Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Nicolas Sallée, Eduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs.

Éditions EHESS, 2016
Michel Boutanquoi

Texte intégral

1 L’ouvrage de Nicolas Sallée vise à comprendre et à analyser « les transformations des systèmes de justice des mineurs en nous plaçant au plus proche de ce qu’en font les principaux acteurs » (p. 14), plus particulièrement les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Il cherche à rendre compte de la mise « à l’épreuve de l’identité, historiquement constituée, d’éducateur de la PJJ » (p. 18) dans le cadre du déploiement d’un modèle d’éducation sous contrainte « fondé sur une référence omniprésente à la responsabilité » (idem).

2 L’auteur porte, dans une première partie, une approche socio-historique « fondée sur la conviction que la compréhension des enjeux contemporains du traitement des jeunes délinquants est enfouie dans les traces que l’histoire a laissées ». Il défend ici la primauté des institutions et estime que le travail de contextualisation historique est doté d’un véritable statut explicatif.

3 La seconde partie de l’ouvrage se veut plus monographique. Elle combine entretiens et observations dans trois services de la PJJ et cherche à rendre compte de la manière dont le cadre institutionnel, tel qu’il résulte d’une évolution historique et politique, pèse sur les pratiques effectives et alimentent les controverses professionnelles. Pour l’auteur, la contrainte pénale se disséminerait tout au long de la chaîne éducative et tendrait à devenir un levier éducatif privilégié.

4 Le livre est riche de cette plongée dans l’histoire et du souci, par une l’adoption d’une démarche ethnographique, d’être au plus près (d’une partie) des acteurs sur le terrain. Toutefois il ne nous a pas totalement convaincu.

  • 1 Eugène Enriquez, L’organisation en analyse, Paris, PUF, 1992.
  • 2 Jacky Beillerot, « L’analyse des pratiques professionnelles, pourquoi cette expression ? », in : Cl (...)

5 On peut évoquer deux raisons à cela. En premier lieu, si, dans la lignée des travaux d’Enriquez1, on ne doute pas de l’importance du niveau social-historique, c’est-à-dire de la part de l’idéologie qui doit être analysée pour saisir des pratiques sociales, il n’en reste pas moins qu’il ne constitue pas la totalité d’une institution dont on cherche à décrypter le sens. Les niveaux organisationnels, groupaux doivent être pris en compte. Autrement dit, le niveau social-historique n’est pas explicatif à lui seul. En second lieu, comme le souligne Beillerot2, les pratiques sont des objets sociaux abstraits et complexes, elles ne se réduisent pas aux comportements observables. Certes, elles sont socialement instituées et structurées (Moscovici) mais elles ne peuvent être réduites à des adaptations aux contraintes, à la seule négociation des marges de manœuvre des acteurs.

6 Et de fait, toute la démonstration repose sur l’importance radicale donnée au social-historique et sur une analyse des pratiques référée à presque uniquement cette dimension.

  • 3 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris : Les éditions ouvrières, 1980
  • 4 Cf. Jean-Jacques Yvorel, [dir], La protection de l’enfance : un espace entre protéger et punir. Vau (...)

7 Les deux premiers chapitres de la première partie sont consacrés à une histoire de la fondation du droit pénal des mineurs et à son évolution jusqu’à nos jours. On ne peut s’empêcher de penser à Michel Chauvière3 et à son travail sur l’enfance inadaptée tant par les similarités dans l’approche d’un secteur que par les nombreuses références communes. Cependant, il faut bien remarquer combien les lectures se font parfois différentes. Un exemple, là où Michel Chauvière reprend à son compte l’idée avancée par Hélène Campinchi de l’irresponsabilité du mineur inscrit à ses yeux dans l’ordonnance de 45, Nicolas Sallée parle d’interprétations erronées (p. 31) car, souligne-t-il, la justice des mineurs n’a pas été sortie du droit pénal (p. 32). On trouvera par ailleurs d’autres différences avec d’autres auteurs, par exemple sur l’enjeu de l’ordonnance de 58 que Sallée décrit comme un moment de dé-spécification de l’enfance délinquante (celle de 45 marquant au contraire une spécification) là où Jacques Bourquin y voit une logique de complémentarité et Élisabeth Callu4 une logique d’unification. Les lectures ne sont pas forcément contradictoires. Il faut pourtant bien convenir que le moment où elles sont produites conduit inévitablement à des écarts, à mettre l’accent sur des dimensions différentes. Ce débat n’est pas problématique en soi, il est même enrichissant pour le lecteur.

