Skip to navigation – Site map
Dossier

L’approche biographique dans la recherche sur le placement familial : réflexions éthiques et méthodologiques

The biographic approach in researching young people formerly in care: methodological and ethical reflections
El enfoque biográfico en los estudios sobre la colocación en hogares de acogida: reflexiones éticas y metodológicas
Daniela Reimer

Abstracts

This paper presents an ethical and methodological reflection of a ten-year lasting biographical research with young people from foster care in Germany. For this purpose, the paper gives an introduction into pedagogical biographical research, which is established in Germany, but rather unknown in other countries, and introduces the reader into the German-speaking discussion on research ethics in German educational science. Furthermore, the author presents her research context and hitherto research projects. On this background, she reflects her experiences with biographical research with young people from foster care. In several steps, methodological and ethical question are discussed on gaining interviewees, conducting interviews, analysis and presentation of results. Throughout the paper it is obvious that biographical research is very productive in producing relevant research results, but at the same time complex and challenging for the researcher. At the end of the paper, ideas are presented on how structures could be created that support the researchers in this challenging task.

Top of page

Full text

Introduction

1L’aide aux enfants placés en famille a longtemps été un domaine de recherche marginal en Allemagne, négligé au profit de la recherche très abondante sur l’éducation en foyer d’accueil. Il y a maintenant dix ans, l’Université de Siegen a fait des enfants placés en famille d’accueil un thème phare de ses recherches, notamment sur mon impulsion. Cette thématique de recherche a été centrée sur l’étude reconstructrice et qualitative de l’aide au placement familial. L’étude de la biographie de jeunes adultes ayant grandi en famille d’accueil y revêt une importance particulière et a permis de nombreuses avancées tant pour les fondements théoriques de l’aide au placement familial que pour le développement de la pratique professionnelle associée en Allemagne.

2Au cours de mon travail de recherche de ces dix dernières années, j’ai souvent vécu la recherche biographique comme un point d’accès certes prometteur et instructif des points de vue méthodologique et éthique, mais néanmoins très exigeant pour mes collègues et moi-même.

3Dans ce contexte, les propos ci-après ont un double caractère : il s’agit d’une part d’une présentation générale de la recherche biographique, parfois simplifiée au vu de la complexité du thème, et centrée explicitement sur ses aspects relatifs à la pédagogie à l’exclusion de ses aspects sociologiques, et d’autre part d’une opportunité de marquer une (courte) pause réflective sur les expériences que j’ai accumulées par le biais de cette approche. Dans la mesure où il s’agit explicitement d’une réflexion, je me suis autorisée l’emploi de la première personne et ainsi la mise en lumière de mon rôle en tant que sujet d’étude dans la co-construction avec les autres sujets d’étude. L’objet de cette réflexion ne doit toutefois pas s’arrêter à une meilleure compréhension de mes activités de recherche passées. Elle doit mener à des propositions critiques et à des réflexions à l’intention des chercheurs employant des méthodologies similaires avec des groupes similaires. Ce texte et les propositions qu’il porte pourraient même le cas échéant contribuer à un développement méthodologique et éthique de la recherche biographique sur des groupes de jeunes adultes vulnérables.

  • 1 René König, Fischer-Lexikon Soziologie, Frankfurt, Fischer, 1972, p. 333-352.

4Pour y parvenir, je vais dans un premier temps poser le cadre en présentant la recherche biographique, très bien ancrée et développée en Allemagne, et la méthode de l’entretien biographique, considérée depuis plusieurs décennies comme sa voie royale1. En outre, je vais aborder les débats actuels sur l’éthique de la recherche en pédagogie en Allemagne afin d’éclairer le contexte de mes propres activités de recherche. Je vais également exposer mon propre historique de recherche afin d’illustrer l’objet de ma réflexion. Dans les étapes suivantes, je discuterai des grandes opportunités méthodologiques et éthiques ainsi que des défis de la recherche biographique en m’appuyant sur des exemples tirés de situations de recherche. Je tirerai enfin certaines conclusions de ma réflexion personnelle, ainsi que leurs conséquences pour la recherche biographique avec les jeunes adultes considérés comme vulnérables.

Fondements de la recherche biographique

5De manière générale, on appelle recherche biographique les approches visant à reconstruire le parcours vécu, l’histoire d’une vie, sur la base de récits ou d’autres supports de données narratifs (tels que des entrées de journal intime). L’étude de parcours biographiques appartient donc à la recherche qualitative, et les études s’appuyant sur des méthodes biographiques sont généralement transversales.

  • 2 Fritz Schütze, « Biographieforschung und narratives Interview », Neue Praxis, n° 13, 1983, vol. 3, (...)

6L’analyse biographique permet l’accès à l’interprétation subjective et propre à l’individu de son parcours, au potentiel de souffrance et aux réalisations (de résilience notamment) de l’individu, ainsi qu’à la perception qu’a l’individu des réalisations de son entourage2.

  • 3 Dieter Baacke, « Soziale Handlung, Textstruktur und Geschichten über Identität. Zur Diskussion in d (...)
  • 4 William Isaac Thomas, Florian Znaniecki, Eli Zaretsky, The Polish peasant in Europe and America. A (...)
  • 5 Oswald Hall, « The stages of a medical career », American Journal of Sociology, 53 (5), 1948, p. 32 (...)
  • 6 Werner Fuchs-Heinritz, Biographische Forschung. Eine Einführung in Praxis und Methoden. 3e édition, (...)

7La recherche biographique constitue donc une « approche interactive, qui comprend le monde comme constitué par les significations produites et différenciées par les actions des agents et utilisées par eux pour s’orienter »3. Thomas et Znaniecki ont commencé très tôt à étudier l’histoire des immigrants polonais aux États-Unis par le biais d’entretiens autobiographiques4. Leur étude fait aujourd’hui figure de référence dans la recherche biographique. De nombreuses études sont venues s’y adjoindre5. À l’international, l’étude des parcours biographiques trouve ses origines dans l’école de Chicago6, mais s’est ensuite rapidement élargie et est en pleine expansion depuis quelques décennies.

  • 7 Développé par Werner Fuchs-Heinritz, 2005, op. cit.
  • 8 Rene König, 1972, op. cit.
  • 9 Fritz Schütze, 1983, op. cit.

8La recherche biographique en Allemagne connait plusieurs courants et influences7. Fritz Schütze et ses élèves, très liés à l’école de Chicago et particulièrement à Anselm Strauss, ont étudié des biographies à l’aide de la méthode de l’entretien narratif. Cette approche méthodologique s’est largement établie au cours des dernières décennies dans les régions germanophones comme voie royale de la recherche biographique8. Dans les entretiens biographiques, l’enquêteur se doit de créer une atmosphère propice au récit. Il invite tout d’abord à se raconter, puis encourage le récit à l’aide de signes non-verbaux (écoute attentive, hochements de tête, contact visuel etc.) et paraverbaux (« Hmm », « Ah », etc.). Cela donne au récit sa dynamique propre et des « contraintes narratives »9 apparaissent alors chez le narrateur, qui ont pour conséquence qu’il raconte son histoire de manière simultanément compacte (condensée), détaillée et cohérente.

9Lorsque le récit se perd ou s’arrête, l’enquêteur doit poser des questions ouvertes. Lorsque le récit parvient à sa conclusion, il peut poser des questions dites immanentes, c’est-à-dire des questions émergeant du récit lui-même, puis continuer avec des questions dites exmanentes, liées aux questions de recherche.

  • 10 Sabine Schneider, Florian Eßer, Katharina Mangold, Karin Nord, Angela Rein, Mandy Schöne, Mirjana Z (...)

10Plusieurs procédés d’analyse des entretiens biographiques sont régulièrement débattus en Allemagne. Dans l’idéal, le choix d’un procédé particulier est guidé par l’objectif des chercheurs10.

  • 11 Dieter Baacke, 1993, op. cit., p. 52.

11Toutes les approches biographiques en sciences de l’éducation se basent sur des hypothèses spécifiques et présentent certaines similitudes méthodologiques. Dieter Baacke identifie cinq hypothèses fondamentales centrées sur l’objet de recherche et qui forment le socle de la recherche biographique pédagogique11 :

  1. Les biographies sont complexes. Elles réunissent des dimensions interdépendantes, qui s’interpénètrent parfois et présentent des relations hiérarchiques. C’est cette complexité qui donne toute leur importance aux biographies, tout en en rendant l’analyse complexe. Ces dimensions peuvent être : structure profonde – performance ; individu – environnement ; société – monde entier ; phase continue – crise.

