Navigation – Plan du site

Les tensions inhérentes au métier de chercheur, entre normes de légitimation académique et partage avec les acteurs

Reprise des conclusions des 13èmes journées de valorisation de la recherche par l’ENPJJ, les 6 et 7 décembre 2012 à Roubaix
Michel Chauvière

Texte intégral

1Dans le secteur du travail social et dans le secteur socio-judicaire, comme ailleurs du reste, la recherche est une pratique singulière, dont la finalité est double : objectiver pour donner du sens à différents faits et rapports sociaux observés et les questionner avec méthode, autrement dit déconstruire certaines évidences et les représentations qui les entourent pour mieux comprendre les enjeux et éventuellement agir en conséquence. En cela, elle se distingue, sans forcément s’y opposer frontalement, de la simple activité réflexive, au demeurant indispensable aux acteurs individuels et collectifs, et plus encore de l’évaluation, dont le caractère trop explicitement normatif éloigne souvent des exigences du travail scientifique.

2Même s’il existe une demande sociale légitime, venant tout autant des administrations, des ministères que de la société civile, à laquelle les chercheurs peuvent éventuellement apporter des réponses utiles à des problèmes publics reconnus, voire même contribuer à la solution de certaines questions pendantes, ce n’est cependant pas un objectif suffisant pour dire ce que doit être la recherche et encore moins constituer une définition satisfaisante de ce qu’elle est réellement. La légitimité de cette demande n’épuise pas la question des conditions de production de ces énoncés attendus, dits scientifiques.

3La recherche ne se réduit pas non plus à la mise à disposition des nouvelles connaissances élaborées, au titre de la valorisation, de la documentation ou du transfert de données en direction de quelque instance ou institution qui soit. Elle est donc irréductible aux stocks que gère, à sa façon, le marché des savoirs et de l’édition ; surtout depuis la stratégie de Lisbonne pour la période 2000-2010 qui instituait rien de moins qu’une « économie des connaissances », dite aussi « capitalisme cognitif » ! Tout un programme dont le bilan est mitigé. A fortiori, s’agissant de Google et autres entreprises de fabrication et d’exploitation de Big Data au niveau mondial.

4La recherche est un flux continu d’activités réflexives avancées et de production non linéaire de connaissances sans cesse déconstruites pour être cumulées, renouvelées mais aussi publiées et discutées. En d’autres termes, la recherche est un mode de production de connaissances, dans un cadre tout à la fois protégé et compétitif, de ce qui peut être considéré sous certaines conditions comme juste ou vrai, avant même d’être utile. Elle se doit donc de conserver une relative indépendance vis-à-vis de son environnement, aussi légitimes soient les exigences de celui-ci en termes de résultats, de pertinence et d’exploitation. Ce qui pose évidemment le problème de son financement, surtout en période de restrictions budgétaires.

5Toute approche scientifique cultive en réalité deux exigences complémentaires. D’une part, connaître et tenir compte des règles qui régissent cette activité singulière ; les « règles de l’art » en somme, inséparables du contrôle évaluatif par les pairs, à ne jamais confondre avec l’évaluation externe par les acteurs de terrain ou encore par l’administration, aussi légitimes soient-t-ils. Si les chercheurs respectent les praticiens, autrement dit les gens de terrain, notamment parce qu’ils ouvrent des domaines inexplorés et sont en principe les premiers bénéficiaires ou destinataires des résultats, le même respect est également exigible de la part des gens de terrain pour les spécificités des pratiques de recherche, notamment leur opposabilité relative aux commandes publiques et aux régulations financières.

6Concomitamment, s’il est fondé d’œuvrer sans répit au dialogue sans instrumentalisation réciproque entre la science et la société, qu’elle soit civile ou politique, cette activité nécessaire et potentiellement utile ne se réduit ni à la mesure de l’impact des sciences sociales (impact factor) ni à la notoriété toute personnelle de certains chercheurs. Dans notre pays, la fourniture et le partage de nouvelles connaissances relève encore de l’idéal du service public et son caractère public reste sans aucun doute l’une des meilleures conditions de possibilité de la recherche, ainsi définie. Cependant demeure impensée et non solutionnée la question de la propriété et de l’exploitation des résultats, spécialement lorsqu’il s’agit de travaux collectifs ou en collaboration, ce qui s’expérimente de fait très couramment. Une tension existe en effet entre l’appropriation et les droits d’auteurs individuels, d’une part, et la problématique de la propriété collective et du partage des savoirs, comme dans le courant des Créative Communs, d’autre part.