  • 5 Les guillemets sont dans le texte de Nicolas .Sallée qui marque ainsi une certaine distance avec le (...)
  • 6 Syndicat National des personnels de l’éducation et du social

8 Nicolas Sallée, dans les chapitres 3 et 4, s’efforce de préciser le double ancrage de son analyse. Le premier renvoie à ce qu’il nomme une normalisation gestionnaire de la Protection judiciaire de la jeunesse : après ce qu’il décrit comme un « âge d’or »5 anti-disciplinaire qui s’est traduit par le développement du travail en milieu ouvert, qui s’est accompagné du travail idéologique important du SNPES6 tant au niveau de la définition du métier que des rapports de celui-ci avec le cadre judiciaire, est venu le temps de la reprise en main. Les éducateurs sont « invités » à ré-investir le champ pénal dans le cadre dispositifs de prise en charge qui passent par les centres éducatifs fermés, les établissements pénitentiaires pour mineur.

9 Le second, qui paraît premier, traite de la transformation de l’approche de la justice des mineurs principalement du passage d’une justice de protection à une justice marquée par la responsabilité individuelle, en l’occurrence la responsabilité du mineur. La contrainte d’enfermement, la contrainte pénale qui « constituaient la part d’ombre d’un modèle éducatif centré sur une référence à la protection et au milieu ouvert (…) sont désormais constitutives d’un nouveau modèle que nous qualifions d’éducation sous contrainte » (p. 93). Le terme est-il bien choisi ? Peut-il exister une éducation sans contrainte ? À tout le moins sans surveillance… Sans doute est-ce le terme éducation qui pose problème car ici il n’est pas question d’élever ou d’instruire (educare) mais de punir et d’enfermer.

10 Cette partie semble faire l’impasse sur plusieurs aspects :

11 - Il est assez difficile de croire que la justice des mineurs puisse avoir été un champ unifié en termes de pensée, de croire que la lecture de l’ordonnance de 45 puisse avoir été univoque, voire que derrière une sorte de doxa (le primat de l’éducatif), cela ne donnait pas lieu à des pratiques extrêmement variées de la part d’acteurs un peu absents de cette partie : les magistrats. Si les politiques engagées ces dernières années semblent « réhabiliter » les notions de sanction, de contrainte pénale, ont-elles jamais disparues des pratiques ? Les chiffres des mineurs incarcérés que donne l’auteur en témoignent. Ils indiquent un taux record pendant les années de « l’âge d’or d’une justice de protection » (p. 88), et signent « la part d’ombre » mentionnée précédemment.

  • 7 Michel Foucault, Surveiller et punir. Paris, Gallimard, 1975

12 - Le développement du milieu ouvert a-t-il marqué réellement une évolution « libérale » ? Ne fut-il pas un moment de développement de ce que Michel Foucault7 a nommé l’archipel carcéral, cette extension des modèles disciplinaires au-delà des murs qui enferment ? Peut-on croire que le milieu ouvert ne relève pas d’un dispositif de discipline et donc de contrainte ?

  • 8 Jacques Donzelot, La police des familles, Editions de Minuit, 1977.
  • 9 Jacques Donzelot, L’invention du social, Paris, Fayard, 1984

13 - Enfin peut-on analyser la fabrication du discours qu’une profession tient à propos d’elle-même (à considérer la aussi qu’il soit univoque) sans le resituer dans un contexte celui, entre autres, de la critique radicale du travail social proposée par quelques sociologues que certains abandonneront assez vite ? Face aux dénonciations du contrôle social à l’œuvre, les éducateurs pouvaient-ils tenir d’autres revendications que celles d’une transformation du rapport au métier, du rapport à l’institution ? Et ce que l’auteur présente comme une reprise en main de la profession ne peut-il aussi s’analyser comme un retour du refoulé face à la part d’illusion que ce discours portait ? N’est-ce pas Jacques Donzelot, auteur du réquisitoire La police des familles8, qui écrira quelques années plus tard qu’il a bien fallu « constater qu’aucune alternative politique ne venait relayer le mouvement qui nous avait porté à contester si fortement l’ordre de la cité »9 ce qui sonne comme l’échec d’une critique qui laissera nombre de travailleurs sociaux seuls aux réalités complexes des jeux de contrôle et de pouvoir ?

