Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Refaire la cité. L’avenir des banlieues

Seuil, La République des idées. 2013, 106 pages
Hélène Chéronnet
Référence(s) :

Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Refaire la cité. L’avenir des banlieues, Seuil, La République des idées. 2013, 106 p.

Texte intégral

1Dans la suite de leurs travaux respectifs, Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie analysent les transformations des espaces urbains et des pratiques sociales qui s’y développent dans ce qu’ils nomment « les cités de banlieues ». Ils adoptent une perspective qui se démarque du prisme de l’action publique où « ces zones urbaines sensibles » sont envisagées comme une concentration urbaine des problèmes sociaux.

2Certes, pour les auteurs, la discrimination raciale et la ségrégation redoublent les facteurs proprement sociaux de la relégation. Il n’est pas question pour autant de nier la marginalisation urbaine et sociale dont témoignent tous les indicateurs. Mais, écrivent Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie, c’est avant tout l’exclusion politique qui touche ces territoires. Le « problème » des banlieues s’incarne d’abord dans les rapports qu’elles entretiennent avec la communauté. Ce sont des rapports entre groupes sociaux et de la construction symbolique de ces rapports dont il est question.

3Dès l’introduction, les auteurs énoncent clairement leur option : « Si le problème est politique, alors la solution est aussi de nature politique. (p. 9) » et ils poursuivent au fil de l’ouvrage : « On ne sortira pas de la spirale de la dégradation (ou des pièges du statu quo) sans favoriser la mobilisation des gens autour d’enjeux politiques, sans leur donner la parole et accepter d’écouter ce qu’ils ont à dire. En d’autres termes, une des meilleures « politiques de la ville » consisterait à accepter le conflit. (p. 69) » L’ouvrage se termine d’ailleurs par une conclusion intitulée « fabriquer du politique ». Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie y livrent leurs observations relatives à la transformation des réalités sociales des « cités pauvres » et les auteurs font des préconisations pour permettre aux habitants des banlieues de participer à la vie sociale et de s’inscrire à nouveau dans un espace démocratique.

4L’argumentaire est ici clairement militant avec une conclusion qui ouvre sur des propositions d’action. L’ouvrage s’inscrit dans l’héritage de travaux antérieurs :

  • 1 L’emploi du terme de ghetto pour désigner les « cités de banlieue » fait l’objet d’une controverse. (...)

5Didier Lapeyronnie, dans une démarche relevant de l’intervention sociologique, qui prend en compte le sens vécu par les acteurs, avait finement analysé l’influence de certains facteurs sur la façon dont les habitants agissent. Ainsi, le fonctionnement des services publics dans les banlieues ouvrières en déclin, les relations de dépendance exercées via les travailleurs sociaux avec les familles pauvres, la place des économies souterraines dans l’ambiance des quartiers, la place et la fonction sociale de la violence, les expériences vécues de l’indignité, du mépris, de l’injustice, l’incapacité de convertir ces sentiments en action collective représentent autant de modalités qui influencent les conduites sociales des habitants et qui donnent sens à leurs épreuves. Le ghetto, à la fois stigmate et cocon, fait obstacle à une participation sociale « normale » autant qu’il protège de l’indignité par le sentiment rassurant d’être « entre soi »1.

  • 2 Michel Kokoreff, 2006, « Les émeutiers de l’injustice », in Mouvements, n° 44, 2006/2, p. 13 à 25.
  • 3 Michel Kokoreff , 2008, Sociologie des émeutes, Payot.

6Pour Michel Kokoreff, la montée du chômage de masse, l’institutionnalisation du non emploi, les ségrégations urbaines et scolaires, la stigmatisation et la criminalisation des classes populaires, les discriminations ethniques et raciales sont autant de phénomènes, qui ont conduit à une fragmentation sociale, urbaine, culturelle et politique de la société française2. Analysant, dans d’autres écrits, les émeutes urbaines, Michel Kokoreff développe la thèse qu’une fraction de la jeunesse des milieux populaires vivrait une tension permanente entre déni de citoyenneté et idéal identitaire ainsi qu’entre expérience de l’indignité et demande de respect. Ce, dans l’absence d’issue politique pour ces mouvements de protestation venus des banlieues populaires. Confrontés à l’extension des pratiques de discrimination et à une logique de maintien de l’ordre public qui conduit à dépolitiser la colère légitime de ceux qui occupent la rue en la disqualifiant, des jeunes se voient dépossédés de toute tentative d’expression collective. Souvent qualifiés de communautaristes, ces mouvements de protestation peinent à s’inscrire dans l’espace politique3.

