Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pierrine Robin, L’évaluation de la maltraitance. Comment prendre en compte la perspective de l’enfant

Editions PUR, mai 2013, 291 pages
Fabrice Audebrand

Texte intégral

1Travail ambitieux que celui de Pierrine Robin. Abordant la question de la prise en compte de la parole de l’enfant en intervention sociale, c’est un panorama complet, épistémologique comme éthique, que nous propose cette « évaluation de la maltraitance ». Un livre dense donc, dont il faut chercher la valeur dans son sous-titre : comment prendre en compte la perspective de l’enfant ?

2En deux parties, l’une consacrée à la question de l’évaluation, la seconde à une forte pertinente étude comparée entre le dispositif français et allemand, l’auteure brosse deux champs de questions propres à l’évaluation en travail social. D’abord, sont analysées les méthodes et techniques professionnelles mises en œuvre par les travailleurs sociaux pour étudier, évaluer donc, les situations de risques familiaux pouvant conduire à un placement. Mais dans un second temps, ce sont les travailleurs sociaux eux-mêmes qui sont interrogés, évalués en un sens, dans la rationalité de leur pratique et leur capacité à entendre les paroles des jeunes usagers.

3Mais, entrons dans les détails et notons comment, dès son introduction, Pierrine Robin souligne l’ambiguïté de l’arrivée d’une « philosophie de la mesure » dans le travail social. Car si tous, avec espoir, placent dans l’évaluation un enjeu « d’amélioration de l’orientation et de la qualité de la prise en charge, de la démocratisation des décisions et donc à terme du changement social », l’éducateur comme l’assistant de service social est prompt à craindre un processus « de contrôle, d’intrusion, de remise en cause des savoir-faire professionnels. » Ce que nous invite à faire l’auteure, c’est le tour de la question. Mais qu’est-ce qu’évaluer ? Avec quels outils ? Quelles finalités ? Qui évalue ? Sous quel mode ? À partir de quelle parole ? Entre paradigme sociopolitique et analyse psycho-relationnelle, un tel questionnement doit savoir prendre son temps.

  • 1 Ketele Jean-Marie, Roegiers Xavier, Méthodologie du recueil d’information, Bruxelles, De Boeck, 199 (...)

4La première partie, chapitre unique et essentiel, brosse avec forces détails les approches théoriques de l’évaluation en insistant tour à tour sur les buts et les définitions de cet aspect du travail social, la difficulté de rendre visible la tâche accomplie et le poids des rationalisations. Sur le plan des définitions, l’auteure évoque celle de Ketele et Roegiers, pensant l’évaluation comme la confrontation « d’un ensemble d’informations à un ensemble de critères en vue de prendre une décision1. » Mais avec une grande justesse, et suivant par-là les grandes tendances de la littérature en travail social, elle montre que  « l’évaluation des situations familiales en protection de l’enfance n’est avant tout qu’une approximation au cœur d’incertitudes. » Entre difficulté d’appréhension des phénomènes sociaux, invisibilité des pratiques professionnelles, césure ingérable entre diagnostic et intervention et une subjectivité embarrassante, l’évaluation est un art difficile. Et les pensées « technocratisantes » d’une rationalisation de l’intervention sociale n’y change rien. Sociales, psychosociales, socio-pédagogiques, cliniques ou instrumentales, toutes les évaluations se résument en une technique non-neutre, où la recherche d’un accord se joue dans un champ de limitations.

5Elle y étudie surtout l’opportunité d’un changement de paradigme en passant de l’évaluation du risque à celle du bien-être. Car après avoir interrogé les discours sur l’évaluation, c’est à la maltraitance, à ses modèles explicatifs et à son évolution lexicographique que s’intéresse l’auteure. Elle en conclut une évidence qu’il convient de rappeler, que la maltraitance est un objet que chaque courant de pensée ne voit que de manière partielle. C’est alors la multiplication des points de vue qui garantit une évaluation viable des phénomènes de maltraitance.

6Enfin Pierrine Robin évoque la place de l’enfant dans ce dispositif d’évaluation en interrogeant sa participation au processus. Elle y souligne l’enjeu de la minorité, mais surtout la difficulté épistémologique, pour certains éducateurs, à penser une évaluation participative, où l’enfant pourrait se retrouver « acteur de sa propre protection.» S’inscrivant dans l’analyse de Michel Chauvière, elle interroge l’ambigüité de la notion d’usager, jamais claire quand il s’agit d’une relation d’aide et encore moins pour des mineurs. C’est toute la place du sujet dans l’évaluation qui est réinterrogée, oscillant d’un paradigme positiviste et récapitulatif, où « la réalité existe indépendamment du sujet » et une démarche constructiviste, où le sens donné par les acteurs permet une approche (enfin ?) compréhensive. Mais il faut pour cela lutter, comme le rappelle l’auteure, contre une « invisibilisation » de l’enfant dans l’évaluation.

