Navigation – Plan du site
Circulations juvéniles et usages adolescents de l'espace

Murs après murs : Les jeunes face aux politiques de rénovation urbaine

L’exemple de la démolition dans deux quartiers d’habitat populaire bretons
Wall after wall: youth confronted by the policy of urban renewal. A case study of the demolition of two popular housing districts in Brittany
Un muro tras otro: los jóvenes frente a las políticas de renovación urbana. El ejemplo de la demolición en dos barrios populares bretones
Solène Gaudin

Résumés

Les processus de démolition-reconstruction, massivement encouragés depuis la loi « Borloo » de 2003, donnent lieu à de profondes transformations morphologiques et sociales des quartiers dits « sensibles ». Les jeunes, dont les pratiques et les discours témoignent d’un très fort attachement à leur lieu de vie, vivent ces bouleversements comme une violence symbolique supplémentaire à leur égard. Comment sont-ils pris en compte dans ces processus de rénovation urbaine, quel projet de société leur propose-t-on pour se construire ? L’analyse repose sur une série d’entretiens réalisés auprès des jeunes et des acteurs institutionnels dans deux quartiers considérés comme sensibles, et bénéficiant d’un financement de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (anru), dans deux villes bretonnes, Brest et Lorient. Si une fraction de ces jeunes, souvent ceux qui connaissent le moins de difficultés, acceptent avec une part de résignation les projets qui leur sont présentés, la majorité exprime un sentiment de révolte et de colère face à ce qu’elle considère comme une dépossession des lieux. Au-delà de la qualité des projets urbains proposés, c’est la capacité à maîtriser son destin et l’espace le plus intime que constitue le logement qui est ici remis en cause.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Perec, W. ou le souvenir d’enfance, Paris, Gallimard, 1975, p. 71.
  • 2 Monique Eleb-Vidal, « Le logement et la construction de l’identité », Bulletin de psychologie, tome (...)
  • 3 Lily Kong and Lily Tay, « Exalting the past: nostalgia and the construction of heritage in children (...)

1« Ce qui caractérise cette époque, c’est avant tout son absence de repères : les souvenirs sont des morceaux de vie arrachés au vide1 » écrit Georges Pérec. Dès les années soixante-dix, sociologues et psychologues ont souligné le lien étroit existant entre le logement et la construction identitaire. Parmi eux, Monique Eleb-Vidal rappelait que « l’espace dans lequel vit un sujet est partie prenante d’un processus de construction de son identité2 ». On sait, notamment avec les travaux de Lily Kong 3, que ce sont les jeunes qui accordent le statut le plus identifiant et le plus référentiel aux paysages et aux cadres de vie. Mais qu’en est-il lorsqu’il est convenu, pour des motifs rationnels du point de vue des décideurs, de démolir tout ou partie d’un quartier ?

  • 4 À la fin des années quatre-vingt-dix, on constate la démolition d’environ cinq mille logements par (...)
  • 5 Henri Jacquot, « D’un urbanisme de séparation à un urbanisme de mixité », colloque de Toulouse, 28- (...)

2Depuis la Loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine du 1e août 2003, dite loi « Borloo », et la création de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (anru) en 2004, les objectifs en termes de démolition de logements sociaux ont augmenté pour atteindre le niveau de quarante mille par an aujourd’hui. Dans ses dispositifs, la loi « Borloo » revendique la terminologie de rénovation urbaine. À l’opposé de la restauration, la rénovation urbaine4 fait du passé table rase. Le nouveau projet politique vise, par une série d’actions coordonnées, à revaloriser un site urbain dégradé, désaffecté ou paupérisé, par la mise en œuvre des principes de la mixité sociale et de la diversité urbaine. Il doit être l’occasion, selon l’expression de Henri Jacquot, « de corriger ce qui est considéré aujourd’hui comme des erreurs du passé et de faire face à des problèmes nouveaux5 ». Les démolitions affectent en priorité des quartiers considérés comme « sensibles » et concernent des populations souvent en situation précaire. Comment ces transformations des cadres de vie sont-elles perçues par les habitants et notamment la fraction la plus vulnérable que représentent les jeunes en difficulté ? Ces derniers sont-ils véritablement pris en compte, au travers de leur perception particulière du quartier, au sein de ces opérations ? Nous nous interrogerons sur les impacts qu’ont les démolitions et les phases de relogement-reconstruction sur les relations des jeunes à leur environnement social. Autrement dit, en quoi ces opérations participent-elles à une recomposition des lieux et des pratiques des jeunes de ces quartiers, constitutive de leurs (re)constructions identitaires.

  • 6 « Dans la région Nord - Pas-de-Calais, la démolition n’est pas considérée comme un processus négati (...)

3L’exemple traité ici des villes bretonnes peut paraître surprenant dans la mesure où la Bretagne, qui ne compte que vingt quartiers dits sensibles, n’est pas la région la plus concernée. Le sujet n’en est que plus polémique pour les habitants, comme pour les acteurs publics, et fait l’objet d’une confrontation qui suscite parfois des incompréhensions. Au sein des agglomérations l’espace ne manque pas, la densité n’est pas un motif accepté par les habitants « déménagés ». La situation est donc très différente des régions qui connaissent de profondes restructurations depuis déjà plusieurs décennies comme le Nord - Pas-de-Calais6 ou l’Île-de-France.

4L’analyse repose sur une série d’entretiens réalisés en 2006 auprès de jeunes et d’acteurs institutionnels dans deux quartiers considérés comme sensibles et bénéficiant d’un financement de l’anru. Des observations et des suivis des parcours des jeunes dans les quartiers, ainsi qu’un recueil des représentations et des modes d’appropriation – lexicales et de marquages symboliques des lieux notamment – ont été réalisés. Les mutations profondes marquées par la démolition effective ou programmée de plusieurs centaines de logements sociaux dans les quartiers de Pontanézen à Brest, et de Kervénanec à Lorient, témoignent du double regard qui est porté sur un urbanisme de barre jugé ici décalé : celui de la stigmatisation et celui de l’identification. Les deux sites, relativement similaires dans leur forme, illustrent la diversité des appropriations et des repères spatiaux des jeunes en quête de territoire. La démolition est révélatrice de territorialisations exacerbées. Elle est aussi porteuse d’identités renouvelées. Mais, démolir, est-ce aider à se construire ?

5L’objectif de cet article est de souligner la complexité des rapports que les jeunes entretiennent avec leur environnement face aux transformations que connaît celui-ci. Dans un premier temps nous rappellerons les liens ambivalents que cette population noue avec ses lieux de vie. Nous analyserons ensuite comment, à différents niveaux, naît chez ces jeunes un sentiment de dépossession et d’injustice, ce qui conduit à appréhender leur rapport à la démolition sous l’angle d’une violence symbolique. Enfin, dans un dernier point, nous nous attacherons à montrer comment, face aux projets globalisants des autorités, les jeunes développent des stratégies de résistance et de réappropriation des lieux.

Un attachement ambivalent aux lieux

  • 7 Voir notamment à ce sujet : Géopoint, Les territoires de la vie quotidienne, Groupe Dupont, univers (...)

6Les liens qu’entretiennent les sociétés avec leurs cadres de vie quotidiens sont à la fois complexes, multiformes et évolutifs dans le temps, que cela soit en termes de construction identitaire, de socialisation, de mode de vie, de représentation et de pratiques socio-spatiales7. L’enquête réalisée vise à déterminer les relations qui se nouent entre les jeunes et leur environnement, que cela soit le quartier, la rue ou leur logement. Les situations de démolition à l’œuvre dans les quartiers populaires nous ont permis d’observer les comportements et les réactions des jeunes au moment critique que représente la disparition de leur lieu de vie.

7Les entretiens ont été menés de manière libre – non conventionnelle – ou de façon semi-directive selon les situations. Des jeunes âgés de 14 à 31 ans nous ont ainsi livré leurs impressions, différentes mais toutes vives, sur les transformations brutales de leur quartier. Un recueil que nous avons mis en parallèle avec les entretiens réalisés auprès des acteurs institutionnels. Les deux sites retenus connaissent des situations similaires par le volume des démolitions programmées : il s’agit de plusieurs centaines de logements, mais différenciées dans les temporalités. Le quartier brestois est dans une phase pré-opérationnelle de son programme de rénovation quand celui de Lorient a déjà vu se réaliser une large partie des démolitions envisagées. La ville de Brest a mis en place une opération de rénovation urbaine multi-sites grâce notamment aux financements de l’anru. Le quartier de Pontanézen, reconnu comme un des plus pauvres et des plus sensibles de la région, est prioritaire dans ce programme avec un total de 474 logements promis à la démolition. Il s’agit d’un habitat urbain, constitué essentiellement de barres et de tours, qui a vu le jour à la fin des années soixante-dix.

  • 8 Données fournies par la mairie de Lorient, 2005.
  • 9 Plafond simulé. Terme technique désignant la hauteur moyenne de l’architecture urbaine.

8Comme Pontanézen à Brest, le quartier de Kervénanec à Lorient semble cumuler les handicaps. Il s’agit du plus important quartier d’habitat social de Lorient : près d’un quart des logements sociaux de la ville y sont concentrés (1 670 au total). Le taux de chômage de la population y avoisine les 21 % et atteint même 32 % chez les jeunes. Près de deux ménages sur trois (62 %) disposent de ressources inférieures à 40 % des plafonds hlm. On compte 20 % de familles mono-parentales et 43 % des habitants ont moins de 24 ans8. Le quartier souffre de sa mauvaise image. La multiplicité des tours et des barres contraste avec le velum9 de la ville généralement bas.

  • 10 Une étude en cours conduite par Didier Desponds sur la ville de Cergy fait le même constat. Cf. Let (...)