14 À plusieurs reprises l’auteur ne masque pas ses interrogations sur le droit, la pédagogie, la psychanalyse en tant que savoirs qui légitimeraient la notion de responsabilisation. Ainsi écrit-il : « nous pouvons dire que la pensée- indissociablement juridique, pédagogique, psychanalytique et in fine morale- de la responsabilisation constitue la raison d’être philosophique des reconfigurations qui agitent la justice des mineurs » (p. 108).

  • 10 Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, 2007, p 85.

15 Du côté des psychologues ou des psychanalystes, il souligne l’influence des approches de Pierre Legendre ou de Maryse Vaillant. On peut discuter les fondements mais on ne peut obérer le fait que ces savoirs tentent de poser la question d’un sujet qui ne se réduit pas à un acteur. Et le sujet ne peut pas ne pas se poser la question de sa responsabilité, ne peut éviter l’interpellation qui lui est faite. Comme le souligne Judith Butler : « se rendre responsable de soi, en effet, c’est avouer les limites de toute compréhension que l’on peut avoir de soi et faire de ses limites non seulement la question du sujet mais également le lot commun de l’humanité »10. Et de fait, le sens de l’acte ne s’épuise pas dans la responsabilité du sujet, son histoire, pas plus qu’il ne s’épuise dans les conditions sociales de son émergence. Il pose toujours la question de la responsabilité pour autrui.

  • 11 André Lévy, Sciences cliniques et organisations sociales, Paris, PUF, 1997.

16 Si la critique des usages de tel type de discours psychologique est précieuse, il n’en faut pas moindre prendre garde au risque d’invalider le discours lui-même, il faut prendre garde de ne pas confondre psychologie et psychologisation. Par ailleurs, parler de clinique de la responsabilité ou de clinique de l’ordre confine à l’utilisation d’un oxymore car c’est méconnaître profondément le sens même de la clinique que Lévy11 définit ainsi : «  une attention aux faits concrets, saisis dans leur totalité et dans leur contexte empirique ainsi que dans leur singularité propre... et leur appréhension comme signifiants en eux-mêmes et pour eux-mêmes... un effort pour dégager de ces observations un sens étant entendu que celui-ci est à rechercher chez les sujets ». Autrement dit le contraire de l’exercice du pouvoir, d’un exercice disciplinaire.

  • 12 Dominique Youf, «  Quelle justice pour les mineurs ? », Esprit, 1, 2011, p. 30-48.

17 Sur le plan philosophique, l’auteur évoque les controverses qui agitent la PJJ. Alors, plutôt que de simplement citer Dominique Youf comme auteur de la notion d’« une éducation au pénal » pourquoi ne pas situer plus précisément une approche, y compris pour en faire une lecture critique, qui cherche à dépasser l’antinomie entre un modèle thérapeutique et un modèle néo-utilitariste12?

18 En étant quelque peu polémique, on peut en venir à se demander s’il n’y aurait alors que la sociologie pour définir la réalité d’un mineur, du délinquant, de la responsabilité, de la sanction et de l’éducation, les autres sciences ne pourraient être que dans l’erreur ? Autant on peut suivre avec intérêt l’argumentation autour de la reconfiguration, autant certaines impasses, certains arguments apparaissent pour le moins critiquables.

19 La deuxième partie du livre nous entraîne dans le quotidien de trois services : un service de milieu ouvert, un centre éducatif fermé et un établissement pénitentiaire pour mineurs. L’auteur, au travers d’observations minutieuses de séquences de travail des éducateurs auxquelles il relie des extraits d’entretien, cherche à rendre visibles leurs pratiques et les savoirs qui les portent dans un régime d’éducation sous contrainte.

20 Il met en avant les controverses qui animent le travail des professionnels. Loin d’une image univoque, les éducateurs s’affrontent sur les logiques de travail, dans les manières de « jouer » avec le cadre judiciaire (le rapport au juge), de concevoir le travail éducatif et la place de la responsabilisation, les rapports aux autres professionnels tels les surveillants. Il souligne le jeu des tensions qui traversent la PJJ : la fin d’une analogie entre mineurs délinquants et mineurs en danger du fait de la spécialisation pénale du travail éducatif, la part grandissante des logiques de responsabilisation qui induit une forme de mutation post-disciplinaire (p. 199) du contrôle social de la déviance.

