Navigation – Plan du site
Dossier

« Oh monsieur le blond, vous êtes qui hein ? »
Construire la communication avec les jeunes détenus en établissement pénitentiaire pour mineurs

« Oh sir blond, who are you ? » Build the communication with the young people held in penitentiary centers for minors
Eh, Señor rubio, ¿Quién es usted?" Establecer la comunicación con los jóvenes detenidos en un establecimiento enitenciario para menores
Laurent Solini

Résumés

Cet article montre comment se construit la communication entre un chercheur et les adolescents incarcérés à l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Lavaur, situé dans le Tarn. L’objectif est de saisir ce que la relation d’enquête est susceptible de nous apprendre sur une prison récente et ses mécanismes. Du fait qu’elle est porteuse d’un régime éducatif singulier et prétendu novateur ainsi que d’une architecture pour le moins originale (ces deux éléments nourrissant la considération selon laquelle « l’EPM ne serait à l’évidence pas une prison »), la relation d’enquête devrait trouver à s’exprimer autrement que selon les usages traditionnellement dévolus à l’investigation carcérale. Pourtant, avec l’attribution de surnoms, la mise en œuvre de tests et l’expression de sollicitations multiples, l’expérience ethnographique menée à l’EPM de Lavaur peut être entendue comme « classique » voir « habituelle ».

Haut de page

Texte intégral

1J’entre pour la première fois à l’intérieur de la zone de détention de l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Lavaur le 31 janvier 2008. Six mois après l’ouverture de l’établissement, j’obtiens une autorisation d’accès afin de réaliser ma recherche doctorale. Marc, moniteur de sport à l’EPM, me fait alors visiter l’établissement. Je suis saisi par l’architecture de cette prison organisée autour d’une large cour centrale à ciel ouvert, sur laquelle donne l’ensemble des fenêtres des cellules ainsi que celles des zones d’activité. Mon arrivée suscite de nombreuses interrogations dès lors que les jeunes détenus constatent l’entrée d’un étranger en détention. « T’es qui toi ? Tu viens quoi faire ici, toi là ? Oh pourquoi, pourquoi t’es là ? » sont quelques-unes des questions qui me sont posées lorsque, avec Marc, je traverse la cour pour me rendre au « pôle sportif ». Arrivés en salle de musculation, nous accueillons quatre jeunes détenus. Plongé au cœur de la séance de sport, interpellé par les adolescents soucieux de connaître le but de ma venue, à la fois méfiants à l’égard de ma posture de chercheur et d’encadrant sportif, mais également avenants lorsqu’il s’agit de faire la démonstration de leur force physique durant les exercices, je débute mon enquête sous une barre de développé couché, les quatre garçons présents m’incitant à venir pratiquer avec eux.

  • 1 Laurent Solini, “Faire sa peine” à l’Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur. Sociologie (...)

2C’est ainsi que s’engage, entre janvier 2008 et juin 2010, une démarche ethnographique appliquée à l’univers-EPM1. La direction interrégionale de la protection judiciaire de la jeunesse sud finance l’enquête à l’aide d’un contrat doctoral. Elle facilite par ailleurs mon entrée à l’intérieur de l’EPM de Lavaur en me permettant d’une part de mener mon investigation intra-muros et d’autre part d’encadrer les activités sportives durant les fins de semaine. Ce double statut, à la fois sociologue cherchant à recueillir les informations du quotidien carcéral, par une implication prolongée au sein des groupes de détenus, et intervenant sportif, m’octroie la possibilité de passer entre quatre et six jours par semaine à l’EPM en compagnie des adolescents incarcérés ainsi que des différents personnels de la structure. Dès lors, le recueil des données s’est effectué en priorité par participation observante à plusieurs activités collectives avec les détenus, ainsi que par l’encadrement du sport durant les fins de semaine, et un suivi hebdomadaire de certains détenus. Ma participation aux enseignements scolaires et aux multiples activités proposées (ateliers cuisine et bâtiment, décoration, musique, théâtre, arts plastiques, « rallye du livre », code de la route, « estime de soi », jeux de dames et échecs), la prise en charge de pratiques sportives (football, musculation, rugby et judo) et le partage de la vie en détention (consistant, par exemple, à manger, à jouer aux cartes ou à regarder la télévision avec les jeunes) provoque ma rencontre avec une jeune population recluse, composée de filles et de garçons, âgés de treize à dix-huit ans, et dont je ne sais pratiquement rien.

3En revanche, je dispose depuis près d’un mois du « Document méthodologique pour la mise en œuvre des établissements pénitentiaires pour mineurs » rédigé conjointement par la direction de l’administration pénitentiaire et la direction de la protection judiciaire de la jeunesse ainsi que des plaquettes élaborées par les architectes. Il y est ainsi mentionné que l’EPM de Lavaur, mis en service le 11 juin 2007, souhaite prendre le contre-pied du tout cellulaire et entend marquer une rupture avec le système classique d’enfermement de la jeunesse : les quartiers mineurs, ces ailes réservées aux mineurs détenus dans des établissements pénitentiaires plus traditionnels tels que les maisons d’arrêt et les centres pénitentiaires. L’innovation proclamée consiste en la valorisation effective des temps collectifs mixtes vécus en détention. L’EPM développe ainsi un large panel d’activités collectives auxquelles le détenu est sommé de prendre une part active. Placé au sein d’un appareillage très développé de multiples occupations et charges obligatoires, le jeune incarcéré est soumis à un imposant dispositif sociotechnique ayant pour fonction de le rééduquer. Afin de mener à bien ce projet, l’EPM bénéficie d’un programme architectural spécifique facilitant la tenue simultanée des activités au cœur de l’enceinte et ayant pour effet de produire un espace résolument ouvert où toute la vie de la prison est donnée à voir : les entrées, les sorties, les déplacements, les visites, les comportements des détenus dans leur cellule, etc. La distribution des cellules ainsi que des zones d’activité s’organise, en effet, autour d’une large cour ouverte de grande dimension et de forme triangulaire. La conception-même du site vient instituer une continuité entre le centre de l’enceinte et les éléments construits situés à la périphérie : le gymnase, les salles d’atelier, les salles de classe et la médiathèque disposent d’une façade entièrement vitrée orientée en direction de la cour centrale.