7Dans Refaire la cité, Michel Kokoreff et Didier Lapeyronie identifient trois âges de la banlieue avec :

  • Une première période qui s’étend du milieu des années 1970 jusqu’à la fin des années 1980. Celles-ci sont marquées par la désorganisation de la vie collective. Les instituions ne jouent plus leur rôle et la classe ouvrière peine à transmettre ses valeurs et ses normes. L’abandon de l’espoir d’une structuration politique alternative à la banlieue rouge ouvre, selon les auteurs, la voie vers les violences urbaines.

  • Une seconde époque, dès les années 1990, marquées par les émeutes. La confiance dans la république décroît et les habitants des cités ressentent fortement la relégation et l’abandon mais surtout leur inexistence politique. Les quartiers sont transformés par la croissance très forte du chômage, celui des jeunes notamment, l’augmentation des inégalités (surtout avec les villes où ils sont implantés), la récurrence des émeutes, l’explosion des incivilités, l’explosion du trafic de drogue. Cette période est marquée par l’absence de participation au processus de production au profit de l’accès à la consommation. Le groupe des proches se substitue à la classe sociale. Le repli sur la sphère privée libère l’espace public pour les jeunes et une culture de la rue se met en place avec un code de la rue.

  • Une troisième période qui débute avec l’attentat du 11 septembre 2001 marque une rupture caractérisée par la clôture progressive des quartiers. Il est marqué par l’ampleur des émeutes et, notamment, celles de 2005. Cinq dimensions irriguent de plus en plus la vie des quartiers : l’isolement de la population, l’augmentation d’une violence conflictuelle interne et, dans certains endroits, l’incrustation de trafics de grande ampleur, la rupture de la communication entre hommes et femmes, l’installation d’une religiosité quotidienne et structurante de la vie sociale, la distance et l’hostilité aux institutions.

8Pour Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie, le ghetto est une nouvelle configuration qui s’impose dans les cités. Les auteurs le décrivent comme un ensemble de conduites sociales et donc comme une catégorie d’action. C’est une forme particulière d’organisation et aussi d’interprétation de la vie sociale relative à la façon dont les habitants agissent en donnant sens à leurs épreuves. Le ghetto n’est pas identifiable au quartier. Ce n’est pas un lieu, une zone urbaine et tous les habitants n’y participent pas.

9Pour les auteurs, précarisation sociale et émeutes urbaines ne vont pas toujours de pair. L’hétérogénéité des territoires se conjugue avec une micro-territorialisation des appartenances et des identités collectives. On pourrait ainsi dresser une typologie selon deux axes : le premier qui distingue les quartiers en fonction de leur inscription dans leur environnement social et urbain ; le second qui les caractériserait en fonction d’une plus ou moins forte participation culturelle, sociale et politique. En croisant ces deux axes, on obtiendrait alors quatre types à savoir les quartiers situés dans les villes elles-mêmes en difficulté ou dynamiques, connaissant une participation faible ou élevée. Les banlieues et quartiers populaires de la région parisienne constitueraient, pour leur part, des cas intermédiaires (p. 51).

10Néanmoins, au delà de cette diversité, il existerait un effet quartier reposant sur de grands déterminants sociaux tels que la pauvreté, le chômage, la discrimination raciale, l’échec scolaire. L’extrême variabilité des ambiances de quartier constituerait une autre dimension transversale. Calmes, à certains moments, l’ambiance de ces quartiers peut s’enflammer sous l’effet d’embrouilles, de cannabis et d’alcool. Pour les auteurs, la police participe grandement de ces ambiances : « ces interventions à l’occasion musclées dissimulent mal la peur des policiers jeunes, mal formés, sans expérience, mal encadrés, soumis à une exigence de « résultats » (p. 67). Deux logiques co-existent : celle de la culture de la rue où les relations entre jeunes et adultes s’inscrivent dans un rapport de force permanent et celle des interventions policières, perçues comme plus visibles qu’efficaces et amplifiant le sentiments d’insécurité des habitants qui ont ainsi la sensation de vivre dans une zone criminogène.

