Navigation – Plan du site
Varia

Relais-accueil, un foyer pour « l’orientation » des jeunes

(1966-2006)
Francis Lebon

Résumés

L’association Relais-accueil, dans le 13e arrondissement de Paris, aide les « jeunes travailleurs » dans leur recherche de logement et d’emploi. L’histoire de cette association, entre 1966 et 2006, éclaire deux aspects des politiques en direction des jeunes de milieu populaire. D’une part, son foyer propose un encadrement basé sur une discipline d’autonomie qui suppose d’agir et d’accepter l’aide d’autrui pour devenir soi-même. D’autre part, cette association est un lieu où se sont rencontrés des militants de la Jeunesse ouvrière chrétienne (joc) et des hauts fonctionnaires réformistes qui souhaitaient « moderniser » l’état social. À partir des années 1980, les collectivités locales émergent comme interlocuteurs privilégiés de l’état, au détriment de Relais-accueil alors peu soutenue par la mairie de Paris et en l’absence des hauts fonctionnaires mobilisés depuis la victoire de la gauche de gouvernement en 1981. En raison de la montée du chômage de masse et des processus de précarisation, le foyer accueille à présent des jeunes plus âgés que par le passé et avec des durées de séjour plus longues (étudiants, jeunes en stage ou sans emploi, etc.), prolongeant ainsi leur état de dépendance et de transition.

Haut de page

Texte intégral

1En 2006, l’association Relais-accueil fête ses quarante ans1. Impulsée par la Jeunesse ouvrière chrétienne (joc) et déclarée en 1966 sous la dénomination « Relais Accueil Pour l’orientation des jeunes travailleurs déplacés », elle se donnait alors un double objectif : l’hébergement de brève durée de jeunes travailleurs provinciaux ; l’aide dans la recherche d’un logement et d’un emploi. En 1972, elle complétait son objet et envisageait de mener « toute action éducative tendant à favoriser l’initiation à la vie urbaine2 ».

2« L’orientation » est le maître mot qui traverse toute l’histoire de Relais-accueil. Au-delà de l’hébergement des jeunes en déplacement, le projet éducatif, porté par des militants ouvriers et des technocrates, a pour ambition l’éducation du temps libre et de la vie sociale. Gestionnaire associatif d’un dispositif d’action publique, Relais-accueil propose un encadrement basé sur une discipline d’autonomie qui suppose d’agir et d’accepter l’aide d’autrui pour devenir soi-même.

3L’histoire de cette association, qui apporte un éclairage sur l’émergence et l’évolution des foyers de jeunes travailleurs, permet d’évoquer l’action publique en direction des jeunes de milieu populaire, avec la construction de la figure du « jeune travailleur » à partir des années 1950 puis son effacement progressif en raison du durcissement du climat social et politique. Elle permet aussi de mesurer, en complément à d’autres travaux sur les mouvements de jeunesse chrétiens3, la contribution des militants de la joc à la définition et à la mise en œuvre des politiques de jeunesse. L’association constitue en effet une « entreprise collective4 » où se sont rencontrés des militants de la joc et des hauts fonctionnaires réformistes. Jusqu’au début des années 1980, les liens de Relais-accueil avec la haute fonction publique sont déterminants. Il s’agit alors de « moderniser » l’État social via un partenariat avec les associations, de jeunes hauts fonctionnaires trouvant là une source d’inspiration et de distinction.

4Les activités de l’association s’étendent et se professionnalisent mais le chômage des jeunes d’une part, la décentralisation de l’action sociale d’autre part, viennent progressivement modifier les conditions de développement de Relais-accueil. Les collectivités locales s’imposent comme les interlocuteurs privilégiés de l’État – dont le profil des hauts fonctionnaires évolue par ailleurs – au détriment de l’association, guère soutenue par la mairie de Paris. Elle doit alors modifier son orientation par un recentrage sur l’hébergement des jeunes « en difficulté ».

Des origines à la construction du foyer : au-delà du logement (1963-1972)

5Afin de rendre compte de l’histoire de Relais-accueil, nous évoquerons d’abord l’ensemble des structures générées à partir du premier foyer Relais, situé à Clamart.

6Quelles sont les « origines » de l’association Relais-accueil ? L’action sociale en direction de la jeunesse ouvrière et des apprentis date de la première moitié du xixe siècle5 mais plusieurs facteurs concourent dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale à poser la situation de la jeunesse populaire comme un problème : exode rural, explosion démographique, crise du logement. Un « problème social » n’existe cependant qu’au travers des mobilisations spécifiques qui contribuent à le façonner et à le rendre visible dans l’espace public. Dans les années 1950, le jeune ouvrier urbain, figure emblématique de la société salariale, focalise toutes les attentions. La joc se fait le porte-parole des jeunes travailleurs6, notamment au moyen d’enquêtes qui révèlent le problème des « jeunes travailleurs déplacés ». En 1952, le congrès de l’Union nationale interfédérale des œuvres privées sanitaires et sociales (uniopss) évoque également la question de l’hébergement des jeunes ouvriers. En février 1954, l’abbé Pierre lance un appel pour venir en aide aux sans-abri. Cette même année, sous le gouvernement de Pierre Mendès France, le secrétariat d’État à la Jeunesse inscrit à son programme la création de plusieurs foyers de jeunes travailleurs7 en région parisienne car l’attraction de Paris est vive8, en particulier pour les jeunes à la recherche d’un emploi.

7Hormis ces conditions sociales qui favorisent l’émergence de l’association, une filiation localisée et déterminante se situe à Clamart (Seine-et-Oise)9 où existe, depuis 1956, une association Relais. Dans un premier temps, en 1954, des jeunes travailleurs occupent un octroi abandonné, porte de Bagnolet, le rendent habitable et accueillent des camarades. Ils sont aidés par Alain Letty (dirigeant national de la joc) et Alain Wisner10 (médecin, un des fondateurs de l’ergonomie française) qui « ressentent le besoin, surtout pour les jeunes de 16 à 20 ans, de foyers mieux équipés, susceptibles de les accueillir plus longtemps et dans des conditions matérielles plus favorables11 ». Après une campagne médiatique orchestrée autour de cet événement (France Soir, Radio Luxembourg, etc.), le premier foyer Relais-accueil est créé en 1956 à Clamart. Il va fonctionner comme une « rampe de lancement12 », pour des hommes et des institutions.