  2. L’étude des biographies nécessite une perspective de perception interne et des formes de traitement subjectives des interactions. Les biographies ne peuvent être comprises que dans leur relation aux mondes sociaux. Cela évite le réductionnisme psychologique.

  3. La temporalité est un trait constitutif des biographies : les aspects actuels et historiques y sont aussi pertinents que les perspectives et les espoirs du narrateur quant à son avenir.

  4. Les biographies peuvent être comprises comme le déploiement d’un schéma de base dans lequel les expériences passées et vécues se reconstruisent aussi en permanence. C’est le rapport de la biographie à l’identité. Le porteur de la biographie se reconnaît comme la personne qu’il a été, est et sera, dans ses relations aux autres qui à leur tour agissent de même vis-à-vis d’eux-mêmes et du porteur de la biographie.

  5. L’étude des biographies, dans le cadre de la recherche sur les entretiens biographiques, passe par leur textualisation. La structure textuelle et la structure de vie présentent des similitudes. Une vie peut ainsi être comprise et même expliquée sur la base d’un texte.

  • 12 Dieter Baacke, 1993, op. cit., p. 53 et suivantes

12Baacke décrit également plusieurs éléments récurrents au niveau de la méthode de recherche12 : du fait de la complexité des biographies, elles doivent être étudiées en faisant appel à différents aspects et perspectives. Il faut intégrer les approches de différentes disciplines et orientations disciplinaires. Cette multidimensionnalité implique que, pour des raisons pratiques, on ne puisse traiter qu’un petit nombre de cas dans le cadre d’une recherche.

  • La recherche biographique impose au chercheur de se saisir de son propre cas. Il doit être conscient de la coloration qu’il apporte en tant qu’ethnographe dans le monde de son sujet et du fait qu’il ne peut pas être entièrement transparent.

  • Les biographies se constituent via des approches herméneutiques, qui s’appuient sur une conquête de la compréhension et de l’interprétation.

  • Dans l’étude des biographies, on ne peut échapper au « cercle herméneutique », c’est-à-dire que le tout ne peut être compris qu’à la lumière des parties, et les parties qu’en anticipant le tout.

    • 13 Dieter Baacke, 1993, op. cit.

    La collecte et l’analyse des données ne peuvent pas être entièrement distinctes. L’utilité d’un examen de l’interprétation avec la personne interrogée reste débattue, son intérêt étant peut-être nul étant donné que le narrateur n’est pas conscient de ses propres schémas13. La réponse à cette question dépend largement du processus d’analyse.

L’éthique de la recherche en sciences de l’éducation : le débat allemand

  • 14 Ingrid Miethe, « Institutionalisierung forschungsethischer Standards. Welchen Weg geht die Erziehun (...)
  • 15 Ingrid Miethe, 2013, op. cit.

13Toute recherche en sciences de l’éducation, et notamment l’approche biographique précédemment décrite, doit s’aligner sur les normes d’éthique de la recherche. Le débat sur l’éthique de la recherche pédagogique s’est pour l’instant en Allemagne tenu dans un cadre plutôt limité. Tandis que la psychologie et les disciplines associées ont vu suite à la déclaration d’Helsinki la mise en place de commissions d’éthique devant valider tous les projets de recherche avant leur lancement dans la quasi-totalité des universités et instituts de recherche, ce n’est que rarement le cas en sciences de l’éducation. Cela s’explique en particulier par les méthodes spécifiques à la recherche pédagogique, qui sont très ouvertes et diversifiées du fait de l’objet-même de la recherche, et doivent donc laisser une grande liberté au chercheur14. Une inquiétude justifiée des chercheurs est que les commissions d’éthique rejetteraient certaines approches ou méthodes pour des raisons de formalisme ou d’incompréhension de ces méthodes (ou innovations méthodologiques), ou encore du fait de jeux de pouvoir dans les institutions de recherche, ce qui viendrait réduire la liberté de recherche garantie par la Constitution allemande15.

  • 16 Deutsche Gesellschaft für Erziehungswissenschaft, Ethik-Kodex der Deutschen Gesellschaft für Erzieh (...)

14Néanmoins, la nécessité d’obtenir l’assentiment d’une commission d’éthique pour des projets internationaux ou des publications dans des revues internationales a poussé la Deutsche Gesellschaft für Erziehungswissenschaft (DGfE, Société allemande des sciences de l’éducation) à mettre en place une telle commission, qui peut le cas échéant donner un accord officiel. De plus, un code d’éthique a pu être rédigé sous les auspices de la DGfE en 2010. S’il ne peut certes pas être imposé par le biais de contrôles et de sanctions, il fait néanmoins l’objet d’un large consensus dans la communauté scientifique. Ce consensus laisse penser que le code d’éthique fait l’objet d’un contrôle informel au sein de cette communauté. L’un de ses éléments centraux touche aux « droits des sujets d’étude », un point d’importance toute particulière pour notre contexte. Il dit plus précisément16 :

« (1) Les droits de la personnalité des personnes incluses dans les études scientifiques sont respectés.

(2) L’inclusion de sujets dans des études empiriques nécessite par principe leur accord et doit donner lieu à une information aussi complète que possible dans le cadre de sa conception sur les objectifs et la méthodologie du projet de recherche. Un effort particulier sera fait pour assurer une information appropriée lorsque le niveau de formation des sujets, leur milieu ou leur appartenance sociale, leur situation sociale ou leurs compétences linguistiques laissent penser qu’ils ne pourront pas comprendre les intentions et modalités du projet de recherche sans informations spécifiques. Si le consentement éclairé ne peut pas être obtenu car il risquerait de fausser l’étude, d’autres possibilités d’accord doivent être utilisées. Le cas échéant, une autorisation d’exploitation des données recueillies devra être obtenue a posteriori. Les personnes incluses dans l’étude comme sujet observé ou interrogé ou de toute autre manière ne doivent pas en subir de conséquences néfastes. Les personnes concernées doivent être informées des risques encourus.

(3) L’intégrité des personnes interrogées ou observées doit être garantie. De manière générale, les procédures utilisées doivent empêcher l’identification des sujets, et donc en garantir l’anonymat. Lorsque les données sont traitées informatiquement, des mesures rigoureuses doivent être mises en place pour y empêcher un accès non-autorisé.

(4) Les informations obtenues auprès des personnes faisant l’objet de l’étude sont traitées de manière confidentielle. Cette obligation est valable pour tous les participants au processus de recherche ayant accès aux données (notamment pour les enquêteurs et les personnes en charge de la transcription et du codage). Il est de la responsabilité des dirigeant(e)s du projet d’en informer tous les participants au projet de recherche et de contrôler l’accès aux informations confidentielles.

(5) Pour les membres du DGfE, le secret professionnel s’applique de manière similaire aux réglementations correspondantes dans les autres professions académiques. »

15Ce code forme ainsi le cadre éthique pour toute recherche en sciences de l’éducation. Je vais m’intéresser plus en détail aux questions et défis relatifs à l’éthique de la recherche émergeant ici dans le cadre de la recherche biographique, un domaine où les jeunes gens vulnérables sont particulièrement nombreux.

Parcours de recherche

  • 17 Daniela Reimer, « L’accueil familial en Allemagne. Organisation et orientations des recherches », L (...)
  • 18 Gunda Sandmeir, « Die Perspektive der Kinder », Heinz Kindler, Elisabeth Helming, Thomas Meysen und (...)
  • 19 Walter Gehres, Bruno Hildenbrand, Identitätsbildung und Lebensverläufe bei Pflegekindern, éditions (...)

16J’ai commencé à travailler sur l’aide aux enfants accueillis en famille en Allemagne en 2006, avant d’élargir mon champ de travail à d’autres pays européens. En rassemblant les études empiriques disponibles en allemand, il est apparu que les enfants placés en famille n’avaient jusque-là pas eu la parole, alors-même que la recherche sur l’aide à la jeunesse dans les pays germanophones est traditionnellement très attentive à la perspective des sujets concernés17. Cette lacune a également été notée en parallèle ailleurs en Allemagne, si bien qu’à peu près au même moment que mon étude, des entretiens narratifs avec 15 enfants placés en famille âgés de 8 à 15 ans étaient organisés dans le cadre d’un vaste projet du Deutsches Jugendinstitut de Munich financé par le gouvernement allemand18, et l’université de Iéna réalisait un projet inscrit en sociologie dans le cadre duquel six cas étaient étudiés par le biais d’entretiens biographiques avec de jeunes adultes issus du placement familial, leurs parents d’accueil et pour certains, leurs parents d’origine19.