  • 2 Alban Bensa et Didier Fassin [coord.], Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques, Paris (...)
  • 3 Daniel Cefaï [coord.], L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010 et Daniel Cefaï [coord.], L’ (...)
  • 4 Léonore Le Caisne, Avoir 16 ans à Fleury. Ethnographie d’un centre de jeunes détenus, Paris, Le Seu (...)
  • 5 D. Lawrence Wieder, « Dire le code du détenu. Enquêter sur la culture de la prison », dans L’engage (...)
  • 6 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers, Hommes et femmes du Nord, Paris, Puf, 1990, p. 42.

4Cet article est, pour moi, l’occasion de revenir sur la manière dont s’est construite la communication avec les détenus au sein d’une telle prison et ainsi saisir jusque dans quelles mesures les particularités du cadre carcéral trouvent à s’exprimer dans la relation d’enquête. La posture de l’enquêteur, ici entendue en tant que point zéro de l’analyse, agit comme une source de connaissance spécifique permettant d’accéder aux ressorts des expériences carcérales vécues par les jeunes détenus à l’EPM. Le temps passé auprès d’eux, prenant des notes sur leurs pratiques, observant les interactions entre eux, participant à la vie en détention, les interrogeant durant les entretiens, enregistrant par moment leurs propos à l’aide d’un dictaphone, sont autant d’éléments qui provoquent une rencontre traversée concomitamment par l’attribution de surnoms, la mise en œuvre de tests ainsi que par l’expression de sollicitations récurrentes et diverses. Ces trois volets de l’expérience ethnographique déjà relatés par plusieurs sociologues et anthropologues, parmi eux Alban Bensa et Didier Fassin2, Daniel Cefaï3 et Léonore Le Caisne4, laissent ainsi présager que, malgré les innovations dont il tire avantage, l’EPM n’en reste pas moins une prison. Le chercheur se trouve pris dans des relations ordonnancées, du moins en partie, par une structure d’arrière-plan : « le code du détenu présenté comme un ensemble de règles non écrites5 ». Du reste, le dispositif EPM, dès lors qu’il entraine une mise en collectivité quasi permanente ainsi qu’une surexposition des acteurs de la détention aux regards d’autrui, tend à accentuer « la perturbation »6  générée par la présence de l’enquêteur et ses effets sur les relations qu’il est susceptible de nouer avec les détenus. En portant la focale sur les surnoms, les tests et les sollicitations vécus par l’enquêteur, et en cherchant à resituer ces dimensions de la rencontre au cœur des espaces et des temps dédiés à l’éducation des jeunes détenus, il s’agit d’appréhender l’engagement ethnographique en tant que réservoir d’informations permettant de nous en dire davantage sur l’épaisseur de l’univers-EPM. La communication, telle qu’elle se construit au quotidien, livre ainsi un accès immédiat à la façon dont les relations sont en train de se nouer, donne une compréhension des activités en train de se dérouler, des milieux en train de se bâtir, des savoirs en train de se faire au sein d’une prison dite nouvelle et censée modifier la prise en charge des mineurs délinquants.

Surnommé « BLONDIN » dans la cour centrale

  • 7 Jean-Paul Payet et Frédérique Giuliani, « Introduction : rencontrer, interpréter, reconnaître. Caté (...)

5Sommant de me « justifier, de participer, de prendre parti, de quitter une position de surplomb, bref d’être présent au monde7 », les adolescents m’interpellent et m’interrogent régulièrement en s’exprimant de la manière suivante : « Oh monsieur le blond, vous êtes qui hein ? ». Reconnu avant tout par ma couleur de cheveux, les jeunes détenus me donnent rapidement le surnom de « Blondin ». Ce qualificatif, établi par Yassine (un jeune garçon incarcéré et âgé de dix-sept ans), est rapidement repris par l’ensemble de la détention y compris par plusieurs personnels. La cour centrale de l’EPM constitue alors le lieu où cet hétéronyme est rendu public. Dès mon entrée en zone de détention et donc ma traversée de cet espace ouvert où tout est rendu visible et audible, le qualificatif résonne entre les murs de l’enceinte. Les détenus se trouvant en cellule m’affublent fréquemment du surnom de « Blondin », parfois sans même connaître mon prénom. Il en est ainsi de certains jeunes arrivants qui, sans m’avoir encore rencontré, me surnomment plutôt que de me nommer. Lors des discussions quotidiennes, durant les échanges se déroulant au sein de la cour, le surnom télescope le prénom, pourtant connu par une grande partie des adolescents incarcérés. Il m’arrive régulièrement d’observer des détenus, positionnés face à la fenêtre de leur cellule et qui me sont encore inconnus, se prêter à l’exercice. Les sonorités produites se dispersent alors au sein de cette architecture en forme d’agora, informant et réaffirmant à la détention mon identité intra-muros.

  • 8 Gilles Chantraine, Par-delà les murs, Paris, Puf, 2004, p. 216.
  • 9 Voir notamment sur ce point Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Etudes de (...)
  • 10 Alban Bensa, Après Lévi-Strauss. Pour une anthropologie à taille humaine, Paris, Textuel, 2010.

6Au bout du compte, je me trouve pris, du moins en partie, au centre de ce que Gilles Chantraine nomme le « who’s who carcéral8 », ce procédé consistant pour les détenus à « se calculer » en se scrutant et en s’interrogeant les uns les autres particulièrement à propos de la nature des actes perpétrés, de leur lieu de vie et de leur système de connaissances. Le tout renvoie à une méthode d’identification qui occasionne des mécaniques de catégorisation et des conduites ajustées aux étiquettes ainsi posées. Le recours au surnom en constitue un ressort. Il est utilisé comme un moyen privilégié d’identification dans la mesure où il fait référence à un attribut physique particulier, perçu par les jeunes comme sortant de l’ordinaire, à des compétences spécifiques, aux actes commis ou encore au lieu d’habitat. On peut notamment noter la dénomination attribuée à Malik. Âgé de quinze ans, il est appelé « Libellule » par ses codétenus sous prétexte que ses yeux sont considérés comme étant un peu plus écartés que la normale. Farouk, âgé de seize ans, entre à l’EPM de Lavaur après avoir été transféré de l’EPM de Porcheville. Il est presque immédiatement surnommé « Le parisien », sobriquet qu’il revendique en produisant régulièrement le récit de ses affaires et en mettant en scène les placements ainsi que les expériences carcérales vécues à proximité de la région de Paris. Sans imaginé être pris pour l’un de nos enquêtés et ainsi passer inaperçu9, j’ai toutefois le sentiment que les procédures relatives au who’s who carcéral dépassent le cadre de l’entre - soi établi par la formation de groupes de détenus durant les temps collectifs. Autrement dit, je suis intégré au cœur de certaines mécaniques d’identification. Soumis à des interrogations avec insistance, tributaire de l’intonation avec laquelle les questions sont soulevées, m’évertuant à répondre rapidement aux sollicitations déclamées selon une inflexion sèche et brève sous peine d’être soupçonné de dissimuler certaines informations, ma capture par les situations conditionne la forme et le contenu des produits de l’enquête. Placé sous influence10, je fais l’expérience d’un monde dans lequel l’anonymat est proscrit et où a contrario s’exposer afin d’être étiqueté relève d’habitudes de vie presque intégralement partagées.