  • 13 Nouvelle période de peur qui n’est pas sans rappeler la description de Michelle Perrot «  Quand la (...)
  • 14 Les politiques de la parentalité ont été abondamment analysées en ce sens.

21A trop insister sur le poids des évolutions institutionnelles, les pratiques des éducateurs ne sont-elles pas réduites dans leurs différentes significations ? Certes le temps est profondément marqué par une montée d’une nouvelle peur de la jeunesse13, par la mise en avant de la responsabilité individuelle dans la production des problèmes sociaux14 et les politiques pénales, en particulier à l’égard des mineurs, s’en font l’écho. Pour autant peut-on réduire les pratiques, à tout le moins l’activité des services éducatifs, à cette nouvelle configuration ?

22 Presque tous les exemples donnés de confrontation entre les éducateurs et les jeunes mettent en scène les difficultés, parfois le désarroi, qu’impliquent la rencontre et la relation. Ils montrent des professionnels qui ne s’abreuvent pas simplement de références savantes comme cela est écrit ou de psychologisation, mais qui tentent de mettre du sens dans l’ici et le maintenant au risque de multiplier les procédures de renvoi quand ce sens ne fait pas sens pour autrui (le jeune) ou que le sens d’autrui n’est pas pris en considération. Il transpire, dans ces exemples, une souffrance propre à ces lieux où la norme et l’altérité sont questionnées. En d’autres termes, la PJJ n’est pas uniquement l’espace de la mise en œuvre d’une éducation sous contrainte pénale et le réel du travail des éducateurs ne s’épuise pas dans les différentes injonctions qu’ils reçoivent. C’est une limite qui aurait mérité d’être mentionnée pour donner par là-même toute sa valeur au choix de l’analyse conduite.

23 Au-delà d’observations critiques qui signent un ancrage disciplinaire différent et même à considérer qu’une approche socio-historique ne peut à elle seule rendre compte d’une réalité sociale, le livre de Nicolas Sallée, en mettant en lumière la manière dont pèse sur l’ensemble des pratiques la reconfiguration de la justice des mineurs, souligne combien cette approche reste indispensable.

Haut de page

Notes

1 Eugène Enriquez, L’organisation en analyse, Paris, PUF, 1992.

2 Jacky Beillerot, « L’analyse des pratiques professionnelles, pourquoi cette expression ? », in : Claudine Blanchard-Laville et Dominique Fablet, [Dir.], Analyser les pratiques professionnelles, Paris, l’Harmattan, 1998, p. 21-26

3 Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy, Paris : Les éditions ouvrières, 1980

4 Cf. Jean-Jacques Yvorel, [dir], La protection de l’enfance : un espace entre protéger et punir. Vaucresson, CNFE-PJJ, 2004.

5 Les guillemets sont dans le texte de Nicolas .Sallée qui marque ainsi une certaine distance avec le discours des éducateurs.

6 Syndicat National des personnels de l’éducation et du social

7 Michel Foucault, Surveiller et punir. Paris, Gallimard, 1975

8 Jacques Donzelot, La police des familles, Editions de Minuit, 1977.

9 Jacques Donzelot, L’invention du social, Paris, Fayard, 1984

10 Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, 2007, p 85.

11 André Lévy, Sciences cliniques et organisations sociales, Paris, PUF, 1997.

12 Dominique Youf, «  Quelle justice pour les mineurs ? », Esprit, 1, 2011, p. 30-48.

13 Nouvelle période de peur qui n’est pas sans rappeler la description de Michelle Perrot «  Quand la société prend peur de sa jeunesse au 19ème siècle », dans François Proust, Les jeunes et les autres, Centre de Recherche Interdisciplinaires de Vaucresson, 1986.

14 Les politiques de la parentalité ont été abondamment analysées en ce sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Boutanquoi, « Nicolas Sallée, Eduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs. », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], 18 | Printemps 2017, mis en ligne le 03 octobre 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://sejed.revues.org/8469

Haut de page

Auteur

Michel Boutanquoi

Maître de conférences, HDR, Université de Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire de psychologie (Besançon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org