Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Joëlle Nouhet-Roseman, Les mangas pour jeunes filles, figures du sexuel à l’adolescence

Éditions Eres, 2011, 290 pages
Fabrice Audebrand
Référence(s) :

Joëlle Nouhet-Roseman, Les mangas pour jeunes filles, figures du sexuel à l’adolescence, Éditions Eres, 2011, 290 pages, 23 €.

Texte intégral

  • 1  Hiroki Azuma, “Génération Otaku : les enfants de la postmodernité”, Sociétés et jeunesses en diffi (...)

1Société et jeunesse en difficulté s’est déjà intéressée, il y a quelques années, à ce genre littéraire, apparemment pour un public jeune, que constitue le manga. À travers une analyse de l’œuvre de Hiroki Azuma1, il apparaissait que les adolescents trouvaient, dans ces bandes dessinées d’origine japonaise, les schémas narratifs et les éléments mythologiques propres à étayer leur imaginaire. Dans une vision postmoderne de la société, où la fin des grands récits s’est accompagnée d’une perte de repères, le manga, par son processus particulier d’écriture et de représentation, est un pourvoyeur de valeurs, de références, de sens pour des adolescents devenus cyniques.

2Le livre, que consacre Joelle Nouhet-Roseman aux mangas pour jeunes filles, va dans le même sens. L’auteure nous soumet en effet l’idée que le succès éditorial de ces bandes dessinées est lié à leur capacité à répondre à un besoin profond de leurs lecteurs. Pour ce faire, elle expose à notre curiosité un genre littéraire à part, le shôjo, manga à destination des jeunes filles et souvent écrit par des femmes. Contrairement aux œuvres plus viriles ou plus poétiques qui ont déferlé en France depuis le début des années 90, ces shôjo mettent en narration les relations entre individus, les sentiments, la vie sexuelle et affective, la quête de soi. Pour Joelle Nouhet-Roseman, ces fictions deviennent des espaces privilégiés de projection, de questionnement de son identité, pour les adolescentes japonaises mais aussi pour les jeunes françaises.

3Psychologue clinicienne et psychanalyste, Joelle Nouhet-Roseman nous livre ici une analyse intéressante, qui laisse, approche clinique oblige, la parole aux lecteurs. S’ouvrant à elle, ils, ou plutôt elles, expliquent, parfois avec pudeur, parfois avec plus d’exaltation, ce qu’abordent ces mangas, comment ils accompagnent leur adolescence et leur vie de jeunes adultes. Cette plongée dans les relations qu’entretient le lecteur avec ces œuvres ne se fait pas tout de go. Comprendre comment un livre rentre en résonance avec les questionnements de son destinataire demande un minimum d’histoire et de sociologie des médias.

4Les rappels historiques que fait l’auteure ne sont alors pas inutiles. Des dessins animés du club Dorothée aux scandales artistiques du tournant du siècle, ces objets futiles ont pourtant rapidement trouvé leur public. Des communautés de fans ont rapidement fait leur apparition, faisant du manga un phénomène éditoriale. En quelques mots pertinents, Joelle Nouhet-Roseman analyse les raisons d’un tel succès. L’acculturation par le passage sur le « petit écran », comme le fait que ces objets médiatiques participent d’une culture jeune, expliquent dans un première temps ce succès. Ainsi, les thèmes abordés trouvent facilement dans le public adolescent une cible pertinente, tout en maintenant, par son étrangeté, une frontière difficile à franchir pour l’adulte. Comme l’évoque le dessinateur et photographe Romain Slocombe, « ce sont l’ouverture d’esprit des mangas sur les perversités et bizarreries du sexe, ainsi que son approche juvénile et quasi-innocente de tout ce que réprime sévèrement la morale judéo-chrétienne, qui expliquent le phénoménal succès auprès des jeunes en Europe. » Mais, il est évoqué d’autres causes à ce succès : d’une part l’exotisme, somme toute relatif, de cette littérature. Cet appel au voyage, que constitue la découverte d’une société lointaine, et donc par nature idéalisée, offre aux lecteurs une évasion propre à relativiser les affres du quotidien, mais aussi une frontière symbolique qui met à l’abri et permet l’intimité, une frontière derrière laquelle se cacher et faciliter la construction de sa psyché. Cette frontière symbolique a du coup un autre intérêt, celui d’abriter une communauté de pairs, partageant les mêmes passions et un langage commun. Là, parmi les fans de Cosplay, un espace protecteur s’ouvre ou les adolescents peuvent expérimenter émotions et rapports au corps.