7Pour que se développe un tel dialogue, deux aspects sont encore à considérer. D’une part, il importe de reconnaître que si la société a de légitimes besoins de connaissance, à tout le moins des attentes justifiées à cet égard, ses ressources pour y trouver réponse sont devenues nombreuses, diversifiés et surtout contrastées. Les différents viviers de ressources dans lesquels les multiples groupes d’acteurs puisent allègrement sont en effet de qualité et de validité tout à fait variables. On pourrait préférer que la société trouve des réponses satisfaisantes parce que correctement argumentées dans les résultats du travail scientifique plutôt que dans le suivi sans recul suffisant de l’opinion publique ou de certains médias. Cependant, et c’est sa limite, l’activité de recherche scientifique ne dispose en l’espèce d’aucun monopole et c’est tant mieux sous l’angle des libertés publiques.

8La concurrence est d’ailleurs très ancienne avec les autres producteurs d’expertise. Les résultats scientifiques sont notamment talonnés depuis longtemps par les représentations et croyances collectives que relaient habilement certaines castes, autrefois les Églises, aujourd’hui la presse et Internet (réseaux sociaux). De surcroît, elle doit aussi contrer en permanence certains prétendus experts fabriqués par les marchés, cultivant un positivisme primaire ou un pragmatique excessif, incapables de distance et de réflexion épistémologique sur les limites de leurs énoncés, surtout lorsqu’ils sont vendus à des prix élevés. Ceux-là pullulent avec l’extension du commerce à toute chose ou marchandisation, spécialement du côté des communicants et de la néo-évaluation, toutes pratiques à dominante normative et non librement analytique.

9Pour contrer cette ouverture sans règle du champ du savoir et de l’expertise, le rôle protecteur des institutions reste cardinal, tant vis-à-vis du marché que du politique ; les grandes institutions publiques dédiées à la recherche garantissent fort heureusement non seulement des statuts et des moyens pour les personnels, mais aussi l’élasticité indispensable du temps à la qualité de la recherche et plus encore la liberté problématique pour les chercheurs : choix d’objet, choix de théorie et choix de méthode. Dans l’approche française du service public, le salaire reste lié au statut plus qu’à la performance. Ce qui rend possible de se consacrer pleinement à la recherche sans nécessairement perdre son temps à chercher des contrats pour assurer les salaires.

10Ces grandes caractéristiques de la recherche institutionnelle à la française et les tensions spécifiques qu’elles induisent ayant été rappelées, reste à examiner quatre grands ensembles de questions devenues incontournables dans le domaine du travail social et de l’action socio-judiciaire.

Les rapports avec l’institution mandatrice et financière

11Quand se développe comme jamais un régime de commandes, parfois d’injonctions, en tout cas de contrôles dans une grande asymétrie entre les autorités et les réalisateurs, comment retrouver les chemins du dialogue, comment reconstruire un rapport plus égalitaire ? Si les besoins sont aussi des constructions sociales en rapport avec des institutions, comment gérer la nécessaire indépendance intellectuelle de la recherche face à la légitimité de ces attentes ? Comment faire comprendre la différence entre objet de la recherche et objet social ? Jusqu’où accepter l’insertion statutaire, comment légitimer et financer l’extériorité et le risque ? N’y a-t-il qu’une alternative : cautionner ou dévoiler ?

