’une insertion future plus stable25. Madeleine Gauthier et ses collègues abondent aussi dans ce sens26. Tout en constatant que la situation des diplômés du secondaire ou du collégial est meilleure que celle des non-diplômés, leur étude montre que « le rapport au travail varie peu selon l’obtention ou non d’un diplôme d’études secondaires ». Les auteurs suggèrent donc de « relativiser l’influence du diplôme sur l’insertion professionnelle et sur le rapport des jeunes au travail ». En effet, l’analyse des trajectoires de jeunes non diplômés révèle des parcours très variés, parfois sinueux et traversés d’allers-retours entre le travail et divers types de formation (l’école des adultes, la formation continue), et entre des périodes d’activités et des périodes de chômage27. Dans la même veine, Vultur s’intéresse aussi au rapport à l’école et au rapport au travail, des jeunes qu’il appelle « désengagés », soit des jeunes sans diplôme et vivant des difficultés récurrentes d’insertion stable sur le marché du travail28. Ces jeunes partagent une aversion de l’école, un manque de motivation et, souvent, un sentiment de rébellion contre l’autorité pouvant se manifester par des problèmes de comportement. Sur le plan du travail, ils ont beaucoup de difficultés à garder leur emploi, notamment à cause de leurs absences répétées ou de mésententes avec les employeurs. Pour l’auteur, ces jeunes se trouvent « psychologiquement dans une phase de moratoire et d’indétermination professionnelle et, pratiquement, dans une phase d’expérimentation qui se traduit par le refus ou l’impossibilité de tout engagement professionnel durable ». Leurs aspirations professionnelles ne sont pas définies et seule « l’expérimentation de situations de travail variées leur permet de se mettre provisoirement au jour29 ». Paradoxalement, l’insertion sociale pour ces jeunes « désengagés » passe par l’engagement et la satisfaction au travail.

La présente recherche

10La présente recherche, financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), veut documenter le sens du décrochage scolaire pour certains jeunes en difficultés de comportement, et la place qu’il prend éventuellement dans un processus plus large de décrochage social. Les jeunes rencontrés, recrutés dans le réseau des écoles spéciales pour jeunes en difficultés de comportement de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), peuvent ou non avoir reçu ou recevoir des services d’un centre jeunesse québécois. En d’autres mots, ils peuvent ou non avoir été pris en charge par les services gouvernementaux de protection de l’enfance à cause de leurs problèmes importants de comportement, qui, le cas échéant, sont considérés comme menaçant le développement ou la sécurité des jeunes eux-mêmes ou de leur entourage.

11L’approche choisie est à la fois qualitative et prospective, chaque jeune étant rencontrés à trois reprises dans le cadre d’une entrevue semi-structurée. Plus précisément, ils sont recrutés sur une base volontaire et rencontrés une première fois, peu avant d’atteindre 16 ans (T1), et de nouveau après 4 et 8 mois (T2-T3). Rappelons qu’au Québec, les jeunes ont l’obligation de fréquenter l’école (ou du moins d’être inscrit au programme officiel d’éducation lorsqu’ils sont scolarisés à la maison) jusqu’à l’âge de 16 ans, plus précisément jusqu’à la fin de l’année scolaire suivant leur 16e anniversaire. Les écoles, servant ici de milieux de recrutement, ont un mandat régional. Les jeunes peuvent provenir de tous les quartiers de Montréal. Lors de la première entrevue, les thèmes abordés sont : 1) l’histoire de vie (familiale, scolaire, sociale, amoureuse, de travail) ; 2) les principaux points d’ancrage actuels ; 3) les représentations de la réussite, les projets immédiats et les projets de vie à plus long terme. Les rencontres suivantes permettent de suivre les processus dynamiques en jeu. On y retrace les événements survenus, depuis la rencontre précédente, dans les différentes sphères de la vie des jeunes et les éventuels changements dans leurs plans à court terme. Le logiciel N’VIVO est utilisé pour soutenir l'analyse de contenu des entretiens réalisés. L’ensemble du matériel est codé par deux juges indépendants, chaque désaccord étant discuté jusqu’au consensus. Sur les 30 jeunes rencontrés au T1, deux n’ont pu être retracés pour la seconde rencontre (bien que l’un d’eux ait été revu au T3). Pour la troisième rencontre, quatre jeunes n’ont pu être retrouvés.

12L’échantillon global comprend 21 garçons et 9filles, ce qui représente bien la population des jeunes québécois dits en difficultés de comportement. Au moment du T1, 9 jeunes vivent avec leurs deux parents biologiques, alors que 6 vivent en famille recomposées et 12 avec un seul parent, le plus souvent la mère. En moyenne, ces jeunes comptent 2,6 frères ou sœurs partageant au moins un parent (ET 1,6). Au moins 12 mères et 10 pères n'ont pas de diplôme d'études secondaires ou spécialisées.  Depuis leur enfance jusqu’au moment du T3, non moins de 22 participants ont reçu ou reçoivent un suivi en protection, en général sous le couvert de la Loi sur la protection de la jeunesse. Il s’agit donc d’enfant ayant connu des épisodes familiaux d’abus ou de négligence ou encore d’adolescents dont le développement est jugé compromis à cause même de leurs problèmes de comportement. Une faible majorité des jeunes de l’échantillon a même connu au moins un placement dans l’une ou l’autre des ressources d’hébergement offertes par les centres jeunesse québécois (soit ici une famille d’accueil, mais le plus souvent un centre de réadaptation et/ou un foyer de groupe). Au moment du T1, outre leurs problèmes de comportement, ces jeunes cumulent plusieurs facteurs de risque associés au décrochage scolaire. Ainsi, 22 jeunes ont connu une classe spéciale avant celle où ils ont été recrutés, et 25jeunes éprouvent des problèmes académiques secondaires à leur comportement en classe. Tous démontrent un certain retard scolaire et 12 sont classés de niveau primaire, dans au moins une matière de base, ce qui signifie un retard académique d’au moins trois ans.

