Navigation – Plan du site
Dossier
6

La subjectivation de l’agir sexuel violent à l’adolescence : les apports d’un questionnaire d’investigation clinique dans la rencontre de l’adolescent

Sex offense subjectivation in the adolescence: contribution of a clinical investigation questionnaire for the meeting of teenagers"
La subjetivación de la conducta sexual violenta en la adolescencia: aportaciones de un cuestionario de investigación clínica en el encuentro con el adolescente
Pascal Roman et Magali Ravit

Résumés

Une recherche réalisée pour le compte de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), en France, s’est intéressée à la place des agirs sexuels violents dans le processus adolescent. Une des questions qui a particulièrement mobilisé l’équipe de recherche concerne les enjeux de la rencontre de l’adolescent mis en examen pour des infractions à caractère sexuel, tout particulièrement dans le cadre des mesures exercées au sein des services de la PJJ.
On peut faire le constat que la rencontre avec ces adolescents confronte à une double difficulté : pour le professionnel, celle de pouvoir aborder les faits de nature sexuelle reprochés à l’adolescent, et pour l’adolescent, celle de la reconnaissance de l’implication dans les faits qui lui sont reprochés, alors même que celle-ci est objectivement avérée d’une part, et celle de l’expression des affects et émotions liés à ces agirs d’autre part.
Dans ce contexte, l’appui sur un questionnaire clinique, inspiré et adapté du QICPASS (Ciavaldini, 1999), s’avère tout à fait précieux. Le QICAAICS (Roman, 2008, 2010) autorise, dans une forme d’emboîtement, le soutien des subjectivités de l’adolescent et du professionnel. Ce soutien du processus de subjectivation de l’adolescent passe, en effet, par le soutien de la subjectivité du professionnel engagé dans l’accompagnement de l’adolescent dans ce travail d’évocation de l’intime ouvert par la scène sexuelle transgressive.
Le présent article présente la spécificité des enjeux de la rencontre des adolescents engagés dans des agirs sexuels violents, ainsi que l’intérêt du recours à un questionnaire adapté aux adolescents (questionnaire joint en annexe).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette recherche a été menée entre 2005 et 2008, dans le cadre du CRPPC (Centre de recherches et ps (...)
  • 2  Un ouvrage à paraître à l’automne 2011 aux éditions Elsevier-Masson (Paris) propose une vue d’ense (...)

1Cette contribution s’inscrit dans le fil d’une recherche consacrée à la clinique et à la prise en charge des adolescents auteurs de violence sexuelle, financée par la PJJ (Protection judiciaire de la jeunesse) en France1-2.

  • 3  Ces deux aspects, de recherche et de pratique, se sont trouvés particulièrement intriqués dans la (...)

2La rencontre avec les adolescents engagés dans des agirs sexuels violents confronte à une double difficulté : celle de la reconnaissance de l’implication dans les faits qui leur sont reprochés, alors même que celle-ci est objectivement avérée d’une part, et celle de l’expression des affects et émotions liés à ces agirs d’autre part. Dans ce contexte, la question des modalités de la rencontre avec ces adolescents, ainsi que celle des outils à la disposition des professionnels, a mobilisé la réflexion de l’équipe de recherche, tout à la fois dans la perspective de la démarche de recherche (construction d’un outil au service du recueil des données) et dans celle de la démarche praticienne3.

3L’enjeu peut être schématiquement identifié à partir de deux exigences qui sous-tendent la rencontre avec les adolescents engagés dans des agirs sexuels violents :

  • la première, que l’on peut situer sur un versant clinique et/ou criminologique, consiste à soutenir, avec l’adolescent, un travail du sens de l’acte,

  • la seconde, que l’on peut situer sur un plan social et/ou politique, consiste à contribuer à prévenir la réitération des actes transgressifs.

1. Agir sexuel violent et subjectivation

4Un certain nombre de travaux (Cahn, 1998, Ciavaldini, 1998, 2000, Chagnon, 2005, Lemitre , Coutanceau, 2006, Roman, 2004) mettent l’accent, d’une manière ou d’une autre, sur ce que l’on peut identifier comme un accès problématique des adolescents à la subjectivité et, de là, un accès problématique à la subjectivation des agirs dans lesquels ils se trouvent engagés.

