Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Glevarec Hervé, La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial

Ministère de la culture et de la communication, Paris, 2010. 184 pages
Céline Matuszak
Référence(s) :

Glevarec Hervé, La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial. Ministère de la culture et de la communication, Paris, 2010. 184 pages, 19 €

Texte intégral

1Le monde de la culture et des loisirs des adolescents est souvent perçu par l’opinion publique comme de la sous-culture, coincée entre des blockbusters américains et un usage effréné des téléphones portables. Elle révèle pour autant les évolutions de la jeunesse et ses capacités d’autonomie et de créativité. Face à une offre culturelle extrêmement diversifiée et grandissante, face à un équipement multimédiatique omniprésent chez les adolescents, cette culture adolescente est en proie à de nombreux bouleversements : Premièrement, l’identité culturelle jeune serait de plus en plus complexe et mouvante, la question de l’autonomie chez les adolescents et plus particulièrement chez les préadolescents toucherait de plus en plus tôt les projets éducatifs parentaux. Enfin, le décalage s’accentuerait également entre la culture scolaire et la culture juvénile

2L’ouvrage présenté s’inscrit dans un programme de recherche sur les pratiques culturelles des adolescents développé par le Département des études de la prospective et des statistiques de manière systématique depuis les années 2000. Toutes les enquêtes menées avant les années 2000 mettaient de côté les pratiques des moins de 15 ans. Pourtant, ce moment de la préadolescence est particulièrement intéressant à explorer puisque c’est à cette période que l’influence de la société de consommation et des industries culturelles est perceptible (p. 33). Il en résulte que c’est en distinguant ces influences qui arrivent de manière extrêmement précoces (vers l’âge de 8 ans) que l’on peut requalifier la période adolescente en « un mouvement historique de constitution d’une préadolescence » (p. 45) marqué également par une multiplication des espaces d’existence et les liens sociaux » (p. 45).

3Ainsi les pratiques culturelles se trouvent questionnées grâce au phénomène grandissant des nouvelles technologies dans l’univers du jeune. Pour Hervé Glévarec, cet univers est quasi confiné à la chambre de l’adolescent. Cette « culture de la chambre » vise à décrire cette articulation très forte entre plusieurs faits sociaux que sont la maturation préadolescente, l’individualisation de l’espace domestique, la place des nouveaux médias électroniques et une nouvelle relation parent-enfant » (p. 13). Il s’agit également d’un mouvement déjà décrit par Dominique Pasquier d’une concentration des activités de loisirs dans l’espace privé et plus particulièrement au sein de la chambre de l’adolescent. L’adolescent serait pris dans un paradoxe qu’il vivrait très bien : la chambre est particulièrement investie et l’adolescent y est comme replié et pour autant, il n’a jamais eu autant la possibilité d’entrer en relation avec le monde extérieur (p. 47). Ce mouvement est d’ailleurs plus remarquable dans les classes moyennes et supérieures. La culture de la rue semble réservée aux quartiers populaires de banlieue (Lepoutre, 1997). Ainsi l’usage du téléphone portable de dernière génération, via un accès continu à l’internet, pourrait venir renforcer cet état de fait et, pourquoi pas, faire sortir l’adolescent des classes moyennes et supérieures de son univers familial. Il nous semble que cette piste de réflexion est essentielle dans la compréhension des bouleversements rapides que provoque un taux d’équipement massif des jeunes.

4Ainsi, la porte d’entrée choisie par Hervé Glevarec dans la culture adolescente est originale à plus d’un titre. Premièrement, l’espace de la chambre y est disséquée. Les différents temps de l’appropriation de cet espace révèlent une tension beaucoup plus importante entre le moment de l’enfance et de celui de la préadolescence, l’adolescence n’en serait que la continuité.

5La méthodologie choisie permet en effet de faire parler cette appropriation par les adolescents eux-mêmes, ce qui amène une matérialité extrêmement intéressante : les photographies des chambres, les carnets d’activités sont une réelle mine d’informations sur leurs usages. Couplés à des entretiens d’explicitation sur leurs pratiques (dessins, collage dans le carnet d’activités), le terrain présenté est extrêmement vivant. L’association à des magazines destinés aux préadolescents pour recueillir la parole des adolescentes révèlent également d’autres clés de compréhension. A cette période, la chambre permettrait l’expression d’une première autonomie, d’une reconstruction de l’univers de la maison dans la chambre de la préadolescente par exemple (p. 62).