13Pour la présente analyse, deux sous-groupes de jeunes sont sélectionnés, représentant respectivement les jeunes dont les problématiques sont plus sévères (soit six garçons et une fille) et ceux qui présentent des problématiques moins importantes (cinq garçons et une fille), malgré le fait qu’ils fréquentent, comme les premiers, une école spéciale pour jeunes en difficultés de comportement. Plus précisément, le premier sous-groupe "décrocheurs sociaux potentiels" (DSP) est constitué des jeunes qui, dans l’échantillon initial, cumulent plusieurs signes possibles de décrochage social parmi les suivants : une consommation plus importante (soit une consommation quotidienne d’alcool ou de drogues douces ou un usage régulier des drogues dures), des expériences de fugues ou d’itinérance d’une durée de plusieurs jours, une délinquance sévère (excluant les agressions non armées et les vols simples, incluant le trafic de drogues, la prostitution, les agressions armées, les vols avec effraction ou à mains armées). Ce sous-groupe comprend six garçons et une fille. Le second sous-groupe (non-décrocheurs) est constitué des jeunes de l’échantillon initial dont les problèmes de comportements n’atteignent jamais un tel degré de sévérité. Leur consommation est nulle ou très occasionnelle et limitée à l’alcool ou aux drogues douces. Ils n’ont jamais vraiment fugué plus d’une nuit et ils n’ont commis aucun délit ou uniquement des délits plus mineurs. Dans l’échantillon initial, ces jeunes sont également au nombre de sept, dont six sont des garçons. Dans l’analyse qui suit, portant sur les aspirations vocationnelles de ces jeunes, un garçon du second sous-groupe a dû cependant être mis de côté, celui-ci n’arrivant aucunement à formuler un quelconque rêve vocationnel durant toute la durée de l’étude.

14Le tableau 1(annexe) présente les caractéristiques familiales des 13 jeunes inclus dans la présente analyse. La plupart ont des parents biologiques nés au Québec et travaillant à temps plein. Ils comptent généralement de un à deux membres dans leur fratrie et parlent couramment le français à la maison. Les jeunes du groupe ND vivent un peu plus souvent dans des familles "intactes", alors que les jeunes du groupe DSP vivent plus souvent dans une famille monoparentale. Le nombre de personnes vivant à la maison semble aussi plus élevé du côté des « non-décrocheurs ». Outre les figures parentales et la fratrie, il peut s’agir d’un membre de la famille élargie ou encore des conjoints et enfants de la fratrie. Si la plupart des pères des deux groupes occupent un emploi à temps plein, les mères semblent plus nombreuses à vivre de prestations d’État dans le groupe DSP, probablement parce qu’elles constituent plus souvent monoparentales. Le degré connu de scolarisation des mères de chaque groupe paraît analogue. Toutefois, les pères semblent plus nombreux à ne pas avoir atteint le niveau secondaire dans le groupe des jeunes « décrocheurs sociaux potentiels ».

15Au plan de l’histoire scolaire (tableau 2 en annexe), on note aussi certaines différences apparentes dans les deux groupes Ainsi, dans le groupe DSP, une proportion un peu plus importante de jeunes est classée au niveau primaire, dans au moins une matière de base, au moment de la première rencontre et ils fréquentent l’école spéciale où a eu lieu le recrutement depuis plus longtemps. Par contre, ils sont moins nombreux que les jeunes ND à avoir fréquenté auparavant une autre école spéciale ou une classe spéciale dans une école régulière. Ceux-ci ont aussi connu moins d’écoles différentes, même s’ils rapportent des suspensions plus nombreuses depuis leur entrée au secondaire.

16L’objectif de cette analyse qualitative en profondeur est de discerner certaines constances ou certaines différences dans les aspirations éducationnelles et vocationnelles formulées par les jeunes, selon qu’ils présentent ou non des signes déjà présents de décrochage social.

Résultats

Nature des rêves socioprofessionnels des jeunes décrocheurs sociaux potentiels ou non-décrocheurs

17Dans l’ensemble, les jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » semblent se distinguer des jeunes non-décrocheurs dans leur façon de se projeter dans l’avenir vers des aspirations vocationnelles définies (voir tableau 3 en annexe).

18Plus précisément, les rêves socioprofessionnels qu’ils formulent, tout au long de l’étude, sont souvent moins précoces et surtout plus stables dans le temps que ceux formulés par les jeunes « non-décrocheurs ». Les extraits suivants sont tirés des propos d’une jeune du groupe ND, tels que recueillis aux trois temps de la mesure.

  • 30 Prénom fictif, comme tous ceux utilisés dans les citations des jeunes rencontrés

19« Moi, c’est coiffure-esthéticienne. Je rêve de ça depuis que chu jeune, j’arrête pas de le dire. » (Annie30, groupe ND, T1)

20« Le plus important dans ma vie ? Ah c’est Ah c'est d'être coiffeuse-esthéticienne. Parce que c'est tout le temps ça que j'ai voulu faire. » (Id, groupe ND T3)

21En comparaison, les extraits suivants illustrent comment les aspirations formulées peuvent changer plus souvent, pendant l’étude, du côté des jeunes du groupe « décrocheurs-sociaux » :

22« Plus du sport. Soit joueur de basket ou de hockey... » (Yohan, groupe DSP, T1)

23« Comme mon père ... Ben c’est une machine qui fait ça, mais il faut que tu tchèques si la couleur est bonne ... Ou pompier. » (Idem, T2)

24Bien qu’il soit courant, dans les deux groupes, d’hésiter au moment du T1 entre plusieurs alternatives pas toujours réalistes, la plupart des jeunes du groupe « non-décrocheurs » finissent par formuler au T3 un rêve plus défini qui tient compte de leur retard scolaire accumulé, de leurs difficultés souvent persistantes à l’école et de leur faible motivation scolaire actuelle :

25« Ce que j’aimerais le plus avoir, c’est plus genre... c’était pompier, avant. Mais il faut faire le secondaire 5, toute le kit. Mais y’a un autre métier que j’aimerais, c’est ambulancier... » (Félix, groupe ND, T2)

26« Si au bout de mon stage, ils m’offrent un emploi (garage des autobus de la CSDM), je le prendrais, ben oui. Pis en plus, c’est juste au coin de chez nous. » (Idem, T3)

27Par contre, plusieurs jeunes du groupe DSP démontrent plutôt un réalisme qui diminue dans le temps, soit au fur et à mesure que se complexifie le rêve vocationnel initial comme c’est le cas de Kimmy, ou que parmi les multiples options d’abord envisagées, le jeune en choisisse une seule qui soit très peu réaliste, comme le cas de Steve :

28« Moi plus tard, je rêve de m'ouvrir mon club pis d'être DJ dans mon club. » (Kimmy, groupe DSP, T1)

29« Oui, DJ encore sauf que là j'hésite, tu sais. Je veux faire DJ là mais je ne ferai pas ça toute ma vie, fait que je vais ouvrir un club pis un resto. J'aimerais ça être designer pis j'aimerais ça être garde de sécurité. » (Idem, T3)

30« Je veux aller chercher mon DEP en mécanique, travailler deux ans. Après ça, je veux aller à l’université chercher mon technique en ingénierie mécanique. Je vais travailler un peu pis après ça, je veux être ingénieur en mécanique. » (Steve, groupe DSP, T1)

31« Je veux monter un groupe pis si je deviens populaire, ben ça va être tant mieux là. Mais pour l'instant, c'est CÉGEP, université pis toute ... Ou le cinéma... » (Idem, T2)