5Cette difficulté peut être repérée à partir de trois types de constat clinique dans la rencontre avec les adolescents, dont une première illustration est proposée à partir de la rencontre clinique des adolescents :

  • le défaut de la reconnaissance de l’autre, comme sujet singulier ; les propos de Michel, adolescent rencontré à 17 ans, suite à des faits de viol commis à 13 ans à l’égard d’une autre adolescente, sont éloquents à cet égard : « je me rappelle plus de rien, je me rappelle plus du nom, je me rappelle plus de sa tête… je sais qu’un viol c’est pas bien et je referai plus jamais ça de ma vie… c’est quand j’étais gamin, et pour moi c’était pas un viol, mais bon tant pis »,

  • la fragilité dans l’évaluation et la composition des affects, comme auteur et au regard de la victime ; Alexandre, 15 ans au moment des faits de viols en réunion sur deux jeunes filles, déclare, lorsqu’il est sollicité à faire part de son engagement dans l’agir sexuel violent : « c’était des copines qui de temps nous charriaient, à l’époque je croyais que ça leur faisait du bien, elles se rendaient peut-être pas bien compte aussi… »,

  • la distorsion dans l’évaluation du consentement de la victime ; Kévin lorsqu’il parle des viols qui lui sont reprochés (contrainte à fellation) indique «  il y a pas eu de violence, je l’ai pas forcé, alors pourquoi on dit que c’est un viol ? »

6Ces différentes figures d’empêchement, dans l’accès aux affects et à une représentation de l’acte, rendent compte d’un défaut dans le travail de symbolisation (dans le processus de mise en sens) de ce qui agit l’adolescent. Si l’on peut considérer que l’agir violent à l’adolescence s’inscrit dans une forme de retournement passif/actif (Jeammet, 2002) permettant à l’adolescent de se déprendre d’un vécu de passivation lié à l’émergence pulsionnelle de la puberté, on peut relever qu’une part de cet agir échappe au contrôle de l’adolescent (tant au plan de l’engagement moteur dans l’acte que du travail de pensée qui l’accompagne).

7Ces empêchements à symboliser l’agir violent et les sources pulsionnelles qui le sous-tendent ne sont certes pas spécifiques de la clinique des adolescents auteurs d’infractions à caractère sexuel, mais ils se trouvent sans doute exacerbés dans le temps de l’adolescence dans la mesure de l’incertitude narcissique et identificatoire qui en caractérise les remaniements psychiques.

2. Le questionnaire, soutien du processus de subjectivation

8La rencontre des cliniciens avec les auteurs adultes auteurs d’agressions sexuelles témoigne également de la difficulté d’accès à la subjectivation de leurs actes de ces sujets. C’est dans cette perspective que, dans le cadre d’une recherche nationale menée en France auprès des auteurs adultes d’agressions sexuelles, Claude Balier, André Ciavaldini et Martine Girard-Khayat (1996) ont mis l’accent sur l’intérêt que peut représenter l’utilisation d’un outil de médiation, le questionnaire, dans une approche clinique des sujets engagés dans les agirs sexuels violents. Ces auteurs proposent de prendre appui sur un questionnaire d’investigation clinique, le QICPAAS (Questionnaire d’investigation clinique de personnalité des auteurs d’agressions sexuelles). André Ciavaldini (1999) insiste sur sa fonction d’ « aménageur thérapeutique », au-delà de sa dimension d’outil de recueil de données cliniques.

9C’est cette perspective qui a été poursuivie dans la recherche consacrée aux adolescents, avec la proposition d’un aménagement du QICPAAS, destiné initialement aux adultes, pour les adolescents. Cette forme à destination des adolescents a été baptisée le QICAAICS : Questionnaire d’investigation clinique pour les adolescents auteurs d’infractions à caractère sexuel (Roman, ed., 2008 ; Roman, 2010).

10Le choix d’une telle démarche s’est imposé à plus d’un titre, dans le contexte d’une recherche clinique consacrée à la place des agirs sexuels violents dans la dynamique du processus adolescent. Il repose en particulier sur les constats et les préoccupations des professionnels (éducateurs, assistants de service social et psychologues) dans leur rencontre avec les adolescents engagés dans des agirs sexuels violents. Trois axes principaux se dégagent de ces constats :

  • les adolescents engagés dans des agirs sexuels violents se présentent dans une forme de retrait dans la relation, qui tend à confronter les professionnels à une forme d’impuissance et à limiter la démarche d’investigation qui appartient à leur mission,

  • l’accès à une parole sur l’acte transgressif se présente comme problématique dans la mesure où les professionnels reconnaissent une difficulté, de leur part, à aborder avec les adolescents les faits de nature sexuelle qui leur sont reprochés, alors qu’ils ne rencontrent pas la même difficulté lorsqu’il s’agit de faits de violence non sexuelle, ou d’autres transgressions,

  • les adolescents engagés dans des agirs sexuels violents mobilisent chez les professionnels des motifs contre-transférentiels spécifiques, liés à la rencontre de l’intime du sexuel et de la sexualité et à l’ambiguïté auxquels convoque l’agir sexuel violent à l’adolescence (agir que l’on peut situer entre sexualité infantile et sexualité génitale et qui vient convoquer les propres fantasmes sexuelles des professionnels).

