Navigation – Plan du site
Dossier

Les contours de l’alter-engagement des jeunes en situation de marginalité

Outlines of the alter-engagement of marginalised youth
Las características del alter-compromiso de los jóvenes en situación de marginación
Elisabeth Greissler

Résumés

Les perspectives d’analyse du rejet des formes traditionnelles de participation sociale et politique ou de la transformation des formes d’engagement chez les jeunes apportent des clés de compréhension pertinentes pour comprendre l’engagement des jeunes en difficulté. Cependant, suivant les résultats d’une recherche doctorale, il appert que ces analyses ne permettent pas d’appréhender pleinement le développement d’une alternative à la participation développée dans le quotidien en situation de marginalité, entre autres. Les enjeux d’invisibilité, d’illégitimité de certaines formes d’engagement ainsi que les particularités des postures de non-engagement posent en effet un problème de conceptualisation. Toutefois, vécues dans la quotidienneté, dans les expériences de socialisation, ces formes d’engagement traduisent de la part des jeunes en difficulté des formes de participation à l’espace public, plus ou moins visibles et reconnues. À partir des résultats d’une étude compréhensive, ce texte vise à analyser les contours de l’engagement de jeunes en situation de marginalité et à proposer une autre lecture de ceux-ci avec le concept « d’alter-engagement ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilbert Clavel, La société d’exclusion. Comprendre pour en sortir, Paris, L’Harmattan,1998.
  • 2 Robert Castel, « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désafilli (...)
  • 3 Murielle Bègue, « Le rapport au politique des personnes en situation défavorisée. Une comparaison e (...)

1La marginalité est définie par l’écart de certains individus avec les normes dominantes, que cette situation ou posture soit volontaire ou subie. Depuis les années 1990 et le développement du concept « d’exclusion sociale »1, il est admis qu’il existe des centres et des marges. Non seulement les frontières entre les espaces sociaux sont poreuses, mais les trajectoires d’affiliation et de « désafilliation »2 sont multiples. Chez les jeunes, la marginalité est communément associée à des problématiques se rapportant à la rue, à la consommation de drogues, à l’itinérance, à la précarité. Des études3 ont montré que ces dimensions étaient autant de contraintes pour l’engagement, en raison d’un manque de ressources individuelles, sociales ou organisationnelles. En outre, on a plutôt tendance à insister sur le fait que les jeunes seraient globalement moins engagés que leurs aînés. Il existe néanmoins des formes et des sphères d’engagement plus complexes qu’une posture de non-engagement qui se déploient à l’échelle globale ou intime. Ainsi, les rapports à l’engagement des jeunes ne se limitent pas à la dichotomie engagement versus non-engagement. Tout l’enjeu est bien de saisir et de comprendre des engagements plus ou moins visibles et reconnus, qui ne seraient pas, par exemple, situés dans une organisation militante. Si les formes d’actions des jeunes présentent aujourd’hui des caractéristiques nouvelles, qu’en est-il des jeunes en situation de marginalité ?

  • 4 Elisabeth Greissler, Contraintes et conditions d’émergence de l’engagement en situation de marginal (...)
  • 5 Barney, G. Glaser et Anselm, L. Strauss, La découverte de la théorie ancrée, Paris, Armand Colin, 2 (...)
  • 6 Un centre de jour, trois maisons d’hébergement, un projet d’intervention alternative par les pairs, (...)
  • 7 Il s’agit du Rassemblement de la jeunesse citoyenne (RAJE), un mouvement d’action collective suppor (...)

2A partir des résultats d’une recherche doctorale en service social, le présent article s’intéresse aux contours de l’engagement de jeunes montréalais en situation de marginalité4. Cette étude compréhensive visait à analyser les convictions, les valeurs, les représentations des jeunes afin de comprendre l’engagement au plan individuel ou collectif, dans un contexte où tout porterait à croire le contraire. La démarche exploratoire et interprétative privilégie l’approche inductive inspirée de la théorisation ancrée5 : choix des terrains, outils de recueil de données et d’analyse du corpus empirique. Entre septembre 2010 et novembre 2011, une centaine de jeunes ont ainsi été interrogés. La stratégie de recherche s’est appuyée sur la triangulation de données saisies à l’aide de onze focus groups au sein de sept organismes communautaires jeunesse à Montréal (OCJ)6, de temps d’observation participante au sein de deux projets d’action collective7 et de l’analyse de la documentation des OCJ. Dans cette recherche, trois questions ont été posées : quelles sont les conditions de l’émergence de l’engagement en situation de marginalité (entre possibilités, contraintes et impasses) ? Quelles sont les formes des prises de position des jeunes (entre légitimité, illégitimité et stratégies) ? Enfin, quels sont les espaces mobilisés par les jeunes (entre les marges, les centres et les espaces intermédiaires de construction de soi) ?

3Pour commencer, un rapide tour d’horizon des perspectives de compréhension de l’engagement apporte un éclairage sur les formes de problématisation et les enjeux de conceptualisation pour penser l’engagement en situation de marginalité. Ensuite, les principaux résultats de cette thèse sont présentés. Si les jeunes interrogés investissent peu les espaces plus traditionnels d’engagement, ils développent toutefois des postures plus radicales ou des postures de retrait et de non-engagement qui révèlent un sens particulier pour eux. Des contraintes poussent en effet certains à mettre à distance l’engagement et à se situer en marge des espaces de participation. On retrouve également une toute autre dynamique selon laquelle des jeunes recherchent des alternatives, construisent des modes d’action que l’on a choisi d’appeler « alter-engagement ». Ce concept est développé pour mettre en évidence des formes d’engagement plus intimes, plus communautaires ou plus créatives et artistiques. La dernière partie vise à discuter cette dynamique.

Différents niveaux de compréhension de l’engagement en situation de marginalité

4L’appellation « jeunes en situation de marginalité » regroupe des situations sociales et des comportements très divers, entre autres : pauvreté, itinérance, instabilité résidentielle, délinquance, utilisation de ressources communautaires, consommation de drogues, prostitution, problèmes de santé mentale, décrochage scolaire, placements et rupture des liens familiaux. Cette expression est une catégorie descriptive unifiant des pratiques et des expériences diverses. Cela correspond à l’ensemble des manifestations, directes ou indirectes, d’expériences de vie se situant dans une trajectoire – qui comprend les origines de la situation de marginalité (essentiellement sociale et familiale), l’expérience sociale à la marge (et en particulier à la rue), le rapport à la marginalité et les perspectives d’évolution.

  • 8 Céline Bellot, « Une ethnographie de la rue : Trajectoires de rue des jeunes et pratiques d’interve (...)
  • 9 Martin Goyette, Annie Pontbriand et Céline Bellot, Les transitions à la vie adulte des jeunes en di (...)

5Les expériences marginalisées augurent, au sens large du terme, des expériences sociales de grandes difficultés qui se rapportent autant à l’espace des marges que des centres, au sein desquels les jeunes circulent – parfois au risque de se perdre – et, au sein desquels ils se construisent malgré tout8. La situation de marginalité fait effectivement partie d’un processus périlleux de transitions de la jeunesse à l’âge adulte. L’errance, la délinquance, la toxicomanie, le décrochage scolaire, ou la fuite d’un milieu familial hostile, sont autant de manifestations possibles, plus interstitielles que permanentes, dans la biographie de ces jeunes9.

  • 10 Céline Bellot, « Une ethnographie de la rue : Trajectoires de rue des jeunes et pratiques d’interve (...)
  • 11 Actuellement, la tendance serait à considérer que leur vulnérabilité accentue la propension à dével (...)
  • 12 Martin Goyette, Annie Pontbriand et Céline Bellot, Les transitions à la vie adulte des jeunes en di (...)
  • 13 En ce sens, les expressions « jeunes en situation de marginalité » et « jeunes en difficulté » peuv (...)

6D’après les résultats de différentes études biographiques portant sur les trajectoires de socialisation des jeunes de la rue10, les parcours de passage à la vie adulte ne sont ni linéaires ni stéréotypés. La notion de « situation de marginalité » recouvre en fait plusieurs paramètres différents d’un individu à l’autre : situation de marginalité, expériences de rue, période de difficulté, fréquentation d’organismes communautaires de jeunesse (OCJ), recours à l’aide sociale. Notons qu’au Québec, les écrits traitant des jeunes dits « en difficulté » s’intéressent essentiellement aux « jeunes de la rue ». L’accent est davantage mis sur les déficits et les risques sanitaires et sociaux11 de certains jeunes issus de milieux « populaires » ou « défavorisés »12. Finalement, la « situation de marginalité » traduit les difficultés des jeunes à vivre leur passage à la vie adulte dans la perspective d’une insertion stable et durable13. Au sens restrictif, elle traduit le passage des jeunes à travers des difficultés graves et des risques de désinsertion importants. Au sens plus large du terme, on peut lire dans ces expériences sociales la marque de trajectoires complexes, chaotiques ou dévastatrices, du passage à la vie adulte. Sans faire une analyse psychologique des causes sociales et politiques de la situation de marginalité, ni une analyse politique, il semble que les expériences de certains jeunes traduisent une construction identitaire, parfois très revendicative.