Les rapports avec l’institution apprenante

12Quand différents nouveaux acteurs de la recherche opèrent déjà aux côté des chercheurs en titre : enseignants-chercheurs, formateurs-chercheurs, praticiens-chercheurs… sur quels terrains et avec quelles modalités développer plus de coopération et d’interpellation réciproque ? Loin de l’utilitarisme des résultats, se pose spécifiquement la question de la théorie et du rapport que les uns et les autres entretiennent avec elle, ce qui ne peut pas être simplifié. C’est le plus souvent une théorie déjà là, avec des références d’auteurs à connaître et à utiliser au mieux, dont l’accès peut être ardu et sélectif. La théorie est en cela une pratique singulière ayant ses règles propres. Ce n’est en tout cas pas une simple manipulation conceptuelle à visée de généralisation pour enrober quelques observations de terrain, ce qu’on appelle quelquefois à tort une théorisation. La problématisation de type scientifique reste une construction exigeante pour tous.

13Ces objectifs nécessitent de nombreux outils communs : classiquement des publications, livres et revues, sur papier ou dématérialisées, des sites dédiés, des colloques et autres journées de controverses… mais aussi des thèses, des masters, des écrits dits professionnels, voire des écrits plus évaluatifs qu’analytiques. À la condition dans tous les cas d’être dûment réalisés et exploités. L’institution apprenante est là tout à fait dans son rôle.

Les rapports avec les terrains

14Une récente conférence de consensus au CNAM a bizarrement formulé ce problème en faisant varier les postures, parlant ainsi de « recherche en/dans/sur le travail social » ; on pourrait poursuivre en parlant également de recherche pour ou contre le travail social. Ce n’est pourtant pas un problème de posture a priori mais tout au contraire de construction cognitive, autrement dit de choix d’objet, de théorie et de méthode adaptés à la complexité du réel et aux objectifs poursuivis. Fernand Deligny parlait de « points de voir », c’est effectivement plutôt un « point de voir » qu’il faut choisir, justifier et tester. Et non une posture, une place ou un point de vue. Ce qui vaut d’ailleurs autant pour les chercheurs statutaires que pour les praticiens-chercheurs. Entre chercheurs et travailleurs, il s’agit moins de rapports de domination ou d’instrumentalisation, tels que parfois phantasmés par les acteurs de terrain. Il s’agit plutôt d’un patrimoine commun que nous avons en commun et que nous devons entretenir et exploiter, chacun de sa place et en collaboration si possible mais sans en faire un principe. Celle collaboration n’est à envisager que si elle est un choix de méthode spécifique, adapté à une situation ou à un objet particuliers.

15C’est pourquoi les rapports de la recherche et des terrains de pratique ne peuvent être simples ni exclusivement orientés par l’utilité. Le transfert, la médiation, le retour critique impliquent des professionnels rodés et des interfaces organisées ; d’où l’importance des forums thématiques et de toutes les occasions de partage et de collaboration à l’instigation des institutions et des professions.

Le travail de connaissance proprement dit

16Produire des connaissances est un travail qui nécessite des conditions institutionnelles et professionnelles favorables, sans quoi il s’étiole ou glisse vers le commerce des idées et des points de vue. La coproduction avec les acteurs, en d’autres termes la production collaborative de recherche, est une voie certainement importante à explorer, lorsque la problématique le permet et que la qualification des personnes engagées est adéquate. Ce qui n’est pas facilement le cas. On n’est pas chercheur par simple décision, on le devient au cours d’une carrière, dans les conditions institutionnelles de la recherche scientifique et des mécanismes de reconnaissance, entre l’administration et les pairs. Attention donc aux possibles illusions de la recherche pour tous. Enfin, la recherche est aussi une activité ancrée dans l’économie. Autrement dit, il existe aussi une économie des rétributions tant au plan symbolique que monétaire et en termes de pouvoir ; une économie inégale pour les différentes parties prenantes en cas de coproduction. Pouvoirs/savoirs, comme disait Michel Foucault !

17Quoi qu’il en soit, la recherche reste un « sport de combat », pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu à propos de la sociologie.

18Sur ces bases, nos activités de recherche pourraient ou plutôt devraient s’engager davantage encore dans quatre directions principales.

  • 1 Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs.