11A partir de là, l’hypothèse qui sous-tend le choix et la confirmation de l’intérêt d’un outil comme le questionnaire (comme « aménageur » de la relation, objet de médiation) peut être formulée de la manière suivante : le questionnaire autorise, dans une forme d’emboîtement, le soutien des subjectivités, celle de l’adolescent mais aussi celle du professionnel. Le soutien de la subjectivité de l’adolescent prend appui, en effet, sur le soutien de la subjectivité du professionnel engagé dans l’accompagnement de l’adolescent dans ce travail d’évocation de l’intime ouvert par la scène sexuelle transgressive. En d’autres termes, l’attention et la préoccupation pour le processus de subjectivation de l’adolescent ne peut faire l’économie d’une attention et d’une préoccupation pour le processus de subjectivation du professionnel : c’est en effet en appui sur la capacité de ce dernier d’accueillir les mouvements psychiques de l’adolescent, y compris dans leur inhibition, leur pauvreté et/ou leur débordement, que le processus de subjectivation de l’adolescent sera en mesure de se déployer

12Ainsi, peut-on soutenir l’hypothèse que le questionnaire, dans sa fonction de médiation, autorise d’une part un dégagement du professionnel à l’égard des enjeux de séduction traumatique auquel confronte l’agir sexuel violent de l’adolescent, et d’autre part une écoute au sein de laquelle peut advenir la dimension du sujet. Au-delà, se trouve potentiellement mobilisé un travail de symbolisation de l’acte au sein du processus adolescent.

3. Fonction et qualité d’un questionnaire

  • 4  On peut lire à ce sujet le chapitre 22 de l’ouvrage d’André Ciavaldini, Psychopathologie des agres (...)

13André Ciavaldini (1999), dans sa présentation du QICPAAS et la discussion de son utilisation en milieu carcéral4, met l’accent sur la fonction structurante du questionnaire dans la rencontre avec les auteurs adultes d’agression sexuelle : cette fonction structurante est identifiée aussi bien au plan temporel, le questionnaire venant scander la rencontre avec le sujet, qu’au plan de la matière du discours, qui se trouve tout à la fois contenu et retenu par le questionnaire.

14Cette fonction structurante peut être identifiée à partir de quelques-uns des caractéristiques principales du questionnaire :

    • 5  En l’occurrence, on peut rappeler que c’est une équipe mixte, composée de chercheurs universitaire (...)

    le questionnaire, ici le QICAAICS, se présente dans une forme et un contenu qui ne dépend pas du professionnel qui le propose à l’adolescent, puisqu’il a été élaboré par une équipe « d’experts »5. Cette dimension de suffisante extériorité dégage a minima le professionnel des engagements transférentiels, nécessairement attachés au choix des questions et/ou des domaines investigués ;

    • 6  Cf. infra la description des différents chapitres du questionnaire.
    • 7  Les professionnels de la PJJ ont insisté sur le sentiment qu’ils peuvent avoir de s’auto-censurer (...)

    le recours à un questionnaire, conçu comme guide pour l’entretien qui prévoit un certain nombre de passages obligés dans la rencontre, garantit une attention systématique et exhaustive à l’égard des domaines investigués ; en filigrane, cette attention aux différents investissements de l’adolescent6 actualise l’expression d’une préoccupation du professionnel à l’égard de l’adolescent7 ;

  • le questionnaire, envisagé comme un outil standardisé dans la rencontre avec l’adolescent, se présente dans une forme et un contenu qui se soutiennent de la communauté (on pourrait dire aussi du groupe, groupe des professionnels et des universitaires) pour aborder l’agir transgressif de l’adolescent et la résonance de celui-ci au plan intrapsychique et intersubjectif ; en quelque sorte, le questionnaire actualise ici la fonction du tiers.

15Ainsi, le questionnaire permet-il de figurer au sein de la relation clinique avec l’adolescent l’articulation des positions maternelle (celle de l’accueil bienveillant) et paternelle (celle de la limite structurante), autorisant l’établissement d’un jeu entre ces deux positions.

16Comment, à partir de là, penser la place occupée par le questionnaire dans la rencontre clinique avec l’adolescent ?

  • 8  Sans doute faut-il préciser ici qu’il ne s’agit pas de valoriser à tout prix la dimension de l’inv (...)