7Partant du constat que l’évaluation des situations familiales en protection de l’enfance est un champ de recherche en construction, Pierrine Robin termine son panorama théorique pour entrer dans le cœur de sa thèse et exposer la manière dont Allemagne et France se confrontent à ces tensions et pratiquent l’évaluation. Après un rappel des évolutions historiques des systèmes protectionnels dans ces deux pays (l’Allemagne se caractérisant par une organisation fédérale où les associations tiennent une grande place et où l’accent est mis sur l’aide volontaire plus que sur le contrôle social), l’auteure nous expose les quatre services qui ont servi de terrain à son enquête. Mais elle note auparavant, que les mêmes tensions se jouent autour de l’évaluation, de part et d’autre du Rhin. Des influences exogènes, issues de la sphère médicale, du monde de l’entreprise, du corps social lui-même (en l’espèce, le droit des usagers), des organisations internationales, structurent en effet cet aspect du travail social et conditionnent l’organisation des services comme les compétences en actions des professionnels.

  • 2 Lassaire Jean-Paul, les théories métisses des éducateurs, savoirs professionnels et représentations(...)

8Les quatre services étudiés, où se sont multipliés observations participantes et entretiens avec des professionnels, et comme nous le verrons, avec des enfants, sont un conseil général et une pouponnière d’un foyer en France, ainsi qu’une administration d’aide à l’enfance et à la jeunesse et un foyer d’accueil en Allemagne. Concernant les méthodologies utilisés par les travailleurs sociaux, Pierrine Robin se lance dans une analyse des paroles de professionnels en mobilisant une matrice à deux axes : un premier opposant une évaluation statique, taxinomique à une évaluation dynamique visant à l’orientation ; le second un pôle subjectif, propice à l’analyse, à un pôle plus objectif, où s’accumulent des pratiques de recueils, de rassemblement d’informations. Bien sûr, pour tous professionnels, c’est l’hybridation de ces différentes approches qui construit, tant bien que mal, cette évaluation tant questionnée. Reprenant Lassaire, elle évoque ses « théories métisses […] qui s’élaborent, se diffusent et s’affrontent en générant des recompositions acceptables de la réalité au regard des positions occupées2. »

9L’une des premières conclusions de cette approche comparative est qu’au-delà des différences, basées essentiellement sur les fondements juridiques des modèles protectionnels français et allemand, ce sont ces tensions clairement communes qui sont à mettre en valeur. Car ces quatre lieux d’étude montrent des différences de modèles, mais sûrement plus liées à des rationalités locales en œuvre qu’à des divergences fondamentales dans l’appréhension du travail social. Pierrine Robin nous démontre par ailleurs que la rationalisation des procédures ne s’oppose pas à la prise en compte des acteurs. Elle évoque ainsi l’avance de l’Allemagne sur cette question, où la responsabilisation plus grande des acteurs, plus grande, s’accompagne d’une plus grande formalisation des pratiques d’évaluation.

10Souhaitant aborder le champ des réalités sociales, Pierrine Robin termine cet opus par un chapitre profondément enrichissant sur la place des usagers dans le processus d’évaluation. C’est à partir du témoignage de 16 jeunes de 11 à 25 ans, qu’elle nous dresse le portrait de l’autre aspect de l’évaluation, celui parfois oublié de ces effets. Car, que se passe-t-il quand l’analyse que fait le professionnel de la situation de risque ne rencontre pas la vision qu’en a l’enfant ? Que faire alors de la parole, discordante de cet usager ? Comment l’écouter mieux, comment l’écouter plus ? Car « la théorisation des situations individuelles par les professionnels peut entrer en contradiction avec la perception que les individus ont de leur propre vie. ». Deux systèmes interprétatifs se retrouvent alors en conflit, où des jeunes usagers, français ou allemands, ne se sentent pas assez écoutés par les travailleurs sociaux. Dans les deux pays, la prise en compte de la parole de ces enfants et adolescents doit encore progresser. Telle est la thèse finale de Pierrine Robin qui voit dans la prégnance de la parenté biologique un frein à la rationalité tant recherchée en évaluation.

11Et pourtant, quelle plus belle conclusion que de constater, à l’issue de ce travail de recherche, qu’ « entendre les enfants et les jeunes permet en même temps d’échapper à la tentation de conclure à la toute-puissance de l’institution […] pour avoir un droit à la parole et reprendre la main sur leur parcours de vie. »

Haut de page

Notes

1 Ketele Jean-Marie, Roegiers Xavier, Méthodologie du recueil d’information, Bruxelles, De Boeck, 1996.

2 Lassaire Jean-Paul, les théories métisses des éducateurs, savoirs professionnels et représentations, Paris, L’Harmattan, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Audebrand, « Pierrine Robin, L’évaluation de la maltraitance. Comment prendre en compte la perspective de l’enfant », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], N°15 | Printemps 2015, mis en ligne le 03 juillet 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://sejed.revues.org/8017

Haut de page

Auteur

Fabrice Audebrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org