  • 2   Dont l’ouvrage emblématique Imaginaire érotique au Japon, éd. Albin Michel, 2006.

5Si le deuxième chapitre, consacré à l’histoire du manga, n’apporte que peu d’éléments à la compréhension de ce produit culturel, sinon rappeler son ancienneté et l’évolution des thématiques, le chapitre suivant s’intéresse aux spécificités formelles du manga, spécificités qui ont participé à son succès éditorial. Joelle Nouhet-Roseman insiste sur la place de l’image dans la narration et sur la façon dont la dimension graphique de cette narration participe à faciliter la projection des adolescents vers les héros et héroïnes. Langue idéographique, le japonais s’appuie tout à la fois sur un imaginaire fécond et sur un pouvoir d’évocation qui prend assise au sein d’une vaste imagerie et préfère à l’ellipse occidentale la sur-représentation. Les traits caricaturés et déformés du visage disent la complexité des émotions, la sueur et les larmes en trahissent les excès. De longs paragraphes sont consacrés aux yeux, « qui fécondent ou qui tuent », et à une certaine phobie du regard. Dans la psychologie nipponne comme dans sa mythologie, par leur ambivalence, les yeux sont au Japon plus qu’ailleurs les miroirs de l’âme. Cette omniprésence de l’image dans la narration est telle que le bruit aussi devient graphique. L’onomatopée fait ainsi partie intégrante du dispositif narratif et démonstratif du manga, bien au-delà d’une simple bande-son : le son est important et le son se voit. L’auteure, reprenant les travaux remarquables d’Agnès Giard2, rappelle ainsi toute la richesse d’expression et la gamme de nuances des sonorités à connotations sexuelles. Loin d’être régressif, au Japon, l’onomatopée permet de dire l’indicible.

6Après la forme, Joelle Nouhet-Roseman s’intéresse au fond des œuvres et va étudier quelques figures classiques du manga, et parmi elles, celles qui font parfois scandale. Le japonais a ainsi, on le sait, à travers quelques séries emblématiques, un humour très particulier, qui va du ridicule à une certaine truculence. Une autre figure classique est celle de l’érotique et du pornographique. Tous les genres et tous les styles sont possibles du viol extraterrestre (le body horror) au kowai, où l’infantile côtoie le torride. Le travestissement et l’androgynie, l’homosexualité, qu’elle soit masculine et gage de sensibilité, ou féminine, l’amour par delà la mort, l’entrée dans la vie adulte, la quête de soi, les tensions de la vie en groupe, autant de sujets classiques de cette littérature bien évidement initiatique. Au travers quelques exemples (dont un manga qui s’appelle ni plus ni moins qu’ » initiation », mais aussi les plus connus que sont « princess Saphir », diffusé en France dans les années 70, ou « Lady Oscar », deux œuvres ayant pour thème l’ambiguïté sexuelle et les amours impossibles, mais aussi… « Hello Kitty », bien plus contemporain), Joelle Nouhet-Roseman nous montre comment ces dimensions parfois étranges et dérangeantes ne peuvent être étudiées qu’au regard de la culture japonaise. Mais, à coté des éléments les plus fantastiques, voire les plus fantasmatiques de cette littérature, le manga shôjo traite tout simplement de la découverte du sentiment amoureux, du poids de l’histoire familiale, et de la difficulté d’être soi.

7Pour autant, l’implantation en occident, et surtout en France, des mangas n’est pas le fait du hasard. La thèse de l’auteure est que les schémas narratifs, les constructions stylistiques et les ressorts dramatiques, pourtant proprement nippons, répondent à des besoins de constructions psychiques des adolescents que nous rencontrons près de chez nous.