  • 14 Michel Parazelli, op. cit.
  • 15 Elisabeth Greissler, Entre marginalité et conformité : la construction identitaire des jeunes de la (...)

7Porteurs d’une forme de résistance aux normes sociales dominantes, certains jeunes produisent un changement dans la conceptualisation traditionnelle de la socialisation14. On peut effectivement considérer la situation de marginalité comme le terrain d’expérimentations de normes et de valeurs alternatives sur lesquelles s’appuyer, auxquelles s’identifier pour se construire et continuer à pouvoir s’y inscrire à travers des activités qui traduisent, dans certains cas, un engagement. La situation de marginalité est alors une expérience vécue comme un acte social, qui permet d’être acteur de sa propre destinée, de s’approprier une étiquette qui, loin d’être ressentie comme un stigmate, est considérée, au contraire, comme un signe d’identification. Elle serait en ce sens pleinement assumée, parfois même jusqu’à devenir militant15. On peut se demander alors en quoi certaines expériences sociales à la marge sont des formes de participation sociale ou politique.

8La réalité des jeunes en difficulté représente généralement des contraintes à l’engagement et partant, des causes de non-engagement. On observe certes des marges de manœuvre pour se construire une place dans la société et ainsi, pour s’engager, mais le paradoxe de l’engagement en situation de marginalité appelle, de ce fait, des perspectives d’analyse particulières.

  • 16 Valérie-Anne Mahéo, Yves Dejaeghere et Dietlind Stolle, « La non-participation politique des jeunes (...)
  • 17 Daniel Gaxie, « Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue franç (...)
  • 18 Régis Cortéséro, « Entre l’émeute et le ghetto. Quels cadres de socialisation politique pour les je (...)
  • 19 On pense aux « émeutes urbaines » en France ou aux États-Unis ainsi qu’aux tactiques des Black Bloc (...)
  • 20 Murielle Bègue, op. cit. ; Didier Chabanet, Pascale Dufour et Frédéric Royall, op.cit. ; Stéphanie (...)

9Soulignée par les politologues16, c’est plutôt l’abstentionnisme électoral qui reste une donnée importante chez les jeunes en particulier. Non seulement cela ne traduit pas obligatoirement un désintérêt pour la « chose publique »17, mais en plus, les actions des organisations altermondialistes, les instances de participation citoyennes, institutionnalisées ou non, ainsi que les actions directes, très spectaculaires parfois (la flash mob, l’occupation de l’espace urbain, l’artivisme, etc.) sont des exemples actuels d’engagement et de prises de position des jeunes dans l’espace public18. Ce sont à la fois un mode d’organisation moins hiérarchisé et des moyens d’action plus directs qui les attirent : manifestations, théâtre forum, comités participatifs, jardins communautaires, actions directes. Ces formes « nouvelles » d’engagement sont en fait difficiles à saisir, notamment parce que la tendance consiste à situer l’engagement à partir du champ politique (électoral), syndical et associatif, sans tenir compte des autres moyens d’action développés dans la société, principalement par les jeunes, ou en considérant parfois ceux-ci comme étant illégitimes19. Il faut souligner que la compréhension et la conceptualisation des formes d’engagement que les jeunes développent sont récentes. De même, notons que peu de recherches s’intéressent aux comportements politiques et aux mobilisations des personnes « précaires »20.

  • 21 Alain Vulbeau, « Le désengagement : notes sur le côté obscur de l’engagement », dans Valérie Becque (...)
  • 22 « Avec ces notions d’auto-habilitation et auto-déshabilitation, je cherche à désigner les processus (...)
  • 23 Lorenzo Barrault, op.cit.

10En effet, on dénombre peu d’analyses en profondeur des rapports inégalitaires à l’engagement. Or, la perspective du non-engagement politique, selon laquelle on pose un diagnostic alarmiste, ne suffit pas à comprendre la complexité des rapports à l’engagement et à la société de certains jeunes apparemment en retrait. En fait, il existe avant tout un problème de reconnaissance d’actions individuelles ou collectives de jeunes, situées en dehors des sphères formelles d’expression politique. Si à travers des engagements illégitimes ou plutôt non formels, nombre de jeunes construisent de nouveaux espaces d’expression sociale ou citoyenne, d’aucuns restent certainement aux bords de ces espaces, sans désirs ni possibilité d’y pénétrer. Vulbeau21 a déjà montré comment on pouvait être mis hors jeu, « dégagé ». Certains jeunes s’« auto-déshabilitent »22, mais les formes de leur non-engagement sont différenciées. L’analyse de l’ensemble des formes d’engagement ne peut pas dissocier le contexte de socialisation, c’est-à-dire les expérimentations liées autant à la construction identitaire, qu’au manque de ressource. En outre, la place qui est faite aux jeunes dans la société, ainsi que le contexte politique, économique et social, sont des éléments qui influent sur l’engagement. Des travaux ont déjà montré la relation entre les propriétés sociales et le non-engagement ou la faiblesse de l’engagement23. Les facteurs réputés influencer cette posture sont généralement : la position sociale, les conditions d’existence, le niveau de diplôme, les ressources, l’âge, le sexe, la connaissance des organisations politiques, le sentiment d’appartenance à la société, etc.

  • 24 David Antoine Malinas, op.cit. ; Johanna Siméant, op.cit.
  • 25 Dietlind Stolle, Marc Hooghe et Michele Micheletti, « Politics in the Supermarket : Political Consu (...)

11Certaines contraintes sont dépassées grâce à l’aide de « soutiens extérieurs » (intervenants sociaux, des experts, des personnes médiatisées, ou des organisations militantes) qui interviennent dans la mobilisation des ressources et accompagnent l’émergence de l’action collective24. Dans la perspective de la multiplication des formes actuelles d’engagement, certaines prises de position se traduisent par des comportements particuliers dans la vie quotidienne. On peut prendre pour exemple l’acte politique de consommation (political consumerism) qui consiste à boycotter certaines marques ou à privilégier certains labels bio, équitables ou produits locaux25. L’engagement prend aujourd’hui une place importante dans la sphère privée et à ce titre, il souffre parfois d’invisibilité, notamment chez les personnes « dégagées ». Lorsque des prises de position existent en situation de marginalité, il est donc intéressant de comprendre dans quelles conditions elles émergent.

Des perspectives particulières d’analyse de l’engagement en situation de marginalité

  • 26 Laurence Roulleau-Berger, La ville intervalle : jeunes entre centre et banlieue, Paris, Méridiens K (...)
  • 27 Elisabeth Greissler, « L’engagement des jeunes en situation de marginalité : une part d’ombre ? », (...)

12Toutes les formes d’engagement ne sont pas considérées comme légitimes et il appert que cette remarque s’applique particulièrement aux jeunes en difficulté. Si l’on reconnaît dans l’élargissement des rapports au politique, la formation d’un espace atypique ou à la marge, ce dernier est en interaction avec l’espace traditionnel de la délibération politique, voire en compétition avec lui. On peut également se demander si les jeunes en situation de marginalité ne développent pas plus encore des pratiques en marge des marges ; au sein d’« espaces intermédiaires » d’engagement, pour emprunter une expression de Roulleau-Berger26, ou au sein d’une « arrière scène participative »27. On pourrait même se demander si les jeunes qui s’engagent autrement sont forcément les mêmes que ceux qui rejettent la sphère formelle de participation ?

  • 28 Didier Lapeyronnie, « L’engagement à venir », dans Valérie Becquet et Chantal de Linares [coord] Qu (...)
  • 29 Alain Vulbeau, op. cit.
  • 30 Lorenzo Barrault, op. cit. ; Valérie-Anne, Mahéo et al., op. cit.
  • 31 Fançois Dubet, La sociologie de l’expérience, Paris, Edition du Seuil, 1994.