17Comme cela a été rappelé, en appui sur les propositions d’André Ciavaldini (1999), la pratique du questionnaire d’investigation clinique, qu’il s’adresse à l’adolescent ou à l’adulte, s’inscrit résolument comme celle d’une médiation dans la relation clinique. Cette pratique vise à favoriser l’expression de l’adolescent à l’égard des différents registres de ses investissements et de soutenir une parole qui, on l’a dit, s’avère à défaut d’un tel outil, très souvent marquée par une extrême pauvreté, tant au plan factuel qu’au plan affectif. Le questionnaire va donc se trouver au service de l’investigation8 et de l’élaboration autour de l’acte et l’alternance de questions fermées et ouvertes favorise ce double mouvement : énoncé et recueil d’éléments permettant de situer l’adolescent dans ses investissements, et invitation à une pensée sur l’acte suffisamment conflictualisée, qui ne se résout pas à la production de réponses binaires, en « oui » ou « non », en tout ou rien.

18Au plan de la posture du professionnel à l’égard de l’adolescent, il convient de souligner que celui-ci se place dans le projet du soutien de la subjectivité de l’adolescent. En d’autres termes, le professionnel, dans son offre du questionnaire, prête son appareil psychique pour accueillir, penser et conserver une trace de / dans la rencontre avec l’adolescent ; cette posture peut être métaphoriquement signifiée par le fait que le professionnel prête sa plume à l’adolescent pour le remplissage du questionnaire (c’est en effet le clinicien qui reporte sur le questionnaire les réponses et/ou récits de l’adolescent, témoignant ainsi de la qualité de son engagement à son égard).

4. Présentation du QICAAICS

19Le QICAAICS, comme le QICPAAS, se compose d’un certain nombre de chapitres, successivement abordés avec l’adolescent, dans un ordre qui relève d’un choix de progression dans la sollicitation de l’adolescent. Dans le QICAAICS, ces chapitres sont au nombre de 12 ; ils suivent dans les grandes lignes la structure du QICPAAS, avec quelques inflexions qui découlent d’aménagements liés au contexte de l’adolescence. Il convient de préciser ici, dans ses grandes lignes, le rationnel de ces aménagements, tant au plan de la structure que du contenu des interrogations proposées à l’adolescent :

  • en premier lieu, tenant compte du contexte institutionnel particulier dans lequel l’adolescent poursuivi pénalement est rencontré, l’accent est mis, dès les premières questions, sur l’environnement au sein duquel l’adolescent est rencontré : environnement institutionnel, scolaire, familial… Cette première partie du questionnaire, intitulée « Présentations » permet de faire connaissance avec l’adolescent, d’instaurer une relation de confiance suffisante pour aborder, dans un second temps, des aspects plus intimes liés à l’agir sexuel violent pour lequel l’adolescent est mis en cause ;

  • en second lieu, la partie consacrée à l’investigation de la vie sexuelle du sujet a été délibérément séparée des différents niveaux d’investigation autour des faits reprochés à l’adolescent ; soutenant l’hypothèse que l’agir sexuel violent à l’adolescence est à comprendre au regard du déploiement du processus adolescent, il est apparu pertinent d’envisager l’investissement de la sexualité comme l’un des aspects du développement de la personnalité. Par ailleurs, l’accent a été mis, dans le chapitre qui s’y trouve consacré (« Vie affective et sexuelle »), sur l’importance de soutenir l’évocation de la sexualité, dans ses dimensions de découverte et d’expérience (le corps propre de l’adolescent, la rencontre du corps de l’autre), afin de favoriser une expression quant au vécu subjectif de la sexualité ;

  • en troisième lieu, le chapitre portant sur l’investigation de la personnalité n’a pas été retenu en tant que tel dans la version finale, considérant la difficulté pour les adolescents de s’engager dans une démarche réflexive sur des thématiques touchant aux représentations des mouvements de leur vie psychique ;

  • en quatrième lieu, si le dernier chapitre, consacré à l’évaluation par le clinicien des enjeux de sa rencontre avec l’adolescent, est valorisé en tant qu’il colore la démarche résolument clinique dans laquelle s’inscrit cette pratique (il permet de soutenir un investissement réflexif du professionnel et l’évocation des mouvements transférentiels), il est précédé, dans le QICAAICS, d’une phase de terminaison de l’entretien, qui offre à l’adolescent un espace ouvert à une expression non contrainte par les items du questionnaire ;

  • enfin, en dernier lieu, une bonne part des questions proposées a fait l’objet d’une reformulation et/ou d’une adaptation afin que le questionnaire puisse être tout à la fois adéquat et accepté par les adolescents ;

20Sur le plan méthodologique, le travail d’adaptation du QICPAAS s’est déroulé en plusieurs étapes :