8Après la création de Relais-accueil, en 1963, un Relais-Jeunes est mis sur pied à Athis-Mons13 « dans une demeure de "riches"14 ». Ouvert le 15 septembre 1965, le foyer est dirigé par Jean Caroff15 qui a travaillé précédemment à Clamart ; il intervient dans le secteur de l’enfance inadaptée. Dans les années 1970, différents foyers Relais seront institués : à Colombes (Hauts-de-Seine) avec, pour directeur, Jean-Claude Parisot, également un ancien salarié de Clamart, et – parmi les administrateurs – Jean-Pierre Duport, haut fonctionnaire et futur délégué à l’Aménagement du territoire ; avenue Beaucour dans le 8e arrondissement de Paris, pour les jeunes de l’hôtellerie et de la restauration ; Solidarité jeunes travailleurs, à Montreuil (Seine-Saint-Denis), etc.

9Les différents acteurs de l’association, qu’ils soient salariés ou administrateurs, appartiennent à la mouvance de la joc. L’impulsion de ce mouvement de jeunesse apparaît en effet déterminante dans la création des divers foyers Relais qui traduit la stratégie d’implantation jociste en matière de foyers de jeunes : écartée lors de la création de l’Union des foyers de jeunes travailleurs (ufjt), en 1955, la joc envisage la mise sur pied d’une fédération concurrente. Le « sacerdoce » laïque des jocistes suppose avant tout une pratique sociale d’éducation populaire : vivre l’expérience des jeunes travailleurs qui sont ensemble. La méthode « voir, juger, agir » est une pédagogie de l’enquête et de l’action : découvrir le milieu, juger à la lumière de l’idéal chrétien, s’engager. La joc mène ainsi une série d’enquêtes entre 1960 et 196316. En 1962, la recherche, qui porte sur 20 000 jeunes travailleurs, traite du « problème crucial » de la mobilité de la main d’œuvre17.

10Ce qui caractérise « l’esprit Relais18», c’est aussi la volonté de faire travailler ensemble des militants issus ou proches du monde ouvrier et des hauts fonctionnaires « modernisateurs » constituant le fer de lance de la ve République naissante. L’association mobilise des réseaux influents au plus haut niveau de l’État afin de « trouver des sous » mais aussi de faire connaître les exigences des militants de base pour transformer l’intervention des pouvoirs publics en direction des jeunes. Antoine Dupont-Fauville (directeur du cabinet de Michel Debré)19 est trésorier de Relais-Clamart. Robert Lion (inspecteur des Finances) sera trésorier de Relais-accueil. Alain Wisner participe en 1965 à une commission du 5e plan sur les foyers de jeunes travailleurs (fjt). Robert Lion établit le contact, en 1966, avec Michel Massenet20, directeur de la Population et des migrations au ministère des Affaires sociales. André Lapostolle, directeur du foyer Relais-accueil, est nommé en 1970 au haut comité de la Jeunesse, des sports et des loisirs. Des liens réguliers sont établis avec Marie-Thérèse Join-Lambert (future inspecteur des Affaires sociales), présente notamment lors de l’assemblée générale de 1972.

11Dans ce contexte, l’expérience du foyer Relais de Clamart conduit en 1963 ses initiateurs à vouloir créer dans la capitale un nouveau foyer qui aura sa spécificité : être une « boussole pour jeunes travailleurs21 », les accueillir sur une courte période pour les aider à s’orienter et à trouver leur place dans Paris. Dès 1963, les militants précisent que le nouveau centre aura un budget indépendant de Clamart et qu’il sera géré par une association autonome. Le projet est ambitieux dans ses intentions, bien que sans financement assuré. En mars 1964, un permanent de la joc signale que la paroisse de Saint-Hippolyte, haut lieu historique des prêtres-ouvriers22, cherche à se libérer de locaux de patronage, en rez-de-chaussée d’un immeuble de dix étages, 21 rue des Malmaisons, dans un 13e arrondissement de Paris alors encore très industriel. Le local proposé, situé derrière l’église, est voisin des usines Panhard et Levassor. À la fin du mois, ils sont attribués au futur centre avec un loyer très modéré.

12Le foyer Relais-accueil ouvre en décembre 1964 avec 10 lits. La progression des effectifs est très rapide, avec 147 travailleurs accueillis en 1965. Qui sont les « gars » hébergés ? Deux critères essentiels sont retenus dans divers documents pour la description des jeunes garçons accueillis : l’origine géographique (province, Paris, étranger) et le niveau d’intégration (« démunis », emploi, formation). Les métropolitains représentent environ 80 % des jeunes hébergés, dont environ 1/3 de parisiens. Les jeunes issus de l’Ouest de la France représentent environ 40 % des provinciaux jusqu’en 1972, entre le quart et le tiers par la suite. En 1967, la moyenne d’âge des résidents est de 18 ans et demi pour un séjour moyen de 16 jours. L’association souhaite maintenir une certaine diversité au sein du public accueilli. La volonté d’équilibrer les « cas difficiles » par la présence d’autres résidents est ainsi régulièrement affirmée.

13D’une part l’accueil et l’orientation se font avec ou sans hébergement, d’autre part le « petit foyer » permet de résoudre « le problème affectif créé par le déracinement chez les jeunes gens ». Il est ainsi possible de situer Relais-accueil dans l’espace des foyers de jeunes travailleurs en le distinguant des foyers de grande capacité dont la gestion est généralement assurée par l’Association pour le logement des jeunes travailleurs (aljt), instituée en 1956. Jusque dans les années 1990, Relais héberge temporairement, avec peu de lits, un grand nombre de jeunes dans le cadre d’une action socio-éducative originale fondée sur l’idée que la « vie parisienne » nécessite une « éducation » spécifique. L’association, qui met en avant la nécessité d’un « accueil humain » et temporaire, ne souhaite pas se substituer aux jeunes dans les démarches pour chercher un emploi et un logement. « Pour les hébergés, Relais-accueil donne aux arrivants un délai de 15 jours pour bien marquer qu’il s’agit d’un dépannage et qu’on ne peut s’y installer et s’y laisser vivre23. »

14Mais les conditions d’hébergement sont alors sommaires et les locaux manquent pour développer les actions. Relais-accueil prépare la construction d’un bâtiment adapté. En 1968, le financement du projet de construction est accepté par le fonds d’action sociale (fas). Les travaux commencent en avril 1970. L’immeuble compte une surface utile d’environ 2 000 m2 et se développe sur sept niveaux, dont deux en sous-sol. Le rez-de-chaussée est destiné à recevoir les jeunes qui sollicitent l’aide de Relais-accueil. Chaque étage se compose de six chambres de trois lits, une salle d’eau, une salle de séjour et le bureau de l’animateur situé au débouché de l’escalier. Le 1er sous-sol, dédié à l’information des jeunes, est aussi consacré à des « surfaces de détente, de loisirs et d’activités socioéducatives24 », avec notamment une salle polyvalente, un restaurant et une cour intérieure. Il est envisagé de démarrer avec 18 lits et de « se trouver une clientèle pour les repas de midi afin de rentabiliser au mieux notre affaire et payer ainsi le repas du soir des jeunes25 ». En mars 1972, un étage loge les jeunes travailleurs migrants26 (province et étrangers). Les autres niveaux sont destinés à « l’accueil des groupes » et à la location de salles. En octobre 1972, « à cause des problèmes de fric », le projet d’ouverture d’un deuxième étage aux jeunes migrants et l’embauche de nouveaux animateurs sont abandonnés27.