9Les opérations de démolition sont présentées ici comme l’aboutissement d’une série de mesures n’ayant pas réussi à redonner une image attrayante au quartier ni à répondre aux attentes des habitants. Cependant, elles sont mal accueillies par les plus jeunes d’entre eux, notamment les adolescents. Les soixante entretiens réalisés auprès des jeunes et des acteurs institutionnels (élus et urbanistes), ont cherché à confronter et croiser les regards de chacun sur le quartier et ses mutations. Entre les projets, les souhaits d’intégration et de mixité sociale affichés par les autorités, et les inquiétudes et les désaccords des populations, l’étude a révélé une multitude d’interférences et parfois d’oscillations des opinions. Les jeunes apparaissent comme le groupe le plus sensible à ces transformations paysagères et fonctionnelles10. Si le cadre ne fait pas l’homme, on peut estimer que les transformations dont il est l’objet ne sont pas sans portée symbolique. Démolir pour uniformiser, démolir pour oublier ou encore pour « déstigmatiser », les problèmes sociaux ne sont pas toujours solubles dans la pierre.

  • 11 Guy Di Méo et Pascal Buléon, L’espace social, lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Coli (...)
  • 12 Marion Ségaud et Françoise Paul-Lévy , Anthropologie de l’espace, Paris, Centre Georges Pompidou, 1 (...)

10La méthodologie employée s’est voulue plurielle et nous avons associé aux observations et aux entretiens une analyse des représentations par le biais de parcours commentés. En appréhendant cette étude sous l’angle de la géographie sociale, nous postulons qu’il existe une rétroaction causale de l’espace (socialisé) sur la construction sociale des personnes et des groupes11. Autrement dit, il s’agit de considérer l’espace en tant que potentiel de socialisation des jeunes. Les enjeux des transformations radicales de ces territoires se situent ainsi au carrefour des problématiques de l’anthropologie de l’espace, telle qu’envisagée par Marion Ségaud et Françoise Paul-Lévy12, et de la sociologie urbaine. Les processus de démolition interviennent au croisement d’une organisation de l’espace par les habitants et d’une volonté d’organiser les populations dans l’espace.

Des quartiers marqués par la pauvreté, la jeunesse et la stigmatisation

11L’objectif est répété par les décideurs, et en tout lieu de manière identique : il faut casser l’image de ces quartiers. Considérés comme des enclaves, parfois même des ghettos, de la parole même des habitants, « personne n’y vient par hasard ». Sur les deux sites étudiés, un même leitmotiv, une même accusation : les barres, les tours, les dalles déshumanisées et taguées n’incitent guère le badaud à la flânerie. Les médias relaient régulièrement les incivilités et les faits de petite délinquance qui s’y produisent, ce qui a pour effet de renforcer la stigmatisation, particulièrement à l’égard des jeunes. Pourtant, ces quartiers disposent d’atouts. Par exemple, si l’on en croit le directeur de l’aménagement urbain à Lorient, le quartier de Kervénanec serait un « des plus agréables et des mieux situés de l’agglomération ». Implanté à proximité d’un espace vert urbain, il est aujourd’hui bien desservi par le réseau de transports publics. Ainsi les habitants y bénéficient, entre autres, d’un accès direct au centre-ville, d’une part, et à Larmor-Plage, d’autre part.
L’expérience du quartier de Kervénanec est instructive. En incitant les habitants à s’émanciper des images passéistes de leur quartier et des symboles qui le constituent, la municipalité véhicule - à travers Le P’tit Kervé, journal de quartier qu’elle diffuse - un discours qui éveille chez les habitants un sentiment ambivalent : entre l’irrépressible volonté de modernisation et de mise en conformité des lieux, et l’indicible frustration d’un passé et d’un présent déconsidérés, les habitants oscillent, cherchent une troisième voie.

Figure n° 1 : Vues des quartiers de Pontanézen et de Kervénanec

Figure n° 1 : Vues des quartiers de Pontanézen et de Kervénanec

Vues des quartiers de Pontanézen et de Kervénanec. Plan masse et enclosure

(S.Gaudin 2007)

12Il est fréquent que les jeunes rencontrés tiennent un double discours et se contredisent d’un moment à l’autre. Il ne faut sans doute pas voir dans ces hésitations de la parole la marque d’une désorientation, voire d’un désarroi, au demeurant parfois bien réels. On pourrait davantage les interpréter en termes de temporalités qui s’accélèrent et d’espaces qui se recomposent de manière trop brutales pour que les jeunes puissent s’identifier à ces changements, s’approprier ces nouveaux espaces. Le quartier, ils le reconnaissent régulièrement, nécessite une requalification. Il peut s’agir, comme les opérations précédemment conduites, d’une rénovation de façade, d’un changement de nom ou d’une réhabilitation lourde. Toutefois, dans le cas des démolitions – qui représentent un stade de non-retour – c’est un pas irréversible vers l’avenir, comme tentent de les présenter les décideurs. Les jeunes, eux, seront contraints d’opérer de nouvelles constructions territoriales. Une idéalisation naît parfois, pour certains, de l’organisation qui est en train de se déliter sous leurs yeux, un soulagement, une idée de justice et même d’équité spatiale apparaît pour d’autres. Dans ces appréhensions, il paraît que les parcours personnels expliquent, en partie seulement, ces rapports au lieu.

Les jeunes dans leurs espaces : construction identitaire et pratique spatiale

  • 13 Simone Weil, L’enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, Paris, Gal (...)
  • 14 Michel Parazelli, « L’appropriation de l’espace et les jeunes de la rue : un enjeu identitaire », i (...)

13La réalisation de cet ancrage territorial, de cet enracinement dont a parlé Simone Weil13, est d’autant plus nécessaire pour les jeunes qu’il représente un véritable enjeu identitaire. L’appropriation sociale de la rue, du quartier et de son logement permet, selon Michel Parazelli, d’acquérir un statut d’acteur et non plus seulement de victime : « C’est d’ailleurs en s’appropriant des lieux, selon leur degré d’attractivité vis-à-vis des significations symboliques spatialisées, que les jeunes […] tentent de s’inscrire dans un processus de réalisation de soi14 » précise-t-il.

  • 15 Appréhendés, selon une définition large et globale, comme les moins de 35 ans.

14Concrètement, nous avons pu constater une très forte appropriation des lieux sous des formes diverses : l’occupation de points stratégiques ou symboliques, des tags mais aussi toute une rhétorique qui permet de s’orienter et de désigner les lieux du quartier et qui est propre aux « jeunes du coin ». Durant les six mois d’observation sur le terrain, nous avons remarqué que les jeunes15 entretenaient un rapport étroit avec leur lieu de vie. Ils se réfèrent davantage aux espaces publics qu’ils occupent et aux lieux qu’ils fréquentent. Le logement est peu évoqué. Il est souvent rapproché de la sphère familiale dans laquelle les jeunes en difficulté ne se sentent pas reconnus :

Chez moi ? C’est petit et démodé. Sur les murs, ça tient pas. Y’a le balcon qu’est bien. […] Je préfère être dehors, me poser. Tu vois les gens, y’a les potes. (A., 19 ans, Lorient, bep, réside dans le quartier depuis toujours.)

15Pourtant, même critiques par rapport à leur logement ou l’état de leur immeuble, les jeunes n’évoquent que rarement la démolition comme une solution souhaitable. Il s’agit pour eux de la dernière « trouvaille des politiques » pour faire parler d’eux. Ainsi, à Lorient, tout en dénonçant l’état de délabrement et d’hygiène de certains halls d’immeubles, les jeunes restent attachés à un quartier qui, par sa réputation, les fédère et les identifie :

J’suis en ville, comme ça direct, je peux te dire lui, il est de Kervé ! Même je le connais pas, comment il est, tu vois tout de suite. (L., 17 ans, Lorient, lycéenne, habite le quartier de Kervénanec depuis dix ans.)

  • 16 L’image d’un quartier est généralement survalorisée par ses habitants, que cela soit pour des motif (...)

16Majoritairement, les jeunes ne cautionnent pas les démolitions. Cependant, il existe une fraction parmi eux qui, tout en étant attachée au quartier, ne s’identifie pas à l’image qui en est véhiculée à l’extérieur tant celle-ci semble déformer, selon eux, la réalité qu’ils vivent16. Il en résulte une ambivalence des positions qui rend la situation plus complexe que ce que tentent d’accréditer certains responsables institutionnels. Ce qui pourrait être considéré a priori comme une aspiration au changement, un détachement apparent de la forme des lieux et des paysages, masque en réalité un rapport à l’espace et à la société particulier, basé sur des regards à la fois intérieurs et extérieurs qui sont protecteurs (l’entre-soi), mais également délateurs (l’allochtone).

Face à face : un entre-soi revendiqué

  • 17 Entretien réalisé dans le quartier de Kervénanec le 21 mars 2006.

17Les jeunes sont souvent virulents pour dénoncer la presse qui, selon eux, surexploite les faits d’incivilité ou de petite délinquance dans le quartier. À Lorient, peu de temps avant les tensions d’octobre 2005, deux voitures ont été incendiées dans le quartier de Kervénanec. Immédiatement la presse locale a désigné les jeunes du quartier. L’enquête a révélé qu’il s’agissait des actes d’un homme fragile psychologiquement et qui, de surcroît, ne résidait pas sur place. Ce type d’anecdote est présent de manière récurrente dans les quartiers d’habitat populaire ; on peut même considérer que cela participe au mythe, à la mémoire des lieux. Pour certains habitants, cette peur entretenue permettrait de tenir les personnes « allochtones » au quartier à distance, et donc de maintenir localement un confinement rassurant : « un refuge17 ». En somme, le désenclavement du quartier tel qu’il est annoncé inquièterait les jeunes ayant développé des pratiques de mobilité fréquente, à courte distance et fortement territorialisante.

