Navigation – Plan du site
Dossier
1

De la violence à l’école à l’école de la violence. Essai d’analyse de la pratique pédagogique comme forme de violence

From violence at school to the school violence. An analytical essay of the pedagogical practice as form of violence
De la violencia en la escuela a la escuela de la violencia. Ensayo de análisis de la práctica pedagógica como forma de violencia
Joseph Avodo

Résumés

La réflexion sur la violence, proposée dans cet article, se fonde sur l’hypothèse de l’existence d’une violence potentielle, dite violence éducative propre à l’institution scolaire. A travers la pratique enseignante, circulent attitudes interactionnelles et discursives violentes lesquelles participent tantôt de l’agir professoral, tantôt de l’approche pédagogique adoptée. Cette violence est qualifiée de éducative ou rationnalisée, du fait qu’il s’inscrit dans l’optique de former le jeune. Cependant, elle peut est menaçante et démotivante pour l’apprenant si elle se devient une emprise psychologique et gression verbale sur l’apprenant. Cette forme moins médiatisée et occultée de la violence pose le problème du rapport des modèles interactionnels exposés à l’école et la formation des jeunes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Traditionnellement, on associe la question de la violence en situation scolaire à la jeunesse. Tout se passe comme si les jeunes étaient les principaux acteurs de la violence. Pourtant la réalité est complexe ; autant les jeunes sont les acteurs de la violence, autant ils en sont les victimes. Cette recherche vise à décrire la violence éducative dont sont victimes les apprenants en situation d’apprentissage. A partir des données ethnographiques et orales collectées dans des collèges et lycées de la ville de Yaoundé au Cameroun, la recherche vise à décrire les manifestations de ce que nous appelons la violence éducative, une forme de violence symbolique et rationalisée. Pour aborder cette problématique, nous définirons, dans une première étape, notre objet de recherche, nos objectifs et la démarche méthodologie adoptée. Dans la deuxième étape, nous présenterons le cadre institutionnel (cadre d’analyse et discours public) et le discours public, en rappelant quelques dispositions réglementaires relatives à la violence en milieu scolaire au Cameroun. La troisième étape porte sur la description des manifestations de la violence verbale dans les rapports entre enseignants et apprenants. Enfin, nous analyserons la problématique de la violence vécue par les apprenants en rapport avec la mission socialisante de l’institution scolaire notamment son rôle dans la promotion des droits de l’Homme et des valeurs que sont la liberté de penser et la démocratie.

1. Objet, objectifs et méthode

  • 1 Au Cameroun, la question de la violence à l’école est taboue. Bien qu’il soit évident que l’unive (...)
  • 2 Plusieurs axes de réflexions ont été proposés : appréhender la réalité de la violence à l’école à (...)

2Cette recherche porte sur la violence verbale dont sont victimes les apprenants en situation d’apprentissage. La problématique de la violence en contexte éducatif est une préoccupation majeure aussi bien pour les politiques que les éducateurs. La médiatisation dont elle fait l’objet traduit à juste titre l’état de la question et l’impact social de cette dernière. Que l’on soit en Afrique ou en Occident, la question de la violence entre les murs est sans cesse l’objet de débats. Le vocabulaire utilisé pour caractériser la situation est manifestement parlant : « crise des valeurs », « violence », « pertes des valeurs », « absence de repères », « crise de l’autorité ». Face au phénomène, certains pays1 - c’est le cas de la France, pour ne citer que cet exemple - en ont fait une préoccupation politique majeure notamment à travers les états généraux de la violence en milieu scolaire. Au-delà des pistes proposées2 pour endiguer le phénomène, la question de la violence demeure complexe ; une complexité liée notamment au fait qu’il est difficile de fixer la violence tant ses formes et manifestations sont diverses. Rappelons tout de même que toute proposition visant à réduire la violence en milieu scolaire doit au préalable fixer les fondements de celle-ci, ses manifestations et son mode de circularité au sein de la société.

3L’autre complexité est la catégorisation de la violence. A travers le traitement médiatique dont elle est souvent l’objet, la violence est souvent réductible à la violence physique (manifeste à travers des dégradations, des casses, des attaques physiques, rixes entre jeunes mais aussi des attaques des jeunes envers les éducateurs) à la violence verbale (caractérisée en termes d’injures, invectives, impolitesse) mise en œuvre par les jeunes à l’intérieur ou hors du cadre scolaire. Cette lecture laisse croire que la violence est essentiellement l’apanage des jeunes. Pourtant la réalité est complexe ; autant les jeunes sont les acteurs de la violence, autant ils en sont réciproquement les victimes.

  • 3 Notamment la forme verbale, psychologique, physique et les formes de discriminations.

4Selon diverses perspectives, il est possible de distinguer plusieurs types de violences3. Notre analyse vise donc à décrire dans le contexte africain la violence verbale exercée par l’institution scolaire sur le jeune. Il s’agit d’une forme moins populaire de la violence, moins médiatisée rarement dénoncée par les victimes, mais dont les implications sur la psychologie et la formation citoyenne de l’enfant sont considérables. Nous la nommons la violence éducative. Par violence éducative, nous définissons l’emprise qu’une institution scolaire exerce sur les apprenants par l’entremise de ses acteurs que sont les enseignants. La violence éducative peut être dite « rationnalisée » puisqu’elle se justifie par le devoir d’éducation, c'est-à-dire la responsabilité qu’a tout éducateur de participer à la formation physique, morale et civique d’un individu en vue de son insertion harmonieuse dans la société. Dans la conception africaine de l’éducation, elle consiste à « faire de l’enfant un homme ». Elle est par ailleurs symbolique et revêt divers formes notamment verbales, physiques et psychologiques. Dans les limites de cet article, nous traiterons principalement de la dimension verbale.

  • 4 Les principaux chercheurs du groupe sont Nathalie Auger, Christina Schultz-Romain, Claudine Moïse (...)

5Plusieurs études ont été réalisées sur la dimension verbale de la violence en particulier dans le domaine éducatif (Moïse et al., 2008 ; Roumain 2007, 2008). Les chercheurs du groupe de recherche sur la violence verbale4 distinguent quatre étapes à la violence verbale : la violence potentielle, la violence embryonnaire ou l’amorce de la violence verbale, la violence cristallisée et la violence physique. Les chercheurs de ce groupe définissent la violence verbale comme une « montée en tension ». Elle est peut être traduite en termes d’incivilités, de dénigrement, d’impolitesse, d’insulte et de malentendu (Moïse et al., Op cit.).  

  • 5 Abdelmadjiid Ali Bouacha, Le discours universitaire : La rhétorique et ses pouvoirs, Bern, Lang, (...)

6Dans cette recherche, nous désignerons par violence verbale l’ensemble des stratégies discursives et interactionnelles contribuant à entretenir une emprise psychologique sur l’interlocuteur de manière intentionnelle ou non. L’analyse de la violence verbale portera sur le discours pédagogique, c'est-à-dire la « matérialisation discursive que constitue la suite d’énoncés produite par un enseignant dans une activité de type professoral et dans un cadre institutionnel donné5 ». L’hypothèse principale, qui sous-tend cette analyse, est celle de l’existence d’une violence potentielle inhérente à la pratique éducative. La seconde hypothèse suppose l’existence d’un continuum entre les expériences scolaires violentes vécues et la formation de la personnalité de l’apprenant. En d’autres termes, la violence dont sont victimes les jeunes en situation d’apprentissage contribue à entretenir en eux la représentation d’un modèle social fondé sur la domination, l’emprise sur plus petit que soi. Une telle perspective requiert d’interroger le rôle de l’école en tant cadre de socialisation de l’enfant, et en particulier le lien entre le modèle interactionnel exposé à l’école et les finalités de l’action éducative.