13L’engagement impose une prise de distance critique entre motivation, passage à l’acte et prise de conscience de sa responsabilité28. C’est une action sociale dans laquelle un individu assume sa condition, se positionne par rapport à elle et en même temps, peut s’y opposer et chercher à la dépasser. Une telle démarche, qui appartient donc à chaque individu, est grandement influencée par l’environnement social. Elle peut aboutir à la décision de ne pas s’engager, comme être le reflet du « dégagement » passif, lié notamment à la situation de marginalité29. Si l’individu a, en simplifiant les situations, le choix de subir ou d’agir, les positions de retrait ne sont pas indifférenciées30. Par conséquent, l’étude des formes d’engagement moins visibles, moins spectaculaires appelle une définition élargie de l’action selon une expérience sociale au sens où l’entend Dubet31. Ce cadre théorique vise à prendre en compte, en plus des conditions objectives (ressources et dispositions), la part de construction individuelle de cette action, à partir, notamment, du vécu en situation de marginalité. Si, en situation de marginalité, les contraintes peuvent être dépassées, grâce à l’aide d’intervenants sociaux notamment, il semble que d’autres formes d’expériences silencieuses et moins visibles aient parfois cours et marquent, de la même façon, des prises de position, mais des prises de position plus individuelles. Considérer ces actions comme une « expérience sociale » permet d’élargir le cadre d’analyse de l’engagement pour comprendre les formes de posture critique par rapport aux normes dominantes.

  • 32 Claude Giraud, Qu’est-ce que l’engagement ? Paris, L’Harmattan, 2011.
  • 33 Anne Quéniart et Julie Jacques, op. cit.

14Le sens propre du mot engagement a beaucoup évolué et a fini par prendre une signification plus large de « prise de position » : mouvements d’opinion ou d’opposition au plan collectif ou personnel32. D’après la définition de Quéniart et Jacques33, de telles prises de position reviennent à « se battre pour défendre ses idées ». Cette conception permet de ne pas automatiquement rapporter l’engagement à une action collective ou à l’appartenance durable et formelle à une organisation. Considérer que l’engagement se rapporte uniquement à une organisation et une action collective durable et visible revient en effet à omettre l’influence de la situation de marginalité sur les différentes manifestations possibles de l’engagement. Les postures de retrait peuvent de ce fait être intégrées à cette définition élargie et permettre d’analyser par exemple ce qu’elles révèlent du rapport au monde des jeunes. Il ne faudrait pas négliger pour autant le choix d’un collectif, que ce soit un parti politique, un syndicat ou une association, que ce soit une cause altermondialiste, écologiste, sociale ou humanitaire.

15Dans le cadre de la recherche doctorale, nous avons étudié toute une gamme de formes d’engagement plus ou moins perceptibles, en tenant compte des contraintes et des conditions d’émergence. Ainsi, nous avons pu constater qu’il existe, en réalité, un non-engagement en rupture plus ou moins nette avec la lecture dominante. C’est ici que la perspective de formes alternatives d’engagement s’est imposée. En effet, les résultats de cette étude mettent en évidence ce que nous avons appelé l’alter-engagement qui se situe entre de l’engagement traditionnel (le vote, le militantisme politique) et le non-engagement (le retrait, l’apathie ou le « dégagement »).

Les formes alternatives d’engagement des jeunes en situation de marginalité

  • 34 Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l’action contemporaine en France et en grande Bretag (...)
  • 35 Olivier Fillieule, « Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégie d’action », (...)

16Pour se faire entendre dans l’espace social, les acteurs en lutte inventent parfois des performances, ou modes d’actions. L’ensemble des performances forme ce que Tilly34 a appelé un « répertoire d’action » ou de contestation, à l’échelle d’une nation, ou d’un groupe de population35. Ils sont le produit des rapports entre les acteurs en lutte, les pouvoirs publics et le contexte sociétal. La manifestation, l’occupation d’immeubles vacants, la grève, ou la pétition sont des performances appartenant au répertoire actuellement disponible.

17Les jeunes rencontrés ont en commun certaines références, dont : l’anticapitalisme, l’écologie, l’utilisation de l’art dans les moyens d’actions et la volonté d’agir en premier lieu sur son entourage ou à travers son propre mode de vie. Leur engagement est surtout marqué par l’affranchissement de la sphère politique traditionnelle et par l’importance accordée à la responsabilité individuelle vis-à-vis de l’environnement local et de la communauté. Ainsi, manifester contre le système, privilégier des « actions directes », boycotter des produits ou des marques, s’exprimer à travers l’art, sont pour eux autant de formes d’engagement possibles. Notons qu’il a été difficile d’interpréter des discours et des comportements de jeunes qui se disent non engagés, alors qu’ils développent, selon nos cadres théoriques ou conceptuels, des formes de participation sociale ancrée dans la sphère privée en particulier. Il en va de même pour les prises positions affirmées par les jeunes interrogés qui n’ont jamais été suivies d’effet. Les modes d’action, mêmes les plus radicaux ne se traduisent par toujours en actes dans notre échantillon de jeunes. Ainsi, des propos échangés avec certains se présentant comme « désengagés » et se considérant eux-mêmes comme exclus de la recherche, n’illustrent pas toujours un réel non-engagement voire un désintérêt total pour une forme de participation sociale ou politique : « je ne peux pas participer à ta recherche, moi et la politique, ça fait deux ! » on souvent dit les jeunes.

Le rejet des formes traditionnelles d’engagement militant

  • 36 Le BCJ est une initiative d’intervention communautaire dans la région de Montréal qui vise à accomp (...)
  • 37 Patrice Mann, L’action collective. Mobilisation et organisation des minorités actives, Paris, Arman (...)

18Globalement, le positionnement des jeunes par rapport aux moyens d’action traditionnels comme le militantisme politique, est très tranché. Ce type de performances émerge rarement de manière spontanée ou est soutenu par des intervenants du milieu communautaire notamment. Il s’agit, entre autres, d’initiatives du RAJE citoyenne, mais on peut citer également les actions du bureau de consultation jeunesse (BCJ) ou, à l’échelle institutionnelle, du conseil permanent de la jeunesse (CPJ)36. De façon plutôt consensuelle, les OCJ étudiés s’inscrivent dans la perspective d’une participation suscitée, accompagnée37. Nombre de jeunes rencontrés sont impliqués dans certaines actions, mais la majorité d’entre eux peinent à se faire une place durable au sein de ces groupes. Que ce soit par manque de temps, de ressource, de préparation, parce qu’ils vont et viennent dans les OCJ ou parce qu’ils ont le sentiment que les moyens d’action et les causes défendues sont inefficaces, nombre de jeunes ne se sentent pas interpellés par ces espaces de participation citoyenne, à l’image de ce jeune moquant l’organisation du RAJE citoyenne : « […] la dernière fois, quand ils sont venus et qu’on a jasé avec eux autres, j’ai trouvé que c’était mal construit, les idées sont inférieures à ce qu’ils devraient avoir pour faire le poids. Écoute, ce n’est pas comme aller voir le maire de Montréal pour demander à changer un nom de rue. Non, c’est vouloir changer les lois du BS, aller devant le gouvernement ! C’est mal organisé du début jusqu’à la fin. Je comprends leur point de vue, où est-ce qu’ils veulent en venir et tout le kit, c’est respectable […] Mais quand on les a rencontrés la semaine passée, il y a quelqu’un qui a posé assez de questions et la personne qui répondait aux questions, avait l’air perdue. Pas trop de réponses à donner (Focus Group). »

Le « dégagement »38 des espaces de participation

  • 38 Alain Vulbeau, op. cit.

19Les jeunes développent également un point de vue particulier face au non-engagement, au retrait ou à l’apathie, incluant des performances plus radicales. D’une part, les contraintes de la situation de marginalité poussent certains à se mettre en retrait des espaces de participation sociale ou politique en raison du coût élevé de l’engagement (organisation, socialisation militante en particulier). Par exemple, nombre de jeunes rencontrés ne souhaitent plus participer aux manifestations contre la brutalité policière à Montréal, de crainte de subir des arrestations violentes. D’autre part, l’opposition à toutes formes traditionnelles d’engagement les amène à envisager des moyens d’action plus radicaux, sans toutefois passer à l’acte. Il s’agit notamment de la révolution, une idée récurrente dans les entrevues de groupe, mais fortement influencée par le contexte des « révolutions arabes » au moment du recueil de données. Ces points de vue mettent véritablement l’engagement en suspens, comme on peut le constater dans l’extrait suivant où les jeunes défendent des moyens d’action radicaux, sans jamais être passés à l’action :

20- […] Ça a marché le mouvement de désobéissance civile de Martin Luther King, mais qu’est-ce qui était derrière ça ? Les Black Panthers.

21- Comme Ghandi…justement, non seulement il a fait quelque chose, mais il y avait plein de groupes de guérillas qui étaient quand même là en arrière.

22- Ce sont des choses en rapport avec la paix, mais c’était super violent comme diversion.

  • 39 La « diversité des tactiques » est un concept qui provient de l’analyse des mouvements sociaux alte (...)