  • 20 Daniela Reimer, « Pflegekinder in verschiedenen Familienkulturen. Belastungen und Ressourcen im Übe (...)

17Ma première étude dans le cadre du groupe de recherche alors en construction sur le placement familial s’inscrivait explicitement dans une démarche socio-éducative. L’objectif était de mener des entretiens biographiques dans le cadre d’une étude-pilote auprès de jeunes adultes ayant vécu temporairement ou durablement en famille d’accueil dans leur enfance ou leur jeunesse – que nous avons appelés « anciens enfants placés » – afin d’en tirer de premières informations sur des thématiques pertinentes du point de vue de ces jeunes adultes pour l’assistance au placement familial. Dans ce cadre, j’ai pu mener des entretiens de 2 à 4 heures avec 15 anciens enfants placés. Les entretiens ont été menés selon la méthode biographique classique établie par Schütze, avec toutefois de légères variations mises au point par mon groupe de recherche : nous avons commencé par un récit biographique déclenché par une incitation appropriée qui a mené dans tous les cas à des récits intenses, suivis d’un échange narratif immanent permettant aux personnes interrogées de revenir sur des fils narratifs incomplets. Dans la seconde partie de l’entretien, ce que nous avons appelé les « repères chronologiques » étaient fixés. Il s’agissait pour les personnes interrogées de placer les grands évènements de leur vie sur un panneau mural ne comportant qu’une ligne, puis d’y ajouter en bilan une ligne dite « des bons et mauvais moments »20. Dans la plupart des cas, cet exercice a déclenché de nouveaux récits, puis un bilan réflexif sur le parcours de vie. Les entretiens ont eu lieu en différents endroits : chez les répondants, chez l’enquêtrice, à l’université de Siegen, dans des cafés.

  • 21 Barney Glaser, « Constructivist Grounded Theory ? » [47 paragraphes]. Forum Qualitative Sozialforsc (...)
  • 22 Franz Breuer, Reflexive Grounded Theory. Eine Einführung für die Forschungspraxis, 2e édition, Wies (...)

18Pour créer une situation particulièrement propice à la narration, les entretiens ont été réalisés sous forme de discussion. Dans les cas les plus délicats, il a été décidé de déroger à certaines des règles de l’art présidant normalement aux entretiens biographiques. Sur le principe que « All is data »21, les personnes interrogées devaient être encouragées à la narration. En tant qu’enquêtrice, je me suis délibérément placée comme sujet et j’ai considéré la situation de l’entretien comme également à caractère ethnographique. Elle a donc été minutieusement documentée et étudiée par la suite. Cette documentation a en partie été reprise lors de l’analyse. Cette méthode n’est pas nécessairement courante en recherche biographique en Allemagne, mais fait de plus en plus l’objet de discussions dans la littérature méthodologique récente. Breuer22 en particulier accorde un rôle important à ces aspects. Il écrit :

  • 23 Franz Breuer, 2010, op. cit., p. 60.

« Dans mon contact avec une personne étudiée, je suis par exemple, en tant que chercheur, impressionné ou intimidé par son autorité et sa distinction ; cela peut me laisser sans voix, et dans la situation, je ne suis dès lors plus capable de lui poser des questions sur ses éventuelles faiblesses ou défauts. Dans un autre entretien, je peux avoir l’impression de faire douter la personne interrogée par mes questions, ou de déclencher des émotions négatives, voire des pleurs – je retiens alors mes questions complémentaires, « j’épargne » mon interlocuteur (ou bien peut-être moi-même ?) sur un aspect potentiellement important pour notre problématique [...]. Ces aspects de l’interaction sont toutefois généralement moins faciles à capter de manière univoque, plus difficiles à identifier explicitement et sont souvent d’une signification très floue et ambiguë. C’est pourquoi les chercheurs tendent généralement à neutraliser ces niveaux, à les standardiser ou à les ignorer. Nous plaidons au contraire pour que ces approches et indications soient observées, documentées et analysées, en tant que points d’entrée nous permettant d’observer certaines caractéristiques de notre objet d’une autre manière et plus en détail.23 »

19Dans les entretiens en résultant, les personnes interrogées se sont ainsi plongées profondément dans leur vécu subjectif et ont raconté leur histoire de manière très intense et chargée d’émotion, avant d’élaborer dans la phase de bilan des motifs interprétatifs relatifs à leurs parcours.

  • 24 Franz Breuer, 2010, op. cit.
  • 25 Karl Lenz, Alltagswelten von Jugendlichen. Eine empirische Studie über jugendliche Handlungstypen, (...)
  • 26 Daniela Reimer, 2008, op. cit.
  • 27 Daniela Reimer, Klaus Wolf, 2011, op. cit. Daniela Reimer, 2017, op. cit.,lmlmklm

20Les entretiens ont été transcrits ; les parcours ont été reconstruits sur la base des données obtenues et analysées à l’aide de méthodes inspirées de la théorisation ancrée24 et de la procédure d’analyse comparative centrée sur les thèmes25. Je me suis ainsi saisie de plusieurs thématiques, seule ou avec des collègues. Parmi les contributions, l’une est particulièrement pertinente dans ce contexte. Elle voit le passage vers la famille d’accueil comme un passage vers une nouvelle culture et établit le concept de culture familiale ; le placement en famille d’accueil, jusqu’ici vu dans l’assistance aux enfants placés en famille dans les pays germanophones à travers le prisme restreint de la rupture de lien et de la nécessité de la création de nouveaux liens relationnels, a ainsi été élargi pour devenir un modèle socio-éducatif qui suit le vécu de l’enfant et de son monde, et ouvre des options d’actions pour tous les acteurs concernés26. De plus, l’analyse de l’entretien a permis d’établir un concept de participation pour l’aide aux enfants accueillis en famille27 et d’identifier l’importance fondamentale des processus de participation pour la réussite de tâches de développement spécifiques aux enfants placés en famille.

  • 28 Daniela Reimer, Pflegekinderstimme. Arbeitshilfe zur Qualifizierung von Pflegefamilien, Düsseldorf  (...)
  • 29 Judith Pierlings, « Wie erklären sich Pflegekinder ihre Lebensgeschichte? Analyse biografischer Deu (...)

21Les résultats de cette étude ont été diffusés auprès de la communauté scientifique mais également des praticiens professionnels par le biais de publications, de présentations et d’ateliers. Cette étude a eu beaucoup d’écho auprès des praticiens de l’aide au placement familial et a donné naissance à deux projets supplémentaires : tout d’abord le projet « Voix d’enfants placés » (Pflegekinderstimme28), dans lequel j’ai mené 50 entretiens biographiques avec de jeunes adultes anciennement placés suivant la même méthodologie, abordé les thématiques émergeant de ces entretiens avec les parents d’accueil en atelier, et mis sur pied un outil de conseil et d’accompagnement des familles d’accueil sur la base des concordances entre les entretiens et les ateliers. L’étude-pilote a également donné naissance au projet « Donner le cap dans les services de placement familial » (Leuchtturm Pflegekinderdienst), dans le cadre duquel deux collègues ont mené environ 40 entretiens biographiques avec de jeunes adultes anciennement placés, puis en ont discuté les thématiques saillantes avec le personnel spécialisé des services sociaux, pour développer ensemble des normes (de qualité) professionnelles pour l’aide aux enfants placés en famille29. Celles-ci sont désormais contraignantes en Rhénanie du Nord-Westphalie et servent de référence pour les services d’autres régions.

  • 30 Sur la définition de trajectoires positives et négatives, voir : Daniela Reimer, 2014, op. cit.