32Mis à part les rêves socioprofessionnels, les autres rêves à long terme, mentionnés par les jeunes, semblent aussi moins réalistes chez plusieurs jeunes du groupe « décrocheurs sociaux potentiels », comme en font foi les extraits suivants :

33« Ma maison, les murs extérieurs ça serait normal là, pis à l’intérieur, ça serait toutes des aquariums avec des méduses dedans, des piranhas, ben ils seraient séparés là. Des bébés requins... Pis mes planchers, pis mes plafonds, ce serait comme un désert. Pis je voudrais avoir toutes les scorpions du monde dans ce désert. » (Steve, groupe DSP, T1)

34Par ailleurs, les choix vocationnels des jeunes « non-décrocheurs » sociaux semblent plus souvent basés sur leurs intérêts profonds et durables, leurs valeurs ou l’image qu’ils ont d’eux-mêmes :

35« Ce qui m’attire dans le métier de pompier ? C’est le fait que... tu sais quand tu vas à une place, tu te dis que tu t’en vas sauver des personnes. Je sais pas, je me dis que tu dois tellement te sentir fier. » (Félix, groupe ND, T2)

36De même, les changements dans leurs choix sont souvent basés sur une nouvelle prise de conscience des difficultés académiques actuelles et de l’écart important entre les rêves initiaux la situation actuelle :

37« Depuis les 4 derniers mois, je me sus rendu compte que tu peux pas être millionnaire ou dans le FBI. Tu peux pas te battre toute ta vie comme ça, ça sert à rien, il faut que tu réfléchisses à qu'est-ce que… qu’est-ce tu fais si ça n’arrive pas. » (Félix, groupe ND, T3)

38En comparaison, les jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » semblent choisir plus souvent sur la base des conditions de travail et plus particulièrement du salaire attendu :

39« Ma blonde, deux enfants, mon char pis rester dans une maison de trois étages pis avoir une bonne job dans la médecine. Si j’aimerais être médecin? Ben, ça fait de l'argent ça... » (Maxime, groupe DSP, T1)

40« Je vais travailler un peu pis après ça je veux être ingénieur en mécanique. Ça tu commences à 58 000 $ par année. » (Steve, groupe DSP, T1)

41Quand ces jeunes réfèrent à des caractéristiques personnelles plus profondes, leur logique laisse parfois songeur :

42« Pourquoi pompier, ça m’intéresse? Le feu. Parce que quand j’étais jeune, je mettais le feu quasiment partout, fait que... Avant, j’étais pyromane du feu. » (Yohan, groupe DSP, T1)

43En outre, contrairement à ceux des jeunes non-décrocheurs, les changements d’options effectués pendant l’étude par les jeunes présentant des signes de décrochage social semblent souvent motivés par des événements récents et fortuits :

44« Pourquoi mon nouveau projet d’être gardienne de sécurité ? C'est parce que j'ai écouté un reportage sur la prison de XXX, je sais pas quoi. Après ça, je braillais ben raide là, les gardiens de sécurité, ils parlaient... J'aimerais ça, oui. » (Kimmy, groupe DSP, T3)

45Mais, il est également très courant chez les jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » de modifier leurs aspirations socioprofessionnelles et leurs plans à court terme, parce qu’ils se retrouvent placés en centre de réadaptation pendant l’étude et orientés vers un projet de vie autonome. Le rêve de vie est alors généralement relégué au second plan, ils abandonnent l’école pour viser plutôt un emploi immédiat leur permettant de démontrer leur capacité de vivre seul après leur placement. Or, la formation au travail effectuée à l’intérieur du centre de réadaptation n’est pas toujours en lien avec les aspirations socioprofessionnelles des jeunes. C’est le cas de Maxime, qui aspirait peu avant à faire un DEP en mécanique :

46« Là dans quoi je travaille ? Ben c’est de la tôle. Tu fais des lampes que tu places au plafond... Nous autres, on fait juste la boîte au complet, rien que des fils électriques, pis toute... Si j’ai envie de continuer en sortant d’ici ? Non, parce qu’il n’y en a pas d’autres affaires de même là, c’est juste icitte, ça... Ce que je vais faire en sortant ? Essayer de retrouver la job que j’avais, chez Nettoyeur provincial. » (Maxime, groupe DSP, T3)

47Enfin, les rêves socioprofessionnels plus marginaux, ou nettement antisociaux, semblent le propre de quelques jeunes, spécifiquement dans le groupe présentant des signes de décrochage social :

48« Moi, c'était un de mes objectifs dans ma vie là, aller dans l'armée, tuer des Iraquiens, n'importe quoi là, je m'en fous, mais descendre quelqu'un avant de crever. Pis après, être payé en pension, pis tu vis là le restant de tes jours là si t’as pas pris une balle dans la tête. Ça c'est ma façon de voir les choses d'une vie, qu'est-ce que je voudrais faire. » (Mickey, groupe DSP, T1)

49Même dans ces cas, certains changements peuvent s’observer dans le courant de l’étude, en fonction des événements vécus par ailleurs. Ainsi, après avoir été placé en centre de réadaptation, Mickey modifie aussi son plan vocationnel, sans pour autant envisager des choix moins antisociaux. Au T3, il envisage maintenant un emploi de façade, mais vise surtout devenir conseiller auprès des réseaux, voire chef de réseau :

50« Ils ne savent pas que je veux aller dans un réseau, je ne veux pas leur montrer ça. Je vais faire la naïveté, tu comprends? Je vais aller travailler dans un Future Shop, là où il y a des jeux. Ils savent que chu un fanatique de jeux vidéos. » (Mickey, groupe DSP, T3)

51Encore une fois, les aspirations antisociales ou marginales qui sont formulées par quelques jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » sur le plan vocationnel, s’accompagnent souvent d’aspirations également marginales à d’autres niveaux :

52« Parce que j’ai tout le temps dit que si plus tard j’ai un bébé, je me fais transplanter des spermes. Je ne veux pas de père. » (Kimmy, groupe DSP, T3)

53Mentionnons encore que, comparativement aux jeunes présentant des signes de décrochage social, les jeunes non-décrocheurs semblent plus enclins à s’engager dans des démarches concrètes visant l’accomplissement de la trajectoire prévue et ce, tant en ce qui touche leurs plans à court terme que leurs rêves socioprofessionnels à plus long terme. Il peut s’agir d’une recherche active d’emploi, d’une inscription dans une nouvelle école, de la recherche d’information sur un métier envisagé ou sur ses pré-requis, etc.