18La relation vu-voyant dans les deux quartiers est déterminante. Les habitants qui acceptent l’idée de la démolition de leur logement précisent souvent quel poids a représenté pour eux un vis-à-vis trop direct. Les jeunes, quant à eux, développent des stratégies duales de type « voir sans être vus » ou « voir et être vus » selon leurs objectifs et leurs pratiques. Ainsi, Pontanezen vit avec un regard tourné sur lui-même. Le diagnostic territorial fait état des ruptures visuelles et de l’enclavement dont souffre le quartier. La maîtrise de points stratégiques comme les entrées du quartier ou les angles morts constituent des enjeux pour les groupes de jeunes.

Figure n° 2 : Brest – Pontanézen, un quartier peu ouvert sur l’extérieur

Figure n° 2 : Brest – Pontanézen, un quartier peu ouvert sur l’extérieur

Source : d’après Brest métropole, Diagnostic, cabinet du cerur, 2005.

19Un des aspects qui restent les plus sensibles dans les mutations envisagées du quartier, c’est celle de la diversification de l’habitat. Les jeunes expriment ce même refus d’ouverture du quartier 

Ils disent qu’ils vont casser les barres et mettre des petites maisons. On va les caillasser des tours. Déjà y’en a qui balancent des trucs ; y‘a eu un frigo un jour qui a été jeté du 4e. (B., 14 ans, collégien, Brest, réside à Pontanézen depuis toujours.)

20L’ouverture à l’accession à la propriété (à hauteur du tiers du parc de logement) inquiète. Les habitants, et notamment les jeunes adultes, craignent la mise en place d’un quartier à deux vitesses. Selon les témoignages, les familles d’origine africaine seraient particulièrement sensibles à la réorganisation des lieux. Les habitudes de garde d’enfants rotatives par exemple seraient perturbées par ces aménagements. Lors de réunions organisées pour leur permettre de s’exprimer sur le sujet, les participants ont particulièrement noté que les habitants actuels du quartier n’auraient pas les moyens financiers d’acquérir des logements.

  • 18 Cette affirmation est récurrente au cours des entretiens réalisés. Chargée de mission, urbanistes e (...)

21Le renouvellement urbain, c’est aussi le renouvellement de la population. Or, dans un quartier désigné unanimement comme « le plus pauvre de Bretagne18 », les jeunes de Pontanézen semblent vivre leur situation de précarité – réelle ou supposée – dans une forme d’entre soi. L’arrivée de nouveaux habitants est vécue comme autant de regards décalés portés sur eux et révélateurs de leur propre pauvreté : le regard des autres prime. En réalité, derrière ces craintes, c’est aussi la destination du projet qui est posée : à qui s’adresse-t-il ?

La démolition, une violence au service du bien public ?

22Avec la multiplication des opérations de rénovation urbaine, il semble qu’aux yeux de la population, y compris dans ces quartiers, le tabou de la démolition soit tombé. Pour autant, cela ne signifie pas que les habitants adhèrent à ce choix. Une forme de scepticisme domine et beaucoup de jeunes ne voient pas très bien en quoi il peut s’agir d’un mode de résolution des difficultés qu’ils rencontrent. À travers ce scepticisme, c’est une forme de solidarité – intergénérationnelle – avec les habitants vivant dans les immeubles concernés qui s’exprime. La démolition d’une tour conduit à la désignation implicite des responsables de ce qui a conduit à cette mesure extrême : ses occupants et notamment les jeunes, particulièrement visibles dans l’espace. En outre, le procédé brutal de démolition évoque, dans l’imaginaire collectif et par effet de contiguïté, l’évacuation sans ménagement des habitants.

23Parmi les jeunes, les réactions positives sont plutôt exprimées par des personnes dites « en conflit », celles qui vivent sur le mode de l’injustice les difficultés vécues sur le quartier et désignent des responsables pour expliquer ces difficultés. Ce type de raisonnement peut conduire à voir dans la démolition un moyen de résolution du problème. Quelle que soit l’opinion des jeunes, on voit qu’à leurs yeux la démolition d’une tour est bien associée au départ de ses occupants, qu’ils le déplorent ou qu’ils s’en réjouissent. La distance sociale et la distance physique apparaissent comme les vraies préoccupations mais aussi les véritables enjeux des projets de démolition et de dédensification des quartiers. La mixité sociale se fait au prix de heurts compromettant, parfois dès son origine, les chances de succès de l’opération.

Territoires amputés, identités tronquées ?

24Les données recueillies et exposées dans le paragraphe suivant sont le résultat d’entretiens réalisés hors contexte institutionnel. Que ce soit à Brest ou à Lorient, les habitants des quartiers sont particulièrement bien informés sur le déroulement des opérations et sont coutumiers des enquêtes d’opinion de la part des personnels de la mairie ou de responsables de l’opération de renouvellement urbain (oru). Cependant, la multiplication des enquêtes générant la venue sur les quartiers d’étudiants et de chercheurs souhaitant interroger les habitants a provoqué chez une partie des jeunes un sentiment de méfiance et d’agacement vis-à-vis de leurs interlocuteurs. Les jeunes ont souvent éprouvé le besoin d’être dans un contexte informel pour accepter de se livrer plus librement.

  • 19 Enquête réalisée en mai 2006 auprès de 182 habitants du quartier de Kervénanec à Lorient.
  • 20 Jusqu’à ne plus représenter que 6 % pour les plus de soixante ans.

25Lors d’une enquête d’opinion préalable que nous avons réalisée auprès de l’ensemble des classes d’âge de la population19, il est apparu que, si la durée de résidence dans le quartier est un facteur important pour comprendre l’investissement affectif des habitants, c’est l’âge qui semble avant tout déterminant. Lorsque nous avons dépouillé les réponses, 43 % des jeunes de 14 à 30 ans assuraient que ses transformations sont ce qui, selon eux, caractérise le mieux le quartier contre 12 % en moyenne pour les autres classes d’âge20.

26A partir de ces résultats, il nous a semblé utile de nous intéresser plus particulièrement aux jeunes en tant que groupe le plus affecté par les transformations urbanistiques.

27Sans épuiser la complexité des opinions et des ressentis – ce n’était pas l’objet de l’étude – nous nous sommes proposé de classer les résultats de l’enquête conduite en 2006 auprès de soixante-deux jeunes sur les deux sites, selon quatre attitudes majoritaires. Compte tenu de la modestie relative des effectifs, le tableau n° 1 n’indique que des tendances et des ordres de grandeurs.

Tableau n° 1 : Part (en % selon l’âge, l’ancienneté de résidence ou le niveau d’étude) des réactions des jeunes face aux démolitions envisagées ou en cours dans leur quartier

Tableau n° 1 : Part (en % selon l’âge, l’ancienneté de résidence ou le niveau d’étude) des réactions des jeunes face aux démolitions envisagées ou en cours dans leur quartier

Lecture : les moins de 18 ans représentent 40 % des jeunes interrogés. Parmi les moins de 18 ans interrogés, 8 % sont « adhérents ».

  • 21 L’analyse proposée ici procède d’une confrontation des éléments mentionnés ci-après. Les discours p (...)

28Les catégories ont été construites en fonction d’une analyse des discours pondérée par l’implication des jeunes rencontrés dans l’enquête21. La répartition observée mérite d’être relativisée tant les prises de position peuvent évoluer brusquement dans le temps si, par exemple, un aménagement jusqu’alors imprévu apparaît et vient remettre en cause l’appropriation territoriale par les jeunes, leurs habitudes, leurs affects à l’égard d’un lieu. La catégorisation s’est faite en croisant deux champs : les discours et l’engagement. Dans un premier temps, les discours ont été analysés en s’intéressant aux attitudes langagières. Les entretiens relevant souvent du domaine de la conversation et de l’informel, nous avons accordé une part importante, à ce niveau, au vocabulaire pondéré par les contextes dans lesquels les discours ont été produits (selon le lieu, si la rencontre se tenait avec un ou plusieurs participants, les connotations mélioratives ou péjoratives employées pour qualifier le quartier et les aménagements, si le vocabulaire relevait du domaine du sensible, de l’affect, la part accordée aux références esthétiques, ainsi que le nombre de références faites au passé). Le deuxième champ est celui de l’évaluation du degré d’implication, de la volonté des jeunes de participer à l’enquête (plus ou moins grande facilité de contact, durée de l’entretien, prise de parole, disponibilité pour les rendez-vous). Le croisement de ces deux champs nous a permis de dégager les quatre grands profils présentés dans le tableau 1.

29Au-delà de l’inévitable perte d’information et de la schématisation due au caractère systématique du classement, nous avons tenté d’identifier les traits saillants et plus ou moins volontairement affichés par les jeunes rencontrés. Le tableau et les analyses qui suivent retracent en conséquence davantage des postures à un moment défini que des ressentis.

30Parallèlement, nous nous sommes intéressée à l’analyse des pratiques spatiales des jeunes. Il s’agissait de caractériser leurs déplacements (en quoi sont-ils modifiés ou non par les transformations du quartier ?), en relevant différents critères : la distance quotidienne parcourue par les individus, les lieux fréquentés, le but des déplacements, leurs fréquences et le caractère individuel ou collectif de ces derniers. Pour permettre une remise en contexte de ces données nous avons procédé au suivi de quinze parcours commentés avec des jeunes. Ceci permet de caractériser le type de liens qu’entretiennent les jeunes avec leur espace et surtout de percevoir les effets des opérations de rénovation urbaine quant à l’appropriation territoriale des individus (leur attachement au quartier, les repères, le voisinage).

Les « adhérents »

  • 22 Monsieur B., Lorient Kervénanec, entretien du 30 mars 2006.