  • l’équipe de recherche, composée d’universitaires et de professionnels de la PJJ (éducateurs, psychologues) a consacré plusieurs séances de travail à une réécriture du questionnaire, dans la perspective de l’élaboration de deux outils distincts, l’un proposé par le psychologue chargé de recherche (intervenant extérieur et ponctuel auprès de l’adolescent) et l’autre par le professionnel éducatif en charge de l’adolescent ; ce choix de deux outils distincts répondait à l’hypothèse selon laquelle les aspects les plus intimes liés à la sexualité et/ou à la personnalité de l’adolescent ne pourraient faire l’objet d’une investigation par les professionnels les plus proches de ce dernier, qui plus est dans la mesure où leur position d’éducateur ne les auraient pas suffisamment autorisés à l’abord de l’intime de l’adolescent ;

  • le questionnaire, dans sa version bicéphale, a été proposé à la population de recherche (20 adolescents, de 13 à 19 ans) respectivement par les psychologues chargés de recherche et par les professionnels éducatifs de la PJJ ; dans ce dispositif (dispositif de recherche-action, rappelons-le), l’un des intérêts portait sur l’évaluation des écarts dans les prises de position de l’adolescent selon son interlocuteur (recoupement d’une partie des questions entre les deux questionnaires);

  • l’analyse des questionnaires recueillis, mais également des enjeux liés à la pratique relationnelle soutenue par cet outil, a ouvert sur une réévaluation du dispositif ; la pertinence du recours au questionnaire dans la rencontre avec l’adolescent, particulièrement soulignée par les professionnels de la PJJ, conduit à considérer l’importance que celui-ci puisse contenir l’ensemble des champs d’investigation proposé initialement dans le QICPAAS. Une nouvelle version du questionnaire, version actuelle du QICAAICS est élaborée… et utilisée depuis lors par un certain nombre de professionnels, éducateurs, assistants de service social et psychologues.

  • 9  Voir le questionnaire joint en annexe

21Les chapitres du QICAAICS se déroulent de la manière suivante9 :

  1. Présentations

  2. Rencontre avec la justice

  3. Les faits reprochés

  4. Description de l’acte

  5. Perception de l’acte par l’adolescent

  6. Investigation familiale

  7. Relations amicales

  8. Vie affective et sexuelle

  9. Vie relationnelle

  10. Investigation somatique

  11. Terminaison de l’entretien

  12. Évaluation du professionnel

22La traversée successive de ces différents chapitres engage une relation qui s’inscrit dans une temporalité qui ne peut être fixée à l’avance. Rappelons que le recours au questionnaire a valeur de prétexte à la relation, et qu’à ce titre, la durée de sa présentation dépendra pour une large part de la manière dont chacun, professionnel et adolescent, se saisira de cette occasion de rencontre. Il est tout à fait envisageable, en fonction de la singularité de l’investissement du questionnaire (débordement émotionnel, ouverture à une richesse d’expression ou inhibition massive…), que celui-ci puisse être proposé sur plusieurs temps de rencontre. On peut aussi imaginer que le QIAAICS soit proposé en forme de re-test à quelques mois ou années d’intervalle, en totalité ou en partie à un même adolescent, afin de mesurer l’évolution de ses positions subjectives, ou qu’il fonctionne comme trame implicite pour une systématisation de la démarche de rencontre de l’adolescent...

5. Clinique du QICAAICS

23Ce sont sans doute les parties consacrées à la sollicitation autour de l’agir sexuel violent qui se présentent tout à la fois comme les parties les plus sensibles du questionnaire en ce qu’elles touchent à l’intimité de l’adolescent (intimité réprouvée au regard de la loi et exposée) et les plus pertinentes dans le souci du soutien du processus de subjectivation. Nous nous attacherons particulièrement à l’investigation touchant à la reconnaissance de l’acte reproché et à la description de celui-ci.

La reconnaissance de l’acte

24Voici de quelle manière la question de la reconnaissance de l’acte est proposée :

252-4 Reconnaissez-vous avoir commis l’acte (ou les actes) pour lequel vous êtes mis en examen ?

OUI, totalement

L’adolescent reconnaît le délit ; il est conscient que cette problématique est associée à un ensemble de facteurs (intérieurs et extérieurs)

OUI partiellement, niveau 1

L’adolescent reconnaît le délit, mais il en fait porter la responsabilité uniquement sur des facteurs extérieurs (alcool…) Ou encore, l’adolescent soutient que la problématique est entièrement résorbée et ne réapparaîtra pas.

OUI partiellement niveau 2

L’adolescent reconnaît avoir eu des contacts avec la victime, mais n’en reconnaît pas le caractère délictueux (par exemple il perçoit la victime comme consentante).

NON

L’adolescent se perçoit comme non responsable des faits qui lui sont reprochés.