Adversités dans la vie des jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » ou non-décrocheurs

54Les jeunes des deux groupes rencontrent ou ont rencontré de nombreuses adversités dans leur histoire de vie, ce qui peut expliquer en grande partie leurs problèmes de comportement à l’école. Toutefois, dans chaque sphère de leur vie, les difficultés rencontrées par les jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » semblent plus complexes et multiples, ce qui pourrait aussi expliquer leurs plus grandes difficultés à se projeter dans l’avenir par le biais d’aspirations relativement positives, stables et réalistes. Nous n’avons pas la possibilité, dans le cadre de cet article, d’analyser en profondeur les adversités rencontrées par les jeunes de chaque groupe dans toutes les sphères de leur vie. Toutefois, à titre illustratif, nous résumons ici l’histoire de vie familiale de ces jeunes, les facteurs familiaux étant parmi les plus souvent cités comme déterminant du décrochage scolaire et des problèmes de comportement. Le tableau 4 présente un bilan des principaux problèmes vécus par les jeunes de chaque groupe (tableau 4 en annexe).

55Les facteurs de protection identifiables, dans l’histoire familiale passée ou actuelle, paraissent en général un peu moins nombreux dans le cas des jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » que chez leurs comparses non-décrocheurs, alors que les adversités semblent plus nombreuses et variées. Parmi ces adversités, l’absence de lien significatif avec l’un des parents, le deuil non terminé de ce parent, et les difficultés à créer un lien significatif avec le parent-substitut (incluant les parents adoptifs ou même une famille d’accueil) semble très fréquents dans ce groupe. Ils paraissent déterminants dans l'origine des problématiques comportementales du point de vue des jeunes eux-mêmes. Cet élément commun à presque tous les jeunes du groupe décrocheurs, alors que dans l’autre groupe, seul Jimmy identifie le début de ses problèmes de comportements à l’école au décès subit de son père :

56« C’est depuis son décès, genre là, que je vais souvent avoir des troubles de comportement. Parce que j’avais pas ça, avant. » (Jimmy, groupe ND, T1)

57« Ça faisait 5-6 ans que j’étais dans cette famille d’accueil-là, pis euh... ça allait ben. Pis ma mère est venue me chercher pis a l’a détruit ça. Pis a m’a replacé en famille d’accueil, pis c’est là que je me suis révolté. » (Maxime, groupe DSP, T1)

58« Toute ma vie, depuis que chu ti-cul, j’ai voulu impressionner mon père (adoptif)... La différence entre un humain pis un chien, pour lui, c’est la même affaire. Je sais que c’est bizarre parce que je me compare à un chien là, mais pour moi, ça revient à la même chose, c’est « T’es pas là ». » (Steve, groupe DSP, T1)

59« Pour moi, ma mère, ça n’existait pas. Moi j’avais personne autour de moi sauf mon père. C’est le seul qui me portait vraiment attention... Là, il meurt, là j’étais vraiment tout seul... Je parlais à Dieu, j’y disais « pourquoi tu me fais ça, parce que tu veux me faire chier? Tu vas voir que moi aussi, je vais trouver moyen de faire chier, je vais me venger sur ce que t’as créé. J’ai commencé à foutre le bordel partout. » (Louis, groupe DSP, T2)

60« Le plus important dans ma vie ? Je voudrais savoir comment on est quand on est avec notre mère, comment tu te sens, pis toutes ces affaires-là... Parce que c'est une des façons pour moi de rester branché intérieurement, comment est-ce que ça aurait pu être si on avait vécu avec notre mère. Disons que j'aurais pas un tel problème aujourd'hui... » (Mickey, groupe DSP, T1)

Discussion et conclusion

  • 31 Vincent De Gaulejac et Isabel Taoada Léonetti, op. cit., p. 118.
  • 32 Daniel T. Hickey et Mary McCaslin, op. cit., p. 40.

61Qu’ils présentent ou non des signes de décrochage social plus large, les jeunes de cette étude courent clairement un risque de décrochage scolaire, puisqu’ils cumulent tous plusieurs des facteurs de risque reconnus, notamment des échecs scolaires répétés, un retard académique plus ou moins important, une histoire plus ou moins longue de troubles de comportement à l’école, allant de l’indiscipline aux conduites antisociales ou délinquantes, des parents souvent faiblement scolarisés, qui dans certains cas valorisent peu la scolarisation, d’autres parents offrant peu d’encadrement, etc. Chez ces jeunes en difficultés de comportement, cependant, il est possible de dégager au moins deux profils de risque pour le décrochage scolaire, selon que les jeunes sont ou non déjà possiblement engagés dans un processus plus large de décrochage social et qu’ils aient donc déjà amorcé cette accumulation de ruptures à laquelle réfèrent De Gaulejac et Taboada Léonetti dans leur modèle31. Il semble clair, pour le moins, que les jeunes de notre échantillon qui présentent des signes d’un tel décrochage plus large (expériences actuelles ou passées de fugues, d’itinérance et de fréquentation de la rue, consommation abusive de drogues et d’alcool, délinquance sévère, etc.) éprouvent plus de difficultés à identifier des aspirations socioprofessionnelles réalistes et relativement stables, de même qu’à planifier et à s’engager dans une démarche appropriée pour l’actualisation de ces aspirations. Or, à l’adolescence, la persévérance et la réussite scolaire sont associées à la maturation du choix vocationnel32.

  • 33 Chantale Beaucher, « Des aspirations et des projets professionnels : mieux comprendre les intenti (...)

62Qu’ils abandonnent ou non, temporairement ou définitivement l’école, les jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » semblent se distinguer des non-décrocheurs dans leur façon de se projeter dans l’avenir, ou de formuler leurs aspirations éducationnelles et socioprofessionnelles. Plus précisément, comparativement aux jeunes ne présentant pas de signes de décrochage social plus large, ils formulent des rêves socioprofessionnels souvent moins précoces, moins stables dans le temps et moins réalistes eu égard à leurs limites et difficultés scolaires actuelles. Leurs choix vocationnels semblent aussi moins souvent motivés par des intérêts profonds ou par leur conception de soi, mais plus souvent associés aux conditions salariales attendues, ou encore aux événements de vie récents et souvent fortuits. En outre, une fois leurs aspirations définies et leur plan à court terme élaboré pour y arriver, les jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » semblent moins souvent entreprendre de démarches concrètes s’inscrivant dans la trajectoire planifiée. Au contraire, les démarches concrètes qui sont parfois effectuées vont souvent à l’encontre de cette trajectoire prévue. Dans l’ensemble, les types d’aspirations socioprofessionnelles identifiés dans la présente étude rejoignent la typologie élaborée par Chantale Beaucher33 dans laquelle on retrouve quatre profils d’aspirations chez les jeunes du secondaire régulier ou du secteur professionnel : réalistes, utopiques, détournées et indéfinies.