31Les « adhérents » représentent une minorité parmi les jeunes enquêtés (15 %). Ils accueillent le changement comme la possibilité de « faire peau neuve22 », de se débarrasser des stigmates d’un quartier dans lequel ils ne se reconnaissent pas et dont la réputation perturbe leur vie sociale. On retrouve notamment des jeunes à la recherche d’un emploi ou encore des jeunes qui suivent des études supérieures. Ces jeunes fréquentent assez peu les groupes du quartier, quoique les situations puissent être hétérogènes notamment chez les demandeurs d’emploi.

32On peut déceler deux sous-groupes parmi eux. D’une part, ceux qui développent des sociabilités à l’extérieur du quartier et qui, sans renier leur attachement pour celui-ci, reconnaissent une responsabilité à ses habitants quant à son état de délabrement fantasmé ou réel. Sans participer aux réunions de la municipalité, ils reprennent les discours sur la régénération urbaine et la mixité sociale à leur compte et prônent un quartier plus ouvert sur le reste de l’agglomération. Pour eux, loin de constituer un repère identitaire, le quartier est vu comme un frein dans leur vie sociale. Ces jeunes mettent en place des stratégies d’évitement et de dissimulation pour ne pas être assimilés aux jeunes de la cité. Leurs sorties et les rencontres se font, pour l’essentiel, à l’extérieur du quartier et principalement en centre-ville ou encore, pour les jeunes actifs, dans leur logement mais, dans ce cas, ils éprouvent le besoin de se justifier :

[…] parce que c’est moi qui ai l’appart le plus grand. A l’époque, ils faisaient des apparts beaucoup plus grands et pas bien finis. C’est pour ça que les fêtes, c’est souvent chez moi car pour le reste il n’y a vraiment rien pour sortir dans le quartier. (J., 24 ans, Brest, bts tourisme, réside dans le quartier depuis 3 ans.)

33D’autre part, ceux qui rendent le quartier responsable de leurs difficultés et considèrent qu’en changeant leur cadre de vie, ils pourront changer le cours de leur existence. Ils vivent le quartier sur le mode du repli sur la sphère personnelle et nouent peu de contacts avec leur voisinage :

Y’avait plus que ça à faire. Même si y’a eu la rénovation, il y a toujours des problèmes dans les halls et dans les apparts. Le chauffage qui marche pas. C’était tout moisi dans la salle de bains, on entend les voisins. Les voisins c’est pas tous les soirs, mais souvent quand ils s’engueulent, ou même la télé on entend. Donc à force, ça énerve. Si on casse les barres, ce sera mieux. Même les gens ici il y a des histoires, ça crée des problèmes, des rancœurs. (N., 24 ans, Lorient, intérimaire en manutention, habite le quartier depuis 18 ans.)

34Ces jeunes adultes (ou leurs parents) se sont vus attribuer leur logement par défaut après un refus de leurs premiers choix. Ils développent une attitude de victimisation par rapport à leur environnement. Leurs discours relèvent d’une rhétorique paradoxale de l’isolement et de la promiscuité associée à la laideur. Ce fort sentiment de désaffection par rapport à leur lieu de vie contraste avec l’attitude des jeunes des autres catégories. S’estimant prisonniers d’un quartier qu’ils n’ont pas choisi, ils développent un fort sentiment de rejet à son égard et pratiquent des déplacements très largement orientés vers l’extérieur.

Les  « résignés »

35Ce groupe, lui aussi minoritaire (15 %), n’émet pas a priori d’avis tranché sur la rénovation urbaine. Ces jeunes, que l’on pourrait aussi qualifier d’opportunistes dans la mesure où ils attendent une amélioration de leur sort de manière passive, sont tout aussi enclins à louer les avantages des restructurations qu’à critiquer l’atmosphère de marasme qui règne dans le quartier 

On verra, les tours c’était pas mal, mais si on peut avoir un appart’ neuf... (Y., Lorient, 23 ans, sans profession, réside dans le quartier depuis 5 ans.)

36L’impression qui prédomine est celle d’une impuissance à maîtriser leur destin. Ils se retrouvent avec des jeunes de différents groupes à heures régulières mais n’appartiennent pas aux jeunes « connus » du quartier. Ce sont en quelque sorte des « passants ». L’opération de renouvellement urbain les intéresse à titre individuel. Ils y voient l’opportunité de bénéficier de davantage de confort. Il n’y a pas de réelle homogénéité socioprofessionnelle parmi ces jeunes. Ils ont intégré le principe selon lequel la réalisation de soi était de plus en plus individuelle et ne manifestent aucune volonté de participer et d’agir au niveau du quartier. Cette attitude correspond majoritairement à des jeunes qui résident dans le quartier depuis peu de temps, mais on retrouve également quelques jeunes qui y sont nés. Leur emprise spatiale demeure superficielle et autocentrée : ils se déplacent seuls, sur des distances courtes et variées, sans identification explicite aux lieux qu’ils parcourent.

Les « indifférents »

37Les jeunes de ce groupe témoignent d’un assez fort ancrage social et spatial. Rencontrés aux pieds des immeubles, leur rapport à la rue est identifiant. Ces « indifférents », près d’un sur cinq des jeunes rencontrés, reconnaissent passer une grande partie de leur temps dans le quartier et « contrôlent » des territoires qu’ils revendiquent. Les parkings, la proximité du centre commercial, un petit square sont leurs lieux de rassemblement habituels sans que cela se traduise toujours de manière conflictuelle avec les autres usagers. Quand ils parlent des opérations de démolition, ils se considèrent comme les oubliés du système. Ils jugent très sévèrement les institutions publiques et n’ont que peu de rapports avec les travailleurs sociaux. La méfiance dont ils témoignent lors des entretiens, pour lesquels ils sont peu disponibles, peut s’expliquer par le mépris apparent que leur inspirent les bouleversements du quartier. Peu attachés à leur logement, la sphère familiale ne constitue pas pour eux un ancrage signifiant. Les plus jeunes, qui ont entre 16 et 21 ans, s’orientent majoritairement vers des formations professionnalisantes mais une grande partie d’entre eux, près d’un sur deux, n’a ni situation professionnelle, ni projet pour en avoir. Leur discours est celui de personnes détachées et sceptiques :

Ils voyent que ça va pas […] alors hop ! on rase, mais ça change rien. Les problèmes sont toujours pareils. (A., Lorient, 19 ans, apprenti, a toujours résidé dans le quartier.)

  • 23 Développée par Françoise Moncomble dans « Démolir la cité, une ultime violence », Les Annales de la (...)

38Lorsque ces jeunes émettent un avis sur les démolitions, il est négatif. Ils considèrent souvent que quitter le quartier serait une ascension sociale mais aucun ne l’envisage sérieusement. La notion de « territoire-peau23 » apparaît bien adapté à ce groupe qui se défend par ailleurs d’accorder une importance quelconque aux réseaux de sociabilité considérés comme « adultes ». Les jeunes de ce groupe privilégient la proximité physique, le relationnel direct. Ils occupent l’espace de manière constante ainsi que des points stratégiques visant autant à voir qu’à être vus par les autres groupes de jeunes du quartier. Pour eux la démolition est une trahison supplémentaire de la part des « politiques » :

Rien à battre ! C’est du gâchis ! Encore des magouilles de certains politiciens qui ne pensent qu’au pognon et le logement est un très gros business. (H., 21 ans, Lorient, soudeur, habite le quartier depuis son enfance.)

  • 24 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, édition de Minuit, 1970, 420 p., cité par Raymonde Sé (...)

39Les difficultés qu’ils connaissent sont vécues dans un entre-soi qui leur permet de créer de fortes sociabilités. Incrédules sur la capacité des décideurs à réorganiser les lieux en profondeur, ils se présentent comme les maîtres de l’espace dans ce que l’on pourrait qualifier de rapport de force urbain. D’un côté, les décideurs qu’ils appréhendent de manière globale et imprécise, qui souhaitent reprendre en main le quartier, et de l’autre, eux, les jeunes qui sont les occupants de fait des lieux. Cette situation est marquante particulièrement dans les sites où les démolitions ne sont pas encore effectives ou n’ont touché que quelques bâtiments. Les éléments, toujours visibles, ne suscitent pas – encore ? – de conscience mémorielle, ces jeunes ne se projettent pas dans la future disparition de leur environnement. À moins qu’il ne s’agisse, selon l’expression de Richard Hoggart24, de la constitution « d’une carapace d’indifférence » ?

Les « révoltés »

40Sans toujours explicitement pouvoir le développer, cette catégorie est très hostile aux transformations du quartier. Représentant 53 % de notre échantillon, les jeunes qui en font partie sont manifestement majoritaires. Le quartier, c’est leur vie, leur enfance, leurs souvenirs, leur réputation. Plus encore que pour les groupes précédents, ces jeunes connaissent des situations hétérogènes. On y reconnaît essentiellement deux courants. D’un côté, il y a les jeunes résidants qui, souvent après un parcours difficile, étaient satisfaits du logement qui leur avait été attribué. Dans ce cas, c’est l’incompréhension qui prédomine et un sentiment d’injustice qui rend délicat le dialogue et la concertation lors des réunions publiques. 

Je suis dégoûté, mon appart’ il était bien, grand et tout. Ils l’ont démoli et franchement ils auraient pas dû. Maintenant, je suis à côté dans l’îlot Georges Le Sant et l’appart’ il est vraiment petit. J’ai une femme et deux enfants et ils m’ont donné un appart’ petit et pour plus cher. Sur mon salaire, ça devient difficile, je pense partir d’ici des fois. Les apparts de la barre ils étaient corrects, on voyait les jeux pour les enfants. Ils les ont démolis eux aussi. Je comprends pas. On nous a pas demandé mais ils auraient pas dû les démolir. (M., 26 ans, Lorient, maçon, réside dans le quartier depuis 3 ans.)