22Avec désormais une centaine d’entretiens avec d’anciens enfants placés, mes collègues et moi-même disposions d’un large jeu de données qui nous a permis de faire des recherches jusqu’à aujourd’hui. Ces entretiens sont très différents sur diverses dimensions : là où certaines biographies montrent des parcours très difficiles, objectivement comme subjectivement, avec des répondants qui, au moment de l’entretien, sont sans certificat d’études, sans domicile fixe ou encore incarcérés, d’autres présentent des trajectoires positives ou même des situations bien établies, avec des formations et carrières installées et des liaisons conjugales stables30. Les récits et descriptions des répondants sont très parlants et donnent une vision détaillée de la vie d’individus ayant parfois grandi dans des situations très difficiles dans leurs familles d’origine (pauvreté, violence, franchissement de limites sexuelles, négligence), puis ayant vécu, souvent avec de nombreuses ruptures, dans une ou plusieurs famille(s) d’accueil et parfois dans d’autres formes d’accueil extrafamilial, qui y ont fait des expériences positives et négatives, qui ont fait face à la difficulté de développer une identité positive entre deux familles, et qui, jusqu’à l’âge adulte, ont toujours subi la stigmatisation par les autres et par eux-mêmes du fait de leur histoire et de leur prise en charge en famille d’accueil.

  • 31 Daniela Reimer, « Normality constructions and normality balances in biographies of young people fro (...)
  • 32 Daniela Reimer, 2014, op. cit.
  • 33 Daniela Reimer, Dirk Schäfer, « The use of biographical narratives to explain favourable and unfavo (...)

23Les thèmes traités grâce à ce jeu de données sont très divers et incluent des travaux sur différents axes. Dans une étude sur la construction et les équilibres de la normalité31, on a par exemple développé un modèle théorique multidimensionnel et interdépendant ainsi qu’une typologie de la construction et du maintien de la normalité par les anciens enfants placés selon leur situation spécifique, ainsi que des risques et opportunités attachés à ces différents types de construction. Ce modèle théorique touche à la théorie de la stigmatisation, tout en l’élargissant et en la rendant (plus) exploitable pour la pédagogie sociale. Sur l’analyse des tournants32 et des processus de résilience33, l’apparition de ces deux éléments a été étudiée, le concept de tournant a été précisé, et le concept de résilience a été intégré au discours socio-pédagogique. Toutes ces études ont en commun l’identification de faisceaux d’interdépendances complexes qui permettent de s’écarter des modèles de causalité simplistes (si... alors...) et reflètent le caractère multidimensionnel des processus biographiques. Les résultats représentent donc d’une part des modèles théoriques au sens de la théorisation ancrée, pouvant faire le lien avec des théories plus vastes (ici, socio-pédagogiques) telles que la théorie de la stigmatisation précédemment citée, mais aussi avec la théorie des mondes vécus, et les théories de la réussite du quotidien et de la maîtrise de la vie.

Opportunités et défis de l’approche biographique

24La multitude des thématiques abordées montre que l’approche biographique fait ses preuves tant pour le développement théorique du travail social que pour celui de la pratique professionnelle. Dans les paragraphes suivants, je vais démontrer que cette approche offre de nombreuses opportunités à tous les niveaux du processus de recherche sur les aspects méthodologiques et éthiques. En parallèle, cette approche de recherche met les chercheurs face à des défis spécifiques que je vais mettre en lumière.

Identification de participants

25Dès que l’organisation et les financements sont fixés, identifier des personnes pouvant être interrogées représente la première difficulté, et la plus importante, pour tout projet de recherche qualitative travaillant avec des entretiens. Des points de vue méthodologique comme éthique, plusieurs questions se posent dès cette étape : comment aborder et motiver les participants potentiels, et dans quelle mesure devraient-ils être informés avant le début des entretiens ?

26De manière générale, il est positif que les appels à entretien soient toujours en accord avec les normes d’éthique précédemment décrites dans la mesure où ils se basent toujours sur le volontariat, et où seuls les participants réellement disposés à parler de leur expérience vont se faire connaître.

27Les difficultés touchent toutefois d’une part, d’un point de vue méthodologique, à la prise de contact avec les participants potentiels, et d’autre part, d’un point de vue méthodologique et éthique, au traitement de l’information.

28Dans mes projets de recherche, le groupe-cible a toujours été « les anciens enfants placés ». Différents canaux de recrutement m’ont permis de les atteindre : articles dans les journaux locaux, présence sur Internet, services sociaux, associations de parents d’accueil... Le problème méthodologique est ici que le fait de s’adresser à ce groupe en le nommant « anciens enfants placés » sélectionne en particulier ceux qui s’identifient largement à cette étiquette. Or, il s’agit en particulier de ceux qui ont gardé des souvenirs positifs de leur placement en famille d’accueil, même lorsqu’apparaissent dans leurs récits des suggestions d’amélioration ou des critiques mineures. De plus, les personnes se présentant pour des entretiens sont principalement celles disposant de capacités linguistiques et narratives développées, voire celles qui ont un message spécifique à faire passer (par exemple que les enfants placés en famille doivent être mieux pris en charge, que les parents biologiques ne doivent pas être oubliés ou qu’il ne faut pas leur accorder trop d’importance) ; mais cette catégorie se compose majoritairement de ceux qui ont acquis des ressources de formation supérieures à la moyenne de leur groupe. Faute de mesures correctives spécifiques, on peut rapidement avoir un décalage entre l’échantillon répondant et le groupe des anciens enfants placés. Pour les études de cas individuelles, ce n’est pas un problème, dans la mesure où les entretiens peuvent révéler des points intéressants même avec des participants peu représentatifs de l’ensemble de leur groupe. Mais si l’on sélectionne un processus par contrastes dans la lignée de l’échantillonnage théorique (theoretical sampling), la faible représentativité de l’échantillon peut être problématique pour le projet. Dans les projets de recherche sur lesquels j’ai travaillé, nous avons dans un premier temps délibérément et spontanément accepté la distorsion de l’échantillon et avons collecté à son propos des données d’entretien narratif très denses permettant l’établissement de comparaisons sur plusieurs dimensions. Dans un second temps, nous avons choisi de chercher spécifiquement des individus s’identifiant peu avec l’étiquette « anciens enfants placés », ayant acquis moins de ressources de formation et ayant de manière générale des expériences également ou particulièrement négatives. Nous nous sommes, pour ce faire, notamment rendus dans les institutions mère-enfant et les établissements pénitentiaires, où nous avons pu identifier des participants. C’est une méthode qui a porté ses fruits pour trouver des répondants présentant un fort contraste avec ceux ayant un parcours particulièrement établi.

29Une autre grande difficulté éthique et méthodologique touche à la quantité d’informations à mettre à disposition avant les entretiens. D’un point de vue méthodologique, il semble logique de les restreindre au maximum et de placer les participants dans la situation d’entretien ouvert par surprise, afin d’obtenir des récits particulièrement authentiques et intenses, plutôt que des versions préparées du parcours de vie du répondant. C’est néanmoins problématique d’un point de vue éthique. J’ai plusieurs fois vécu une situation où les participants s’agaçaient de l’entretien car ils attendaient en vain un questionnaire. Mal informés en amont, ils avaient donné leur accord pour l’entretien sans savoir de quoi il s’agissait, et beaucoup s’imaginaient répondre à des questions standardisées ou à un échange de type interview journalistique. Dans un tel cas, l’accord ne peut en pratique quasiment être obtenu qu’après l’entretien, c’est-à-dire que les participants s’accommodent de la méthode puis donnent a posteriori leur accord pour l’utilisation des données obtenues. Pour les enquêteurs, le risque est que les répondants refusent ce type d’entretien qu’ils n’attendaient pas ou qu’ils ne donnent pas leur accord pour l’utilisation des données après l’entretien. Sur la question des informations relatives au format de l’entretien, il y a donc une tension entre la méthodologie et l’éthique. En choisissant l’option la plus favorable d’un point de vue pratique, et en donnant un minimum d’information, on prend le risque de ne pas pouvoir, finalement, utiliser les entretiens menés, pour des raisons éthiques, et donc de perdre des journées de travail et souvent du temps de déplacement.

Situation d’entretien

  • 34 Alois Hahn, « Zur Soziologie der Beichte und Anderer Formen Institutionalisierter Bekenntnisse: Sel (...)