15La professionnalisation des personnels est pourtant déjà engagée. André Lapostolle28, ancien dirigeant de la joc, est salarié de l’association depuis octobre 1963. Une secrétaire à plein temps est embauchée en 1967 (Christiane Néliaz, née Lapostolle), un directeur-adjoint en 1969 (Jacky Guérard29, ancien permanent de l’Action catholique de l’enfance). En décembre 1969, un exemplaire de la convention collective applicable aux foyers de jeunes travailleurs est transmis aux membres du conseil d’administration. Il est prévu des écarts d’indices peu élevés entre les différents salariés de Relais-accueil. L’idéologie militante exige alors une connaissance pratique des attitudes des classes populaires (« l’expérience de la vie ouvrière ») et l’engagement salarial réclame de partager la vie quotidienne des jeunes. « Ainsi les jeunes s’organisent-ils autour de deux directeurs et de quatre animateurs qui résident sur place et sont responsables de la vie de cette unité et de l’orientation des jeunes migrants qui y sont en transit30. » Le financement d’un premier poste par le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (fonjep), cogéré par l’État et le mouvement associatif, est obtenu en 1972.

16L’équipe de direction salariée participe aux réunions du conseil d’administration et concourt de fait aux prises de décisions. Lorsque le président René Salanne (cfdt, ancien jociste et futur président de l’aljt) s’interroge sur un éventuel droit de vote du personnel lors des prises de décisions du conseil, Bernard Brunhes (polytechnicien, Commissariat général du Plan), futur président, réaffirme le caractère collégial du collectif : « Le jour où l’on aura à voter, c’est qu’il y aura un pépin avec la direction ou l’équipe de direction. »

Une organisation confrontée à la progression du chômage des jeunes migrants (1973-1981)

17Alors que l’association s’institutionnalise, le chômage de masse conduit à une transformation de ses modalités d’intervention qui préfigure, par l’injonction à l’autonomie des individus, les orientations des politiques sociales des années 1980.

Crise économique, chômage des jeunes et renouvellement des modes d’intervention

18Le dernier quart du xxe siècle est celui de la déstabilisation du compromis salarial fordiste. Après trente années de croissance continue – les « trente glorieuses », selon l’expression de Jean Fourastié – on assiste à l’« effritement de la société salariale31 ». L’économie traverse une crise profonde et le chômage croît parmi la population active. Les jeunes sont, de plus en plus, sans emploi. Ce contexte socio-économique modifie dès le début des années soixante-dix le profil des publics accueillis par Relais-accueil. Une brochure de présentation de l’association annonce : « Un jeune travailleur sur deux, qui s’adresse à Relais-accueil, n’a pas d’emploi à son arrivée32. » La majorité des jeunes du foyer sont en intérim33, stagiaires ou chômeurs.

19Dans un premier temps, la recherche de ressources financières est omniprésente et les problèmes financiers de l’association ont des conséquences fortes en 1974, dont le licenciement du personnel du restaurant (qui était ouvert aux entreprises du quartier) et des veilleurs de nuit. La situation, « dramatique34 », tend à se stabiliser à partir de 1975. Schématiquement, l’équilibre financier du foyer est obtenu grâce aux subventions publiques (ministère des Affaires sociales) et à la location d’une partie des locaux. Les principales dépenses correspondent aux salaires du personnel qui représentent environ la moitié des charges.

20Cette conjoncture où « il n’y a pas d’emploi et la situation ouvrière est écrasante » conduit Relais à inventer une nouvelle modalité d’action : l’insertion sociale et professionnelle. Si, en effet, la fonction « d’orientation » reste centrale, la dimension de l’action liée à la recherche d’emploi prend de l’ampleur. La dynamique d’insertion, épaulée par l’équipe d’animation, s’accomplit « en relation avec d’autres jeunes ». En 1977, des actions de « pré-formation » sont impulsées par le Fonds social européen, suite à un accord signé avec l’ufjt35. Relais-accueil institutionnalise son service de recherche d’emploi et formalise sa « Méthode dynamique de recherche d’emploi ».

21Dans l’appui proposé, le jeune doit prendre lui-même en charge sa prospection, inscrite dans un cadre collectif. La « recherche collective d’emploi » est censée permettre la mise en commun des informations et des expériences. Enfin, il ne s’agit pas uniquement d’aider à la recherche d’emploi, mais aussi de promouvoir la recherche d’un « meilleur emploi », au regard du déclassement de certains jeunes. Dans l’environnement sémantique de l’époque, le terme d’intégration revêt une connotation négative, il renvoie à l’adaptation au « système », à l’intégration des travailleurs au capitalisme. La catégorie d’ « insertion » se présente alors comme une alternative qui laisserait place à l’action autonome des individus. La résolution des problèmes du jeune travailleur implique en effet son autonomie, il ne faut pas l’assister : « Nul ne peut et ne doit le faire à sa place36. »

22L’activité de l’association se développe donc dans la deuxième moitié des années 1970. L’équipe des animateurs se relaie 365 jours par an, de 8 à 22 heures, ce qui assure un encadrement d’une amplitude considérable. Le foyer porte sa capacité d’hébergement à 36 lits (1975) puis à 45 et met en place un « service logement » (système de caution mutuelle, prêt d’aide à la première installation, etc.). En 1977, il est envisagé la création d’une « mutuelle du logement des jeunes » qui, en se portant garant, permettrait de « faciliter les relations entre les jeunes et les propriétaires37 ». Ce projet aboutira en 1980.

Le réseau Relais-accueil : un laboratoire pour les nouvelles politiques d’action sociale ?

