Navigation – Plan du site
Dossier

Exploration de l’évolution des adolescentes victimes d’agression sexuelle participant à des interventions de groupe selon leurs caractéristiques sociofamiliales, leur fonctionnement adaptatif, l’agression subie, son dévoilement et la durée de l’intervention

Exploration of the evolution of the adolescent girls who have been sexually abused participating in group interventions regarding social and familial characteristics, their adaptive functioning, the aggression suffered, its disclosure and the duration of the intervention
Exploración de la evolución de las adolescentes agredidos sexualmente participante a intervenciones de grupo según características sociofamiliares, del funcionamiento adaptativo, de la agresión sexual, de su revelación y de la duración de la intervención
Geneviève Paquette, Marc Tourigny, Jacques Joly et Isabelle Daigneault

Résumés

Les interventions de groupe représentent une modalité d'intervention très fréquemment utilisée auprès des adolescentes agressées sexuellement. Les études sur l’efficacité de ces interventions montrent des effets statistiques globaux positifs pour les participantes. Par contre, du point de vue des changements cliniques individuels, l’efficacité de ces interventions est variable. Le but de l'étude est donc de vérifier si certaines caractéristiques sociofamiliales, du fonctionnement adaptatif de la victime, de l'agression sexuelle, du dévoilement et de l'intervention offerte sont associées à l'évolution des adolescentes sur les effets des interventions de groupe auxquelles elles participent. L'échantillon est composé de 79 adolescentes victimes d'agression sexuelle ayant participé à une intervention de groupe. Des analyses de régression hiérarchique ont été conduites. Les résultats montrent que l'évolution des adolescentes est associée à plusieurs des caractéristiques étudiées, et ce, pour 10 des 12 effets étudiés. Ces résultats mettent en relief l'importance des procédures d'évaluation pré-intervention et d'une planification d'intervention particulière pour les adolescentes susceptibles d'évoluer moins favorablement. Ils suggèrent que des ajustements sont nécessaires pour que les interventions de groupe tiennent compte des différences entre les profils cliniques présentés par les participantes au sein des groupes d'intervention.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

 La problématique de l'agression sexuelle chez les adolescentes agressées sexuellement

Définition et prévalence des agressions sexuelles envers les adolescentes

  • 1  Association des centres jeunesse du Québec, Guide d’intervention lors d’allégations d’agression se (...)
  • 2  Marc Tourigny, Isabelle Boisvert et Béatrice Jacq, « Efficacité d’une intervention de groupe de co (...)

1Dans le contexte québécois de la protection de l’enfance, l’agression sexuelle se définit comme « un geste posé par une personne donnant ou recherchant une stimulation sexuelle non appropriée quant à l’âge et au niveau de développement de l’enfant ou de l’adolescent-e, portant ainsi atteinte à son intégrité corporelle ou psychique, alors que l’agresseur a un lien de consanguinité avec la victime ou qu’il est en position de responsabilité, d’autorité ou de domination avec elle1 ». Au Québec, dans plus de 40 % des signalements fondés pour agression sexuelle, les victimes sont des adolescentes2.

Les conséquences des agressions sexuelles chez les adolescentes qui en sont victimes

  • 3  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, « Treatment effects for common outcome of child sexual a (...)
  • 4  Penelope Trickett, Dawn Kurtz et Jennie Noll, « The consequences of child sexual abuse for female (...)
  • 5  Kimberly Tyler, « Social and emotional outcomes of childhood sexual abuse: A review of recent rese (...)
  • 6  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.

2À la suite des agressions sexuelles subies, une grande proportion de jeunes victimes présente des difficultés d'intensité clinique3. Les conséquences associées aux agressions sexuelles subies par les adolescentes incluent, entre autres, les symptômes traumatiques, les fugues, les problèmes de comportement intériorisés et extériorisés, l’abus de substances, la dissociation et le faible rendement scolaire4,5. Les conséquences de l'agression sexuelle qui sont les plus communes sont les symptômes post-traumatiques ainsi que les troubles intériorisés et extériorisés6.

Un modèle théorique pour expliquer les conséquences des agressions sexuelles chez les jeunes victimes

  • 7  Steve Spaccarelli, « Stress, appraisal, and coping in child sexual abuse: A theoretical and empiri (...)
  • 8  Isabelle Daigneault, Martine Hébert et Marc Tourigny, « Attributions and coping in sexually abused (...)
  • 9  Marie-Claude Monette, Marc Tourigny et Isabelle Daigneault, « Facteurs associés aux problèmes de c (...)

3Le modèle théorique développé par Spaccarelli7 tente d’expliquer la grande variabilité des portraits cliniques observés dans la population des jeunes victimes d'agression sexuelle. Ce modèle met l’accent sur le rôle prépondérant des distorsions cognitives et des stratégies adaptatives dans les processus menant ou non à la psychopathologie. L’agression sexuelle est ici conceptualisée comme un facteur de risque dans le développement de troubles de santé mentale. Le modèle prévoit tout d’abord que le risque de présenter des symptômes chez la jeune victime augmente selon le niveau de stress total généré par l'agression qu’elle a subie, en considérant trois catégories d’événements stressants : ceux reliés à l’agression elle-même (ex. : nature de l’agression, lien avec l'auteur des gestes abusifs), les autres événements adverses (ex. : négligence parentale, agression sexuelle d'un autre membre de la famille) et ceux associés au dévoilement (ex. : réactions de l'entourage, soutien reçu). En second lieu, les effets de la victimisation sexuelle et des événements de vie qui y sont associés varient selon les médiateurs suivants : la formation de cognitions négatives (ex. : sentiment d'être différente des autres, perte de confiance) et l’utilisation de stratégies adaptatives problématiques ou non (ex. : recherche de soutien social, évitement). Les différentes combinaisons possibles entre ces médiateurs seraient à l’origine de la variété des portraits cliniques observés. Par exemple, le fait de se blâmer et d’utiliser des stratégies adaptatives passives augmenterait le risque de dépression tandis que le fait de se percevoir comme responsable de ces événements négatifs tout en recherchant du soutien social pourrait être associé à moins de symptômes. Des ressources de soutien (par ex. : celui offert par le parent non-auteur de l’agression sexuelle, les services formels reçus en lien avec l'agression) pourraient agir favorablement sur les distorsions cognitives et les stratégies d'adaptation. Ce modèle tend à être confirmé par des études empiriques menées auprès d’adolescentes agressées sexuellement8,9.

Les conséquences au-delà de l'adolescence

  • 10  David Fergusson, Joseph Boden et John Horwood, « Exposure to childhood sexual and physical abuse a (...)
  • 11  Marc Tourigny, Isabelle Boisvert et Béatrice Jacq, op cit.
  • 12  Kinly Sturkie, « Group treatment of child sexual abuse victims: A review », in The sexual abuse of (...)

4Les conséquences des agressions sexuelles sont susceptibles de s'étendre au-delà de la période de l'adolescence, voire de s'aggraver au début de l'âge adulte. En effet, les jeunes victimes présentent un risque plus élevé que les non-victimes d'avoir des troubles graves de santé mentale une fois parvenues à l’âge adulte10. Dans l'optique de réduire les conséquences immédiates des agressions sexuelles chez les jeunes et de contrer leur pronostic sombre à plus long terme, des interventions de nature curative ont été mises en place. L'intervention de groupe représente une modalité thérapeutique traditionnellement utilisée auprès des jeunes victimes d'agression sexuelle et encore populaire aujourd'hui11,12.

Les interventions de groupe offertes aux adolescentes agressées sexuellement

  • 13  Theresa Kruczek et Stephanie Vitanza, « Treatment effect with an adolescent abuse survivor's group (...)
  • 14  Françoise Narring et Rose-Marie Rummel-Walker, « L'aide aux adolescentes victimes d'agression sexu (...)
  • 15  Dennis Kivlighan et Stacey Holmes, « The importance of therapeutic factors: A typology of therapeu (...)
  • 16  Paul McCrone et al., « Cost-effectiveness of individual versus group psychotherapy for sexually ab (...)

5Théoriquement, l’intervention de groupe est considérée comme étant mieux adaptée que d'autres modalités d'intervention (par ex. : individuelle ou familiale) aux caractéristiques des adolescentes, lesquelles recherchent le contact avec les pairs et s’éloignent progressivement des adultes afin d’acquérir autonomie et indépendance13. Un des facteurs thérapeutiques inhérents à cette modalité d'intervention, et qui est primordial au rétablissement dans le domaine des agressions sexuelles, est l’universalité14. L’universalité est la perception par le membre d’un groupe que les autres membres partagent des sentiments et des problèmes similaires15. Enfin, puisqu’elle permet de desservir un plus grand nombre d’adolescentes à moindres coûts pour des résultats cliniques comparables, l’intervention de groupe est considérée comme étant plus efficiente que l’intervention individuelle16.

  • 17  Geneviève Paquette, Marc Tourigny et Jacques Joly, « Une recension systématique des programmes d'i (...)
  • 18  Ibid.
  • 19  Ibid.,p. 94.
  • 20  Geneviève Paquette,Marc Tourigny et Jacques Joly, « Implications pratiques des résultats de l’éval (...)
  • 21  Geneviève Paquette,Marc Tourigny et Jacques Joly, « Programme d’intervention de groupe pour des ad (...)

6L’efficacité des interventions de groupe auprès des adolescentes est toutefois variable. Globalement, les études démontrent des effets statistiques positifs de ce type d'intervention auprès des groupes d'adolescentes participantes lorsqu’on compare ces derniers à des groupes de non-participantes17. Par contre, certains effets attendus ne sont pas au rendez-vous18.Dans le cadre d’une recension de 19 interventions de groupe, on a relevé l’absence d’améliorations concernant les comportements délinquants, les problèmes de comportement extériorisés, les problèmes de comportement globaux, l’emploi de certaines stratégies d’adaptation et les distorsions cognitives19. Enfin, lorsque l'on examine les changements cliniques chez les adolescentes suite à l'intervention, on constate que certaines d'entre elles s’améliorent alors que d’autres voient leur état stagner ou se détériorer20,21.

7Quels facteurs peuvent expliquer une absence d’effets attendus ou la présence d'effets indésirables chez certaines adolescentes participant à des interventions de groupe visant à contrer les conséquences de l’agression sexuelle ? Est-ce que certaines caractéristiques des adolescentes participantes ou celles associées aux agressions sexuelles subies pourraient être à la source d'une évolution variable ? Est-ce que la durée de l’intervention est associée à une évolution différente des adolescentes sur certains effets attendus par ces interventions ? Les interventions de groupe pourraient ne pas être adaptées à certaines adolescentes qui présentent des profils particuliers ou qui ont vécu un certain type d’abus. En connaissant mieux les caractéristiques associées à l'évolution des adolescentes agressées sexuellement participant à ces interventions, des hypothèses sur les mécanismes de changement spécifiques pourraient être élaborées, les interventions de groupe pourraient être ajustées en conséquence et leur efficacité étudiée à nouveau.