23- Comme l’exemple que je viens de donner aux États-Unis, le Docteur King lui, il était pacifiste. Il a organisé de grosses marches, des grosses manifestations pour montrer qu’il était contre la violence, mais derrière ça, tu avais Malcom X, puis les Black Panthers qui faisaient de l’action directe, parfois très violente et radicale. Ce sont ces deux choses ensemble qui ont mené à un changement. […] Il faut que tu aies une diversification des tactiques39 […] parce que c’est comme ça qu’on va faire avancer les choses.

24- Une liberté d’action, OK, mais des fois, ça peut faire en sorte que rien ne se fait.

  • 40 Ce jeune fait référence à la Banque Royale du Canada ayant été incendiée en mai 2010 à Ottawa. Un g (...)

25- Oui mais c’est comme ceux qui ont brûlé la banque40, ça fait réfléchir ça…Moi ça me fait réfléchir. Ça me fait penser que tu peux faire ce que tu veux, que si tu veux vraiment quelque chose, tu le fais à fond […] tu sais ils ne se sont pas fait tirer dessus [n.b. les gens qui ont brûlé la banque] (Focus Group).

Le développement de formes alternatives de participation sociale et politique

26En fait, les jeunes revendiquent surtout des prises de position particulières, avec des champs et des modes d’action aussi diversifiés que la rue, l’entourage personnel, ou la création artistique underground. Certains groupes dits « alternatifs » recueillent ainsi le « respect » des jeunes interrogés qui décryptent et analysent les méthodes employées et les modes organisationnels existants. Ces groupes se situeraient en dehors du répertoire traditionnel d’engagement et à la frontière du répertoire radical. Parmi les exemples cités, on retrouve le Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP), Amnesty International (AI), Food No Bombs (FNB), People for fhe Ethical Treatment of Animals (PETA), Opération Droit Devant (ODD) ou les contre sommets altermondialistes. Là encore, ce n’est pas toujours suivi d’effets : « Une organisation qui est honorable c’est Amnesty International et Food Not Bombs. Il y en a pleins, mais je retiens celles-là. Il y a en a plein d’autres que je respecte. Pour moi, elles font des choses utiles et qui en valent la peine. D’ailleurs, j’ai rencontré Keith McHenry [fondateur de Food Not Bombs] qui a été envoyé en prison. […] Il m’a marqué parce qu’il a été torturé. Et il donnait seulement de la nourriture à des pauvres. Ça m’a révélé que l’establishment ne veut pas changer, ne veut pas évoluer. Et faut être prêt à souffrir pour aller contre eux. (Focus Group) »

  • 41 Les termes en italiques sont issus des entretiens ou des conversations informelles avec des jeunes.

27« Militer autrement »41 fait partie des conceptions de l’engagement des jeunes interrogés et seuls des répertoires d’actions « alternatifs » sont « efficaces et réalistes » à leurs yeux. Certains trouvent facilement une place dans ces rassemblements, ils connaissent souvent les autres participants et surtout, même pour ceux qui ne participent pas directement à ces évènements, ils partagent les mêmes valeurs, références, idéologies et objectifs que ces organisations qu’ils respectent : « Moi j’ai participé à un tas de manifestations. Mais pour plein d’entre elles, j’ai eu l’impression que c’était vide de sens. Tu dois acheter comme une « licence de manifestation ». C’est trop formel. Pour moi, une manifestation ça devrait être spontané. C’est pour ça que ça part en couilles. C’est tellement planifié, organisé. Les gens vont au bureau, l’agenda est organisé et c’est tout déterminé. Rien de spontané ne peut émerger. C’est pour cette raison que tu retrouves tous ces trucs alternatifs qui émergent, comme le greenwashing, etc. toutes ces choses qui se ramènent dans le jeu…Y’a une école de pensée sur le contrôle de la planète où j’aimerais bien m’engager car on sera bientôt un nombre incroyable de barricadés tu sais…je ne savais rien sur cette situation car pendant des années on nous a conditionné et finalement, j’ai été à un meeting qui m’a ouvert les yeux (Focus Group). »

  • 42 Ève Lamoureux, Art et politique. L’engagement chez les artistes actuels en arts visuels au Québec, (...)
  • 43 Fabien Hein, Do It Yourself ! Autodétermination et culture punk, Lyon, Le passager clandestin, 2012

28« Exprimer ses opinions » à travers « les arts » ont été des thèmes majoritaires et ayant émergé spontanément dans les entrevues de groupe. La sociologie de l’engagement s’intéresse à l’« artivisme » comme forme d’expression militante42. Ce concept, contraction des mots « art » et « activisme », est employé pour définir l’art « militant », c’est-à-dire, l’art « engagé » qui est le fait d’artistes plus ou moins connus ou de militants qui, sans être des artistes reconnus, utilisent des supports artistiques pour exprimer leurs opinions ou celles de leur organisation. Enfin, c’est également une stratégie pour susciter l’engagement des autres. Chez les jeunes interrogés, les formes principales d’art sont la musique underground, la peinture, la sculpture, le théâtre et l’écriture. Dans ce registre le Do It Yourself occupe une place prépondérante dans les performances privilégiées, au quotidien notamment. Cette véritable philosophie ou éthique s’apparente à celle du système D, au « faire soi-même » ou au « fait maison »43. Il s’agit par exemple de bricoler des choses pratiques du quotidien, d’apprendre à réparer soi-même son vélo, de produire sa musique, ou de monter son propre festival d’expression de la rue (FER).

29« […] Je pense que je suis carrément engagée sur la scène locale [musicale] puis d’autres choses aussi, comme le communautaire, un peu. […] En général garder mon ensemble, et partager l’humour, puis si, mettons, je suis chez une amie qui fabrique quelque chose, je vais essayer de l’aider à avoir un réseau. […] Des fois, il faut convaincre, mais à la fin, ça donne un résultat : tu vas à l’endroit où il y a l’événement, puis ça poigne, ça marche. Surtout où j’habite, c’est assez important aussi que le mot se propage un peu dans la communauté (Focus Group). »

30Le FER est un projet issu du GIAP visant à organiser un festival par et pour les jeunes de la rue dans le centre-ville de Montréal. Il s’agit de se réapproprier l’espace urbain, de produire et promouvoir les arts de la rue et de montrer une autre image de la rue que celle des problèmes sociaux et de la délinquance44. Les manifestations du RAJE citoyenne font preuve de la même utilisation de l’art que ce soit les supports vidéo, les médias sociaux ou les mises en scène de leurs actions. Ils jeunes emploient souvent un ton humoristique ou sarcastique pour s’exprimer. Par exemple, face aux refus répétés de leurs interlocuteurs au gouvernement, les jeunes du RAJE décident un jour d’organiser une marche funèbre en l’honneur d’un jeune mort la voix étouffée. La « cérémonie » est présidée par un prêtre, rôle interprété par l’organisateur communautaire. La marche funèbre se déroule aux pieds de l’immeuble où se trouvent les locaux des ministres à Montréal, accompagnée par des mélodies de tambours et des pleureuses autour du cercueil. Une couronne mortuaire est déposée au ministère, avant que la manifestation ne commence. Les jeunes sont tous vêtus de noir et font « une tête d’enterrement »45. À un autre niveau plus personnel, s’exprimer à travers l’art permet de se défouler, de se libérer et de se décharger autant que de faire passer des messages :

31- Ça t’aide à sortir les choses de toi-même, tu sais, so things get off your chest, à vider ton cœur, à t’exprimer. C’est le fun aussi.

32- C’est de l’art. Parfois ça te permet d’exprimer l’inexprimable ; quelque chose que tu ne peux pas bien mettre en mots. Quel que soit ce que tu vis et qui est de la merde. Tout ce que tu veux et que tu ne dirais pas autrement.

33- L’art pour moi, tu peux vraiment faire ce que tu veux, rentrer en connexion avec toi et le monde. Les gens se demandent pourquoi est-ce qu’il y a de la mort là-dedans, pourquoi telle musique a l’air si engagée. Pour moi ça reflète simplement l’état d’esprit. La vie ce n’est pas la joie, l’ordre et la propreté en permanence. Tout ne va pas bien tout le temps. Et c’est ce que j’aime avec la musique c’est que ça n’est pas que des choses enrobées de sucre. Au moins la musique underground tu sais.

34- Merde quand tu vas danser tu te sens trop bien après ça ! C’est une forme de libération, de relâchement, de lâcher prise (Focus Group).