19Par un travail factuel, analytique et critique, rendre plus visible et accessible au plus grand nombre la longue trame de l’action publique républicaine dans nos domaines, qu’elle soit en régie ou déléguée à des associations. Nous sommes en effet les héritiers de ce que des générations avant nous ont inventé, imposé, institué, souvent contre des forces qui leur étaient hostiles, pour des raisons autant économiques qu’idéologiques. Le travail historique a une place capitale et fort heureusement des sociétés savantes se sont crées ces trente dernières années, parmi lesquelles l’une s’intéresse tout particulièrement à la protection judiciaire des mineurs, l’AH-PJM1.

  • 2 Convention internationale des droits de l’enfant
  • 3 Alain Supiot, 2010, L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Seuil.

20Reprendre la question de l’état de droit, des droits liberté et des droits créance, réexaminer les combinaisons difficiles et instables entre propriété/sécurité et protection des biens comme des personnes, entre ordre public et impératif d’éducation, et revenir aussi sur la lente, longue et fragile construction des droits de l’enfant (de l’intérêt de l’enfant en 1889 à la CIDE en 19892). Des travaux comme ceux d’Alain Supiot sur « la justice sociale face au marché total3 » sont de nature à aider cette réinterrogation indispensable sur la place du droit contre la réification et les instrumentalisations règlementaires dont il est lui-aussi l’objet.

21Analyser tout spécialement les conséquences sur les métiers du lien et du bien social de la densification normative en cours et du lent déclin du salariat. Comme gérer les tensions entre catégories analytiques récessives et normes gestionnaires dominantes ? Comment redonner un espace de liberté aux catégories analytiques ? Quid du numérique et de ses contradictions entre liberté et traçabilité sur les pratiques cliniques, au sens large ? Comment protéger les langages de la pratique, en évitant les approches essentialistes ou simplement moralistes ? Comment en écrire l’histoire : tensions, reflets, emprunts, créations, reconnaissance, devenir… ?

22Enfin, réinvestir à la question vitale des institutions. Cette catégorie a aujourd’hui mauvaise presse, son déclin est annoncé (y compris par certains sociologues !), mais ce n’est plus en raison du risque totalitaire analysé par Erving Goffman durant les années 1970. Comment le comprendre ? Quand le Conseil de l’Europe recommande la désinstitutionnalisation c’est, semble-t-il, pour mieux favoriser une autre économie des services, sous concurrence renforcée, et un individualisme consumériste jusque dans des domaines qu’on imaginait jusqu’ici suffisamment protégés de ce risque. L’ayant droit cède la place à l’usager/client, à commencer par le secteur des personnes âgées et handicapées. Les institutions d’hier sont gérées comme des entreprises, avec DRH. Fin de la dialectique de l’institué et de l’instituant sur laquelle se sont appuyées des générations de professionnels. Fin des lieux de vie….

  • 4 Loi organique relative aux lois de finances, Révision générale des politiques publiques, Modernisa (...)

23Dans ces conditions, quid du secteur public aujourd’hui ? Quid des associations d’action sociale et spécialement socio-éducatives ? Plus largement, on analysera non seulement les impacts mais aussi les contradictions du New Public Management à l’épreuve du modèle institutionnel français (LOLF, RGPP, MAP4 et toutes les agences qui remplacent désormais la « vieille administration »), de même que les effets de la construction européenne, s’agissant, par exemple, de la directive sur les services en 2006 quand elle contredit le modèle français de service public et ouvre beaucoup de services sociaux au marché.

Haut de page

Notes

1 Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs.

2 Convention internationale des droits de l’enfant

3 Alain Supiot, 2010, L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Seuil.

4 Loi organique relative aux lois de finances, Révision générale des politiques publiques, Modernisation de l’action publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Chauvière, « Les tensions inhérentes au métier de chercheur, entre normes de légitimation académique et partage avec les acteurs », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], N°16 | Printemps 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/8152

Haut de page

Auteur

Michel Chauvière

Directeur de recherche émérite au CNRS, membre du CERSA (centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques), unité mixte CNRS/Paris 2 où se croisent et se fécondent le droit public, les sciences politiques et la sociologie. Ancien directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire de Vaucresson (1988-1994).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org