26On le voit, au travers de ses différentes sollicitations, l’adolescent est successivement invité à prendre position :

  • au plan de son engagement dans l’agir

  • au plan de l’exploration de ses vécus affectifs

  • au plan de sa capacité à s’identifier à la victime

27On peut considérer, hormis les cas où un adolescent serait indûment mis en cause pour une infraction à caractère sexuel, que le mode d’inscription du sujet dans la reconnaissance de l’acte constitue un témoin de la subjectivation de l’agir sexuel violent. La proposition du questionnaire à une vingtaine d’adolescents, dans le cadre de notre recherche, a permis de tracer une ligne de partage entre deux sous-groupes d’adolescents :

  • pour les adolescents engagés seuls dans des actes à l’encontre de victimes pré-pubères, garçons ou filles, la reconnaissance est totale, sur fond d’une importante inhibition au plan de l’engagement des affects ;

  • pour les adolescents engagés en groupe dans des actes à l’encontre de jeunes filles elles aussi adolescentes, la reconnaissance est partielle, marquée par une forme d’incompréhension quant à leur participation subjective ; il apparaît que c’est davantage à la précarité des ancrages subjectifs que l’on peut imputer ce constat qu’à la mise en œuvre d’une stratégie de dé-responsabilisation dans la confrontation à l’instance judiciaire (être en groupe permet de se décharger de sa responsabilité sur l’autre)

La description de l’acte

28L’invitation, adressée à l’adolescent, d’une description des faits qui lui sont reprochés, dans une formulation adaptée à son mode habituel d’expression, se présente de la manière suivante :

  • 4 - Description de l’acte

  • 4-1 A votre avis, qu’est-ce qui vous a conduit à commettre cet acte ?

  • 4-2 Comment pourriez-vous décrire avec vos mots les faits qui vous sont reprochés ?

  • 4-3 Avez-vous éprouvé quelque chose de particulier avant l’acte ?

  • 4-4 Pendant l’acte, pouvez-vous dire ce que vous avez éprouvé ?

  • 4-5 Après l’acte comment vous sentiez-vous ?

  • 4-6 A votre avis, comment la victime a-t-elle vécu l’acte ?

29On notera que l’invitation à décrire les faits est précédée et suivie d’interrogations qui ouvrent d’une part sur une contextualisation de l’agir sexuel violent et d’autre part sur une préoccupation sur les éprouvés de l’adolescent… et de la victime.

30L’invitation à ce récit de l’acte s’inscrit dans un double projet : celui de l’identification de ce qui se trouve en panne dans la subjectivation de l’acte, et dans le même temps celui du soutien d’un processus au service de la subjectivation de l’acte (la sollicitation à l’inscrire dans une chronologie – avant, après – participe de ce mouvement). Cette invitation se révèle donc biface, prise dans une forme d’indécidable entre démarche d’évaluation et démarche thérapeutique : on comprend que paradoxalement la rencontre du questionnaire transforme, par le soutien du processus de subjectivation, la qualité du discours produit par l’adolescent sur lequel porte l’évaluation de sa participation subjective.

31A l’égard de la description de l’acte également, la distinction entre les deux sous-groupes d’adolescents s’avère significative :

    • 10  Il faut entendre : « de la pénétrer »…

    pour les adolescents ayant commis seuls des agressions ou des viols sur des victimes pré-pubères (faits globalement reconnus), les récits portent la marque de l’inhibition mais permettent de situer assez clairement les positions respectives de l’auteur et de la victime, y compris dans la référence à l’expression d’un refus de la part de celle-ci (Alexandre, 19 ans : « J’ai appelé la fille, je l’ai déshabillée et après j’ai essayé de faire10mais elle était trop petite. Après j’ai demandé pour sucer elle voulait pas après j’ai arrêté ».

  • pour les adolescents ayant commis en groupe des agressions ou des viols sur des pairs, les récits sont plus longs mais plus aussi flous, parfois désorganisés, particulièrement au plan des séquences temporelles. Le non-consentement des victimes est régulièrement remis en cause ; ces récits sont marqués par une reconnaissance partielle des faits et une dilution des responsabilités, comme en témoignent les confusions repérées dans l’énoncé des faits quant à la place des différentes personnes présentes (Amélie, 18 ans : « Il devait être huit heures du soir une meuf de mon quartier est venue sonner chez moi…elle m’a ramené (la victime). J’lui ai donné un coup de pied, j’lai baffé, Céline elle a appelé sa cousine, mon ex est arrivé, Céline elle a commencé à la frapper […] après à sept heures mon frère l’a raccompagnée chez elle… Céline lui a coupé les cheveux, Nadia lui a fait un carnage, mon ex il l’a tondue. Après elle, mon ex, mon cousin et mon petit frère, ils ont joué à la console »).