35L’action dans sa communauté et au sein de son entourage personnel fait également partie des performances les plus fréquemment citées dans les entrevues de groupe et dans les conversations informelles. Toutefois, notons que les jeunes adoptent souvent ici une définition normative de l’engagement au point que certains commençaient immanquablement par dire « je ne suis pas engagé » tout en évoquant leur investissement régulier dans leur milieu, qu’il s’agisse de rendre service à ses amis ou de s’impliquer plus activement dans une cause environnementale à l’échelle locale. Néanmoins, l’environnement personnel est souvent l’espace jugé le plus pertinent pour participer à la vie en société, pour y exercer sa citoyenneté et y mettre en pratique les valeurs d’égalité, de solidarité et de respect, auxquelles les jeunes interrogés sont particulièrement attachés. Les explications sur les motivations de ce choix, précisément pour cette forme d’engagement local, sont liées aux valeurs personnelles, au réalisme d’un engagement tourné vers les siens et aux intérêts et avantages qu’on lui attribue. La « solidarité et l’entraide » ont été des valeurs exprimées par les jeunes, dans la rue notamment : « Je me dis souvent que les gens qui sont dans un logement vraiment en bordel pourraient s’entraider. Mettons les gens qui sont autour et qui vivent la même situation ou qui l’ont vécu devraient se regrouper, non pas en se disant qu’ils vont renouveler totalement le logement, mais en utilisant leur restant de peinture pour le rafraîchir. Pour faire quelque chose ! Des échanges de même, de la solidarité…On aurait moins besoin de compter sur le système, sur les politiciens. Va falloir le faire. Là c’est juste le chacun-pour-soi. Ce n’est pas méchant d’être chacun pour soi, c’est un mode de vie, mais il faut le changer sinon on ne survivra pas. Pourquoi si quelqu’un déménage on ne va pas l’aider au lieu de payer un déménageur ? Un jour on va te le rendre de toute façon. Tu sais il ira bien un jour aider quelqu’un lui aussi (Focus Group). »

36L’engagement « autour de soi » est aussi justifié par le réalisme et la faisabilité de cette forme d’action. D’après les jeunes, de par l’effet « boule de neige », on fait facilement « voyager des idées » et peut-être qu’on finira par « laisser une trace qui fait un monde meilleur. […] », se disent certains : « Mon implication, mon engagement j’essaie de le faire juste sous forme d’idées, des textes, des discussions. […]. Chacun choisit son combat d’après moi, puis le mien c’est de répandre le bonheur autour de moi. Je considère que c’est suffisant. C’est sûr que si jamais je décide d’attaquer un plus grand public…peut-être que je ne me sens pas prêt à ça. (Focus Group) »

37Les modes d’action à l’échelle locale et individuelle font souvent le lien avec les autres formes d’engagement, notamment radicales et alternatives. Pour certains, agir dans son environnement local, c’est agir au sein du seul espace « possible ». Il faut noter que c’est face aux contraintes de l’engagement, face aux coûts de certaines prises de position (judiciarisation, fragilité émotionnelle, problèmes de santé, valeurs individualistes, sentiment d’incompétence, entre autres), que les jeunes préfèrent agir plus discrètement, autour d’eux. Pour certains, cette forme d’action n’est pas toujours une forme d’engagement, puisqu’elle n’a pas court dans la sphère formelle de participation sociale ou politique. Cela traduit autant un rejet des formes plus traditionnelles d’engagement qu’un dégagement de ces espaces inaccessibles, mais cette posture n’est pas exclusive des autres formes d’implication. Elle peut même s’enraciner dans le mode de vie des individus à la marge : refuser les aides sociales, vivre dans des squats, partager, être végétarien, refuser les normes dominantes ont été des exemples cités par les jeunes interrogés. Dans le prolongement de l’engagement ancré dans son environnement local et personnel, des jeunes ont effectivement poussé la réflexion plus loin et ils ont ainsi estimé que, dans sa forme communautaire, l’engagement pouvait également être une question de mode de vie, être incarné en situation de marginalité : « C’est toi qui fais la rupture avec le système ou pas, avec la machine. […] Une rupture avec le système c’est une implication personnelle parce que tu prends des coups et ça demande un courage incroyable pour couper. Oh my God. C’est quand tu as cette rage que c’est quelque chose qui te donne mal aux dents et que tu regardes des injustices. (Focus Group) »

Les dynamiques de l’engagement en situation de marginalité

  • 46 Didier Lapeyronnie, op. cit.
  • 47 Murielle Bègue, op. cit.
  • 48 Daniel Gaxie, op. cit.

38Plusieurs éléments de réflexion nous ont interpellé face à ces performances alternatives représentatives des prises de position des jeunes interrogés. Le premier concerne certaines conséquences directes de l’exclusion. Qu’il s’agisse de « dégagement » ou de « non-engagement », il n’en demeure pas moins que les jeunes tentent de prendre position et font face à des contraintes qu’ils doivent contourner pour s’engager (le manque de ressources personnelles ou collectives, le contexte de judiciarisation dans la rue). Le deuxième élément de réflexion concerne le processus de ces prises de position. Si s’engager fait référence à une norme relative au monde des adultes et à la prise de responsabilité46, à l’aboutissement de la construction identitaire, cet acte appelle également à la mise à distance de sa situation, à la capacité d’abstraction par rapport à sa situation personnelle à la marge, en prenant en compte d’autres valeurs plus générales47. La question est alors de savoir comment les jeunes peuvent être capables de distanciation. En la circonstance, nos données indiquent à la fois une absence de socialisation politique des jeunes rencontrés et une capacité à « s’auto-habiliter » à s’engager48. Dans le cas des acteurs à faible ressource, les travaux montrent comment, en l’absence de socialisation, certains réussissent à contourner ce frein, soit par l’acquisition de nouvelles compétences – souvent avec l’aide d’organisateurs communautaires –, soit par la décision personnelle de faire abstraction de ce handicap en se jugeant aptes à s’engager, ou autrement dit, en « s’auto-habilitant » à le faire. Enfin, un dernier élément de réflexion porte sur le sens de l’action revendicatrice ou protestataire. Dans la perspective des prises de position montrant un rejet de l’espace traditionnel ou conforme, d’engagement politique spécialement, les jeunes prennent des distances par rapport à certaines idéologies et certains moyens d’action. Pour autant, l’engagement répond à un besoin de (re)nouer des liens positifs avec la société, ainsi que de participer à la construction du monde. Concrètement, les causes, les moyens d’action et les formes d’engagement sont construites en dépit de contraintes importantes et à partir des compétences de chacun, et celles-ci sont surtout artistiques et ancrées dans les expériences à la marge.

  • 49 Ce terme fait partie de la typologie de Hirschman (1995) : exit, voice, loyalty.
  • 50 Stéphanie Gaudet et Johanne Charbonneau, « Responsabilité sociale et politique chez les jeunes femm (...)

39À l’instar de nombreux autres jeunes dans la société, les jeunes interviewés situent prioritairement leurs performances à l’échelle locale et personnelle. Ils agissent en effet plutôt dans un espace géographique et symbolique proche d’eux. Cela correspond au nouveau modèle d’engagement authentique, pragmatique et dénué d’une fidélité49 totale à un groupe de militants particulier, une tendance qui a déjà été soulignée par nombre d’auteurs50.

40Ce que l’on observe à travers les performances des jeunes interrogés, c’est une façon de modifier ou de compléter des formes d’engagement, de construire des logiques d’action assez satisfaisantes pour soi, assez proches de ce que l’on vit, en situation de marginalité : la solidarité et l’entraide, le lutte contre les brutalités policières, le refus des normes dominantes. Concrètement, les moyens de s’impliquer sont puisés dans les compétences personnelles de chacun (l’art, le DIY), suivant les valeurs et les centres d’intérêt (la justice sociale ou le respect).

41« Il faut juste que tu sois toi-même puis que tu crois en quelque chose. C’est con à dire, mais, même si tu es juste une personne puis que tu ne veux pas faire partie d’un groupe, il y a plein de trucs que tu peux faire par toi-même. Il n’y a rien qui t’empêche de mettre un petit peu d’argent de côté puis de sortir des pamphlets sur une cause à laquelle tu crois, puis d’aller dans un métro les donner. Il n’y a rien qui t’empêche d’aller t’acheter une can de peinture à cinq piastres puis d’écrire un message politique sur un mur tout seul (Focus Group). »

  • 51 Henri Lamoureux, La pratique de l’action communautaire autonome, Origine, continuité, reconnaissanc (...)