  • 6 Ces données représentent une partie de celles exploitées pour notre thèse en cours.
  • 7 L’hétérogénéité est liée ici à la mixité, à l’inégalité des compétences entre participants, à div (...)

7La démarche méthodologique qui a sous-tendu cette étude se fonde sur une approche empirique basée sur des observations de classes et une collecte des données in situ. Les données6 utilisées dans cette recherche sont de deux natures. Il s’agit de dix heures d’enregistrements audio de cours et des notes d’observation collectés dans trois lycées francophones de la ville de Yaoundé (Cameroun) entre octobre 2009 et février 2010. Les établissements scolaires cibles (Lycée Général Leclerc, Lycée d’Anguissa et Lycée d’Ekounou) font partie, pour le premier, des établissements référentiels et les deux seconds sont des établissements populaires. Ils sont situés dans zone d’habitation populaire et accueillent tous une population estudiantine hétérogène7, issue de presque tous les groupes ethniques du Cameroun. De plus ces établissements scolaires, comme la plupart de la ville, se caractérisent par des effectifs pléthoriques de l’ordre de cinquante à près d’une quatre-vingtaine d’apprenants par classe. Le personnel enseignant opérant dans ces établissements est constitués des professionnels, des enseignants certifiés formés à l’école normale supérieure. Ce qui implique qu’ils ont une bonne connaissance des dispositions institutionnelles et réglementaires relatives à la tenue de la classe.

2. Des dispositions institutionnelles et réglementaires

  • 8 Loi numéro 98/ 004 du 4 Avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun, article 34.
  • 9 Ibid, article 35.
  • 10 Ibid, article 36.

8Comme dans la plupart des pays, le Cameroun dispose d’un arsenal de textes officiels régissant l’action éducative. Nous ferons référence principalement au plus important : la loi n° 98/004 du 4 avril portant orientation de l'éducation au Cameroun. Nous compléterons nos analyses par un ouvrage central utilisé dans la formation des enseignants, celui portant sur l’éthique et la déontologie de l’éducation (Tsafack, 1998). Le premier texte, véritable cadre de référence de l’action éducative, définit l’idéal humain au Cameroun sous le double paradigme de l’enracinement culturel et de l’ouverture au monde, la formation et l’initiation aux grandes valeurs universelles (la démocratie, le respect de la dignité humaine, etc.), à la culture du travail, l'esprit de partenariat, le développement de la créativité, le sens de l'initiative et de l'esprit d'entreprise. La même loi définit les droits et devoirs de tous les partenaires de la communauté éducative. A propos des droits des apprenants, elle précise que : « L’élève a droit aux enseignements prescrits par les programmes. Ce droit s'exerce dans le strict respect de la liberté d'expression, de pensée, de conscience et d'information de l'élève8. L'intégrité physique et morale des élèves est garantie dans le système éducatif. Sont de ce fait proscrits : les sévices corporels et toutes autres formes de violence, les discriminations de toute nature, la vente, la distribution et la consommation des boissons alcooliques, du tabac et de la drogue9. Les obligations des élèves consistent en l'accomplissement des tâches inhérentes à leurs études. Elles incluent le respect des textes en vigueur, y compris le règlement intérieur de l'établissement scolaire fréquenté10 ».

  • 11 Ibid, article 38
  • 12 Ibid, article 39

9Traitant des droits et devoirs de l’enseignant, l’on peut lire que : « L'enseignant est le principal garant de la qualité de l'éducation. […] L'enseignant jouit, dans le cadre des franchises académiques et dans l'exercice de ses fonctions, d'une entière liberté de pensée et d'expression, dans le strict respect de la liberté de conscience et d'opinion des élèves11. L'enseignant est soumis à l'obligation d'enseignement, d'éducation, d'encadrement pédagogique, de promotion scientifique, d'évaluation et de rectitude morale. Il est, en outre, soumis au respect des textes en vigueur, notamment le règlement intérieur de l'établissement où il exerce les fonctions d'enseignant12 ».

  • 13 Gilbert Tsafack, Éthique et déontologie de l’éducation, Yaoundé, Presses universitaires d’Afrique (...)

10L’ouvrage de référence sur l’éthique et la déontologie de la profession enseignante insiste sur les droits, les devoirs et la responsabilité de l’enseignant. Abordant la question de la responsabilité de l’éducateur envers l’enfant, Gilbert Tsafack (Op cit.) rappelle que « l’avenir dépend pour une large part de l’éducation reçue ; or à l’école, il s’agit essentiellement de l’influence exercée sur l’intelligence, la sensibilité, la volonté et le caractère, des empreintes laissées sur les pensées, les sentiments, le jugement et la conduite par l’enseignant. L’éducation ne se recommence pas. L’éducateur ne doit pas décevoir l’enfant. Un enseignant consciencieux s’occupe de l’enfant comme si une force mystérieuse extérieure le lui commande. Il sait et doit sentir à tout moment qu’il a à rendre compte à l’enfant plus que quiconque13 ».

  • 14 Nous faisons allusion aux dispositions du code pénal camerounais relatives aux formes de violence (...)

11Les dispositions institutionnelles et réglementaires sus-citées, et bien d’autres14, visent à promouvoir une culture favorable à une pratique enseignante responsable, à la mise sur pied d’une culture démocratique fondée sur le respect des droits de l’Homme, la promotion de l’esprit d’initiative, la négociation, la recherche du consensus, la valorisation des partenaires et le conflit négocié. En somme, un idéal humain susceptible de refléter à la fois les cultures endogènes et les valeurs universelles, mais qui peine à se matérialiser comme le montre nos résultats de recherche.

3. Interaction pédagogique, rapport d’autorité et violence verbale

12Cette recherche porte sur un cas particulier d’interaction professionnelle, l’interaction pédagogique. Il s’agit d’une interaction finalisée ; la finalité ici est que l’élève apprenne, qu’il acquiert des compétences indispensables à une insertion sociale réussie. La relation interpersonnelle entre les deux principaux participants est inégalitaire à plus d’un titre. D’une part nous avons des positions statutaires dissymétriques : l’enseignant est en position haute, une place institutionnelle, l’apprenant en revanche est en position basse. D’autre part, l’un est un adulte, un individu formé, « expert » tandis que l’autre est en croissance, en situation d’apprentissage. La nature du rapport préexistant entre les deux participants est donc à la fois un rapport d’autorité et de complémentarité. La lecture du fonctionnement des interactions en classe de langue révèle que l’asymétrie des positions, qui régit le rapport entre l’enseignant et l’apprenant, s’érige en rapport de domination, d’emprise et de violence. Nous distinguons à cet effet deux formes de violence éducative selon le critère de l’intentionnalité : la violence éducative intentionnelle et la violence éducative non intentionnelle.