  • 11 Voir notamment sur ce point Didier Fassin et Eric Fassin [coord.], De la question sociale à la ques (...)

7« Blondin » fait donc référence à une couleur de cheveux qui éveille la curiosité de plusieurs détenus. C’est ainsi que les multiples interrogations relatives à son caractère soi-disant artificiel livrent les conditions de la rencontre. Mais il y a plus. Derrière l'apparence physique déclarée, qualifiée et mise au jour ; n’est-il pas aussi question de discrimination mélanique11 ? Lors de mon passage dans la cour centrale, David, âgé de quatorze ans, m’interpelle sur ce point alors qu’il est en cellule. Je me rapproche de sa fenêtre afin de prolonger l’échange :

« Tu veux quoi en fait ? 

En fait, j’veux comprendre ton quotidien ici. Comment tu te débrouilles quoi ?

Ah ouais ! Comment j’me débrouille ? J’ai une question moi (David sourit en me regardant fixement).

Vas-y, vas-y, j’t’écoute.

C’est quoi cette couleur de ch’veux là ?

Ben, c’est ma couleur. Comme toi t’es brun.

Non, non, c’est pas normal ça. Moi oui, c’est normal, mais, toi là, c’est pas normal. La vie d’ma mère, tes cheveux là, ils sont extra (silence), extra, j’sais pas quoi là. Ils brillent la nuit non (David affiche un rictus lorsqu’il parle) ? ».

8Le blond est ainsi associé à l’anormal et à l’anticonformisme. Il renvoie l’enquêteur à l’étiquette de l' « autre jeune », le « jeune blond » ou encore le « jeune blanc » qui semble ne pas avoir sa place au sein des groupes de détenus. Cette forme de distance autrement nourrie par les registres ostensibles de mon capital culturel, question qui sera approfondie lors de la conclusion, si elle semble indépassable finit pourtant par être dépassée. La conversation, alors engagée avec David, débute par ma mise à l’écart, déclamée sur le ton de la plaisanterie. Or la nature de la discussion semble également susciter une forme d’intérêt chez l’adolescent mêlant curiosité et indiscrétion. Un acoquinement débute alors qui permettra, par la suite, la réalisation d’entretiens répétés avec ce jeune.

  • 12 Gérard Mauger, op. cit., p. 44.

9Les questions auxquelles les détenus me soumettent dès mon arrivée et durant les semaines qui suivent les amènent bientôt à associer deux autres qualificatifs à ce surnom. D’abord, mon statut de professeur de sport, et plus particulièrement celui d’enseignant de judo, suscite chez la plupart des mineurs la nécessité de me surnommer parfois « Judo » ou « Judoka ». Également, lorsqu’il s’agit de faire référence à la thèse ainsi qu’au niveau d’études qu’elle suppose, les mineurs m’interpellent en tant que « Bac plus dix-mille », « Grosse tête » ou encore « Einstein ». L’expression de ces surnoms, outre qu’elle constitue une part importante de « l’enquête sur l’enquêteur12 », marque la construction de la relation avec les enquêtés. Ce procédé permet de lever une partie du voile s’agissant de ma présence continue au sein de l’EPM et d’en atténuer les effets au profit d’une acceptation passive au sein du groupe. Aussi, dès lors que « Judo » renvoie à mon statut d’encadrant sportif et « Einstein » à mon niveau d’étude, les surnoms ainsi mobilisés constituent les premiers indicateurs d’une double appartenance qui ne tarde pas à entrainer divers tests afin de saisir les ressorts de ma posture en détention.

Mis à l’épreuve durant les temps collectifs

  • 13 Erving Goffman, Asiles, Paris, Minuit, 1968, p. 284.
  • 14 Laurent Solini et Jean-Charles Basson, L’hyperactivité forcée : un mode de gestion des mineurs inca (...)
  • 15 Léonore Le Caisne, op. cit. ; David Lepoutre, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 2001, p. 27.

10Outre l’imputation de surnoms, la construction de la communication avec les adolescents incarcérés passe par la mise en œuvre de tests. Les temps collectifs, auxquels je me rends quotidiennement, sont l’occasion pour les détenus d’appréhender la mesure de mon engagement envers l’institution. Cette question se pose dès l’instant où les adolescents m’identifient à un encadrant sportif employé par la Protection judiciaire de la jeunesse. Considérées par la structure comme autant de moments dédiés à l’éducation des jeunes détenus, les activités collectives recèlent pourtant d’autres fonctions relatives à la gestion de la paix carcérale. Employés à occuper les adolescents, à les défouler parfois, à sanctionner ou au contraire récompenser, permettant par moment de construire une relation entre un jeune et un membre du personnel, agissant en tant que « terrains de manœuvre13 », les nombreux temps collectifs obligatoires enveloppent presque totalement la vie recluse14 ainsi que celle du chercheur qui entend observer les ressorts du dispositif éducatif de l’EPM. Dans ce cadre, l’économie, à laquelle les mineurs m’exhortent de participer, s’accompagne de nombreuses mises à l’épreuve dans la mesure où les activités collectives constituent le lieu d’expression d’une forme de « culture des rues »15. Les questions d’honneur et de réputation, l’inculcation de l’habitus agonistique, la place dans la hiérarchie, régie par la loi du plus fort, sont alors des enjeux centraux pour les détenus qui investissent les nombreuses activités proposées par l’EPM et qui s’emploient à les détourner à leur avantage. Une logique guerrière s’instaure ainsi qui procède d’un intense engagement physique, de franches camaraderies, de moments enjoués, de conduites de bluff, de défis, de joutes verbales et de trafics d’objets licites ou illicites (briquets, cigarettes, téléphones, « shit », vêtements de marque…).

11Saisi par les familles de conduites dont je viens de livrer plusieurs exemples, ma posture me situe à l’entremise : à la fois observateur, prenant en note le quotidien carcéral de ces jeunes reclus au sein d’une prison nouvelle ; potentiellement témoin de leurs pratiques transgressives et particulièrement des échanges de produits interdits. C’est ainsi que dans la salle de musculation, je prends part à la séance tandis que Marc est en charge de Fahd, Joaquim, Sankoun, Malik et Yassine.