30La situation d’entretien biographique a un caractère paradoxal. Deux personnes qui ne se sont jamais rencontrées et ne se reverront probablement jamais entament une discussion dans laquelle la personne interrogée livre des expériences personnelles voire intimes, de manière détaillée et approfondie, d’une façon probablement inédite pour elle, d’après ce que m’ont dit plusieurs de mes répondants à la fin de tels entretiens. Dans sa structure, l’entretien biographique n’est pas sans rappeler la confession catholique, sans toutefois s’appuyer sur le même cadre spirituel et moral, ou encore le début d’une psychanalyse, mais sans donner lieu aux commentaires ou aux interventions du prêtre ou du psychanalyste34. Au contraire, l’objectif de l’enquêteur est précisément de ne pas commenter le récit tout au plus de marquer, à la fin de l’entretien, son respect envers le récit et le parcours de vie de la personne interrogée.

31Or c’est dans cette atmosphère étrange et, au moins au début, ressentie comme artificielle, que doit se faire un récit biographique authentique. Cette approche offre un beau potentiel car elle donne au répondant la possibilité, au moins à un niveau superficiel, de ne raconter que ce qu’il veut, et donc de garder le contrôle de son propre récit. Le récit n’est pas commenté par l’enquêteur de manière critique, mais est valorisé, indépendamment de son contenu, et même si le récit apparaît initialement confus, incompréhensible ou amoral. Pour beaucoup, c’est une expérience nouvelle ; dans mes entretiens, j’ai, en conséquence, souvent été remerciée sincèrement par les participants pour mon écoute.

Voici un exemple particulièrement frappant de cette situation, avec un jeune homme que nous appellerons Dennis. Au moment de l’entretien, il n’avait pas tout à fait 18 ans. Dennis vivait en « hébergement encadré » pour jeunes, après avoir été retiré de sa famille d’accueil suite à une bagarre avec son père d’accueil. Avant la rupture de la relation d’accueil familial, Dennis avait déjà vécu de nombreuses ruptures de contact et de relations et avait abandonné à plusieurs reprises l’école et des parcours professionnalisants, si bien qu’il n’avait pas pu obtenir de certificat d’études. Au début de l’entretien, Dennis était très circonspect à mon égard et le récit a eu du mal à démarrer. Au cours de l’entretien, nous avons développé ensemble un schéma de récit : Dennis racontait pendant plusieurs minutes, puis s’arrêtait en déclarant toujours la même chose : « Là c’est fini, tu dois me poser une question ». Je posais alors une question ouvrant la discussion, ce qui redonnait à Dennis la possibilité de reprendre son récit pendant plusieurs minutes. À la fin, nous avons établi ensemble une chronologie. Là encore, Dennis était initialement sceptique mais a fini par jouer le jeu. En conclusion de l’entretien, Dennis a observé la chronologie pendant plusieurs minutes avec fascination, en répétant : « Je n’avais jamais vu ma vie comme ça, tout ça va ensemble, c’est la première fois que ça se tient, c’est ma vie ». En sortant, il m’a remerciée plusieurs fois pour notre échange.

32Pour que les participants puissent s’ouvrir, la confiance est indispensable. Ce n’est que par la confiance qu’un entretien biographique peut exister ; elle doit donc être créée pour l’entretien, et donc très rapidement. En règle générale, l’enquêteur dispose ici d’une confiance a priori du fait de son statut de chercheur d’une part et souvent aussi de son appartenance à une institution reconnue. Les répondants testent toutefois souvent la confiance qu’ils peuvent accorder à l’enquêteur, par exemple en observant de très près ses réactions au récit.

33Un avantage tant méthodologique qu’éthique découle de la faible structuration de la situation d’entretien, qui permet de résoudre les difficultés de situation de manière créative et intuitive, par exemple si le participant pleure ou interrompt son récit parce qu’il le touche trop.

34La dynamique qui se crée, lors des meilleurs entretiens biographiques, a pour effet que la personne interrogée, du fait de sa confiance envers l’enquêteur, des réactions de renforcement de ce dernier et de la capacité du récit à la happer, présente en quelque sorte une perte contrôlée de contrôle de la narration. Dans de nombreux entretiens, il m’a été dit par des répondants, en fin d’entretien, qu’ils n’avaient ni prévu de raconter certains évènements, ni l’intention de le faire. Lorsqu’il y a une telle perte de contrôle, ce qui est souhaitable d’un point de vue méthodologique, il se crée une atmosphère chargée en émotion et dans laquelle le participant se rend particulièrement vulnérable en s’ouvrant. Ici, l’enquêteur doit impérativement faire preuve d’une grande sensibilité et d’un grand contrôle de soi. Ce qui présuppose une discipline professionnelle : l’enquêteur ne doit pas se laisser entraîner par cette perte de contrôle et ses émotions propres pouvant être déclenchées par le récit et l’atmosphère. Il ne doit pas non plus céder à sa curiosité en insistant davantage que ce qui est nécessaire à l’entretien sur des problématiques délicates. Afin de protéger le répondant, l’enquêteur doit se maintenir en retrait tout en guidant l’entretien avec sensibilité. Pour y parvenir, l’enquêteur doit avoir fait ce travail de réflexion sur sa propre histoire, connaitre les points sensibles de sa biographie et avoir appris à les gérer de manière raisonnable.

35Tout ceci montre que le chercheur porte une grande responsabilité dans l’entretien : en premier lieu, celle de créer une situation positive pour le répondant, mais également celle de préserver la bonne image de la recherche et de son institution dans la société en général.

  • 35 Janet Boddy, « Research across cultures, within countries: hidden ethics tensions in research with (...)

36L’éthique situationnelle, nécessaire ici35, ne peut pas être fixée par un code d’éthique, si détaillé soit-il, mais vient de l’enquêteur et de sa sensibilité dans ses interactions avec les vulnérabilités d’autrui. C’est aussi pour cela que le choix des équipes est particulièrement important dans les projets de recherche basés sur les entretiens biographiques.

Analyse

37Du fait de la relation au sujet qui est centrale à la recherche biographique et de l’applicabilité du théorème de Thomas (« Si les hommes définissent des situations comme réelles, alors elles sont réelles dans leurs conséquences »), l’analyse des entretiens biographiques offre une opportunité éthique unique. L’objectif de l’analyse doit toujours être le développement d’une compréhension du récit et des modes de comportement sur la base de la reconstruction du vécu subjectif, et ce même lorsque le récit et certaines actions semblent à première vue irréconciliables. Si cette exigence est tenue, non seulement les droits du sujet interrogé sont respectés, mais le répondant est valorisé dans sa persévérance.

  • 36 Daniela Reimer, 2017, op. cit.

38Dans la grande majorité des entretiens, une sympathie s’est rapidement développée qui, en complément évidemment de l’approche herméneutique-interprétative et de mon intérêt en tant que chercheuse pour le sens subjectif, s’est montrée très utile pour me placer dans la position du participant et pouvoir saisir ses constructions de sens, ses actions et ses schémas interprétatifs. Concrètement, je ne retrouve qu’un entretien où cela n’a pas été le cas ; ici, l’approche par la compréhension a été difficile pour moi, même si elle a finalement justement été rendue possible par mes résistances. Cet entretien étant important pour mes recherches, et l’analyse des informations collectées y apportant des éléments substantiels36, nous allons examiner la situation et la façon dont j’ai pu finalement tout de même développer une approche de compréhension.

La personne interrogée était une jeune femme de 19 ans qui vivait toujours dans sa famille d’accueil au moment de l’entretien. Nous avions pris rendez-vous par téléphone, et j’avais alors indiqué qu’il nous faudrait une pièce au calme et choisir un moment où nous aurions au moins deux heures devant nous, idéalement trois. La participante m’a assurée que ces conditions seraient réunies. Je fus donc agacée en arrivant chez elle lorsqu’elle m’expliqua que nous nous entretiendrons dans le séjour, une pièce située entre la terrasse (sur laquelle jouaient les plus jeunes de la famille) et la cuisine (dans laquelle la mère d’accueil s’affairait). La participante m’a ensuite de plus indiqué qu’elle disposait au maximum d’une heure et demie pour l’entretien. L’entretien lui-même a été marqué par de nombreux dérangements et interruptions, des interventions de l’ensemble des membres de la famille, et par l’impression que la répondante de même que sa famille d’accueil voulaient présenter une façade de perfection que je ne réussissais pas à pénétrer en tant qu’enquêtrice. En sortant de l’entretien, j’étais donc déçue de cette situation, mais également de moi-même, car j’avais échoué en tant qu’enquêtrice à approfondir l’entretien.

  • 37 Daniela Reimer, 2017, op. cit.