8Les shôjo sont ainsi des mangas « crées par des femmes et lus par des jeunes filles et des femmes [...] les mangas shôjo traitent essentiellement de la vie affective et/ou sexuelle des personnages et constituent ainsi un support et un espace de projection privilégiés pour des adolescentes. Ce que la plupart des shôjo ont en commun, c’est la mise en scène de personnages dont les choix de vie ne sont pas toujours ceux que la société attend d’eux. »

9Ce qui se joue pour l’essentiel dans ces œuvres littéraires, c’est le processus d’identification aux personnages, et c’est par l’œil de la clinicienne, que l’essayiste rend compte de la complexité de ce phénomène, clairement recherché par les auteurs, souvent des femmes, de ces mangas shôjo. Ainsi, Joelle Nouhet-Roseman évoque la forte présence de personnages masculins efféminés, ou au contraire de filles à l’identité sexuelle ambiguë, pour leur plus grand potentiel identificatoire : le caractère yaoi (trouble, ambiguë) des personnages invite à une plus grande richesse de caractères tout en permettant à toute les lectrices une identification facile aux protagonistes de l’histoire. Et comme l’évoque Marina, une des lectrices interrogées par la clinicienne, « je ne lis pas des mangas pour me détendre, mais pour trouver des choses qui font écho à ma sensibilité […] Cela formule des choses que je n’avais pas forcement formulés dans mes émotions. » Camille, Rachel, Aline, autant de témoignages qui donnent crédit à la thèse de Joelle Nouhet-Roseman et montrent les mécanismes de projection, d’identification, de confrontation aux fantasmes, que mettent en œuvre de plus ou moins jeunes lectrices face à l’imaginaire luxuriant, parfois débordant, toujours étonnant, des mangas contemporains. L’auteure insiste sur plusieurs schémas classiques, du transfert vis-à-vis des garçons efféminés, « l’attirance de l’autre [permettant] l’accès à une identité sexuelle définitive », au fantasme permettant de dire l’indicible, comme « la pénétration intrusive et les angoisses qu’elles suscitent. [Des] mollusques hermaphrodites curieux et baveux comme des pénis s’introduisent […] créant l’intérêt et la surprise de petites filles. » Elle évoque aussi une image dévalorisée du garçon adolescent, timide et guère plus à l’aise que les filles face aux sentiments qui le submergent, au code de la séduction, au passage dans le monde des adultes, figure reconnaissable dans de multiples œuvres de science-fiction où « les rares hommes sont représentés comme apeurés et impuissants. »

10Le shôjo est donc lu par les adolescentes françaises tout à la fois pour les enjeux psychiques propres à la construction adolescente, mais aussi pour des enjeux sociaux tout aussi vitaux. Confrontées, seules face à leurs bandes dessinées, à des affects mis en mots, les lectrices ont aussi l’occasion, en partageant leur passion, de partager leurs questions. La lecture du manga devient alors le moyen de faire face, seule et en groupe aux angoisses du passage à l’âge adulte. L’incipit de la conclusion de Joelle Nouhet-Roseman synthétise parfaitement cette rencontre entre un produit éditorial, le livre, pourtant réputé cause perdue au regard de la place qu’occupent les écrans dans la culture adolescente, et un public qui loin de chercher une évasion, trouve ici les moyens de mettre en mots les énergies psychiques qui le travaillent : « les amateurs de mangas contredisent le préjugé commun selon lequel les jeunes ne lisent plus ; ils lisent une littérature créée pour eux, en traits et en caractères japonais, qui expriment leur monde fantasmatique… » Mais en psychologue-clinicienne, Joelle Nouhet-Roseman voit des questions derrière des questions et se propose, dans un travail prochain, de continuer son exploration du manga en interrogeant plus profondément le sexuel infantile, le ce-qui-se-rejoue-constamment, et que le manga illustre par ses détours narratifs et sa mise en scène du visuel.

Haut de page

Notes

1  Hiroki Azuma, “Génération Otaku : les enfants de la postmodernité”, Sociétés et jeunesses en difficultés n° 5, printemps 2008, http://sejed.revues.org/index2683.html

2   Dont l’ouvrage emblématique Imaginaire érotique au Japon, éd. Albin Michel, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Audebrand, « Joëlle Nouhet-Roseman, Les mangas pour jeunes filles, figures du sexuel à l’adolescence », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°11 | Printemps 2011, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/7245

Haut de page

Auteur

Fabrice Audebrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org