La violence éducative intentionnelle

13Déterminer la nature intentionnelle ou non d’une action reste difficile à fixer. Toutefois, en prenant en compte des facteurs contextuels, il est possible de supposer le caractère intentionnel d’une action. Par intentionnel, nous entendons tout comportement visant à produire un effet précis en rapport à un contexte donné. Ce premier niveau d’analyse met en relief un ensemble de comportements énonciatifs violents produits par l’enseignant en situation de classe. Il s’agit essentiellement, selon les politessologues (Brown et Levinson 1987, Kerbrat-Orecchioni 1992, 2005), des Face Threatening Acts ou actes menaçants envers la face des apprenants. Relèvent de cette catégorie, les faits discursifs tels que l’interpellation violente, les remarques humiliantes, l’ironie offensante et les jugements dévalorisants.

14L’usage de l’interpellation violente est presque systématique au point d’être assimilée à un mode d’action par excellence. L’approche comparative de l’interpellation violente et de l’interpellation douce dans trois établissements montre, comme le précise ce diagramme, une propension du premier mode d’adresse.

Graphique 1 : Distribution de l’interpellation violente et de l’interpellation douce

Graphique 1 : Distribution de l’interpellation violente et de l’interpellation douce

15L’interpellation violente est omniprésente comme le témoigne la diversité de ses usages : elle intervient notamment en situation de rappel à l’ordre. Ainsi, dans cette séquence, l’enseignant interpelle violemment l’apprenant pour le mettre en train. La tonalité autoritaire vient durcir l’interpellation pour la rendre violente dans le but de rappeler l’apprenant distrait à l’ordre.

 P l’emploi de l’adjectif qualificatif| on est d’accord avec lui↑

 E non : : madame↑

 E ….

 P X

 E l’adjectif qualificatif

16Dans la séquence ci-dessus, l’apprenant X est en conversation pendant que l’enseignant discute avec le reste des apprenants. Ce comportement de X fait ombrage à l’autorité de l’enseignant, d’où le recours à cette forme durcie d’interpellation.

17L’interpellation violente intervient par ailleurs pour prendre en main de la classe. Ici, la stratégie consiste à rétablir son autorité, suite à une violation faciale consistant à sortir de la classe sans autorisation préalable de l’enseignant.

E ……

P on ne peut pas se lever avec autant d’autorité dans une salle de classe↑ il y a un enseignant.

E (propos inaudibles)

P excusez-moi c’est...

  • 15 En effet, les normes proxémiques attribuent un espace à chaque participant. L’enseignant en est l (...)

18Elle intervient par ailleurs au cours des conflits relationnels entre participants comme l’illustre la séquence ci-dessous, dans laquelle l’apprenant transgresse les règles de la proxémique15.

 P quelles sont ces manières-là ↑ c’est la deuxième fois que vous le faites / la fois dernière c’était quand madame x était là↑

 E1 madame c’est lui qui m’a proposé

P c’est lui qui m’a proposé parce que tu t’es dirigé vers lui | tu aurais pu aller ailleurs vous voyez un ainé et vous vous permettez de vous asseoir à ses cotés

E2 madame ils ont même âge.

 P très bien | cette citation sert à appuyer l’argument…

19Une telle résurgence semble soutenir l’hypothèse de l’interpellation violente comme moyen d’action. On révèle par ailleurs, un nombre important d’agressions verbales envers les élèves. Elles consistent, disions-nous, en des remarques humiliantes et jugements dévalorisants :

Séquence 1 :
P : Vous êtes incapables de lire le texte et de dire ce qui est écrit ↑ pas toujours les mêmes ↑ le coté des morts vous ne voulez jamais parler | qui d’autre ↑ du côté des faibles ↑vous ne voulez pas parler.

Séquence 2 :
P comment on a encore appelé la phrase simple||| voila ↑ vous ne lisez pas les cours | alors| moi je vais continuer parce que pour vous c’est une salle de jeu| c’est une occasion de vous distraire quand vous venez à l’école| et tous les enseignants se plaignent de vous| et… continuons le même esprit| […] vous venez seulement vous asseoir | vous vous attendez à quoi↑ donc vous avez oublié ce que vous avez vu la fois dernière et vous allez encore enregistrer quelque chose et aller la garder au fond du cerveau pour attendre l’autre cours.

20Ces séquences expriment explicitement la volonté manifeste de l’enseignant de choquer les apprenants de manière effective et émotionnelle. La représentation relative aux apprenants est essentiellement dévalorisante et offensante à leur égard comme le témoignent les valeurs axiologiques des termes (incapables, morts, faibles). Les implicites culturels des termes « enregistrer », « garder au fond du cerveau » expriment l’idée selon laquelle les apprenants sont inaptes à produire de façon autonome. La représentation qui découle de ces termes est celle des apprenants considérés comme de simples réceptacles. Il est évident que l’effet pragmatique de ces axiologiques injurieux est de produire un effet immédiats et violent sur les interlocuteurs. Ces remarques outrepassent les règles de politesse et constituent la manifestation d’un autoritarisme érigé en violence.

21Autre phénomène notoire : la fréquence des interruptions offensantes. L’analyse des interactions distinguent en effet trois types d’interruptions (les interruptions à fonction d’aide, les interruptions coopératives, les interruptions non coopératives ou offensantes et les celles qui ne sont ni coopératives ni légitimées) (Kerbrat-Orecchioni, 1990). A partir de cette classification, l’on note un nombre important d’interruptions offensantes comme l’illustre ce graphique.

Graphique2 : Distribution des interruptions

Graphique2 : Distribution des interruptions

22Elles interviennent souvent pour évaluer la prestation orale de l’apprenant. Très souvent l’enseignant interrompt l’apprenant pour faire des remarques désobligeantes sur ce qu’il est en train de dire. Si la réponse de celui-ci n’entre pas en droite ligne des attentes de l’enseignant, il est toute suite interrompu. Aucune place n’est accordée à ceux qui donnent des réponses erronées. Le changement d’interlocuteur, celui capable de donner une réponse satisfaisante, constitue la solution de repli. Tout se passe alors comme si seuls les apprenants compétents ont droit de s’exprimer.

23Ces procédés discursifs font partie de l’arsenal répressif dont fait usage l’enseignant pour faire susciter l’engagement socio-cognitif des apprenants, réguler la classe et établir l’ordre. Bien que ce type de mode d’action ne laisse pas de blessures physiques, il ne demeure pas moins grave au plan affectif et émotionnel des apprenants. Traitant du rapport entre le face-work et la cognition, Erving Goffman (1974) fait remarquer que l’individu a toujours une réponse plus ou moins positive au travail de faces sur sa psychologie. Parfois, l’on observe, de la part des apprenants, des stratégies de contre-offensives ou de contre-pouvoir (incivilités, refus d’exécuter les ordres, silence, refus de participation aux activités) suite à une attitude méprisante de l’enseignant en leur égard. Ces réactions traduisent bien l’attachement au respect de leur dignité et de leur statut.

La violence éducative « non intentionnelle »

  • 16 En réalité dans la séquence interro-informationnelle, le rapport est complexe. Le fait de sollici (...)

