Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Paul Willis, L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers

Traduit de l’anglais par Bernard Hoepffner. Préface, postface et entretien avec l’auteur par Sylvain Laurens et Julian Mischi, Marseille, Agone, 2010, 438 pages
Jean-Jacques Yvorel
Référence(s) :

Paul Willis, L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers. Traduit de l’anglais par Bernard Hoepffner. Préface, postface et entretien avec l’auteur par Sylvain Laurens et Julian Mischi. Marseille, Agone, 2010, 438 p, 25 €

Texte intégral

  • 1 Paul Willis, « L’école des ouvriers », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, novembr (...)

1Les éditions Agone inaugurent leur nouvelle collection, « l’ordre des choses », par une traduction du « classique » de Paul Willis, Learning to labour. How working class kids get working class jobs. Cet ouvrage n’était connu du lecteur francophone qu’au travers d’un article publié peu de temps après la sortie du livre en Grande-Bretagne en 1977 dans la revue de Pierre Bourdieu1.

  • 2 Auteur de The uses of Literacy ; cet ouvrage a été traduit en français : Richard Hoggart, La cultur (...)
  • 3 Le lecteur francophone peut lire Stuart Hall, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studie (...)
  • 4 Sur la culture de masse et l’industrie culturelle, on lira avec intérêt les extraits de La dialecti (...)
  • 5 Edward Thompson The Making of the English Working Class, London, Victor Gollancz, 1963 ; La Formati (...)
  • 6 Edward Thompson, La Formation…, p 13.
  • 7 Robert Mandrou, De la culture populaire en France aux xviie et xviiie siècles. La bibliothèque bleu (...)
  • 8 Parmi les ouvrages qui reprennent le paradigme de Mandrou citons Geneviève Bollème, La bibliothèque (...)
  • 9 Mikhaïl Bakhtine, L'Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen âge et sous la Rena (...)

2L’ouvrage de Paul Willis est l’un des textes importants des cultural studies. Ce courant de pensée est né dans les années soixante à l’université de Birmingham autour de Richard Hoggart2. Ce dernier fonde en 1964 le Centre for Contemporary Cultural Studies dont Stuart Hall3 assurera la direction dans les années 1970. L’objectif des Cultural studies est de saisir les styles de vie des classes populaires, d’analyser leurs rapports à l’école, à la littérature, au cinéma en un mot à la culture qu’elle soit savante/légitime ou de masse4. Certes, la réflexion sur ce thème n’est pas entièrement nouvelle et l’on trouve, par exemple, de semblables préoccupations chez Walter Benjamin ou chez Antonio Gramsci, mais la réflexion des chercheurs du Centre for Contemporary Cultural Studies est beaucoup moins spéculative et s’appuie sur des travaux empiriques très solides qui mobilisent toutes les techniques d’enquête et notamment, dans le cas de Willis, l’observation ethnographique de longue durée. Remarquons que les Cultural Studies n’ont pas bousculé que la sociologie de la culture mais aussi l’histoire. Un an avant la publication de The uses of Literacy, le grand livre d’Edward Thompson, The Making of the English Working Class5 s’attache à construire une histoire par le bas (history from below) de la classe ouvrière anglaise. Il montre dans son ouvrage que l’émergence de la conscience de classe est un processus historique où des expériences communes « se traduisent en termes culturels et s’incarnent dans des traditions, un système de valeurs, des idées et des formes institutionnelles6 ». En France, elles contribuent à remettre en cause la partition culture savante / culture populaire telle qu’elle avait pu être pensée par Robert Mandrou7 et ses « élèves8 » ou même, dans une moindre mesure, par Mikhaïl Bakhtine9.

3Pour autant, les trente-cinq années qui séparent la date de publication du livre en anglais de la présente traduction ne doit pas nous inciter à lire L’école des ouvriers uniquement pour son intérêt documentaire au regard de l’histoire des sciences sociales. L’ouvrage a gardé toute sa force subversive et son aptitude à nourrir nos réflexions contemporaines.

4L’ouvrage princeps de Willis comprend deux grandes parties. La première, titrée « Ethnographie », comporte trois chapitres. La seconde, « Analyse », bien que plus courte (118 pages contre 189), est divisée en cinq chapitres.