Les facteurs associés à l’efficacité des interventions de groupe offertes aux adolescentes agressées sexuellement

Les facteurs associés à l'efficacité des interventions offertes aux jeunes agressés sexuellement identifiés par les méta-analyses

  • 22  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, « A meta-analytic investigation of therapy (...)
  • 23  Julie Reeker, David Ensing et Robert Elliott, « A meta-analytic investigation of group treatment o (...)
  • 24  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, « The psychological treatment of s (...)
  • 25  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.
  • 26 Ibid.
  • 27  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.
  • 28  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op. cit.
  • 29 Ibid.
  • 30  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.
  • 31  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, op. cit.
  • 32  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.
  • 33  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, op. cit.
  • 34  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.

8Quatre méta-analyses ont porté exclusivement sur l’efficacité des traitements de tous genres pour les enfants et les adolescents victimes d'agression sexuelle tout en incluant un volet d'analyse vérifiant l'association entre des modérateurs potentiels et les effets des interventions (28 études répertoriées22; 15 études23; 33 études24; 35 études25). Six facteurs associés à l'efficacité des interventions offertes aux jeunes victimes d'agression sexuelle ont été étudiés dans ces méta-analyses : le sexe, l'ethnicité, l'âge des victimes, le lien victime/agresseur, la nature de l'agression sexuelle, le nombre de séances que comportait l'intervention offerte et le nombre de mois sur lesquels elle s’étendait. Trois méta-analyses montrent que les interventions sont plus efficaces pour les filles que pour les garçons. Seule la méta-analyse de Trask et ses collègues26 montre que les interventions seraient plus efficaces pour les garçons. En ce qui concerne l'ethnicité, Hetzel-Riggin et ses collègues27 constatent une meilleure efficacité des interventions auprès des enfants de minorités ethniques qu’auprès des enfants caucasiens alors que Trask et ses collègues28 ne trouvent pas de relation significative sur ce plan. Bien que l'âge des jeunes ait été étudié par toutes les méta-analyses recensées, une seule, celle de Trask et ses collègues, met en lumière que les enfants plus vieux bénéficient davantage des interventions29. Hetzel-Riggin et ses collègues30 constatent que les effets des interventions sont plus grands auprès des jeunes ayant vécu une agression sexuelle intrafamiliale qu'extrafamiliale, alors que Sánchez-Meca et ses collègues31 n'ont trouvé aucune relation entre le type d'agression sexuelle et les effets des interventions. Par ailleurs, les résultats de ces deux méta-analyses montrent qu’un plus grand nombre de séances est associé à de meilleurs effets des interventions. Enfin, les trois méta-analyses32,33,34 ayant étudié le lien entre le nombre de mois que durent les interventions et leurs effets mettent en lumière qu’une plus grande durée est associée à de meilleurs effets.   

Les facteurs associés à l'efficacité des interventions offertes aux jeunes agressés sexuellement identifiés par les études primaires

  • 35  Marc Tourigny, Martine Hébert et Isabelle Daigneault, « Efficacité d’une intervention de groupe au (...)
  • 36  Martine Hébert et Marc Tourigny, « Effects of a psychoeducational group intervention for children (...)
  • 37  Esther Deblinger et al., « Trauma-focused cognitive behavioral therapy for children: Impact of the (...)
  • 38  Esther Deblinger, Anthony Mannarino, Judith Cohen et Robert Steer, « A follow-up study of a multis (...)

9Nous avons examiné les études réalisées auprès d’enfants agressés sexuellement d'âge scolaire qui comportaient au moins un objectif visant à identifier des facteurs associés à la réponse à l'intervention offerte. Ces facteurs devaient être conceptualisés comme des modérateurs potentiels de la réponse à l'intervention. Notre recension des écrits n'a permis de trouver qu'une seule étude35 qui s’était penchée spécifiquement sur la population des adolescentes agressées sexuellement. Trois autres études conduites sur des échantillons d'enfants ont été retenues 36,37,38.

  • 39  Marc Tourigny, Martine Hébert et Isabelle Daigneault,op. cit.

10L'étude conduite par Tourigny et ses collègues39 évaluait l'efficacité d'une intervention de groupe auprès de 44 adolescentes selon qu'elles présentaient (n = 14) ou non (n = 30) des troubles extériorisés  de comportement. Les résultats des analyses de covariance montrent qu'aucun effet différentiel de l'intervention n'est associé à la présence de troubles extériorisés  de comportement chez les adolescentes, et ce pour l'ensemble des 34 effetsde l'intervention investigués.

  • 40  Martine Hébert et Marc Tourigny, op. cit.

11L'étude d'Hébert et Tourigny40 a porté sur 51 enfants agressés sexuellement âgés de 6 à 12 ans qui ont participé à une intervention psychoéducative de groupe. Des analyses de test-t ont été conduites sur les scores de gains thérapeutiques, lesquels ont été obtenus en soustrayant les scores au pré-test de ceux au post-test, pour chacun des effets attendus de l'intervention, en prenant en compte les facteurs suivants : le sexe, le groupe d'âge (6-8 ans ou 9-12 ans) et le type d'agression sexuelle subie. Les résultats ne révèlent aucune association significative des gains à la suite de l'intervention en lien avec l'un ou l'autre des facteurs étudiés.

  • 41  Esther Deblinger et al., op. cit.

12L'étude de Deblinger et ses collègues41 a été réalisée auprès d'un échantillon de 158 enfants de 4 à 11 ans ayant été victimes d’agression sexuelle et recevant une thérapie cognitive-comportementale centrée sur le trauma. Des analyses de covariance à modèles mixtes ont été conduites pour identifier le traitement le plus efficace et efficient parmi quatre possibilités : avec une composante de narration du trauma sur 8 séances ou sur 14 séances et sans composante de narration du traitement sur 8 séances ou sur 14 séances. Les résultats obtenus montrent que le traitement incluant une composante narrative sur 8 séances est le plus efficace et efficient pour traiter certains troubles intériorisés chez les enfants. Par contre, le traitement sans composante narrative sur 14 séances est le plus efficace pour améliorer les troubles extériorisés chez les enfants. Est-ce que la diminution des troubles extériorisés nécessite une durée d'intervention plus longue que pour la diminution des troubles intériorisés ? Malheureusement, l'étude n'a pas isolé l'effet du nombre de séances sur la réponse au traitement de celui de l'ajout ou du retrait de la composante narrative.

  • 42  Esther Deblinger, Anthony Mannarino, Judith Cohen et Robert Steer, op. cit.

13Une autre étude de Deblinger et ses collègues42 a été conduite sur un échantillon composé de 155 enfants agressés sexuellement âgés de 8 à 14 ans qui présentaient au moins cinq symptômes du trouble de stress post-traumatique et qui ont reçu soit une thérapie cognitive-comportementale centrée sur le trauma, soit une thérapie centrée sur l'enfant. Le sexe, l'ethnie, le nombre d'expériences traumatiques antérieures, le type d'agression sexuelle subie et 17 indicateurs relatifs au portrait clinique de l'enfant au pré-test ont été corrélés avec différentes mesures des effets au post-test 6 mois et 12 mois après la fin de l'intervention. Le niveau des effets au pré-test a été contrôlé dans les corrélations et les résultats ont été corrigés par un ajustement de Bonferroni. Les résultats indiquent, d'une part, que seul le nombre d'expériences traumatiques antérieures est corrélé significativement et positivement au nombre de symptômes de stress post-traumatique après six mois. D'autre part, la sévérité de la dépression rapportée par les enfants au pré-test est corrélée significativement et positivement au nombre de symptômes de stress post-traumatique après 6 et 12 mois. Ces résultats ne s'appliquent qu'à la thérapie centrée sur l'enfant et non à la thérapie cognitive-comportementale centrée sur le trauma.

14Force est de constater que l'étude des facteurs associés à l'efficacité des interventions destinées aux jeunes victimes d'agression sexuelle est un domaine de recherche relativement récent, et ce, tout particulièrement en ce qui concerne la population des adolescentes victimes d'agression sexuelle puisque nous n'avons répertorié qu'une seule étude primaire ayant réalisé des analyses auprès de cette population, et ce, sur un seul facteur potentiellement associé à la réponse au traitement, soit les troubles extériorisés de comportement.

But général de l'étude

15Dans cette optique, notre recherche vise à explorer le rôle de :

16a) certaines caractéristiques sociodémographiques, familiales, et du fonctionnement adaptatif des adolescentes au début de l’intervention de même que celui

17b) de caractéristiques relatives à l'agression sexuelle (incluant le dévoilement) sur des effets attendus par les interventions de groupe. Ces effets attendus sont des améliorations sur les problèmes de comportement intériorisés, extériorisés et les symptômes traumatiques. Elle s’intéresse également à l’influence

  • 43  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op. cit.
  • 44  Steve Spaccarelli, op. cit.
  • 45 Ibid.

18c) de la durée de l’intervention sur ces mêmes effets. Les effets ici étudiés représentent les conséquences établies comme étant parmi les plus fréquentes chez les jeunes victimes d'agression sexuelle43. De même, les distorsions cognitives et les stratégies d'adaptation, médiatrices des conséquences de l’agression sexuelle selon Spaccarelli44, seront également utilisées comme indicateurs de l'évolution des adolescentes sur les effets de l’intervention. Ce faisant, nous allons explorer le rôle de certaines caractéristiques sur l'évolution des adolescentes participant à des interventions de groupe. Il s'agit d'une première étape pouvant orienter les études futures et mener à une adaptation de ces interventions. Les variables indépendantes considérées ont été choisies sur la base du modèle de Spaccarelli45 et des résultats de notre recension des écrits. Les analyses prévues sont de type multivarié, ce qui permet d'estimer le poids relatif de chacune des variables indépendantes dans l'évolution des adolescentes agressées sexuellement sur les effets des interventions de groupe offertes.

Méthodologie de l'étude

Composition et caractéristiques de l'échantillon

19Cette étude utilise des données recueillies dans le cadre d'une série de recherches portant sur les portraits cliniques d'adolescentes agressées sexuellement et sur leur évolution selon différents types de services reçus. Des 192 adolescentes de l'échantillon total, 79 adolescentes ont été retenues pour composer l'échantillon de convenance utilisé dans la présente étude. Pour être incluses dans l'échantillon, les adolescentes devaient avoir participé à une intervention de groupe et à l'étude d'efficacité de cette intervention en complétant les deux temps de mesure : un pré-test et un post-test. L’étude a été approuvée par le comité éthique « Éducation et sciences sociales » de l’Université de Sherbrooke. Les interventions de groupe évaluées étaient implantées dans deux centres jeunesse et un centre spécialisé en matière d'intervention en agression sexuelle de trois régions du Québec. La provenance des participantes à l'étude selon ces milieux d'intervention est présentée au tableau 1 (en annexe).