24Contrairement à la violence intentionnelle et manifeste décrite précédemment, nous supposons l’existence d’une autre forme moins intentionnelle de violence éducative. La violence éducative dite non intentionnelle fait partie intégrante des rôles praxéologiques de l’enseignant. Naturellement la précédente en fait aussi plus ou moins partie, aussi mais la présente a pour particularité de ne pas correspondre à une finalité autre de que la transmission des savoirs. Nous en avons identifié deux manifestations : l’"assénement" moral et la supériorité interactionnelle de l’enseignant. L’"assénement" moral intervient dans les séquences interro-informationnelles, c'est-à-dire les séquences au cours desquelles l’enseignant sollicite, par l’acte de question, un apport information (une réponse) de la part des apprenants (Goffman,1992). Ce type de séquence instaure les interactants dans une relation verticale avec le questionneur en position haute et le répondeur en position basse16. L’analyse des séquences interro-informationnelles tém d’un recours systématique à la répétition, à l’insistance. L’interrogation pédagogique s’apparente alors à un harcèlement comme le montre la séquence 3. L’impératif de réponse, mais davantage d’une bonne réponse est omniprésente et pèse de son poids sur l’interaction. Le silence des apprenants est parfois synonyme de cette peur de donner une mauvaise réponse. La quête de la bonne réponse ou plus du mot juste est vu comme une emprise psychologique énorme. Tout se passe comme si l’apprenant était un savant et qu’il lui suffisait de restituer fidèlement un savoir acquis. La question interrogation pédagogique devenant parfois lancinante, harcelante, sur la personne de l’apprenant, qui n’est désormais plus considérée dans son statut de celui qui est en quête de savoir.

Séquence 3
P : oui combien d’occurrences ( moment de silence ) oui | comptez comptez le nombre d’occurrences ( les élèves se mettent à compter) dépêchons dépêchons ( période de silence ) dépêchons dépêchons || oui combien d’occurrenceshein↓ même si l’impératif ici ne domine pas par rapport aux autres temps que vous avez donnés tout à l’heure je sais | j’ai la certitude que ce temps nous permettra à un élément par rapport au sens et vous devez trouver ( silence) combien d’occurrences de l’impératif présent | alors ces propos qui sont tenus à l’impératif renvoient à quoi ou ils expriment quelle idée quels sentimentsils expriment quoiregardez les verbes qui sont conjugués à l’impératif et dites ce qu’ils expriment | on a déjà vu les modes et leurs valeurs.

25Cette séquence constitue une requête, c'est-à-dire une demande d’action. La requête est un acte fréquent dans la relation pédagogique puis qu’elle constitue l’un des actes à travers lequel l’enseignant « met les apprenants au travail ». Ce qui attire notre attention ici c’est la nature et le nombre d’action à accomplir. Une analyse des actions participatives révèle au moins trois type d’activités : repérage (comptez comptez le nombre d’occurrences, combien d’occurrences de l’impératif présent), identification (alors ces propos qui sont tenus à l’impératif renvoient à quoi ou ils expriment quelle idée ↑) et l’analyse interprétative (quels sentiments ↑ ils expriment quoi). Cognitivement, il s’agit d’une compilation d’activités qui nécessitent une attention particulière du sujet, mais ici l’enseignant semble privilégier le facteur temps. Intrinsèquement, l’acte de question est, selon la théorie des actes de langage, un acte directif donc menaçant pour la face de celui à qui il est adressé. Avec le recours à la répétition, ce poids se renforce davantage en instaurant une certaine obligation de réponse chez l’apprenant. Parfois, par peur de donner une mauvaise réponse, laquelle peut susciter une mauvaise appréciation de l’enseignant, l’apprenant se réfugie dans le silence.

26L’autre fait observé est la supériorité interactionnelle de l’enseignant. L’analyse quantitative des échanges révèle la supériorité interactionnelle. Le discours pédagogique impose aux apprenants, non seulement comme instance du discours scientifique, mais aussi comme voix autoritaire. L’enseignant, le chef d’orchestre des échanges, organise la classe, alloue la parole, la retire selon son gré, évalue les productions des apprenants. A travers ces différents rôles, l’enseignant accapare la parole réduisant les apprenants au silence. C’est le modèle interactionnel de la parole unique gouvernée par une seule personne, acteur plus responsable et puissant que les autres, à la fois joueur et arbitre. L’éthos, représenté dans ce contexte, est typique des systèmes autocratiques et n’a rien de commun avec la vision d’une école démocratisante, promotrice de la liberté d’expression et de la pensée plurielle. Au lieu de donner aux apprenants la chance de s’exprimer, de découvrir leurs forces créatrices et leurs potentialités, le discours pédagogique, pour reprendre les termes de Hamid-Lauga (1990), « cadenasse » l’apprenant et le réduit à un rôle de réceptacle comme l’illustre la séquence 4 :

Séquence 4 :
P apparemment c’est le verbe arriver (le prof relit la phrase 1) mettez le point après l’euthanasie voilà | est-ce le seul verbe conjugué à un temps composé dans cette phrase ? X ça se passe ici (ton autoritaire) oui AT nous sommes encore dans la première phrase encore | quel est le temps composé que vous avez souligné ?

E ? le passé composé

P le passé composé vous êtes d’accord avec lui que c’est le passé composé

E ? oui, madame

P comme premier temps composé nous avons donc le passé composé | et dans cette phrase là il n’y a plus de temps composés hein ↑ X est en conférence | allez donner la craie à X | qu’elle prenne le soin de nous dire et de souligner d’abord le verbe de la deuxième phrase et de nous dire à quel temps il est conjugué.

E ? non madame

P justement parce qu’elle ne suivait pas elle causait avec et suivait ses conférences scholastiques elle ne voit pas elle est devenu ivoirienne on pensait que X était camerounais | elle est devenue ivoirienne tout simplement parce que madame ne nous suivait pas.

27 La séquence ci-dessus est typique de la logique du discours à sens unique. La grande volubilité de la parole enseignante marque l’orientation transmissive et assimilatrice adoptée par l’enseignant. Aucune place n’est accordée à une pensée extensive comme le montre l’orientation des questions essentielles fermées. L’apprenant est réduit à un rôle d’approbation qu’il comprenne ou non. Parfois, la peur de contester ce que dit l’enseignant le contraint à tout accepter tout de go.

28Les analyses suivantes ne sont pas exhaustives. Elles montrent en effet que la relation éducative peut contribuer à entretenir une forme de violence symbolique, dérivée du rapport asymétrique entre l’enseignant et l’apprenant. Il est donc possible faire l’hypothèse d’une violence potentielle préexistante dans la relation éducative. Il s’agit d’une violence symbolique, qui si l’on n’en prend pas préalablement conscience, peut devenir manifeste puisqu’elle circule à travers les différents rôles praxéologiques de l’enseignant à savoir « faire produire », « arbitrer » et « évaluer » (Cicurel 1990).

29Pour revenir dans le contexte qui est le nôtre [le contexte camerounais], relevons que le discours pédagogique est aussi bien, dans sa forme que son fond, une forme de domination, d’emprise psychologique sur les apprenants. De par sa logique du sens unique, sa non prise en compte de la sensibilité de l’apprenant, le discours pédagogique en milieu scolaire camerounais marque un virage à l’autoritarisme. Ces observations corroborent la thèse de la politesse à sens unique soutenue par Farenkia-Mulo : « Les milieux institutionnels et professionnels offrent de multiples exemples de =manifestations de la politesse excessive et forcée. Puisqu’il n’existe pas d’obligation = de politesse réciproques, les interlocuteurs de rang élevé ne se préoccupent pas des besoins de préserver le « territoire » ou la « face » de leurs collègues en position basse. Ainsi, les supérieurs n’évitent pas ou n’adoucissent pas systématiquement les actes menaçants pour la face de leurs vis-à-vis , lesquels se doivent, par contre d’être ostensiblement polis. 