63Dans la présente recherche, l’analyse en profondeur de l’histoire de ces jeunes en difficultés de comportement, dans les différentes sphères de leur vie et en particulier dans la sphère familiale, suggère plusieurs éléments pouvant contribuer à expliquer ces différences dans la capacité de se projeter dans l’avenir, entre les jeunes des deux groupes.

  • 34 Denis Pelletier, Pour une approche orientante de l’école québécoise, Sainte-Foy, Septembre, 2001, (...)
  • 35 Mircea Vultur, op. cit., p. 100.

64Dans un premier temps, on peut penser que la précocité d’un projet socioprofessionnel implique souvent la présence d’un modèle, dans l’entourage immédiat, qui non seulement peut informer l’adolescent sur les avantages et désavantages du métier et être éventuellement perçu comme une source d’aide potentielle dans le cheminement requis, mais qui peut surtout apporter une image plus concrète du métier. C’est le cas de Annie, dont la marraine a été coiffeuse-esthéticienne et de Lucka dont le père et les oncles sont ferblantiers. Les adolescents, qu’ils soient ou non en difficulté, souhaitent d’ailleurs avoir une idée plus concrète du monde du travail et des pré-requis pour s’y rendre, et de mieux comprendre l’utilité de leurs apprentissages actuels pour leur avenir34. Or, dans l’histoire familiale des jeunes qui présentent des signes de décrochage social, on retrouve, plus souvent que dans l’autre groupe, des parents qui fournissent plutôt des modèles de déviance et/ou de non-emploi. Ces jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » sont aussi plus marqués durant l’enfance et encore aujourd’hui par l’absence d’un modèle parental, le plus souvent paternel, qu’ils semblent souvent eux-mêmes associer au début de leurs troubles de comportement. Une telle absence est aussi constatée chez tous les jeunes qui, dans l’étude de Mircea Vultur35, constituent le groupe des « désengagés », sans toutefois que l’auteur ne propose d’explication. Il serait donc intéressant d’explorer plus en profondeur les liens possibles entre l’absence du père, le décrochage scolaire et le décrochage social. Il est possible cependant que de telles conditions de vie, dès l’enfance, représentent pour ces jeunes des ruptures précoces s’inscrivant à la source d’une accumulation de ruptures, et que leur décrochage scolaire ne soit effectivement qu’une rupture de plus dans leur trajectoire de vie.

65De par les adversités plus nombreuses rencontrées dans leur milieu familial, les jeunes présentant des signes de décrochage social se retrouvent aussi plus souvent placés en centre de réadaptation, durant l’enfance mais également pendant la recherche. Une telle séparation implique nécessairement une coupure plus ou moins temporaire avec leurs liens d’affiliation familiaux et sociaux. Lorsqu’ils sont placés ainsi entre leurs 16ème et 17ème anniversaires de naissance, ils sont alors rapidement orientés, au Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire, vers un projet de vie autonome. Cette politique adoptée par l’établissement permet de mieux centrer le travail de réadaptation, non seulement sur la diminution des conduites problématiques, mais également vers la réinsertion sociale de toute façon prévisible, les jeunes devant atteindre bientôt l’âge de la majorité légale. Dans une optique de développer rapidement les compétences qui permettront à ces jeunes de s’adapter à une vie autonome, notamment sur le plan financier, la scolarisation est souvent reléguée au second rang des priorités dans les plans à court terme. En d’autres mots, le projet de vie autonome pourrait amener plusieurs de ces jeunes vers un emploi immédiat, mais souvent plus précaire à long terme que le cheminement socioprofessionnel qu’ils envisageaient au départ. En fait, un seul des jeunes de ce groupe, placé en cours d’étude, mentionne que l’emploi amorcé dans le cadre de son projet de vie autonome, soit un emploi de journalier dans l’acier, est apprécié parce qu’il est en lien avec les aspirations initiales d’un emploi futur en ferblanterie.

66Outre la complexité de l’histoire de vie familiale, d’autres éléments pourraient contribuer à cette difficulté apparente plus importante, des jeune « décrocheurs sociaux potentiels », à se projeter dans un avenir vocationnel positif, stable et réaliste. Ainsi, au plan personnel, ces jeunes semblent valoriser moins souvent l’école comme moyen d’obtenir un « bon emploi » et l’effort comme moyen de réussir à l’école comme dans la vie. Ces jeunes ont aussi une histoire plus importante de consommation d’alcool et de drogues variées. Bien qu’ils consomment souvent de manière moins abusive qu’avant, au moment de l’étude, ils le font nettement plus que ceux du groupe « non-décrocheurs ». Ce facteur pourrait expliquer en partie le fait qu’ils semblent s’engager moins dans des démarches concrètes pour actualiser les plans et rêves socioprofessionnels qu’ils formulent.

  • 36 Mircea Vultur, op. cit., p. 100.

67La présente recherche revêt un caractère exploratoire et ne peut en rien conduire à des conclusions fermes. D’une part, le nombre de jeunes considéré dans chacun des groupes est beaucoup trop restreint pour permettre toute forme de généralisation. D’autre part, la présente discussion quant aux facteurs pouvant expliquer les différences apparentes entre les deux groupes, reste principalement limitée aux facteurs ayant ponctué l’histoire de vie familiale. Or, le décrochage social, tout comme le décrochage scolaire, est un processus qui résulte assurément d’une série de facteurs agissant, souvent depuis l’avance, en concomitance ou en alternance, dans les différentes sphères de vie des jeunes. Il faut toutefois se garder de considérer les difficultés importantes de comportements rencontrées par certains jeunes à l’école, voire leur décrochage scolaire, comme nécessairement symptômes d’un décrochage social plus large. La présente analyse montre en effet que plusieurs jeunes identifiés comme présentant des troubles de comportement, sont tout à fait capables de se projeter dans l’avenir, par le biais d’aspirations réalistes et stables, qui reflètent bien leurs intérêts profonds. Ces jeunes sont capables également de planifier le cheminement requis pour actualiser leur rêve socioprofessionnel et de s’engager activement dans des démarches concrètes pour y arriver. Par contre, il est clair que pour d’autres jeunes en difficultés de comportement, un processus de décrochage social semble déjà amorcé, dans certains cas depuis l’enfance, qui complexifie l’identification d’aspirations socioprofessionnelles réalistes, non marginales et stables. Le profil des jeunes « décrocheurs sociaux potentiels » dans la présente analyse, rejoint donc le groupe des jeunes « désengagés » identifié préalablement par Mircea Vultur36.

Haut de page

Bibliographie

Association des centres jeunesse du Québec (ACJQ), Mémoire de l’ACJQ à la Commission parlementaire des affaires sociales sur le projet de loi 112 visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, Montréal, 2002, 18 p.