41D’autre part, il y a les jeunes qui ont l’impression d’être manipulés. Cette attitude est proche des jeunes « indifférents ». Comme eux, et souvent avec, ils occupent l’espace public. Se sentant fréquemment assignés à résidence, ils ne sortent que rarement du quartier. Celui-ci représente un refuge pour eux. L’ultime et unique territoire qu’ils sont en mesure de s’approprier. Leur discours traduit une forte mobilisation et des références constantes aux habitudes, traditions et histoires du quartier. Leur réaction est vive face à ce qu’ils considèrent ouvertement comme une dépossession des lieux :

C’est chez nous ici. Tu vois, ils disent ce sera mieux. Mais on sait bien, c’est du bluff. C’est pour faire bien qu’ils cassent. C’est parce qu’il y a eu les problèmes avec les banlieues et la police. Alors ils disent : « On va vous refaire un quartier bien beau, propre », comme ça si y’a des problèmes ils diront qu’ils ont fait des choses et que c’est de notre faute. (A., 17 ans, apprenti miroitier, Brest, réside dans le quartier depuis 12 ans.)

Des dispositifs d’encadrement en lien avec le projet urbain

42De manière tout à fait significative, les jeunes sont quasiment absents des réunions concernant les transformations du quartier et organisées par la municipalité, par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (anru) et par l’office public d’aménagement concerté (opac). Les invitations sont pourtant largement ouvertes et les questionnements ne concernent pas seulement les locataires et les bailleurs sociaux. Il s’agit de recueillir – mais aussi de convertir – la parole et les doléances des habitants quant à l’évolution de leur cadre de vie : l’organisation des espaces publics, l’aménagement d’équipements sportifs et tout particulièrement d’infrastructures pour les jeunes. Ainsi, au sein des réunions-débats organisées sur les deux sites au premier semestre 2006, sur un total de quatre-vingt-neuf participants seulement, on n’a compté que huit jeunes de moins de trente ans dont six femmes. On notera également l’intervention brutale et contradictoire d’un jeune homme de 31 ans qui, avant de quitter l’assemblée, a violemment dénigré le projet.

Tableau n° 2 : Part (en % des réponses de chaque site et de l’ensemble) des réactions des jeunes face aux démolitions envisagées ou en cours dans leur quartier

Tableau n° 2 : Part (en % des réponses de chaque site et de l’ensemble) des réactions des jeunes face aux démolitions envisagées ou en cours dans leur quartier

Brest : intégrer un quartier sensible et une population

  • 25 3,7 % d’augmentation de la population de Brest métropole océane (qui réunit huit communes limitroph (...)
  • 26 Communiqué de Brest métropole habitat, novembre 2006.
  • 27 En 1999, le taux de chômage atteint 38 % de la population active de Pontanézen (+ 22 points par rap (...)
  • 28 Depuis 1984, le quartier connaît des opérations de réfection, de restructuration et de réaménagemen (...)

43Deuxième agglomération de Bretagne, Brest comptait 213 545 habitants en 1999, selon les chiffres de l’insee, et connaît un dynamisme urbain notable25. Les démolitions réalisées dans cette ville sont les plus importantes de la région Bretagne en nombre de logements touchés, mais aussi en termes de populations concernées. C’est le projet urbain qui motive les transformations du quartier, nous dit le directeur du service d’aménagement et d’urbanisme de Brest métropole. L’objectif est clairement énoncé : « Faire de Pontanézen, secteur populaire qui se trouve enclavé, stigmatisé par le chômage, un secteur brestois ordinaire, ouvert sur la reste de l’agglomération26. » Compte tenu du contexte27, on peut s’étonner que les motivations urbanistiques semblent occulter au départ les préoccupations sociales. Pourtant, on ne remarque pas de désaffection réelle à l’encontre du quartier. Le taux de vacance de logements est faible et le solde locatif était positif en 2002. Les objectifs de l’opération sont fixés autour de trois thèmes principaux : désenclaver, diversifier et « normaliser ». La démolition ne s’imposait pas comme un choix évident, en tout cas elle ne représentait pas la seule issue possible. L’opac, bailleur unique, a particulièrement bien entretenu les locaux28. Les appartements sont spacieux, assez bien insonorisés, et on remarque peu de dégradations des parties collectives. Ni l’obsolescence, ni la vétusté ne peuvent ici servir de justification.

44Pour faciliter la communication sur ce projet avec les habitants et particulièrement avec les jeunes, les services Développement social urbain (dsu) ont délégué une chargée de mission qui, en lien avec les structures du quartier (centre socioculturel, bibliothèque, associations), participe à rassurer les habitants et à faire remonter leurs doléances. On retrouve dans les actions menées dans ce cadre (projection et montage de vidéos, goûter, carnaval, manifestations culturelles et sportives) des jeunes qui sont généralement intégrés dans la vie associative du quartier. En revanche, on ne trouve pas de structure leur permettant de s’exprimer sur les transformations des lieux. Cela se fait le plus souvent de manière informelle avec les travailleurs sociaux. Les animations organisées par les services dsu visent davantage à impliquer les jeunes dans un travail de mémoire et de transition que de les responsabiliser à travers une prise de parole et de décision au sein des opérations. Dans ces conditions, quelle place reste-t-il à une appropriation du quartier qui est en train de se construire sous leurs yeux, mais sans eux ?

  • 29 Anne Baldassari, « Enfance et communication », in Michel de Certeau et Luce Girard, L’ordinaire de (...)

45Les transformations prévues ne s’appuient pas sur les points de repères, parfois mouvants, des jeunes. Elles visent au contraire une logique de dispersion, y compris dans les espaces qui leur sont attribués. Les « culs-de-sac » et squares régulièrement occupés par les groupes de jeunes sont désenclavés et ouverts. Or les jeunes, eux, préfèrent au contraire occuper des espaces dont ils maîtrisent l’exposition. La constante pression visuelle qui s’exerce sur eux depuis l’enfance est contrecarrée par des stratégies de détournement. Comment ne pas évoquer le mythe de la cabane développé par Anne Baldassari : « L’archétype de la pensée adulte sur les lieux privilégiés de l’enfance se fonde sur le mythe de la cabane. Espace de clôture définitive, matrice aménagée qui fascine l’enfant pour sa charge symbolique […] ils [les jeunes] annexent à la carte stricte du privé/public une multitude d’espaces seconds : lieux de passage, friches, lieux de transition…29 » Ces espaces de transition sont ceux qui sont prioritairement visés par le réaménagement des lieux. C’est peut-être sur ce point que se situe le principal conflit d’usage ou la plus grande distance entre les points de vue des jeunes, des habitants du quartier et des urbanistes.

Lorient : la démolition, un non-événement ?

  • 30 1975, opération Habitat et vie sociale ; 1987, première vague de réhabilitation ; 1994-1998, contra (...)
  • 31 Entretien du 24 mars 2006.

46Les populations demandant à bénéficier d’un logement hlm dans la ville de Lorient situent Kervénanec en dernier sur leur liste de vœux. On y constate un début de vacance (habituellement nulle en Bretagne) lié au refus des demandeurs de résider dans le quartier. Cette ancienne zup, construite entre 1966 et 1976, a pourtant connu différentes opérations visant à l’insérer dans le reste de la ville30. Les processus de démolition sont présentés ici comme l’aboutissement d’une série de mesures n’ayant pas réussi à redonner une image attrayante au quartier ni à répondre aux attentes des habitants. Pourtant, on se refuse à parler d’un échec. Il est significatif de remarquer que, malgré la mauvaise qualité de certains bâtiments, les habitants réclament rarement des améliorations de ceux-ci. Les doléances se tournent davantage vers les espaces verts, les espaces publics ou les commerces. L’insécurité est également au cœur des préoccupations des habitants. La démolition est envisagée comme la possibilité d’un avenir meilleur, une chance pour les populations bénéficiaires. Dans l’entretien qu’il nous a accordé31, le directeur général de l’aménagement urbain à Lorient, J.-L. Le Pogam, expose les deux motifs ayant orienté le choix de la démolition. Il s’agit tout d’abord, selon lui, de la désaffection pour l’habitat « ancien ». Mais c’est aussi l’opportunité, grâce aux mesures gouvernementales, de financer un projet lourd.

47J.-L. Le Pogam souligne les précautions prises envers les habitants afin de ménager les personnes âgées considérées comme étant particulièrement sensibles aux démolitions du quartier. Or les barres et les tours démolies à Kervénanec hébergeaient en majorité une population jeune. Lors de l’enquête de terrain, nous avons observé que ce sont les jeunes qui expriment les sentiments les plus marqués de dépossession des lieux. Sans connaître les difficultés matérielles et les inquiétudes des personnes âgées obligées de déménager, les jeunes témoignent plus fortement que le reste de la population de l’impression de violence symbolique que représentent pour eux les démolitions. La destruction de leur immeuble est vécue comme une agression. La mise en place d’un « Point info » situé au cœur du quartier dans le centre commercial, deux ans avant le début des travaux, a eu pour objectif de nouer des liens avec la population. Il fournit notamment des accès à Internet, ce qui constitue un point de rencontre pour les jeunes. Pour autant, les responsables regrettent que ceux-ci s’impliquent peu dans les opérations de transformation de leur quartier. Lorsque les institutions apparaissent susceptibles d’apporter une réponse à un besoin immédiat des jeunes, ceux-ci n’hésitent pas à utiliser la ressource, mais peu d’entre eux se montrent désireux d’apporter leur contribution sur une réflexion de long terme concernant l’évolution du quartier 

Ça me saoule. Y’a que des vieux. Ils en ont rien à foutre et de toute manière je suis contre les démolitions. (F., 16 ans, Lorient, 2nde Matières souples, habite le quartier depuis toujours.)

48La part des jeunes du quartier relevant de la catégorie « révoltés » domine massivement ici avec 58 % des jeunes interrogés. Les démolitions ont concerné plusieurs îlots d’immeubles et les jeunes ont donc déjà été confrontés à la brutalité de ces opérations. En revanche, la proportion de jeunes « satisfaits » semble s’expliquer moins par les relogements dont ils ont bénéficié qu’en raison du fort turn-over existant sur le quartier. La majorité des jeunes de cette catégorie réside à Kervénanec depuis moins de trois ans.