  • 17 Bernard Farenkia-Mulo, "Comprendre l’éthos communicatif camerounais", De la politesse linguistiqu (...)

30Les interactions sont organisées selon la formule « la politesse vient d’en bas »17. Il est indéniable que de telles approches ne sont pas toujours favorables à l’épanouissement scolaire de l’apprenant ; encore moins aux attentes exprimées à travers les dispositions institutionnelles et réglementaires, puisque ce qui est important dans une situation d’apprentissage, c’est que le jeune ait, de manière primordiale, une expérience positive de son apprentissage et de son rapport à l’école.

4. Environnement socio-éducatif et violence en milieu scolaire

31De prime abord, une remarque importante s’impose. Les comportements interactionnels ci-dessus décrits ne répondent pas aux objectifs de formation, tels que présentés dans les textes officiels régissant l’action éducative. Bien plus, ils ne s’inscrivent aucunement en droite ligne du double paradigme de l’enracinement culturel et de l’ouverture au monde.

  • 18 Les Bamiléké sont l’un des grands groupes ethniques du Cameroun. Ils sont originairement issus de (...)
  • 19 Etienne Dassi, "De la sémantique à la morphosyntaxe. De l’intégration des socioculturèmes bamilék (...)
  • 20 Les Beti sont un grand groupe ethnique situé dans la région centre-sud et Est du Cameroun. Ils so (...)
  • 21 Alexis-Bienvenu Belibi, « Le double paradigme de l’enracinement et de l’ouverture comme fondement (...)

32Du point de vue de l’enracinement culturel, les sociétés traditionnelles camerounaises, si l’on fait exception des peuples du Septentrion jugées autocratiques, restent, dans leurs fondements, essentiellement égalitaires et figuratifs. Le respect de l’autre, quel que soit son statut, est la règle d’or. Être bien éduqué, c’est respecter l’autre, montrer beaucoup d’égards envers les ainés (cf. exemple p7). L’organisation sociale de la société traditionnelle est donc essentiellement communautaire avec le primat du groupe sur l’individu. La notion de hiérarchie étant totalement inconnue dans les expressions linguistiques. Traitant de l’organisation sociale et discursive chez les Bamilékés18, peuples de l’Ouest du Cameroun, Étienne Dassi note que « les langues bamiléké n’accordent aucune place au vouvoiement d’une personne, marque de majesté, de modestie ou de réserve (devant un inconnu)19 ». La même conception est propre aux peuples de la forêt en l’occurrence les Beti20. Alexis-Bienvenu Belibi rappelle que « es langues bantu retenues procèdent à l’effacement systématique de l’indice de la première personne, le déictique "je" qui se fond impérativement dans le collectif "nous", synonyme ici de toi et moi. […] L’échange, dans l’univers verbal structuré par les langues bantu, apparait de facto dissymétrique, car marqué par une communication inégale dans laquelle le groupe occupera toujours la position haute et l’individu la position basse21 » Les stratégies interactionnelles sont donc favorables à l’effacement du sujet : il faut éviter de mettre en évidence sa supériorité, d’exhiber sa face au point de menacer celle des autres, car en réalité ce qui prime c’est le groupe et non l’individu. Le respect pour le groupe passe par le respect de la sensibilité de chaque individu.

  • 22 La figuration est comprise ici au sens goffmanien du terme, c'est-à-dire, tout ce que le locuteur (...)

33Du point de vue de l’ouverture au monde, l'État du Cameroun s’est lancé dans un processus de rénovation de sa politique éducative. Les États généraux de l’éducation, tenus en 1995, marquent une nouvelle phase dans le processus éducationnel à travers la centration sur l’apprenant, la promotion d’une éducation de qualité par des enseignants de qualité, l’éducation aux droits de l’Homme et du citoyen, la promotion des valeurs de démocratie, de liberté d’expression à l’école. Par ailleurs, une politique en faveur de l’égalité des chances et de l’amélioration de la qualité de l’éducation est mise en œuvre. Celle-ci réaffirme les droits de la jeunesse, le fer de lance de la nation, à l’éducation, de son rôle dans l’avenir démocratique du pays et dans le dialogue des cultures. Or, l’écart entre les orientations officielles et la praxis observée sur le terrain est énorme. Par son ancrage autoritaire et non figuratif22, il est possible de qualifier le discours pédagogique, dans notre contexte, de violent. Une véritable culture du vivre ensemble, du respect d’autrui, de son intégrité morale et physique peine à prendre place. La violence vécue à l’école serait ainsi le fait d’une pluralité de facteurs.

  • 23 La place accordée à l’enfant et à son éducation en particulier est manifeste de cette vision comm (...)

34Le premier est essentiellement culturel. Il s’agit du caractère extraverti de l’école camerounaise et en particulier de son incapacité à tirer dans les cultures endogènes ce qu’il y a de convergent avec la modernité. Cette position a souvent été décriée par de nombreux chercheurs en langues et cultures africaines (Calvet, 1996 ; Belibi, 1999) ; malheureusement elle ne trouve pas de solutions réelles. Il ne s’agit pas de développer une école autarcique ; une politique qui serait utopique au regard des enjeux de l’heure. Mais, de prendre en compte les valeurs traditionnelles, capables de faire émerger une approche efficace, e prenant en compte le double paradigme de l’enracinement culturel et de l’ouverture. A titre d’illustration, il est possible de développer un modèle relationnel efficace partant de la conception traditionnelle de l’éducation de l’enfant23. Le modèle pédagogique, mis en application de nos jours, est centré sur l’omniprésence, l’omnipotence et l’omniscience de l’enseignant. Il traduit une vision égocentrique de la relation pédagogique, laquelle n’a aucun lien avec la conception africaine de la relation interpersonnelle. Comme il l’a été noté précédemment, l’enseignant décide souverainement et même arbitrairement, il fixe de façon unilatérale les niveaux de compétences, sans toutefois prendre en compte les capacités individuelles des élèves. Le modèle pédagogique dominant est proche des approches behavioriste et associationniste, modèle essentiellement fondés sur le magistro-centrisme.