Faire face à « l’affaire »

Je suis assis sur un rameur situé au fond de la salle de musculation. Marc, le moniteur de sport, encadre la séance se déroulant en deuxième partie d’après-midi. Fahd, Joaquim et Sankoun s’exercent successivement sur le banc de développé couché. Malik et Yassine discutent de la bagarre ayant eu lieu la veille entre Adel et Damien. Trente minutes après le début de l’activité, le téléphone sonne dans le bureau réservé aux moniteurs de sport. Marc quitte alors et pour quelques instants, la salle de musculation, me laissant seul avec les jeunes. Quelques secondes après son départ, Yassine et Fahd se rejoignent et se positionnent à environ deux mètres de moi. Légèrement de biais, je distingue leurs mains. Ils discutent à voix basse. Malik est adossé à la fenêtre de la salle et observe les actions du moniteur de sport dans le bureau. Sa position lui permet d’observer l’éventuel retour du professionnel. L’alignement entre la fenêtre de la salle de musculation et celle du bureau permet à l’adolescent de surveiller les agissements de Marc et ainsi de veiller aux intérêts de ses codétenus sans avoir à sortir de la salle de musculation. La vigilance de Malik assure la bonne marche de l’échange initié entre Yassine et Fahd. Les deux détenus regardent Malik, ce dernier leur faisant signe avec un hochement de tête. Yassine dit alors à Fahd : « Vas-y, vas-y donne » et lui tend sa main droite ouverte. Fahd jette un coup d’œil rapide vers la porte et sort de sa poche droite deux boulettes de « shit » entourées d’un film plastique pour les donner à Yassine qui s’empresse de refermer sa main. Il me regarde alors et me fait signe avec cette même main encore remplie de la précieuse substance. Yassine porte son poing fermé vers sa bouche, l’index tendu à la verticale et me dit : « chut ! ». Il me fait ensuite un clin d’œil en souriant et met sa main droite, toujours poing fermé, dans sa poche. Les deux détenus se séparent quelques instants avant de reprendre leur discussion.

12Yassine tente de me soumettre à une forme de test. Les coups d’œil intempestifs jetés dans ma direction durant la transaction semblent avoir le double objectif suivant : vérifier que je suis témoin de la scène et s’assurer que je ne suis pas sur le point de rejoindre le moniteur de sport pour le prévenir. En outre, l’emplacement choisi par Yassine et Fahd (âgé de seize ans) pour opérer l’échange n’apparaît pas anodin. Ils réalisent « l’affaire » juste devant moi (c’est ainsi que les détenus nomment les pratiques d’échange et de consommation de produits licites ou illicites à l’intérieur de la détention). Quelques instants plus tard, Marc revient dans la salle de musculation : « Alors, ils ont été sages ces petits anges (sourire) ? Ils t’ont pas trop emmerdé ? ». Les visages des adolescents indiquent que ma réponse est attendue. Les regards de côté, les sourires un peu crispés de Fahd et Sankoun (âgé de dix-sept ans), l’air stoïque de Yassine, tendent l’atmosphère dans la salle de musculation. À cet instant précis, je me trouve face à ces situations qui révèlent la nature ambigüe de mon positionnement en détention. Marc me demande de lui faire état des pratiques s’étant déroulées durant son absence. Bien que cette requête soit réalisée sur le ton de l’humour, elle me place dans une position délicate. Cherchant à savoir si son absence a permis la mise en œuvre de pratiques dissidentes, le moniteur de sport, en m’interrogeant, tient des propos accusateurs envers les détenus présents. L’humour permet alors d’atténuer la portée des insinuations. Dès lors, Marc cherche à me faire endosser le rôle de « balance », pour reprendre un terme souvent utilisé par les détenus et qui désigne celui qui dénonce, celui qui accuse et à qui on ne peut pas faire confiance. Ce procédé, qui consiste pour certains professionnels de l’EPM à croire que mon investissement dans les scènes de détention a pour unique but de les renseigner sur les actions des détenus, s’avère néfaste pour la bonne marche de l’enquête. En effet, comment continuer à jouir d’une acceptation passive de la part des détenus si je suis repéré comme « l’indic » ? D’un autre côté, mon statut d’intervenant sportif dans la structure ne me contraint-il pas à réagir face à ce type de manquement au règlement ? Quoi qu’il en soit, la demande de Marc ne me laisse d’autres choix que de prendre position en faveur des adolescents incarcérés. « Non, non. Rien de bien important (sourire) ». Les détenus, faisant alors semblant de vaquer à leurs occupations respectives, prêtent toutefois l’oreille à la discussion que j’engage avec Marc. Yassine intervient d’ailleurs : « Mais non, qu’est-ce tu veux qu’on ait fait hein ? (en tournant la tête vers Marc) ». Joaquim (âgé de seize ans) poursuit, s’adressant également au moniteur de sport : « Vas-y couille là, on fait rien couille ».

  • 16 Olivier Schwartz, op. cit.

13Si ma présence provoque la méfiance des détenus, en particulier durant les deux premiers mois de l’investigation, ces derniers apprennent néanmoins à se saisir des contradictions que suppose ma posture afin de mettre en œuvre certaines pratiques dissidentes. À la fois chercheur et intervenant sportif, ce double statut présente des exigences contradictoires s’agissant notamment des actions à mener face aux pratiques interdites par le règlement. Mon contrat, dont une partie implique que je prenne en charge l’activité sportive durant les fins de semaine, devrait me contraindre à faire respecter le règlement de l’établissement. Or, mon statut de chercheur me pousse à laisser se produire ces conduites condamnables tant elles constituent l’expression des modes de réappropriation des espaces de l’enfermement par les adolescents. Les interrompre en les rapportant aux personnels ou en remettant en cause la gestion négociée de l’activité mise en place par l’intervenant perturberait d’autant plus les scènes observées. Par ailleurs, il s’agit de ne pas être identifié en tant qu’« indic » ou « balance » par les détenus, ce type d’étiquetage pouvant compromettre la qualité de mon intégration à l’intérieur des situations. Les détenus pourraient finir par rejeter ma présence estimant qu’elle représente un risque pour eux en matière de divulgation de conduites interdites aux personnels de l’EPM. Je décide ainsi de ne pas dénoncer, cherchant à préserver avant tout ma relation avec les détenus et par conséquent le recueil de données. Compte tenu de mes réactions face aux tests, les mineurs considèrent que ma présence ne constitue pas une menace. Ils comprennent ainsi que ma condition n’est pas celle d’un personnel cherchant à faire respecter le règlement. Toutefois, si ce choix me permet d’appréhender les stratégies de contournement et de préserver ma relation avec les adolescents, les détenus saisissent rapidement qu’en ma présence, dès lors que le personnel quitte la salle ou que je suis seul à intervenir, ils bénéficient des marges de manœuvre suffisantes à la réalisation de leurs « affaires ». Lors de certaines interventions où je me trouve seul, notamment dans le cadre de l’activité musculation, les adolescents n’hésitent pas à user des contradictions que revêt mon statut afin de mener à bien leurs échanges de tabac et de « shit », allant parfois jusqu’à se retirer aux toilettes pour fumer, les uns après les autres. Cette pratique, je peux également l’observer en présence de certains moniteurs de sport. Néanmoins, ma présence perturbe les scènes dédiées à l’enquête dans la mesure où elle laisse s’installer des espaces de manœuvre favorables à l’expression de pratiques dissidentes. Dans cette perspective et tel qu’Olivier Schwartz16 le mentionne, il s’agit d’utiliser la perturbation afin de faire de ces entorses au règlement une source de connaissance spécifique nous en apprenant davantage sur les modes d’appropriation des espaces de détention.