Beaucher (Chantale), « Des aspirations et des projets professionnels : mieux comprendre les intentions d’avenir des jeunes de formation professionnelle », Observatoire jeunes et société- Bulletin d’information, vol. 6, no 4, 2007, p. 6-8.

Bondu (Dominique), Nouvelles pratiques de médiation sociale. Jeunes en difficultés et travailleurs sociaux, Paris, ESF, 1998, 219 p.

Castel (Robert), « Les pièges de l’exclusion », Lien social et politiques, vol. 34, 1995, p. 13-21.

Castel (Robert), « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle », dans Donzelot (Jacques) [Dir.], Face à l’exclusion. Le modèle français, Paris, Esprit, 1991, p. 137-168.

Chopart (Jean-Noël) et Roy (Shirley), « Y’a-t-il vraiment des exclus? », Lien social et politiques, vol. 34, 1995, p. 5-8.

Conseil permanent de la jeunesse, Je décroche, tu décroches… est-ce que nous décrochons. Avis sur le décrochage scolaire et social au secondaire, Gouvernement du Québec, 63 p.

De Gaulejac (Vincent) et Taboada Léonetti (Isabel), La lutte des places, Marseille, Hommes et Perspectives, 1994, 288 p.

Fortin (Laurier), Royer (Égide), Potvin (Pierre), Marcotte (Diane) et Yergeau (Éric), « La prédiction du risque de décrochage scolaire au secondaire : facteurs personnels, familiaux et scolaires », Revue canadienne des sciences du comportement, vol. 36, no 3, 2004, p. 219-231.

Fortin (Pierre), Les sans-diplôme au Québec : portrait d’ensemble, Conférence lors des Assises régionales sur la persévérance scolaire dans le Centre-du-Québec, Drummondville, Québec, octobre 2009.

Gauthier (Madeleine), « Le marché du travail comme lieu de construction des marges chez les jeunes », Cahiers de recherche sociologique, vol. 27, 1996, p. 18-29.

Gauthier (Madeleine), Hamel (Jacques), Molgat (Marc), Trottier (Claude), Turcotte (Claire) et Vultur (Mircea), L’insertion professionnelle et le rapport au travail des jeunes qui ont interrompu leurs études secondaires ou collégiales en 1997-1998. Étude rétrospective, Montréal, Institut national de recherche scientifique (INRS)- Urbanisation, culture et société, 2004, 257 p.

Gauthier (Madeleine) et Mercier (Lucie), La pauvreté des jeunes : précarité économique et fragilité sociale, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC), 1994, 190p.

Goulet (Nathalie) et Lavoie (Sylvie) [Coord.], Enquête sur la maturité scolaire des enfants montréalais. Rapport régional 2008, Agence de la santé et des services sociaux du Québec, Direction de la santé publique, 2008, 140 p.

Gouvernement du Québec, Pour une jeunesse engagée dans sa réussite. Stratégie d’action jeunesse 2006-2009, Québec, Secrétariat à la communication gouvernementale, 2006, 64 p.

Goyette (Martin), « Réseaux sociaux et insertion socioprofessionnelle des jeunes en difficulté », Intervention, vol. 127, 2007, p. 48-57.

Groupe d’action sur la persévérance et la réussite scolaires du Québec (GARPSQ), Savoir pour pouvoir : entreprendre un chantier national pour la persévérance scolaire, Groupe d’action sur la persévérance scolaire, 2009, 67 p.

Hickey (Daniel T.) et McCaslin (Mary), « A comparative and sociocultural analysis of context and motivation », dans Volet (Simone) et Järvela (Sanna) [Dir.], Motivation in learning contexts : theoretical and methodological implications, Amsterdam, Pergamon/Elsevier, 2001, p. 33-56.

Janosz (Michel), Archambault (Isabelle), Morizot (Julien) et Pagani (Linda S.), « School engagement trajectories and their differential predictive relations to dropout », Journal of social issues, vol. 64, no 1, 2008, p. 21-40.

Janosz (Michel) et LeBlanc (Marc), « Les décrocheurs potentiels au secondaire : prévalence, facteurs de risque et dépistage », PRISME, vol. 7, 1997, p. 209-307.

Ministère de l’éducation, des loisirs et des sports,  Résultats aux épreuves uniques de juin 2007 et diplomation, Gouvernement du Québec, 2008, 90 p.

Pelletier (Denis), Pour une approche orientante de l’école québécoise, Sainte-Foy, Septembre, 2001, 264 p.

Racine (Sonia), « Un tour d’horizon de l’exclusion », Service social, vol. 53, no 1, 2007, p. 91-108.

Roulleau-Berger (Laurence), « Expériences et compétences des jeunes dans les espaces intermédiaires », Lien social et politiques, vol. 34, 1995, p. 109-117.

Trottier (Claude),  « Questionnement sur l’insertion professionnelle des jeunes », Lien social et politiques, vol. 43, 2000, p. 93-101.

Vaillancourt (Annie), « Comment les intervenants aident-ils les jeunes en difficulté d’insertion à intégrer le marché du travail? », Tandem, vol. 5, no 2, 2009, p. 6.

Vultur (Mircea),  « Aux marges de l’insertion sociale et professionnelle : étude sur les jeunes  « désengagés » », Nouvelles pratiques sociales, vol. 17, no 2, 2005, p. 95-108.

Yergeau (Éric), Pauzé (Robert) et Toupin (Jean), « L’insertion professionnelle et l’adaptation psychosociale des jeunes adultes ayant reçu des services des centres jeunesse », Intervention, vol. 127, 2007, p. 58-69.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 : Caractéristiques personnelles et familiales

Échantillon total

Groupe ND (n =6)

Groupe DSP

 (n =7)

Sexe

Féminin

Masculin

2

11

1

5

1

6

Langue parlée à la  maison

Français

Autre

9

4

4

2

5

2

Type de famille

Parents biologiques

Famille recomposée

Mère ou mère seule

4

3

6

3

1

2

1

2

4*

Nb. de frères et sœurs

Aucun

1 à 2

Plus de 2

2

10

1

1

4

1

1

6

0

Nb. de résidents à la maison

2 à 3

4 à 5

Plus de 5

6

6

1

1

4

1

5

2

0

Origine ethnique (mère)

Québécoise de souche

Canadienne anglaise

Extérieur du Canada

8

1

4

3

1

2

5

0

2

Source de revenus (mère)

Travail à temps plein

Travail à temps partiel

Prestations d’État

Inconnue

7

1

4

1

4

1

1

0

3

0

3

1

Scolarité complétée (mère)

Primaire

Secondaire

Plus d’un secondaire

Inconnue

3

3

3

4

2

1

2

1

1

2

1

3

Origine ethnique (père)**

Québécois de souche

Autochtone

Extérieur du Canada

10

1

2

4

0

2

6

1

0

Source de revenus (père)