39Je n’arrivais cependant pas à déclarer forfait et le contenu de l’entretien me paraissait tout de même important et concluant. J’ai donc décidé de faire transcrire l’entretien et de prendre des notes sur mes sentiments négatifs vis-à-vis de lui, afin de m’en décharger et de parvenir à prendre de la distance. J’ai ensuite analysé l’entretien retranscrit avec des collègues lors d’un atelier de recherche. Il est alors apparu que mes émotions, après analyse via le prisme de l’entretien, constituaient une clef importante pour en développer une approche par la compréhension37.

40Le développement d’une attitude compréhensive et d’une approche correspondante de l’entretien n’est pas non plus une évidence, mais doit parfois faire l’objet d’un travail intense, notamment de réflexion sur soi. Si ce processus est réalisé consciencieusement, il permet toutefois d’en retirer des observations importantes.

41En outre, des questions éthiques, parfois critiques, et devant impérativement trouver réponse peuvent apparaitre au cours de l’analyse : par exemple, dans quelle mesure la situation d’entretien doit-elle être intégrée à l’analyse ? Et tout particulièrement, dans quelle mesure les passages dans lesquels des tiers s’expriment peuvent-ils être utilisés dans l’évaluation, alors que seule la personne initialement interrogée a donné son consentement à l’exploitation de l’entretien ? Il est ici difficile de donner une réponse universelle. Ici, l’important est à mon sens de garantir à tout moment la protection des droits de la personnalité de chaque personne présente pendant l’enquête, conformément au code d’éthique.

Présentation des résultats

42La présentation des résultats offre une opportunité majeure de déclencher auprès des auditeurs ou lecteurs des processus de compréhension par le biais desquels des éléments semblant étranges à première vue peuvent être éclairés et grâce auxquels on évite la stigmatisation et la pathologisation des individus et de leurs comportements, même surprenants. Lorsque l’on y parvient, on peut inciter dans l’idéal les étudiants et professionnels du travail social à développer leur approche de compréhension du cas présenté, et ainsi à s’approprier une position compréhensive dans leur contact avec leur (futur) public-cible.

43Jusqu’à présent, dans le groupe de recherche sur le placement familial, nous n’avons jamais discuté et évalué l’analyse de l’entretien et nos résultats de manière systématique avec les personnes interrogées dans une approche de recherche participative, ni analysé ensemble les entretiens. Nous avons toutefois eu plusieurs opportunités de présenter des résultats (parfois partiels) à certains des participants ; ainsi, plusieurs des anciens répondants sont venus à des présentations publiques et à des évènements autour des projets du groupe de recherche, et nous avons également à plusieurs reprises tenu des discussions de groupe portant sur nos résultats avec des personnes ayant auparavant donné un entretien individuel. À ces différentes occasions, les participants ont rapporté que notre traitement des données d’entretien les faisait se sentir reconnus, parfois bousculés, mais tout le temps compris, un retour qui constituait une validation particulière de notre choix d’approche reconstructive.

44Cependant, la présentation des résultats présente souvent la difficulté de garantir les droits de la personnalité par une anonymisation au sens large : en effet, un simple effacement des noms ne suffit habituellement pas, les parcours de vie étant souvent très spécifiques. Il faut ici faire appel à toutes les solutions créatives qui dépassent parfois largement l’anonymisation simple, par exemple en modifiant les emplacements géographiques, qui sont liés de très près aux variables socio-structurelles et de milieu social ; en changeant les métiers pour d’autres présentant les mêmes structures ; en masquant les détails plus ou moins remarquables non indispensables à la compréhension du cas.

Conclusions

45La recherche biographique offre, comme exposé en introduction, un point d’accès instructif, qui permet d’identifier des tissus d’interdépendances complexes et de reconstruire de manière spécifique leur signification pour le quotidien et le développement. De plus, elle offre de nombreux avantages méthodologiques et éthiques dans la recherche avec les jeunes adultes vulnérables, et ce à chaque étape du processus de recherche. Une exploitation responsable par les chercheurs permet non seulement de garantir le respect des exigences principales du code d’éthique de la Deutsche Gesellschaft für Erziehungswissenschaften, mais d’aller au-delà en adoptant une position respectueuse vis-à-vis des personnes participant au projet de recherche.

46Elle présente également un défi que les chercheurs ne peuvent pas ignorer. La recherche biographique avec des jeunes vulnérables donne au chercheur une responsabilité importante exigeant une attitude à sa hauteur à toutes les étapes du processus : pendant l’entretien, pour l’évaluation des données et pour leur présentation. Pour les projets de recherche utilisant ces méthodes, il est donc indispensable de faire appel à des collaborateurs présentant les qualités personnelles et professionnelles requises pour endosser cette responsabilité. C’est d’autant plus important que les personnes interrogées sont vulnérables. Le choix des enquêteurs est donc crucial. Les procédures classiques de recrutement ne semblent pas ici appropriées. Dans mon contexte de travail, des procédures de sélection et de recrutement d’étudiants avancés (en master) que mes collègues et moi-même avons connu par le biais de notre enseignement se sont révélées utiles ; il s’agit d’étudiants qui se sont révélés sensibles et capables d’une réflexion et d’une perception subtiles en séminaire, et qui dès la fin de leurs études ont pu faire l’expérience des cadres de recherche, par exemple en transcrivant des entretiens ou en participant à des groupes d’analyse, ce qui leur a permis de développer leur perceptivité face à des situations d’entretien délicates.

47Au-delà des caractéristiques individuelles des chercheurs, il me parait important que des structures soient établies pour eux, permettant de réfléchir sur les situations difficiles et leur traitement, et d’en tirer des leçons. Cela peut prendre la forme d’un coaching ou d’une supervision du processus de recherche, ou encore d’un appui consultatif collégial. Des ateliers de recherche réguliers et institutionnalisés avec des groupes fixes (par exemple d’un ou plusieurs groupes de travail ou de recherche) me paraissent toutefois également tout indiqués ; avec une atmosphère de confiance et de respect réciproque, libre de toute concurrence et de complexes d’incompétence, permettant aux chercheurs de thématiser les différentes étapes du processus de recherche, de discuter conjointement les matériaux de recherche et d’apprendre les uns des autres. Une telle pratique de la recherche biographique ouvre de nouvelles formes de développement pour, en particulier, le contexte du travail social et celui du travail avec les groupes d’individus vulnérables. Les ateliers de recherche permettent par exemple, de développer des approches méthodologiques créatives pour créer des situations propices à la discussion avec des individus disposant de compétences linguistiques limitées, ce afin de pouvoir étudier des biographies auxquelles il n’y avait jusqu’à présent pas ou peu d’accès.

Top of page

Bibliography

Dieter Baacke, « Soziale Handlung, Textstruktur und Geschichten über Identität. Zur Diskussion in der sozialwissenschaftlichen und pädagogischen Biografieforschung sowie ein Beitrag zu ihrer Weiterführung », in Dieter Baacke et Theodor Schulze, Aus Geschichten lernen. Zur Einübung pädagogischen Verstehens, Weinheim: Juventa-Verl., 1993, p. 41-84.

Becker (Howard S), « The Career of the Chicago Public School Teacher », The American Journal of Sociology, n° 5, 1952, p. 470-477.

Becker (Howard S), « Becoming a Marihuana User », The American Journal of Sociology, n° 59, 1953, vol. 3, p. 235-242.

Boddy (Janet), « Research across cultures, within countries: hidden ethics tensions in research with children and families? », Progress in Development Studies, n° 14, 2014, vol. 1, p. 91-103.

Breuer Franz, Reflexive Grounded Theory. Eine Einführung für die Forschungspraxis. 2ème édition, Wiesbaden : éditions VS / Springer Fachmedien Wiesbaden GmbH, 2010, 182 p.

Corbin (Juliet M.), Strauss (Anselm L.), Weiterleben lernen. Verlauf und Bewältigung chronischer Krankheit. 3ème édition, Bern, Huber (Santé publique), 2010, 332 p.

DGfE, Ethik-Kodex der Deutschen Gesellschaft für Erziehungswissenschaft (DGfE), 2010, Disponible en ligne :
www.dgfe.de/fileadmin/OrdnerRedakteure/Satzung_etc/Ethikkodex_2010.pdf

König (René), Fischer-Lexikon Soziologie., 1972, Frankfurt, Fischer, 396 p.