« Hyperactivité forcée » et sollicitations

  • 17 Laurent Solini, Jean-Charles Basson, op. cit., p. 170.
  • 18 Voir notamment sur ce point Gesham Sykes, The society of captives. A study of a maximum security pr (...)

14L’utilisation quasi exhaustive de l’emploi du temps carcéral provoque de très nombreux « face à face », selon la terminologie employée par les personnels de l’établissement. Autrement dit, l’« hyperactivité forcée17 », à laquelle les jeunes sont soumis, puisqu’ils sont censés pratiquer pas moins de soixante heures d’activités hebdomadaires équitablement réparties entre les domaines scolaire (placé sous le contrôle de l’éducation nationale), socioculturel (dévolu à la protection judiciaire de la jeunesse) et sportif (partagé entre l’administration pénitentiaire et la protection judiciaire de la jeunesse) auxquels s’ajoutent les repas et les moments dits « de détente », entraine l’engagement des professionnels ainsi que l’inscription de l’enquêteur dans de fréquentes interactions avec la population détenue. Se rencontrer quotidiennement à différents instants de la journée, durant les repas, la pratique sportive, les temps scolaires, les parties de baby-foot ou par exemple le partage d’un moment de télévision crée un mode singulier d’interconnaissance qui contribue à construire les conditions propices à l’expression de sollicitations variées. Sans être en mesure de qualifier les relations qui se développent entre les jeunes et moi : affinité, complicité, connivence ou encore confiance ; la multiplication de nos rencontres me positionne bientôt dans des situations relevant du don/contre-don. Le temps partagé avec les mineurs détenus gagne en importance et en durée si bien que la distance s’amenuise au profit d’un rapport de plus en plus étroit allant parfois jusqu’à la promiscuité. Tout se passe comme si mieux me connaître, saisir ma fonction au sein de l’établissement, m’imputer des surnoms ou encore tester mes réactions face à certaines conduites dissidentes laissait le champ libre à une autre forme de correspondance fondée sur la négociation, la réciprocité et la coopération telle qu’elles peuvent parfois s’exprimer entre les surveillants et les détenus18.

15La représentation que les adolescents se font de l’ethnographe et des marges de manœuvre dont il dispose a alors tendance à multiplier les revendications. Il m’arrive ainsi d’être interpellé à plus de vingt reprises en l’espace d’une seule journée. La plupart du temps, lors de mes déplacements dans la cour centrale, les jeunes détenus m’appellent pour me demander une cigarette. Parfois, ils cherchent à marchander une cigarette contre un entretien. C’est ainsi que lors d’un déplacement pour se rendre au cours de mathématiques, Malik me demande : « Oh le blond, viens, viens (je m’approche de lui). Pourquoi tu prends des jeunes en entretien comme ça ? Tu le sais Malik, on en a déjà parlé. J’essaie de comprendre un peu comment vous vivez ici. J’leur demande un peu leur avis sur tout ça ici. Ici ? Ici, c’est la merde mon pote. (Malik sourit) Tu m’prends en entretien et en échange tu m’donnes une cigarette ? Allez blondin » (Malik passe alors son bras autour de mon cou).

16Certaines sollicitations vont jusqu’à prendre la forme d’avertissements. À la fin d’un entretien mené avec Yassine, le détenu me met en garde s’agissant des informations qu’il vient de me livrer durant notre discussion et qui sont maintenant enregistrées sur mon dictaphone.

Mise en garde et connivence

« D’accord. Et tu sais ici qui fait rentrer un peu ? »

« Ouais, ben ouais. C’est toujours les grosses bites qui ont le plus de trucs. Par exemple, on est trois à l’EPM à avoir des bons trucs. Trois détenus (silence) qui arrosent tout l’monde ».

« Y’a qui ? »

« À ça, j’peux pas te dire ça. »

« D’accord, je respecte. »

« On sait jamais, ta cassette, elle tombe entre de mauvaises mains. »

« J’vais tout faire pour que ça n’arrive pas. »

« Tu vas tout faire. Tu vas faire. C’est pas tu vas tout faire. Tu vas l’mettre dans ta poche, tu vas sortir et tu vas la poser dehors, en dehors d’ici. Puisque après moi, ils vont venir me péter les couilles tes collègues. Après s’ils entendent ça (hausse la voix), ça y’est, c’est foutu pour moi. J’risque d’avoir des problèmes, j’risque de, de faire des trucs que j’ai pas envie de faire tu vois. Tu vois pour reprendre ma place et après. Tension, cette cassette, j’veux pas qu’elle reste ici ouala. »

« Non, non, mais t’en fais pas. »

« J’veux même pas, un surveillant l’entende ou un truc comme ça. Ils ont le droit de l’écouter là ? »

« Non, non c’est une recherche donc c’est anonyme. »

« Parce que là, le capitaine et tout, ils te surveillent, j’te le dis moi. Ils appellent pour savoir où tu es, avec qui t’es et tout. Tu déranges ici. »

« Ah bon, comment ça ? »

« Ils aiment pas ceux qui fouillent, et toi tu fouilles beaucoup trop. Tu vois des trucs que tu devrais pas voir. Ils aiment pas que la vérité elle éclate au grand jour. C’est des, comme les délinquants. En fait c’est des délinquants eux aussi. Nous dans notre business, on aime bien rester discret. Eux ils aiment toujours creuser et enfoncer le plus bas possible sans qu’on puisse jamais déterrer c’qui font. Ils aiment bien faire ça ».