Travail à temps plein

Travail à temps partiel

Prestations d’État

11

1

1

6

0

0

5

1

1

Scolarité complétée (père)

Moins que primaire

Primaire

Secondaire

Inconnue

1

5

6

1

0

2

4

0

1

3

2

1

* Un jeune de ce groupe est placé en centre de réadaptation au  moment du T1 mais comme il doit retourner vivre avec sa mère seule d’ici quelques jours, il est inclus ici dans ce groupe

** Un père de chaque groupe est décédé au moment du T1; leurs caractéristiques connues sont néanmoins incluses dans ce tableau

Tableau 2 : Caractéristiques scolaires

Échantillon total

Groupe ND (n =6)

Groupe DSP

 (n =7)

Fréquentation de l’école actuelle

1 an ou moins

Plus de 1 an

6

1

2

4

5

2

Niveau académique

CPF 130 ou 160*

Secondaire 1

Secondaire 2

Secondaire 3

4

7

1

1

3

3

0

0

1

4

1

1

Nb. d’écoles secondaires

1 seule

2 ou 3

Plus de 3

2

6

4

2

4

0

0

3

4

Nb. de suspensions au  secondaire

0 à 2

3 ou 4

Plus de 4

3

1

9

0

0

6

3

1

3

Classe ou école spéciale antérieure

Oui

Non

11

2

4

2

7

0

* Ces niveaux sont respectivement équivalents à « moins d’une troisième année primaire » et à « moins d’une sixième année primaire ».

Tableau 3 : Caractéristiques des rêves socioprofessionnels

Groupe ND (n =6)

Groupe DSP

 (n =7)

Rêve défini et stable

Rêve changeant/ ambivalent

Rêve non défini

3

2

1

1

6

0

Rêve précoce (d’enfance)

Rêve récent

3

2

3

4

Rêve réaliste

Rêve en partie réaliste

Rêve non réaliste

3

2

0

1

4

2

Rêve positif

Rêve négatif ou marginal

5

0

5

2

Tableau 4 : Adversités rencontrées dans l’histoire familiale passée ou actuelle

Groupe ND

 (n =6)

Protections

Adversités

Annie

Famille biparentale

Deux parents au travail

Climat familial positif

Lien significatif avec le père

Liens étroits et soutien familial

Pauvreté

Parents non scolarisés

Dépendance affective

Priorisation de la famille sur l’éducation

Jimmy

Mère scolarisée occupant un emploi professionnel

Maladie et décès du père

Marco

Rupture parentale

Conflits avec les beaux-parents

Instabilité des milieux de vie Rejet du père puis de la mère

Négligence de la mère en ce qui touche l’école

Félix

Famille biparentale

Pauvreté

Voisinage défavorisé où le père lui-même a grandi

Éduardo

Lien familiaux étroits

Activités communes nombreuses

Lien privilégié avec frère aîné

Frère ainé ayant emploi professionnel

Pauvreté

Parents maitrisant mal le français

Simon

Famille nombreuse

Promiscuité dans le logement

Mère vivant de l’aide sociale

Groupe DSP

(n = 7)

Protections

Adversités

Kimmy

Rupture parentale

Mère toxicomane (drogues dures)

Mère ayant passé criminel

Mère vivant de l’aide sociale

Pauvreté

Conflits et violence mutuelle avec conjoints de mère

Négligence de la mère face aux activités sociales de sa fille

Conflit important avec le père

Mère refusant l’école des adultes pour sa fille afin de garder l’allocation familiale

Lucka

Père et oncles paternels partageant un métier (ferblantiers)

Oncles paternels possédant une compagnie de ferblanterie

Rupture parentale

Mère alcoolique

Renversement de rôle, le fils tentant d’aider la mère à s’en sortir

Père consommant (drogues douces)

Parents alternativement en arrêt de travail

Maxime

Lien étroit avec la famille autochtone du père

Sentiment de responsabilité face aux deux frères plus jeunes

Parents toxicomanes alternativement en rémission

Rupture parentale

Histoire de négligence

Placement en bas âge

Instabilité des milieux de vie incluant des placements en famille d’accueil

Nombreux placements par la suite

Mère hospitalisées pour troubles de panique

Steve

Lien significatif dans l’enfance avec père adoptif

Père biologique inconnu et mystère entourant son histoire (plusieurs versions différentes de la mère)

Indifférence du père adoptif

Rupture parentale (père adoptif)

Perte de contact avec père adoptif

Rejet par la famille du père adoptif (refus de contact)

Yohan

Famille biparentale

Lien familiaux étroits

Plusieurs activités communes

Père ex-boxeur

Père ex-consommateur de drogues dures

Consommation d’alcool importante du père

Banalisation de la violence (se brise des membres en jouant)

Valorisation de la violence comme moyen d’échanger l’affection

Louis

Lien étroit avec soeur aînée

Lien significatif avec père

Maintien des contacts privilégiés avec père après rupture parentale

Criminalité importante du père

Emprisonnement du père durant petite enfance

Rupture parentale

Maladie et décès du père

Conflit avec beau-père

Demi-frère souffrant du syndrome de Latourette

Violence conjugale

Violence psychologique du beau-père et favoristisme envers demi-frère

Négligence/violence subie de mère

Conflits sœur aînée/ beau-père

Sœur toxicomane et fugueuse

Tentative d’accusation de viol de la sœur envers beau-père

Non fréquentation scolaire et liens avec gangs de rue en bas âge sans préoccupation de la mère

Mickey

Tentative du père pour trouver des activités sociales structurantes pour son fils

Mère toxicomane y compris pendant grossesse

Interdiction de contact avec mère statuée par la Cour depuis petite enfance

Deuil de la mère non amorcé, identification via problème de santé mentale

Passé criminel et toxicomane du père

Père alcoolique

Pauvreté extrême durant petite enfance

Violence subie de la belle-mère

Favoritisme envers demi-frère

Négligence du père

Banalisation des armes à feu comme moyen de défense

Haut de page

Notes

1 Ministère de l’éducation, des loisirs et des sports,  Résultats aux épreuves uniques de juin 2007 et diplomation, Gouvernement du Québec, 2008, 90 p.

2 Groupe d’action sur la persévérance et la réussite scolaires du Québec (GARPSQ), Savoir pour pouvoir : entreprendre un chantier national pour la persévérance scolaire, Québec, 2009, 67 p.

3 Ibid., p.12

4 Michel Janosz et Marc LeBlanc, « Les décrocheurs potentiels au secondaire : prévalence, facteurs de risque et dépistage », PRISME, vol. 7, 1997, p. 290-307; Laurier Fortin, Égide Royer, Pierre Potvin, Diane Marcotte et Éric Yergeau, « La prédiction du risque de décrochage scolaire au secondaire : facteurs personnels, familiaux et scolaires », Revue canadienne des sciences du comportement, vol. 36, no 3, 2004, p. 219-231.