23Si, au cours de ces années 1970, l’association Relais-accueil s’implique dans la genèse de « l’insertion » et participe à la construction de cette « action publique indéfinie38 », c’est notamment parce que son conseil d’administration comprend des hauts fonctionnaires qui, avec des visées modernisatrices, souhaitent agir socialement au-delà de l’assistance. Ce réseau facilite les relations avec diverses instances publiques : le ministère des Affaires sociales, le Plan, et avec les médias et l’ufjt. Il s’agit – par ces actions – d’accompagner les jeunes afin qu’ils soient les véritables acteurs du travail social et du travail sur soi qu’on leur demande d’entreprendre. Cette orientation associative anticipe le passage de l’État-Providence à l’État social actif par lequel les « ayant-droit » deviennent « redevables » envers la société, comme l’a montré l’analyse d’Isabelle Astier39. Jean-Michel Belorgey (collaborateur de Jacques Delors au secrétariat général à la Formation professionnelle), Bernard Brunhes, Jean-Pierre Duport ou Robert Lion deviennent des « experts » qui participent à la genèse des politiques sociales, notamment la politique de la Ville, à travers laquelle se joue la réforme de l’État social40 à partir d’un engagement dans le milieu associatif du catholicisme social.

24En d’autres termes, si le militantisme dans le monde associatif caractérise bien les élus et les salariés de Relais-accueil, des sociabilités liées à des réseaux confessionnels (catholiques), syndicaux (cfdt) et politiques (à gauche) se situent à l’arrière-plan de leur engagement associatif, et l’histoire de cette association met en lumière l’importance des pluri-appartenances concomitantes ou successives d’un itinéraire militant41.

25En 1975, Relais-accueil estime que l’ufjt, « rétrograde », conduit une « campagne de discrimination » à son encontre, lui reprochant simultanément de s’approprier ses initiatives : « Toutes les choses qu’on avance (service d’informations pour les jeunes travailleurs...), l’ufjt les reprend à son compte42. » Face à la position centrale de l’union, le foyer se targue de son rôle de pépinière d’idées et de ses participations à la commission Affaires sociales jeunesse mise en place par le Premier ministre ainsi qu’au programme d’actions prioritaires du viie Plan (pap n° 16).

26Toutefois, l’ufjt est elle-même traversée de courants novateurs qui veulent placer le socioéducatif au cœur de la démarche des foyers. L’expérience des foyers Relais se trouve donc valorisée. Jean-Michel Belorgey, administrateur de Relais-accueil qui a travaillé avec Jacques Delors puis avec René Lenoir, est élu, en 1976, à la présidence de l’ufjt. Il succède ainsi à Jean-Marie Despinette (issu de l’Association catholique de la jeunesse française) pour poursuivre et développer cette orientation. Cette « révolution de palais » se traduit également par l’arrivée, en 1977, de Jacques Bégassat (issu de la joc43) comme directeur général de l’union, tandis que l’énarque Jean-Louis Bianco (futur collaborateur du Président de la République François Mitterrand) a en charge la « tutelle » des foyers au ministère des Affaires sociales. Dans cette configuration, l’insertion sociale et la formation deviennent de nouvelles préoccupations au sein de l’ufjt. En 1977, la vocation sociale des foyers, leurs missions « d’accueil, d’animation, d’orientation, d’insertion dans la vie sociale et professionnelle » sont reconnues par circulaire ministérielle.

27Dans le même temps, les foyers créés dans le prolongement de l’expérience de Relais Clamart se fédèrent avec la « volonté d’innover ». L’objectif de la fédération Relais est la « représentation et propagande de Relais auprès des Pouvoirs publics et des organisations ouvrières. » La « fonction socio-éducative » doit avoir la priorité sur l’hébergement et la restauration. Il s’agit d’expérimenter « une méthode d’animation qui trouve ses appuis dans les réalités sociales et la solidarité des jeunes travailleurs », de mettre en place des « institutions novatrices44 ». La fédération Relais dépose ses statuts le 24 septembre 1976 : Antoine Lejay (Athis-Mons, ami de Jacques Delors45) est président et Jacques Néliaz (Relais-accueil) trésorier. Elle milite notamment pour des foyers de petite taille car « le gigantisme tue l’humain46 ». L’élargissement de la fédération, dont le siège sera à Relais-accueil jusqu’en 1984, s’accentuera à partir de 1983. La position de Relais-accueil au sein de cette fédération mêle distance institutionnelle (puisque la fédération est plutôt l’affaire des autres foyers Relais) et proximité idéologique.

28Si, après l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, les hauts fonctionnaires ne figurent plus au conseil d’administration de Relais-accueil (Jean-Pierre Landau, inspecteur des Finances, part en 1982), certains d’entre eux, anciens de l’association, trouvent une place importante au cabinet de Pierre Mauroy (Bernard Brunhes, René Cessieux, Jean Lecuir, Robert Lion) ou dans le champ politique (Jean-Michel Belorgey, député socialiste de l’Allier de 1981 à 1993 et « père du rmi »). Il s’agit donc d’une forme de consécration étatique des producteurs et de la production du « laboratoire Relais ». L’expérience de cette association a d’ailleurs été étudiée et mise à profit par Bertrand Schwartz, professeur à l’université Paris ix-Dauphine et militant de « l’Éducation permanente », pour la préparation de son rapport au Premier ministre sur L’insertion professionnelle et sociale des jeunes, publié en 1982. L’association est donc intervenue, indirectement, dans la définition et l’élaboration des politiques publiques : « Lorsque l’on a créé les missions locales, beaucoup de choses qui venaient de Relais-accueil ont été reprises47. »

La mise en œuvre des dispositifs d’insertion pour les jeunes parisiens (1982-1992)

29Au cours de cette période, les deux principaux dirigeants salariés de l’association quittent Relais : André Laspotolle devient directeur général de l’aljt, puis Jacky Guerard48 délégué national à l’ufjt. Ils intègrent ainsi des institutions sur lesquelles ils portaient auparavant un regard critique et leur départ apparaît significatif d’une profonde évolution de l’association qui, au cours de cette décennie, passe du rôle d’« expérimentateur » à celui d’(un) acteur (parmi d’autres) de l’action publique.

30Néanmoins, Relais-accueil se différencie encore très nettement des foyers de jeunes travailleurs. Jusque dans les années 1990, l’association se présente comme un « foyer d’accueil qui se distingue des foyers de jeunes travailleurs traditionnels par une rotation rapide des jeunes et par une action socioéducative49. » À compter de la fin des années 1980, « l’autonomie » des jeunes devient un objectif affiché qui s’inscrit dans une pédagogie du contrat (à partir de 1985, des contrats écrits sont établis à l’arrivée des jeunes). Jusqu’aux années 2000, la démarche de Relais se présente en quatre phases : l’accueil individualisé et l’écoute de la demande ; la contractualisation ou première élaboration du projet ; une première orientation sur un collectif ; le bilan des recherches.