6. Pour conclure

32Le QICAAIS, adaptation en direction des adolescents du QICPAAS (Ciavaldini et al., 1997) s’avère un outil tout à fait précieux dans le travail clinique avec les adolescents engagés dans des agirs sexuels violents. Outre le fait qu’il permet une exploration et une évaluation de la personnalité de l’adolescent, de son environnement et des agirs dans lesquels il se trouve engagé, il représente un point d’appui possible pour l’élaboration d’un projet de prise en charge.

33L’occasion d’un partage d’affects avec l’adolescent, ouverte par le dispositif du questionnaire, en lien avec les différents champs d’investigation qui lui sont proposés et face auxquels l’adolescent est invité à prendre position de sujet, soutient le travail de subjectivation dont l’agir sexuel violent trahit en quelque sorte la panne. Du point de vue des professionnels, l’attention et la préoccupation pour l’adolescent qui sous-tendent l’utilisation de cet outil contribuent à un changement de regard sur les adolescents en autorisant la rencontre d’un sujet singulier, suffisamment dégagée de l’imaginaire du monstre ou du pervers.

34A partir de là, au-delà des éléments de compréhension qui se trouvent ouverts par la médiation du questionnaire pour appréhender la dynamique du fonctionnement psychique de l’adolescent, se dessine la qualité des ressources (potentialités réflexives) mobilisables dans un projet d’accompagnement psycho-socio-éducatif de l’adolescent.

35L’évaluation positive du questionnaire QICAAICS, de la part des professionnels d’une part, au travers de leur témoignage sur l’intérêt et l’aide que représente cet outil dans la pratique auprès des adolescents engagés dans des agirs sexuels violents, et de la part des adolescents d’autre part, qui, au travers de l’absence de refus, témoigne du caractère acceptable du questionnaire dans la relation clinique, constitue enfin un encouragement pour en promouvoir l’utilisation.

Haut de page

Bibliographie

Chagnon (Jean-Yves), « Hyperactifs ou hypopassifs ? Hyperactivité infantile, agressions sexuelles à l’adolescence et nouveau malaise dans la civilisation », Paris, Psychiatrie de l’Enfant, 1, 2005, p. 31-88

Balier (Claude), Ciavaldini (André), Girard-Khayat (Martine), Rapport de recherche sur les agresseurs sexuels, Direction Générale de la Santé (France), 1996, 269 p.

Cahn (Raymond), L’adolescent dans la psychanalyse. L’aventure de la subjectivation, Paris, P.U.F, 1998, 217 p.  

Ciavaldini (André), « Caractéristiques de l’enfance et de l’adolescence du délinquant sexuel », Adolescence, 16, 1998, 1, p. 127-135

Ciavaldini (André), Psychopathologie des agresseurs sexuels, Paris, Masson, 1999, 251 p.

Ciavaldini (André), Balier (Claude) Ed., Agressions sexuelles : pathologies, suivis thérapeutiques et cadre juridique, Parsis, Masson, 2000, 250 p.

Jeammet (Philippe), « La violence : une réponse à une menace sur l’identité », dans Halfon (Olivier) & Coll. (Ed.), Sens et non-sens de la violence, Paris, P.U.F, 2002, p. 179-212

Lemitre (Samuel), Coutanceau (Roland), « Trouble des conduites sexuelles à l’adolescence. Clinique, théorie et dispositif psychothérapique », Paris, Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence, 54, 2006, p. 183-188

Roman (Pascal), « Pouvoir et pour-voir du clinicien dans le champ judiciaire », Cahiers de Psychologie Clinique, 10, 1998, p. 47-63

Roman (Pascal), « La violence sexuelle et le processus adolescent. Dynamique des aménagements psychiques des auteurs aux victimes de violence sexuelle. L’apport des méthodes projectives », Psychologie clinique et projective, 10, 2004, Paris, p. 113-146.

Roman (Pascal) Ed., La violence sexuelle et le processus adolescent. Clinique des adolescents engagés dans des agirs sexuels violents, Rapport de recherche pour le compte du CNFE-PJJ, Centre de recherches en psychopathologie et psychologie clinique (CRPPC), Université Lumière, Lyon 2, 2008, 138 p. + annexes

Roman (Pascal), « Une approche psychanalytique de la notion de dangerosité. Violence et subjectivation : le risque de la rencontre », Paris, Évolution Psychiatrique, vol. 75, 2010, 1, p. 139-15

Haut de page

Notes

1  Cette recherche a été menée entre 2005 et 2008, dans le cadre du CRPPC (Centre de recherches et psychopathologie et psychologie clinique), Institut de Psychologie, Université Lumière-Lyon 2 (France) pour le compte du Ministère de la justice, Protection judiciaire de la jeunesse (France) ; rapport de recherche : » La violence sexuelle et le processus adolescent. Clinique des adolescents engagés dans des agirs sexuels violents » (2008).