35La seconde raison, qui effleure notre esprit, est d’ordre professionnel et elle est liée à la formation enseignante. La complexité de la fonction enseignante requiert une formation pluridisciplinaire avec pour point d’honneur la formation à la dimension sociale et relationnelle. La dimension sociale ou relationnelle est une composante essentielle dans toute situation d’apprentissage. Il est indéniable qu’une expérience positive est évidemment plus motivante et stimulante qu’une expérience désagréable. Il est incontestable que les représentations que les apprenants ont de leurs enseignants déterminent en grande partie motivation et leur relation à ce dernier ; enfin que la nature du lien interpersonnel entre l’enseignant et l’apprenant détermine pour une grande partie la motivation de chacun. La formation aux relations interpersonnelles constitue par conséquent un enjeu fondamental. Or la formation des futurs enseignants, jusqu’ici, est essentiellement centrée sur l’épistémologie des disciplines qu’ils sont appelés à enseigner. Une lecture des programmes de formation des enseignants de français de l’Ecole normale supérieure de Yaoundé montre un faible intérêt pour la formation interpersonnelle des enseignants. Sur les cinq modules de formation auxquels sont soumis les élèves-professeurs, quatre portent sur la discipline de spécialité, c’est-à-dire la discipline que le futur enseignant dispensera. Un seul module est relatif aux sciences de l’éducation ; il s’agit essentiellement de l’histoire de l’éducation et de la psychologie et de la didactique générale. La logique de formation est celle d’une élite savante capable de faire sortir la jeunesse des tréfonds de l’ignorance.

  • 24 A partir de la notion de face, Erving Goffman (Op cit) construit un ensemble de ligne de conduite (...)
  • 25 Propos d’un enseignant de français de 35 ans.

36La troisième raison nous semble contextuelle. Elle est tributaire du cadre interactionnel dans lequel se déroulent les interactions. Les études sur les relations groupales montrent que l’interaction frontale entre divers individus est un risque au sens goffmanien du terme. Le désir de préservation de la face individuelle (face-want) est susceptible d’entrainer un ensemble de mécanismes interactionnels24. La peur de perdre la face peut ainsi se traduire par une attitude défensive. C’est notamment l’hypothèse qui peut être faite en ce qui concerne l’autoritarisme des enseignants. En effet, face au nombre impressionnant d’apprenants auxquels il doit faire face, l’enseignant peut se sentir menacé et incapable de maîtriser ses groupes. La menace, à laquelle nous faisons allusion ici, est double : elle provient d’une part du regard pesant que ces apprenants posent sur lui ; d’autre part elle dérive du nombre considérable des attentes de ces derniers. La position haute de l’enseignant est par conséquent une position dominante menacée. Autant il exerce une influence sur la classe, autant cette dernière constitue un poids pour lui. A défaut de ménager toutes ces susceptibilités, la solution de repli est souvent l’autoritarisme, la logique du cours magistral, du "cadenassement" de la classe. Les témoignages recueillis auprès des enseignants corroborent cette idée : « Nous n’avons pas de choix. Si tu ne fais pas comme ça il ne peuvent pas rester attentifs. »25. De telles orientation, bien que révélatrices d’une situation difficile, à laquelle les solutions efficaces ne sont définies, suscitent bien des interrogations sur la mission actuelle de l’école et surtout de son rôle dans l’attente des objectifs de formation tel quels définis par les politiques.

5. L’interaction pédagogique comme mode scolaire de socialisation

37Par socialisation, nous entendons un processus dans lequel l’individu intègre un ensemble de savoirs, savoir-faire, susceptibles de favoriser son intégration dans la société. La socialisation scolaire, quant à elle désigne, le mode de socialisation acquis au sein d’une institution scolaire par des professionnels. Elle est intimement liée aux savoirs, au respect des lois, à la transmission-acquisition des valeurs sociales, à la formation de l’idéal civique tel que défini par la philosophie de l’éducation. La socialisation scolaire est donc censée être le reflet, sinon le modèle reproductif de l’idéal humain à travers la promotion des valeurs dominantes. Il s’agit ici de faire acquérir, chez le jeune, des savoirs, mais aussi lui apprendre à vivre en groupe. Les résultats des analyses menées précédemment montrent que le modèle interactionnel, exposé à la jeunesse à travers le discours pédagogique de l’enseignant, est celui de l’imposition, de la domination, de la stigmatisation, de la remise en cause permanente de la capacité à être autonome. La jeunesse scolarisée est doublement victime de la violence : la violence entre groupe de pairs (bagarres, insultes, invectives, etc.), mais aussi la violence institutionnelle. L’omniprésence de la violence, quelle que soit ses formes ou ses manifestations, pose le problème du rapport entre le modèle interactionnel et l’idéal humain de référence. Une école autocratique peut-elle former une jeunesse démocratique ? Une école dont les méthodes enseignantes sont oppressantes et violentes psychologiquement et verbalement peut-elle contribuer à faire émerger de citoyens soucieux de l’intégrité physique et morale, respectueux de la liberté de pensée, de l’esprit d’initiative et du conflit négocié ? Il est probable qu’il existe un lien entre le modèle éducatif et le type d’Homme formé.

38Cette corrélation pose la question de la responsabilité de l‘école dans l’avenir démocratique du continent africain, dans la promotion des droits de l’Homme et des libertés individuelles. Si elle est déjà démocratisante en tant qu’ascenseur social comme le soutient Alexis-Bienvenu Belibi, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle a des efforts considérables à fournie sur la socialisation scolaire démocratique (Tozzi 1998). Par socialisation scolaire démocratique, nous entendons au sens de Michel Tozzi (Ibid ), un type de socialisation qui accorde une importance primordiale aux conduites démocratiques (centration sur l’apprenant, refus de toute approche univoque et unilatéral du discours, pluralité des sens, liberté de parole, discussion, négociation, coopération, etc.). Cela implique que la socialisation scolaire démocratisante doit être une composante essentielle dans le modèle interactionnel, en situation de classe. Il s’agit d’une double approche qui tient compte à la fois des valeurs sociales à promouvoir et des pratiques pédagogiques adaptées à une telle finalité. Nous soutenons la nécessité d’un lien entre modèle éducatif et les finalités de l’action éducative telle qu’elle est exprimée à travers la philosophie de l’éducation.

39Dans le contexte, il est indéniable que l’atteinte des objectifs de formations précédemment définis requiert une refonte des pratiques et de la conception de la relation éducative. Limitons-nous juste à deux aspects jugés importants : la conception de l’autorité et celle de la fonction enseignante. L’autorité éducative, à l’instar de l’autorité familiale ou parentale, constitue une autre forme de socialisation du jeune. Dans le contexte africain, la mission éducative est devenu l’apanage de l‘école. Jadis confiée à tous les membres de la communauté, les familles africaines délaissent aujourd’hui le privilège de l’éducation à l’institution scolaire (Nkankeu 2009). Une mutation sociale contribue à donner plus de responsabilités à l’enseignant. Nous pensons donc qu’une rupture avec la conception traditionnelle de l’autorité est indispensable. Au lieu de se baser sur les idées de hiérarchie, de domination, de pouvoir transcendantal, de soumission et d’obéissance aveugle, l’institution scolaire doit développer un modèle interactionnel coopératif fondé sur un pouvoir symbolique. Les rapports entre la politesse et le pouvoir (Capucho 2000) montrent bien que la négociation des identités en interaction participent d’une conception symbolique du pouvoir. L’idée d’un pouvoir symbolique repose sur le respect mutuel entre partenaires, sur une prise en compte de la susceptibilité de l’autre, de son intégrité morale et physique. La question qui se pose ici est de savoir si les enseignants sont prêts à s’ouvrir à cette autre perspective.