Caractéristiques sociodémographiques des adolescentes

20Les adolescentes avaient en moyenne 14,5 ans au début de l'intervention de groupe (é.t. = 1,4). Au début de l'intervention, 44 d'entre elles (58,2 %) vivaient dans leur famille proche ou éloignée alors que 33 adolescentes (41,8 %) vivaient en famille d'accueil, en centre d'accueil ou dans d'autres ressources résidentielles de réadaptation (par ex. : appartement supervisé). Quarante-quatre adolescentes (57,5 %) avaient connu un antécédent de placement en milieu substitut avant le début de l'intervention. Les adolescentes rapportaient en moyenne avoir vécu 8,6 événements adverses dans leur vie (é.t. = 3,4) sur une possibilité de 19 événements, consistant en des événements familiaux (par ex. : maladie, hospitalisation, alcoolisme, incarcération), des événements familiaux violents (par ex. : violence conjugale, violence physique envers les enfants), ou des événements liés aux services sociojudiciaires (par ex. : témoignage à la cour ou fait aux policiers). C'est donc dire qu'en plus de l'agression sexuelle, ces adolescentes ont été confrontées à une quantité relativement importante d’événements sociofamiliaux adverses.

Caractéristiques des agressions sexuelles subies par les adolescentes

21En moyenne, les adolescentes avaient 10,3 ans (é.t. = 3,5) lors de la première agression sexuelle. Dans 68,4 % des cas, les agressions subies étaient intrafamiliales et 64,6 % de ces agressions comportaient des conduites intrusives incluant la pénétration. On peut classer les agressions vécues par ces adolescentes comme étant sévères au vu de l’âge de survenue, de la proximité avec l'auteur des agressions sexuelles et des conduites intrusives subies. À un moment ou un autre de leur vie, les adolescentes ont dévoilé l’agression sexuelle subie à 3,8 personnes en moyenne (é.t. = 1,9). En ordre décroissant de fréquence, les personnes à qui elles ont dévoilé l’agression étaient leur mère, un ou une amie, un ou une intervenante des services sociaux, un ou une policière ou leur propre père, lorsque ce dernier n’était pas l’auteur de l'agression sexuelle. La satisfaction moyenne rapportée par les adolescentes en regard des dévoilements faits est de 3,2 (é.t. = 1,0) correspondant à un niveau ni satisfaisant, ni insatisfaisant sur une échelle de 1 à 5 allant de très insatisfaisant à très satisfaisant.

Caractéristiques des interventions de groupe offertes

  • 46  Steve Spaccarelli, op. cit.

22Les trois milieux d'intervention se sont inspirés des pratiques de l'un et de l'autre pour implanter des interventions de groupe pour les adolescentes agressées sexuellement similaires sur le plan de l'approche théorique, des objectifs et des contenus thérapeutiques abordés. Le but général de ces interventions est de diminuer les séquelles des agressions sexuelles tout en augmentant le soutien social apporté à la victime et, à long terme, de prévenir la revictimisation. Le modèle théorique sur lequel s'appuient ces interventions est celui de Spaccarelli46 précédemment décrit dans cet article. Suivant ce modèle d'orientation théorique transactionnelle, les ressources formelles de soutien et d'aide disponibles pour la victime devraient viser une diminution du stress généré par l'agression en examinant les cognitions entretenues au sujet de l'agression et des difficultés associées et les stratégies d'adaptation pour y faire face. Ce faisant, les problèmes cliniques devraient diminuer.

23L'approche d'intervention regroupe des techniques tirées des orientations théoriques humaniste, cognitive-comportementale et cognitive. Sur le plan humaniste, notons que ces interventions s'inscrivent dans une optique de reprise du pouvoir des adolescentes sur leur vie et de réponse à leurs besoins fondamentaux. Sur le plan cognitif-comportemental, ces interventions visent la correction des distorsions cognitives associées aux agressions sexuelles subies et l'amélioration des stratégies d'adaptation utilisées pour faire face aux difficultés découlant de l’agression sexuelle. Enfin, sur le plan cognitif, les interventions facilitent l'assimilation cognitive et émotionnelle de certains événements traumatiques liés à l'agression sexuelle.

24De manière plus spécifique, pour faire partie des groupes, les adolescentes doivent être recommandées par un intervenant. Leur participation doit être volontaire et elles ne doivent pas présenter de problématique de santé mentale nuisible à leur implication dans le groupe (par ex : état psychotique). L'équipe d'animation est composée de deux intervenantes ou d'un intervenant et d'une intervenante du domaine psychosocial. Les formations universitaires initiales de ces intervenants comprennent la psychologie, le travail social, la psychoéducation ou la sexologie. La taille des groupes varie entre 3 et 15 adolescentes. Le nombre moyen d'adolescentes participant à un groupe est de 8,3 (é.t. = 3,5). Présentés sous la forme de sujets de discussion ou d’ateliers, les thèmes abordés sont les conséquences des agressions sexuelles, la dynamique de l’agression sexuelle, le dévoilement, les sentiments en lien avec l’agression sexuelle, l’affirmation de soi face à la violence, la prévention de la revictimisation ou de la récidive, la sexualité, les relations hommes-femmes et l’avenir. Les séances durent généralement entre 90 et 120 minutes. Voici un exemple de déroulement d'une rencontre type sur le thème du dévoilement de l’agression sexuelle :

251. Retour sur la semaine : 10 minutes

262. Dessin de ma famille : 35 minutes

273. Discussion en sous-groupes sur le dévoilement : 20 minutes

284. Retour en groupe : 15 minutes

  • 47  Centre jeunesse de l’Estrie, Projet d’intervention pour les adolescentes victimes d’agression sexu (...)

295. Évaluation de la rencontre : 10 minutes47.

  • 48  Marc Tourigny et Martine Hébert, « Comparison of open versus closed group interventions for sexual (...)
  • 49  Marc Tourigny, Martine Hébert, Isabelle Daigneault et Anne-Claude Simoneau, « Efficacy of a group (...)
  • 50  Marc Tourigny, Isabelle Boisvert et Béatrice Jacq, op. cit.
  • 51  Geneviève Paquette, Marc Tourigny et Jacques Joly, « Effects of a group therapy program led by soc (...)

30Une distinction majeure entre les interventions offertes par ces différents milieux porte sur le nombre de séances total. En effet, une intervention de courte durée (entre 8 et 10 séances maximum) était implantée dans l'un des milieux alors que les deux autres milieux d’intervention offraient une intervention de durée moyenne (15 à 22 séances au total). Grosso modo, l'un des milieux abordait un thème par rencontre alors que les deux autres consacraient plutôt deux séances à un même thème. Puisque la durée de l'intervention est un facteur associé à l'efficacité des interventions offertes aux jeunes agressées sexuellement selon les méta-analyses consultées, cette variable sera considérée dans nos analyses. Enfin, ces interventions ont fait l’objet d’études évaluant leur efficacité, lesquelles ont conclu qu’elles étaient toutes plus efficaces qu’une intervention traditionnelle en protection de l’enfance pour améliorer le recours à des stratégies d'adaptation actives ainsi que les problèmes de comportement intériorisés et extériorisés48,49,50,51.

Type de devis et variables étudiées

Type de devis

31Le devis est de type longitudinal prédictif puisque l'objectif est d'estimer la contribution d'un ensemble de variables indépendantes à l'évolution des adolescentes sur différents effets des interventions de groupe. Il est à noter que 0,8 % des données utilisées dans cette étude étaient manquantes. La répartition des valeurs manquantes suggérait un patron aléatoire. Elles ont donc été remplacées par la moyenne des valeurs de l'échantillon pour chaque variable considérée.

Variables dépendantes et indépendantes

32Les variables dépendantes incluses dans notre étude sont au nombre de 12 : les distorsions cognitives, les stratégies d'adaptation de type approche, les problèmes intériorisés globaux (et les sous-échelles d'anxiété-dépression, de retrait-dépression et de somatisation), les problèmes extériorisés globaux (et les sous-échelles d'agressivité et de transgression des règles), les symptômes de stress post-traumatique, les symptômes de dissociation et les préoccupations sexuelles. Ces variables représentent autant de cibles des interventions de groupe qui ont été offertes aux adolescentes participant à notre étude. Les analyses porteront sur chacune de ces variables dépendantes prises isolément.

33Pour être incluses, les variables indépendantes devaient :

  • 52  Steve Spaccarelli, op. cit.

34a) avoir été identifiées par notre recension des écrits comme jouant un rôle potentiel de modération dans la réponse à l'intervention ou être considérées comme à la base du stress généré par l'agression sexuelle selon le modèle de Spaccarelli52,

35b) être corrélées significativement à un ou des effets des interventions de groupe tel que vérifié par une série d'analyses préliminaires bivariées, et

36c) ne pas être corrélées significativement à 0,5 ou plus entre elles. Les neuf variables indépendantes incluses dans notre étude sont : l'âge de l'adolescente au début de l'intervention, la qualité de la relation avec le parent, le nombre d'événements adverses vécus, l'âge au moment de l'agression sexuelle, le type et la nature de l'agression sexuelle, la satisfaction moyenne associée au dévoilement, le nombre de substances différentes consommées et la durée de l'intervention.

Instruments de mesure

Instruments de mesure des variables dépendantes

  • 53  Anthony Mannarino, Judith Cohen et Susan Berman, « The Children’s Attributions and Perceptions Sca (...)
  • 54  Geneviève Bouchard et al., « Nature des stratégies d'adaptation au sein des relations conjugales : (...)
  • 55  Christina Knussen, Patricia Sloper, Cliff Cunningham et Stephan Turner, « The use of the Ways of C (...)
  • 56  Laurier Fortin, Égide Royer, Diane Marcotte et Pierre Potvin, « Facteurs personnels, scolaires et (...)
  • 57  Thomas Achenbach et Leslie Rescorla, Manual for the ASEBA School-Age Forms & Profiles, Burlington, (...)
  • 58 Ibid.
  • 59  John Briere, Trauma Symptom Checklist for Children (TSCC): Professional Manual, Odessa, Psychologi (...)
  • 60  John Wright et Stéphane Sabourin, Traduction française du Trauma Symptom Checklist for Children,Do (...)
  • 61  John Briere, op. cit.
  • 62 Ibid.