31Dans le même temps, la « territorialisation » des politiques publiques s’accentue par le transfert de compétences aux collectivités locales. Le « local » est de plus en plus valorisé à travers des dispositifs impulsés par l’État mais territorialisés, décentralisés et « concertés50 ». Alors que « l’insertion » s’impose, sur le plan national, comme un nouveau paradigme de la politique sociale, l’action autour de l’emploi et la formation devient centrale à Relais-accueil. Ainsi, le compte-rendu d’activité de 1982 est titré : L’insertion sociale et professionnelle des jeunes travailleurs. La réponse de Relais-accueil.

32Une paio (permanence d’accueil, d’information et d’orientation), essentiellement financée par l’État, fonctionne à Relais de 1982 à 1994, avec près d’une dizaine de salariés. Elle a pour objectif d’accueillir les jeunes et de rassembler les partenaires concernés par les différents aspects de leur insertion, afin d’appréhender leurs besoins en formation. Environ 500 jeunes par an sont accueillis au cours de la période 1982-1986. Cette orientation modifie les publics de l’association, avec en particulier la plus grande ouverture aux jeunes du 13e arrondissement, au moment où la transformation du marché du travail exclut de l’emploi les moins diplômés du système éducatif. À partir de septembre 1988, la permanence s’ouvre également aux jeunes du 5e arrondissement, sur demande de la préfecture de région. Le nombre de personnes reçues se maintient alors aux alentours de 1 000. L’atelier de recherche d’emploi est le prolongement le plus fréquent d’un entretien à la paio.

33Des actions de formation, modes de socialisation post-scolaires, sont mises en œuvre. Les jeunes arrivent souvent avec une même demande : « faire un stage ». À partir de janvier 1983, Relais propose des stages d’orientation collective approfondie. En 1984, l’association, en collaboration avec quatre organismes de formation, élabore et propose un projet de formation alternée dont elle assure la coordination : la Zone de formation Paris-Sud. Il s’agit d’un « collectif d’appui » à la paio qui se donne pour objectif une « meilleure articulation » entre les différents stages, la réponse à des « demandes spécifiques de la population du quartier » (alphabétisation, remises à niveau, etc.), la « mise en commun » de moyens matériels et relationnels, la « prise en compte de la globalité de la vie des jeunes » (famille, temps libre, santé, hygiène, sexualité, etc.). En 1987, Relais-accueil reçoit l’agrément de la préfecture de région pour la mise en place d’un atelier pédagogique personnalisé (app) à destination des jeunes de 16 à 25 ans. En 1989, l’association est désignée comme « structure pilote d’accueil » pour le crédit formation individualisé (cfi) qui a pour objectif l’accès à une formation validée par un diplôme.

34Ces dispositifs, dont l’association ne maîtrise ni l’amont ni l’aval, car il sont définis par l’État et mis en œuvre localement, se caractérisent par une aide (apport d’informations, etc.) et le travail sur soi, même si on déplore l’absentéisme et la défection d’une partie du public. Les animateurs envisagent leur action comme un travail de « stimulation » des stagiaires qui peuvent à cette occasion « s’exprimer » et améliorer leur « connaissance de l’entreprise ». Dans le cadre de l’apprentissage des « techniques de recherche d’emploi », la vidéo est largement utilisée afin de parfaire la « présentation » de soi. Le stage vise à accroître la réflexivité des jeunes sur eux-mêmes, afin qu’ils se considèrent comme acteur de leur propre destinée et qu’ils sachent « se vendre sur le marché de l’emploi51 ». Du point de vue des jeunes, le stage sert à éviter le chômage, il est envisagé comme une « période d’essai » qu’ils espèrent voir déboucher sur une embauche définitive. L’association utilise aussi directement les « nouveaux gisements d’emploi ». Par exemple, des personnes travaillent à Relais dans le cadre de travaux d’utilité collective (tuc) entre 1985 et 1990.

35Parallèlement, les actions d’aide au logement se poursuivent : mutuelle pour le logement des jeunes dont Relais est le « comité local » pour l’Île-de-France (1980-1986), bourse d’échange multi-services suite à la sollicitation d’une vingtaine d’anciens résidents (1984-1987), comité local pour le logement des jeunes (depuis 1981), etc.

36L’hébergement devient mixte en 1988 alors que, depuis sa création, Relais-accueil ne logeait que des « gars ». Cette question, ancienne à Relais, avait été évoquée plusieurs fois tout au long des années 1970. En dépit de quelques inquiétudes, l’arrivée des filles se fait sans encombre.

37Garçons et filles, provinciaux et parisiens : au cours des années 1980, le public s’est élargi de deux façons, par l’arrivée des filles dans l’hébergement et par la place grandissante des parisiens, via notamment les dispositifs d’insertion. La plus grande ouverture de Relais sur le quartier se manifeste dans le « travail inter-institutionnel » entrepris, en particulier autour de la paio.

38Face à cette variété de missions, le personnel salarié (environ 20 équivalents temps plein) se situe entre polyvalence et spécialisation. S’il existe parfois quelques tensions entre animateurs et formateurs, le principe de la polyvalence de l’équipe d’animation est réaffirmé bien que la diversité des interventions rende « nécessaire la définition de responsabilités plus particulières et plus spécifiques52 ».

39L’année 1992 symbolise un tournant critique car l’association prend alors, insensiblement, une nouvelle orientation qui va la conduire à abandonner les activités liées à l’insertion et à se recentrer sur l’hébergement. La crise identitaire de Relais se traduit par un audit demandé par le conseil d’administration dont le rôle, en outre, est « mal perçu par le personnel53 ». Ce dernier considère les orientations de l’association floues et la communication avec le conseil très insuffisante. La distance s’est donc creusée entre les salariés et les élus associatifs alors qu’ils étaient auparavant très soudés. Par ailleurs, un certain nombre de transformations amènent bientôt l’association à progressivement restreindre son activité autour de l’hébergement.

Un recentrage sur l’hébergement (1993-2006)

40Depuis les années 1980, il fallait rénover le bâtiment de la rue des Malmaisons. En 1988, faute d’argent, la rénovation s’était limitée aux locaux collectifs et d’animation. En 1992, le foyer ferme sept mois pour réhabiliter l’hébergement, dans l’objectif d’une plus grande individualisation de l’espace, notamment avec des sanitaires dans chaque chambre. En 1993, la diversification de l’offre de logement s’étend, avec la mise à disposition d’un appartement à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), sous forme de « foyer soleil54 ». Un recentrage de l’association sur l’hébergement s’opère en deux temps. Après une période de crise qui s’étend jusqu’en 1999, la rénovation du foyer coïncide avec la diversification des publics accueillis.