  • 19 William Foot Whyte, Street Corner Society. La structure sociale d’un quartier italo-américain, Pari (...)
  • 20 Olivier Schwartz, op. cit.
  • 21 David Lepoutre, « La photo volée. Les pièges de l’ethnographie en cité de banlieue », Ethnologie fr (...)
  • 22 Michel Foucault , Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

17Yassine mentionne les risques qu’il encourt en me livrant les informations relatives à son quotidien ainsi qu’aux relations qu’il entretient avec les acteurs de l’institution, codétenus et personnels. Sa mise en garde est exprimée sur le ton de la menace, ce dernier allant jusqu'à ordonner que les informations recueillies soient emmenées hors les murs. Il poursuit alors son propos, m’expliquant que je suis surveillé et que ma présence dérange dans la mesure où je « fouille » sans cesse. L’adolescent semble alors chercher à investir l’espace de l’entretien. Il partage avec moi des informations délicates, puisqu’elles touchent à l’infradroit ou au non-droit, pouvant parfois constituer le mode de régulation sociale majeur à l’intérieur des situations d’enfermement. Les renseignements ainsi divulgués, dans la mesure où ils présentent un risque pour le détenu tout autant que pour le chercheur, qui prend connaissance de certaines transgressions et qui devient complice de pratiques dissidentes, participent à l’instauration d’une communication singulière. Le partage d’informations sensibles, sauvegardées par l’intermédiaire du dictaphone, permet d’établir une relation de connivence, cette forme de complicité secrète qui nous amène, Yassine et moi, à nous accorder autour de certaines entorses au règlement et qui ne peut s’établir qu’à partir d’une relation déjà éprouvée à de nombreuses occasions. Notons pour terminer que si les aveux de Yassine me rendent complice de conduites interdites, dès lors que je décide de ne pas en informer l’établissement, ils ne renversent pas le rapport asymétrique qui régit l’entretien. L’installation de la connivence n’enlève rien à la teneur inégale de l’échange et au sentiment d’exploitation qui traverse la relation d’enquête. Qu’il s’agissent des accusations portées à l’encontre du sociologue William Foot Whyte19, de la culpabilité éprouvée par Olivier Schwartz20 ou du sentiment de vol voir de viol exprimé par David Lepoutre21, ces exemples montrent que la relation d’enquête équitable est un leurre, à plus forte raison dans un environnement tel que celui de la prison où les enquêtés ne peuvent échapper à la punition par excellence que constitue la privation de liberté ainsi qu’à l’ensemble de ses mécanismes22.

***

  • 23 Myriam Joel-Lauf, « L’intimité des femmes incarcérées. Une expérience de terrain », Ethnologie fran (...)
  • 24 Léonore Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Editions Odile Jacob, 2000.
  • 25 Gilles Chantraine, op. cit.
  • 26 Corinne Rostaing, La relation carcérale, Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, (...)

18L’attribution de surnoms, la mise en œuvre de tests ainsi que le recours aux sollicitations constituent les ressorts de la communication avec les adolescents incarcérés au même titre que « l’intime » a pu tenir lieu de passe-droit entre Myriam Joël-Lauf et les détenues sur lesquelles portait son étude23. Ces éléments renvoient au processus de construction de la relation d’enquête tout en révélant la nature de l’EPM. Présenté en tant que prison nouvelle censée modifier la prise en charge des mineurs incarcérés, son fonctionnement semble pourtant prêter le flanc au libre développement de procédés de contournement, de réappropriation, voire de détournement de l’ambition socialisatrice tant convoitée. La conception-même de l’établissement et les activités qu’il abrite permettent, notamment la création d’espaces de socialisation spécifiques qui provoquent l’émergence, dans l’interaction, d’un certain nombre de valeurs et de normes de groupe héritées ayant pour effet de maintenir cette distance infranchissable entre le chercheur et ses enquêtés, même si la perturbation s’atténue avec le temps long passé sur le terrain. En ce sens, si surnoms il y a, ils attestent de mon appartenance à l’institution ; si tests il y a, ils prouvent que la confiance n’est pas acquise, si sollicitations il y a, elles démontrent que les adolescents m’identifient comme un enquêteur susceptible de répondre à des demandes particulières. Présenter ainsi la cuisine de l’enquête permet d’appréhender les mécaniques quotidiennes, sur lesquelles repose le fonctionnement de l’EPM, et par lesquelles l’ethnographe se trouve traversé. Ces procédés rappellent ceux régissant les quartiers mineurs ou plus largement les prisons pour adultes étudiées notamment par Léonore Le Caisne24, Gilles Chantraine25 ou encore Corinne Rostaing26. Au bout du compte, les innovations introduites à l’EPM de Lavaur semblent ne pas suffire à endiguer cette fermeture du milieu délinquant sur lui-même qu’autorise le système carcéral. À l’inverse, elles en accentuent les effets, laissant libre court à la mise en scène de pratiques, à la mise en récit de discours au sein d’un univers où tout est rendu visible et audible et à l’intérieur duquel l’enquêteur est sous emprise.

19Du reste, la distance aux enquêtés s’exprime également via les registres ostensibles du capital culturel. Mon hexis ainsi que ma relative ignorance s’agissant de cet entre soi que représente la rue, dans la mesure où ils constituent les aspects manifestes et signifiants du capital culturel lors des interactions, marquent une distinction avec les adolescents. La tenue du corps est un premier élément de différenciation. Les postures d’un certain nombre d’adolescents sont révélatrices d’une culture incorporée qui se distingue des normes et valeurs au fondement de mon processus de socialisation : mains dans les poches, épaules vers l’avant, gestuelle marquée par l’utilisation régulière des poings, tête baissée avec le regard vers le haut, assis, les jambes écartées, le dos vouté et les coudes posés sur les genoux. Les jeunes détenus apprennent à se reconnaître par des usages similaires de leur corps qui ont également pour fonction l’exclusion de tous ceux qui ne s’inscrivent pas dans de telles postures. L’enquêteur se trouve ainsi mis à l’écart en raison des aspects les plus insignifiants, en apparence, de son comportement (manières de faire et de ne rien faire, de parler et de se taire, de regarder, d’écouter, de rire, etc.) et qui, de ce fait, échappent à la conscience et au contrôle.