6Hervé Glévarec propose ainsi trois pôles pour comprendre les tensions qui s’opèrent dans la vie culturelle des enfants et des préadolescents : le pôle de l’héritage culturel, le pôle de la culture jeune qui pose les bases d’un capital de culture contemporaine propre à ces âges et le pôle de l’autonomisation qui est celui qui a été le plus bouleversé ces dernières années avec une reconnaissance par les parents de l’enfant comme sujet à part entière.

7Toutefois, il est intéressant de constater que les parents et les enfants entretiennent bien plus souvent qu’on ne le croit des activités et des goûts communs, ce qui viendrait redéfinir les relations actuelles entre les parents et leurs enfants autour de trois enjeux distincts : la reproduction sociale et culturelle, la transmission et l’échange culturels et le lien social au sein de la famille (p. 85).

8Les cinq premiers chapitres donnent ainsi de nouvelles clés de compréhension pour approcher de plus près les jeux d’influence et d’appropriation dans la culture jeune. Les chapitres suivant permettent de rentrer dans l’objet médiatique et culturel en tant que tel (chapitre VI). Il s’agit ici de décrypter comment la musique, les écrans, le livre ou encore la téléphonie mobile participent du processus d’autonomisation chez les préadolescents et bien souvent repérés comme tel par les parents (p. 112). Hervé Glévarec revient également sur la problématique "genrée" des loisirs : ainsi le couple préadolescence et loisirs accentueraient une séparation de plus en plus nette entre garçons et filles, ce couple serait également tiraillé par des positions d’assignation et de transgression des préadolescents, confortées et défendus par certains parents (p. 130). Enfin le dernier chapitre avant le chapitre de conclusion revient sur les supports médiatiques : la télévision, de plus en plus délaissée par les adolescents, porterait encore des valeurs d’apprentissage. Les activités effectuées sur l’internet convergent la plupart vers de l’échange entre pairs et de la recherche pour les travaux scolaires essentiellement vers l’âge de 10 ans (p. 156). L’ordinateur conjuguerait des usages particuliers propres à la culture adolescente que sont l’autonomie, l’affiliation à une culture jeune et au soutien scolaires.

9Les critiques lues sur l’ouvrage concernant un découpage net des âges de la vie pourrait être complétée par celle d’une vision partielle, même si assumée, de la population choisie. Les modes d’appropriation dans les milieux défavorisées pourraient en effet être extrêmement intéressants à interroger. De même, les logiques d’appropriation et d’autonomisation à travers les médias et les médiations offertes par la culture adolescente seraient également une recherche particulièrement féconde concernant les adolescents placés en famille d’accueil ou dans des structures d’hébergement. Ces éléments seraient extrêmement intéressants pour les professionnels s’interrogeant notamment sur l’investissement des lieux de vie par ces adolescents.

10Cet ouvrage est ainsi particulièrement stimulant pour comprendre la culture de la préadolescence ouvrant à un ensemble des possibilités d’analyse qui ne la restreignent pas à la seule identité affichée de l’adolescent, mais bien à une compréhension d’ensemble des différents paramètres de la construction identitaire.

Haut de page

Bibliographie

Lepoutre David, Cœur de banlieue (1997), Paris, Odile Jacob, coll. « Poches », 2001

Pasquier Dominique, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Matuszak, « Glevarec Hervé, La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°9 | Printemps 2010, mis en ligne le 03 mai 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/6764

Haut de page

Auteur

Céline Matuszak

Formatrice chercheure au département communication et informatique pédagogique à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (enpjj). Docteure en en sciences de l’information et de la communication, elle a été chargée de cours à l’Université Paris 8, à l’IEP d’Aix-en-Provence (stratégies de communication et communication politique) et formatrice dans la fonction publique hospitalière et territoriale. Son travail de recherche s’intéresse entre autres à l’appropriation sociale et politique de l’internet et aux phénomènes de médiatisation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org