Résister, participer, accompagner

49Alors que les jeunes reconnaissent plus ou moins explicitement éprouver un fort attachement à leur quartier, ils accueillent les opérations de démolition de manière différenciée. Leurs situations ainsi que leurs parcours personnels semblent en large partie expliquer ce rapport au territoire. Mais c’est aussi en fonction des contextes urbains qu’il convient d’orienter l’analyse des dispositifs qui dévoilent différents modes d’appréhension de l’espace social(isé), en particulier quant à la place attribuée à la jeunesse. Autrement dit, quelle place est accordée aux jeunes dans la nouvelle production urbaine ? On retracera ici brièvement, pour chaque site, les rapports exprimés et les processus de décision tels qu’ils se déroulent entre les différents acteurs, à savoir : les habitants dans leur globalité, les jeunes dans leurs spécificités – ou non – et les acteurs institutionnels (élus, urbanistes). On verra ainsi de quelle manière les contextes sociaux, institutionnels et spatiaux influent sur les représentations et les pratiques socio-spatiales des jeunes, tout comme celles-ci orientent plus ou moins directement les opérations d’aménagement.

Résister en habitant

  • 32 Georges L. Kelling, Catherine M. Coles, Fixing Broken Windows, Restoring Order and Reducing Crime i (...)
  • 33 « A single broken window in an urban neighborhood indicates a lack of care about urban space that i (...)

50Les opérations de démolition peuvent s’assimiler dans leurs conceptions au « syndrome du carreau cassé 32», décrit notamment par James Wilson et George Kelling en 1982, que l’on peut résumer ainsi : « En milieu urbain, un simple carreau cassé révèle un manque d’attention à l’environnement qui invite à d’autres comportements délinquants, plus graves33. » Dans ce cas, au-delà de l’amélioration réelle des cadres de vie des habitants, c’est l’imposition d’un système normatif qui prévaut. Bien souvent, les acteurs institutionnels interrogés basent leurs actions sur une rationalisation de l’espace considéré. Or, face à un quartier reconfiguré, les jeunes trouvent difficilement leur place. Cela se traduit dans leur comportement par différentes formes de résistance et de détournement d’usage des nouvelles infrastructures.

Il y a avait des buts et des paniers là. On leur a mis la misère ! Sérieux, on nous dit quoi faire. Toi, t’es assis là et puis toi tu traînes pas là. On est fliqué pour faire comme il faut. (D., 15 ans, 4esegpa, Lorient, sa famille est arrivée dans le quartier à sa naissance.)

51L’opposition des jeunes les plus hostiles se manifeste dès le début des travaux de rénovation. Il peut s’agir d’agressions verbales dont les ouvriers sont l’objet sur les chantiers, mais on observe aussi des comportements de casseurs à l’égard du matériel ou même de vol de matériaux. Il est alors difficile de faire la part de ce qui est lié à une manifestation de révolte de ce qui relève d’un comportement parfois porté à la petite délinquance, d’autant qu’il s’agit souvent d’actes perpétués par de jeunes adolescents qui réalisent ainsi à bon compte une sorte de rite initiatique d’introduction dans le groupe. Cependant, il ne faut sans doute pas réduire ces comportements à une explication trop exclusivement banale. Au-delà de ces interprétations, et de façon plus ou moins consciente de la part des jeunes, il s’agit aussi d’une résistance au sentiment d’effacement des repères spatiaux induits par la rénovation du quartier et, par conséquent, d’un moyen pour ces jeunes de sauvegarder leur identité, qu’ils associent à ces lieux. Il en résulte pour le chercheur un questionnement permanent face aux opérations de requalification urbaine : vouloir réduire les nuisances repérées dans les quartiers ne risque-t-il pas d‘induire chez les jeunes une recrudescence de comportements antisociaux, ceux précisément que l’on souhaitait combattre ?

  • 34 Matthieu Giroud, « Résister en habitant. Les luttes dans les quartiers populaires à l'épreuve du re (...)

52À Brest, les tours vidées de leurs habitants et en partie désaffectées en attendant la démolition sont devenues les nouveaux lieux de rencontre, de squat et d’activités plus ou moins clandestines. Les jeunes s’y retrouvent en groupes à l’écart des regards et du contrôle permanent qu’induit la configuration habituelle du quartier. Les tags et des carcasses de voitures sont autant de signes de cette appropriation résistante. Matthieu Giroud34 a proposé l’expression « résister en habitant » pour qualifier l’appropriation d’un espace par des pratiques multiples de détournements, d’évitement ou d’occupation des lieux soumis à des transformations brutales.

53Dans la situation des groupes de jeunes, ces pratiques se traduisent de manière sporadique et dynamique par la mise en place de réseaux et de nouveaux enjeux de contrôle des territoires en friche. À Lorient, si on remarque un certain recentrage des lieux fréquentés par les jeunes, il existe aussi une dynamique centrifuge qui conduit les jeunes à se réunir sur les marges du territoire autrefois peu fréquentées, comme le bois du Ter au sud du quartier.

Un projet fédérateur ?

54La réponse apportée par les opérations en cours se situe à différents niveaux. C’est d’abord la prise en compte d’un aspect paysager. Le terme de résidentialisation est employé pour désigner les actions visant à rendre les lieux plus proches du modèle de la banlieue pavillonnaire (déconcentration) tout en permettant une réorganisation des espaces extérieurs. C’est ensuite le souhait d’uniformiser le quartier en effaçant ses principaux symboles, les tours, et en travaillant sur ses pourtours, notamment le mail paysager et les entrées extérieures.

55L’enjeu n’est donc pas seulement symbolique. Il peut se révéler véritablement déterminant pour les populations qui y habitent. Le directeur de l’aménagement urbain de Brest métropole expose les objectifs de l’opération :

  • 35 Entretien réalisé à Brest métropole le 21 avril 2006.

On apporte une diversité, enfin on espère apporter une diversité, dans la structure des ménages. On change aussi la typologie des logements, la volumétrie, la forme, le statut, et la fonction d’habiter. La fonction d’habiter va changer, on va parler d’accession sociale à la propriété, de location/accession mais aussi de locatif privé, d’accession à la propriété en essayant d’induire cette diversité sociale qui fait défaut aujourd’hui35.

56C’est à travers ce discours que l’on peut le mieux saisir le décalage des représentations et des pratiques des jeunes par rapport aux projets urbains qui leur sont exposés.

57Quel espace est proposé aux jeunes de ces quartiers ? Correspond-il à leur attente, répond-il à leurs perspectives ? Brest et Lorient mettent en avant le désenclavement des quartiers. Les transports constituent un moyen privilégié de transformation des lieux. À Brest on prévoit le passage du futur tramway au cœur de Pontanézen et les hypothèses de recomposition du quartier s’appuient sur un remaniement de la trame viaire. Les projets valorisent donc une logique de mobilité au détriment d’une logique du lieu et de l’ancrage socio-spatial. La thématique de l’ouverture et de la circulation contrôlée sont des leitmotiv permanents de ces opérations.

58Le deuxième aspect des mutations des lieux est l’incitation et la valorisation de l’habitat individuel. Il est présenté dans chacun des sites comme une alternative incontournable à la mixité et à l’intégration du quartier dans l’agglomération. Le modèle de l’idéologie pavillonnaire conduit à rompre avec les plans-masse en vigueur pour aboutir à une fragmentation de l’espace et des lieux de vie. Le collectif n’est pas banni mais largement déprécié. Une jeune femme nous explique à Lorient :

Les halls et les paliers ne sont pas entretenus. Chez nous cela commence après le seuil de l’appartement. C’est collectif et on n’est pas propriétaire, c’est pour ça que personne n’entretient. (J., 25 ans, secrétaire de direction, Lorient, habite le quartier depuis 5 ans.).

59Le dernier point qui pose question dans les configurations proposées est celui des espaces publics. L’idéologie pavillonnaire combinée à la volonté rationnalisatrice des décideurs aboutit à créer des espaces de l’enclosure où les usagers sont guidés dans leurs pratiques. L’espace ainsi découpé devient coercitif pour des jeunes en manque de reconnaissance et d’identité. Les « indifférents » et « résignés » représentent cumulés le tiers des réponses recueillies. Ce résultat semble pouvoir être expliqué, au-delà des parcours personnels, par une non-reconnaissance dans l’organisation des lieux proposée.

60Derrière le souhait de renouvellement urbain des quartiers d’habitat populaire se cache un discours normatif qui tend à imposer des règles en terme d’intégration, de logement, de mode d’habiter, mais aussi de socialisation. Mettre l’accent sur les difficultés que connaissent ces lieux, c’est contribuer à leur stigmatisation et légitimer ainsi une forme d’intervention qui serait censée mettre fin aux maux dont souffrent ces espaces. C’est aussi, au delà de la mise en place de normes, accuser voire récuser les valeurs symboliques, économiques, sociales et d’usage, que les populations ont développées au sein de leurs espaces de vie.

La question du relogement et l’accueil des jeunes

61Les frontières urbanistiques, doublées des usages sociaux des lieux, ne sont pas hermétiques. Les habitants fréquentent occasionnellement d’autres espaces du quartier et de la ville. Les jeunes (en particulier les « adhérents » et même une fraction des « résignés ») estiment avoir des relations régulières avec le centre-ville. Les deux quartiers étudiés sont bien reliés au centre-ville par une desserte de transports en commun mise en place lors de précédents programmes de revitalisation urbaine. Les jeunes affirment circuler à l’extérieur du quartier en groupes, et rares sont ceux qui se rendent seuls en ville. Dans les faits, cette mobilité est relative et nécessite d’être nuancée. On a pu observer une différence sensible entre la mobilité revendiquée et la mobilité pratiquée, la seconde étant toujours plus réduite que la première.