  • 27 David Lepoutre, op. cit., p. 154.

20Le langage et les caractères de la diction représentent également une dimension de la distinction. Ils sont employés par les adolescents en tant que marqueurs d’un capital culturel revendiqué et mis en scène durant les interactions. Le « verlan, qui emprunte tout à la fois à l’argot du français populaire, voire aux langues de l’immigration maghrébine, noire-africaine, antillaise, est ainsi considéré comme un véritable argot de groupe, avec ses champs sémantiques propres et sa capacité à exprimer le vécu et l’expérience de la rue27 ». L’invective, par exemple, constitue l’un des principes langagiers posés par les jeunes dans l’interaction. Elle devient alors particulièrement nécessaire lors des joutes oratoires puisqu’elle est un moyen d’intimidation. Au langage s’ajoutent les manières de parler. Ainsi, parler fort, avec un débit rapide, parfois tous en même temps (ce qui a pour effet de produire un tumulte assourdissant), interrompre, user d’une gestuelle exacerbée sont quelques-uns des caractères de la diction pour lesquels optent la plupart des adolescents de l’EPM. Les caractéristiques présentées précédemment sont communes à une grande partie des mineurs incarcérés.

  • 28 Benjamin Moignard, L’école et la rue : fabrique de délinquances, Paris, Puf, 2008, p. 55.

21Pour terminer, la distance dans la relation d’enquête peut s’analyser sous l’angle du rapport que les adolescents entretiennent avec cet « espace de valorisation disponible et accessible28 » qu’est la rue. En dépit de la singularité et de l’éclatement des parcours biographiques, il semble y avoir, pour une grande part des détenus, une forme commune d’attrait pour la rue, aussi désignée par les termes de « banlieue » ou de « quartier », et pour l’ensemble des significations que ce lieu suscite dans l’imaginaire des jeunes. L’espace de détention y est ainsi régulièrement associé comme en attestent les propos tenus par Yassine :

« Après, ici, c’est l’trou du cul d’la banlieue ici. C’est la banlieue en elle-même quoi. Ça s’passe pareil en banlieue. Malgré qu’c’est pas des gros gros trucs, c’est des p’tits trucs tu vois. Mais c’est la banlieue, banlieue tu vois. Ça s’passe comme ça. Rien qu’ça magouille, tous les jours. Jours et nuits, tu croises que des délinquants. Encore que dans la banlieue, y’a pas toujours des délinquants. Là, ça magouille. Ici, c’est normal pour nous de magouiller H vingt-quatre. C’est normal pour nous de magouiller, tu vois, de trafiquer. C’est comme ça qu’on s’reconnaît. Pour nous, ça devient, ça devient normal, tu vois. C’est normal, tu vois, de mettre un truc, de cacher un briquet, du shit. C’est normal, j’le mets dans ma poche. C’est comme ci j’étais un. Tu vois parce que tu prends et tout, t’as le vice et tout. Après ça parle entre nous, des magouilles, on rigole. Voilà, c’est c’qui (silence), c’est c’qui nous tient en fait, ensemble en fait ».

  • 29 Thomas Sauvadet, Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cités, Paris, Arman (...)

22Ainsi la rue, régulièrement raccordée aux expériences délinquantes, provoque en détention la consolidation d’un imaginaire collectif auquel les adolescents se réfèrent sans cesse et avec l’aide duquel ils s’accordent à trouver des similitudes dans leur parcours de vie. S’opère alors la construction d’une cohésion entre les détenus autour de moments d’expérience communs, parfois vécus ensemble et renforçant l’herméticité du groupe face aux personnes extérieures. Les discussions, les gestes et les récits produisent une forme de mémoire commune et familière pour la plupart des détenus de l’EPM m’étant fondamentalement étrangère ; ce qui a pour effet d’accroître encore un peu plus le sentiment d’intrusion. Pour la majorité des jeunes incarcérés, « la rue incarne un espace primordial de respiration, elle possède une force d’attraction. La rue, le quartier correspondent à des espaces de vie, les jeunes s’y sentent littéralement chez eux. Leurs réseaux relationnels (familiaux, amicaux, amoureux et professionnels) tendent à se concentrer sur ce périmètre et trahissent une forme d’insularité, d’où la domination de l’appellation “jeunes de cité”, c’est-à-dire la qualification par l’ancrage territorial29 ».

  • 30 Ibid., p. 55.
  • 31 Ibid., p. 51.

23Au bout du compte, la rue représente le terrain privilégié d’une « sociabilité communautaire30 » provoquant la fixation de normes et de valeurs agissant à la fois comme un moyen d’exclusion de la société normale et en tant qu’instrument d’identification à l’intérieur du groupe de pairs. Il existe ainsi une séparation avec les enquêtés relative à « l’ancrage territorial31 ». En détention, les mineurs incarcérés ne nourrissent pas leur distinction en arborant les propriétés de la classe sociale dont ils sont issus. Ils évoquent rarement les indicateurs permettant de les situer sur l’échelle sociale : profession des parents, masse salariale du ménage, lieu de vie, niveau d’études, diplômes, etc. Lorsque les détenus veulent marquer leurs différences, ils empruntent à des formes capitalisées de ressources attachées à l’univers de la rue. En ce sens, tout se passe comme si au cœur des discussions qui les animent, les détenus tentent de camoufler les disqualifications attachées à leur origine sociale par la mise en scène de capitaux situés géographiquement, produits d’une appropriation et d’une incorporation quasi circonscrites aux espaces de sociabilité que la rue semble leur fournir. Les postures et le langage sont, à cet égard, représentatifs de ce procédé. Tel que les mineurs me le font remarquer au quotidien, l’appartenance à un territoire et à un lieu de socialisation commun (dont je ne fais pas partie) est un autre moyen de produire de la distance. Certains adolescents affichent fièrement les connaissances acquises dans et par la rue, revendiquant les ressources d’un capital culturel hors normes et en mesure de se confronter à l’instruction capitalisée durant mon parcours universitaire.

Haut de page

Bibliographie

Bensa (Alban), Après Lévi-Strauss. Pour une anthropologie à taille humaine, Paris, Textuel, 2010, 126 p.

Bensa (Alban) et Fassin (Didier) [coord.], Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques, Paris, La découverte, 2008, 304 p.

Cefaï (Daniel) [coord.], L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010, 640 p.

Cefaï (Daniel) [coord.], L’enquête de terrain, Paris, La découverte, 2003, 615 p.

Chantraine (Gilles), Par-delà les murs, Paris, Puf, 2004, 316 p.