  • 4 On peut également, à ce propos citer Hugues Lagrange et Thierry Pech : « Depuis deux décennies, on (...)

11Selon les auteurs, l’Etat, via les politiques publiques, les logiques institutionnelles, aurait grandement contribué à la création de ces quartiers. Ceux-ci apparaissent aujourd’hui comme découpés par des subdivisions et des frontières invisibles qui « opposent des catégories sociales souvent tiraillées par des solidarités méfiantes et des embrouilles sans cesse réactivées4 » (p. 69). L’Etat porterait aujourd’hui une lourde responsabilité car il échouerait à « réparer » ou à transformer ces quartiers structurés par les modes de désignation et les catégories d’action des politiques de la ville.

12Beaucoup de travaux relatifs à la sociologie urbaine semblent se heurter à une complexité de la posture. Comment, en effet, décrire les modes d’appropriation de l’espace, les relations sociales qui s’y déploient sans essentialiser ni stigmatiser les conduites sociales des habitants qui vivent ? (Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie prennent notamment pour exemple la violence urbaine p. 71). Comment inscrire les problèmes de pauvreté, de chômage, d’intégration ou de discrimination dans le cadre de réponses plus globales et de politiques générales ? « Tous les pauvres et tous les chômeurs ne vivent pas dans ces quartiers. De même, tous les enfants d’immigrés n’y résident pas » (p. 71).

13La réception de ces différents travaux, par les populations concernées, met parfois en évidence des réactions assez vives à ce qui s’apparente pour elles à une réduction de leurs conduites à des phénomènes de violence ou à une clôture du quartier vis à vis du reste de l’espace urbain.

14La question des émeutes urbaines représente, pour les auteurs, un analyseur des relations entre « les populations des quartiers » et les pouvoirs publics et plus principalement la police. Les émeutes sont pratiquement le seul moyen d’expression politique qui leur reste. Elles traduisent la marginalisation civique, urbaine et sociale (p. 72).

15Pour les auteurs, la situation des quartiers populaires est marquée par la marginalité politique au point qu’on observe une perte de légitimité des actions publiques et des divers modes d’intervention dans ces espaces. Ce, dans un contexte où, depuis 2002, les gouvernements ont délaissé la dimension sociale des politiques de la ville, au profit d’une intensification des politiques sécuritaires, couplées à un vaste programme de rénovation du bâti.

16Les émeutes traduisent alors un sentiment d’exclusion vis à vis d’une participation « normale » à la vie sociale. Les émeutiers, au travers de leurs actes, dénoncent l’abandon dont ils sont l’objet par l’ensemble de l’univers institutionnel (école, logement social, travail social, emploi, police, justice). Mais, de manière ambivalente, ils méprisent également ces différentes institutions. Ils se réfugient dans le « cocon », autre face du ghetto, qui permet de rester dans l’entre soi et de nourrir les discours et attitudes relatifs au désenchantement démocratique ». « L’émeute est le produit de la marginalité politique, du déficit de représentation, du mauvais fonctionnement de la démocratie » (p. 77).

17Ces mouvements de protestation, venus des banlieues populaires, peinent à trouver une issue politique. Ceci contribue à consommer la rupture entre les habitants des cités et la république et ses institutions. Des jeunes, confrontés à l’extension des pratiques de discriminations et à une logique de maintien de l’ordre public qui conduit à dépolitiser, en la disqualifiant, la colère légitime de ceux qui occupent la rue, se voient dépossédés de toute tentative d’expression collective.

18Pour refonder la légitimité républicaine, il est nécessaire, pour les auteurs, de retourner la logique du ghetto en apportant une signification politique aux situations vécues, afin de transformer les dimensions négatives en supports positifs d’action. Ce, notamment, en valorisant le répertoire des expériences menées avec succès. Passer du vide politique au « communautarisme civique » suppose d’examiner les modalités de la participation sociale. Elles viseraient à permettre le développement communautaire mais également à encourager un appui sur la communauté pour favoriser la réussite individuelle. L’ouvrage examine des expériences qui ont poursuivi ces buts. Faire évoluer le fonctionnement des quartiers, en modifiant l’environnement social et l’implication des individus, en promouvant des images positives, aura, selon les auteurs, des effets sur la pertinence des interventions sociales individuelles. La construction dans le quartier d’un pouvoir politique, acquis par la communauté, favorise la capacité de l’individu à mobiliser des ressources et à sortir de la dépendance. Les auteurs relèvent ici la double acception du terme empowerment où la participation sociale pour être crédible relève à la fois d’un travail sur soi en même temps qu’un travail avec les autres (p. 98).