  • 36 Eric Maurin, Le ghetto français, enquête sur le séparatisme social, Turriers, le Seuil, 2004, 96 p.
  • 37 Cf. l'analyse développée par Norbert Elias et John L. Scotson dans Logiques de l'exclusion (Fayard, (...)

62S’ils en pratiquent l’espace, les jeunes des quartiers ne nouent pas de relation significative avec ceux de l’extérieur. Cette distinction apparaît à son paroxysme lors des situations de relogement. Les relogements dans les immeubles « épargnés » par les démolitions mettent à mal les compartiments socio-résidentiels développés par Eric Maurin36. Ainsi à Brest, un tiers des relogements s’effectue sur place, soit très exactement 116 sur 474. Le reste s’effectuera sur le territoire de la ville à raison d’un tiers sur un quartier élargi (Europe) et le dernier tiers sur des sites éclatés. Bmh (Brest métropole habitat) a programmé 509 logements sur la période 2005-2009. Il s’agit essentiellement de maisons de ville ou de petits collectifs, soit en neuf, soit en acquisition amélioration. L’opération respecte la loi du un pour un : un logement déconstruit, un logement construit. L’office hlm doit en effet réinstaller les familles « captives » de l’habitat social, qui sont nombreuses à souhaiter rester dans le quartier, tout en tenant compte de la demande des familles des immeubles à rester « entre elles ». En cela, le contexte de relogement affermit les processus de distinction entre « nous » et « eux »37.

63Ce départ forcé de fait se répercute sur la socialisation des jeunes. À Kervénanec certains jeunes relogés à la périphérie du quartier continuent à fréquenter les mêmes lieux et groupes d’amis mais les visites se font plus rares à mesure que s’accroît la distance les séparant de leur ancien quartier. Au déracinement s’ajoute souvent, au mieux, l’indifférence et plus fréquemment la méfiance des résidants de leur quartier d’accueil. La carte scolaire va se trouver modifiée pour un tiers des élèves du quartier de Pontanézen scolarisés à Brest. Il est encore trop tôt pour pouvoir estimer les impacts que cela va entraîner en matière de stratégies de contournement ou de dérogation de carte scolaire. Cette méfiance envers la famille qui emménage marque plus profondément l’image de soi des adolescents et de leur famille. Les stigmates du quartier s’exportent et s’incarnent dans les figures de « jeunes des quartiers » que les adolescents continuent à porter en ne bénéficiant plus de l’effet de bande qui leur permettait d’affirmer une identité.

64Si les opérations de rénovation urbaine sont porteuses d’une amélioration des conditions de vie et constituent parfois une opportunité pour les jeunes les plus capables de s’en saisir, en revanche elles représentent un facteur de fragilisation et de précarisation supplémentaire pour les jeunes qui connaissent les situations les plus difficiles. Néanmoins, par le déracinement et la perte des liens sociaux qu’elles provoquent, ces opérations portent en elles le risque de déstabiliser bien au-delà des populations les plus fragiles de ces quartiers. L’objectif affiché de dédensification se traduit par une dispersion des familles des immeubles bénéficiant des mesures de rénovation urbaine. Les solidarités de quartier sont ainsi mises à mal avec le risque de renforcer le sentiment d’isolement des habitants. On a pu observer au cours des entretiens que plusieurs de nos interlocuteurs, considérés comme devant appartenir au groupe des « révoltés », avaient déjà bénéficié d’un nouveau logement. Loin de s’en satisfaire, c’est cette attribution qui les avait fait passer d’un état de « résigné » - voire « d’adhérent » - à celui de « révolté ». Ces trajectoires montrent que les jeunes les plus affectés par les opérations de rénovation ne sont pas seulement ceux que l’on considère comme les plus vulnérables. A l’opposé de sa visée intégratrice, cette opération, réalisée de manière trop brutale par l’apport massif de crédits que permet la création de l’anru, risque fort d’accroître les disparités, les processus de ségrégation et de relégation. Aux difficultés sociales persistantes, ne risque-t-on pas de voir s’ajouter un handicap spatial ?

Conclusion

65Implicitement, les jeunes sont omniprésents dans toutes les décisions liées à la rénovation du quartier, alors qu’explicitement, dans presque tous les documents consacrés à l’étude des impacts des démolitions, ils sont invisibles. Ce n’est qu’à la marge, lors de la création d’infrastructures socioculturelles qu’ils apparaissent. En revanche, lorsqu’il s’agit des transformations de fond, ils ne se sentent pas impliqués dans le projet global mais seulement pour sa dimension « jeunes ». Est-ce une cause ou une conséquence de leur désintérêt ou de leur hostilité pour ces opérations ?

66L’enquête de terrain a confirmé les rapports ambivalents que les jeunes entretiennent avec leurs territoires. Faites d’attachement et de distanciation, les pratiques socio-spatiales des jeunes nous renseignent sur leur rapport à l’espace et qualifient souvent leur insertion sociale.

67Par son caractère irréversible, la démolition est vécue comme une sanction voire une agression par la majorité des jeunes des quartiers. C’est une violence tout aussi physique que symbolique, qui contribue à les détacher des processus institutionnels et qui entretient une forme de méfiance à l’égard des pouvoirs publics. Ceux qui occupent la rue de manière régulière sont les plus affectés par ses transformations, mais le caractère global du processus de rénovation fragilise les habitants bien au-delà de ceux qui sont considérés comme les plus en difficulté. Les déménagements et les phases de relogement qui s’ensuivent accentuent le sentiment d’isolement et de délitement que connaissent les jeunes dans les quartiers. Unique lieu de réalisation de soi et de reconnaissance, leurs territoires s’effacent derrière des logiques qui les dépassent. Ils vivent ainsi les démolitions, selon l’expression de Françoise Moncomble, comme une ultime violence que la société leur adresse, presque une provocation.

  • 38 Association pour le droit à l’initiative économique.

68Lorsque les responsables parlent de désenclavement des quartiers, de valorisation de l’habitat individuel ou de découpage rationnel de l’espace, ce ne sont pas des objectifs susceptibles d’impliquer directement les jeunes, tant ils leur semblent éloignés de leur vécu en termes d’occupation quotidienne du territoire. La réussite de la politique de rénovation urbaine exige que les pouvoirs publics affirment leur volonté d’intégrer les jeunes non seulement dans leurs discours mais surtout dans les projets urbains bien en amont de leurs réalisations. C’est une exigence qui s’inscrit dans le long terme, mais considérer que la rénovation urbaine puisse se faire sans - ou pire, contre - cette jeunesse largement désaffiliée, serait prendre le risque de l’échec. Face à cela, un difficile travail visant à rétablir dans cette population le « vouloir vivre ensemble » grâce à une démarche volontariste adaptée et coordonnée de tous les acteurs est nécessaire. À l’image du dispositif CréaJeunes de l’adie38 ou de la dynamique d’insertion professionnelle (dip) impulsée par le conseil régional du Nord – Pas-de-Calais, l’éducation et l’emploi sont les éléments incontournables à mettre en œuvre. Cependant, ce serait une erreur de réduire le malaise des jeunes des quartiers à sa seule dimension économique. La formation, le suivi professionnel, les incitations financières ne peuvent trouver un écho qu’auprès de jeunes bénéficiant d’une insertion sociale minimale. L’apport économique, pour indispensable qu’il soit, ne saurait à lui seul pallier le délitement du lien social.

  • 39 Augustin Berque, Être humains sur la Terre, Paris, Gallimard, 1996, p. 13.

69Au-delà de la fonction qu’il assume, le territoire est d’abord une valeur. C’est l’écoumène au sens que lui donne Augustin Berque, pour qui la relation de l’humanité à l’étendue terrestre est « par nature quelque chose d’éthique39 ».

Haut de page

Bibliographie

Bonneville (Marc), « Les ambiguïtés du renouvellement urbain en France », Les Annales de la recherche urbaine, n° 97, 2004, p. 7-16.

Debardieux (Bernard) et Vanier (Martin), Ces territorialités qui se dessinent, Paris, éditions de l’Aube, 2002, 267 p.

Di Méo (Guy), Géographie sociale et territoire, Paris, Nathan Université, 1998, 317 p.

Faure (Sylvie), « De quelques effets sociaux des démolitions d’immeubles. Un grand ensemble hlm à Saint-Étienne », Espaces et sociétés, 124-125, 2006/2-3, p. 191-206.

Gasnier (Arnaud), « Requalification, ré-appropriation et urbanité », Revue eso, n° 16, 2001, p. 35-39.

Gumuchian (Hervé), Grasset (Eric), Lajarge (Romain) et Roux (Emmanuel), Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos, 2003, 181 p.

Kong (Lily) and Tay (Lily), « Exalting the past: nostalgia and the construction of heritage in children’s literature », Area, vol. 30, issue 2, 1998, p. 133-143.

Maurin (Eric), Le ghetto français, enquête sur le séparatisme social, Turriers, le Seuil, 2004, 96 p.

Melé (Patrice), Conflits et territoires, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2003, 224 p.

Moncomble (Françoise), « Démolir la cité, une ultime violence », Les Annales de la Recherche urbaine, n° 92, 2002, p. 41-47.

Parazelli (Michel), « L’appropriation de l’espace et les jeunes de la rue : un enjeu identitaire », in Laberge (Danielle) et al., L’errance urbaine, Sainte-Foy, les éditions Multi-Mondes, 2000, p. 193-220.

Plassard (François) et Mesnard (Isabelle), « Faut-il démolir les banlieues ? », Géocarrefour, n° 75, 2, 2000, p. 165.

Plouchard (Louisa), Comprendre les grands ensembles, une exploration des représentations et des perceptions, Paris, l’Harmattan, 1999, 296 p.