37Le Children’s Attributions and Perception Scale53 a été élaboré pour évaluer les distorsions cognitives après une agression sexuelle. Le questionnaire comprend 18 items auxquels on répond à l’aide d’une échelle Likert en cinq points allant de 1) jamais à 5) toujours. Pour la présente recherche, le score total est utilisé. Il varie de 0 à 72. La consistance interne des sous-échelles varie de 0,64 à 0,73 et la fidélité test-retest de 0,60 à 0,82 (score global = 0,75). Le Ways of Coping Questionnaire54,55 comprend 21 items et mesure la fréquence du recours à une stratégie donnée pour faire face aux difficultés en lien avec l’agression sexuelle subie par une échelle en quatre points (jamais, parfois, souvent, toujours). Les coefficients de consistance interne varient de 0,61 à 0,8156 pour les trois sous-échelles de cette version. Un score variant de 0 à 18 a été dérivé et utilisé aux fins de la présente étude : le recours à des stratégies dites d'approche (recherche de soutien social et résolution-réévaluation des problèmes). L'alpha de Cronbach du score ici utilisé a été calculé pour les adolescentes de l'échantillon et est de 0,90. Plus le score est élevé, plus il indique un recours fréquent à la stratégie mesurée. Le Youth Self-Report and Profile57 (YSR) permet d’évaluer la perception des adolescentes quant à la présence de problèmes de comportement intériorisés et extériorisés. Le score de problèmes de comportement intériorisés correspond à la somme des échelles de problèmes d’anxiété-dépression, de retrait-dépression et de somatisation, tandis que le score de problèmes de comportement extériorisés correspond à la somme des échelles de comportements agressifs et de conduites contrevenant aux règles. Comprenant 112 items, le YSR mesure la présence et la fréquence de certains comportements dans les six derniers mois (et depuis le pré-test, pour ce qui est du post-test) par une échelle en trois points. Les coefficients de fidélité test-retest sur une semaine varient de 0,67 à 0,91 tandis que les coefficients de consistance interne sont compris entre 0,71 et 0,9558. Plus le score au YSR est élevé, plus il y a de problèmes de comportement concernant la dimension investiguée. Le Trauma Symptoms Checklist for Children59,60peut être utilisé avec des enfants de 8 à 17 ans et mesure différentes séquelles liées à la détresse post-traumatique. Cet instrument évalue spécifiquement plusieurs des séquelles souvent retrouvées chez les victimes d'agressions sexuelles. Il comprend deux échelles de validité et six échelles cliniques. Les trois échelles cliniques utilisées dans la présente étude sont : le stress post-traumatique, les préoccupations sexuelles et la dissociation. La consistante interne des six échelles cliniques est élevée (alpha de 0,77 à 0,89)61. La validité de convergence, la validité discriminante et celle de construit ont été étudiées et montrent des résultats satisfaisants62.=

Instruments de mesure des variables indépendantes

  • 63  Isabelle Daigneault, Mireille Cyr et Marc Tourigny, « Profil psychologique d'adolescentes agressée (...)
  • 64  Charles Giuli et Walter Hudson, « Assessing parent-child relationship disorders in clinical practi (...)
  • 65  Robert Pauzé, Jean Toupin et Michèle Déry, Traduction des questionnaires : Child’s Attitude toward (...)
  • 66  Charles Giuli et Walter Hudson, op. cit.
  • 67  Chantal Thériault, Mireille Cyr et John Wright, Questionnaire on Events from Childhood to Adolesce (...)
  • 68  William Friedrich, Sexual Abuse Rating Scale, Rochester, Department of Pedopsychiatry, 1992.
  • 69  John Wright, Stéphane Sabourin et Yvan Lussier, Échelle d’évaluation d’abus sexuel (Traduction du (...)
  • 70  Christine Courtois, Healing the incest wound: Adult survivors in therapy, New York, Norton & Co, 1 (...)
  • 71  Mark Everson, Wanda Hunter et Desmond Runyan, Parental Reaction to Abuse Disclosure Scale (PRADS), (...)
  • 72  Chantal Thériault, Mireille Cyr et John Wright, Traduction et adaptation du Parental Reaction to A (...)

38L'âge de l'adolescente au début de l'intervention a été obtenu par le questionnaire d’informations sociodémographiques sur l’adolescente, utilisé dans l’étude de Daigneault et ses collègues63, composé de 13 questions et administré directement à l’adolescente. La qualité de la relation avec le parent a été obtenue au moyen du Child's Attitude toward the Mother (CAM) ou du Child's Attitude toward the Father (CAF)64,65 qui mesurent la perception de l'adolescente concernant la qualité de la relation qu'elle vit avec chacun de ses parents. L’outil comporte 25 questions où l’adolescente est invitée à indiquer dans quelle mesure l’énoncé décrit sa situation à l’aide d’une échelle Likert en cinq points (allant de rarement ou jamais à la plupart du temps ou toujours). Giuli et Hudson66 rapportent des coefficients de cohérence interne de 0,94 et 0,95 ainsi qu’une fidélité test-retest à une semaine d’intervalle de 0,89 et 0,96 pour le CAM et le CAF respectivement. Le nombre d'événements adverses vécus par l’adolescente au cours de sa vie est obtenu avec la version française duQuestionnaire on Events from Childhood to Adolescence67. Il sert à identifier quels événements, parmi 19 événements stressants possibles, ont été vécus par l’adolescente au cours de sa vie, l’âge qu’elle avait au moment de ces événements, ainsi que l’intensité de la détresse ressentie relativement à ceux-ci qui est rapportée sur une échelle Likert en quatre points (allant de pas du tout bouleversant à extrêmement bouleversant). L'âge de survenue de l'agression sexuelle, le lien avec l’auteur de l'agression et la nature de l’agression sexuelle sont documentés grâce au Sexual Abuse Rating Scale68,69. Cet instrument est composé de 23 questions (auxquelles il faut répondre par oui ou non) et est complété par une assistante de recherche qualifiée à l'aide des informations consignées aux dossiers de protection de la jeunesse des adolescentes. La satisfaction moyenne associée au dévoilement a été obtenue par un questionnaire qui est une adaptation de l’Incest History Questionnaire70 et du Parental Reaction to Abuse Disclosure Scale71,72. Il permet, entre autres, de connaître l’identité des personnes ou des instances à qui l’adolescente a dévoilé l’agression (mère, père non-agresseur, autre membre de la parenté, ami(e)s, services sociaux, policiers, etc.) ainsi que le niveau de satisfaction de l’adolescente en lien avec la réaction de chaque personne ou instance, niveau identifié à l’aide d’une échelle Likert en cinq points allant de très insatisfaisant à très satisfaisant. Un score plus élevé indique une plus grande satisfaction quant à la réaction de la personne auprès de qui a été fait le dévoilement de l’agression sexuelle. Le nombre de substances différentes consommées est évalué par une mesure de l'indice de gravité d'une toxicomanie dont quelques questions ont ici été posées aux adolescentes participantes. L’adolescente était ainsi invitée à indiquer la fréquence de sa consommation d’alcool, de drogues douces, de drogues dures, d’hallucinogènes, de médicaments non prescrits et de solvants, au cours des trois derniers mois, à l’aide d’une échelle en cinq points (jamais, moins d’une fois par mois, deux à quatre fois par mois, deux à trois fois par semaine et tous les jours). Enfin, la durée de l'intervention de groupe a été obtenue par un questionnaire maison qui documentait les caractéristiques des interventions implantées et évaluées.

Stratégie d'analyse et puissance statistique du devis

  • 73  Jacob Cohen, « A power primer », Psychological Bulletin, nº 112, 1992, p. 155-159.

39Une série de régressions hiérarchiques multiples en deux blocs a été conduite. Au premier bloc, le niveau initial de la variable dépendante (effet mesuré au pré-test) a été introduit et au deuxième, toutes les variables indépendantes choisies ont été forcées dans l'équation. Suivant les balises mises en avant par Cohen73 relativement au nombre de sujets et au nombre de variables indépendantes considérées par les analyses, seuls les effets statistiques de grande taille pourront être détectés par le devis avec un seuil alpha fixé à p = 0,05.

Résultats de l'étude

40Les résultats des analyses de régression hiérarchiques sont présentés au tableau 2. Ils révèlent que parmi les variables indépendantes étudiées, certaines sont associées à 10 des 12 effets explorés de l’intervention. La dissociation et la somatisation sont les deux effets pour lesquels aucun lien n’est constaté avec les différentes caractéristiques considérées. Dans un premier temps, tel qu'il était attendu, nous constatons que les niveaux des variables dépendantes au début du traitement sont fortement associés à leur niveau à la fin du traitement, indiquant qu’une adolescente qui présentait un plus haut niveau de difficulté avant l’intervention démontrait également un plus haut niveau de difficulté après l’intervention. Dans un deuxième temps et à quelques exceptions près, on note que les caractéristiques qui contribuent significativement à la prédiction des effets des interventions sont, quant à elles, faiblement liées aux effets des interventions. Au-delà de ces premières observations, voici quelles sont les caractéristiques associées à l'évolution des adolescentes (tableaux 2 et 3 en annexe).

41En ce qui concerne les caractéristiques de l’agression sexuelle et de son dévoilement, quatre sont associées à l'évolution des adolescentes sur différents effets de l’intervention. Les adolescentes victimes d’agressions sexuelles moins sévères (c’est à dire n’impliquant pas une pénétration), intrafamiliales (plutôt qu’extrafamiliales), dont l’âge au début de l’agression sexuelle était plus élevé et qui ont jugé plus satisfaisantes les réactions lors du dévoilement évoluent mieux sur 9 des 10 effets étudiés de l'intervention. Parmi les quatre caractéristiques de l’agression sexuelle et son dévoilement, la satisfaction de l’adolescente, quant aux réactions ayant suivi le dévoilement, est celle qui est la plus souvent associée aux effets de l’intervention. En somme, les adolescentes qui ont vécu des agressions sexuelles que l’on peut catégoriser comme moins sévères (sans pénétration et étant survenues plus tard dans la vie de l’adolescente) et qui rapportent plus de satisfaction à la suite du dévoilement ont mieux évolué.

42Deux caractéristiques sociofamiliales sont associées à des effets de l’intervention. Les adolescentes plus âgées au début de l’intervention et ayant une meilleure qualité de relation avec leur parent non agresseur évoluent mieux sur le plan du stress post-traumatique. La qualité de la relation avec le parent est aussi associée à une plus grande diminution des préoccupations sexuelles. L'âge plus élevé de l'adolescente est associé à des améliorations en ce qui concerne les distorsions cognitives, les stratégies d'approche, les problèmes extériorisés et l'agressivité.

43Pour ce qui est des caractéristiques de l’intervention, une plus longue durée d’intervention est associée à une amélioration des stratégies d’approche. Enfin, une consommation moindre de diverses substances est associée à une diminution des distorsions cognitives et de la transgression des règles après l’intervention.

Discussion des résultats de l'étude

Bilan des résultats

Comment évoluent les adolescentes sur les effets des interventions de groupe selon les caractéristiques étudiées ?

  • 74  Steve Spaccarelli, op. cit.
  • 75 Ibid.
  • 76  Geneviève Paquette, MarcTourigny et Jacques Joly, op. cit.
  • 77  Kinly Sturkie, op cit.
  • 78  Thomas Dishion, Joan McCord et François Poulin, « When interventions harm: Peer groups and problem (...)