42Ce qui définit la spécificité de l’engagement des jeunes rencontrés, c’est avant tout son contexte marginalisé. Il s’inscrit dans leurs univers sociaux (le groupe de pairs, les OCJ), plus rarement au sein d’organisations militantes, mais plutôt dans la rue et dans les pratiques sociales à la marge. Notons ici le contexte des OCJ montréalais qui ont vocation à accompagner les jeunes dans la construction de leur place de citoyen et qui a nécessairement influencé ces résultats. En effet, le RAJE citoyenne ou le GIAP sont des exemples d’espaces de participation portés par la philosophie de l’intervention communautaire, selon laquelle les intervenants inscrivent leurs actions dans l’éducation populaire, les actions collectives, la transformation sociale51. Néanmoins, l’entourage personnel constitue le premier espace d’engagement pour ces jeunes qui cherchent d’abord à échanger entre eux, à s’affilier à un groupe de pairs. Pour certains, les pratiques sociales à la marge relatives à un engagement correspondent même au fait de refuser toute aide sociale. Pour d’autres, il s’agit de militer pour les droits des jeunes de la rue et autres personnes partageant le même espace urbain (accès au logement, retour aux études, brutalité policière).

  • 52 Elisabeth Greissler, op. cit.
  • 53 Le négatif n’a pas un sens péjoratif, mais fait ici référence au négatif en photographie au sens où (...)

43Afin de définir plus clairement ces formes d’engagement particulières, nous proposons le concept « d’alter-engagement ». L’alter-engagement est un concept qui a émergé au fil de la recherche doctorale dont est issu ce texte52, pour expliquer les résultats et, en particulier, les performances moins visibles développées par les jeunes en situation de marginalité. Le concept fait référence à une alternative à l’engagement dans l’espace traditionnel de participation sociale ou politique ou son « négatif »53 et s’intéresse à la recherche de performances plus intimes, plus communautaires ou plus artistiques. L’alter-engagement se définit comme une forme de prise de position critique, à la fois en réaction aux performances traditionnelles et à une posture de retrait. Le concept s’inscrit dans la tendance des jeunes à un engagement protéiforme, relié à un vaste champ de performances élaborées à partir d’expérimentations, d’innovations et, partant, de débordements des répertoires d’actions disponibles. Les jeunes en situation de marginalité développent un alter-engagement lorsqu’ils dépassent les contraintes matérielles, culturelles, cognitives, organisationnelles, symboliques, lorsqu’ils « s’auto-habilitent » à faire partager leurs convictions, leurs représentations du monde, lorsqu’ils résistent aux normes dominantes dans leurs modes de vie et enfin, lorsqu’ils choisissent d’entrer en action à l’aide de performances originales. Écrire une chanson de rap, s’exprimer sur son blogue, avoir un band de musique underground, participer à un festival par et pour les jeunes de la rue, ou s’associer aux actions directes développées dans son OCJ sont autant d’exemples d’alter-engagement cités régulièrement par les jeunes rencontrés. Ce concept sert donc à décrire la façon dont ils élaborent des « tactiques » en puisant dans leur mode de vie, leur situation de marginalité ou au sein des OCJ.

  • 54 Daniel Véron, « Sans-papiers : d’un quotidien tactique à l’action collective », Revue international (...)

44Cette idée d’alternative ou d’opposition aux normes dominantes semble se réaliser tant du point de vue de l’identité que de celui de l’engagement (consommation, mode de vie, anticapitalisme). C’est souvent inconsciemment que ces jeunes produisent des performances alternatives. Ces résultats montrent, en filigrane, que les jeunes en situation de marginalité ne sont pas exclus de toutes les formes de participation ou, du moins, qu’ils ont parfois la capacité de revendiquer une place particulière à partir d’un « bricolage de performances ». Par ce « bricolage », à l’image des conceptions de Lévi-Strauss qui parle « des moyens du bord » ou de De Certeau qui traite des « tactiques du quotidien »54, les jeunes interrogés cherchent à se dégager de certaines contraintes. C’est s’engager sans avoir besoin de le faire en groupe et au sein d’une organisation militante. Ce sont des formes différentes d’action et de prises de position, d’occupation de l’espace public, mais qui expriment, semble-t-il, la même résistance à la sphère conventionnelle de participation sociale et politique, la même résistance aux normes sociales dominantes ou, du moins, à la représentation que s’en font les jeunes en situation de marginalité.

Conclusion 

45Lorsque les jeunes revendiquent un espace d’engagement limité à la sphère privée ou lorsqu’ils rejettent la sphère politique traditionnelle pour privilégier des formes artistiques, ils structurent leur propre espace, entre un espace dont l’accès est limité et un espace dans le lequel ils peuvent se replier. Ces espaces contiennent des formes différentes d’engagement, traduites en paroles ou en actes, plus ou moins perceptibles aux autres et reconnues par eux. Plusieurs formes d’engagement coexistent : publiques ou privées, personnelles ou partagées, absolues, intermédiaires, ou isolées.

46L’engagement est parfois mis en scène par les jeunes à partir d’une structure militante, souvent il prend la marque d’un acte indépendant. Il est toujours rattaché à une cause, à un objectif personnel ou commun. Ainsi, certaines données se rapportent à des paroles ou à des postures critiques, point de départ d’engagements pouvant éventuellement être (re)configurés dans des espaces distincts. Les situations individuelles, bien qu’elles soient disparates et hétérogènes, animent l’engagement, participent largement à l’élaboration de son décor et à sa mise en scène.

47Les rapports à l’engagement ne sont pas les simples « négatifs » des rapports aux représentations dominantes de l’engagement. Plus complexes, parfois même ambivalents, ils révèlent la recherche d’une alternative, la construction de performances particulières. Les prises de position critique, au centre des logiques d’engagement des jeunes en situation de marginalité, dépassent la simple dialectique engagement/non-engagement. Ainsi, l’alter-engagement recoupe un résultat majeur, à savoir l’hétérogénéité des performances et la multipositionnalité de celles-ci dans plusieurs espaces perméables.

48Il semblait essentiel en ce sens de définir avec les jeunes les contours de l’engagement. Pour ce faire, il apparaissait d’emblée indispensable d’élargir la définition de l’engagement ou plutôt, de ne pas la limiter : tenir compte des représentations de l’engagement de jeunes qui nourrissent un idéal sans nécessairement le traduire en acte, comprendre et interpréter l’engagement qui ne se rapporte pas à une organisation précise. Il parait ainsi plus judicieux de parler de prises de position critique menant à défendre, ou simplement à vivre ses idées, ses valeurs et son rapport au monde, pour désigner l’alter-engagement de ces jeunes en situation de marginalité, qui représente une implication dans un collectif, dans une action collective, mais aussi une posture critique individuelle de retrait, une prise de position personnelle dans l’arrière scène de la participation publique et durable. Cette définition élargie de l’engagement semble opérante pour appréhender les conditions d’émergence ainsi que les formes et les contours des prises de position critiques des jeunes en situation de marginalité, en tenant compte des contraintes, des ressources mobilisées, des opportunités et de stratégies et ainsi, en tenant compte du contexte particulier des OCJ québécois.

Haut de page

Bibliographie

ASPC, Les jeunes de la rue au Canada : constations découlant de la Surveillance accrue des jeunes de la rue au Canada. 1999-2003, Ottawa, ASPC, 2006.

Barrault (Lorenzo), « Anticipations de l'avenir et rapports au politique de jeunes des milieux populaires », Politique et Sociétés, 29(3), 2010, p.97-114.

Becquet (Valérie) et De Linares (Chantal) [coord.], Quand les jeunes s'engagent. Entre expérimentations et constructions identitaires, Paris, L'Harmattan, 2005.

Bègue (Murielle), « Le rapport au politique des personnes en situation défavorisée. Une comparaison européenne : France, Grande-Bretagne, Espagne », École doctorale de science Po. Paris: Institut d'Études Politique de Paris, 2007.

Bellot (Céline), « Une ethnographie de la rue : Trajectoires de rue des jeunes et pratiques d'intervention au centre ville de Montréal », Thèse de doctorat, École de criminologie, Université de Montréal, 2001.

Boumaza (Magali) et Pierru (Emmanuel), « Des mouvements de précaires à l'unification d'une cause », Sociétés contemporaines, 2007, 65(1), p.7-25.

Castel (Robert), « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désafilliation », Cahiers de recherche sociologique, 1994, (22), p.11-27.

Chabanet (Didier), Dufour (Pascale) et Royall (Frédéric) [coord.], Les mobilisations sociales à l'heure du précariat, Rennes, Presses de l'École des Hautes Édutes en Santé Publique, 2011.

Clavel (Gilbert), La société d'exclusion. Comprendre pour en sortir, Paris, L'Harmattan,1998.

Colombo (Annamaria), Analyse du processus de changement de mode de vie chez les jeunes de la rue à Montréal, Mémoire de licence, Université de Fribourg, 2001.

Colombo (Annamaria), La reconnaissance : un enjeu pour la sortie de rue des jeunes à Montréal, Thèse de doctorat, Institut National de la Rercherche Scientifique, 2008.

Cortéséro (Régis), « Entre l’émeute et le ghetto. Quels cadres de socialisation politique pour les jeunes des banlieues populaires ? », Éducation et sociétés, 2010, 1(24), p.65-81.