  • 10 Nom choisi par le groupe de douze jeunes « anti-école » que Willis a suivi pour s’auto désigner.
  • 11 Paul Willis utilise cette locution comme intertitre dans le chapitre premier
  • 12 On reprochera parfois à Paul Willis d’avoir rapporté avec complaisance les propos sexistes et racis (...)
  • 13 On peut traduire Wogs par métèques ou bougnoules, bref le terme est très péjoratif.

5Dans le premier chapitre (Élément d’une culture) l’auteur fait une description fine du comportement des gars (lads)10 au sein de l’institution scolaire. Il a plus particulièrement suivi un « groupe informel11 », d’aucun dirait une bande, d’une douzaine de jeunes en dernière année de collège. Toutes les formes de la contestation de l’école et des enseignants sont disséquées, mais Paul Willis suit aussi le groupe à l’extérieur et ne fait pas l’impasse sur leurs propos et leurs pratiques sexistes et racistes12. Parmi les manifestations de ce que Paul Willis appelle la culture anti-école (Counter-school culture) on trouve, outre une insubordination généralisée à l’égard des enseignants et un absentéisme scolaire bien organisé, des actes déviants ou délinquants comme la recherche assez fréquente de l’ébriété, les violences à l’égard des « fayots », les bagarres avec les « pakis » et les « Wogs13 », les vols (dont le cambriolage de l’école), les actes de vandalisme et même un incendie volontaire. L’énumération de ces « faits scolaires » qui tiennent parfois du « faits-divers », nous oblige à reconsidérer les discours sur un âge d’or de l’école où l’autorité des maîtres n’était pas contestée, à relativiser les thèses « déclinistes » ou les propos, assez peu fondés, sur les effets délétères du mouvement de mai 1968 : nous sommes au début des années 1970 dans un pays qui n’a guère été touché par la contestation soixante-huitarde.

  • 14 Sous partie intitulée « Émergence de l’opposition. »

6Le chapitre deux (Classe et forme institutionnelle de culture) et le chapitre trois (Force de travail, culture, classe et institution), sans oublier la sociogenèse du groupe des « gars »14, s’attachent à analyser les liens entre la culture anti-école et la culture ouvrière. C’est un point essentiel de l’enquête. La confrontation à ce que Paul Willis appelle le paradigme pédagogique, c’est-à-dire les mécanismes de l’élimination et de la relégation scolaire, ne sont pas éprouvés en tant que violence sociale, mais comme un choix, une défense de son autonomie. Cette subjectivation est possible parce que le rejet de la » théorie » et du travail intellectuel, la contestation de la hiérarchie et la haine des « fayots », le goût de la rigolade et de la « mise en boite », l’affichage d’une virilité caricaturale qui constituent la culture anti-école sont aussi des éléments d’une culture d’atelier qui, en l’occurrence, se trouve être la culture des pères de nos jeunes Britanniques. Aussi, la résistance de ce groupe de jeunes anglais blancs des classes populaires face à la culture scolaire légitime est paradoxalement un facteur de reproduction sociale, la meilleure propédeutique à l’entrée dans une carrière de monteur de pneus, de poseur de moquette ou de manœuvre dans la métallurgie.

7La seconde partie entend tirer les conclusions théoriques de l’enquête de terrain. Cette division entre pratique et théorie ou si on préfère entre empirique et conceptuel n’est pas a priori des plus pertinente et a posteriori, elle n’est pas véritablement tenue par l’auteur. En effet, dans ces cinq chapitres, Paul Willis ne cesse de citer les données de son enquête. En fait, il s’agit surtout dans cette partie de discuter les travaux de son époque et la démarche de l’auteur n’est pas toujours facile à suivre quand on ignore tous des débats sur l’école, la culture populaire et la classe ouvrière qui animent la vie intellectuelle britannique dans les années soixante-dix.

8Les éditions Agone ont complété l’excellente traduction de Bernard Hoepffner par un ensemble de textes réflexifs sur l’ouvrage réunit sous l’intitulé « Retour sur une enquête (1977-2011) ». Cette partie commence par un texte de 1977 où les protagonistes de L’école des ouvriers réagissent à la lecture du livre. Il est suivi par un entretien de Paul Willis avec les directeurs de la collection Sylvain Laurens et Julian Mischi. Ces deux sociologues signent par ailleurs, outre la préface, une postface, troisième texte de ce Retour sur une enquête : « Saisir la reproduction sociale “par en bas”. Notes autour d’un classique et de son actualité ».

