Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Coline Cardi, Geneviève Pruvost [coord.], Penser la violence des femmes

La Découverte, Paris, 2012, 440 pages
Séverine Depoilly
Référence(s) :

Coline Cardi, Geneviève Pruvost [coord.], Penser la violence des femmes, La Découverte, Paris, 2012, 440 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif intitulé « Penser la violence des femmes » dirigé par Coline Cardi et Geneviève Pruvost traite d’un objet suffisamment peu exploré pour qu’on en souligne ici tout l’intérêt : les violences des femmes.

2La tâche est ambitieuse si l’on considère la manière dont est traditionnellement abordée cette question. C’est en effet d’abord en tant que les femmes sont victimes et non actrices de la violence que l’on a coutume de considérer le problème. L’ouvrage proposé suppose donc un véritable déplacement du regard dont on prend toute la mesure dès l’introduction particulièrement dense et riche que nous proposent Coline Cardi et Geneviève Pruvost, introduction qui nous permet en effet de saisir l’ampleur des questions tout à la fois théoriques, épistémologiques et méthodologiques que pose l’étude de la violence des femmes.

3Un des enjeux théoriques d’une telle réflexion, comme les deux auteures le soulignent, est de sortir la violence des femmes d’un double silence : un silence, d’abord, du côté des travaux de la sociologie de la déviance ou de la violence qui, en pensant la violence au masculin neutre – un masculin qui par ailleurs s’ignore – écarte de l’analyse ce qui relèverait d’une violence des femmes puis, un silence du point de vue de la sociologie du genre, sociologie du genre qui, très fortement imprégnée du militantisme féministe, a tendu à centrer ses analyses sur l’oppression masculine dont les femmes étaient victimes et a de fait participé à invisibiliser une autre réalité de l’expérience des femmes, celle de l’expérience de leur violence. D’un point de vue méthodologique, s’atteler à un tel objet suppose là aussi de contourner un certain nombre d’obstacles liés aux sources, aux matériaux mis à la disposition des chercheurs et des chercheuses. La violence des femmes, parce qu’elle est euphémisée, parce que les femmes elles-mêmes, s’appuyant sur un certain nombre des stéréotypes de la « féminité », minorent leurs propres actes de violence, tend toujours à se dérober.

4L’intention de l’ouvrage n’est cependant pas de décrire ou de typifier une violence féminine – un mode de réflexion qui ne serait pas sans nous faire prendre le risque d’une forme d’essentialisation de cette violence - mais de la penser et, en la pensant de la dénaturaliser, elle, et la différence des sexes qui lui est associée.

5Pour penser et se saisir des violences des femmes, Coline Cardi et Geneviève Pruvost suggèrent d’interroger les mises en discours dont ces violences font l’objet, ce qu’elles nomment, dans leur introduction, « les mises en récit » (p. 16) de cette violence toujours étroitement dépendantes du contexte historique, social, politique, géographique dans lesquelles elles s’insèrent. L’analyse des discours sociaux, des processus de désignation, de qualification de la violence des femmes, dans l’ordre du monde social et du monde académique, qui toujours dénient, renient, dépolitisent ou hypertrophient cette violence permet d’accéder à la réalité de cette violence.

6Ces « mises en récit », typifiées dans l’introduction, sont au nombre de trois. Une première mise en récit désigne une violence « hors-cadre », la terminologie est empruntée à Erwing Goffman. Sont ainsi désignés ces processus de « non-reconnaissance » de la violence des femmes, processus par lesquels un certain nombre de ces violences se trouvent être niées, ignorées ou invisibilisées. Certaines formes de ces violences semblent ainsi être toujours « découvertes ». Tel est le cas, selon les deux auteures, de cette délinquance féminine que l’on désigne aujourd’hui comme toujours plus violente et dont on semble oublié qu’elle a antérieurement existé. Ce « déni d’antériorité » (p. 17) dont ces violences font l’objet participe d’une non-reconnaissance de cette violence qui relève alors de l’« impensable ». De même, les violences des femmes, parce qu’elles font fréquemment l’objet d’une requalification ou d’un sous-enregistrement par les services de la justice ou de la police, demeurent inaccessibles au travail de la pensée.

7Une deuxième forme de mise en récit relève de violences sous tutelle (p. 28). Ces violences sous tutelle sont certes, d’une certaine manière reconnues mais, parce qu’elles sont pensées comme relevant d’une nature spécifiquement féminine – on assiste alors à une psychologisation, psychiatrisation de la violence des femmes -, ou parce qu’elles sont envisagées comme subordonnées à la violence des hommes, elles sont invisibilisées. La puissance d’agir des femmes, la dimension proprement politique et subversive de certaines formes de violence mises en œuvre est niée. L’ordre du genre, malgré une certaine forme de reconnaissance de cette violence, s’en trouve alors réaffirmé.

8Enfin, une troisième forme de ces mises en récit révèle cette violence des femmes qui viendrait bouleverser les rapports sociaux de sexe et permettrait ainsi l’avènement d’un nouvel ordre social. La famille, l’école, le sport, la lutte armée semblent pouvoir constituer autant de « niches » sociales où peut prendre place une violence subversive et potentiellement porteuse d’émancipation.