Chauvenet (Antoinette), Orlic (Françoise) et Benguigui (Georges), Le monde des surveillants de prison, Paris, Puf, 1994, 232 p.

Fassin (Didier) et Fassin (Eric) [coord.], De la question sociale à la question raciale. Représenter la société française, Paris, La découverte, 2006, 263 p.

Foot Whyte (William), Street Corner Society. La structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La découverte, 2002, 406 p.

Foucault (Michel), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 364 p.

Goffman (Erving), Asiles, Paris, Minuit, 1968, 452 p.

Joel-Lauf (Myriam), « L’intimité des femmes incarcérées. Une expérience de terrain », Ethnologie française, n°3, 2009, p. 547-556.

Le Caisne (Léonore), Avoir 16 ans à Fleury. Ethnographie d’un centre de jeunes détenus, Paris, Le Seuil, 2000, 341 p.

Le Caisne (Léonore), Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Editions Odile Jacob, 2000, 394 p.

Lepoutre (David), Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 2001, 460 p.

Lepoutre (David), « La photo volée. Les pièges de l’ethnographie en cité de banlieue », Ethnologie française, n°1, 2001,  p. 89-101.

Mauger (Gérard), Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Etudes de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006, 253 p.

Moignard (Benjamin), L’école et la rue : fabrique de délinquances, Paris, Puf, 2008, 217 p.

Payet (Jean-Paul) et Giuliani (Frédérique), « Introduction : rencontrer, interpréter, reconnaître. Catégorisation et pluralité de l’acteur faible », dans Payet (Jean-Paul), Rostaing (Corinne) et Giuliani (Frédérique) [coord.], La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles, Rennes, Pur, 2010, p. 7-19.

Rostaing (Corinne), La relation carcérale, Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, Puf, 1997, 331 p.

Sauvadet (Thomas), Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Paris, Armand Colin, 2006, 303 p.

Schwartz (Olivier), Le monde privé des ouvriers, Hommes et femmes du Nord, Paris, Puf, 1990, 531 p.

Solini (Laurent), “Faire sa peine” à l’Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur. Sociologie des expériences de détention, Thèse de doctorat de l’université de Toulouse, 2012, 362 p.

Solini (Laurent) et Basson (Jean-Charles), « L’hyperactivité forcée : un mode de gestion des mineurs incarcérés », dans Bodin (Romuald) [coord.], Les métamorphoses du contrôle social, Paris, La dispute, 2012, p. 167-177.

Sykes (Gesham), The society of captives. A study of a maximum security prison, Princeton, Princeton University Press, 2007, 200 p.

Wieder (D. Lawrence), « Dire le code du détenu. Enquêter sur la culture de la prison », dans Daniel Cefaï [coord.], L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010, p 183-215

Haut de page

Notes

1 Laurent Solini, “Faire sa peine” à l’Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur. Sociologie des expériences de détention, Thèse de doctorat de l’université de Toulouse, 2012.

2 Alban Bensa et Didier Fassin [coord.], Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques, Paris, La découverte, 2008.

3 Daniel Cefaï [coord.], L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010 et Daniel Cefaï [coord.], L’enquête de terrain, Paris, La découverte, 2003.

4 Léonore Le Caisne, Avoir 16 ans à Fleury. Ethnographie d’un centre de jeunes détenus, Paris, Le Seuil, 2000.

5 D. Lawrence Wieder, « Dire le code du détenu. Enquêter sur la culture de la prison », dans L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010.

6 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers, Hommes et femmes du Nord, Paris, Puf, 1990, p. 42.

7 Jean-Paul Payet et Frédérique Giuliani, « Introduction : rencontrer, interpréter, reconnaître. Catégorisation et pluralité de l’acteur faible », dans La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles, Rennes, Pur, 2010, p. 13.

8 Gilles Chantraine, Par-delà les murs, Paris, Puf, 2004, p. 216.

9 Voir notamment sur ce point Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Etudes de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006.

10 Alban Bensa, Après Lévi-Strauss. Pour une anthropologie à taille humaine, Paris, Textuel, 2010.

11 Voir notamment sur ce point Didier Fassin et Eric Fassin [coord.], De la question sociale à la question raciale. Représenter la société française, Paris, La découverte, 2006.

12 Gérard Mauger, op. cit., p. 44.

13 Erving Goffman, Asiles, Paris, Minuit, 1968, p. 284.

14 Laurent Solini et Jean-Charles Basson, L’hyperactivité forcée : un mode de gestion des mineurs incarcérés, dans Romuald Boidin Les métamorphoses du contrôle social, Paris, La dispute, 2012.

15 Léonore Le Caisne, op. cit. ; David Lepoutre, Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 2001, p. 27.

16 Olivier Schwartz, op. cit.

17 Laurent Solini, Jean-Charles Basson, op. cit., p. 170.

18 Voir notamment sur ce point Gesham Sykes, The society of captives. A study of a maximum security prison, Princeton, Princeton University Press, 2007 et Antoinette Chauvenet, Françoise Orlic et Georges Benguigui, Le monde des surveillants de prison, Paris, Puf, 1994.

19 William Foot Whyte, Street Corner Society. La structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La découverte, 2002.

20 Olivier Schwartz, op. cit.

21 David Lepoutre, « La photo volée. Les pièges de l’ethnographie en cité de banlieue », Ethnologie française, n°1, 2001.

22 Michel Foucault , Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

23 Myriam Joel-Lauf, « L’intimité des femmes incarcérées. Une expérience de terrain », Ethnologie française, n°3, 2009.

24 Léonore Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Editions Odile Jacob, 2000.

25 Gilles Chantraine, op. cit.

26 Corinne Rostaing, La relation carcérale, Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, Puf, 1997.

27 David Lepoutre, op. cit., p. 154.

28 Benjamin Moignard, L’école et la rue : fabrique de délinquances, Paris, Puf, 2008, p. 55.

29 Thomas Sauvadet, Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cités, Paris, Armand Colin, 2007, p. 50-51.

30 Ibid., p. 55.

31 Ibid., p. 51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Solini, « « Oh monsieur le blond, vous êtes qui hein ? »
Construire la communication avec les jeunes détenus en établissement pénitentiaire pour mineurs
 », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], N°15 | Printemps 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://sejed.revues.org/7998

Haut de page

Auteur

Laurent Solini

Sociologue, maître de conférences à l’Université Montpellier 1, chercheur au Laboratoire Santé, Education et Situations de Handicap (SanT.E.SI.H – EA 4614), Laurent.solini@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org