  • 15 Mathias Millet, Daniel Thin, Ruptures scolaires.L'école à l'épreuve de la question sociale, Paris, (...)
  • 16 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire, Étude de sociologie de la déviance des (...)

9Comme le soulignent les deux auteurs de la postface, la force du livre de Paul Willis réside notamment dans sa capacité à articuler différentes scènes sociales (école, travail, famille). Pour analyser les oppositions contemporaines à l’ordre scolaire, cette approche reste totalement pertinente, même si lesdites scènes sociales ont connu des transformations. La démarche de Paul Willis continue d’inspirer des travaux sur l’école et/ou la sociabilité des jeunes des classes populaires comme ceux de Mathias Millet et Daniel Thin15 ou ceux de Gérard Mauger16 dont nous avons rendu compte dans cette revue. Preuve, s’il en était besoin de l’actualité du livre de Paul Willis.

Haut de page

Notes

1 Paul Willis, « L’école des ouvriers », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 24, novembre 1978, p 50-61.

2 Auteur de The uses of Literacy ; cet ouvrage a été traduit en français : Richard Hoggart, La culture du pauvre, étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, traduction de Françoise et Jean-Claude Garcias et de Jean-Claude Passeron, présentation de Jean-Claude Passeron, Paris, Éditions de minuit, 1970, 420 p.

3 Le lecteur francophone peut lire Stuart Hall, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, édition établie par Maxime Cervulle, trad. de Christophe Jaquet, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, 334 p. Stuart Hall est aussi, comme la plupart des tenants des Cultural Studies une figure de proue de la New Left britannique.

4 Sur la culture de masse et l’industrie culturelle, on lira avec intérêt les extraits de La dialectique de la raison de Theodore Adorno, Max Horkheimer que les éditions Allia viennent de republier sous le titre de Kulcuindustrie : Theodore Adorno, Max Horkheimer, Kulturindustrie, traduit de l’allemand par Éliane Kaufholz, Paris, Allia, 2011, 104 p.

5 Edward Thompson The Making of the English Working Class, London, Victor Gollancz, 1963 ; La Formation de la classe ouvrière anglaise, trad. Gilles Dauvé, Mireille Golaszewski, Marie-Noëlle Thibault, Paris, Hautes Études, Gallimard, Seuil, 1988, 791 p.

6 Edward Thompson, La Formation…, p 13.

7 Robert Mandrou, De la culture populaire en France aux xviie et xviiie siècles. La bibliothèque bleue de Troyes, Paris, Stock, 1964

8 Parmi les ouvrages qui reprennent le paradigme de Mandrou citons Geneviève Bollème, La bibliothèque bleue : littérature populaire en France du xviie au xixe siècle, Paris, Julliard, 1971, 279 p. ; Marc Soriano, Les « Contes » de Perrault. Culture savante et tradition populaires, Paris, Gallimard, 1968, 528 p. ; Jean-Jacques Darmon, Le Colportage de librairie en France sous le Second Empire : grands colporteurs et culture populaire, Paris, Plon, 1972, 316 p.

9 Mikhaïl Bakhtine, L'Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen âge et sous la Renaissance, Traduit du russe par André Robel, Paris, Gallimard, 1970, 475 p.

10 Nom choisi par le groupe de douze jeunes « anti-école » que Willis a suivi pour s’auto désigner.

11 Paul Willis utilise cette locution comme intertitre dans le chapitre premier

12 On reprochera parfois à Paul Willis d’avoir rapporté avec complaisance les propos sexistes et racistes des « gars » sans les dénoncer explicitement, prisonnier qu’il était de la seule question sociale ; cf Angela McRobbie, « Setting Accounts with Substrucres : A feminist critique », 1981, http://www.gold.ac.uk/media/settling-accounts.pdf . Joan Scott formulera une critique du même ordre à propos du livre de Thompson: On Language, Gender, and Working Class History, International Labor and Working Class History 31 (Spring 1987), p 1-13.

13 On peut traduire Wogs par métèques ou bougnoules, bref le terme est très péjoratif.

14 Sous partie intitulée « Émergence de l’opposition. »

15 Mathias Millet, Daniel Thin, Ruptures scolaires.L'école à l'épreuve de la question sociale, Paris, PUF, 2005, 318 p. CR dans Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 1, printemps 2006

16 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire, Étude de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006, 253 p. CR dans Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 6, automne 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « Paul Willis, L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°11 | Printemps 2011, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 27 août 2014. URL : http://sejed.revues.org/7230

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org