19Si la question des cités est le produit de la marginalisation d’une partie de la population qui n’accède plus à la représentation ni aux canaux d’expression publique, l’incapacité des tentatives militantes à lier actions locales et perspectives générales explique la faiblesse de l’organisation et de l’action collective ainsi que la difficulté à créer de l’action politique dans les quartiers. Les politiques publiques ont, selon les auteurs, montré leurs limites et elles laissent ces quartiers dans un vide social, politique et symbolique. Ce vide est rempli par la ghettoïsation, la violence et les émeutes alors qu’une vie politique (souvent fragile et isolée), des initiatives et des forces positives (notamment celles des femmes) existe.

20La dépolitisation des quartiers, concluent les auteurs dans le fil de leur démonstration, a conduit à priver les politiques publiques et les intervenants sociaux de leur légitimité. La rhétorique sécuritaire, qui colore le discours public, a largement contribué à discréditer les analyses s’attachant à l’influence de causes sociales, telles que le chômage et la pauvreté, sur les conduites sociales des habitants de ces quartiers. La lutte contre « la culture de l’excuse » a largement minoré l’importance des réactions/revendications prenant appui sur l’expérience du mépris, sur le sentiment d’injustice et sur la demande de respect et le désir de reconnaissance.

21Les politiques publiques, qui oscillent entre le tout sécuritaire et la rénovation urbaine se sont montrées contre-productives en renforçant la criminalisation et la vulnérabilité des quartiers de plus en plus impopulaires. Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie se montrent d’avantage favorables à une action publique de type ascendante (bottom-up) où le développement d’interventions politiques dans les quartiers s’appuie sur des acteurs « qui tendent de faire entendre les sans voix » (p. 105).

22Pour les auteurs, la question des « cités de banlieues » fonctionne comme un analyseur de la cohésion sociale et une refonte des rapports entre l’Etat et la société civile est nécessaire, notamment en affirmant une volonté politique de changement social. L’ouvrage se termine sur trois propositions :

  • Réformer la police et redéfinir sa doctrine en matière de sécurité pour renouer des liens entre les forces de l’ordre et la population des quartiers.

  • Accorder le droit de vote aux élections locales aux immigrés extra-communautaires.

  • Réviser la loi de 1970 sur les drogues en dépénalisant dans un premier temps l’usage cannabis et en encadrant, dans un second temps, sa production et sa distribution.

  • 5 Christophe Guilluy, op cit. p. 14.
  • 6 Joseph Isaac, Yves Grafmeyer ( textes traduits et présentés par), 1990, L’école de Chicago. Naissan (...)
  • 7 Frédéric Thrasher, The gang en 1927, Louis Wirth, The ghetto en 1928, William Foote Whyte, Street C (...)

23Pour Christophe Guilluy, « l’enjeu des prochaines décennies sera de maintenir une cohésion nationale entre des territoires qui tendent à se différencier de plus en plus culturellement ainsi qu’à accompagner une forte instabilité sociale, démographique et culturelle »5. Dans ce petit livre, Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie apportent leur pierre à l’édifice et engagent le débat. Ils renouvellent ainsi l’approche qui fut celle de l’école de Chicago6. Dans une ambition progressiste, des sociologues, par leurs études de terrain, ont fait le pari qu’au delà des effets des vagues de migrations sur la désorganisation de la ville, il était possible d’assimiler les jeunes des gangs qui venaient d’ailleurs, parlaient peu l’anglais, ne fréquentaient pas l’école et ne possédaient pas les codes pour s’intégrer. Il s’agissait déjà, dès les années 1920, de décrire le fonctionnement des gangs7, de mettre en perspective un ordre différent structuré sur d’autres valeurs, d’autres formes de ritualité. L’enjeu étant de comprendre le fonctionnement de ces jeunes pour s’appuyer sur leurs ressources et pour donner d’autres outils aux agences sociales. Ces sociologues avaient déjà pour dessein de faire évoluer le monde en montrant que ni la race ni la biologie ne motivaient les comportements délinquants mais bien davantage les conditions sociales dans lesquelles vivaient ces populations. Ainsi, la criminalité ne représentait pas un destin inéluctable pour l’Amérique.

