Navigation – Plan du site

La place des émotions dans le travail socio-éducatif

Numéro coordonné par :
Mael Virat, Chercheur en psychologie à l’ENPJJ et membre associé aux laboratoires Psitec (Université de Lille) et Lirdef (Université de Montpellier).
Catherine Lenzi, Directrice de la recherche et de l'enseignement supérieur à l'IREIS Rhône-Alpes et membre du laboratoire Printemps/CNRS, Université de Saint-Quentin-en-Yvelines

Depuis quelques décennies, nous assistons à un retour du « sensible » dans les sciences humaines et sociales (Barbier, 1994), voire à ce que certains nomment un « tournant émotionnel » ou « affectif » (Clough & Halley, 2007) ou encore ce qui, en psychologie, est régulièrement qualifié de « révolution affective ».

Par exemple, la sociologie s’affirme parfois aussi comme une science du sujet (en tant qu’acteur social et politique) et de la singularité (Bertucci, 2007). Des courants diversifiés, allant des approches compréhensives au style pragmatique, en passant par l’ethnométhodologie et la démarche clinique, forment une science du sujet qui cible l’expérience vécue, l’implication des acteurs et leur « for intérieur » pour mieux saisir la dimension existentielle des rapports sociaux (De Gaulejac, 2007). La sociologie s’intéresse ainsi aux émotions et aux sensibilités des individus et à leurs conséquences.

Dans le même mouvement, la psychologie cognitive et les neurosciences ont intégré, depuis les années 80-90, les processus émotionnels au sein de leurs modèles, participant au dépassement du « mythe des passions » selon lequel les émotions n’agiraient que comme des perturbateurs de la rationalité (Deluermoz, Fureix, Mazurel, & Oualdi, 2013). Par exemple, les travaux sur l’intelligence émotionnelle puis sur les compétences émotionnelles et la régulation émotionnelle reconnaissent le rôle fonctionnel des émotions et de leur expression dans un grand nombre de contextes sociaux.

Plus récemment mais faisant suite à ce changement de regard sur les émotions, la sociologie du travail, la clinique de l’activité, la psychologie sociale, les sciences de l’éducation, les sciences politiques ou encore les sciences juridiques ont porté une attention toute particulière aux émotions ou aux sensibilités. La question des sensibilités et des émotions, plus qu’un objet, se constitue alors comme un véritable champ de recherche.

De récents travaux ont montré que les sensibilités et les émotions, même si elles sont au cœur de la relation éducative, sont rendues invisibles, passées sous silence et sanctionnées dans les milieux professionnels. Ceci peut s’expliquer par les « règles d’exhibition » (Ekman, 1972), les « normes émotionnelles » ou les « règles des sentiments » (Hochschild, 2003), qui obligent à nier la place des émotions dans la construction des identités professionnelles. Alors qu’il est demandé explicitement aux intervenants socio-éducatifs d’être dans une « neutralité affective » et une « maîtrise des affects » (Boujut, 2005), on attend d’eux, de façon paradoxale, qu’ils travaillent avec « ce qu’ils sont » (savoir-être, empathie, aptitude relationnelle...) et qu’ils créent du lien. Par conséquent, on constate que la dimension émotionnelle du travail des intervenants est peu mise en réflexion, ni au sein des équipes, ni dans les formations professionnelles. Nous faisons pourtant l’hypothèse que le « travail émotionnel » (Hochschild, 2003) réalisé dans l’intervention auprès des enfants et adolescents est un ressort puissant de la professionnalité et que ce « travail » ne se limite pas à une suppression des émotions. Cette hypothèse invite à dépasser l’idée reçue selon laquelle les émotions sont subies et doivent autant que possible être neutralisées au sein du travail socio-éducatif, afin de conserver une forme d’objectivité.

Empruntant cette voie, ce numéro thématique de la revue Sociétés et jeunesses en difficulté propose d’explorer le travail éducatif auprès des enfants, adolescents et familles en difficultés sous le prisme des sensibilités et des émotions. Plus précisément, ce numéro cherche à montrer que cette prise en compte du sensible et des émotions permet d’enrichir la compréhension et la pratique du travail socio-éducatif.

Dans ce but et à des fins de pluridisciplinarité (sociologie, psychologie, sciences de l’éducation…), les sensibilités et la place des émotions dans le travail socio-éducatif pourront être explorées à partir d’approches méthodologiques variées. Conformément au projet éditorial de la revue, il est demandé de proposer des articles originaux, fondés sur des données de recherches empiriques et n'ayant pas déjà fait l'objet d'une publication dans des revues, ouvrages ou actes de colloques. Les chercheurs de toutes les disciplines sont invités à contribuer. Les articles ou expériences étrangères sont les bienvenus.

Il est possible de partir d’au moins quatre entrées :

  • Les émotions au sein de la relation éducative

  • La place des émotions dans la construction des rapports de travail

  • La place des émotions dans le contenu des formations et dans les politiques publiques

  • La place des émotions dans les enquêtes relatives au travail socio-éducatif et dans les relations enquêteurs/enquêtés

Envoi des propositions

Les chercheurs de toutes les disciplines sont invités à contribuer. Comme toujours, les articles ou expériences étrangères sont les bienvenus.

Conformément au projet éditorial de la revue, il est demandé de proposer des articles originaux, fondés sur des données de recherches empiriques et n'ayant pas déjà fait l'objet d'une publication dans des revues, ouvrages ou actes de colloques.

Les propositions d’articles (3000 à 5000 signes) préciseront, la problématique de l'article, la méthodologie de recherche, le déroulement de l’étude, la nature des données analysées, la procédure d’analyse, etc. Ces propositions doivent être envoyées au plus tard le 10 juillet 2017 par courrier électronique au format doc ou RTF aux coordonnateurs du numéro et à la rédaction en chef de la revue aux adresses suivantes :

Un accusé de réception sera adressé en retour. Une réponse sera faite aux auteurs au plus tard en juillet/août 2017.

Les auteurs dont la proposition a été acceptée seront invités à soumettre pour le 1 octobre 2017 au plus tard un article complet (25 000 à 70 000 signes) rédigé en français et lisible – au moins dans ses grandes lignes – par toutes les communautés scientifiques constitutives du champ, et par les professionnels qui y exercent. Cet article fera l'objet d'une évaluation anonyme par deux lecteurs désignés au sein du comité scientifique de la revue ou spécialistes du champ.

Toutes les questions sur le présent appel à articles peuvent être adressées aux coordonnateurs de ce numéro.

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org