Fuchs-Heinritz (Werner), Biographische Forschung. Eine Einführung in Praxis und Methoden, 3ème édition, Wiesbaden, éditions VS (Hagener Studientexte zur Soziologie), 2005, 402 p.

Gehres (Walter), Hildenbrand (Bruno), Identitätsbildung und Lebensverläufe bei Pflegekindern. Éditions VS (GWV), 2008, 148 p.

Glaser (Barney), « Constructivist Grounded Theory? [47 paragraphes] », Forum Qualitative Sozialforschung / Forum: Qualitative Social Research, 2002/3, vol. 3, Art. 12, en ligne : http://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:0114-fqs0203125

Hahn (Alois), « Zur Soziologie der Beichte und Anderer Formen Institutionalisierter Bekenntnisse: Selbstthematisierung und Zivilisationsprozess », in Jürgen Friedrichs et al.

(dir.), Soziologische Theorie und Empirie, Opladen, Westdeutscher Verlag, année inconnue, p. 150-177.

Oswald Hall, « The stages of a medical career », American Journal of Sociology, 1948/53), vol. 5, p. 327–336. http://www.jstor.org/stable/2771471.

Lenz (Karl), Alltagswelten von Jugendlichen. Eine empirische Studie über jugendliche Handlungstypen. Frankfurt/Main, Campus-Verl. (Campus Forschung, 475), 1986, 458 p.

Miethe (Ingrid), « Institutionalisierung forschungsethischer Standards – Welchen Weg geht die Erziehungswissenschaft », Zeitschrift für Erziehungswissenschaft, n° 47, 2013, p. 13-22.

Oevermann (Ulrich), Klinische Soziologie auf der Basis der Methodologie der objektiven Hermeneutik. Manifest der objektiv hermeneutischen Sozialforschung, Frankfurt am Main, éditeur inconnu, 2002, 33 p.

Pierlings (Judith), « Leuchtturmprojekt Pflegekinderdienst », ZPE-Schriftenreihe, Siegen, Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienste de l’Université de Siegen, n° 31, 2011.

Pierlings (Judith), « Wie erklären sich Pflegekinder ihre Lebensgeschichte? Analyse biografischer Deutungsmuster », ZPE-Schriftenreihe, Siegen, Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienste de l’Université de Siegen, n° 33, 2014.

Reimer (Daniela), « Pflegekinder in verschiedenen Familienkulturen. Belastungen und Entwicklungschancen im Übergang », ZPE-Schriftenreihe, Siegen, Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienste de l’Université de Siegen, n° 19, 2008.

Reimer (Daniela), « L’accueil familial en Allemagne. Organisation et orientations des recherches », La revue internationale de l’éducation familiale, n.° 2, 2009, vol. 26, p. 55-74.

Reimer (Daniela), Pflegekinderstimme. Arbeitshilfe zur Qualifizierung von Pflegefamilien. Düsseldorf, PAN Pflege- und Adoptivfamilien NRW e.V., 2011, 175 p.

Reimer (Daniela), « Positive und negative Verläufe in Biografien von Pflegekindern – ein Forschungsdesiderat », Zeitschrift für Sozialpädagogik, n° 3, 2012, vol. 10., p. 274-289.

Reimer (Daniela), « Subjective and objective dimensions of turning points », Social Work and Society, n° 12, 2014, vol. 1. En ligne: http://www.socwork.net/sws/article/view/385, 13/01/2016.

Reimer (Daniela), « Normality constructions and normality balances in biographies of young people from foster care », Social Work and Society, numéro spécial « Foster Care and Development », n° 2, 2016.

Reimer (Daniela), Normalitätskonstruktionen in Biografien ehemaliger Pflegekinder. Weinheim, Beltz Juventa, 2017, 407 p.

Reimer (Daniela), Schäfer (Dirk), « The use of biographical narratives to explain favourable and unfavourable outcomes for children in foster care », Adoption & Fostering, n° 39, 2015, vol. 1, p. 5-20. DOI : 10.1177/0308575914565084.

Reimer (Daniela), Wilde (Christina-Elisa), Positive Verläufe nach schwierigem Start [titre provisoire]. (à paraître).

Reimer (Daniela), Wolf (Klaus), « Beteiligung von Pflegekindern », in Heinz Kindler, Elisabeth Helming, Thomas Meysen, Karin Jurczyk (Ed.) : Handbuch Pflegekinderhilfe. Munich : DJI – Deutsches Jugendinstitut, 2011, p. 499-506.

Reimer (Daniela), Wolf (Klaus), « Geschwisterbeziehungen in der Fremdunterbringung - Ressourcen und Belastungen », SOS Dialog. Revue spécialisée de SOS - Kinderdorf e.V. - Numéro thématique Geschwister in der stationären Erziehungshilfe, 2012, p. 22–27.

Sandmeir (Gunda), « Die Perspektive der Kinder », in Heinz Kindler, Elisabeth Helming, Thomas Meysen und Karin Jurczyk (Ed.) : Handbuch Pflegekinderhilfe. Munich : DJI – Deutsches Jugendinstitut, 2011, p. 481-499.

Schneider (Sabine), Eßer (Florian), Mangold (Katharina), Nord (Karin), Rein (Angela), Schöne (Mandy), Zipperle (Mirjana), « Ein Interview – Fünf Interpretationsskizzen. Illustrationen unterschiedlicher Auswertungsstile im Rahmen einer exemplarischen Forschungswerkstatt », Zeitschrift für qualitative Bildungs, Beratungs und Sozialforschung (ZBBS), n° 7, 2006, vol. 1, p. 139-166.

Schütze (Fritz), « Biographieforschung und narratives Interview », Neue Praxis, n° 13, 1983, vol. 3, p. 283-293.

Thomas (William Isaac), Znaniecki (Florian), Zaretsky (Eli), The Polish peasant in Europe and America. A classic work in immigration history. Original de 5 tomes parus de 1918 à 1920, Urbana, Univ. of Illinois Press (An Illini book from the University of Illinois Press), 1996, 152 p.

Wolf (Klaus), Reimer (Daniela), « Belastungen und Ressourcen im biografischen Verlauf : Zur Entwicklung von Pflegekindern », Zeitschrift für Sozialpädagogik n° 6, 2008, vol. 3, p. 226-257.

Top of page

Notes

1 René König, Fischer-Lexikon Soziologie, Frankfurt, Fischer, 1972, p. 333-352.

2 Fritz Schütze, « Biographieforschung und narratives Interview », Neue Praxis, n° 13, 1983, vol. 3, p. 283-293.
Juliet M. Corbin, Anselm L. Strauss, Weiterleben lernen. Verlauf und Bewältigung chronischer Krankheit. 3., édition révisée, Bern, Huber (Santé publique), 2010.
Klaus Wolf, Daniela Reimer, « Belastungen und Ressourcen im biografischen Verlauf : Zur Entwicklung von Pflegekindern », Zeitschrift für Sozialpädagogik, 2008, vol. 3, p. 226-257.
Daniela Reimer, « Subjective and objective dimensions of turning points », Social Work and Society, n° 1, 2014, vol. 12., disponible en ligne: http://www.socwork.net/sws/article/view/385, 13/01/2016.
Daniela Reimer, Normalitätskonstruktionen in Biografien ehemaliger Pflegekinder, Weinheim, Beltz Juventa, 2017.

3 Dieter Baacke, « Soziale Handlung, Textstruktur und Geschichten über Identität. Zur Diskussion in der sozialwissenschaftlichen und pädagogischen Biografieforschung sowie ein Beitrag zu ihrer Weiterführung », Dieter Baacke, Theodor Schulze, Aus Geschichten lernen. Zur Einübung pädagogischen Verstehens, Weinheim, éditions Juventa, 1993, p. 41-84.

4 William Isaac Thomas, Florian Znaniecki, Eli Zaretsky, The Polish peasant in Europe and America. A classic work in immigration history, (original en 5 tomes publiés de 1918 à 1920), Urbana, Univ. of Illinois Press (An Illini book from the University of Illinois Press), 1996.

5 Oswald Hall, « The stages of a medical career », American Journal of Sociology, 53 (5), 1948, p. 327-336. Disponible en ligne: http://www.jstor.org/stable/2771471
Howard
S Becker, « The Career of the Chicago Public School Teacher », The American Journal of Sociology, n° 5, 1952, p. 470-477.
Howard S Becker, « Becoming a Marihuana User »,
The American Journal of Sociology, n° 59, 1953, vol. 3, p. 235-242.
Juliet M. Corbin, Anselm L. Strauss, Weiterleben lernen. Verlauf und Bewältigung chronischer Krankheit, 3e édition, Bern, Huber (santé publique), 2010.