40Un changement de la conception de ce que représente "être enseignant aujourd’hui" est tout autant indispensable. Face à la "popularisation" des savoirs, grâce notamment aux technologies de l’information et de la communication, l’enseignant ne peut plus être considéré comme le détenteur du savoir. Plus qu’un maître, il devient davantage un partenaire, un aide, un guide pour l’apprenant. Les expériences relatives à l’autonomie de l’apprentissage montrent bien, en dépit de quelques limites, qu’il est possible d’envisager autrement le rapport pédagogique. Ceci passe indubitablement par une formation efficiente des enseignants centrée sur les défis éducatifs de l’heure actuelle. Nous pensons qu’il est possible de développer un modèle intégré de pratique pédagogique, c'est-à-dire que les pratiques interactionnelles de l’école doivent être l’expression des valeurs qu’elle cherche à promouvoir.

Conclusion

41L’avenir de la jeunesse dépend en majeure partie de son rapport à l’école et en particulier de son expérience avec l’institution scolaire. Le phénomène de violence que l’on rencontre en milieu scolaire tient de plusieurs facteurs. Nous avons exploré ici l'hypothèse d’une violence interne à l’institution scolaire : la violence éducative. Comme nous avons essayé de le montrer, il existe dans la pratique éducative, une violence potentielle laquelle peut devenir manifeste en fonction des situations de classe. La violence éducative, décrite ici, est essentiellement subjective : elle est tributaire de la personnalité des enseignants, de leur capacité à conduire leurs groupes et des comportements des apprenants en situation de classe et de leurs conditions de travail (nombre d’élèves en classe et leurs attentes).

Haut de page

Bibliographie

Belibi (Alexis-Bienvenu), Environnement scriptural et enseignement du français au Cameroun, Université Stendhal-Grenoble III, Thèse de doctorat, 1999.

Belibi (Alexis-Bienvenu), « Le double paradigme de l’enracinement et de l’ouverture comme fondement de la convergence : Essai d’analyse des perspectives théoriques et pratiques de la mise en œuvre d’une didactique intégrée des langues au Cameroun », Arena Romanistica 1, Université de Bergen, 2008, p. 8-29.

Bouacha (Abdelmadjiid Ali), Le discours universitaire : La rhétorique et ses pouvoirs, Bern, Peter Lang, 1984.

Brown (Penelope) et  Levinson (Stephen), Politeness: Somme universals in language usage, Cambridge University Press, 1987.

Calvet (Jean-Louis), « Vers une nouvelle en Afrique », Diagonales, n° 37, Paris, Hachette Edicef, 1996, p. 43-44.

Capucho (Maria Filomena), « Politesse et pouvoir » in Politesse et idéologie : Rencontres de pragmatique et de rhétorique conversationnelles, Wauthion [Dir], Louvain-la-Neuve,
2000, p. 207-218

Cicurel (Francine), « Éléments d’un rituel communicatif. », Variations et rituels en classe de langue, Dabène (Louise) [Dir], Paris, Crédif-Hatier, 1990, p. 23-54..

Cortier (Claude), « Le discours de l’enseignant au collège et la place de la parole des élèves : pour mieux comprendre les formes d’impolitesse, d’indiscipline voire de violences verbales », La Violence Verbale : des perspectives historiques aux expériences éducatives, Moïse (Claudine) et al. [Dir], Paris, Harmattan, 2008, p. 121-139.

Dassi (Etienne), « De la sémantique à la morphosyntaxe. De l’intégration des socioculturèmes bamilékés de politesse dans l’expression française contemporaine : cas du crane de Gilbert Doho », De la politesse linguistique au Cameroun, Farenkia Mulo (Eds), Bern, Peter Lang, 2008, p137-150.

Essindi Evina, (Jean), « Famille, école et éducation dans l’Afrique actuelle », Zéen, Revue du club de Philosophie de Nkwame Nkrumah, numéro 2/3, 1989, p. 75-129.

Farenkia Mulo, (Bernard), « Comprendre l’ethos communicatif camerounais », De la politesse linguistique au Cameroun, Farenkia Mulo (Eds), Bern, Peter Lang, 2008, pp. 11-29.

Feussi (Valentin), « Les pratiques de politesse au Cameroun : une dynamique relationnelle et contextuelle », De la politesse linguistique au Cameroun, Farenkia Mulo (Eds), Bern, Peter Lang, 2008, p. 31-46.

Goffman (Erving), La mise en scène de la vie quotidienne : Les relations en public, Paris, Editions de Minuit, 1973.

Goffman (Erving), Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974.

Goffman (Erving), Façons de parler, Paris, Minuit, 1992.

Kerbrat-Orecchioni (Catherine), Les interactions verbales, tome 1, Paris, Armand Colin, 1990.

Kerbrat-Orecchioni (Catherine), Les interactions verbales, tome 2, Paris, Armand Colin, 1992.

Kerbrat-Orecchioni (Catherine), Le discours en interaction, Paris, Armand Colin, 2005.

Lauga - Hamid, (Marie.-Claude.), « L’implication du sujet dans son apprentissage », Variations et rituels en classe de langue, Dabène (Louise) [Dir], Paris, Crédif Hatier, 1990, p. 56-71.

Mbala Owono (Rigobert), Éducation traditionnelle et développement endogène en Afrique centrale, Yaoundé, Ceper, 1990.

Moïse (Claude) et al., La violence Verbale : des perspectives historiques aux expériences éducatives, Paris, L'Harmattan, tome 2, 2008.

Nkankeu (Michel), Misères de l'éducation en Afrique : le cas du Cameroun aujourd’hui, Yaoundé, Harmattan, 2009.

Postic (Marcel), La relation éducative, Paris, Puf, 7ème édition, 1996.

Romain (Christina), « Faits prosodiques et faits discursifs dans la construction de la relation interpersonnelle enseignant - élève(s) au collège », Cahiers de linguistique française, 28. Unige, 2007, pp. 137-145.

Romain (Christina), "Description de la violence verbale en situation difficile d’enseignement", La Violence verbale : Des perspectives historiques aux expériences éducatives, Moïse (Claudine), Auger (Nathalie) et al [Dir], Paris, Harmattan, 2008, pp 97-120.

Tozzi (Michel), La "socialisation démocratique" à l’école : un concept pour une pratique ?", Vers une socialisation démocratique, Paturet (Jean Bernard) [Cord], Éditions Théétète, Nîmes, 1998.

Tsafack (Gilbert), Éthique et déontologie de l’éducation, Yaoundé, Presses universitaires d’Afrique, 1998.

Texte législatif

Loi no 98/004 du 4 Avril 1998 portant orientation de l’éducation au Cameroun.

Haut de page

Annexe

Le code de transcription est le suivant :

| Pause légère (2 à 3 secondes)

|| Longue pause (plus de 3 secondes)

Intensité vocale montante

Intensité vocale descendante

Intervention inaudible

[ ] Interruption d’un tour de parole :

E Élève

EE intervention de plusieurs élèves à la fois

P Enseignant

( ) Commentaires des actions des participants (Exemple : (Il lit la phrase) )

 : : : Énoncé continu

_ Parole inachevée (Exemple : Il viendra à _

Haut de page

Notes

1 Au Cameroun, la question de la violence à l’école est taboue. Bien qu’il soit évident que l’univers scolaire est essentiellement violent, l’on ne note pas un réel débat sur la question. Faces aux divers incidents constamment vécus, l’attitude des autorités consiste en un rappel à l’ordre ou en une prise des sanctions punitives envers les responsables. Un véritable débat de fond n’est pas engagé.