Dubet (François), La sociologie de l'expérience, Paris, Edition du Seuil, 1994.

Dupuis-Déri (Francis), « Penser l'action des Black Blocs », Politix, 2004, 17(68), p.79-109.

Fillieule (Olivier), 2010. « Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégie d'action », dans Fillieule (Olivier), Agrikoliansky (Eric) et Sommier (Isabelle) [coord.], Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La découverte, 2010, p. 77-99.

Gaudet (Stéphanie), « Lire les inégalités à travers les pratiques de participation sociale », SociologieS, 2012.

Gaudet (Stéphanie) et Charbonneau (Johanne), « Responsabilité sociale et politique chez les jeunes femmes », Cahiers de recherche sociologique, 2002, (37), p.79-103.

Gaxie (Daniel), « Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue française de science politique, 2002, 2-3(52), p.145-78.

Gaxie (Daniel), « Cognitions, auto-habilitation et pouvoirs des “citoyens” », Revue française de science politique , 2007, 57(6), p.737-57.

Giraud (Claude), Qu'est-ce que l'engagement ? Paris, L'Harmattan, 2011.

Glaser (Barney. G.) et Strauss (Anselm. L.), La découverte de la théorie ancrée, Paris, Armand Colin, 2002.

Goyette (Martin), Pontbriand (Annie) et Bellot (Céline), Les transitions à la vie adulte des jeunes en difficulté : concepts, figures et pratiques, Québec, Presses de l'Université de Québec, 2011.

Greissler (Elisabeth), Entre marginalité et conformité : la construction identitaire des jeunes de la rue, Mémoire de maîtrise, Ecole de service social, Université de Montréal, 2007.

Greissler (Elisabeth), Contraintes et conditions d'émergence de l'engagement en situation de marginalité, Thèse de doctorat, Ecole de service social, Université de Montréal, 2013.

Greissler (Elisabeth), « L'engagement des jeunes en situation de marginalité : une part d'ombre ? », Lien social et Politiques, 2014, n.71, p.51-68.

Greissler, (Elisabeth), « Les jeunes de la rue sont-ils militants ? Une réflexion », Criminologie, 2010, 43(1), p.115-35.

Greissler (Elisabeth) et Labbé (François), « Lutter pour exister : conditions d'émergence du Rassemblement de la Jeunesse citoyenne », Nouvelles pratiques sociales , 2012, 25(1), p.208-23.

Hein (Fabien), Do It Yourself ! Autodétermination et culture punk, Lyon, Le passager clandestin, 2012

Hirschman (Albert), Exit, Voice and Loyalty, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

Ion (Jacques), L'engagement au pluriel, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2001.

Lamoureux (Ève), Art et politique. L'engagement chez les artistes actuels en arts visuels au Québec, Thèse en Science Politique, Québec, Université Laval, 2007.

Lamoureux (Henri), La pratique de l'action communautaire autonome, Origine, continuité, reconnaissance et ruptures, Québec, Presses de l'Université du Québec, 2010.

Lapeyronnie (Didier), « L'engagement à venir », dans Becquet (Valérie) et De Linares (Chantal) [coord.], Quand les jeunes s'engagent. Entre expérimentations et constructions identitaires, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 35-53.

Le Texier (Emmanuelle), Quand les exclus font de la politique. Le barrio mexicain de San Diego, Californie, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

Mahéo (Valérie-Anne), Dejaeghere (Yves) et Stolle (Dietlind), « La non-participation politique des jeunes : Une étude des barrières temporaires et permanentes de l'engagement », Canadian Journal of Political Science, 2012, 45(02), p.405-25.

Malinas (David Antoine), Protestation et résistance dans le japon contemporain la mobilisation des sans-abris (Tokyo - Shinjuku), Thèse de doctorat en Science politique, Paris I, Panthéon-Sorbonne, 2007.

Mann (Patrice), L'action collective. Mobilisation et organisation des minorités actives, Paris, Armand Colin, 1991.

Mathieu (Lilian), « Ce que la précarité fait aux mobilisations », dans Boumaza (Magali) et Hamman (Philippe) [coord.], Sociologie des mouvements de précaires, Paris, L'Harmattan, 2007 p. 241-257.

Muxel (Anne), L'expérience politique des jeunes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2001.

Muxel (Anne), Avoir 20 ans en politique : les enfants du désenchantement, Paris, Les éditions du Seuil, 2010.

Parazelli (Michel), La rue attractive parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue. Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec, 2002.

Quéniart (Anne) et Jacques (Julie), Apolitiques les jeunes femmes?, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2004.

Roulleau-Berger (Laurence), La ville intervalle : jeunes entre centre et banlieue, Paris, Méridiens Klincksieck, 1991.

Shukan (Tatyana), « Le flash-mob : forme d'action privilégiée des jeunes contestataires en Biélorussie », Raisons politiques, 2008, 29, p.2-22.

Shériff (Teresa), Le trip de la rue : Parcours initiatiques des jeunes de la rue, tome 1, Québec, Centre jeunesse de Québec, 1999.

Siméant (Johanna), La cause des sans papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998.

Stolle (Dietlind), Hooghe (Marc) et Micheletti (Michele), « Politics in the Supermarket : Political Consumerism as a form of Political Participation », International Political Science Review, 2005, 26(3), p.245-69.

Tilly (Charles), « Les origines du répertoire de l’action contemporaine en France et en grande Bretagne », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 1984, (4), p.89-108.

Véron (Daniel), « Sans-papiers : d’un quotidien tactique à l’action collective », Revue internationale de théorie critique (printemps), 2010, p.93-113.

Vulbeau (Alain), « Le désengagement : notes sur le côté obscur de l'engagement », dans Becquet

(Valérie) et De Linares (Chantal) [coord.], Quand les jeunes s'engagement. Entre expérimentations et constructions identitaires, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 69-77.

Haut de page

Notes

1 Gilbert Clavel, La société d’exclusion. Comprendre pour en sortir, Paris, L’Harmattan,1998.

2 Robert Castel, « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désafilliation », Cahiers de recherche sociologique, 1994, (22), p. 11-27.

3 Murielle Bègue, « Le rapport au politique des personnes en situation défavorisée. Une comparaison européenne : France, Grande-Bretagne, Espagne », École doctorale de science Po. Paris : Institut d’Études Politique de Paris, 2007 ; Lorenzo Barrault, « Anticipations de l’avenir et rapports au politique de jeunes des milieux populaires », Politique et Sociétés, 29(3), 2010, p. 97-114 ; Didier Chabanet, Pascale Dufour et Frédéric Royall, Les mobilisations sociales à l’heure du précariat, Rennes, Presses de l’École des Hautes Édutes en Santé Publique, 2011 ; Stéphanie Gaudet, « Lire les inégalités à travers les pratiques de participation sociale », SociologieS, 2012 ; David-Antoine Malinas, Protestation et résistance dans le japon contemporain la mobilisation des sans-abris (Tokyo - Shinjuku), Thèse de doctorat en Science politique, Paris I, Panthéon-Sorbonne, 2007 ; Johanna Siméant, La cause des sans papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998.

4 Elisabeth Greissler, Contraintes et conditions d’émergence de l’engagement en situation de marginalité, Thèse de doctorat, Ecole de service social, Université de Montréal, 2013.

5 Barney, G. Glaser et Anselm, L. Strauss, La découverte de la théorie ancrée, Paris, Armand Colin, 2002.

6 Un centre de jour, trois maisons d’hébergement, un projet d’intervention alternative par les pairs, un projet d’insertion socioprofessionnelle et un espace de participation citoyenne et d’action collective figurent parmi les OCJ sélectionnés.

7 Il s’agit du Rassemblement de la jeunesse citoyenne (RAJE), un mouvement d’action collective supporté par le Regroupement des Auberges du cœur du Québec et du Groupe d’intervention alternative par les pairs (GIAP), un projet d’intervention implanté au centre-ville de Montréal au sein de six organismes pour jeunes de la rue.

8 Céline Bellot, « Une ethnographie de la rue : Trajectoires de rue des jeunes et pratiques d’intervention au centre ville de Montréal », Thèse de doctorat, École de criminologie, Université de Montréal, 2001 ; Michel Parazelli, La rue attractive parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue. Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2002 ; Teresa Sheriff, Le trip de la rue : Parcours initiatiques des jeunes de la rue, tome 1, Québec, Centre jeunesse de Québec, 1999.

9 Martin Goyette, Annie Pontbriand et Céline Bellot, Les transitions à la vie adulte des jeunes en difficulté : concepts, figures et pratiques, Québec, Presses de l’Université de Québec, 2011.