44Notre étude montre que les effets les mieux expliqués par les caractéristiques étudiées sont, en ordre décroissant : le recours aux stratégies d'approche, les problèmes de transgression des règles, les distorsions cognitives et les problèmes d'anxiété-dépression. Il est intéressant de constater que les caractéristiques étudiées dans la présente étude permettent de mieux expliquer l'évolution des adolescentes sur deux cibles considérées comme des médiateurs potentiels du traitement suivant Spaccarelli74, soit les distorsions cognitives et les stratégies d'approche. Suivant Spaccarelli75, des effets positifs sur ces plans sont théoriquement associés à des diminutions de problèmes et de symptômes. Le recours à des stratégies d'adaptation actives pour faire face aux difficultés en lien avec l’agression sexuelle, notamment le fait de rechercher du soutien social et de réévaluer ou résoudre ses problèmes, pourrait favoriser le maintien des progrès réalisés à la suite de l'intervention en permettant aux adolescentes de continuer à gérer efficacement les difficultés qui pourraient survenir par la suite en lien avec les agressions sexuelles subies76. Par ailleurs, les caractéristiques étudiées contribuent à mieux prédire l'évolution pour les problèmes tant intériorisés qu'extériorisés, c'est-à-dire les problèmes d'anxiété-dépression ou de retrait-dépression, mais aussi ceux d'agressivité et de transgression des règles. Dans la lignée des buts poursuivis par les interventions de groupe pour les jeunes victimes d'agression sexuelle, ce sont surtout les problèmes intériorisés qui étaient traditionnellement ciblés77. Pour ce qui est du registre extériorisé des problèmes, le fait de mieux connaître les caractéristiques associées à une meilleure évolution des adolescentes sur ces dimensions est important puisque certains auteurs pensent que les problèmes extériorisés peuvent se propager entre les adolescentes par le biais de processus d'imitation et de modelage au sein des groupes d'intervention78.

45Pour les autres effets étudiés, les niveaux de variance expliquée par les caractéristiques étudiées restent faibles : en deçà de 5 %. Enfin, aucune des caractéristiques étudiées dans le cadre de cette étude ne contribue à mieux expliquer l'évolution sur le plan des problèmes de somatisation et des symptômes de dissociation.

Quelles caractéristiques ressortent comme étant associées à une évolution plus positive ?

  • 79  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.

46Notre étude permet d'identifier des caractéristiques sociofamiliales et adaptatives, de même que des facteurs reliés à l'agression sexuelle et à son dévoilement, qui sont associées à une évolution plus favorable des adolescentes agressées sexuellement au terme de leur participation aux interventions de groupe (voir tableau 3 en annexe). Sur le plan des caractéristiques sociofamiliales, le fait que les adolescentes soient plus âgées au début de l'intervention est associé, d'une part, à de meilleurs effets sur les problèmes extériorisés et, plus spécifiquement, sur l'agressivité. Un âge plus élevé au début de l’intervention avait aussi été identifié par d'autres chercheurs79 comme étant associé à plus d'efficacité des interventions offertes aux adolescentes victimes d'agression sexuelle. Est-ce à dire que les interventions de groupe utilisent des modalités pédagogiques mieux adaptées aux adolescentes plus âgées ? Il est en effet possible que ce résultat soit un artéfact du niveau de développement cognitif exigé par ces interventions. L'intervention de groupe suppose une certaine capacité à verbaliser et un certain niveau d’analyse concernant les circonstances de l'agression et ses conséquences. La capacité d'analyser son vécu et, ultimement, de le verbaliser est principalement basée sur le raisonnement. La possibilité de s'abstraire de la réalité concrète demande une maturité cognitive permettant la manipulation des schèmes de la pensée formelle. Dans une perspective développementale, les adolescentes plus âgées sont plus susceptibles d'avoir atteint ce niveau cognitif, ce qui pourrait favoriser une meilleure évolution.

  • 80  Steve Spaccarelli, op. cit.
  • 81  Mireille Cyr et al., « Predictors of maternal support: The point of view of adolescent victims of (...)

47Notre étude a également permis de montrer qu’une relation avec le parent (majoritairement les mères) de plus grande qualité est associée à de meilleurs effets des interventions de groupe sur les symptômes de stress post-traumatique et les préoccupations sexuelles. Selon Spaccarelli80, les ressources de soutien offertes peuvent avoir des effets favorables sur les distorsions cognitives et les stratégies d'adaptation, ce qui, en retour, améliore les portraits cliniques des jeunes victimes d'agression sexuelle. Le soutien offert par la mère a d'ailleurs été identifié comme un facteur de protection pour les jeunes victimes d'agression sexuelle par d'autres chercheurs81.

  • 82  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.

48Les quatre caractéristiques étudiées relatives à l'agression sexuelle et à son dévoilement sont toutes ressorties comme étant associées à l'un ou l'autre des effets pris en considération dans cette étude. À l'instar de Hetzel-Riggin et ses collègues82, nous avons constaté que l'agression sexuelle intrafamiliale était associée à une meilleure réponse à l'intervention, spécifiquement sur le plan des problèmes d'anxiété-dépression. Soulignons qu'il n'y a aucune corrélation significative entre le lien victime/agresseur et les autres caractéristiques de l'agression sexuelle et de son dévoilement ici considérées. Il est possible que puisque l'agression sexuelle intrafamiliale est plus fréquente chez les adolescentes participant aux interventions de groupe (près de 70 %), l'animation se concentre davantage sur leur vécu, ce qui concourt à une meilleure évolution chez ces adolescentes.

  • 83  Steve Spaccarelli, op. cit.

49D’autre part, le fait que l'adolescente soit plus âgée au moment de l'agression sexuelle est associé à une évolution favorable à plusieurs égards : les distorsions cognitives, le stress post-traumatique et le recours à des stratégies d'approche. Une agression sexuelle comportant des attouchements plutôt que des conduites intrusives est aussi associée à une meilleure évolution sur trois aspects ciblés : les distorsions cognitives, les problèmes de retrait-dépression et ceux de transgression des règles. Ces deux derniers résultats concordent avec le modèle de Spaccarelli83 selon lequel les caractéristiques de l'agression sexuelle vont, entre autres, prédire le stress généré par l'agression sexuelle. Ainsi, une agression sexuelle moins sévère va produire moins de stress, lequel sera géré plus efficacement par l'adolescente.

  • 84 Ibid.

50Enfin, c'est le niveau de satisfaction plus élevé à la suite du dévoilement de l’agression sexuelle qui est associé à davantage d'effets positifs de l'intervention, soit sur les problèmes intériorisés, les problèmes d'anxiété-dépression, les problèmes extériorisés, ceux de transgression des règles et les préoccupations sexuelles. Suivant Spaccarelli84, il est possible de voir la satisfaction relative au dévoilement comme une résultante des ressources de soutien disponibles pour l'adolescente dans son environnement. Ceci met en relief le rôle capital que peut jouer l'entourage dès lors que l'agression sexuelle subie est connue. Une adolescente qui n'est pas crue lors du dévoilement ou qui voit sa mère perdre ses moyens se trouve accablée de nouveau en lien avec le trauma subi.

51Sur le plan des caractéristiques du fonctionnement adaptatif et de l'intervention, notons qu’un nombre moyen moins élevé de substances différentes consommées est associé à une évolution positive sur les distorsions cognitives et les problèmes de transgression des règles. Ce résultat n’étonne guère puisque le fait de consommer ne favorise pas des processus clairs de pensée, lesquels sont nécessaires pour comprendre le lien entre l'agression sexuelle subie et les distorsions cognitives qui y sont associées. Cette démarche fait partie des activités thérapeutiques proposées par les interventions de groupe. De même, la consommation de psychotropes peut avoir un effet désinhibant favorisant les comportements de transgression des règles ou les problèmes sociaux. Il est aussi possible que les adolescentes, qui consomment davantage, tentent ainsi de gérer des symptômes de problèmes psychologiques découlant de l'agression suivant un mode adaptatif basé sur l'évitement plutôt que sur l'approche. Pour elles, on peut se demander si une intervention de groupe est vraiment opportune. En effet, l'intervention peut avoir l'effet d'augmenter le stress de ces adolescentes en cherchant à susciter chez elles une démarche d’analyse par rapport à des événements auxquels elles ne sont pas en mesure de faire face à ce moment de leur vie. À tout le moins, il faudra considérer d'adapter les groupes à leurs caractéristiques et s'assurer de ne pas les brusquer.

  • 85  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.
  • 86  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, op. cit.
  • 87  Esther Deblinger et al., op. cit.

52Enfin, comme l'avaient identifié Hetzel-Riggin et ses collègues85 et Sánchez-Meca et ses collègues86, une plus longue durée de l'intervention est associée à une meilleure réponse des jeunes victimes. Dans le cas de notre étude, la durée plus longue (entre 15 et 22 séances) est associée à une meilleure évolution concernant le recours aux stratégies d'approche. Une intervention plus longue serait donc nécessaire pour améliorer cet aspect crucial du fonctionnement chez les adolescentes victimes. Contrairement à ce qu’ont constaté Deblinger et ses collègues87, nous n’avons pas relevé d'effet différentiel de la durée de l'intervention selon le type de trouble.

Implications pratiques

La nécessité d'adapter les interventions de groupe aux profils des adolescentes victimes d'agression sexuelle

53Les résultats de l'étude indiquent que certaines caractéristiques sont associées à une meilleure évolution des adolescentes agressées sexuellement participant aux interventions de groupe. De cela découle un premier constat : la composition des groupes est un aspect très important de l’intervention. Il est donc nécessaire de connaître les caractéristiques des adolescentes pressenties pour participer à des interventions de groupe, notamment l'âge des victimes, la qualité de la relation avec leur parent, le type (intrafamilial vs extrafamilial) et la nature de l'agression sexuelle ainsi que la satisfaction relative au dévoilement. Il faut s’assurer qu'aucune adolescente ne se perçoive comme étant la seule à présenter une de ces caractéristiques (d’autres caractéristiques peuvent également être prises en compte), et ce, pour trois raisons principales. Une composition équilibrée du groupe sous ces aspects préserve le facteur thérapeutique de l'universalité en permettant à chaque adolescente de constater qu'une autre a un vécu similaire. En outre, on prévient une augmentation du sentiment de stigmatisation chez ces adolescentes qui sont déjà à risque de se sentir différentes des autres. Nous avons déjà été témoins de la situation difficile dans laquelle s'est trouvée une adolescente qui avait subi une agression sexuelle par webcam (c'est-à-dire sans contact). Après avoir entendu parler des agressions sexuelles sévères auxquelles avaient été confrontées les autres adolescentes du groupe, celle-ci se percevait comme responsable de l'agression qu'elle avait subie, prétextant qu'elle aurait pu s'y soustraire plus facilement que les autres. Enfin, on met ainsi en place des conditions optimales pour que la confiance règne au sein du groupe et que l'intimité nécessaire au partage des difficultés puisse voir le jour. Quel que soit le profil des adolescentes, l'étude montre que les interventions de groupe offertes sont plus efficaces, en ce qui a trait au recours aux stratégies d'adaptation dites d'approche, lorsqu'elles comprennent entre 15 et 22 séances plutôt que 10 séances ou moins. Il va sans dire que la durée des interventions devrait donc être ajustée en ce sens.