2  Un ouvrage à paraître à l’automne 2011 aux éditions Elsevier-Masson (Paris) propose une vue d’ensemble, d’un point de vue clinique et psychopathologique, de la problématique des agirs sexuels violents à l’adolescence : Pascal Roman, Les violences sexuelles à l’adolescence. Comprendre, accueillir, prévenir, Paris, Elsevier-Masson (à paraître, octobre 2011)

3  Ces deux aspects, de recherche et de pratique, se sont trouvés particulièrement intriqués dans la mesure où le choix du dispositif de recherche s’est orienté en direction d’une recherche de type recherche-action, au sein de laquelle les professionnels engagés dans le processus de recherche occupent simultanément une position de praticien et une position de chercheur (élaboration de la méthodologie de recueil et de traitement des données).

4  On peut lire à ce sujet le chapitre 22 de l’ouvrage d’André Ciavaldini, Psychopathologie des agresseurs sexuels, Paris, Masson, 1999, qui porte sur les enjeux d’une « pragmatique de la mentalisation » dans la rencontre et le traitement des auteurs d’agressions sexuelles.

5  En l’occurrence, on peut rappeler que c’est une équipe mixte, composée de chercheurs universitaires et de professionnels de la PJJ, qui a procédé aux aménagements du QICPAAS permettant un transfert de cet outil en direction des adolescents.

6  Cf. infra la description des différents chapitres du questionnaire.

7  Les professionnels de la PJJ ont insisté sur le sentiment qu’ils peuvent avoir de s’auto-censurer dans l’investigation auprès de l’adolescent, comme si la rencontre de l’agir sexuel transgressif mobilisait l’irruption de résistances qui prennent la forme d’un interdit de parole (sur l’acte sans doute, mais au-delà sur les différentes sphères d’investissement de l’adolescent, la sphère familiale par exemple).

8  Sans doute faut-il préciser ici qu’il ne s’agit pas de valoriser à tout prix la dimension de l’investigation ou celle du dévoilement de l’entier de la vie psychique de l’adolescent : l’investigation n’a de sens que dans la mesure où elle s’inscrit dans un dispositif -et, partant, d’une disposition psychique, d’une posture clinique- au service d’un travail de liaison (dans un dégagement suffisant des enjeux liés à l’investissement des pulsions partielles, ici sur le versant du voir, cf. P. Roman, 1998)

9  Voir le questionnaire joint en annexe

10  Il faut entendre : « de la pénétrer »…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Roman et Magali Ravit, « La subjectivation de l’agir sexuel violent à l’adolescence : les apports d’un questionnaire d’investigation clinique dans la rencontre de l’adolescent », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°10 | Automne 2010, document 6, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/6867

Haut de page

Auteurs

Pascal Roman

Pascal Roman, est professeur de psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse à l’Université de Lausanne en Suisse depuis 2008, après une carrière universitaire en France (Université R. Descartes - Paris 5 puis Université Lumière, Lyon 2). Psychologue clinicien et psychothérapeute de formation, il a travaillé pendant de longues années dans le secteur médico-social et judiciaire, particulièrement auprès d’adolescents. Il a eu une activité d’expertise judiciaire en France et assuré la supervision d’équipes dans des institutions accueillant des adolescents. Ses recherches sont centrées sur la problématique de la violence et des enjeux psychopathologiques qui la traverse d’une part, et sur les dispositifs d’évaluation de la personnalité d’autre part (méthodes projectives). Psychologue, Psychothérapeute, Professeur de Psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse, Laboratoire LARPsyDIS, Institut de Psychologie, Faculté des Sciences Sociales et Politiques, Université de Lausanne, Bâtiment Anthropole, CH-1015- Lausanne (Suisse), Tél : +41 21 692 32 71 - pascal.roman@unil.ch & Centre de recherches en psychopathologie et psychologie clinique (CRPPC), Institut de Psychologie, Université Lumière-Lyon 2 (France).

Magali Ravit

Magali Ravit, est psychologue clinicienne, maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie au Centre de recherches en psychopathologie et psychologie clinique (CRPPC) et à l’Université Lumière, Institut de Psychologie, Université Lumière-Lyon 2 (France). Elle a longtemps travaillé comme psychologue clinicienne en milieu carcéral et a une pratique d’expertise judiciaire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org