Ripoll (Fabrice), Veschambre (Vincent), « L’appropriation de l’espace comme problématique », Norois, n° 195/2, 2005, p. 7-15.

Rosemberg (Muriel), « Contribution à une réflexion géographique sur les représentations et l’espace », Géocarrefour, vol. 78, n° 1, 2003, p. 71-77.

Roncayolo (Marcel), Lectures de villes, formes et temps, Marseille, édition Parenthèses, 2000, 385 p.

Roulleau-Berger (Laurence), La Ville-Intervalle : jeunes entre centre et banlieue, Paris, Méridiens Klincksieck, 1991, 211 p.

Séchet (Raymonde), Espaces et pauvreté. La géographie interrogée, Paris, l’Harmattan, 1996, 213 p.

Tabet (Jade), « La résidentialisation du logement social à Paris », Les Annales de la recherche urbaine, n° 83-84, 1999, p. 155-163.

Toussaint (Jean-Yves) et Zimmermann (Monique), Projet urbain. Ménager les gens aménager la ville, Liège, Mardaga, Architecture et recherches, 1998, 199 p.

Vayssière (Bruno), « Grands ensembles, pourquoi les démolir ? », Études foncières, n° 103, mai-juin, 2003, p. 10-14.

Haut de page

Notes

1 Georges Perec, W. ou le souvenir d’enfance, Paris, Gallimard, 1975, p. 71.

2 Monique Eleb-Vidal, « Le logement et la construction de l’identité », Bulletin de psychologie, tome xxxvi, n° 361, 1982, p. 735.

3 Lily Kong and Lily Tay, « Exalting the past: nostalgia and the construction of heritage in children’s literature » Area, vol. 30, issue 2, 1998, p. 133-143.

4 À la fin des années quatre-vingt-dix, on constate la démolition d’environ cinq mille logements par an. Une montée en puissance de la démolition-reconstruction est envisagée par les pouvoirs publics au début des années 2000, au rythme de 10 000 à 15 000 logements par an, avant d’atteindre les 40 000 prévus aujourd’hui. La démarche, déjà présente dans le Pacte de relance pour la ville de 1996 à travers la notion de « reconstruction urbaine » se trouve ainsi quantifiée.

5 Henri Jacquot, « D’un urbanisme de séparation à un urbanisme de mixité », colloque de Toulouse, 28-29 septembre, Un droit à la ville, Droit et ville, 31/1992, p. 89.

6 « Dans la région Nord - Pas-de-Calais, la démolition n’est pas considérée comme un processus négatif. On sait qu’elle est un moyen de revaloriser les sites » écrit Sylviane Saget (« Dossier démolition », Diagonal, n° 73, août 1988, p. 9-22).

7 Voir notamment à ce sujet : Géopoint, Les territoires de la vie quotidienne, Groupe Dupont, université de Genève ; université de Lausanne, 1982, 441 p. ; Guy Di Méo, Les territoires du quotidien, Paris, Nathan, 1996, 322 p. ; ou encore Béatrice Collignon et Jean-François Staszak, Espaces domestiques, construire, habiter, représenter, Paris, Bréal, 2004, 447 p.

8 Données fournies par la mairie de Lorient, 2005.

9 Plafond simulé. Terme technique désignant la hauteur moyenne de l’architecture urbaine.

10 Une étude en cours conduite par Didier Desponds sur la ville de Cergy fait le même constat. Cf. Lettre de la div, 2007, à paraître.

11 Guy Di Méo et Pascal Buléon, L’espace social, lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin, coll. u, 2005, 297 p.

12 Marion Ségaud et Françoise Paul-Lévy , Anthropologie de l’espace, Paris, Centre Georges Pompidou, 1983, 345 p.

13 Simone Weil, L’enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, Paris, Gallimard, 1949, rééd. 1990, 256 p.

14 Michel Parazelli, « L’appropriation de l’espace et les jeunes de la rue : un enjeu identitaire », in Danielle Laberge (dir.), L’errance urbaine, collectif de recherche sur l’itinérance, la pauvreté et l’exclusion sociale, Sainte-Foy, les éditions Multi-Mondes, 2000, p. 193-220.

15 Appréhendés, selon une définition large et globale, comme les moins de 35 ans.

16 L’image d’un quartier est généralement survalorisée par ses habitants, que cela soit pour des motifs affectifs ou pour se rassurer. Voir sur le sujet : Michel-Jean Bertrand, La pratique de la ville, Paris, Masson, 1978, 210 p.

17 Entretien réalisé dans le quartier de Kervénanec le 21 mars 2006.

18 Cette affirmation est récurrente au cours des entretiens réalisés. Chargée de mission, urbanistes et surtout habitants véhiculent cette assertion sans pouvoir véritablement l’étayer.

19 Enquête réalisée en mai 2006 auprès de 182 habitants du quartier de Kervénanec à Lorient.

20 Jusqu’à ne plus représenter que 6 % pour les plus de soixante ans.

21 L’analyse proposée ici procède d’une confrontation des éléments mentionnés ci-après. Les discours produits relèvent pour une large partie du positionnement des jeunes face à leur interlocuteur. Pour ne pas minorer cet « effet de destinataire » et conserver l’apport contextuel, nous n’avons pas mobilisé d’outils tels Alceste ou Lexico.

22 Monsieur B., Lorient Kervénanec, entretien du 30 mars 2006.

23 Développée par Françoise Moncomble dans « Démolir la cité, une ultime violence », Les Annales de la recherche urbaine, n° 92, 2002, p. 41-47.

24 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, édition de Minuit, 1970, 420 p., cité par Raymonde Séchet, Mythes égalitaires et pauvretés. Une approche géographique. Mémoires et documents de géographie, édition du cnrs, Paris, 1986. p. 23.

25 3,7 % d’augmentation de la population de Brest métropole océane (qui réunit huit communes limitrophes) entre 1990 et 1999. La densité atteignait au dernier recensement une moyenne de 956 habitants/km2.

26 Communiqué de Brest métropole habitat, novembre 2006.

27 En 1999, le taux de chômage atteint 38 % de la population active de Pontanézen (+ 22 points par rapport à la moyenne brestoise). On dénombre un taux élevé d’élèves en situation de retard scolaire : 16,5 % contre 9 % en moyenne à Brest. Le niveau de diplôme des 15-24 ans sortis du système scolaire est plutôt faible : 41 % sont non diplômés, contre 15 % à Brest, et l’âge moyen y est de 31 ans, soit 6 ans de moins que la moyenne brestoise.

28 Depuis 1984, le quartier connaît des opérations de réfection, de restructuration et de réaménagement environ tous les deux ans.

29 Anne Baldassari, « Enfance et communication », in Michel de Certeau et Luce Girard, L’ordinaire de la communication, ministère français de la Culture, Paris, Dalloz, 1983, p. 57-76.

30 1975, opération Habitat et vie sociale ; 1987, première vague de réhabilitation ; 1994-1998, contrat de ville ; 1996, classement en zone de redynamisation urbaine ; 2000 : classement oru.

31 Entretien du 24 mars 2006.

32 Georges L. Kelling, Catherine M. Coles, Fixing Broken Windows, Restoring Order and Reducing Crime in Our Communities, New York, Free Press, 1996, 301 p.

33 « A single broken window in an urban neighborhood indicates a lack of care about urban space that invites other, more serious, criminal behavior » (Don Mitchell, « No Right to the City », in Mitchell Don,The right to the city, New York, The Guilford Press, 2003, p. 195-226).

34 Matthieu Giroud, « Résister en habitant. Les luttes dans les quartiers populaires à l'épreuve du renouvellement urbain », Contretemps, « Cité(s) en crise. Ségrégations et résistances dans les quartiers populaires », n° 13, 2005, p. 49-58.

35 Entretien réalisé à Brest métropole le 21 avril 2006.

36 Eric Maurin, Le ghetto français, enquête sur le séparatisme social, Turriers, le Seuil, 2004, 96 p.

37 Cf. l'analyse développée par Norbert Elias et John L. Scotson dans Logiques de l'exclusion (Fayard, Paris, 1997) et appliquée à l'habitat social par Sylvie Faure dans son article « De quelques effets sociaux des démolitions d’immeubles. Un grand ensemble hlm à Saint-Étienne », Espaces et sociétés, 124-125, 2006, p. 191-206.

38 Association pour le droit à l’initiative économique.

39 Augustin Berque, Être humains sur la Terre, Paris, Gallimard, 1996, p. 13.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Vues des quartiers de Pontanézen et de Kervénanec
Légende Vues des quartiers de Pontanézen et de Kervénanec. Plan masse et enclosure
Crédits (S.Gaudin 2007)
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/823/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Titre Figure n° 2 : Brest – Pontanézen, un quartier peu ouvert sur l’extérieur
Crédits Source : d’après Brest métropole, Diagnostic, cabinet du cerur, 2005.
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/823/img-2.png
Fichier image/png, 309k
Titre Tableau n° 1 : Part (en % selon l’âge, l’ancienneté de résidence ou le niveau d’étude) des réactions des jeunes face aux démolitions envisagées ou en cours dans leur quartier
Légende Lecture : les moins de 18 ans représentent 40 % des jeunes interrogés. Parmi les moins de 18 ans interrogés, 8 % sont « adhérents ».
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/823/img-3.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau n° 2 : Part (en % des réponses de chaque site et de l’ensemble) des réactions des jeunes face aux démolitions envisagées ou en cours dans leur quartier
URL http://sejed.revues.org/docannexe/image/823/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Gaudin, « Murs après murs : Les jeunes face aux politiques de rénovation urbaine », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°4 | Automne 2007, mis en ligne le 28 mars 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sejed.revues.org/823

Haut de page

Auteur

Solène Gaudin

Rennes Espaces géographiques et sociétés (reso), université Rennes 2, umr eso 6590

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org