Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Fabien Truong, Jeunesses françaises : Bac+5 made in banlieue

Editions la découverte, septembre 2015, 288 pages
Fabrice Audebrand

Texte intégral

  • 1 Bernard Charlot, Le rapport au savoir en milieu populaire, Paris, Economica, 1999.

1A la fin des années 90, Bernard Charlot interrogeait le rapport au savoir des élèves issus des milieux populaires1. Son enquête mettait en lumière la nature réelle de l’investissement scolaire. Les jeunes esprits apprendraient et exécuteraient leurs métiers d’élève au détriment d’une plus évidente, d’une plus saine, quête du savoir. Son travail soulignait alors le peu de valeur du savoir scolaire face aux enjeux pragmatiques de l’employabilité ou d’un simple « survivre en milieu scolaire ». Il montrait surtout que loin d’être l’école de la vie, le système scolaire reste le lieu d’une lutte des classes, où les plus démunis culturellement n’ont pas forcément les armes pour donner du sens aux enseignements proposés. C’est sur un mode plus ethnographique que Fabien Truong poursuit ce travail de compréhension du sens de l’école pour les élèves issus des classes populaire. Mais là où Bernard Charlot s’intéresse aux collèges et lycées, c’est bien sur l’enseignement supérieur que se penche Jeunesses françaises.

  • 2 Pierre Rosenvallon, Le parlement des invisibles, Paris, Raconter la vie, 2014.

2Agrégé de sociologie à Paris 8, l’auteur tire profit de son expérience d’enseignant en ZEP pour poser un regard acéré et diachronique sur cette jeunesse des banlieues qui rêve son avenir. Avec une certaine tendresse, ainsi que la volonté politique de rendre visibles ces invisibles2, il suit une cohorte de 19 adolescents pendant 10 ans, de 2005 à 2015, du lycée à leur arrivée, plus ou moins tardive, dans la vie active. Au-delà de l’école et des études, son essai donne à voir les enjeux de l’entrée dans la vie adulte, le prix permanent à payer pour dépasser les discriminations, les relations affectives et affinitaires, la place du religieux dans la construction de soi. Sept chapitres qui construisent le portrait parfois désabusé, mais toujours vivant, d’une certaine jeunesse française.

3Dans un premier temps, et en complément d’une prise de contact, touchante, avec chacun des protagonistes de ce « récit de voyage », Fabien Truong évoque les « années lycée » et l’ambivalence symbolique d’un Baccalauréat dont la valeur ne se construit qu’au sein d’un plus vaste parcours. Car il semble bien que pour les jeunes issus des milieux populaires, ce premier diplôme conserve une aura magique et reste le témoignage le plus évident de l’ascension sociale ; « il permet de mesurer l’écart avec son milieu d’origine » et d’être le tremplin vers un avenir plus lumineux. Mais il apparait très rapidement pour tous que ce sésame n’est rien de plus qu’un point de départ, le début d’un cheminement, voire d’une quête identitaire, qui sera long. Et la première difficulté sur ce chemin vers l’entrée dans la vie active sera le dépassement des discriminations. Car c’est au lycée que va se construire la prise de conscience qui animera chacun de ces jeunes, d’une frontière entre la banlieue et la Capitale, et d’une recherche permanence de ces « badges de dignité » qui permettront de soulever tous « soupçons d’illégitimité ». Ou qui devraient le permettre. Et chaque note n’est plus alors que la sanction d’une victoire possible sur le destin, bien plus que la mesure d’une acquisition de connaissance. Pour tous « le Bac est un moment d’exception. […] Pour la famille, les voisins, les copains, il met la condition banlieusarde à une distance inhabituelle ».

4Mais tout rite de passage qu’il soit, le Bac ouvre surtout la voie aux incertitudes de l’orientation et de la carrière professionnelle. Les chapitres suivants, au travers les récits de vie de chacun de ces jeunes, vont détailler les différents parcours possibles et les désillusions qu’ils occasionnent tous.