9Les « mises en récit » ainsi envisagées permettent de se saisir des mécanismes, des processus sociaux par lesquels la violence des femmes est niée, disqualifiée, dépolitisée. Les différentes formes de violence des femmes qu’elles soient collectives, à dimension politique, ou qu’elles soient plus individuelles, inscrites dans la sphère domestique, méritent selon les deux auteures d’être réinterrogées et repolitisées. C’est précisément ce à quoi travaille l’ensemble des 23 contributions qui composent les 4 parties de l’ouvrage et qui nous invitent à « dénaturaliser, contextualiser, historiciser, repolitiser cette violence des femmes » (p. 13).

10Précisons que la richesse des analyses proposées tient à la variété des champs disciplinaires convoqués. La sociologie, l’histoire, l’anthropologie permettent d’explorer des dimensions variées de la violence des femmes. Le lecteur, invité à se transporter au gré des contributions du Moyen Âge au xxe siècle, de la France Révolutionnaire au Rwanda ou au Brésil, prend la mesure des différentes occurrences de la violence des femmes et de la façon dont les sociétés dénient, reconnaissent et mettent en récit cette violence.

11La première partie de l’ouvrage consacrée à la participation des femmes aux violences politiques, « collectives » permet d’interroger d’une part, les différentes formes qu’ont pu prendre les violences politiques des femmes et, d’autre part, les regards qui ont pu être portés sur ces violences. Que l’on pense aux femmes en armes au xvie siècle, à la participation des femmes aux émeutes vivrières de 1775 ou que l’on considère, dans un période plus proche de la notre, la participation des femmes à la lutte armée au Liban ou en Palestine, ces violences se trouvent toujours minorées qu’on en ignore la portée et l’intensité ou qu’on la considère toujours comme moins « dangereuses » et « spectaculaires » que celle des hommes.

12La deuxième partie de l’ouvrage, composée de contributions sociologiques et anthropologiques, permet d’envisager ces violences situées à la croisée du privée et du politique. L’analyse de violences perpétrées dans les sphères privées, domestiques, familiales invite à penser la dimension profondément « subversive » de certaines formes de ces violences. De ce point de vue, la contribution de Clothilde Lebas consacrée aux modes de réaction des femmes algériennes à l’égard de la violence de leur mari se révèle particulièrement éclairante en ce qu’elle donne à voir une puissance d’agir des femmes. Dès lors, que l’on s’intéresse aux formes prises par certaines violences privées, domestiques ou que l’on pense une possible symétrie des violences féminines et masculines comme nous y invite notamment Dominique Duprez dans son analyse de ces jeunes brésiliennes chefs de gangs, se trouve finalement mise en question cette vision unique, binaire des rapports entre les sexes qui confine les femmes à des positions de dominées et les hommes à des positions de dominants.

13La troisième partie de l’ouvrage centrée sur l’analyse du traitement institutionnel de la violence des femmes nous conduit à prendre la mesure de ces mécanismes qui, parce qu’il déresponsabilise les femmes justiciables, psychologise ou psychiatrise leur violence participent irrémédiablement de cette invisibilisation de la part prise par les femmes dans certains actes de violence. C’est ainsi sur tout un pan de la réalité sociale difficilement accessible que nous sommes invités à réfléchir.

14La quatrième et dernière partie de l’ouvrage intitulée « Figurations et défigurations de femmes violentes » permet de nous déplacer des pratiques sociales aux représentations. Les contributions permettent ainsi de questionner comment l’art, la littérature, les médias, le cinéma peuvent participer d’un véritable disqualification et dépolitisation de l’implication des femmes dans des actes désignés violents. La disparition de Charlotte Corday dans le Marat assassiné de David apparaît, comme Guillaume Mazeau en propose la démonstration, emblématique de ce processus d’invisibilisation de la dimension politique d’actes violents perpétrés par des femmes qui s’opère dans l’ordre des représentations et de l’imaginaire collectif.

15L’ouvrage proposé n’invite pas, notons-le, à la glorification de la violence des femmes, il nous propose simplement des outils pour penser une part trop souvent ignorée de la réalité sociale. De ce point de vue, il apporte tant à la compréhension de ce qui est désigné comme violence qu’à l’analyse des rapports sociaux de sexe. Penser la violence des femmes comme l’ont proposé Coline Cardi et Geneviève Pruvost apparaît ainsi riche d’enseignement. Cette réflexion invite en effet le lecteur à bouleverser cette vision traditionnelle binaire de la différence des sexes qui traverse l’ensemble de monde social et qui tend à faire des femmes les éternelles dominées d’un ordre patriarcal dominant. La complexité du réel est, dans chaque contribution, clairement démontrée et une voie sérieuse est ouverte pour penser les capacités et la puissance d’agir des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Depoilly, « Coline Cardi, Geneviève Pruvost [coord.], Penser la violence des femmes », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°13 | Printemps 2012, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://sejed.revues.org/7456

Haut de page

Auteur

Séverine Depoilly

ESPE de Paris – Université Paris 4. Laboratoire CIREFT ESCOL - Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org