10 Céline Bellot, « Une ethnographie de la rue : Trajectoires de rue des jeunes et pratiques d’intervention au centre ville de Montréal », Thèse de doctorat, École de criminologie, Université de Montréal, 2001 ; Annamaria Colombo, Analyse du processus de changement de mode de vie chez les jeunes de la rue à Montréal, Mémoire de licence, Université de Fribourg, 2001 ; Annamaria Colombo, La reconnaissance : un enjeu pour la sortie de rue des jeunes à Montréal, Thèse de doctorat, Institut National de la Recherche Scientifique, 2008 ; Michel Parazelli, op.cit. ; Teresa Sheriff, op.cit.

11 Actuellement, la tendance serait à considérer que leur vulnérabilité accentue la propension à développer des comportements de consommation de drogues, de pratiques sexuelles à risque, ainsi que des pratiques délinquantes et de développer des stratégies informelles de survie répréhensibles par la loi .

12 Martin Goyette, Annie Pontbriand et Céline Bellot, Les transitions à la vie adulte des jeunes en difficulté : concepts, figures et pratiques, Québec, Presses de l’Université de Québec, 2011.

13 En ce sens, les expressions « jeunes en situation de marginalité » et « jeunes en difficulté » peuvent être employées comme des synonymes. C’est ce que nous avons choisi de faire dans ce texte.

14 Michel Parazelli, op. cit.

15 Elisabeth Greissler, Entre marginalité et conformité : la construction identitaire des jeunes de la rue, Mémoire de maîtrise, Ecole de service social, Université de Montréal, 2007.

16 Valérie-Anne Mahéo, Yves Dejaeghere et Dietlind Stolle, « La non-participation politique des jeunes : Une étude des barrières temporaires et permanentes de l’engagement », Canadian Journal of Political Science, 2012, 45 (02), p. 405-25 ; Anne Muxel, L’expérience politique des jeunes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2001 ; Anne Muxel, Avoir 20 ans en politique : les enfants du désenchantement, Paris, Les éditions du Seuil, 2010.

17 Daniel Gaxie, « Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue française de science politique, 2002, 2-3(52), p. 145- 78.

18 Régis Cortéséro, « Entre l’émeute et le ghetto. Quels cadres de socialisation politique pour les jeunes des banlieues populaires ? », Éducation et sociétés, 2010, 1(24), p. 65-81.

Tatyana Shukan, « Le flash-mob : forme d’action privilégiée des jeunes contestataires en Biélorussie », Raisons politiques, 2008, 29, p. 2-22.

19 On pense aux « émeutes urbaines » en France ou aux États-Unis ainsi qu’aux tactiques des Black Blocs.

20 Murielle Bègue, op. cit. ; Didier Chabanet, Pascale Dufour et Frédéric Royall, op.cit. ; Stéphanie Gaudet, op.cit.

21 Alain Vulbeau, « Le désengagement : notes sur le côté obscur de l’engagement », dans Valérie Becquet et Chantal de Linares Quand les jeunes s’engagement. Entre expérimentations et constructions identitaires, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 69-77.

22 « Avec ces notions d’auto-habilitation et auto-déshabilitation, je cherche à désigner les processus mentaux et sociaux par lesquels des personnes s’autorisent ou pas à intervenir plus ou moins activement sur des sujets politiques pour observer les actions des gouvernants, se tenir informés des principaux enjeux publiquement débattus et exprimer leurs avis, par exemple à travers des conversations avec leurs proches » Daniel Gaxie, Cognitions, auto-habilitation et pouvoir des "citoyens" , Revue française de science politique, 2007, 57(6), p.737-757).

23 Lorenzo Barrault, op.cit.

24 David Antoine Malinas, op.cit. ; Johanna Siméant, op.cit.

25 Dietlind Stolle, Marc Hooghe et Michele Micheletti, « Politics in the Supermarket : Political Consumerism as a form of Political Participation », International Political Science Review, 2005, 26 (3), p. 245-269.

26 Laurence Roulleau-Berger, La ville intervalle : jeunes entre centre et banlieue, Paris, Méridiens Klincksieck, 1991.

27 Elisabeth Greissler, « L’engagement des jeunes en situation de marginalité : une part d’ombre ? », Lien social et Politiques, 2014, n.71, p. 51-68.

28 Didier Lapeyronnie, « L’engagement à venir », dans Valérie Becquet et Chantal de Linares [coord] Quand les jeunes s’engagent. Entre expérimentations et constructions identitaires, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 35-53.

29 Alain Vulbeau, op. cit.

30 Lorenzo Barrault, op. cit. ; Valérie-Anne, Mahéo et al., op. cit.

31 Fançois Dubet, La sociologie de l’expérience, Paris, Edition du Seuil, 1994.

32 Claude Giraud, Qu’est-ce que l’engagement ? Paris, L’Harmattan, 2011.

33 Anne Quéniart et Julie Jacques, op. cit.

34 Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l’action contemporaine en France et en grande Bretagne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1984, (4), p. 89-108.

35 Olivier Fillieule, « Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégie d’action », dans Olivier Filleule, Eric Agrikolianski Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La découverte, 2010, p. 77-99.

36 Le BCJ est une initiative d’intervention communautaire dans la région de Montréal qui vise à accompagner les jeunes dans leur autonomie d’action pour améliorer leurs conditions de vie. Le CPJ a été mis en place à l’échelle du gouvernement du Québec en 1987 pour encourager les jeunes à devenir une force de proposition et un vivier pour l’engagement social et ainsi pour conseiller le ministre en charges des dossiers de jeunesse.

37 Patrice Mann, L’action collective. Mobilisation et organisation des minorités actives, Paris, Armand Colin, 1991.

38 Alain Vulbeau, op. cit.

39 La « diversité des tactiques » est un concept qui provient de l’analyse des mouvements sociaux altermondialistes et notamment des Black Blocs depuis le Sommet au Québec en 2001. (Francis Dupuis-Déri, « Penser l’action des Blacks Blocs », Politix, 2004, 17(68), p. 79-109.

40 Ce jeune fait référence à la Banque Royale du Canada ayant été incendiée en mai 2010 à Ottawa. Un groupe anarchiste a revendiqué avoir perpétré cet acte qui s’inscrirait dans la lignée des actions altermondialistes qui ont suivi lors du G8 et G20 la même année. Dans cette action, les anarchistes ont expliqué vouloir s’en prendre à la banque commanditaire des Jeux Olympiques qui se déroulaient à Vancouver sur « des terres indigènes volées ». Ils reprochent également à cette institution financière de subventionner des projets de sables bitumeux dans l’ouest canadien.

41 Les termes en italiques sont issus des entretiens ou des conversations informelles avec des jeunes.

42 Ève Lamoureux, Art et politique. L’engagement chez les artistes actuels en arts visuels au Québec, Thèse en Science Politique, Québec, Université Laval, 2007.

43 Fabien Hein, Do It Yourself ! Autodétermination et culture punk, Lyon, Le passager clandestin, 2012.

44 Pour plus d’informations, consulter la page Web du GIAP : http://www.pairs-aidants.org/fer/index.html.

45 Des informations plus détaillées sont disponibles sur le blogue du RAJE citoyenne : http://rajecitoyenne.wordpress.com/category/raje-dans-la-rue/

46 Didier Lapeyronnie, op. cit.

47 Murielle Bègue, op. cit.

48 Daniel Gaxie, op. cit.

49 Ce terme fait partie de la typologie de Hirschman (1995) : exit, voice, loyalty.

50 Stéphanie Gaudet et Johanne Charbonneau, « Responsabilité sociale et politique chez les jeunes femmes », Cahiers de recherche sociologique, 2002, (37) p. 79-103 ; Jacques Ion, L’engagement au pluriel, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2001 ; Anne Quéniart et Julie Jacques, op. cit.

51 Henri Lamoureux, La pratique de l’action communautaire autonome, Origine, continuité, reconnaissance et ruptures, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2010.

52 Elisabeth Greissler, op. cit.

53 Le négatif n’a pas un sens péjoratif, mais fait ici référence au négatif en photographie au sens où Claude Giraud l’emploie.

54 Daniel Véron, « Sans-papiers : d’un quotidien tactique à l’action collective », Revue internationale de théorie critique (printemps), 2010, p. 93-113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Greissler, « Les contours de l’alter-engagement des jeunes en situation de marginalité », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], N°14 | Printemps 2014, mis en ligne le 08 janvier 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/7648

Haut de page

Auteur

Elisabeth Greissler

Travailleuse sociale de formation, Elisabeth Greissler est postdoctorante à l’Institut d’urbanisme et d’aménagement du territoire à l’Université de Strasbourg. Elle effectue actuellement une recherche sur les processus d’actions collectives des jeunes en situation de marginalité en France et au Québec. greissler@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org