24Dès lors que les différents processus liés aux modes d’appropriation spatiale sont affectés et que le rôle de l’espace devient primordial dans les modalités de composition sociale des quartiers, le pari des sociologues de l’École de Chicago reste d’une actualité incontournable.

Haut de page

Notes

1 L’emploi du terme de ghetto pour désigner les « cités de banlieue » fait l’objet d’une controverse. Pour Loïc Wacquant, tous les ghettos ne sont pas uniformément et globalement pauvres et toutes les zones pauvres ne sont pas des ghettos. Le ghetto fonctionne comme un dispositif spatial de fermeture ethnique. C’est une institution à double face car le ghetto remplit des fonctions opposées de confinement pour la catégorie dominante et de protection pour la catégorie dominée. Loïc Wacquant, 2005, « Les deux visages du ghetto », Construire un concept sociologique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005/5, n°160, p. 4-21.
Pour Christophe Guilluy, géographe, l’imposition d’une analyse qui oppose la France des ghettos et des minorités ethniques à une majorité homogène, constituée des classes moyennes, fait l’impasse sur la question sociale et relève d’une géographie médiatique alors qu’une nouvelle géographie sociale des territoires émerge. Christophe Guilluy, 2013, Fractures françaises, Flammarion, coll. Champs, essais.

2 Michel Kokoreff, 2006, « Les émeutiers de l’injustice », in Mouvements, n° 44, 2006/2, p. 13 à 25.

3 Michel Kokoreff , 2008, Sociologie des émeutes, Payot.

4 On peut également, à ce propos citer Hugues Lagrange et Thierry Pech : « Depuis deux décennies, on a tenté de répondre à cette délinquance d’exclusion par une politique centrée sur les territoires. Connue au Royaume-Uni sous le nom de programmes Inner cities et, en France, de politique de la Ville, elle consiste à saturer des zones géographiques par des interventions sur le bâti, les transports et les établissements scolaires, de manière à améliorer globalement les conditions de vie, de logement et d’étude dans des quartiers particulièrement touchés par le chômage et les dégradations. En France, depuis vingt ans, les politiques mises en œuvre ont souligné le rôle de l’enclavement des quartiers qu’il s’agissait de dynamiser, et pour lesquels il fallait fournir des réponses faisant jouer les responsabilités de tous les producteurs de sécurité – bailleurs, logeurs, écoles et, bien sûr, police et justice. Les actions menées dans ce cadre, qui visaient à rapprocher les emplois des quartiers défavorisés, n’ont pas produit les effets escomptés. L’amélioration sensible de la situation de l’emploi n’a pas bénéficié aux jeunes peu diplômés issus de ces quartiers (…) La réponse éducative, en l’absence de formation professionnelle et de débouchés en matière d’emploi, s’est réduite à « faire attendre » et à un travail de reconstruction psychologique et moral qui ne peut suffire. Dans ces conditions, au Nord comme au Sud de l’Europe, sans abandonner la réhabilitation et la redynamisation des quartiers, il s’agit de redéployer les moyens de manière à coupler contention et réinsertion. Si la politique pénale ne peut attendre la réparation du tissu social, la sanction pénale ne peut être intégratrice que si elle répond aussi au sentiment qu’a l’auteur d’avoir lui même été victime d’injustices (parfois alléguées, mais bien souvent réelles). L’échec relatif des politiques de la Ville en matière de délinquance a en partie résulté de la dissociation au sein de ces politiques de la dimension emploi-éducation et de la dimension contention-sanction ». Hughes Lagrange et Thierry Pech (2002), « Délinquance : les rendez-vous de l’Etat social », Esprit n° 290, p. 81-82.

5 Christophe Guilluy, op cit. p. 14.

6 Joseph Isaac, Yves Grafmeyer ( textes traduits et présentés par), 1990, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Fammarion, coll. Champs, essais

7 Frédéric Thrasher, The gang en 1927, Louis Wirth, The ghetto en 1928, William Foote Whyte, Street Corner society en 1943.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Chéronnet, « Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Refaire la cité. L’avenir des banlieues », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°13 | Printemps 2012, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/7454

Haut de page

Auteur

Hélène Chéronnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org