5Voie par défaut dans la majeure partie des cas, l’Université permet pourtant le dépaysement auquel aspirent la plupart de ces banlieusards. Langues orientales, relations internationales, géographie, autant de manière de quitter le gris des immeubles sans nécessairement sortir de son territoire. Pour tous, les premières années sont difficiles tant il faut du temps pour dépasser l’idéalisation du savoir savant. « Règles du jeu académique » délicates à maitriser pour ceux qui ne maitrisent pas la culture des élites et savoir peu transférables sur le plan professionnel limitent la capacité à se mobiliser sur son cursus universitaire.

6La voie médiane choisie par une partie de ces jeunes est alors souvent, y compris en terme de réorientation, les études courtes que proposent BTS et IUT. Mais pour qu’une carrière professionnelle reste alors plus accessible, Radouane ou Abdelmalik doivent apprendre la discipline des corps et des esprits. Dispositif de formation plus cadrant et encadrant, le Bac +2 demande une gestion permanente des plannings, ceux des cours comme ceux des activités de jeunes adultes. Fabien Truong va commencer, et nous y reviendrons, à montrer, à travers ce chapitre, la place de la religion musulmane dans cet ascétisme scolaire. Cette discipline va à la fois permettre un suivi plus serein des études, une projection plus fine et plus réaliste vers une carrière professionnelle, mais aussi un renforcement des ambitions scolaires. Un IUT réussi devient souvent le tremplin vers des études plus longues, ces jeunes adultes ayant acquis à la fois une plus grande maitrise des codes scolaires, mais aussi, au travers des rencontres et des soirées étudiantes « parisiennes », des codes sociaux d’une classe qui les fait toujours un peu rêver.

7Par la suite notre auteur s’intéresse aux élèves les plus brillants qu’il a pu rencontrer, et qui, le plus souvent au travers un dispositif d’égalité des chances, intègrent des cursus prestigieux. Si certains, comme Idriss, se sentent portés par un « devoir de réussite », d’autres au contraire en souffrent. Sébastien et Roy entrent en prépa pour se diriger vers des études commerciales. Le modèle de la business school serait en effet vécu comme une revanche de ces « élites » des classes populaires vis-à-vis de la culture classique. C’est au sein de ces établissements de prestige que ces jeunes banlieusards devront apprendre « l’art du cheval à bascule ». Il s’agit pour chacun d’apprendre à s’intégrer à un nouveau milieu, dans le champ scolaire et périscolaire (en particulier les fêtes et les sorties) tout en restant porteur d’un stigmate social. L’expérience est toujours douloureuse et plus l’écart social est grand, plus les violences sont difficiles à supporter. Car il leur faut tout à la fois faire chemin vers l’autre malgré les regards stéréotypés qu’ils doivent affronter, et comprendre qu’intégrer à la culture de l’élite participe aux apprentissages scolaires et professionnels. Mais il faut aussi savoir rester le même pour sa famille et ses amis de la cité ; les aspirations culturelles et sociales de ces jeunes ne doivent pas les couper de leur « milieu naturel ». Ce travail de passage d’un monde à l’autre est ce que chacun doit maitriser pour réussir, en apprenant, par exemple, à compartimenter leur personnalité pour mieux gérer « le sentiment de trahison de classe ». S’ils doivent se comporter d’une certaine manière dans la sphère de leurs études, ils doivent tout faire pour préserver la reconnaissance de leur milieu. C’est par ce mouvement de bascule que se construit leur trajectoire de vie.