6 Werner Fuchs-Heinritz, Biographische Forschung. Eine Einführung in Praxis und Methoden. 3e édition, Wiesbaden, éditions VS (Hagener Studientexte zur Soziologie), 2005.
Daniela Reimer, « Positive und negative Verläufe in Biografien von Pflegekindern – ein Forschungsdesiderat », Zeitschrift für Sozialpädagogik, n° 10, 2012, vol. 3, p. 274-289.

7 Développé par Werner Fuchs-Heinritz, 2005, op. cit.

8 Rene König, 1972, op. cit.

9 Fritz Schütze, 1983, op. cit.

10 Sabine Schneider, Florian Eßer, Katharina Mangold, Karin Nord, Angela Rein, Mandy Schöne, Mirjana Zipperle, « Ein Interview – Fünf Interpretationsskizzen. Illustrationen unterschiedlicher Auswertungsstile im Rahmen einer exemplarischen Forschungswerkstatt. » Zeitschrift für qualitative Bildungs, Beratungs und Sozialforschung (ZBBS), n° 7, 2006, vol. 1, p. 139-166.

11 Dieter Baacke, 1993, op. cit., p. 52.

12 Dieter Baacke, 1993, op. cit., p. 53 et suivantes

13 Dieter Baacke, 1993, op. cit.

Ulrich Oevermann, Klinische Soziologie auf der Basis der Methodologie der objektiven Hermeneutik. Manifest der objektiv hermeneutischen Sozialforschung, Frankfurt am Main, éditeur inconnu, 2002.

14 Ingrid Miethe, « Institutionalisierung forschungsethischer Standards. Welchen Weg geht die Erziehungswissenschaft », Zeitschrift Erziehungswissenschaft, n° 47, 2013, p. 13-22.

15 Ingrid Miethe, 2013, op. cit.

16 Deutsche Gesellschaft für Erziehungswissenschaft, Ethik-Kodex der Deutschen Gesellschaft für Erziehungswissenschaft (DGfE), 2010, disponible en ligne : www.dgfe.de/fileadmin/OrdnerRedakteure/Satzung_etc/Ethikkodex_2010.pdf, p. 4

17 Daniela Reimer, « L’accueil familial en Allemagne. Organisation et orientations des recherches », La revue internationale de l’éducation familiale, vol. 26, n° 2, 2009, p. 55-74.

18 Gunda Sandmeir, « Die Perspektive der Kinder », Heinz Kindler, Elisabeth Helming, Thomas Meysen und Karin Jurczyk (publication) : Handbuch Pflegekinderhilfe, Munich, Deutsches Jugendinstitut, 2011, p. 481-499.

19 Walter Gehres, Bruno Hildenbrand, Identitätsbildung und Lebensverläufe bei Pflegekindern, éditions VS (GWV), 2008.

20 Daniela Reimer, « Pflegekinder in verschiedenen Familienkulturen. Belastungen und Ressourcen im Übergang », ZPE Schriftenreihe, n° 19, 2008, Siegen, Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienste der Universität Siegen.

21 Barney Glaser, « Constructivist Grounded Theory ? » [47 paragraphes]. Forum Qualitative Sozialforschung / Forum : Qualitative Social Research, 2002/3, vol. 3, Art. 12.

22 Franz Breuer, Reflexive Grounded Theory. Eine Einführung für die Forschungspraxis, 2e édition, Wiesbaden, éditions VS / Springer Fachmedien Wiesbaden GmbH, 2010.

23 Franz Breuer, 2010, op. cit., p. 60.

24 Franz Breuer, 2010, op. cit.

Juliet M. Corbin, Anselm L. Strauss, 2010, op. cit.

25 Karl Lenz, Alltagswelten von Jugendlichen. Eine empirische Studie über jugendliche Handlungstypen, Frankfurt/Main, Campus-Verl. (Campus Forschung, 475), 1986.
Le processus d’analyse a été développé dans :
Daniela Reimer, « Pflegekinder in verschiedenen Familienkulturen. Belastungen und Entwicklungschancen im Übergang », ZPE-Schriftenreihe / Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienste der Universität Siegen, n° 19, 2008.
Daniela Reimer, Normalitätskonstruktionen in Biografien ehemaliger Pflegekinder, Weinheim : Beltz Juventa, 2017.

26 Daniela Reimer, 2008, op. cit.

27 Daniela Reimer, Klaus Wolf, 2011, op. cit. Daniela Reimer, 2017, op. cit.,lmlmklm

28 Daniela Reimer, Pflegekinderstimme. Arbeitshilfe zur Qualifizierung von Pflegefamilien, Düsseldorf : PAN Pflege und Adoptivfamilien NRW e.V., 2011.

29 Judith Pierlings, « Wie erklären sich Pflegekinder ihre Lebensgeschichte? Analyse biografischer Deutungsmuster », ZPE-Schriftenreihe / Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienste der Universität Siegen, n° 33, 2014. Judith Pierlings, « Leuchtturmprojekt Pflegekinderdienst », ZPE-Schriftenreihe / Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienste der Universität Siegen, n° 31, 2011.

30 Sur la définition de trajectoires positives et négatives, voir : Daniela Reimer, 2014, op. cit.

31 Daniela Reimer, « Normality constructions and normality balances in biographies of young people from foster care », Social Work and Society, numéro spécial « Foster Care and Development », n° 2, 2016.

Daniela Reimer, 2017, op. cit.

32 Daniela Reimer, 2014, op. cit.

33 Daniela Reimer, Dirk Schäfer, « The use of biographical narratives to explain favourable and unfavourable outcomes for children in foster care », Adoption & Fostering, n° 39, 2015, vol. 1, p. 5-20. DOI : 10.1177/0308575914565084.
Daniela Reimer, Christina-Elisa Wilde, Positive Verläufe nach schwierigem Start [titre provisoire], (à paraître).

34 Alois Hahn, « Zur Soziologie der Beichte und Anderer Formen Institutionalisierter Bekenntnisse: Selbstthematisierung und Zivilisationsprozess », in Jürgen Friedrichs et al. (dir.), Soziologische Theorie und Empirie, Opladen, Westdeutscher Verlag, année inconnue, p. 150-177.

35 Janet Boddy, « Research across cultures, within countries: hidden ethics tensions in research with children and families? » Progress in Development Studies, n° 14, 2014, vol. 1, p. 91-103.

36 Daniela Reimer, 2017, op. cit.

37 Daniela Reimer, 2017, op. cit.

Top of page

References

Electronic reference

Daniela Reimer, « L’approche biographique dans la recherche sur le placement familial : réflexions éthiques et méthodologiques », Sociétés et jeunesses en difficulté [Online], 18 | Printemps 2017, Online since 01 September 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://sejed.revues.org/8356

Top of page

About the author

Daniela Reimer

Daniela Reimer est depuis 2006 chargée de recherche dans le groupe de recherche sur le placement familial de l’Université de Siegen, en Allemagne. Outre la création de ce groupe avec le professeur Klaus Wolf, Daniela Reimer compte également parmi les initiateurs de l’International Foster Care Research Network. Elle a conduit plusieurs projets sur l’approche biographique : 2007-2008 – Étude-pilote : « Grandir en famille d’accueil, le vécu des enfants placés » ; 2009-2011, projet de développement de la pratique « La voix des enfants placés » (projet financé par Aktion Mensch e.V.) ; 2011-2012, « Parcours biographiques favorables et défavorables d’adultes ayant passé leur enfance ou leur jeunesse en famille d’accueil » (avec le soutien du Ministère de l’Innovation, de la Science et de la Recherche de Rhénanie du Nord-Westphalie) ; 2013-2015, « Un développement positif des jeunes en dépit d’un mauvais départ » (avec le soutien du Ministère de l’Innovation, de la Science et de la Recherche de Rhénanie du Nord-Westphalie) ; 2014-2016, étude longitudinale « Le bon développement des anciens enfants placés à l’âge adulte » (étude financée par la Fondation EmMi Luebeskind). Elle travaille actuellement sur la thématique « Migrations et aide au placement familial » et prépare une troisième vague de collecte de données pour son étude longitudinale.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org