Une période de crise

41L’association connaît d’abord une période de forte crise qui s’étend de l’inauguration des travaux de réhabilitation, en janvier 1993, aux « décisions drastiques55 » de 1998. Elle est due à une baisse ou à une suppression des financements d’État non relayées par les collectivités locales. Dans le contexte de tensions avec les salariés évoqué plus haut, ces difficultés se manifestent au sein des différents segments de l’association et se traduisent par l’abandon d’activités.

42L’hébergement fonctionne au ralenti. Le nombre annuel d’admissions, qui a continuellement progressé depuis 1964, avait atteint son apogée entre 1988 et 1990 en dépassant les 500 individus. Il baisse fortement à partir de 1991, en dépit d’une durée moyenne de séjour stable jusqu’à la fin des années 1990 (inférieure à 30 jours). Le redémarrage de l’activité, mesuré par le nombre annuel de nuits, ne reprend qu’en 1997. Le foyer s’ouvre alors davantage aux stagiaires de la formation professionnelle, aux étudiants et aux résidents, et les accueille jusqu’à 30 ans.

43En raison de la diminution des financements, l’association est contrainte de se retirer progressivement des différents dispositifs d’insertion : elle abandonne la coordination de zone (décembre 1993) ; la paio est fermée en 1994 car une mission locale est créée rue Jeanne d’Arc par la mairie du 13e avec le personnel de la paio, sans concertation avec le foyer et sans indemnisation ; enfin, l’association se retire du cfi (juin 1995), ferme l’atelier pédagogique personnalisé (1996), le centre de ressources multimédia et le point information jeunesse (1998). Par ailleurs, une ouverture européenne se développe et se clôt au cours de la période (1990-1998), avec des programmes comme l’Organisation européenne pour l’insertion et le logement de la jeunesse ou le projet Jeunes volontaires européens.

44Finalement, le désengagement de l’État et la décentralisation n’ont pas fonctionné au profit de Relais, en raison de l’éloignement des hauts fonctionnaires et d’une hostilité ou d’un désintérêt des responsables politiques régionaux et locaux. Progressivement, les dispositifs d’insertion ont été repris par d’autres institutions et Relais s’en est trouvé exclu.

45Pour parachever la crise, le ministère des Affaires sociales diligente en février 1997 un « diagnostic sur la démarche pédagogique de Relais. » Ce travail, jugé par le foyer « critiquable sur la forme et le fond », conduit à ce qu’en novembre 1997 l’importante subvention du ministère des Affaires sociales (principale source de financement de l’association) soit supprimée. « Cette situation conduira, en 1998, l’association à prendre des mesures radicales56. » Plusieurs emplois sont supprimés. Une commission pour le développement de l’association préconise la diversification des logements proposés, avec des chambres à 1, 2 ou 3 lits et des studios pour couples. À compter de 1998, l’allongement de la durée des séjours est corrélative de la baisse du nombre de jeunes accueillis : pour la première fois, des jeunes séjournent entre 3 et 6 mois.

46Après cinq années difficiles, l’association, finalement, se présente davantage comme un foyer de jeunes (travailleurs), des jeunes dont la durée de séjour, l’âge et le niveau de diplôme s’élèvent. L’époque se caractérise en effet par la massification de l’enseignement universitaire et les difficultés sensibles des diplômés du supérieur sur le marché du travail.

Recentrage sur l’hébergement et diversification des publics

47Une seconde phase (1999-2006) est inaugurée par l’extension-rénovation du foyer de jeunes travailleurs. « L’année 1999 doit marquer un tournant dans la vie de l’association Relais-accueil, avec la mise en œuvre d’un nouveau projet social (depuis septembre 1998), et un nouvel aménagement de l’hébergement57. » Une chargée de mission lance le projet de réhabilitation du foyer. Compte tenu des difficultés financières créées par la suppression des financements publics, cette réhabilitation est à la fois nécessaire et difficile. Nécessaire car, avec des coûts fixes à peu près identiques, l’aménagement des deux étages supérieurs en chambres augmentera les recettes et donc aidera au rééquilibrage financier du foyer. Difficile parce que les pertes accumulées depuis 8 ans ont très sensiblement réduit la trésorerie disponible du foyer et que cette situation ne lui permet pas d’investir dans cette extension-réhabilitation.

48Une recherche de partenariat avec des opérateurs de logement public s’engage et, en 2002, un accord est passé avec l’Office public d’aménagement et de construction (opac) de Paris. Il se traduit par un bail emphytéotique de 55 ans qui prévoit la réalisation des travaux par l’office que le foyer, devenu locataire du bâtiment, remboursera sur cette période. Cet accord implique aussi que le foyer prenne le statut de « résidence sociale », applique aux résidents les tarifs correspondants, et mette à la disposition des financeurs publics du projet monté par l’opac un certain nombre de lits. L’offre diversifiée de logements, qui passe à 84 places, doit permettre de répondre aux différentes situations : « Les logements individuels et couples seront destinés aux longs séjours (un an maximum) et les logements collectifs aux courts et moyens séjours58. » Les travaux s’étendent de février 2005 à juillet 2006 et le foyer, dans sa nouvelle organisation, devient opérationnel à l’automne 2006.

49Le nouveau public de Relais, scolarisé ou actif – dans ce cas il est souvent sans emploi stable59 – est plus féminin, plus âgé, avec des durées de séjour plus importantes. L’allongement des séjours provoque la baisse du nombre de jeunes accueillis (une cinquantaine de jeunes entrent chaque année au foyer, soit dix fois moins qu’une dizaine d’années plus tôt). Une petite majorité provient de Paris ou de l’Île-de-France. Les salariés sont légèrement minoritaires. La plupart des jeunes sont stagiaires, en emplois précaires ou étudiants. Environ la moitié d’entre eux ont un niveau scolaire au moins égal à « bac + 3 ». Les résidents sortis dans l’année sont, pour les deux-tiers, restés plus de 6 mois à Relais-accueil. Du fait de la prolongation de la scolarité et des difficultés d’insertion sur le marché du travail, les jeunes demeurent plus longtemps dans l’état de jeunesse, ils ont « vieilli » (la moitié ont plus de 24 ans).