8Si c’est au sein du chapitre sur la voie royale des écoles élitistes que Fabien Truong évoque ce dispositif de contraintes, il apparait, au fil de l’ensemble de l’essai, que le « cheval à bascule » est une récurrence du parcours de ces jeunes. Cette compétence prend place aussi dans la trajectoire de ceux qui intégreront écoles privées ou Masters universitaires. Car il apparait vite pour tous que le niveau majeur d’insertion professionnelle reste le Bac+5, même pour ceux qui se sont lancés initialement dans des études courtes. C’est bien un enjeu majeur d’employabilité, et de crédibilité face à des employeurs au regard stigmatisant qui est en jeu. Mais cette quête du diplôme-sésame s’accompagne parfois d’une dévalorisation du savoir, et Fabien Truong, par la bouche de Sara et Aysha, évoque le faible niveau pédagogique de certaines écoles de commerce, financées par des prêts étudiants exigeants. Les élèves y apprennent à construire leur réseau, leur CV et leurs compétences sociales bien plus qu’à étudier le droit ou l’économie ; le savoir devient second face à la capacité à intégrer le groupe et ses valeurs. Encore une fois, le passif de stigmatisation de ces banlieusards montés à la capitale, et parcourant, pendant leurs stages, le monde, est l’obstacle à partir duquel chacun construira sa personnalité et ses trajectoires.

9Évoquant les banlieues, et des jeunes essentiellement issus de l‘immigration, l’auteur aura des occasions multiples de traiter avec ses « informateurs » de la place de la religion dans leur processus de socialisation. Car aux illégitimités perçues auxquelles se confrontent ces jeunes, territoriales, culturelles, raciales, s’énoncent clairement une phobie de l’Islam que chacun doit alors dépasser. Cette situation est d’autant plus mal vécue par ces jeunes que la religion est la plupart du temps perçue comme une ressource, comme un « recours pratique ». L’Islam leur permet en effet de trouver les appuis que l’institution ne fournit pas. Il est, pour certains, une aide à la confiance en soi, pour d’autres la discipline quotidienne qui accompagne certains cursus exigeant. Si la pratique religieuse est fluide et plastique, elle accompagne clairement ces jeunes dans le cheminement vers l’âge adulte. Mais au prix d’une stigmatisation que tous devront apprendre à dépasser.

10Bien sûr, le livre de Truong se termine par l’entrée dans la vie active. Dans la vie tout court aussi, puisque l’auteur évoque par exemple les conduites amoureuses, et la manière genrée de vivre l’intimité relationnelle. Si la fidélité et la durée reste la valeur première des filles, la capacité à créer du lien renforce le capital social des garçons, qui gagnent leur légitimité dans des aventures avec des filles d’une classe sociale supérieure. L’affection et la confiance qu’elles leur portent témoignant pour eux, presqu’objectivement, de leur capacité à intégrer cette classe.

11Quant au monde du travail, il apparait pour tous que si les études sont le passage obligé vers l’insertion, elles ne rendent pas les choses plus faciles. Mis à part les quelques futurs fonctionnaires (en professorat essentiellement), la précarité reste la norme. Certains construiront leur carrière au hasard, dans ce qui pourraient être vue comme une voie de garage, mais qui leur donnera en fait toute satisfaction. D’autres se réorienteront, déçus par la réalité d’un métier premier qu’ils fantasmaient. Peu ont finalement accompli ce qu’ils avaient prévu à la veille du Bac. Et tous en sont en définitive plutôt satisfaits.

12Bel essai donc que celui de Fabien Truong qui donner à voir une jeunesse réflexive, qui se sait en capacité de gérer ses atouts et les regards que l’on porte sur eux. L’auteur sait parfaitement donner un visage à cette jeunesse de France, stigmatisée trop vite, peut-être auto-stigmatisée aussi, et qui comme toutes les autres jeunesses françaises, trace plus sa voie qu’elle ne suit un parcours.

Haut de page

Notes

1 Bernard Charlot, Le rapport au savoir en milieu populaire, Paris, Economica, 1999.

2 Pierre Rosenvallon, Le parlement des invisibles, Paris, Raconter la vie, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Audebrand, « Fabien Truong, Jeunesses françaises : Bac+5 made in banlieue », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], N°16 | Printemps 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://sejed.revues.org/8154

Haut de page

Auteur

Fabrice Audebrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org