L'importance de dépister les adolescentes susceptibles d'évoluer moins favorablement

54En amont de la phase d'intervention à proprement parler, il importe donc de documenter certaines caractéristiques dans les protocoles d'évaluation des adolescentes agressées sexuellement référées pour un traitement. La qualité de la relation avec le parent non auteur, les principales caractéristiques de l'agression sexuelle (âge qu’avait alors l’adolescente, lien victime/agresseur et nature des conduites subies), le niveau de satisfaction relatif au dévoilement et la consommation de substances paraissent être des caractéristiques importantes à évaluer pour mieux anticiper l'évolution de l'adolescente dans le cadre de l'intervention de groupe proposée. Les adolescentes plus jeunes, celles qui rapportent des problèmes relationnels avec le parent non agresseur, celles qui ont vécu une agression sexuelle extrafamiliale, celles qui ont vécu une agression sexuelle à un âge précoce, celles qui ont subi des conduites intrusives, celles qui rapportent un faible niveau de satisfaction relié au dévoilement de l’agression sexuelle et celles qui consomment plusieurs substances devraient faire l'objet d'une attention particulière.

  • 88  Judith Herman, Trauma and recovery: The aftermath of violence – from domestic abuse to political t (...)
  • 89  Ibid.

55En fait, il serait sans doute souhaitable de planifier le traitement de manière plus individualisée pour les adolescentes susceptibles d'évoluer moins favorablement. Pour elles, l'intervention doit s'inscrire dans un plan de traitement qui comprendra ou non un volet d'intervention en groupe selon leur évolution. Suivant le modèle du rétablissement à la suite de traumatismes interpersonnels chroniques88, le rétablissement à la suite d’agressions sexuelles sévères évolue en trois étapes : 1) la restauration de la sécurité, 2) la remémoration et le deuil, et 3) la reconstitution des liens avec la communauté. On peut penser que les adolescentes présentant plusieurs caractéristiques associées à une évolution moins favorable devraient recevoir une préparation avant l'entrée dans un groupe, surtout si cette intervention de groupe exige un investissement relationnel marqué et un travail de remémoration de l’agression sexuelle. En effet, l'erreur la plus fréquente est de précipiter le travail de remémoration et de deuil sans avoir au préalable bien rétabli la sécurité et le contrôle sur les symptômes les plus graves89. Cette erreur peut être lourde de conséquences : une intervention comportant le partage du vécu et la remémoration des agressions sexuelles faite trop précocement peut faire augmenter les symptômes et précipiter un épisode dépressif.

56Les interventions de groupe offertes aux adolescentes victimes d'agression sexuelle pourraient aussi inclure des modules s'adressant exclusivement aux adolescentes à risque d'évolution moins favorable. Les thèmes de ces modules pourraient être : la consommation de substances, la qualité de la relation avec le parent ainsi que la sévérité de l'agression sexuelle et les difficultés vécues lors de son dévoilement. Par exemple, le module sur la consommation de substances pourrait inclure des contenus visant à augmenter les connaissances sur les effets de l'alcool et des drogues, les difficultés que la consommation de ces substances peut entraîner pour l'adolescente participant à l'intervention de groupe et les stratégies de rechange possibles pour gérer le stress et les symptômes tributaires de l'agression et des événements difficiles qui l'ont entourée. Dans la même perspective, les adolescentes pourraient être regroupées selon leur âge pour adapter certains contenus thérapeutiques de l'intervention à leur niveau de développement (par ex. : la sexualité, les projections dans l'avenir) ainsi que les modalités pédagogiques et les approches didactiques mises de l'avant. Par exemple, les discussions, les échanges d'idées et le raisonnement peuvent être réservés aux adolescentes plus âgées (15 ans et plus) et les jeux de rôles, les exemples pratiques, l'échange de moyens concrets seraient privilégiés auprès des plus jeunes (12 à 14 ans). Des plénières en grand groupe complèteraient ces sections de travail en sous-groupes.

57À même l'intervention de groupe ou par l’entremise d’une intervention individuelle ou familiale parallèle selon les circonstances, trois objectifs prioritaires s'inscrivant dans la première étape du rétablissement devraient être travaillés intensivement auprès de ces adolescentes. Premièrement, il s'agit d'augmenter la sécurité et la protection de l’adolescente : de sécuriser l’environnement de la victime qui a vécu dans un milieu adverse (agression sexuelle précoce, avec pénétration, moins de satisfaction liée au dévoilement, etc.). Deuxièmement, on vise de stabiliser ou de réduire les symptômes d’abus de substances. Troisièmement, l'adolescente doit établir au moins un lien de confiance avec un adulte, et ce, afin de contrer, s'il y a lieu, la faible qualité de la relation avec le parent ou le peu de satisfaction lié au dévoilement. Il importe de s’assurer que du soutien social est disponible à l’extérieur du groupe avant le début de l’intervention et tout au long de celle-ci.

Forces et limites de l'étude

58La présente étude comporte des forces et des limites. Sur le plan des forces, il s'agit de la première étude s'intéressant spécifiquement aux caractéristiques associées à l'évolution des adolescentes agressées sexuellement participant aux interventions de groupe. En outre, le rôle de plusieurs caractéristiques potentiellement associées à l'efficacité de ces interventions a été étudié. Ces caractéristiques touchent quatre rubriques : les caractéristiques sociofamiliales, de l'agression sexuelle et de son dévoilement, du fonctionnement adaptatif et de l'intervention. Utilisant des analyses multivariées, l'étude surmonte une limite méthodologique importante dans le domaine puisque jusqu'à maintenant les analyses étaient de nature bivariée.

59Sur le plan des faiblesses, mentionnons que les caractéristiques du devis ne permettent théoriquement que de détecter les effets statistiques de grande taille. D'autres études sont donc nécessaires pour valider les résultats ici obtenus. En outre, il reste, parmi toutes les caractéristiques que nous avons examinées, une caractéristique qui n'a pas été associée à l'un ou l'autre des effets des interventions de groupe étudiés : le nombre moyen d'événements adverses vécus au cours de la vie de l'adolescente. Les prochaines études devraient observer le rôle d'événements plus précis comme l'exposition à la violence conjugale, les sévices physiques envers les enfants ou l'implication dans la poursuite criminelle de l'auteur des agressions sexuelles subies. Les prochaines études portant spécifiquement sur l'efficacité des interventions de groupe auprès des adolescentes victimes pourraient inclure l'examen de la contribution de certains des facteurs explorés dans le cadre de notre étude. Des mesures de la dynamique des groupes viendraient en outre jeter un éclairage plus pointu sur les processus thérapeutiques à l'œuvre. D'ailleurs, la question des processus thérapeutiques, notamment le rôle médiateur accordé aux stratégies d'adaptation et aux distorsions cognitives, doit être testée empiriquement dans de prochaines études. Enfin, aucune caractéristique étudiée ici n'a pu contribuer à expliquer l'évolution des adolescentes sur les problèmes de somatisation et de dissociation.

Conclusion

60Cette étude indique que certaines caractéristiques des adolescentes agressées sexuellement, de leur fonctionnement adaptatif, de leur famille, de la nature des abus et de la durée de l'intervention jouent un rôle dans leur évolution à la suite des interventions de groupe offertes. Sur le plan des retombées pratiques, l'étude remet à l'avant-plan toute l'importance d'une évaluation approfondie du profil clinique de chaque adolescente et de la planification d'une intervention adaptée tenant compte des caractéristiques associées à une évolution plus ou moins favorable au terme des interventions de groupe. Un travail préalable, ou concomitant à l'insertion des adolescentes présentant un risque d'évoluer moins favorablement dans les groupes d'intervention, est nécessaire si l’on veut éviter d'aggraver l'état de ces adolescentes et concourir à ce dernier s'améliore.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Achenbach (Thomas) et Rescorla (Leslie), Manual for the ASEBA School-Age Forms & Profiles, Burlington, University of Vermont, Research Center for Children, Youth and Families, 2001, 238 p.

Association des centres jeunesse du Québec, Guide d’intervention lors d’allégations d’agression sexuelle envers les enfants, Montréal, Protection de la jeunesse, Association des centres jeunesse du Québec, 2000.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bouchard (Geneviève) et al., « Nature des stratégies d'adaptation au sein des relations conjugales : présentation d'une version abrégée du Ways of Coping Questionnaire »,Revue canadienne des sciences du comportement, nº 27, 1995, p. 371-377.
DOI : 10.1037/0008-400X.27.3.371

Briere (John), Trauma Symptom Checklist for Children (TSCC): Professional Manual, Odessa, Psychological Resources, 1996.

Centre jeunesse de l’Estrie, Projet d’intervention pour les adolescentes victimes d’agression sexuelle : guide d’animation et composantes opérationnelles du programme,Document inédit, Sherbrooke, 2004.

Cohen (Jacob), « A power primer », Psychological Bulletin, nº 112, 1992, p. 155-159.

Courtois (Christine), Healing the incest wound: Adult survivors in therapy, New York, Norton & Co, 1996, 416 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cyr (Mireille) et al., « Predictors of maternal support: The point of view of adolescent victims of sexual abuse and their mother », Journal of Child Sexual Abuse, nº 12, 2003, p. 39-65.
DOI : 10.1300/J070v12n01_03

Daigneault (Isabelle), Cyr (Mireille) et Tourigny (Marc), « Profil psychologique d'adolescentes agressées sexuellement et prises en charge par les services de protection de la jeunesse », Santé mentale au Québec, nº 28, 2003, p. 211-232.

Daigneault (Isabelle), Hébert (Martine) et Tourigny (Marc), « Attributions and coping in sexually abused adolescents referred for group treatment », Journal of Child Sexual Abuse, nº 15, 2006, p. 35-59.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Deblinger (Esther) et al., « Trauma-focused cognitive behavioral therapy for children: Impact of the trauma narrative and treatment length », Depression and Anxiety, nº 28, 2011, p. 67-75.
DOI : 10.1002/da.20744

Deblinger (Esther), Mannarino (Anthony), Cohen (Judith) et Steer (Robert), « A follow-up study of a multisite, randomized, controlled trial for children with sexual abuse-related PTSD symptoms », Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, nº 45, 2006, p. 1474-1484.

Dishion (Thomas), McCord (Joan) et Poulin (François), « When interventions harm: Peer groups and problem behavior », American Psychologist, nº 54, 1999, p. 755-764.

Everson (Mark), Hunter (Wanda) et Runyan (Desmond), Parental Reaction to Abuse Disclosure Scale (PRADS), Chapel Hill, University of North Carolina, 1989.

Fergusson (David), Boden (Joseph) et Horwood (John), « Exposure to childhood sexual and physical abuse and adjustment in early adulthood », Child Abuse & Neglect, nº 32, 2008, p. 607-619.