2 Plusieurs axes de réflexions ont été proposés : appréhender la réalité de la violence à l’école à travers des enquêtes de terrains, sécuriser les établissements à travers la présence des forces de maintien de l’ordre, former les enseignants à la tenue de la classe, reformer le système de sanction afin de promouvoir une culture du respect des normes scolaires et enfin encourager l’innovation par la mise sur pied du projet CLAIR (collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite).

3 Notamment la forme verbale, psychologique, physique et les formes de discriminations.

4 Les principaux chercheurs du groupe sont Nathalie Auger, Christina Schultz-Romain, Claudine Moïse et Béatrice Fracchiolla. L’approche adoptée par ce groupe est résolument linguistique et se fonde sur une démarche empirique.

5 Abdelmadjiid Ali Bouacha, Le discours universitaire : La rhétorique et ses pouvoirs, Bern, Lang, 1984, p. 60.

6 Ces données représentent une partie de celles exploitées pour notre thèse en cours.

7 L’hétérogénéité est liée ici à la mixité, à l’inégalité des compétences entre participants, à diversité des origines ethniques, à la pluralité des valeurs culturelles, à l’âge, à l’éducation et aux traits de personnalité.

8 Loi numéro 98/ 004 du 4 Avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun, article 34.

9 Ibid, article 35.

10 Ibid, article 36.

11 Ibid, article 38

12 Ibid, article 39

13 Gilbert Tsafack, Éthique et déontologie de l’éducation, Yaoundé, Presses universitaires d’Afrique, 1998, p. 48.

14 Nous faisons allusion aux dispositions du code pénal camerounais relatives aux formes de violences exercées sur les personnes.

15 En effet, les normes proxémiques attribuent un espace à chaque participant. L’enseignant en est le principal garant du respect de ces espaces : il attribue à chaque apprenant une place fixe durant toute l’année. La mobilité d’une place à une autre est conditionnée par l’accord préalable de l’enseignant. Il existe par ailleurs dans certaines classes, des espaces spécifiques réservés aux personnes étrangères. C’est le cas dans cette classe. Cette vision de la territorialité, à notre avis s’inspire de la conception traditionnelle africaine de la territorialité. L’organisation sociale est celle des catégories et des classes d’âge : chaque individu doit être en immersion dans sa classe d’âge. Chaque classe d’âge est tributaire d’un ensemble de droits, devoirs et contraintes. Cf. Rigobert Mbala Owono, Éducation traditionnelle et développement endogène en Afrique centrale, Yaoundé, Ceper,1990.

16 En réalité dans la séquence interro-informationnelle, le rapport est complexe. Le fait de solliciter ou de donner une réponse implique réciproquement un double positionnement. Voir les travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni.

17 Bernard Farenkia-Mulo, "Comprendre l’éthos communicatif camerounais", De la politesse linguistique au Cameroun, Farenkia Mulo ( Eds), Bern, Peter Lang, 2008, p. 15.

18 Les Bamiléké sont l’un des grands groupes ethniques du Cameroun. Ils sont originairement issus de la partie ouest du Cameroun dite des hauts plateaux. Il s’agit d’un groupe fondé sur une organisation sociale et politique centrée sur les chefferies traditionnelles. Pour plus d’informations sur ces peuples, bien vouloir consulter le site www.bamiléké.org .

19 Etienne Dassi, "De la sémantique à la morphosyntaxe. De l’intégration des socioculturèmes bamilékés de politesse dans l’expression française contemporaine : cas du crâne de Gilbert Doho", De la politesse linguistique au Cameroun, Farenkia Mulo (Eds), Bern, Peter Lang, p. 137-150.

20 Les Beti sont un grand groupe ethnique situé dans la région centre-sud et Est du Cameroun. Ils sont composés entre autres des Etong, les Ewondo, les Bene. Originellement, ils sont des descendants des bantu. Les informations sur ces peuples sont disponibles sur le site www.betibenanga.com .

21 Alexis-Bienvenu Belibi, « Le double paradigme de l’enracinement et de l’ouverture comme fondement de la convergence : Essai d’analyse des perspectives théoriques et pratiques de la mise en œuvre d’une didactique intégrée des langues au Cameroun », Arena Romanistica 1, Université de Bergen, 2008, p. 24-25.

22 La figuration est comprise ici au sens goffmanien du terme, c'est-à-dire, tout ce que le locuteur fait pour ne pas faire perdre la face à son interlocuteur, tous les procédés visant à ménager la susceptibilité de l’allocutaire.

23 La place accordée à l’enfant et à son éducation en particulier est manifeste de cette vision communautaire et égalitariste de la société : « En Afrique noire, l’avènement d’un enfant est un évènement qui intéresse toute la communauté villageoise, voire le clan, car tous les membres s’y sentent solidaires, surtout quand il s’ajoute des liens de sang à la communauté d’intérêts au sein du même clan. Et la famille, en Afrique noire, est une communauté qui englobe non seulement les parents immédiats, mais aussi les parents éloignés. Aussi l’une des tâches primordiales qui incombent à cette famille, s’agissant ’un nouveau membre, en l’occurrence l’enfant, est-elle de favoriser son insertion le plus rapidement possible au sein du groupe familial en entreprenant son éducation selon une répartition des tâches dont chacun s’acquitte avec le plus grand soin ». Jean Essindi Evina « Famille, école et éducation dans l’Afrique actuelle », in Zéen, Revue du club de Philosophie de Nkwame Nkrumah, numéro 2/3, 1989, p 75-129.1989,

24 A partir de la notion de face, Erving Goffman (Op cit) construit un ensemble de ligne de conduites observables dans l’interaction : « perdre la face », « sauver sa face », « donner la face » et « garder la face ». Perdre la face est synonyme de faire mauvaise ou piètre figure. C’est une ligne de conduite qui consiste à ternir son image ou à se la voir ternir par autrui. La perte de la face est vue comme une humiliation, une défaite symbolique. A contrario, garder la face consiste à donner à l’interlocuteur une image positive qu’il attend de vous. C’est préserver son image personnelle. Garder la face est un acte important dans l’interaction puisqu’il en constitue l’un des enjeux. L’expression sauver la face se rapporte à une attitude consistant à donner l’impression à autrui qu’on n’a pas perdu sa face. L’acte réparateur par exemple permet de sauver la face en cas de menace. En fin donner la face c’est faire en sorte

25 Propos d’un enseignant de français de 35 ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Distribution de l’interpellation violente et de l’interpellation douce
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/6813/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Graphique2 : Distribution des interruptions
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/6813/img-2.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Avodo, « De la violence à l’école à l’école de la violence. Essai d’analyse de la pratique pédagogique comme forme de violence », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°10 | Automne 2010, document 1, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/6813

Haut de page

Auteur

Joseph Avodo

Doctorant en sciences du langage l’institut des langues étrangères de l’université de Bergen (Norvège). Il prépare une thèse intitulée Environnement socio-éducatif et organisation stratégique du discours : Le cas de la politesse linguistique en milieu scolaire francophone au Cameroun. Il est l’auteur de quelques articles sur les interactions communicatives en milieu scolaires au Cameroun.Joseph.Avodo@if.uib.no ou yosephum@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org