50L’action sociale et éducative de l’association se poursuit cependant. Les animations reposent notamment sur les comités de résidents, un bulletin d’informations, des conférences, des excursions, des opérations ponctuelles (soirées, tournois de tennis de table, etc.), des actions « santé » et « culture », etc. Les quelques locaux qui restent mis à disposition d’associations reflètent l’ancrage local de Relais : Vent de Chine (association culturelle taiwanaise), Rencontre et culture franco-asiatique (cours de chinois), Stade olympique de Paris (football), etc.

Rendre les jeunes acteurs de leur propre existence ?

51L’originalité de Relais provient d’une part de sa configuration institutionnelle, qui a associé aux initiatives populaires l’intervention de hauts fonctionnaires, d’autre part de sa pédagogie issue de la joc : « Notre principe fondamental est de ne pas assister les jeunes travailleurs, mais de leur permettre de vivre une solidarité et de prendre leur vie en main60. »

52Dans un premier temps, l’association, qui fonctionne comme un « laboratoire idéologique et technique61 » de l’action sociale, vise les jeunes ouvriers isolés pour lesquels le passage dans le foyer est conçu comme une étape vers l’indépendance. Le public de cette « croisade morale » se compose de migrants et de jeunes de la région parisienne. L’action s’inscrit dans les dynamiques jocistes auxquelles l’association participe. Les initiatives mises en place ont pour fonction de faciliter les mouvements de main-d’œuvre d’une région à l’autre, en se substituant aux familles absentes ou défaillantes.

53Dès les années 1970, les préoccupations relatives à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes introduisent une thématique nouvelle dans les orientations de l’association, qui passe alors de la promotion de la jeunesse ouvrière aux politiques d’insertion. La crise de l’emploi et le recul de l’État social ont contribué à redéfinir le public du foyer qui comprend à présent des étudiants, des couples, des jeunes en stage ou sans emploi. Comme la joc, Relais-accueil a élargi son audience. Les jeunes en formation, les jeunes chômeurs, les jeunes en galère effacent la figure du « jeune travailleur » des années 1960. La durée du « transit » tend à fortement s’allonger.

54Dans la logique d’ « insertion » qui est impulsée, les professionnels et les élus de l’association estiment que les qualités liées à la personne et à sa trajectoire biographique, aux expériences qu’elle a connues dans divers espaces sociaux doivent être prises en compte. Dans le même temps, il s’agit, pour chaque jeune, d’opérer un travail sur soi qui, s’il ne s’accomplit pas seul, vise à produire un nouveau type d’individualité plus « active », plus « responsable ». Mais la protection de la jeunesse traverse l’histoire de Relais-accueil comme elle parcourt toute l’histoire des foyers (cf. les « foyers de protection de la jeune fille »). Le règlement intérieur cristallise cette fonction du foyer qui pèse sur le quotidien des résidents. Il impose de ne pas fumer, de ne pas consommer d’alcool ni d’héberger un tiers. Sur leur dossier d’accueil, les stagiaires reconnaissent « avoir lu, entendu, le règlement intérieur » auquel ils souscrivent. L’autonomie rencontre ainsi les limites imposées par le foyer dans le cadre de la vie collective. Le départ du domicile parental ne se traduit donc pas par l’accès à une autonomie assumée d’adulte mais encadrée par les contraintes « éducatives » du foyer.