Fortin (Laurier),  Royer (Égide), Marcotte (Diane) et Potvin (Pierre), « Facteurs personnels, scolaires et familiaux différenciant les garçons en problèmes de comportement du secondaire qui ont décroché ou non de l'école »,Nouveaux cahiers de la recherche en éducation, nº 8, 2005, p. 79-88.

Friedrich (William), Sexual Abuse Rating Scale, Rochester, Department of Pedopsychiatry, 1992.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Giuli (Charles) et Hudson (Walter), « Assessing parent-child relationship disorders in clinical practice: The child point of view », Journal of Social Service Research, nº 1, 1977, p. 77-92.
DOI : 10.1300/J079v01n01_06

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hébert (Martine) et Tourigny (Marc), « Effects of a psychoeducational group intervention for children victims of sexual abuse », Journal of Child & Adolescent Trauma, nº 3, 2010, p. 143-160.
DOI : 10.1080/19361521003726930

Herman (Judith), Trauma and recovery: The aftermath of violence - from domestic abuse to political terror,(2e éd.), New York, Basic Books, 1992.

Hetzel-Riggin (Melanie), Brausch (Amy) et Montgomery (Brad), « A meta-analytic investigation of therapy modality outcomes for sexually abused children and adolescents: An exploratory study », Child Abuse & Neglect, nº 31, 2007, p. 125-141.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kivlighan (Dennis) et Holmes (Stacey), « The importance of therapeutic factors: a typology of therapeutic factors studies », in De Lucia-Waack (Janisse), Gerrity (Deborah), Kalodner (Cynthia) et Riva (Maria) [dir.], Handbook of group counseling and psychotherapy, Thousand Oaks, Sage Publications, 2004, p. 23-36.
DOI : 10.4135/9781452229683.n2

Knussen (Christina), Sloper (Patricia), Cunningham (Cliff) et Turner (Stephan), « The use of the Ways of Coping (Revised) questionnaire with parents of children with Down’s syndrome », Psychological Medicine, nº 22, 1992, p. 775-786.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kruczek (Theresa) et Vitanza (Stephanie), « Treatment effect with an adolescent abuse survivor's group », Child Abuse & Neglect, nº 23, 1999, p. 477-485.
DOI : 10.1016/S0145-2134(99)00023-X

Mannarino (Anthony), Cohen (Judith) et Berman (Susan), « The Children’s Attributions and Perceptions Scale : A new measure of sexual abuse-related factor », Journal of Clinical Psychology, nº 23, 1994, p. 204-211.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

McCrone (Paul) et al., « Cost-effectiveness of individual versus group psychotherapy for sexually abused girls », Child and Adolescent Mental Health, nº 10, 2005, p. 26-31.
DOI : 10.1111/j.1475-3588.2005.00113.x

Monette (Marie-Claude), Tourigny (Marc) et Daigneault (Isabelle), « Facteurs associés aux problèmes de comportement intériorisés et extériorisés chez les adolescentes agressées sexuellement », Revue canadienne des sciences du comportement, nº 49, 2008, p. 31-41.

Narring (Françoise) et Rummel-Walker (Rose-Marie), « L'aide aux adolescentes victimes d'agression sexuelle. L'action des groupes de soutien de l'association Familles solidaires », Médecine et Hygiène, nº 59, 2001, p. 2022-2026.

Paquette (Geneviève),Tourigny (Marc) et Joly (Jacques), « Effects of a group therapy program led by social workers for sexually abused adolescent girls », Canadian Social Work Journal, nº 13, 2011, p. 10-27.

Paquette (Geneviève),Tourigny (Marc) et Joly (Jacques), « Implications pratiques des résultats de l’évaluation d’un programme d’intervention de groupe offert à des adolescentes agressées sexuellement », in Aide aux jeunes en difficulté : regards sur nos pratiques, [textes réunis par] Déry (Michèle), Denault (Anne-Sophie) et Lemelin (Jean-pascal), Actes du colloque du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance, 25-26 mars 2010, Sherbrooke, Les Presses de l'Université de Sherbrooke, Éditions du CRP, 2010, p. 107-126.

Paquette (Geneviève),Tourigny (Marc) et Joly (Jacques), « Programme d’intervention de groupe pour des adolescentes agressées sexuellement : Étude des effets spécifiques et exploration du lien avec l’implantation », in Tardif (Monique) [dir.], L'agression sexuelle. Transformations et paradoxes, Cifas 2009, Montréal, Cifas-Institut Philippe-Pinel de Montréal, 2011, p. 56-78.

Paquette (Geneviève),Tourigny (Marc) et Joly (Jacques), « Une recension systématique des programmes d'intervention de groupe pour les adolescentes agressées sexuellement », Revue québécoise de psychologie, nº 29, 2008, p. 85-99.

Pauzé (Robert), Toupin (Jean) et Déry (Michèle), Traduction des questionnaires : Child’s Attitude toward Mother et Child’s Attitude toward Father, Document inédit, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, 1993.

Reeker (Julie), Ensing (David) et Elliott (Robert), « A meta-analytic investigation of group treatment outcomes for sexually abused children »,Child Abuse & Neglect, nº 21, 1997, p. 669-680.

Sánchez-Meca (Julio), Rosa-Alcazar (Ana) et Lopez-Soler (Concepcion), « The psychological treatment of sexual abuse in children and adolescents: a meta-analysis », International Journal of Clinical and Health Psychology, nº 11, 2011, p. 67-93.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Spear (Linda), « Neurobehavioral changes in adolescence », Current Directions in Psychological Science, nº 9, 2000, p. 111-114.
DOI : 10.1111/1467-8721.00072

Spaccarelli (Steve), « Stress, appraisal, and coping in child sexual abuse: a theoretical and empirical review », Psychological Bulletin, nº 116, 1994, p. 340-362.

Sturkie (Kinly), « Group treatment of child sexual abuse victims: a review », dans O'Donohue (William) et Geer (James) [dir.], The sexual abuse of children : clinical issues,volume 2, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, 1992, p. 331-364.

Thériault (Chantal), Cyr (Mireille) et Wright (John), Traduction et adaptation du Parental Reaction to Abuse Disclosure Scale, Document inédit, Montréal, Université de Montréal, PRIMASE, 1995.

Thériault (Chantal), Cyr (Mireille) et Wright (John), Questionnaire on Events from Childhood to Adolescence, Document inédit, Montréal, Université de Montréal, 1996.

Tourigny (Marc), Boisvert (Isabelle) et Jacq (Béatrice), « Efficacité d’une intervention de groupe de courte durée auprès d’adolescentes agressées sexuellement », Intervention, nº 129, 2008, p. 27-38.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tourigny (Marc) et Hébert (Martine), « Comparison of open versus closed group interventions for sexually abused adolescent girls », Violence and Victims, nº 22, 2007, p. 334-349.
DOI : 10.1891/088667007780842775

Tourigny (Marc), Hébert (Martine) et Daigneault (Isabelle), « Efficacité d’une intervention de groupe auprès d’adolescentes agressées sexuellement et présentant des problèmes de comportement extériorisés », in Déry (Michèle) et Verlaan (Pierrette) [dir.], Les conduites antisociales chez les filles, Montréal, Les Presses de l’Université du Québec, 2006, p. 385-412.

Tourigny (Marc), Hébert (Martine), Daigneault (Isabelle) et Simoneau (Anne-Claude), « Efficacy of a group therapy for sexually abused adolescent girls »,Journal of Child Sexual Abuse, nº 14, 2005, p. 71-93.

Trask (Emily), Walsh (Kate) et DiLillo (David), « Treatment effects for common outcome of child sexual abuse: a current meta-analysis », Aggression and Violent Behavior, nº 16, 2011,p. 6-19.

Trickett (Penelope), Kurtz (Dawn) et Noll (Jennie), « The consequences of child sexual abuse for female development », dans Bell (Debora), Foster (Sharon) et Mash (Eric) [dir.], Handbook of behavioral and emotional problems in girls, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers, 2005, p. 357-379.

Tyler (Kimberly), « Social and emotional outcomes of childhood sexual abuse: a review of recent research », Aggression and Violent Behavior, nº 7, 2002, p. 567-589.

Wright (John) et Sabourin (Stéphane), Traduction française du Trauma Symptom Checklist for Children, Document inédit, Montréal, Université de Montréal, Département de Psychologie, 1996.

Wright (John), Sabourin (Stéphane) et Lussier (Yvan), Échelle d’évaluation d’abus sexuel (Traduction du Sexual Abuse Rating Scale), Document inédit, Montréal, Université de Montréal, 1994.

Haut de page

Document annexe

  • Annexe (application/msword – 81k)
Haut de page

Notes

1  Association des centres jeunesse du Québec, Guide d’intervention lors d’allégations d’agression sexuelle envers les enfants, Montréal, Protection de la jeunesse, Association des centres jeunesse du Québec, 2000, p. 15.

2  Marc Tourigny, Isabelle Boisvert et Béatrice Jacq, « Efficacité d’une intervention de groupe de courte durée auprès d’adolescentes agressées sexuellement », Intervention, nº 129, 2008, p. 27-38.

3  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, « Treatment effects for common outcome of child sexual abuse: A current meta-analysis », Aggression and Violent Behavior, nº 16, 2011,p. 6-19.

4  Penelope Trickett, Dawn Kurtz et Jennie Noll, « The consequences of child sexual abuse for female development », in Handbook of behavioral and emotional problems in girls, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers, 2005, p. 357-379.

5  Kimberly Tyler, « Social and emotional outcomes of childhood sexual abuse: A review of recent research », Aggression and Violent Behavior, nº 7, 2002, p. 567-589.

6  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.

7  Steve Spaccarelli, « Stress, appraisal, and coping in child sexual abuse: A theoretical and empirical review », Psychological Bulletin, nº 116, 1994, p. 340-362.

8  Isabelle Daigneault, Martine Hébert et Marc Tourigny, « Attributions and coping in sexually abused adolescents referred for group treatment », Journal of Child Sexual Abuse, nº 15, 2006, p. 35-59.

9  Marie-Claude Monette, Marc Tourigny et Isabelle Daigneault, « Facteurs associés aux problèmes de comportement intériorisés et extériorisés chez les adolescentes agressées sexuellement », Revue canadienne des sciences du comportement, nº 49, 2008, p. 31-41.

10  David Fergusson, Joseph Boden et John Horwood, « Exposure to childhood sexual and physical abuse and adjustment in early adulthood », Child Abuse & Neglect, nº 32, 2008, p. 607-619.

11  Marc Tourigny, Isabelle Boisvert et Béatrice Jacq, op cit.

12  Kinly Sturkie, « Group treatment of child sexual abuse victims: A review », in The sexual abuse of children: Clinical issues,volume 2, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, 1992, p. 331-364.

13  Theresa Kruczek et Stephanie Vitanza, « Treatment effect with an adolescent abuse survivor's group », Child Abuse & Neglect, nº 23, 1999, p. 477-485.

14  Françoise Narring et Rose-Marie Rummel-Walker, « L'aide aux adolescentes victimes d'agression sexuelle. L'action des groupes de soutien de l'association Familles solidaires », Médecine et Hygiène, nº 59, 2001, p. 2022-2026.