5 Michel Janosz, Isabelle Archambault, Julien Morizot et Linda S. Pagani, « School engagement trajectories and their differential predictive relations to dropout », Journal of social issues, vol. 64, no 1, 2008, p. 24.

6 Nathalie Goulet et Sylvie Lavoie, Enquête sur la maturité scolaire des enfants montréalais. Rapport régional 2008, Agence de la santé et des services sociaux du Québec, Direction de la santé publique, 2008, p. 34.

7 Un numéro spécial du Journal of Social Issues (vol. 64, no 1) est consacré entièrement à cette question.

8 Madeleine Gauthier et Lucie Mercier, La pauvreté des jeunes : précarité économique et fragilité sociale, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC), 1994, 190 p.

9 Pierre Fortin, Les sans-diplôme au Québec : portrait d’ensemble. Conférence lors des Assises régionales sur la persévérance scolaire dans le Centre-du-Québec. Drummondville, Qc., octobre 2009.

10 GAPRSQ, op. cit., p.11

11 Éric Yergeau, Robert Pauzé et Jean Toupin, « L’insertion professionnelle et l’adaptation psychosociale des jeunes adultes ayant reçu des services des centres jeunesse », Intervention, vol. 127, 2007, p. 58-69.

12 Association des Centres jeunesse du Québec (ACJQ), Mémoire de l’ACJQ à la Commission parlementaire des affaires sociales sur le projet de loi 112 vivant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, Montréal, 2002, 18 p.

13 Martin Goyette, « Réseaux sociaux et insertion socioprofessionnelle des jeunes en difficulté », Intervention, vol. 127, 2007, p.48

14 Gouvernement du Québec, Pour une jeunesse engagée dans sa réussite. Stratégie d’action jeunesse 2006-2009, Québec, Secrétariat à la communication gouvernementale, 2006, 64 p.

15 Sonia Racine, « Un tour d’horizon de l’exclusion », Service social, vol. 53, no 1, 2007, p. 91-108.

16 Dominique Bondu, Nouvelles pratiques de médiation sociale. Jeunes en difficultés et travailleurs sociaux, Paris, ESF, 1998, 219 p.

17 Robert Castel, « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle », dans Donzelot (Jacques) [Dir.], Face à l’exclusion. Le modèle français, Paris, Esprit, 1991, p. 137-168.

18 Robert Castel, « Les pièges de l’exclusion », Lien social et politiques, vol. 34, 1995, p. 13-21. Jean-Noël Chopart et Shirley Roy, « Y’a-t-il vraiment des exclus? », Lien social et politiques, vol. 34, 1995, p. 5-8. Laurence Roulleau-Berger, « Expériences et compétences des jeunes dans les espaces intermédiaires », Lien social et politiques, vol. 34, 1995, p. 109-117.

19 Madeleine Gauthier, « Le marché du travail comme lieu de construction des marges chez les jeunes », Cahiers de recherche sociologique, vol. 27, 1996, p. 18-29.

20 Conseil permanent de la jeunesse, Je décroche, tu décroches… est-ce que nous décrochons? Avis sur le décrochage scolaire et social au secondaire, Gouvernement du Québec, 2002, 63p.

21 Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-centre, Des communautés éducatives en soutien scolaire et social. Un nouvel outil de prévention du décrochage scolaire au secondaire, vol. 1, Direction de la santé publique, 2001, 123p.

22 Daniel T. Hickey et Mary McCaslin, « A comparative and sociocultural analysis of context and motivation », dans Simone Volet et Sanna Järvela [Dir.], Motivation in learning contexts : theoretical and methodological implications, Amsterdam, Pergamon/Elsevier, 2001, p. 33-56.

23 Annie Vaillancourt, « Comment les intervenants aident-ils les jeunes en difficulté d’insertion à intégrer le marché du travail? », Tandem, vol. 5, no 2, 2009, p.6.

24 Claude Trottier, « Questionnement sur l’insertion professionnelle des jeunes », Lien social et politiques, vol. 7, 1997, p. 96.

25  Ibid., p. 96.

26 Madeleine Gauthier, Jacques Hamel, Marc Molgat, Claude Trottier, Claire Turcotte et Mircea Vultur, L’insertion professionnelle et le rapport au travail des jeunes qui ont interrompu leurs études secondaires ou collégiales en 1997-1998. Étude rétrospective,  Montréal, Institut national de recherche scientifique (INRS)- Urbanisation, culture et société, 2004, 257 p.

27 Ibid., p. 42

28 Mircea Vultur, « Aux marges de l’insertion sociale et professionnelle : étude sur les « désengagés » », Nouvelles pratiques sociales, vol. 17, no 2, 2005, p. 95-108.

29 Ibid., p. 102

30 Prénom fictif, comme tous ceux utilisés dans les citations des jeunes rencontrés

31 Vincent De Gaulejac et Isabel Taoada Léonetti, op. cit., p. 118.

32 Daniel T. Hickey et Mary McCaslin, op. cit., p. 40.

33 Chantale Beaucher, « Des aspirations et des projets professionnels : mieux comprendre les intentions d’avenir des jeunes de formation professionnelle », Observatoire jeunes et société-Bulletin d’information, vol. 6, no 4, 2007, p. 6-8.

34 Denis Pelletier, Pour une approche orientante de l’école québécoise, Sainte-Foy, Septembre, 2001, 264 p.

35 Mircea Vultur, op. cit., p. 100.

36 Mircea Vultur, op. cit., p. 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Malo et Janet Sarmiento, « Décrocher ou s'accrocher socialement. Rêves socioprofessionnels des jeunes en difficultés de comportement », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°9 | Printemps 2010, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/6714

Haut de page

Auteurs

Claire Malo

Janet Sarmiento

Doctorante en psychologie, l’auteure principale est chercheure au Centre jeunesse de Montréal- Institut universitaire (CJM-IU) et chercheure associée au Groupe de recherche et d’action sur la victimisation des enfants (GRAVE). Elle est également professeure associée à l’École de service social de l’Université de Montréal. Claire Malo, Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire (CJM-IU), 1001, boul. de Maisonneuve Est, 7e étage, Montréal (Québec), H1X 1C4, CANADA, claire.malo@cjm-iu.qc.ca
Janet Sarmiento est actuellement agente de planification et de programmation à la Direction de la planification et de la programmation de la Régie régionale des SSS du Nunavik (agence assurant le déploiement des services sociaux gouvernementaux dans cette région du Grand Nord québécois). Au moment de l’étude, elle était professionnelle de recherche au CJM-IU.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org