Annexe

Les dirigeants et les directeurs de Relais-accueil depuis 1963

Haut de page

Notes

1 Cet article repose sur un travail qui, retraçant les grandes étapes de l’histoire de Relais-accueil, a été réalisé à l’occasion d’une manifestation : le 40e anniversaire de l’association qui coïncidait, en octobre 2006, avec l’inauguration des locaux rénovés du foyer. Il repose sur trois types de sources : les archives de l’association, les entretiens menés avec des témoins et acteurs de Relais, la rencontre de son équipe actuelle. L’association, fidèle à son credo, m’a réservé un accueil chaleureux et attentif. Je tiens en particulier à remercier les membres du conseil d’administration, Philippe Jessu et Jacques Remond, et les salariés de l’association, Thomas Fraser et Maud Berthélémy.
2 Assemblée générale du 23 juin 1972. Journal officiel Lois et décrets, 19 septembre 1972, p. 9973.
3 Cf. notamment Bruno Duriez, Michel Chauvière, « Faire des militants. Stratégies de formation de la joc au mpf », suivi de « Pour un bilan du grmf », Les Cahiers du grmf, n° 14, Villeneuve d’Ascq, 2006.
4 Everett C. Hughes, « Les institutions américaines comme entreprises collectives », in Le regard sociologique. Essais choisis, textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie, Paris, éditions ehess, 1996, p. 139-153.
5 Cf. Catherine Duprat, Usages et pratiques de la philanthropie : pauvreté, action sociale et lien social, à Paris, au cours du premier xixe siècle, tome II, Paris, édition Association pour l’étude de l’histoire de la sécurité sociale, 1997.
6 Selon Jean-Claude Passeron, l’illusion de toute militance implique de se croire représentatif de l’ensemble des masses sur lesquels on entend agir. Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel, 2006 (1ère édition en 1991), p. 477.
7 La dénomination de « foyers de jeunes travailleurs » semble remonter à l’Occupation, à partir des maisons des compagnons du devoir du Tour de France et des foyers de protection de la jeune fille. Cf. Olivier Galland, Marie-Victoire Louis, Jeunes en transit. L’aventure ambiguë des foyers de jeunes travailleurs, Paris, Éditions ouvrières, 1984.
8 Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, la Découverte, 2004, p. 25.
9 Dans l’actuel département des Hauts-de-Seine.
10 Voir en annexe le tableau « Les dirigeants et les directeurs de Relais-accueil depuis 1963 ».
11 Louis Raillon, « Aspects psycho-pédagogiques des foyers de jeunes travailleurs », L’École nouvelle française, n° 49, janvier 1957, p. 11.
12 Entretien avec Alain Letty, le 2 octobre 2006.
13 Dans l’actuel département de l’Essonne.
14 « Relais-jeunes », mars 1972. Cf. aussi Maurice Vilandrau, 1966-1987. Un foyer pour adolescents en banlieue parisienne : L’audacieuse aventure de Relais-jeunes. Contribution à une réflexion face à l’adolescence en crise aujourd’hui, Le Kremlin-Bicêtre, Les points sur les i éditions, 2004.
15 Jeune magasinier originaire de Morlaix.
16 Rolande Trempé, « La joc de la Libération à aujourd’hui », in Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La joc. Regards d’historiens, Paris, les Éditions ouvrières, 1984, p. 129.
17 Pierre Idiart, Les jeunes travailleurs de 15 à 25 ans dans la France d’aujourd’hui, Paris, Éditions ouvrières, 1964.
18 René Rouvière (architecte et secrétaire général de Relais-accueil, ancien permanent de la Jeunesse indépendante chrétienne - jic), entretien téléphonique, le 22 août 2006.
19 Inspecteur des Finances, directeur au Crédit national, il est l’auteur de cours édités par l’Institut d’études politiques de Paris (Politique économique de la France) et d’un rapport : Pour une réforme de l’aide sociale à l’enfance, Paris, esf, 1973. Une préface est rédigée par René Lenoir, directeur de l’Action sociale.
20 Né en 1925, membre du cabinet de Robert Schuman en 1955, chroniqueur au Figaro, auteur de nombreux ouvrages, entre autres : La nouvelle question publique : pour un État sans bureaucratie (1975), La France après la gauche (1984), La transmission administrative du Sida (1992).
21 Michel Sidhom, « Le Relais-accueil de Paris. Une boussole pour les provinciaux », Le Monde, 19 avril 1978.
22 Pour une mise en perspective, cf. Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité mise à l’épreuve 1944-1969, Paris, Karthala, 2004.
23 Rapport d’orientation de l’association Relais, 14 janvier 1970.
24 Ibid.
25 Conseil d’administration (ca), 14 septembre 1971.
26 Les dénominations « travailleurs migrants », « jeunes travailleurs migrants », « jeunes migrants » sont très communes dans les années 1960 et 1970.
27 ca du 3 octobre 1972.
28 André Lapostolle (né le 4 juillet 1937), titulaire d’un cap d’électricien automobile.
29 Jacky Guerard (né le 26 juin 1943), titulaire d’un cap d’aide-chimiste.
30 « Foyer d’accueil et d’orientation », association Relais, février 1972.
31 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.
32 « Relais accueil, service d’accueil et d’orientation pour les jeunes travailleurs migrants », s.d., probablement 1972, p. 15.
33 La loi du 3 janvier 1972 dresse le cadre du travail temporaire.
34 ca du 27 juin 1974.
35 Sur ce rapprochement associatif, voir plus loin.
36 « Pédagogie de Relais-accueil », 8 décembre 1975.
37 Journée d’études du 14 mai 1977, « Le logement des jeunes travailleurs » (documents annexes).
38 Pour une mise en perspective, cf. Chantal Guérin-Plantin, Genèses de l’insertion. L’action publique indéfinie, Paris, Dunod, 1999.
39 Isabelle Astier fait l’hypothèse d’un « grand renversement » de la « dette sociale » (l’expression est empruntée à Léon Bourgeois) qui rend les individus redevables envers la collectivité. Ces nouvelles règles du social consistent à activer, reconnaître, se rapprocher, personnaliser, accompagner, responsabiliser. Les individus doivent donc faire montre de leur adhésion pour être protégés. Il s’agit d’une nouvelle modalité de l’action de l’État social qui attend des usagers coopérants qu’ils soient entrepreneurs d’eux-mêmes. Cette transformation de notre système de protection sociale est emblématique depuis la création du revenu minimum d’insertion (RMI) qui articule droit accessible en fonction de ses revenus et contrat d’insertion. Isabelle Astier, Les nouvelles règles du social, Paris, puf, 2007.
40 Cf. Sylvie Tissot, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, 2007, p. 229 et suivantes.
41 Il resterait à établir précisément quels sont les liens entre socialisation et sociabilités religieuses, politiques, syndicales et associatives.
42 ca du 30 septembre 1975.
43 Comme beaucoup d’associations d’éducation populaire (Ligue de l’enseignement, cemea, etc.), la joc proclame, dans les années 1970, son adhésion au socialisme.
44 Circulaire aux membres du conseil d’administration, 12 février 1976.
45 Cf. Antoine Lejay, La Foi du citoyen, Paris, Desclée de Brouwer, 2000.
46 « Réflexion sur le logement des jeunes travailleurs », 17 janvier 1978.
47 Entretien avec Bernard Brunhes le 13 septembre 2006. Il évoque dans un livre d’entretiens l’expérience de Relais-accueil. Bernard Brunhes, Et leurs entreprises verront le jour. Un réseau, une dynamique. Entretiens avec Jean-Michel Mestres, Paris, Autrement, 2007, p. 30-32 et p. 37-38.
48 Son remplaçant, Michel Barbot, ancien directeur-adjoint avec Marie-Claude Lechevin, demande à ne pas habiter sur place, signe sans doute d’une forme d’investissement moins totale que par le passé dans cet univers professionnel.
49 « Accueil et orientation des jeunes provinciaux, décembre 1988 », paio, Compte rendu des activités 1989, projets 1990. En gras dans le texte.
50 Jacques Ion, Le travail social à l’épreuve du territoire, Toulouse, Privat, 1990.
51 « Bilan du stage de préparation à l’emploi "Employée technique de collectivité" ». Ce stage de six mois s’est déroulé entre octobre 1986 et avril 1987.
52 Accueil et orientation des jeunes provinciaux, avril 1986.
53 Une rencontre entre le personnel et le conseil d’administration est organisée le 13 mars 1993.
54 Un foyer soleil est un logement-foyer composé d’une unité centrale dotée d’espaces et de services collectifs et de logements satellites disséminés dans des immeubles extérieurs situés dans le même quartier ou un environnement proche.
55 Compte rendu d’activité 1998.
56 Rapport d’activités 1997.
57 Compte rendu d’activité 1998.
58 Rapport d’activités 2004.
59 De façon générale, les jeunes occupent une position sectorielle et professionnelle spécifique : ils sont présents dans les secteurs à forte rotation de main-d’œuvre (commerce, hôtellerie, restauration, c’est-à-dire dans le secteur tertiaire) et sur les emplois les moins qualifiés ; leurs statuts d’emploi sont par ailleurs marqués par l’importance du temps partiel et les différentes formes d’emploi temporaire. Florence Lefresne, Les jeunes et l’emploi, Paris, la Découverte, 2003.
60 Assemblée générale du 20 avril 1977.
61 Pierre Bourdieu, Luc Boltanski, « La production de l’idéologie dominante. Les aventures d’une avant-garde », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2-3, 1976.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Lebon, « Relais-accueil, un foyer pour « l’orientation » des jeunes », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], n°4 | Automne 2007, mis en ligne le 27 mars 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sejed.revues.org/853

Haut de page

Auteur

Francis Lebon

Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org