15  Dennis Kivlighan et Stacey Holmes, « The importance of therapeutic factors: A typology of therapeutic factors studies », in Handbook of group counseling and psychotherapy, Thousand Oaks, Sage Publications, 2004, p. 23-36.

16  Paul McCrone et al., « Cost-effectiveness of individual versus group psychotherapy for sexually abused girls », Child and Adolescent Mental Health, nº 10, 2005, p. 26-31.

17  Geneviève Paquette, Marc Tourigny et Jacques Joly, « Une recension systématique des programmes d'intervention de groupe pour les adolescentes agressées sexuellement », Revue québécoise de psychologie, nº 29, 2008, p. 85-99.

18  Ibid.

19  Ibid.,p. 94.

20  Geneviève Paquette,Marc Tourigny et Jacques Joly, « Implications pratiques des résultats de l’évaluation d’un programme d’intervention de groupe offert à des adolescentes agressées sexuellement », dans Aide aux jeunes en difficulté : regards sur nos pratiques, Actes du colloque du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance, 25-26 mars 2010, Sherbrooke, Les Presses de l'Université de Sherbrooke, Éditions du CRP, 2010, p. 107-126.

21  Geneviève Paquette,Marc Tourigny et Jacques Joly, « Programme d’intervention de groupe pour des adolescentes agressées sexuellement : Étude des effets spécifiques et exploration du lien avec l’implantation », in L'agression sexuelle. Transformations et paradoxes, Cifas 2009, Montréal, Cifas-Institut Philippe-Pinel de Montréal, 2011, p. 56-78.

22  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, « A meta-analytic investigation of therapy modality outcomes for sexually abused children and adolescents : An exploratory study », Child Abuse & Neglect, nº 31, 2007, p. 125-141.

23  Julie Reeker, David Ensing et Robert Elliott, « A meta-analytic investigation of group treatment outcomes for sexually abused children »,Child Abuse & Neglect, nº 21, 1997, p. 669-680.

24  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, « The psychological treatment of sexual abuse in children and adolescents: A meta-analysis », International Journal of Clinical and Health Psychology, nº 11, 2011, p. 67-93.

25  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.

26 Ibid.

27  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.

28  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op. cit.

29 Ibid.

30  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.

31  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, op. cit.

32  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.

33  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, op. cit.

34  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.

35  Marc Tourigny, Martine Hébert et Isabelle Daigneault, « Efficacité d’une intervention de groupe auprès d’adolescentes agressées sexuellement et présentant des problèmes de comportement extériorisés », dans Les conduites antisociales chez les filles, Montréal, Les Presses de l’Université du Québec, 2006, p. 385-412.

36  Martine Hébert et Marc Tourigny, « Effects of a psychoeducational group intervention for children victims of sexual abuse », Journal of Child & Adolescent Trauma, nº 3, 2010, p. 143-160.

37  Esther Deblinger et al., « Trauma-focused cognitive behavioral therapy for children: Impact of the trauma narrative and treatment length », Depression and Anxiety, nº 28, 2011, p. 67-75.

38  Esther Deblinger, Anthony Mannarino, Judith Cohen et Robert Steer, « A follow-up study of a multisite, randomized, controlled trial for children with sexual abuse-related PTSD symptoms », Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, nº 45, 2006, p. 1474-1484.

39  Marc Tourigny, Martine Hébert et Isabelle Daigneault,op. cit.

40  Martine Hébert et Marc Tourigny, op. cit.

41  Esther Deblinger et al., op. cit.

42  Esther Deblinger, Anthony Mannarino, Judith Cohen et Robert Steer, op. cit.

43  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op. cit.

44  Steve Spaccarelli, op. cit.

45 Ibid.

46  Steve Spaccarelli, op. cit.

47  Centre jeunesse de l’Estrie, Projet d’intervention pour les adolescentes victimes d’agression sexuelle : guide d’animation et composantes opérationnelles du programme,Document inédit, Sherbrooke, 2004.

48  Marc Tourigny et Martine Hébert, « Comparison of open versus closed group interventions for sexually abused adolescent girls », Violence and Victims, nº 22, 2007, p. 334-349.

49  Marc Tourigny, Martine Hébert, Isabelle Daigneault et Anne-Claude Simoneau, « Efficacy of a group therapy for sexually abused adolescent girls »,Journal of Child Sexual Abuse, nº 14, 2005, p. 71-93.

50  Marc Tourigny, Isabelle Boisvert et Béatrice Jacq, op. cit.

51  Geneviève Paquette, Marc Tourigny et Jacques Joly, « Effects of a group therapy program led by social workers for sexually abused adolescent girls », Canadian Social Work Journal, nº 13, 2011, p. 10-27.

52  Steve Spaccarelli, op. cit.

53  Anthony Mannarino, Judith Cohen et Susan Berman, « The Children’s Attributions and Perceptions Scale: A new measure of sexual abuse-related factors », Journal of Clinical Psychology, nº 23, 1994, p. 204-211.

54  Geneviève Bouchard et al., « Nature des stratégies d'adaptation au sein des relations conjugales : présentation d'une version abrégée du Ways of Coping Questionnaire »,Revue canadienne des sciences du comportement, nº 27, 1995, p. 371-377.

55  Christina Knussen, Patricia Sloper, Cliff Cunningham et Stephan Turner, « The use of the Ways of Coping (Revised) questionnaire with parents of children with Down’s syndrome », Psychological Medicine, nº 22, 1992, p. 775-786.

56  Laurier Fortin, Égide Royer, Diane Marcotte et Pierre Potvin, « Facteurs personnels, scolaires et familiaux différenciant les garçons en problèmes de comportement du secondaire qui ont décroché ou non de l'école »,Nouveaux cahiers de la recherche en éducation, nº 8, 2005, p. 79-88.

57  Thomas Achenbach et Leslie Rescorla, Manual for the ASEBA School-Age Forms & Profiles, Burlington, University of Vermont, Research Center for Children, Youth and Families, 2001.

58 Ibid.

59  John Briere, Trauma Symptom Checklist for Children (TSCC): Professional Manual, Odessa, Psychological Resources, 1996.

60  John Wright et Stéphane Sabourin, Traduction française du Trauma Symptom Checklist for Children,Document inédit, Montréal, Université de Montréal, Département de psychologie, 1996.

61  John Briere, op. cit.

62 Ibid.

63  Isabelle Daigneault, Mireille Cyr et Marc Tourigny, « Profil psychologique d'adolescentes agressées sexuellement et prises en charge par les services de protection de la jeunesse », Santé mentale au Québec, nº 28, 2003, p. 211-232.

64  Charles Giuli et Walter Hudson, « Assessing parent-child relationship disorders in clinical practice: The child point of view », Journal of Social Service Research, nº 1, 1977, p. 77-92.

65  Robert Pauzé, Jean Toupin et Michèle Déry, Traduction des questionnaires : Child’s Attitude toward Mother et Child’s Attitude toward Father, Document inédit, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, 1993.

66  Charles Giuli et Walter Hudson, op. cit.

67  Chantal Thériault, Mireille Cyr et John Wright, Questionnaire on Events from Childhood to Adolescence, Document inédit, Montréal, Université de Montréal, 1996.

68  William Friedrich, Sexual Abuse Rating Scale, Rochester, Department of Pedopsychiatry, 1992.

69  John Wright, Stéphane Sabourin et Yvan Lussier, Échelle d’évaluation d’abus sexuel (Traduction du Sexual Abuse Rating Scale), Document inédit, Montréal, Université de Montréal, 1994.

70  Christine Courtois, Healing the incest wound: Adult survivors in therapy, New York, Norton & Co, 1996.

71  Mark Everson, Wanda Hunter et Desmond Runyan, Parental Reaction to Abuse Disclosure Scale (PRADS), Chapel Hill, University of North Carolina, 1989.

72  Chantal Thériault, Mireille Cyr et John Wright, Traduction et adaptation du Parental Reaction to Abuse Disclosure Scale, Document inédit, Montréal, Université de Montréal, PRIMASE, 1995.

73  Jacob Cohen, « A power primer », Psychological Bulletin, nº 112, 1992, p. 155-159.

74  Steve Spaccarelli, op. cit.

75 Ibid.

76  Geneviève Paquette, MarcTourigny et Jacques Joly, op. cit.

77  Kinly Sturkie, op cit.

78  Thomas Dishion, Joan McCord et François Poulin, « When interventions harm: Peer groups and problem behavior », American Psychologist, nº 54, 1999, p. 755-764.

79  Emily Trask, Kate Walsh et David DiLillo, op.cit.

80  Steve Spaccarelli, op. cit.

81  Mireille Cyr et al., « Predictors of maternal support: The point of view of adolescent victims of sexual abuse and their mother », Journal of Child Sexual Abuse, nº 12, 2003, p. 39-65.

82  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.

83  Steve Spaccarelli, op. cit.

84 Ibid.

85  Melanie Hetzel-Riggin, Amy Brausch et Brad Montgomery, op. cit.

86  Julio Sánchez-Meca, Ana Rosa-Alcazar et Concepcion Lopez-Soler, op. cit.

87  Esther Deblinger et al., op. cit.

88  Judith Herman, Trauma and recovery: The aftermath of violence – from domestic abuse to political terror, (2e éd.), New York, Basic Books, 1992.

89  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Paquette, Marc Tourigny, Jacques Joly et Isabelle Daigneault, « Exploration de l’évolution des adolescentes victimes d’agression sexuelle participant à des interventions de groupe selon leurs caractéristiques sociofamiliales, leur fonctionnement adaptatif, l’agression subie, son dévoilement et la durée de l’intervention », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°12 | Automne 2011, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://sejed.revues.org/7321

Haut de page

Auteurs

Geneviève Paquette

Professeure au département de psychoéducation de la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke (Québec, Canada), Geneviève Paquette, Ph.D. s'intéresse aux profils cliniques des jeunes victimes d'agression sexuelle, à leurs trajectoires d'adaptation ainsi qu'à l'efficacité des programmes d'intervention leur étant offerts.

Marc Tourigny

Marc Tourigny, Ph.D., est professeur au département de psychoéducation de la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke. Depuis de nombreuses années, il étudie la question de la maltraitance envers les enfants et de l'efficacité des programmes d'intervention destinés aux enfants victimes d'agression sexuelle.

Jacques Joly

Jacques Joly, Ph.D., est professeur au département de psychoéducation de la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke. Il s'intéresse à l'implantation et à l'efficacité des programmes d'intervention psychosociale.

Isabelle Daigneault

Professeure au département de psychologie de la Faculté des arts et des sciences de l'Université de Montréal (Québec, Canada), Isabelle Daigneault, Ph.D., s'intéresse à la résilience et au traumatisme des enfants ainsi qu'à l'évaluation des programmes de prévention et de traitement dans le domaine des agressions sexuelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org